« Un blog en vacances... | Accueil | Et si Mila rencontrait l'imam Kahina Bahloul ? »

31 juillet 2021

Commentaires

caroff

Pour ceux qui cherchent des chiffres et s'interrogent sur la surreprésentation des étrangers hors UE qui ont été jugés et emprisonnés, voici un post intéressant:
https://twitter.com/ObservatoireID/status/1419412129925550086/photo/1

D'où il ressort qu'il y a 13,5 % d'Africains en prison alors qu'ils ne représentent que 4,7 % de la population et 4,4 % d'Algériens alors qu'ils ne comptent que pour 1,3 % de la population...

Et quand on aura les statistiques sur les actes de délinquance des mineurs étrangers non accompagnés (en fait ils le sont puisqu'ils coûtent plus de 2 milliards € selon un rapport du Sénat: https://www.senat.fr/rap/a19-143-7/a19-143-79.html), l'image d'ensemble des malheurs qui frappent notre pays sera plus complète. Elle montrera notre impuissance à contrer ce phénomène et soulignera le budget dédié par les collectivités et l'Etat, qui est insupportable.

Pauvre Zemmour qui, pour avoir décrit cette réalité est poursuivi par le parquet de Paris: honte à ces magistrats.

Giuseppe

@ sbriglia | 31 juillet 2021 à 06:40

Allons, allons... "tout le monde" (une grande partie, je suppose que cela sous-tend). Vous m'aviez fait la réflexion si je ne m'abuse, il est vrai que quand la minorité est quasi inexistante... D'ailleurs Christine Kelly reproche à Zemmour, qui corrige cet abus de langage.
Bon, bon... Une journée pluvieuse et voilà un brin d'occupation entre deux.
Bonnes vacances, heureusement Cannone a sauvé l'honneur.

sylvain

@ hameau dans les nuages | 31 juillet 2021 à 09:30

Le Béarn, comme tout le Sud-Ouest, a toujours voté à gauche, il continue, il est parano pro-gauche donc pro-immigration, les frontières des Pyrénées sont des passoires à migrants, il y a des associations qui appellent et recueillent des migrants, les seuls jeunes qui résistaient à ce tsunami d'immigrés clandestins c'était Génération Identitaire, que vous n'avez pas soutenu et même applaudi lors de cette honteuse et fasciste dissolution par le Goebbels macronien Attal.

Alors je vais vous dire : assumez et taisez-vous, ne venez pas pleurer, je vous souhaite plein de migrants supplémentaires, ne dites pas que c'est d'extrême droite de révéler que dans votre région il y a des cars venant d'Espagne qui déversent des centaines de migrants devant les gendarmes figés inertes sans réaction sur ordre des préfets collabos macroniens ; vous récoltez ce que vous semez, eh bien dansez maintenant.

Exilé

@ sbriglia
« Le 31 juillet 1943, de Gaulle prend l’ascendant sur Giraud, ce dont tout le monde se fiche aujourd’hui… »

De Gaulle, homme qui a passé plus de temps à faire de la politique que la guerre et qui a plus combattu les Français que les Allemands...

Xavier NEBOUT

Nous allons bientôt avoir à notre porte un milliard d'Africains disposés à nous envahir avec le désir en partie justifié de se venger de la colonisation.

Pour stopper le phénomène, nous avons les "humanistes" et "écolos gauchos" divers et avariés qu'il faudrait nommer comme traîtres à la nation. Au premier rang de ces traîtres, nous avons la pègre maçonno-médiatique et bon nombre de magistrats.

Pour faire face, il faudrait maintenant un autre régime, et comme on ne voit pas qui pourrait l'incarner, Zemmour a raison en disant que c'est trop tard.

Alors le billet de M. Bilger est excellent, mais il en est encore aux discussions de salon entre de gentils ignorants du fait que nos prisons sont presque totalement occupées par des Africains.

Et si on parlait des valeurs de la République ?

"A nos enfants de la patrie" - le mot patrie devient interdit...
"le jour de gloire" - le mot gloire devient aussi interdit

"qu'un sang impur, abreuve nos sillons !"

Tiens, c'était pas si bête, ça ....

L'aînée de mes petites-filles a 60 ans de moins que moi. Quel sera son monde à mon âge, bande de gaucho-macronistes ?

Achille

@ sbriglia | 31 juillet 2021 à 06:40
« Le 31 juillet 1943, de Gaulle prend l’ascendant sur Giraud, ce dont tout le monde se fiche aujourd’hui… »

C’est sans doute ce qui distingue un général d’un Cognac. :)

hameau dans les nuages

@ Marcel | 31 juillet 2021 à 01:02

Je pourrais vous faire la chronique d'un petit village béarnais et cela au fil des années. Mes enfants d'une dizaine d'années allaient seuls chercher les vaches en passant dans les landes et fougeraies sans aucune appréhension. Cela ne serait plus possible.
Il y a dix jours, une femme a été retrouvée mourante dans un chemin creux, lapidée à coups de pierres au village voisin. Dans les mêmes landes au village, une famille allant se promener vers le gave d'Ossau a été poursuivie par un dingue en voiture, les obligeant à aller dans les bois en courant pour échapper au véhicule.

Le maire est conscient de la dégradation de la sérénité du village mais "en même temps" prête la salle polyvalente pour un concert de jazz organisée par deux associations gérant l'arrivée de migrants avec buffet de ces derniers.
Je lui ai soulevé la dichotomie qu'il y avait entre les faits et la réalité du terrain, il m'a répondu qu'il aimait le jazz et qu'il ne pouvait rater ça...

Nous allons vivre une époque formidable.

Achille

« Ce constat ne surprend que ceux qui ne veulent pas voir ce que la réalité montre, ce que l'insécurité engendre jour après jour, la désespérante faiblesse d'un pouvoir qui tweete trop et l'impuissance relative d'une police débordée et de surcroît mal-aimée. »

La police est-elle vraiment mal-aimée ? Permettez-moi d’en douter.
Si l’on faisait un sondage auprès de la population, je pense qu’elle bénéficierait d’une bonne cote de popularité. Tout comme les médecins. Je parle, bien sûr, de ceux qui se consacrent véritablement à leurs malades et qui ne vont pas pérorer sur les plateaux télé.

Par contre les politiques de tous bords, les journalistes qui prennent un malin plaisir à dramatiser les moindres événements sociaux et donner au monde entier des leçons de morale, font indéniablement partie des professions mal-aimées.

À noter que les juges aussi ne sont pas particulièrement appréciés. En cause, certains comportements de syndicats de la magistrature qui ont tendance à se prendre pour des intouchables et abuser de leurs prérogatives au point de contester leur ministre de tutelle pour des raisons purement corporatistes. Sans oublier, bien sûr, le "Mur des cons" qui donne une piètre opinion de leur objectivité. Mais pour qui se prennent-ils ?!

Louis

Malheur au pays dont le roi est un enfant - à méditer...

sbriglia

Le 31 juillet 1943, de Gaulle prend l’ascendant sur Giraud, ce dont tout le monde se fiche aujourd’hui…

Claude Luçon

"…dans notre pays, pour sa sécurité et son état de droit, le pire progresse sur un mode terrifiant" ! (PB)

Whaoo !

Il y a là une faiblesse récurrente du blog : le manque de chiffres.

La télévision dans ce domaine aide peu et nous annonce même parfois que l'insécurité change de nature mais n'augmente pas. Quitte à nous annoncer le contraire le jour d'après !
La libération de la parole des femmes concernant viols et brutalités a rajouté au total de l'insécurité des faits jusque-là occultés mais pas nouveaux, très anciens même.
Tout dépend de qui parle et de sa motivation, en particulier politique, pas des faits réels !

Alors l'insécurité augmente-t-elle vraiment de manière si terrifiante ?
Ou est-ce l'augmentation, terrifiante elle, des bataillons de l'armée de journalistes, experts et commentateurs en tout genre dont il faut se soucier, considérant que la plupart en sont au niveau de bidasses ?

Des chiffres seraient bienvenus.
Car il y a risque de confondre critique systématique du gouvernement et réalité de la délinquance.
Trop de paroles et pas assez de chiffres en somme !

Wikipédia aide peu en ce domaine, exemples :
(1) Les chiffres alarmants de l’insécurité en France...
Premier constat : l’insécurité, comprise comme menace sur la vie, progresse en France. Après avoir baissé de 889 pour 100 000 habitants en 1990 à 833 en 2014, le taux de mortalité est reparti fortement à la hausse depuis pour atteindre 911 en 2019, hors Covid donc.

(2) Le débat sur l’insécurité est vif en France. Pourtant, aucune donnée statistique n’indique que le sentiment d’insécurité augmente. La part de personnes qui se disent « en insécurité dans leur quartier ou leur village » est passée de 13,5 % à 14,1 % chez les femmes et de 8,1 % à 8,2 % chez les hommes entre 2007 et 2019, selon les enquêtes cadres de vie et sécurité de l’Insee.

Résumons : de 1990 à 2019, l'insécurité serait passée de 889 à 911 pour 100 000 habitants après être descendue à 833 entre-temps !
Soit de 1990 à 2019 une augmentation de 22 cas ou ~~ 2,5 % en près de 30 ans, donc 0,08 % par an !

D'une part, tenant compte d'une marge d'erreur statistique normale de 3 %, la délinquance tourne autour de 9 % au fil du temps sans vraiment changer.
D'autre part, comparée à la démographie qui augmente de 0,3 % par an en France (INSEE) donc de ~~ 9 % en 30 ans, où est l'augmentation ?
9 % contre 9 % !
Rien de particulièrement terrifiant il semble !
Comme dit la sagesse populaire : plus ça change, plus c'est la même chose !
Ou, plus savamment si l'on en croit Lavoisier : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Même l'insécurité !

Seul regret sur le bon vieux temps, nos instituteurs nous apprenaient l'arithmétique avec le français, l’histoire, la géographie et le sens civique !

Marcel

L'actualité quotidienne déverse son lot d'injustices. Vols et viols sordides par des clandestins, accident mortel par un voyou porteur d'un bracelet électronique. Et pourtant, l'enjeu médiatique, c'est de savoir la police est bien polie et si la justice n'est point trop rigoureuse.

À force, ça ne peut que pousser l'électorat à la radicalité.
On sait tous qu'aucune règle ne se tire d'un simple fait divers, que chaque situation nécessite d'être prise en compte dans sa globalité. Mais lorsqu'au quotidien, on peut estimer que la générosité et la bienveillance de notre système se font au détriment du citoyen lambda, nous sommes bien obligés de conclure que notre système ne protège pas assez le faible.
Car le faible n'est pas le clandestin ou le voyou endurci. Et la faiblesse du système français fait de la France un dépotoir de clandestins et de voyous, que les bonnes âmes confondent avec des migrants (comme si la migration était par essence clandestine) et ladite diversité (comme si être noir ou arabe signifiait ne pas avoir de rigueur morale).

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS