« Le président nous donne le tournis ! | Accueil | Les experts sont-ils irresponsables ? »

05 juillet 2021

Commentaires

Wilfrid Druais

@ Mary Preud'homme

Vous voyez Zemmour qui est quand même un sacré bûcheur même si parfois sur certains sujets ils est au minimum approximatif ?
Donc maintenant, imaginez le niveau général de la classe politique française qui ne lui arrive pas à la cheville et se fait défoncer quasiment à chaque fois qu'elle débat avec lui.
Vous voyez comme tout d'un coup Zemmour a l'air d'un génie ?
Ben oui, tout est relatif comme disait ce bon vieux Bébert.

caroff

@ Tipaza 10h18
"CNews lui en demande trop et il a la faiblesse d’accepter."

Ces derniers temps Z montre qu'il ne maîtrise pas bien les sujets qu'il aborde, c'est la rançon du succès mais aussi celle d'une déception à venir pour ceux qui le soutiennent ?
De plus son approche des problèmes est bien trop marquée par la période 1960-1970 dont il garde la nostalgie: je ne sais pas si la projection vers un passé plus glorieux pour la France suffira à convaincre les électeurs.

En revanche, ce qu'il dit sur la souveraineté, sur l'Education nationale, sur l'islam et sur l'immigration retient l'attention de ceux qui ne supportent plus le déclin programmé pour les générations futures si rien ne change.
2022 sera la dernière élection où le Président aura encore des marges de manoeuvre. Peut-être les Français attendent-ils une candidature disruptive, comme celle de Macron qui avait des talents d'acteur, pour échapper aux boutiquiers des LR ou ex-LR dont les axes de réflexion s'inscrivent dans les pas de leurs prédécesseurs !

Tipaza

@ Mary Preud'homme | 09 juillet 2021 à 01:42

Bien d’accord avec vous.
Zemmour, pour qui j’ai la plus grande estime, devrait profiter des vacances pour faire une cure de silence, et méditer sur le fait qu’on ne peut pas être un grand éditorialiste sur tous les sujets.
CNews lui en demande trop et il a la faiblesse d’accepter.
Il devrait « laisser mesurer les autres » comme disait César à Marius, et CNews pourrait utiliser un peu plus Vladimir Pavlenko, de haute volée également.

Le vrai combat commence en septembre, il convient d’être frais et dispos pour la… Lutte finale. ;-)

Achille

@ Patrice Charoulet | 08 juillet 2021 à 21:21
« Ecoutant la radio après 18 h, on me dit qu'une journaliste de « Paris Match » va venir parler de la candidature de Zemmour à la présidentielle. »

La candidature d’Eric Zemmour me fait penser à celle de Coluche en 1980.
Certes le programme n’était pas du tout comparable mais les médias se sont empressés de commenter "l’événement" qui en fait n’en était pas un. Tout juste une énorme farce.
Certes Zemmour ne s’est pas encore déclaré. Rien ne permet d’affirmer qu’il le fera, même si une obscure officine envoie des colleurs d’affiche dans les rues de Paris pour appeler les citoyens à voter pour lui.

En fait cette propagande grotesque a surtout pour effet de faire grimper l’audimat de CNews. L’émission Face à l’info connaît un succès retentissant. D’ailleurs, même moi je la regarde. D’écouter le polémiste tous les soirs "bouffer du Macron" avec une jouissance un peu sadique m’amuse plutôt.

En fait à être excessif Zemmour fait carrément le jeu de celui qu’il veut détruire. On appelle ça un idiot utile.
D'ailleurs la cote de popularité du président n'en est nullement affectée.
À noter que Pascal Praud n’est pas mal aussi dans ce domaine, mais lui a compris qu’il ne pouvait prétendre postuler à la présidence de la République. Reconnaissons-lui cette lueur d’intelligence. :)

Mary Preud'homme

Sur CNews jeudi soir, Zemmour pour lequel je n'ai ni sympathie ni antipathie particulière, s'est révélé être d'une nullité et d'une ignorance affligeantes concernant la situation haïtienne suite à l'assassinat du président Jovenel Moïse... Consultant compulsivement des notes puisées sur les réseaux sociaux qu'il n'avait même pas pris la peine de relire attentivement, au point qu'il était incapable de citer correctement le nom de la capitale, ceux de Toussaint Louverture, de Dessalines, de quelques présidentes et encore moins des dates d'événements récents et manifestement encouragé par une Christine Kelly tout aussi ignare que lui sur le sujet et qui s'est paradoxalement bornée à interrompre Marc Menant beaucoup mieux informé et objectif sur le sujet, tentant vainement de s'exprimer afin de rectifier le tir et donner quelques pistes susceptibles d'expliquer clairement à l'auditeur lambda la véritable situation de ce pays, ainsi que la génèse et les causes réelles de sa descente aux enfers ! Rappelant notamment quelques faits historiques, dont l'épopée de Saint-Domingue et la victoire de Vertières qui fut en fait la première défaite des troupes de Napoléon vaincues par une armée d'esclaves. L'isolement d'Haïti ensuite, première République noire dans un monde hostile et confronté à un blocus mondial auquel vinrent s'ajouter des menaces de réinvasion... C'est donc sous la contrainte et la menace qu'Haïti accepta finalement de payer une colossale rançon, qualifiée d'indemnité de dédommagement, aux colons spoliés !! en échange de la reconnaissance de son indépendance pourtant chèrement acquise.
Une somme de 150 millions de francs or (ramenée plus tard à 90 millions) qui greva pour plus d'un siècle le budget déjà fragile de ce petit pays exsange et à peine remis des ravages et destructions de la guerre d'indépendance.

Zemmour qui ne connaissait rien à l'histoire se lança néanmoins dans des explications confuses et tarabiscotées sur l'esprit tribal et l'impossibilité de concevoir la démocratie par une population ignare et gangrenée par la corruption à tous les niveaux, laquelle corruption étant considérée comme un sytème "normal" dans ces pays (sic).

Wilfrid Druais

@ Patrice Charoulet
"ZEMMOUR CANDIDAT"

Paris "machte" et BFM TV se tirent la bourre sur la candidature de Zemmour d'abord parce qu'ils n'ont rien à dire d'important comme d'hab donc il faut bien remplir l'antenne et les pages et surtout ils veulent absolument que Zemmour se présente pour affaiblir MLP au premier tour et avoir un second tour Bertrand-Macron donc les Dupont et Dupond du mondialisme, à tous les coups on gagne.

Zemmour dit lui-même qu'il ne connait même pas le soi-disant parti et son pseudo-porte-parole qui parle pour lui.
M'étonnerait pas qu'en cherchant bien derrière cette bande de branlos on trouve des barbouzes gouvernementales.
Ça paraît complotiste mais c'est pas grave, je suis comme Zemmour, dans l'Histoire de France, je prends tout, même les complots... qui bien sûr n'ont jamais existé.
On verra bien (j'en rigole d'avance).

Patrice Charoulet

ZEMMOUR CANDIDAT

Ecoutant la radio après 18 h, on me dit qu'une journaliste de « Paris Match » va venir parler de la candidature de Zemmour à la présidentielle. J'attends, j'écoute et je suis alléché. Je vais acheter « Paris Match ». Je rentre chez moi et je lis. Quelle déception ! Je connaissais le nom de sa femme, le nom de son avocat, le nom de la jeune énarque qui l'admire, du vieux nationaliste qui a écrit plein de discours pour d'autres que lui, de Charles Gave, de l'ancien patron d'ELF qui lui fait des fiches d'économie. Voilà pour le poids des mots.

Reste le poids des photos. On n'a pas lésiné. EZ en maillot de bain, sortant d'un procès, au tennis, face à Méluche, à PPDA , avec Naulleau, signant ses livres...

Je n'achète jamais « Paris Match » . J'apprends que ça ne coûte que 3,50 euros. Bonne nouvelle. Les hebdos, c'est plutôt dans les 5 euros, je crois.
Mais 3,50 euros, pour ce que j'ai appris, c'est encore trop. Remboursez !

stephane

@ Mary Preud'homme | 08 juillet 2021 à 01:39

Enfin un peu de virilité dans ce blog.
Je suis d'accord sur le fond avec vous, mais encore faut-il passer le barrage des 500 signatures.
Xavier Bertrand ne me semble pas être le candidat d'Achille, je crois même plutôt qu'il ne le deviendrait que si jamais ô miracle il venait à se qualifier et à éliminer son champion.
Bertrand me fait penser à un LR qui a raté son coup. Bref un Le Maire en moins doué. Mais Bertrand est un vendeur d'assurances ; on sait que les assureurs on l'habitude de tout promettre, mais en cas de sinistre c'est différent.
Je suis totalement de votre avis sur son discours lors de son élection dans les Hauts-de-France.
Ce genre de candidat édulcoré, très peu pour moi.

Julien WEINZAEPFLEN

@ Lucile

J'avais bien compris que vous ne prôniez pas un changement du scrutin présidentiel pour que l'emportent le lauréat du premier tour. Mais j'ai lu un article de Jean-Gilles Malliarakis sur son blog "l'Insolent" (où il m'arrive d'intervenir, comme Achille qui lit tout l'a révélé, ainsi qu'à Robert Marchenoir qui l'a révélé lui-même il y a longtemps), dans lequel il qualifie les primaires de "redondance du premier tour". Cela résume assez bien la question.

"Pour couronner le tout on a imaginé aussi d'importer, – frauduleusement car le fonctionnement des institutions ne se compare pas – un concept de primaires, redondance par rapport à l'existence, dans notre système, d'un premier tour.
Ce processus lui-même résulte, outre-Atlantique, d'une dégénérescence de la constitution de 1787. Et il nuit gravement, depuis le début du XXe siècle, à la vie politique des États-Unis.
En France, on l'a malencontreusement intégré aux statuts de divers partis. Leurs effets catastrophiques ont particulièrement frappé les partis de gauche : les Verts en 2012, quand les manœuvres de Duflot ont permis de désigner la malheureuse Eva Joly ; ou les socialistes en 2017 qui choisirent le calamiteux Benoît Hamon.
À droite, les "primaires statutaires" de 2016 avaient permis, certes d'écarter le pire des candidats. Les médias cherchaient alors à présenter l'impopulaire maire de Bordeaux comme le sauveur naturel de la Chiraquie ; las, l'élu surprise qui lui fut préféré par les sympathisants de la droite, en dépit d'un excellent programme, prêta le flanc à la manœuvre éliminatoire que l'on sait. Ceci l'empêcha, de peu, pour la première fois, de figurer au second tour.
C'est pourquoi ces temps-ci, devant la pléthore des hypothèses et candidats possibles à la candidature, on se préoccupe d'une opération de "départage"."

https://www.insolent.fr/2021/07/le-trop-plein-et-le-vide.html

D'autre part, Catherine Rouvier, dans "Un Zemmour nommé désir", dit une chose intéressante (qui ne me convaincra pas pour autant de voter Zemmour : je lui suis à peu près aussi hostile que Claude Luçon), mais qui rejoint mon idée que les partis politiques sont des machines de guerre des chefs et non de guerre des idées: c'est qu'Emmanuel Macron a remporté la dernière présidentielle en s'emparant de quelques "idées subversives à défendre en guise de programme". Le RN a renoncé à la bataille des idées.

"« La bataille électorale n’est pas la bataille des idées ». Jordan Bardella, le jeune second du RN, a prononcé cette phrase dans la matinale de Pascal Praud, sur CNews, au lendemain des élections régionales, croyant ainsi couper l’herbe sous le pied du possible candidat Zemmour à la présidentielle. À l’inverse, il a sans doute, par cette phrase, donné la clé de cette “envie d’Éric Zemmour” qui monte irrésistiblement dans le pays. Ce qu’a choisi Macron, pour gagner en 2017, c’est justement la bataille des idées. Et sa facile victoire aura détruit en cinq ans beaucoup de ce que nous aimons. Donc en face, pour le chasser du pouvoir, il faut un combattant des idées."

Une chose est d'être à l'aise dans le maniement des idées et plus on écoute Zemmour sans préjugé, plus on ne peut que le reconnaître ; autre chose est d'avoir une quelconque aptitude à gouverner sous prétexte qu'on est un essayiste assez brillant.

Eric Zemmour, affirme Paul-Marie Coûteaux, a toujours regretté d'avoir raté l'ENA. Il s'est mû en un brigadiste de la mondaine des moeurs politiques qu'il a bien observées. Sur le tard il se prend pour un historien. Un historien à la fois beaucoup trop réaliste, tel un héritier, par l'entremise de Bainville pour enjamber Maurras, de l'empirisme organisateur, et beaucoup trop peu pragmatique, malgré son réalisme empirique, pour faire un bon président. Mais j'aime ce rappel de Catherine Rouvier que les idées mènent le monde.

https://www.causeur.fr/un-zemmour-nomme-desir-candidat-potentiel-elections-presidentielles-205103

Achille

@ Mary Preud'homme | 08 juillet 2021 à 01:39
« Quant à votre Xavier Bertrand ce n'est qu'un fanfaron qui s'est cramé tout seul avec son discours ridicule le soir des élections régionales. »

Au premier tour on choisit le candidat qui nous convient le mieux.
Au second tour on élimine le candidat qui nous convient le moins.

J’ajouterai que ce n’est pas "mon" Xavier Bertrand. Je n’ai pas l’intention de voter pour lui au premier tour. Mais si, par un capricieux hasard, il accédait au second tour et était opposé à MLP ou à Eric Zemmour, je voterais pour lui sans hésiter.

Bill Noir

Xavier Bertrand a raison de se tenir à l'écart de la primaire de la droite, il serait rejeté.

Michel Deluré

@ Wilfrid Druais 08/07 00:20

Merci de m'éclairer sur les notions de droite et de gauche mais vous savez, depuis 2017, date à laquelle EM a accédé au pouvoir et totalement déstructuré le paysage politique français, j'ai comme beaucoup de Français, notamment ceux qui sont « des esprits faibles », quelque mal à m'y retrouver !

Alors j'espère pouvoir compter dans l'immédiat sur votre indulgence et dans la perspective de 2022 sur votre boussole pour me remettre les esprits dans le bon sens.

Mary Preud'homme

@ Achille

Que vous le vouliez ou non, s'agissant d'une élection au suffrage universel direct, c'est au peuple seul qu'il appartient de choisir son champion, laissant toutes les chances à chacun de se qualifier.
Et c'est seulement au second tour qu'il convient de jouer collectif pour faire gagner parmi les deux candidats restés en lice celui étant le plus proche de nos convictions et valeurs.

Quant à votre Xavier Bertrand ce n'est qu'un fanfaron qui s'est cramé tout seul avec son discours ridicule le soir des élections régionales.

Wilfrid Druais

@ Michel Deluré
"La droite de gouvernement, en y regardant bien, n'est-elle pas finalement celle qui dirige le pays actuellement ?"

Ben non, c'est la gauche de gouvernement qui est au pouvoir.
Vous aviez une chance sur deux d'avoir bon et boum ! c'est la mauvaise réponse. C'est ballot.
Alors évidemment, les gauchistes diront que c'est la droite puisque tout ce qui est plus à droite qu'eux est fasciste et les autres l'inverse mais au fond Macron est de gauche puisque c'est un libéral-libertaire.
Le libéralisme est de gauche à l'origine.
Il n'y a que les crétins de droite dont le cerveau est bouffé par trop de moraline 68arde qui pensent que le libéralisme est de droite.

C'est ça la force de la gauche comme le dit Zemmour: c'est de bourrer le crâne de ses adversaires politiques avec leurs idées jusqu'à ce qu'ils pensent qu'elles viennent d'eux. Ça vient des cocos qui s'y connaissent dans le genre.
C'est très fort dans le genre manipulation mentale.
D'un autre côté, ça ne marche que sur les esprits faibles.

Exilé

@ stephane
« Je n'apprécie pas X. Bertrand mais il a fait preuve de courage politique en supprimant la cigarette dans les lieux publics. »

Il n'a rien supprimé du tout en pratique car il n'a pas prévu d'empêcher les contrevenants de continuer à le faire, parfois juste en dessous d'un panneau d'interdiction, comme je l'ai vu une fois dans une grande station du RER.

Lucile

@ Julien WEINZAEPFLEN | 07 juillet 2021 à 16:11

Je ne prônais pas l'élection présidentielle à un tour, ça fait un peu Far-West ! Je voulais simplement montrer à quel point la méthode employée est lourde de conséquences, et comme il faut tout peser et savoir ce qu'on fait quand on organise une telle consultation.

D'accord avec vous pour constitutionnaliser les primaires, ça me paraît une très bonne idée. Mais en laissant le choix à chaque parti d'y avoir recours ou non pour sélectionner son candidat. Et en maintenant bien sûr la présence de candidats libres à la présidence de la République.

Je reste sur mes positions pour restreindre le vote des électeurs à une seule primaire. Vous voyez un communiste participer à la sélection du centriste, ou un RN influer sur le choix des écolos ? L'idée est farfelue, et plaisante, mais non, à mon avis il ne faut pas nuire inutilement à la cohérence de la sélection.

Tout ce questionnement sur des primaires qui n'étaient jusqu'ici pas dans nos mœurs me paraît relever d'une certaine défiance à l'égard des dirigeants des grands partis dans le choix de leur candidat à la présidentielle. Les sondages leur permettraient de savoir qui est populaire et qui peut les faire gagner, et de faire leur choix en conséquence, mais en y ajoutant leur sens politique et leur expérience. En fait, ils n'ont plus assez d'autorité sur les candidats pour contenir leurs ardeurs présidentielles.

Achille

@ Mary Preud'homme | 07 juillet 2021 à 13:34
« Ne vous en déplaise l'élection présidentielle est l'élection, au suffrage universel direct, d'un homme ou d'une femme et non d'un parti politique. »

Colossale erreur. La politique c’est un peu comme le football, pour gagner il faut jouer collectif.
Xavier Bertrand en voulant jouer perso non seulement ne remportera pas la victoire, mais il fera perdre la droite.
Je vous ferai remarquer que Valérie Pécresse, bien qu’ayant quitté LR, accepte de participer à la primaire, ainsi d’ailleurs que tous les autres postulants de LR et du centre.
Tout ce que va gagner XB dans son attitude, c’est de se faire tacler grave par les militants de LR.
D’ailleurs cela a déjà commencé sur Twitter où il en prend plein la tête. Je crains même que les électeurs qui avaient l’intention de voter pour lui à l’élection présidentielle finissent par lui préférer le vainqueur de la primaire de la droite et du centre.

________________________


@ Michel Deluré | 07 juillet 2021 à 16:25
« La similitude entre la démarche actuelle de XB et celle de EM lors de la campagne de 2017 ne vous aura par ailleurs pas échappé. »

Il est clair que Xavier Bertrand veut la jouer à la Macron, partant du principe que si ça a marché pour lui, il n’y a pas de raison qu'il en soit autrement pour sa personne.
Sauf que le contexte est totalement différent. XB a déjà un long passé politique alors que EM, lui, venait de nulle part et suite aux déceptions subies avec Nicolas Sarkozy et François Hollande, EM est passé pour l’homme providentiel qui allait casser le logiciel gauche-droite.
En fait il n’a fait que corriger quelques bugs, mais rien n’a vraiment changé sur le fond.
Comment en serait-il autrement d’ailleurs vu que les pouvoirs du président sont totalement verrouillés par les institutions, ce qui, entre nous est plutôt une bonne chose car cela évite les dérapages incontrôlés.

À noter que dans le gouvernement de Xavier Bertrand j’ai oublié le ministre de la Santé qui occupe une grande place en ce moment.
Je propose Philippe Juvin qui ne cesse depuis deux ans d’affirmer qu’il a les solutions pour nous débarrasser de la Covid-19. En plus il rêve de ce poste tous les matins en se rasant.
Ce sera l’occasion de vérifier s’il est à la hauteur de ses ambitions.

P.-S.: pour ce qui est du poste de conseiller du futur président, ou de secrétaire général de l’Elysée, je préfère encore vivre le reste de mon âge tranquillement dans mon petit village. J’ai passé l’âge des grandes ambitions. :)

Michel Deluré

@ Achille 07/07 08:26

En affirmant que la position de Xavier Bertrand n'aura pour effet que de faire « battre la droite de gouvernement », vous avez peut-être fait naître chez nombre d'intervenants sur ce blog beaucoup d'espoir car la « droite de gouvernement », en y regardant bien, n'est-elle pas finalement celle qui dirige le pays actuellement ? Avouez qu'il y a parfois matière à s'y tromper au regard des transfuges de LR qui participent à ce gouvernement !
Un bémol cependant, il existe tout de même pas mal de manquements par rapport à une véritable politique de droite.

La similitude entre la démarche actuelle de XB et celle de EM lors de la campagne de 2017 ne vous aura par ailleurs pas échappé.

Pour le reste, XB certainement va se réjouir de constater que vous lui avez déjà mâché une bonne partie du travail en lui dressant une ébauche de son futur gouvernement.
S'il atteint son Graal en 2022, un poste de conseiller auprès du futur président, voire de Secrétaire général de l'Elysée, vous guette Achille.

stephane

Présidentielle, rencontre d'un homme ou une femme et d'un peuple... Certes.
Qui pour apporter les 500 signatures ? Demandez à Villepin !
Qui pour tracter ?
Pour retourner la veste si par hasard élection gagnée il y a, il y aura du monde, surtout avec les législatives sans la foulée, mais avant.
Guaino aurait été un bon candidat en 2017, mais il n'a pas passé la barrière des signatures pour la primaire. Jacques Myard pareil, Geoffroy Didier.

Rencontrer un peuple, OK, mais le peuple en a-t-il envie ?
Une candidature, et ce même si le peuple vient au rendez-vous, nécessite de la logistique, de l'argent, des structures. Et quand on est assureur et pas banquier d'affaires, c'est plus difficile de rassembler le pognon, la tune, le flouze...
Personne ne peut échapper à la réalité économique de la présidentielle. La lucidité de Bertrand laisse à désirer, quel que puisse être son destin.

Julien WEINZAEPFLEN

@ Lucile | 07 juillet 2021 à 10:47,

Il serait sans doute hasardeux de faire disputer l'élection présidentielle à un seul tour. L'élimination du second tour, consécutive au choix fait au premier, priverait le président élu de l'onction arbitrale dont l'assure, dans une certaine mesure, ce choix du plus grand commun dénominateur, surtout si, dans l'état actuel des sondages, c'était Marine Le Pen qui devait l'emporter ainsi que vous le notez, laquelle est on ne peut plus clivante.

En revanche, pour les législatives, l'élection à un seul tour serait une alternative heureuse à l'absence de proportionnelle intégrale avec une majoration pour le parti victorieux. L'élection à un tour à la Chambre des communes existe en Grande-Bretagne et le Royaume-Uni ne s'en porte pas plus mal.

À la limite, il faudrait constitutionnaliser les primaires plutôt que de les laisser improviser par les partis politiques. Dans la mesure où les partis "concourent à l'expression du suffrage" (article 4 de la constitution de la Ve République), il ne serait pas déraisonnable que la constitution s'en mêle. Dans la communauté européenne d'Alsace où son président, Frédéric Bierry, voulait consulter les Alsaciens sur l'intégration de cette ancienne région au nouveau et gigantesque Grand Est, le Sénat a refusé la consultation, ai-je appris hier dans un entrefilet que j'espère exact ou à défaut avoir interprété avec exactitude. Le suffrage, que le Parlement contrôle dans une région, pourrait et devrait a fortiori être contrôlé dans un parti politique.

Je ne suis pas de votre avis sur la participation des électeurs à plusieurs primaires, venant créer le chambard dans des partis pour lesquels ils n'ont pas l'intention de voter. Je suis même favorable à la suppression de la charte de sympathie pour un parti que l'on signait à la première primaire citoyenne du PS. Je ne suis pas certain que cette charte soit compatible avec l'élection à bulletin secret et je me demande si la CNIL n'a pas soulevé le lièvre. Il me paraît légitime que les électeurs veuillent choisir le meilleur candidat dans tous les partis puisque, pour finir, le président se doit d'être une personne au-dessus des partis dont on doit oublier comme par enchantement l'allégeance à un parti qui a fait toute sa carrière politique.

Mary Preud'homme

@ Achille | 07 juillet 2021 à 08:26

Ne vous en déplaise l'élection présidentielle est l'élection, au suffrage universel direct, d'un homme ou d'une femme et non d'un parti politique.
Même si les socialistes et autres présumés progressistes aiment la jouer "collectif" pour répondre à leur idéal communiste...
Ce qui n'est pas une raison, bien au contraire, pour les copier servilement, dès lors que cela reviendrait au final à priver l'électeur de son libre arbitre et à réduire ou recadrer son choix.

Achille

Ci-joint le gouvernement présumé dans le cas bien improbable où Xavier Bertrand serait élu.

*Premier ministre Valérie Pécresse. Ce qui aurait pour effet de rassembler la droite et le centre droit. Beaucoup plus simple de gouverner avec des gens qui ne passent pas leur temps à se tirer dans les pattes.

*Ministre de l’Intérieur Laurent Wauquiez. Lui qui a revêtu un gilet jaune, il serait intéressant de voir la façon dont il gère ce mouvement qui ne manquera pas de refaire son apparition en 2022.

*Ministre des Finances David Lisnard. Cela permettra de vérifier s’il est aussi bon gestionnaire des deniers de l’Etat qu’il l’est avec ceux de sa bonne ville de Cannes.

*Ministre des Armées Hervé Morin. Il a déjà occupé cette fonction donc cela ne devrait pas poser de problème.

*Ministre de la Condition féminine Nadine Morano. Cela risque de changer des discours de Marlène Schiappa, c’est sûr ! Mais il faut faire preuve d’audace pour changer les mentalités.

*Ministre de la Culture Eric Zemmour. Monsieur "Je sais tout" sera dans son élément. Mais je crains qu’il n’ait atteint son principe de Peter.

*Ministre des Affaires étrangères Eric Ciotti. Là on sent que ça va dégager. Il lui faudra sûrement un secrétaire d’Etat chargé de la gestion des charters.

*Ministre de l’Agriculture Christian Jacob, le seul domaine qu’il est censé connaître. Avec lui les vaches seront bien gardées.

*Enfin, ministre de la Justice Philippe Bilger, ou à défaut sa fille Charlotte. Bon sang ne saurait mentir !

Ceci étant, c'est de la pure politique-fiction bien sûr ! :)

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Seule une primaire à l'image de celle de 2017, ouverte à l'ensemble des sympathisants de droite, saura donner à son vainqueur la légitimité, la force et l'élan pour l'emporter en 2022.
Si elle est uniquement réservée aux adhérents, forcément plus radicaux que l'électorat, elle risque de donner un résultat non conforme aux attentes de cet électorat.

Faut-il rappeler qu'en 2017, l'échec de Fillon n'avait aucun rapport avec le processus de la primaire ?
Seule l'absence de garde-fou avait empêché la droite de se choisir un candidat de substitution.

Cette primaire est la seule façon de mettre tout le monde d'accord.
Et si, comme je le pense, son succès est comparable à celui de 2017, les autres prétendants de droite s'y plieront... sauf Zemmour bien sûr.

Achille

@ Lucile | 07 juillet 2021 à 10:47
« Vous ne me demandez pas mon avis concernant la primaire mais je vous le donne quand même ! »

Moi, on ne me demande jamais mon avis. Mais je suppose que, depuis le temps que je viens sur ce blog, tout le monde le connaît. 😊

Yves

Si, après être parvenu aux Hauts-de-France, son activité egocentrique laissait le souvenir d'une désertion, puis d'un sabotage, Xavier Bertrand n'aurait plus qu'à retourner aux Bas-de-l'Aisne.

stephane

Commentaire très éclairé d'Achille sur Xavier Bertrand.
Je n'apprécie pas X. Bertrand mais il a fait preuve de courage politique en supprimant la cigarette dans les lieux publics.
Sarkozy peut le mépriser, quand on voit son score à la primaire de la droite (à peine un votant sur 5).
S'engager pour un seul quinquennat ne me semble pas tenir la route. Si lui n'est pas candidat, les autres auront à attendre 5 ans. La manipulation peut marcher au vu des cadors de LR. Quel dommage que Gilles Bouleau n'ait pas répliqué en disant "vous voulez faire comme François Hollande".

Si Macron ose faire la réforme des retraites, réforme qui ne suffira pas, son courage politique prêchera en sa faveur. Ce sera lui ou Barnier. Les Français ne peuvent pas "en même temps" toucher du chômage important et refuser de travailler un peu plus ; pour ceux qui n'ont pas leurs trimestres. Donc si Macron a ce courage, il en sera récompensé.

Lucile

@ Deviro

Vous ne me demandez pas mon avis concernant la primaire mais je vous le donne quand même !

Selon les modalités du vote, les résultats peuvent être complètement différents. Si on élisait le président de la République à un tour, c'est à dire en fonction du nombre de voix au premier tour, MLP serait présidente. Donc il y a déjà ce problème-là. Lorsqu'un candidat est présenté par un parti, plutôt que sélectionné au nombre de votants, on peut penser qu'il représente une synthèse du mouvement politique plutôt qu'un seul courant majoritaire au sein du parti. C'est peut-être aussi bien.

D'autre part, le choix des électeurs me paraît moins stratégique que celui d'un parti : les électeurs votent pour celui qui leur plaît le mieux, les têtes pensantes d'un parti optent davantage pour un candidat ayant de plus grandes chances de se faire élire au final, du moins on l'espère. Le choix est plus raisonné (peut-être). Les deux modes de désignation se défendent, l'un étant plus démocratique que l'autre.

Deuxième problème : un électeur peut à l'heure actuelle voter aux primaires de tous les partis qui en organisent, c'est à dire aller semer la pagaille chez l'adversaire en faisant par exemple élire un candidat impopulaire qui n'aura ensuite aucune chance d'être élu à la présidentielle. Il me paraît indispensable de verrouiller le vote autrement qu'en faisant payer 1 € aux votants, et signer une déclaration de bonne foi, de façon à empêcher qu'un électeur puisse se promener dans les primaires de plusieurs partis concurrents s'il en a envie. Il ne devrait y avoir qu'un seul bulletin par électeur en tout et pour tout, ça me paraît la moindre des choses. Enfin, l'opération doit répondre aux mêmes critères de probité dans le dépouillement que les élections finales. Il s'agit quand même de choisir le futur chef de l'État pour 5 ans.

Autrement dit, on ne peut pas bricoler ce genre d'élection à la dernière minute, d'une part sans examiner de très près les règles du jeu, ni les légitimer, d'autre part sans suivre avec tout le sérieux nécessaire le déroulement du scrutin. Les contestations sont la conséquence du flou général des procédures. Jusqu'ici, il y a eu beaucoup d'improvisation, et ça continue, ce qui est incroyable au regard de l'importance de cette élection.

Donc quand on parle de primaires, il faut savoir de quel type de primaires on parle avant de savoir si on est pour ou contre. Me semble-t-il.

---

"Avec une règle du jeu qui ralentit un peu la discussion : Celui qui veut prendre la parole doit faire le résumé de ce qu'a dit son prédécesseur, et si ce dernier est d'accord avec ledit résumé, alors "Celui" peut causer".

Merci d'avoir satisfait ma curiosité, et bravo pour la règle du jeu.

Michel Deluré

Suite à la prise de position de Xavier Bertrand, qui est tout sauf une surprise, la droite hors RN semble bien malheureusement enclencher une nouvelle fois la machine à perdre l'élection présidentielle.
Qui peut en effet raisonnablement penser qu'à nouveau divisée au premier tour cette droite-là possède la moindre chance de figurer au second tour et de contester ainsi la victoire finale au locataire actuel de l'Elysée ?
Il est vraiment déconcertant de constater l'incapacité de cette fraction de la droite à tirer les leçons du passé, à comprendre que la division affaiblit et enlève toute chance de victoire alors que les circonstances lui offrent pourtant l'opportunité de jouer un rôle primordial dans cette élection, voire de la remporter.

Alors oui, cette droite va-t-elle se réveiller, va-t-elle se frotter les yeux pour regarder enfin la réalité en face, va-t-elle se secouer, se raisonner et mettre ses ego de côté pour ne pas encore désespérer les électeurs qui espèrent en elle ?

Achille

Ainsi donc Xavier Bertrand refuse de participer à la primaire de la droite et du centre, assurant du même coup une future défaite de la droite "de gouvernement".
Mais il faut comprendre ce monsieur. C’est un gars qui, contrairement aux autres prétendants ne sort pas du sérail. Il n’a pas fait l’ENA, même pas Sciences Po. Il n’a pas le CAPA d’avocat.
Bref c’est un peu un "monsieur tout le monde". François Hollande dirait de lui qu’il est "normal", comme vous et moi.

J’imagine les quolibets qu’il a dû endurer de ses collègues quand il était ministre de Nicolas Sarkozy. Même le Premier ministre François Fillon ne pouvait pas le saquer, disant en substance "Il est peut-être maçon, mais franc…" (sic).

Mais l’heure de la revanche a sonné. Il va leur montrer à tous ces prétentieux de quoi il est capable.
Quand bien même il serait battu à l'élection présidentielle, il ne permettra à aucun d’eux de prétendre à la victoire.
Ben oui, on est comme ça chez les Bertrand. On a sa fierté !

Achille

@ Wilfrid Druais | 07 juillet 2021 à 01:28
« Faire le mal est en effet bien facile que faire le bien. »

Comme disait la mère Denis : "Ça c'est vrai ça ! "

Quand je pense qu’il y en a ici qui s’escriment à écrire des dizaines de lignes pour agonir d'injures ceux qui n’ont pas l’heur de partager leurs certitudes, alors que quelques lignes suffisent ! :)

Wilfrid Druais

@ Deviro
"J'ai failli me décrocher la mâchoire en rigolant à gueule bec à la lecture de votre commentaire.
Vous voyez le mal que vous pouvez faire en seulement 4 lignes ?"

Dommage que je ne puisse pas faire encore plus de bien en autant de lignes.
Faire le mal est en effet bien facile que faire le bien.

Wilfrid Druais

@ stephane
"Ce soir j'ai regardé Barnier que j'ai longtemps sous-estimé mais qui a gagné mon estime lors du Brexit."

C'est sûr qu'il a été tellement brillant le Barnier lors du Brexit qu'il a été mis sur la touche à cause de son intransigeance (fascisme) alors que même les instances européennes voulaient absolument faire payer dans tous les sens du terme les British parce qu'ils ont eu l'audace de vouloir quitter le soi-disant paradis terrestre qu'est l'UE et s'ils y arrivent et se portent mieux après, c'est un très mauvais exemple pour d'autres.
Mais à part ça, c'est un cador le Barnier, c'est sûr.

Deviro

@ Wilfrid Druais | 06 juillet 2021 à 22:59

Chère Lucile,
J'ai failli poser à Deviro exactement la question que vous lui avez posée. Je ne lui poserai donc pas la question. (PC)

"Félicitations Patrice Charoulet, vous gagnez le prix du commentaire sans intérêt de la semaine, voire du mois, c'est dire.
Vu le niveau général du blog, c'est quand même toujours une performance dont on peut être fier. Ça dépasse l'entendement."

-----

J'ai failli me décrocher la mâchoire en rigolant à gueule bec à la lecture de votre commentaire.
Vous voyez le mal que vous pouvez faire en seulement 4 lignes ?

Wilfrid Druais

Vous avez vu à quel point ces cyniques de droite n'ont aucune conviction ?!
Ils font une réunion pour savoir ce qu'ils vont faire pour la présidentielle, donc se décider sur une primaire entre eux en excluant Bertrand et compagnie et tout ce qu'il en sort c'est... roulement de tambour... rien, que dalle, nada, niente, nothing, squat, zip, ZERO !

Ils sont incapables de décider s'ils doivent présenter un candidat LR contre Bertrand au risque de faire un second tour MLP-Macron ou se rallier à Bertrand et donc disparaître.

Y'a pas à dire, cette bande de branlos de LR vaut la peine qu'on les écoute et qu'on les supporte !
Effectivement, c'est le parti qui est sorti grand vainqueur des régionales ! MOUAHAHA !
Pfff, la droite française n'est même plus la plus bête du monde mais personnalise la bêtise elle-même.
Il faut vraiment être un crétin pour voter pour ces gens-là.
Heureusement pour eux, l'humanité en est pleine.

Wilfrid Druais

@ Julien WEINZAEPFLEN
"Tout à l'heure, C dans l'air diffusait un débat entre les impétrants de ce "mauvais souvenir" de Raffarin, où Nicolas Sarkozy regrettait à demi-mot d'avoir nommé NKM au gouvernement, laquelle s'exila ayant primaire perdue. Bruno Le Maire reprochait à Nicolas Sarkozy d'avoir pratiqué l'ouverture à gauche, lequel s'enrôla ministre de Macron après avoir postulé pour être le Premier ministre de Nicolas Sarkozy.
Une autre curiosité de l'émission fut de voir Brice Teinturier ne pas plaider pour le sondage proposé par Christian Jacob, contre qui vous semblez, cher Philippe, avoir quelque chose de personnel."

Vous racontez bien la débilité de C dans l'air. Sauf que vous ne parlez pas des fausses questions de téléspectateurs rédigées par la rédaction pro-gouvernementale et accessoirement de gauche comme tout journaliste qui se respecte.

Je regardais tous les soirs à l'époque de Calvi(tie... jeu de mots: chauve, implants capillaires, toussa) parce qu'il y avait un tchat où on réagissait en direct pendant l'émission sur le site de France TV.
Et comme par hasard quelques mois avant l'élection de Hollande ils ont fermé le tchat parce que c'était devenu trop pro-FN et ça pouvait devenir un problème pour l'élection à venir.
C'est ça le service public français payé avec nos impôts. C'est po dutoudutou des fachos, c'est juste des gens qui n'acceptent que des gens qui pensent comme eux, nuance.

HOPE

@ Marc Ghinsberg
@ Mary Preud’homme

Je vous remercie de votre réponse.

Wilfrid Druais

@ Patrice Charoulet
"Chère Lucile,
J'ai failli poser à Deviro exactement la question que vous lui avez posée.
Je ne lui poserai donc pas la question."

Félicitations Patrice Charoulet, vous gagnez le prix du commentaire sans intérêt de la semaine, voire du mois, c'est dire.
Vu le niveau général du blog, c'est quand même toujours une performance dont on peut être fier.
Ça dépasse l'entendement.

stephane

Ce soir j'ai regardé Barnier que j'ai longtemps sous-estimé mais qui a gagné mon estime lors du Brexit.
Il écrase Bertrand en tous points. Il ferait un très bon président qui relèverait un peu la fonction.

Patrice Charoulet a découvert Annie Genevard qui fut maire de Morteau.
Elle sait se faire remarquer, mais son amendement et son argumentation à l'Assemblée nationale frôlaient le ridicule. Cela n'excuse pas la réponse de Dupond-Moretti.

Au sujet de ce dernier, si voir les gens danser le rend heureux, alors qu'il coure les mariages car son bonheur ne transparaît pas sur sa figure.

Annie Genevard se laisse emporter par un désir de notoriété et parfois en fait un peu trop, au point de saboter les combats légitimes qu'elle mène ; mais c'est une députée travailleuse.
Mêler la danse des mariages alors que ce qui dérange ce sont les incivilités, cela a décrédibilisé son travail, qu'on peut qualifier de mal préparé. Des leçons chez Nadine Morano lui feraient du bien. Je l'aime bien Nadine, ça manque à droite.

Julien WEINZAEPFLEN

Omission dans mon précédent commentaire: les présidentielles se jouent toujours sur le tard. Donc désigner un candidat dès maintenant peut l'user par avance et ne le faire qu'en novembre est de bonne stratégie jacobite, n'en déplaise à notre hôte.

_____________

Merci, Deviro, d'avoir sollicité mon avis en bonne compagnie, avec des commentateurs dont j'estime la capacité d'analyse, que je partage ou non leurs idées en gros ou en détail. Je n'avais pas lu votre requête en postant mon précédent commentaire, où vous aurez vu qu'il y a au moins une exception, la seconde primaire socialiste, où les "évincés" ne suivent pas le "désigné" parce que les partis politiques sont des machines de guerre des chefs et non de guerre des idées. La démocratie directe n'est pas faite pour eux.

Une façon de corriger ce déficit idéologique serait d'adopter la proposition de Jacques Attali de faire une primaire des programmes plutôt que des hommes et de désigner ensuite celui qui pourrait incarner le programme choisi. Ce n'est pas facile à mettre en oeuvre et c'est sans doute un peu idéaliste, mais ce serait de bonne politique.

Patrice Charoulet

Il y a quelque temps, sur France Culture, j'ai découvert Annie Genevard, dans une émission politique. J'ai trouvé son intervention absolument remarquable. Je ne la connaissais pas. Je me suis dit : quel dommage qu'elle ne soit pas plus connue. Je lui ai dit mon admiration sur Facebook.
Or j'apprends, ce mardi, qu'elle devient numéro 2 dans mon parti, LR.
À la bonne heure !
J'espère qu'on l'invitera plus à la télé au cours des prochains mois.

Denis Monod-Broca

Je propose le coup de force suivant: puisque changer de nom est à la mode, Les Républicains devraient changer, eux aussi, à nouveau, de nom et se dénommer désormais Les Résistants ou les Réactionnaires. Ne serait-ce pas en harmonie avec leur position idéologique ?

Y a-t-il plus important que résister, que réagir aux folies modernistes de l'heure qui font de la transgression le socle de la loi ? Y a-t-il plus important que nous extraire du torrent furieux du conformisme de l'anticonformisme et reprendre pied sur les berges du bon sens et de la "décence commune" ? Y a-t-il voie plus difficile, plus courageuse, plus justifiée, et donc plus porteuse d'espoir ? Vive Les Réactionnaires !

P.-S.: et comme MLP s'est définitivement chiraquisée, rejoignant les modernistes (modérés d'accord...), la place est entièrement libre.

Patrice Charoulet

@ Lucile

Chère Lucile,

J'ai failli poser à Deviro exactement la question que vous lui avez posée.
Je ne lui poserai donc pas la question.

Deviro

@ Lucile | 06 juillet 2021 à 16:56
"Dans notre groupe, on m'a posé la question suivante :..."
Me pardonnerez-vous ma curiosité si je vous demande de qui vous parlez quand vous dites "notre groupe" et "on" ?

"on", c'est quelqu'un... du groupe !
"notre groupe" c'est un groupe de thésards, de post-doctorants qui s'enrichit chaque année de nouveaux arrivants, diplômés ou non, dont le discours est stimulant.
Nous avons l'habitude de prendre comme thème de discussion certains billets de Philippe Bilger (qu'il en soit remercié !).

Mais ici, pas de sarcasmes, pas d'invectives, pas d'insultes, pas d'insinuations, pas de diffamations, pas de propos méprisants, seulement des arguments et des contre-arguments.
Quand on veut descendre en flamme un quidam, on ne s'attaque pas à son épouse !
Et pas de promotion de sa pomme non plus, sinon c'est l'éclat de rire général...
On ne se coupe pas la parole, on ne crie pas comme chez Pascal Praud, et surtout, pas de noms d'oiseau.

Avec une règle du jeu qui ralentit un peu la discussion : Celui qui veut prendre la parole doit faire le résumé de ce qu'a dit son prédécesseur, et si ce dernier est d'accord avec ledit résumé, alors "Celui" peut causer.

Il y a des verres sur la table, des bouteilles sympathiques (du Pomerol en général) et du sauciflard.
Une seule chose est strictement interdite : aucune phrase ne doit commencer par "il est évident que".

Julien WEINZAEPFLEN

La primaire n'a laissé que des mauvais souvenirs, comme le disait ce matin Jean-Pierre Raffarin sur je ne sais plus quelle radio que je n'ai pas écoutée. La primaire citoyenne du parti socialiste a choisi le candidat le plus médiocre qui présida cinq ans durant aux destinées de la France sous une bannière de normalité qui a accouché de l'anormal Macron, qui ne trouva pas déloyal de le trahir, tant il ne s'imposait pas dans la fonction présidentielle.

La primaire suivante dans le même parti donna l'occasion aux éléphants de trahir à grands coups de trompe, après avoir juré toutes leurs cornes de brume qu'il se rallieraient au gagnant quel qu'il soit (les électeurs sont toujours des cornards mal mariés).

La droite voulut tâter de la primaire qui suscita de l'engouement pour le ténébreux Fillon qu'une ténébreuse affaire de Penelope sans ouvrage débrancha alors qu'il avait élection gagnée, s'il n'était pas parti faire du ski sitôt la primaire emportée : "Je commencerai ma campagne en janvier".

Tout à l'heure, C dans l'air diffusait un débat entre les impétrants de ce "mauvais souvenir" de Raffarin, où Nicolas Sarkozy regrettait à demi-mot d'avoir nommé NKM au gouvernement, laquelle s'exila ayant primaire perdue. Bruno Le Maire reprochait à Nicolas Sarkozy d'avoir pratiqué l'ouverture à gauche, lequel s'enrôla ministre de Macron après avoir postulé pour être le Premier ministre de Nicolas Sarkozy.

Une autre curiosité de l'émission fut de voir Brice Teinturier ne pas plaider pour le sondage proposé par Christian Jacob, contre qui vous semblez, cher Philippe, avoir quelque chose de personnel.

Quant à moi, je me rappelle à contre-emploi les maléfices de la primaire. Car je suis pour la démocratie directe partout ailleurs que dans les partis politiques, qui sont moins que des associations respectueux de leurs statuts et qui ne consentent à l'émergence des personnalités qu'après leur effacement-écrasement au service de la machine de guerre qu'ils se donnent pour être, guerre des chefs, mais non guerre des idées.

Deviro

@ Robert Marchenoir | 06 juillet 2021 à 17:47
"Mais puisque vous sollicitez aimablement mon avis, je vous dirais que la description que vous faites du processus des primaires s'appelle, tout simplement... la démocratie.
Chacun fait valoir son point de vue, puis tout le monde se range au résultat du vote, quel qu'il soit. Qu'est-ce qui vous paraît anormal, ou même nouveau là-dedans ?"

------

La démocratie, bien sûr...
Cependant...
Rien d'anormal, rien de nouveau, mais quelque chose d'étonnant tout de même : dans le processus démocratique tel que vous l'entendez, et que je ne peux qu'approuver, les "évincés" se soumettent à la majorité, mais restent des opposants, et, fidèles à leurs arguments et/ou à leurs convictions, continuent de combattre les thèses du "désigné".

Or, après une primaire, les "évincés" se doivent de défendre les thèses du "désigné" qu'ils avaient critiquées avant le vote...

Ce n'est pas le "processus des primaires" qui m'étonne, c'est ce qui se passe après.

Je dois manquer de maturité politique...

Exilé

@ Mitsahne
« Je ne comprendrai jamais l’ostracisme haineux des pernicieux de la droite « dite de gouvernement » à l’égard de R. Ménard. »

Ils appliquent les consignes imposées par des cercles très fermés.

Yves

@ Metsys 5 juillet 02:39

Au prix d'une jolie anagramme, vous témoignez du goût des Français pour la monarchie.

Pauvre "révolution française"... "un veto corse la finira" !

Avec leur goût traditionnel pour l'understatement, les Britanniques ont jugé la secousse de 89/ 93... "a sinful overreaction".

Achille

@ hameau dans les nuages | 06 juillet 2021 à 10:33
« En fait, avec tout le respect que je vous dois, vous n'avez rien compris à ce qu'est l'immunité collective acquise, sachant que le Delta est plus contagieux mais moins dangereux. »

Mon cher hameau, je vous remercie de vouloir ménager ma susceptibilité. J’en ferai autant à votre égard.
Ce que par contre, vous ne semblez pas avoir l’air de comprendre c’est que le fait que le variant Delta soit plus contagieux que les autres variants, le rend du même coup tout autant dangereux pour les personnes fragiles.
On ne peut donc dissocier contagion et dangerosité. D’ailleurs les Israéliens qui sont loin d’être bêtes l’ont bien compris puisqu’ils ont vacciné l’ensemble de la population.
Bilan des courses : le variant Delta se propage certes, mais ne provoque pratiquement plus de morts.
J’ajoute qu’en Israël, ils ont la chance de ne pas avoir des "tourmentés" qui se méfient des vaccins comme de la peste. Ou du choléra et ça simplifie beaucoup les choses pour lutter contre ce fléau.

Je vous souhaite une bonne soirée. N'oubliez pas de prendre votre dose de vitamine D avant d'aller au lit et de vérifier régulièrement votre oxymètre. :)

Robert Marchenoir

@ Deviro | 05 juillet 2021 à 23:00

Je suis incompétent en politique politicienne, et je n'ai pas d'avis sur le principe des primaires. En dehors du fait (invoqué par personne, il me semble) qu'il me paraît scandaleux d'instaurer un nouveau mode de scrutin sans qu'il soit voté par les parlementaires -- et inclus dans la constitution, d'ailleurs.

Mais puisque vous sollicitez aimablement mon avis, je vous dirais que la description que vous faites du processus des primaires s'appelle, tout simplement... la démocratie.

Chacun fait valoir son point de vue, puis tout le monde se range au résultat du vote, quel qu'il soit. Qu'est-ce qui vous paraît anormal, ou même nouveau là-dedans ?

Mitsahne

La nouvelle vient de tomber : Christian Jacob, le président de LR, retire le titre de Numéro deux du parti à Guillaume Peltier. Pour avoir dit que cela ne le gênait pas de travailler avec Robert Ménard, maire de Béziers, sympathisant du RN (ex-FN).

La droite la plus bête du monde est toujours aussi stupide. L’imbécillité de Jacob mérite les plus viles invectives. Etre abruti à ce point relève de la psychiatrie. Ou de la place de Grève entre quatre chevaux.

À droite, il n’y a pas plus modéré que Robert Ménard. Je ne comprendrai jamais l’ostracisme haineux des pernicieux de la droite « dite de gouvernement » à l’égard de R. Ménard. Le parvenu Jacob peut-il présenter un bon bilan de quelque chose ?
Il se dit agriculteur. Le terrien se veut terrifiant. Il ne sème que la haine mais ne pratique que l’arrachage. C’est le péquenot de la politique et le roi des pignoufs. Sa récolte sera étriquée. Ce sera une mauvaise année, mais pas pour les sots.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS