« LR : la machine à perdre s'enraye... | Accueil | Contre les contrôles au faciès : une démagogie de plus ? »

25 juillet 2021

Commentaires

Herman Kerhost

Un dissident à l'Est est un héros. Un dissident à l'Ouest est un crétin vaniteux.

Robert Marchenoir

@ Exilé | 28 juillet 2021 à 16:00
"Répétons que la vaccination totale ne garantit en rien une absence de recrudescence de l'épidémie."

Vous ne manquez pas d'air. Vous êtes en train de nous dire que, puisque le vaccin ne fait pas instantanément disparaître la maladie comme par magie, alors c'est la preuve qu'il est nocif et qu'il ne faut pas l'administrer. C'est ridicule. La vérité est à l'opposé.

Plus on vaccine, plus la pandémie recule. La vaccination massive réduit fortement la maladie, alors qu'en son absence elle explosait.

Pour tenter de maquiller cette évidence, vous pinaillez misérablement à l'infini.

"Les vaccinés, se croyant protégés, se croient tout permis en risquant de contaminer les autres."

Votre inversion accusatoire est scandaleuse. Vous avez le culot de mettre en cause la moralité des vaccinés, alors que c'est l'égoïsme des non-vaccinés qui est manifeste.

Vous exploitez le fait que les vaccinés présentent un risque résiduel de transmettre la maladie, pour faire oublier que les non-vaccinés présentent un risque infiniment supérieur de la transmettre.

Les premiers ont fait l'effort (bien peu coûteux) de respecter les consignes, afin de protéger les autres et eux-mêmes par la même occasion.

Les seconds ne se sont même pas donné cette peine, et rivalisent de mensonges et de calomnies pour justifier leur irresponsabilité.

Et ce sont les premiers que vous montrez du doigt !

Vous commettez l'ignominie de nier la vérité scientifique au nom de vos obsessions politiques.

Bien sûr qu'il faut "stigmatiser" les soi-disant "dissidents" de votre espèce. Vous ne croyez pas, en plus, qu'on va vous décerner une médaille ?

Vous n'êtes pas un dissident. La vérité scientifique n'est pas une opinion politique. Elle est une connaissance, à laquelle tout un chacun peut accéder. Pourvu qu'il s'en donne la peine, et qu'il ait l'honnêteté requise.

Vos prises de position sont répugnantes, ayez au moins la dignité de les assumer. Vous militez pour la mort, pour l'invalidité, pour la souffrance, pour le confinement, pour le blocage économique, pour l'impossibilité de suivre des études, et vous voudriez qu'on vous envoie des fleurs ?

Et puisque vous insinuez que ce sont les vaccinés qui feraient courir des risques à autrui en étant capables de transmettre la maladie, signalons que plusieurs études récentes montrent, comme on pouvait s'y attendre, que les vaccins à ARN messager, non seulement empêchent ceux qui les reçoivent de tomber gravement malades, mais empêchent aussi l'infection sans symptômes. Dans une proportion de 90 % à 98 %, suivant les études !

Autrement dit, les vaccins Pfizer et Moderna empêchent ceux qui les reçoivent de transmettre le virus à autrui, ce qui accroît fortement leur capacité à mettre fin à l'épidémie.

Ces études réduisent à néant l'un des arguments favoris des négationnistes du Covid, celui que vous tentez de nous fourguer : il n'y aurait aucun devoir à se faire vacciner, puisque cela ne protégerait pas autrui.

Ne vous faites pas vacciner si vous êtes assez sot pour cela, mais faites-vous discret, au moins. N'essayez pas, pour vous disculper, de vous arroger en douce la plus haute marche du podium moral.

Lodi

@ Exilé

Je ne déguise rien du tout : soit on rend la vaccination obligatoire. Soit on n'y arrive pas, et il faut stigmatiser les fauteurs d'infection. C'est bien naturel : ils sont un danger volontaire pour les autres.

"Pas nécessairement et pas plus que des vaccinés qui, se croyant protégés, se croient tout permis en risquant de contaminer les autres."

Pas nécessairement... Vous êtes drôle : vous me rappelez l'exemple du chauffard voulant diluer sa responsabilité en allant chercher si les autres ne sont pas imparfaits. Cet exemple, je l'ai déjà donné, je me cite :

"Allez dire à l'ivrogne de ne pas prendre le volant... Mais monsieur l'agent, je ne suis pas plus assuré de tuer que le non-vacciné, soyez pas simpliste, il y a est-ce que l'autre conducteur a de bons réflexe, l'état de la route et que sais-je encore ?"

C'est vous qui êtes simpliste : vous ne comprenez pas le moindre mal... Vous refusez de faire le nécessaire sous prétexte que le nécessaire n'est pas suffisant.
Oui, le vaccin n'est pas suffisant, mais il est nécessaire, il faut donc absolument se vacciner. Pour faire image, vous ne refuseriez pas de respirer sous prétexte qu'il ne suffit pas de respirer pour vivre : il faut aussi manger et toutes sortes d'autres choses !

C'est quand même incroyable qu'on demande au vaccin une perfection qui n'existe nulle part, ni dans la nature, ni dans la culture, et en fait, dans rien... Il est déjà bien heureux qu'il existe si vite.
Mais ne forçons pas notre chance : en ne l'éradiquant pas au plus tôt, on lui donne l'occasion de muter et de devenir immaîtrisable.
À se demander si c'est le but !

Mon intervention est une alerte pas plus "déguisée" que mon appel à se vacciner, ou à défaut, à "stigmatiser" ceux qui refusent la vaccination. Soit on empêche les gens de nuire, soit on indique qu'ils le font et on leur interdit certains endroits pour limiter leurs nuisance, ce qui n'est pas plus discriminatoire que d'empêcher quelqu'un d'entrer quelque part car il ne porte pas de masque.
Ceux qui refusent les nécessité de l’hygiène sont des facteurs d'infection qui doivent être écartés pour le bien de tous.

Avec la déraison qui nous guette, type infirmières refusant le vaccin, on aura droit à des soignants refusant de se laver les mains avant une opération et disant être discriminés si on les écarte du bloc !

Protéger les victimes des irresponsables, telle est la question.

Exilé

@ Lodi
« En ne se vaccinant pas, duvent et consort risquent de contaminer les autres. »

Pas nécessairement et pas plus que des vaccinés qui, se croyant protégés, se croient tout permis en risquant de contaminer les autres.
Et puisque vous semblez avoir la comprenette difficile, répétons que la vaccination totale ne garantit en rien une absence de recrudescence de l'épidémie, comme c’est le cas actuellement à certains endroits.

Si vous tenez absolument à gober la propagande du Régime, libre à vous, mais je vous serais reconnaissant de ne pas me la resservir, j'y suis totalement hermétique, a fortiori quand elle recouvre de façon mal déguisée un appel à la stigmatisation et à la haine des dissidents.

Lodi

Imaginons cette joyeuseté: quelqu'un se retrouve ruiné à cause d'une reprise économique sabotée par les réfractaires au vaccin. Il se suicide mais ayant eu la légèreté de ne pas laisser ses volets ouverts, cette anomalie alerte les voisins qui le sauvent en alertant qui de droit. Donc, on embarque le réfractaire innocent, celui qui se suicide, et on le sauve malgré lui... Pendant ce temps, les coupables de sa situation, les réfractaires au vaccin, personne ne leur fait rien, on ne les embarque pas, ne les taxe pas, on ne peut même pas leur dire de crever comme un pauvre vieux l'a fait à une manif sans passer pour le méchant.
Défile dans un meute et comme on a peur des crocs, on te dira bon... gentil manifestant, admirable "résistant".

Je continue. Le ruiné finit à la rue après avoir été dûment chapitré par des soignants dont certains, par opposition au vaccin, sont en partie responsables de sa situation... Après quoi, les réfractaires tout contents d'eux vont diaboliser les élites coupables de tout et mépriser les gens socialement plus bas qu'eux, y compris si c'est de leur faute.

Donc le mec sera tué, mais pas tout à fait, il faudra qu'il souffre, et vive le dolorisme !

Variante: le mec à ennui se drogue pour les oublier, on le comprend... Les gardiens de l'ordre... Hum, quel ordre ? Quand on peut infecter le prochain sans vaccin, quand on admis à immigrer chez nous quand musulman, donc justement suspect d'être un risque contre la liberté voire la vie des citoyens..
Bref, les "gardiens de l'ordre"...

Bref, les défenseurs du conformisme, oui, vous embarquent en prison, et vous condamnent donc à la mort sociale.

Ces histoires sont prévisibles. Evidemment, vu le rapport de force, elles ne seront pas sues.

Précédant : les "réfugiés de la conservation", on en parle. Guère. Et quand ça arrive, personne n'en à rien à faire.
L'écologie veut qu'on sacrifie les Hommes aux bêtes, expulsés de leur territoire pour faire des réserves sans autres humains que les visiteurs. Des humains ont, de facto, une légitimé moindre que des lions et gazelles.

Chez nous, bientôt, le droit du Covid : le virus vaut plus que l'Humanité, des gens lui servant obligeamment de réserves naturelles !
Tu te vaccines, moi non, comme ça, la comédie durera toujours et il faudra apprendre à "vivre avec" le virus.

Bref, des déclassés par covid grâce aux réfractaires au vaccin existeront forcément !
À quel point ? Dur à dire. Mais on ne laisse pas les gens partir dans l'Hadès ou dans le rêve à leur gré... Y compris quand on en est... coupable ! Coupable de leur déchéance.

Il y a un autre mot que coupable ? Si je pouvais culpabiliser les "résistants", je le ferais, mais les autres, ils n'en ont rien à faire, et c'est toujours le gouvernement ou Big Pharma ou les GAFA, les coupables !
Alors culpabiliser... En tout cas, j’essaie ! Contrairement à des gens qui le font sournoisement, j'annonce la couleur. Je regrette que les vaccins ne soient pas obligatoires, tout simplement, et qu'il faille s'abaisser à jouer sur les émotions, faute que les gens soient raisonnables.
D'abord je n'aime pas devoir jouer des trémolos pour des évidences, ensuite, comment rétablir la raison et l'empathie par la magie du verbe ? Avec ou sans talent.

Quoi qu'il en soit, vous savez quoi ? Il n'y a pas de miracle entre la cause et la conséquence, ce qui doit arriver arrivera.
Mes histoires arriveront forcément... C'est facile à anticiper. Je ne me vante pas pour si peu: je déplore de n'avoir pas vu venir l'obscurantisme des anti-vaccins, le je règle mes comptes avec le gouvernement ou d'autres réalités sur le dos de la santé publique, en infligeant le virus à des innocents.

Si vous voulez éviter ironie tragique et absurdité, vaccinez-vous, ne sabotez pas les suicides et ne persécutez pas les drogués.
Sinon, drôlerie, il y aura forcément des gens se permettant d'interférer dans le destin des autres pour soi-disant les sauver, qui en seront les responsables.

Et quel exemple ! Allez dire à l'ivrogne de ne pas prendre le volant... Mais monsieur l'agent, je ne suis pas plus assuré de tuer que le non-vacciné, soyez pas simpliste, il y a est-ce que l'autre conducteur a de bons réflexe, l'état de la route et que sais-je encore ? Moi, femme enceinte, ne plus boire ? Mais enfin, Jean-Olivier, qu'as-tu à discriminer les femmes enceintes ?
Nous allons tous ensemble, nous, les joueurs de roulette avec la santé des autres injustement non qualifiés de résistants, nous fédérer ! Il y avait les maladies orphelines ? Il y a les causes d'irresponsables sans combattants, les irresponsabilités orphelines, en un mot !

Giuseppe

Aujourd'hui je ne comprends plus rien à rien concernant le passe sanitaire, les autorisations, enfin tout ce qui gravite autour. Bon je ne me casse pas trop la tête, je sors, je mets le masque, je suis vacciné pour le meilleur mais on sait aujourd'hui que l'immunité collective est une utopie, même si la protection des vaccins est exceptionnelle, il faudra des années... Beaucoup d'années au rythme où s'effectue la diffusion mondiale du vaccin.

Bon, bon, alors la vie est belle par contre le pire reste à venir quand on pense qu'un pays comme le nôtre devient un archipel, toutes ces communautés et communautaristes pour le pire.

https://www.bing.com/videos/search?view=detail&mid=9A9ED8124D07EE4156199A9ED8124D07EE415619&q=CHARLES TRENET QU4AVONS NOUS FAIT DE NOS VINGT ANS&shtp=GetUrl&shid=d6060513-5a90-44d4-9ce3-135e5217620e&shtk=Q2hhcmxlcyBUcmVuZXQgIkplIGNoYW50ZSI%3D&shdk=U3VyIHNjw6huZSBldCBlbiBwdWJsaWMsIENoYXJsZXMgVFJFTkVULCBpbnRlcnByw6h0ZSAiSmUgY2hhbnRlIiwgYWNjb21wYWduw6kgcGFyIGwnb3JjaGVzdHJlIGRlIFJheW1vbmQgTEVGRVZSRS4%3D&shhk=s%2FvdCW4XQjxr3IfKgknZ7WuWDWkh47LAQAd%2F%2BUgjENU%3D&form=VDSHOT&shth=OVP.MI1cYd5UX1TH1B-3l2FDmwEsCo

F68.10

@ Aliocha
"C'est difficile, il est vrai, d'un côté de partager son savoir avec bienveillance et de l'autre revendiquer sa croyance en la violence."

Non. C'est très facile de défendre l'utilisation de la violence quand c'est pertinent tout en garantissant à ses interlocuteurs la liberté de conscience.

En fait, une des principales raisons légitimant la violence est bel et bien la défense de la liberté de conscience.

Il y en a d'autres, de raisons.

Il n'y a que pour des gens comme vous que c'est impossible de parler de cela. Parce que c'est un élément central de votre chantage moral: le jour où on légitime le droit de parler posément de la violence et de ses conditions d'utilisation légitime, votre chantage para-religieux s'effondre comme un château de cartes.

Je vous suggère avec insistance de cesser de me relancer et de cesser de me lancer des piques.

Aliocha

C'est difficile, il est vrai, d'un côté de partager son savoir avec bienveillance et de l'autre revendiquer sa croyance en la violence. On risque, pour rassembler ses esprits, de devoir d'une confusion faire cohérence et céder à nouveau au sus à l'ennemi.
Une nouvelle fois, impavide, je propose l'incroyance.

Giuseppe

Allez, un de plus ou une de plus, c'est tous les jours, c'est à écoeurer l'électeur le plus endurci.

Bien sûr elle n'a rien fait, elle est juste mise en examen pour le plaisir de la rencontre. "Je crois en la justice de mon pays et blablabla et blablabla."
Ils ne sont pas tous comme cela, paraît-il, en creux on va finir par compter plus vite en citant les honnêtes, aujourd'hui c'est beaucoup, beaucoup plus rapide.

Ils n'en ont jamais assez, dès que cela sent la viande ils rappliquent comme des vautours, comme dirait mon voisin, ils ne valent pas la corde pour les pendre.
Que ce soit des costumes ou beaucoup plus, où est la différence ? Se goinfrer semble être leur credo, un standing à maintenir à tout prix, la soie comme mode de vie.

Et pourtant ils ne meurent pas de faim, toujours plus insatisfaits, cette noblesse d'Etat est pourrie jusqu'à la moelle, j'entends qu'il paraît qu'ils seraient mal payés, mais que veulent-ils de plus ?

Le fric pour le fric, le méchant fric, celui qui vous tente, l'empiler comme d'autre garnissent leur frigo de peur de manquer.
C'est terrifiant ! Pour cela aussi c'est la faute des électeurs, ils reconduisent ces voraces, alors qu'ils pourraient les dégager.

Nous sommes gouvernés par des boutiquiers qui ne pensent qu'à leur satané bouclard, et pour quelques billets de plus ou une troisième pièce au costard sont prêts à s'avachir.
On n'en sortira donc jamais !?

AFP, publié le mardi 27 juillet 2021 à 19h45

"L'ex-garde des Sceaux Rachida Dati a été mise en examen le 22 juillet pour "corruption passive" et "recel d'abus de pouvoir" dans l'enquête sur ses prestations de conseil auprès de l'ex-PDG de l'alliance Renault-Nissan Carlos Ghosn, a indiqué mardi le parquet national financier, confirmant une information du Canard enchaîné."

Lodi

@ Aliocha
@ Exilé

Il faut choisir : soit protéger les victimes, soit encourager duvent. En ne se vaccinant pas, duvent et consort risquent de contaminer les autres. De faire des victimes, en un mot.
Il n'y a rien d'aérien dans son attitude, seulement de l'irresponsabilité.

Mon corps m'appartient, mais il n'a pas à être une base de lancement de virus... Mon corps m'appartient pour me suicider, pour me droguer, pour tout ce que je veux... sauf nuire aux autres.
Les autres sont aussi libres que moi : ils ont le droit que je ne les empoisonne pas.

J'ai toujours défendu la liberté des drogués et des suicidants. Je défendrai aussi toujours celle des gens à ne pas être empoisonné par autrui.
C'est juste.

Dans un monde où on exclut injustement : les drogués, les suicidants... Je suis pour l'exclusion de ceux qui portent atteinte aux autres.
En somme, je veux qu'on déculpabilise les innocents et qu'on culpabilise les coupables ! C'est à la justice de rendre à chacun son dû, la justice qui est ce qu'il y a de plus haut au monde.

Qu'on me traite d'inhumain si on veut, je ne peux laisser accabler des innocents ou montrer de la complaisance envers les coupables ! Ce serait abominable, quand on parle de pente glissante, que serais-je si je disais bravo à des exclusions anciennes et injustes, car leurs victimes sont soumises, et me solidarisais avec des empoisonneurs sous prétexte que bien insérés depuis des lustres, ils croient avoir le droit de jouer à la roulette avec la vie d'autrui ?
J'aime mieux ne pas penser à ce que je pourrais valoir moralement en m’abaissant à une lâcheté si basse, à des jugements si iniques !

On m'a trouvé un tas de défauts, on m'a insulté, des injustices que je ne pardonne jamais. Je ne fais pas crédit, je n'échange pas ma dignité contre de la popularité, ce que je ne trouve pas mieux que vendre l'usage de son corps. Tout ce qu'on fait à contre-cœur en ayant l'impression de se salir est mal : ensuite, tout le monde n'a pas les mêmes critères de souillure. C'est très personnel.

Casuistique... Mais en un mot comme en cent, c'est en avalisant l'injustice contre moi-même ou contre autrui que je serais indigne. Je m'y refuse aujourd'hui, je refuse aussi de passer l'éponge plus tard, pour les autres et pour moi. Illustration : je ne pardonne pas à ceux qui ne se vaccinent pas.

Sinon, on parle de pente glissante ?
Le virus risque d'être de pire en pire si on n'en vient pas vite à bout : dans cette configuration, il y aura plus de morts, plus de chômeurs exclus (humainement ?) et peut-être des gouvernements tyranniques venant en conséquence de cette décadence générale.
Je ne crois pas au "mal dont sort un bien".
Dans ce cas... je regarderais le mal se déchaîner.

Alerter, oui, sauver les gens des conséquences de leurs actes irresponsables, non : je ne suis pas responsable des irresponsables.
La lucidité oblige peut-être à alerter qu'on risque de fracasser un navire contre les falaises, pas à aller sauver les noyés causés par le naufrage.
Je boirais du Bloody Mary.
Santé ! C'est le cas de le dire.

-------------------------------------------------

@ hameau dans les nuages

Je ne prétends pas la vaccination suffisante mais nécessaire, je rappelle les bases. Le vaccin, c'est bien, et le bien, c'est en fait, le moindre mal, rien n'est parfait dans ce bas monde.
Parmi ces bases : il ne faut pas vendre la peau de l'ours trop tôt, des Asiatiques contents d'endiguer ont été à la traîne pour les vaccins, des vaccinés croient que le vaccin suffit. On confond la bataille et la guerre : c'est superficiel, une bataille perdue ne préjuge pas de la défaite, une bataille gagnée de la victoire... Il faut être constant.

Bon, on a le droit de se détendre après une lutte contre l'incendie ou de la pédagogie, vous ne trouvez pas ?
Donc :
https://www.youtube.com/watch?v=2bjk26RwjyU

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Dans les profondeurs mêmes de cet espace de commentaires, la cuistrerie inopérante issue de l'École normale supérieure se pose en modèle, toute à sa jouissance d'être incompréhensible au commun des mortels ; comme s'il fallait donner raison à ma charge précédente."

Je crois que vous savez ce que j'en pense.

"Notons l'imbécile habitude française de dénigrer telle personnalité parce qu'elle a "échoué à l'ENA", "échoué à Normale Sup", etc. C'est déjà idiot à la base (ne s'agirait-il pas plutôt d'un mérite ?), ça l'est d'autant plus qu'il s'agit en général de personnes qui ont brillamment réussi leur vie : les inconnus qui ont "raté Normale Sup", on n'en parle pas..."

Je l'ai vue à répétition, cette imbécile habitude française. Je ne la supporte absolument plus.

----------------------------------------------

@ Aliocha
"Il est temps, et les rationalistes sont enfin prêts grâce à la parole aussi légère que l'air, à partager avec bienveillance ce savoir qui libère et permettrait en France d'enfin accéder, sans se demander à quoi cela va servir, à la toute-puissance de la réalité, si bien définie par notre hôte, qu'est la gratuité de l'esprit. "Patience, l'évolution continue." Merci duvent, merci genau, merci F68.10."

Vous fumez quoi ? Je suis correct avec duvent en exprimant ce que j'ai toujours pensé, et tout d'un coup, j'aurais les félicitations du jury décernées par Monsieur Aliocha, qui me traite à qui mieux mieux de djihadiste ou de pervers ??

Rappelons-le alors, Aliocha: toutes les croyances ne se valent pas. Et ne se vaudront jamais.

------------------------------------------------

@ vamonos
"Sur ce blog, la nouvelle qui a éclipsé toutes les autres au début de l’année 2020 a tendance à polluer tous les débats. La pandémie est systématiquement évoquée dans toutes les pages. Un peu de retenue, que diable !"

Eh bien, essayons d'en préserver dorénavant ce billet. Renouvelons l'invitation à une trêve vaccinale le temps d'un billet. L'expérience d'une telle proposition sur un billet précédent ne m'incite pas à l'optimisme en la matière, mais renouvelons cette proposition sur ce billet.

------------------------------------------------

@ Jovien
"Laquelle phrase est évidemment assez monstrueuse... Elle contient trois fautes : 1. « plus personne » suivi d’un verbe sans négation. Cette phrase est donc incorrecte. 2. « encombré que de soi » sans négation. Deuxième incorrection. (on dit « chacun est encombré de soi », mais « chacun n’est encombré que de soi». Deuxième incorrection. 3. « plus personne » implicite alors qu’il faudrait « chacun ». Cette phrase est donc incompréhensible, puisqu'elle dit le contraire de ce qu’elle veut dire."

C'est un gag, là ? C'est un sketch ?

Isabelle

Il y aura plus de morts économiques que de morts de la Covid. Chômage de masse dans le monde entier et répercussion sur l’immigration. On appauvrit toute la planète avec cette hystérie sanitaire

Robert Marchenoir

Philippe Bilger a raison lorsqu'il exprime son irritation d'être pris à partie sous prétexte qu'il s'exprime sur des sujets dont il n'est pas spécialiste. Mais cela relève de la mauvaise foi ordinaire d'Internet.

De même qu'il a raison de déplorer la baisse de l'agilité intellectuelle, liée, doit-on ajouter, à une moindre maîtrise de la langue. Il suffit d'écouter des archives radiophoniques pour constater à quel point l'homme de la rue s'exprimait mieux il y a 60 ans.

Cependant, je maintiens mes préventions face à la séduction bien française de la gratuité de la pensée, qui risque de se détacher complètement du réel.

J'en veux pour preuve la stupéfiante absence d'un mouvement d'opinion qui devrait envahir l'espace public, en ce moment. Tout le monde devrait être en train de s'extasier sur l'extraordinaire succès du génie humain dont témoigne l'invention ultra-rapide de plusieurs vaccins spectaculairement efficaces contre le Covid ; de même que tout le monde devrait s'enthousiasmer de l'emploi des technologies numériques qui a permis, aux nations adeptes du modèle asiatique (Australie, Taïwan...), d'échapper presque entièrement à la pandémie.

Voilà des exploits dignes de la grande époque de l'invention du chemin de fer, de la mise en application de l'énergie électrique et j'en passe. Voilà qui témoigne de la supériorité de la civilisation occidentale, blanche, chrétienne, libérale et capitaliste. Voilà qui devrait soulever les esprits sur une vague d'optimisme, alimentée par le pouvoir de la science et la capacité du genre humain d'œuvrer de concert en faveur du progrès.

Au lieu de cela, qu'entend-on, un peu partout ? Macron, gna-gna. Je dois me faire vacciner pour aller au restaurant, gna-gna.

Les passions politiques les plus viles, le grattage de nombril le plus abject, le déclinisme et le çavapétisme les plus suicidaires menacent de nous submerger.

Dans les profondeurs mêmes de cet espace de commentaires, la cuistrerie inopérante issue de l'École normale supérieure se pose en modèle, toute à sa jouissance d'être incompréhensible au commun des mortels ; comme s'il fallait donner raison à ma charge précédente.

C'est bien la France qui a fait, au monde, le douteux présent de la philosophie déconstructionniste, laquelle s'emploie à nier les faits et la réalité. Et c'est bien les États-Unis qui l'ont adoptée avec empressement.

Les deux nations sont en pointe dans le complotisme et le négationnisme covidiques. Didier Raoult est un héros français qui a directement inspiré Donald Trump ; Joe Mercola est une "success-story" américaine du mensonge anti-vaccinal. Tous deux exploitent la crédulité des foules et trahissent leur déontologie de médecin et de savant, au profit de leurs intérêts personnels. Mais chacun le fait en fonction des traits propres à son pays.

Le premier développe son pouvoir considérable, grâce au "modèle" français de l'État obèse et irresponsable. Jouissant de puissants appuis politiques, il profite du statut ambigu de son IHU pour brasser des dizaines de millions d'euros d'argent public et privé, dans une opacité remarquable.

Le second exploite le modèle de l'entrepreneuriat américain. S'il est l'un des artisans les plus actifs de l'escroquerie scientifique anti-vaccinale, c'est dans le but d'en favoriser une autre, banalement commerciale, elle : celle qui consiste à faire fortune en prétendant guérir les malades à l'aide de vitamines et d'autres traitements prétendument naturels, mais inefficaces.

Résultat : il est à la tête d'un patrimoine de 100 millions de dollars. Pas mal pour un défenseur des "pauvres" contre "Big Pharma".

Au sommet, les intellos éthérés de Normale Sup qui font des phrases, les professeurs américains de négrologie ressentimentale qui sabotent le sens commun avec leurs "Black studies", les entrepreneurs en fausse science qui accumulent fortune et pouvoir, les politiciens cyniques qui exploitent les frustrations populaires (Donald Trump, Florian Philippot).

Et en bas, les foules complotistes qui se croient futées et rebelles, à l'instant même où elles font la preuve de leur sottise, de leur crédulité et de leur conformisme.
______

P.S. : Notons l'imbécile habitude française de dénigrer telle personnalité parce qu'elle a "échoué à l'ENA", "échoué à Normale Sup", etc. C'est déjà idiot à la base (ne s'agirait-il pas plutôt d'un mérite ?), ça l'est d'autant plus qu'il s'agit en général de personnes qui ont brillamment réussi leur vie : les inconnus qui ont "raté Normale Sup", on n'en parle pas...

hameau dans les nuages

@ Lodi | 26 juillet 2021 à 22:03
"Il est nécessaire que la vaccination se fasse. Quand il y a un incendie, il n'y a pas d'espace ou de public qui ne soit concerné par son extinction... Certes, la réflexion est chose importante."

Tout à fait d'accord pour le deuxième point. Vous avez déjà combattu des incendies ?

Moi oui et des maous costauds genre feu de thuyas et de landes. On n'a pas le temps de faire des discours castexiens. On protège les zones sensibles (vaccination) mais pas seulement, on va plus loin dans les zones préservées auxquelles on met le feu. Des contre-feux servant de coupe-feu une fois éteints. Dans une épidémie c'est la même chose, on va plus loin chercher des dérivés pharmaceutiques pour contrer l'arrivée de l'incendie épidémique. Mais "on" ne veut pas.

Des pays l'ont fait et étonnamment on n'en parle plus du tout. On en parlait au plus fort du brasier et puis subitement ils sortaient du champ médiatique.

Malgré la vaccination, le feu couve, on en voit les fumerolles. Il faudra encore et encore des passages de Canadair abrutissant vaccinés et non vaccinés.

Pourquoi puisqu'on peut soigner ? Qui sont les boutefeux ?

Quand je vois le genre de vidéo apportée au débat par Achille, j'hallucine. Par décence je ne vais pas mettre la vidéo d'une jeune femme vaccinée ayant contracté la danse de Saint-Guy alors que le bénéfice risque non vaccin/covid lui était largement favorable. Et ils veulent vacciner les gosses !

-----------------------------------------------

@ Wilfrid Druais

S'il n'y avait que celui-là de mensonge. Un menteur essaye toujours de re-mentir pour cacher le premier mensonge. On rentre dans l'ère de la mythomanie.

Exilé

@ Lodi
« Il est nécessaire que la vaccination se fasse. »

Ça, c'est ce que prétend la propagande simpliste du Régime, en dépit des faits, dans le cadre d'une situation évolutive.
Des contrées du monde, pourtant vaccinées quasiment à 100 %, sont malgré tout en butte à une reprise de l'épidémie.
Les gens vaccinés sont eux-mêmes des contaminants potentiels, alors que seuls les non-vaccinés se font traiter comme les animaux malades de la peste, c'est le cas de le dire, avec une virulence incroyable de la part de gens qui, au lieu de favoriser le calme et la paix, pratiquent en plus un apartheid social inhumain, alors que par ailleurs ils prétendent lutter contre l'exclusion et prôner une fraternité plus mythique que réelle en pratique.

Assez de mensonges, d'hypocrisie, d'incohérences, de brutalité sectaire, pour masquer ce qui ne relève que de l'incompétence.

Et quand tout le monde aura été vacciné, confiné et que sais-je encore, que nous annoncera-t-on pour préserver le plus grand nombre ? Interner dans des camps ou mettre à mort les porteurs du virus ?
Le danger est moins le virus que le processus qui concourt à mettre en place un monde totalitaire, sous de faux bons prétextes, en réduisant en servitude des populations qui n'attendront que cela.

« Lorsque les masses aimeront leur servitude parce qu'elles auront fini par ne plus savoir qu'elles sont tombées en servitude, nous aurons gagné. »
(Gramsci)

« la présomption de mieux savoir que la majorité des chercheurs »

Ah ! La « majorité des chercheurs »...
Comme si la recherche était affaire de « majorité » et comme s'ils avaient subitement reçu la science infuse alors que le virus a pris tout le monde de court (sauf ceux qui s'y attendaient mais qui n'avaient pas été écoutés, politique oblige).
Qu'on arrête de faire dire à la recherche et à la science ce qu'elles n'ont jamais pu ou voulu dire et qui souvent n'est pas de leur domaine.
Nous dénonçons parfois ici le pouvoir des juges, allons-nous devoir dénoncer celui des hommes de science - ou prétendus tels - qui est le plus souvent celui de ceux qui s'expriment à leur place ?

Je vous propose de considérer cet avis d'un médecin :
https://www.bvoltaire.fr/lettre-ouverte-aux-nouveaux-convertis-du-sanitairement-correct/

Aliocha

Voilàààà, petite et si légère, duvent vole sur les airs et signifie aux experts comme deux et deux font quatre que son corps lui appartient, et qu'il n'est pas besoin si l'on est démocrate de donner coup de poing qui toujours revient dans la figure de celui qui le donne, qu'il n'y a aucune religion, aucune vérité, aucune identité, aucune autre réalité que l'amour, notre capacité à être fraternels sans admirer la force, sans haïr l'ennemi, sans mépriser les malheureux:

"La religion c'est ce qui relie et rien n'est plus religieux que la haine: elle rassemble les hommes en foule sous la puissance d'une idée ou d'un nom quand l'amour les délivre un à un par la faiblesse d'un visage ou d'une voix."
Christian Bobin

Il est temps, et les rationalistes sont enfin prêts grâce à la parole aussi légère que l'air, à partager avec bienveillance ce savoir qui libère et permettrait en France d'enfin accéder, sans se demander à quoi cela va servir, à la toute-puissance de la réalité, si bien définie par notre hôte, qu'est la gratuité de l'esprit.
"Patience, l'évolution continue."
Merci duvent, merci genau, merci F68.10.

Lodi

@ Jovien | 26 juillet 2021 à 20:57

Le sens de la phrase est celui que vous supposez.
Qui se fait comprendre, force son lecteur à réfléchir et laisse une trace émotionnelle, écrit assez bien pour moi. Les règles servent à atteindre de tels buts et non à faire remarquer leur éventuelle absence par les critiques.
L'unité de lieu, de temps et d'action avait aussi son utilité... Mais Shakespeare s'en passait fort bien.
Les moyens ne sont jamais que des moyens ! Il ne faut pas que le lecteur soit si sourcilleux sur l'orthographe ainsi que d'autres règles, qu'il se ferme à ce qui est fondamental dans un texte.

Et qu'est-ce qui est fondamental ? ce qui ressort de la phrase. Donc... Je pense que notre hôte a écrit "plus personne" car cela est plus fort que chacun. Il y a l'idée d'universalité et de perte. Deux réalités fascinantes: il suffit de voir la fascination pour les empires "universels" ou les lois de la nature dans le premier cas, celle pour les ruines dans le second.

Il n'y a pas de négation car la forme affirmative est en principe plus forte que la forme négative. Sauf quand on interdit quelque chose. Mais là, il s'agit de constat. "Chacun n’est encombré que de soi" est certes négatif, mais on peut se le permettre en fin de phrase car l'essentiel de la force affirmative est passée au début.
Et puisqu'il s'agit de nier, il est bon de le faire avec emphase puisque la forme négative, ce qu'on ajoute ou plutôt qu'on ôte à une chose est moins fort que la forme affirmative. Il est donc écrit: "n'être encombré que de soi".

Evidemment, notre hôte aurait pu écrire "chacun n'est jamais encombré que de soi". Mais je pense qu'il a senti que cela aurait été trop romantique pour un public où certains tiquent pour bien moins en relevant ses "fautes".
J'estime donc que tout est parfaitement calculé et capable de produire son effet sauf chez ceux qui attendent trop de rigidité dans la forme mais ne constituent jamais qu'une minorité.

Evidemment, je ne me serais pas donné la peine d'analyser une phrase qui fait son boulot de phrase: bien exprimer ce qu'elle veut dire sans être un obstacle dans le cours de la lecture.
Enfin, pas pour moi ! Mais en l'examinant de près, elle est déclarée bonne pour le service ! Ou plutôt pour le texte.

Et tant que j'y suis, merci à notre hôte pour ses écrits et à madame Bilger pour ses corrections... À mon avis, si ce texte est passé ainsi, c'est que notre correctrice l'a estimé assez bon, et je garde donc cet argument d'autorité pour la fin !

Wilfrid Druais

"Penser sur tout, parler de tout, est-ce devenu impossible ?" (PB)

"Le MENSONGE de Jean Castex en direct sur TF1"
https://www.youtube.com/watch?v=KJXE7f_D9BI

Lodi

@ Exilé

Il est nécessaire que la vaccination se fasse. Quand il y a un incendie, il n'y a pas d'espace ou de public qui ne soit concerné par son extinction... Certes, la réflexion est chose importante.
Mais concernant le virus, je ne vois pas trop en quoi les gens réfléchissent, en fait : par méfiance envers les politiciens, ils glissent à la méfiance contre le vaccin voire n'en ont rien à faire des autres, comme une personne antivax l'a avoué ici...
Ce qui n'est pas passé inaperçu et que j'ai remarqué et commenté avant les autres. C'était si révélateur !

Donc, le glissement de la politique à la science, l’égoïsme, parfois des convictions scientifiques que d'autres se donnent la peine de démonter... j'en vois des choses. Surtout l'incapacité de comprendre le moindre mal, la présomption de mieux savoir que la majorité des chercheurs et le ressentiment.
Est-ce qu'il faut appeler tout ça de la réflexion ?
C'est une question de point de vue... Certains diraient oui, moi non, tandis que je me vois en personne lançant une alerte incendie et d'autres me disent relais de propagande.

Désagréable... Mais par rapport aux pompiers caillassés parce qu'ils représentent l'Etat, qu'est-ce que ça peut me faire ? Et par rapport à des gens qui peuvent me rendre la mal pour le bien et me décevoir de cent autres manières, quelle importance ?
Admettons que quelques personnes se fassent vacciner, grâce aux "propagandistes" qui s'expriment ici. Eh bien, le salut de quelques personnes qui auraient pu mourir ou rester avec des séquelles, la sauvegarde des emplois, tout cela aurait valu la peine d'endurer celle de se faire mal voir. Et si nous échouons ? Ce serait bien triste, mais il serait dommage d'avoir un ordinateur et de ne pas essayer de faire de son mieux avec cet outil...
De toute façon, on n'en saura jamais rien.
Souvent, on sait ce qu'on doit faire, pas ce qu'il en résultera. Vacciné, on ignore combien de gens on sauve. Cela ne motive donc pas le public.

Par contre, quand on se dit "résistant" face au pass, on fait parler de soi. À défaut de savoir combien de gens on aura condamnés pour l'occasion, on saura par contre qu'on a eu un poids médiatique.
Et on se sentira vivre.

Avec tout cela, il ne faut pas s'étonner de l'opposition au pass et au vaccin... Je l'ai quand même été, ce qui prouve que je n'ai pas le réflexe qu'il faudrait face à toute réalité, savoir se demander quel mal encore inconnu va sortir de l'inépuisable boîte de Pandore.

Bien sûr que parler du virus m'ennuie profondément : se vacciner devrait être une évidence, et j'aimerais cent fois mieux suivre de brillantes digressions qui me changeraient un peu. Mais les gens n'ont pas voulu de la trêve de Lucile que F68.10 et moi avons essayé de suivre... Qu'y pouvons-nous ? Les gens n'en ont pas voulu.

Si on veut la paix sur Internet, il faut soit le monde de violence débridée de Warhammer, soit le monde des animaux domestiques où on déplore que son matou ne veuille même pas dormir dans son lit, l'ingrat !
Ces deux mondes et tant d'autres distraient de la mort et de la souffrance réelle et des divisions de la société politique française.

vamonos

Sur ce blog, la nouvelle qui a éclipsé toutes les autres au début de l’année 2020 a tendance à polluer tous les débats. La pandémie est systématiquement évoquée dans toutes les pages. Un peu de retenue, que diable !

Revenons au sujet.

Penser sur tout, parler de tout, est-ce devenu impossible ?

En toute première approche je dirais que penser sur tout n’est pas impossible tandis que parler de tout peut s’avérer inconcevable, l’interlocuteur est un élément clef de la situation . Je vais donc d’abord évoquer la pensée, ensuite la parole fera l’objet d’un paragraphe plus étoffé.

La pensée est l’une des activités du cerveau qui occasionne un bruit interne plus ou moins fort et qui est complètement inhérent à la vie. On ne peut pas s’arrêter de penser, d’avoir un libre arbitre. Même les gens conditionnés par leur entourage possèdent la faculté d’adaptation qui est l’une des composantes de l’intelligence humaine. Pour s’adapter, il faut penser, c’est obligatoire. Et même le fait de se dire que le sujet est trop compliqué ou inintéressant présuppose une réflexion préalable sur le sujet, une analyse succincte. Penser est au coeur de la vie. Face au danger, il faut combattre ou fuir. L’instinct de survie est le même depuis la nuit des temps et rien ne peut changer à ce niveau reptilien du cerveau.

La parole par contre est plus nuançante. Je voudrais dès le début évoquer le cas de la personne qui soliloque, elle peut parler de tout sans être contrariée si ce n’est pas elle-même. L’interruption par autrui n’est pas au programme. Pour une personne seule, à l’abri des murs de son domicile, il n’est pas impossible de parler de tout mais c’est un peu trop facile de traiter ce cas, la tricherie n’est pas loin.

La parole qui s’adresse à un entourage est plus intéressante, c’est le cas général. Il est bien évident que le protocole de communication ne va pas être le même selon que l’interlocuteur est un spécialiste bardé de diplômes ou bien un être inculte et analphabète. Un doctorat suivi d’une trentaine d’années de pratique professionnelle confère un niveau de raisonnement et d’élocution qui confine au mysticisme. Quand, en face, il s’agit d’un journaliste ou d’une personne lambda, le niveau se situe sur un plan politique. Et on n’en sort pas. On ne peut pas faire coïncider la politique avec la parole mystique. Les protocoles ne peuvent pas s’adapter entre eux, c’est impossible.

En admettant que le spécialiste fasse un effort et se mette à un niveau de vulgarisation politique, alors l’interlocuteur va piocher dans une encyclopédie ou sur des réseaux spécialisés des munitions pour élever son niveau et devenir mystique. Et c’est ainsi que la politique et le mysticisme nous pourrissent la vie.

Revenons une deuxième fois au sujet avec la citation de Paul Valéry : "Le pouvoir sans l'abus n'offre aucun charme".

Pouvoir, c’est être capable de réaliser un dessein, mais c’est aussi avoir le droit de faire quelque chose. Les Allemands ont deux verbes différents pour différencier les deux notions. Le verbe « können » précise la notion de capacité intrinsèque de celui qui peut, tandis que le verbe « dürfen » précise le droit fourni par une autorité supérieure. Et cela change beaucoup de choses. Cela explique en partie pourquoi les Français sont de nature à plus transgresser que le peuple germain. Ceux-ci ont la réputation d’être plus disciplinés que ceux-là. Mais quand les Allemands brisent les chaînes, accélèrent et enfoncent les barrières, l’abus devient colossal.

La sensation de puissance procure des moments de joie, de satisfaction, voire de jouissance. On s’aperçoit que la phrase de Paul Valéry pourrait être complétée, l’abus de pouvoir offre du charme pour celui qui le commet, par contre pour l’environnement, les protagonistes, l’abus peut s’avérer désagréable et même plus si manque d’affinités.

Achille

@ Michel Deluré | 26 juillet 2021 à 15:41

Débat entre Voltaire et Rousseau, voilà des échanges comme les aime Philippe Bilger ! : )

-----------------------------------------------

@ F68.10 | 26 juillet 2021 à 16:28
« Le droit de manifester n'est aucunement la légitimation de l'ochlocratie. Et il n'y a aucune raison de tolérer les actions des ochlocrates comme Jamel Bouabane »

Je n’ai rien fondamentalement contre les manifestations. Il m’est même arrivé de participer à quelques-unes, il y a fort longtemps. Mais elles se déroulaient dans le calme et avec une ambiance bon enfant. Rien à voir avec les manifs d’aujourd’hui où l’on voit une foule livrée à elle-même, sans aucun encadrement. Les manifestants s’en prennent indifféremment aux forces de l’ordre, mais aussi aux journalistes, ainsi qu’à certains leaders politiques qui tentent de se joindre à eux pour s’attirer les bonnes grâces du peuple. Alexis Corbière et Jean Lassalle en ont fait les frais dernièrement.

Le populisme ne marche plus et les partis extrêmes ne tarderont pas à s’en apercevoir à la prochaine élection présidentielle.

Exilé

@ Giuseppe
« La France fut faite à coups d'épée. »

Mais il est à craindre qu'elle ne soit défaite à coups de couteau.

Jovien

@ F68.10
"Plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, encombré que de soi". [PB]
« Je trouve cette phrase correcte et compréhensible ».

Qu’a voulu dire notre hôte ?
Je suppose : « "plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, chacun étant trop encombré de soi [pour pouvoir ce faire] ».
Mais il n’a pas écrit « chacun ». Sa phrase revient donc à : « "plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, plus personne étant encombré que de soi ».
Laquelle phrase est évidemment assez monstrueuse… Elle contient trois fautes :
. « plus personne » suivi d’un verbe sans négation. Cette phrase est donc incorrecte.
. « encombré que de soi » sans négation. Deuxième incorrection. (on dit « chacun est encombré de soi », mais « chacun n’est encombré que de soi». Deuxième incorrection.
. « plus personne » implicite alors qu’il faudrait « chacun ». Cette phrase est donc incompréhensible, puisqu'elle dit le contraire de ce qu’elle veut dire.

Vous avez donc tort, et note hôte - je le maintiens – a écrit là comme un certain animal dont on fait le saucisson.

Jérôme

Bonsoir Philippe,

Écoutez des avis divergents.
Ça permet de mieux ordonner sa pensée.
Être humble face aux connaissances.
Suffisamment patient pour écouter, vraiment.

https://youtu.be/MG0AOKssJII

C'est long et passionnant.

Idem
https://youtu.be/HY3nFYR84V0

Deux personnes passionnantes.
Pardonnez-moi cher hôte, c'est autre chose que l'ignardose galopante du neuneu blogueur.

duvent

@ F68.10 | 26 juillet 2021 à 16:28

Je vous remercie pour votre réponse que je trouve mesurée et qui ne m'inspire aucune révolte...
Pour l'instant, car il se peut que je n'en ai pas saisi toute l'amplitude.
Étant donné que je ne suis pas anti-vaccin, pour la bonne raison que j'ai été vaccinée comme tout le monde et que j'en ai tiré les bénéfices que l'on connaît, il serait idiot de le croire.
J'ai seulement affirmé que je ne me ferai pas vacciner !

Je ne fais pas de prosélytisme.
Mais je suis libre jusqu'à preuve du contraire, et je fais comme tout un chacun mes choix, car une chose est certaine, je ne me ferai pas vacciner, c'est comme ça...
Ce n'est pas bien ! C'est mal, c'est dangereux, c'est de l'inconscience, c'est un crime, mais moi, voyez-vous, je ne suis que moi...
Et je me suis dis à moi-même : Rise up my love, my fair one, and come away !

Mais, il est aussi envisageable d'organiser une purge, et d'éliminer les personnes non vaccinées…
Et ce ne sera pas aussi dur que de se faire sortir de la demeure paternelle par des vaccinés !

Bref ! Je ne suis pas votre ennemie non-vaccinée, je suis seulement une autre possibilité  !

Noli me tangere !

------------------------------------------

 @ Lodi | 26 juillet 2021 à 15:37
«L'opposition d'une latiniste au vaccin est très choquante... »

Quel est le rapport, d'autant que, je l'ai déjà dit, je ne suis pas latiniste...

Je vous conseille de vous dé-choquer au plus vite, sans quoi je serais contrainte de prendre à témoin les lecteurs de ce blog, qui pourront tous certifier que votre « choc », est particulièrement choquant, pour un être de lumière tel que moi...

Choquez-vous ! Choquez-vous ! Je m'en tamponne mollement le coquillard !

Exilé

@ genau
"Mais en URSS même il y avait des chuchoteurs qui ont tant et tant démontré à voix basse l'ignominie du système qu'il a fini par exploser à la découverte de ses infamies."

En fait, l'URSS a plutôt implosé sous le poids du mensonge.

Exilé

Penser sur tout, parler de tout, est-ce devenu impossible ?

Oui, par la grâce du Législateur quand il se pique de jouer aux commissaires politiques staliniens.
Et même quand il ne s'en mêle pas, d'ailleurs.

Antonin Scalia

@ Michel Deluré
« Permettez-moi de la prendre comme un compliment. »

Prenez, prenez, ceci est ma prose livrée pour vous et pour la multitude des commentateurs en rémission des sottises que je lis abondamment ici et là.

genau

Ouf ! Des pensées ordonnées, chassez la médiocrité. Les suites sans intervalles sont bonnes pour les chevaux de retour, afin de mieux les préparer à l'abattage.
Ainsi en va-t-il des grandes campagnes de détresse où, personne ne sachant quoi faire des contradictions qui l'assaillent sans lui laisser le temps d'opérer un choix rationnel, on mise sur le hasard pour faire sens. S'exprimer alors dans un abstrait total relèverait de la prouesse culturelle et une prouesse, ça se prépare. De la même façon qu'on préparait autrefois le grand oral de Sciences Po ou la leçon en 24h , pour 40 minutes de l'agrég. Une impro soigneusement mise au point par des fondus de culture qui ne dormaient ni ne cessaient de phosphorer pendant que le candidat notait, relevait, ordonnait, puis partait, sans une minute de sommeil, faire galoper les chevaux de la Sorbonne.
Ils dirent au Prophète "Parlez-nous des enfants" et il répondit "Vos enfants ne sont pas vos enfants, ce sont des flèches que vous lancez." (De mémoire.)

Et sur les actes de gouvernement, on confond avec l'abus du pouvoir qu'on affuble de charme, alors que c'est une chose qu'on ne fait qu'en tremblant.

Dans une époque où le degré d'évolution scientifique dépasse de loin le degré d'évolution du sens commun, de la capacité d'analyse du peuple qui n'a aucun droit à la raison politique, selon Swift, l'écartèlement des degrés de compréhension bride le discours, fait craindre de passer la ligne rouge, de risquer l'application de lois faites par des gueux pour irriter des sots qui traduiront mal le discours, faute de le comprendre, pour lui imputer la charge de la transgression vulgaire ou de sombrer dans un à-peu-près séduisant, mais avant tout chargé de 956 % de marge d'erreur.

La médecine, qui n'est pas une science, n'échappe pas à ce marasme intellectuel, la politique qui est aussi un art, s'en empare, joue sur le doute et la contradiction que la raison aurait dû éloigner.
La plus grande humilité préside aux plus grands discours, comme Alain dans sa leçon inaugurale et tout sujet peut être abordé par n'importe qui, avec humilité.

Par infortune le grandes causes ne fécondent pas souvent de grands discours et les leçons médiocres assénées par des bavards professionnels ne font pas naître de vocations hardies dont on sait par avance que la faconde autoritaire autant que mal renseignée aura toujours raison, par la force s'il le faut.

Ce n'est donc pas la médiocrité qui gagne, mais l'absence du désir brûlant de connaissance, écrasé par une indigestion d'informations arrangées, ordonnancées, pour faire taire à l'avance les objections. Mais en URSS même il y avait des chuchoteurs qui ont tant et tant démontré à voix basse l'ignominie du système qu'il a fini par exploser à la découverte de ses infamies.
Patience, l'évolution continue.

Achille

Pour ceux qui craindraient de se voir transformer en produit OGM en se faisant injecter un vaccin à ARN messager voici une petite vidéo qui dure moins de 8 mn et qui explique d’une façon très pédagogique comment agit ledit vaccin.
Rien à voir donc avec le virus HIV qui lui, effectivement, peut agir sur notre ADN.

Je joins un article du Monde , lui aussi très intéressant qui vient confirmer ce qui est démontré dans la vidéo.

Rien à voir, évidemment, avec les affirmations péremptoires de virologues amateurs que l’on peut lire sur Facebook ou sur Twitter.

Bonne lecture !

Isabelle

Penser avant de foncer bêtement. Mais avons-nous encore le droit de penser ? Sommes-nous obligés d'obéir aux ordres, contre-ordres, injonctions incohérentes diverses et variées ?

Sommes-nous en état de servitude volontaire ? La peur d'un virus, la peur de mourir, n'est-il pas naturel de mourir quand on est âgé et malade ? "Le petit chat est mort" (l'Ecole des femmes de Molière).

On oppose toujours à tort les deux mots vie et mort alors que la vie commence à la naissance et se termine à la mort, c'est ainsi. Amen, Ainsi soit-il, Inch Allah ! Le fatalisme et une certaine élégance par rapport à la mort prochaine.
La mort fait donc partie de la vie. C'est ainsi !

"Voilà près d’un siècle, un écrivain britannique, Aldous Huxley, dans son livre Le Meilleur des mondes, imaginait une nouvelle civilisation avec, notamment, un État mondial, la fabrication d’enfants conditionnés en laboratoire, le bannissement de la famille, la suppression de tous regards sur le passé et donc sur l’Histoire, et, bien sûr une société fondée sur l’hygiénisme, où une élite médicale régnerait en maître sur le corps des humains." Christian Montagard

https://www.bvoltaire.fr/dans-quel-monde-voulons-nous-vivre-question-a-lapproche-de-la-presidentielle/

Depuis presque deux ans, on arrête de vivre à force d'avoir peur de mourir !
On veut être maternés et nous voilà paternés de méchante manière.

F68.10

@ Achille
"Ah ben alors si vous croyez ce que raconte Taha Bouhafs, le roi de la fake news, alors..."

Je ne crois pas spécialement Taha Bouhafs. C'est simplement qu'il a mis en lien une vidéo qui affirme cela. La journaliste qui affirme cela est certes anonymement interviewée par Taha Bouhafs, mais on la retrouve aussi sur une autre vidéo de Taha Bouhafs, à 1:06. Cela me paraît suffisant pour donner du crédit à la version de cette journaliste anonyme.

On peut toujours remettre en cause la crédibilité de Taha Bouhafs sur le sujet. (Je sais d'ailleurs à peine qui c'est...) Ou remettre en cause la version de cette journaliste anonyme. Si on trouve des données qui la contredisent et qu'il convient alors de peser.

"Pendant toutes les manifestations de Gilets jaunes que j'ai couvertes, c'est vrai qu'il y avait de la tension, de la défiance. C'est même arrivé plusieurs fois qu'on nous prenne à partie et qu'on se fasse insulter, mais on a toujours réussi à nouer le dialogue. Cette fois-ci, aucun dialogue n'était possible. Ça a franchi un degré supérieur. [...] On est là pour essayer de donner la parole et comprendre la motivation des gens, sans jugement. On n'est jamais dans la provocation parce qu'on n'est pas du tout là pour ça." -- France Info, 24 juillet 2021.

Cet article semble donc attester que les manifestants refusaient qu'on leur donne la parole. Il cite la même journaliste anonyme, mais corrobore Taha Bouhafs. Ce n'est donc pas Taha Bouhafs seulement qui cautionne cette version des faits, mais aussi France Info.

La version d'Igor Sahiri, journaliste de BFM TV, semble corroborer celle de la journaliste anonyme en robe rouge. "On" reproche à Igor Sahiri son comportement face à un Jamel Bouabane qui l'intimide avec son téléphone portable et son obstruction illégitime à la circulation d'Igor Sahiri. Bien que Jamel Bouabane me semble être dans sa légitimité à documenter le comportement des journalistes, son obstruction physique ne l'est pas, et l'irritation d'Igor Sahiri est légitime. Pas ses manières consistant à prétendre que Jamel Bouabane n'aurait pas le droit de le filmer.

Maintenant l'agenda de Jamel Bouabane est clair:

"Le Gilet jaune suit le journaliste de BFM TV et son garde du corps de près et lui lance «on ne veut plus vous voir dans les manifestations», avant que le reporter ne s'énerve."

Et cet agenda-là est inacceptable. S'ils ne veulent pas que les journalistes couvrent les manifestations, on ne peut pas les autoriser à manifester. Le droit de manifester n'est aucunement la légitimation de l'ochlocratie. Et il n'y a aucune raison de tolérer les actions des ochlocrates comme Jamel Bouabane.

———————————————

@ duvent
"...je suis devenue l'ennemi des miens (pas tous...) et des autres que je ne connais pas, pour la raison absurde que je ne me vaccinerai pas !"

Vous n'êtes pas une ennemie pour ce motif. Non. En tout cas, pas pour moi.

"Certains disent que je suis « frappadingue », d'autres que je suis « égoïste », d'autres encore que je suis « stupide et criminelle », sur la base de leurs convictions..."

Frappadingue ? Avez-vous tenu des propos hallucinés sur le plan scientifique ? Non. Pas à ma connaissance. Vous n'êtes donc pas frappadingue en ce sens.

Égoïste ? Probablement. Vous avez le droit de l'être. De la même manière que l'État a le droit de prendre des mesures qui prennent votre égoïsme à rebrousse-poil. Si vous ne niez pas ce droit de l'État, vous n'êtes qu'égoïste et pas anti-démocrate. De mon point de vue: mention passable.

Stupide ? Je ne le crois pas. Indifférente à la question de la vérité scientifique et relativiste morale ? Probablement. Pas un crime: c'est autorisé. Un crime contre la pensée, de mon point de vue. Mais les crimes de la pensée sont autorisés. C'est simplement mon droit de les battre en brèche sans pitié si tel est mon bon plaisir.

Criminelle ? L'anti-vaccionalisme est criminel. Oui. Et meurtrier. Mais vous n'enfreignez aucune loi en affirmant votre liberté de conscience et d'opinion. Donc: pas criminel au sens légal du terme. Mais vous participez, probablement sans en avoir conscience, à un mouvement d'idées qui est criminel au sens moral du terme. Et c'est le travail des rationalistes comme moi de tenter de vous en faire prendre conscience.

Prenons la question sous un autre angle:

Le 22 septembre 2013, il y eut en Suisse une votation sur la vaccination obligatoire. Auriez-vous souhaité qu'il y en ait une en France ? (Moi, oui.) Cette votation a été remise sur le tapis en 2020 avec récolte des signatures nécessaires jusqu'en 2022. Trouvez-vous que cela est une bonne chose ? (Moi, oui.) La votation de 2013 fut acceptée à 60 % au grand dam des anti-vaccins. (La position anti-vaccin fut par contre majoritaire dans les cantons d'Uri, de Schwyz, d'Appenzell Rhodes-Extérieures et Rhodes-Intérieures, i.e. chez les bons gros Neinsagers qui ont mon affection.) Accepteriez-vous le caractère contraignant d'une telle votation, quelle qu'en soit l'issue ? (Moi, oui.) Trouvez-vous le niveau de consultation de la population sur ces sujets adéquats en France ? (Moi, non.)

Si vous répondez à ces mêmes questions, j'aurais une perspective plus claire sur l'immoralité ou la moralité de votre mouvement d'humeur anti-vaccin. En aucun cas je ne conteste votre droit à avoir une opinion sur le sujet et à la défendre... mais je contesterai votre droit à ne pas respecter la volonté démocratique en la matière. "Respecter la volonté démocratique" et "avoir une opinion dissidente" ne sont pas antinomiques. C'est quand ces positions deviennent antinomiques que vous commencez à poser problème. Comme ceux qui cognent des journalistes dans les manifestations anti-vaccin ou ceux qui démolissent des centre de vaccination.

Tant que vous n'en êtes pas là, je ne vois aucune raison particulière de vous qualifier d'ennemi.

Isabelle

@ Deviro

Les enfants touchés par la Covid bien souvent ne s'en rendent même pas compte. Un petit rhume et c'est fini.
Alors pourquoi un vaccin à tout prix et à n'importe quel prix ?
On pourrait peut-être réfléchir avant de se lancer, telle une brute épaisse, dans la courtisanerie macroniste habituelle.
Ce virus qui nous vient de la dictature chinoise, quel programme !
En attendant, Macron a réussi son coup, il a gagné le jackpot. Il a divisé les citoyens. Rebelote !
Macron, le président de la division des citoyens.

————————————-

@ duvent
"J'irai partout où bon me semblera, je ne fréquente pas les humains, ils ne risquent rien, je n'ai pas l'instinct grégaire, je ne trouve rien de bon chez le chien asservi et craintif, il lui suffit de l'ombre de la main pour baisser son train(...)
Il est conduit par la laisse vers sa gamelle, à coup de statistiques, de rapports économiques, de faits historiques, de menaces fatidiques, et autres études cliniques, chimiques, etc."

Une fois de plus, j'apprécie votre prose. Cela revigore.
Enfin un esprit libre sur ce blog !

Guy de Maupassant décrit A. Schopenhauer :
«Qu'on proteste ou qu'on se fâche, qu'on s'indigne ou qu'on s'exalte, Schopenhauer a marqué l'humanité du sceau de son dédain et de son désenchantement. Jouisseur désabusé, il a renversé les croyances, les espoirs, les poésies, les chimères, détruit les aspirations, ravagé la confiance des âmes, tué l'amour, abattu le culte idéal de la femme, crevé les illusions des cœurs, accompli la plus gigantesque besogne de sceptique qui ait jamais été faite. Il a tout traversé de sa moquerie, et tout vidé. Et, aujourd'hui même, ceux qui l'exècrent semblent porter malgré eux, en leur esprit, des parcelles de sa pensée.»

Achille

@ Jérôme | 26 juillet 2021 à 14:32
« Imaginez par exemple un crétin qui affirmerait que l'ARN ne peut agir sur l'ADN !
Alors que le premier neuneu venu sait que le VIH est un rétrovirus à ARN qui agit sur l'ADN. Que les vaccins AstraZeneca et Janssenn sont des vaccins à ADN. Ah bon ! On a donc réussi à créer de l'ADN de coronavirus alors qu'il n'en a pas ? Ben oui, on l'a fait. »

Je me doutais bien que quelqu’un sortirait cette ânerie sur ce blog. Bingo !
Le premier neuneu venu dit-il ! :)

Michel Deluré

@ Achille 26/07 13:40

En m'assimilant à l'émule de Rousseau, ce qui est me faire trop d'honneur, je crains que l'auteur qui formule cette comparaison audacieuse ne soit en réalité mon Voltaire !

Lodi

@ duvent

Les Romains avaient l'esprit civique et je doute qu'ils aient apprécié qu'on mette la vie d'autrui en danger ou pousse à le faire en dénigrant que les autorités essaient de pousser les gens à se vacciner. Question hygiène, ils en connaissaient un rayon, question dévouement à la cité aussi.
L'opposition d'une latiniste au vaccin est très choquante... Alors je vais donner un point de vue plus romain que des je suis sur mon nuage et je me moque de vous et des conséquences.

Actus dicitur bonus qui est conformis legi et rationi.
Un acte est dit bon lorsqu'il est conforme à la loi et à la raison.

Enfin, il n'y a pas que vous à déformer les choses, prétendre défendre les victimes et ne pas promouvoir le vaccin voire dénigrer ses avocats alors qu'il sauve tant de vies, c'est aussi osé dans son genre.
Parler d'anthropologie quand on la déforme et alors qu'on ne saurait citer René Girard, c'est grave... Mais en admettant même qu'un penseur commette un jour une erreur, il faut avoir le courage de ne pas le suivre mais de préférer la vérité car Amicus Plato sed major amicus veritas.

Exilé

@ Lodi
« polémiques vaccinales (...)»

Est-il vraiment nécessaire de tenter de faire pénétrer le rouleau compresseur de la propagande totalitaire des hommes du Régime sur cet espace dédié à la réflexion pluraliste, un des derniers où règne un peu de liberté ?

Jérôme

Bonjour Philippe,

Chère duvent, vous dites :
il lui suffit de l'ombre de la main pour baisser son train...

Ou sortir l'arrière-train. Vous m'direz, ce n'est guère différent.
Vous êtes rassurante.
Une bouffée d'oxygène dans un océan de veulerie.

Exilé

Je suis alors frappé par l'inaptitude, même des esprits les plus fins n'ayant pas échoué dans l'épreuve précédente, à s'engager dans cette nouvelle entreprise orale.

Pour prendre la défense de ces esprits fins qui auraient échoué à l'occasion de cette épreuve, il faut dire que la mise en place des idées surtout complexes ne se fait pas toujours de façon instantanée et qu'il faut parfois laisser du temps au temps pour qu'à la suite d'une lente maturation, une pensée structurée et dicible finisse par émerger.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Penser, qui vous en empêche ? J'ai la vague impression que c'est le fait d'être critiqué lorsqu'on étale le fruit de ses pensées qui vous dérange.
Tout le monde se pense légitime sur tout. Toutes pensées auraient une valeur égale. Qu'elles s'appuient sur des faits, des analyses de professionnels, des connaissances, des études ou justes sorties du chapeau de celui qui les exprime
.
Je vous recommande un petit opuscule drolatique de Harry G. Frankfurt qui s'appelle : De l'art de dire des conneries. En anglais, On bullshit.
Je ne trouve pas mieux comme commentaire à faire sur votre sujet.
Le menteur, le baratineur et le nouveau genre : mais pourquoi donc ce que je dis sur n'importe quel sujet aurait moins de valeur que ce qu'en disent même les spécialistes ?
Tendace favorisée par cette propension faqueniousiste de la vérité officielle.

Par exemple, un Macron qui pond en interview, concernant la crise sanitaire, que "le débat scientifique est clos", les bras m'en tombent !
Mais qui est-il pour déclarer une bêtise pareille ?
Étonnez-vous après ça que n'importe quel Lalanne se prenne pour Axel Kahn !
Alors penser oui, se prendre pour ce qu'on n’est pas ...
Imaginez par exemple un crétin qui affirmerait que l'ARN ne peut agir sur l'ADN !
Alors que le premier neuneu venu sait que le VIH est un rétrovirus à ARN qui agit sur l'ADN. Que les vaccins AstraZeneca et Janssenn sont des vaccins à ADN. Ah bon ! On a donc réussi à créer de l'ADN de coronavirus alors qu'il n'en a pas ? Ben oui, on l'a fait.

Bon, pas un c*n n'oserait dire ça tant il est facile de corriger sa pensée en écoutant les gens compétents. Pas des gens dans le gloubiboulga du pro ou de l'anti. Juste des gens qui expliquent. Que c'est possible. Pas que ce sera certain, que ça arrivera, mais que c'est possible.
Penser, mais écouter.
Pas se prendre pour l'indépassable Danube de la conner*e reconvertie en pensée.

duvent

« J'espère qu'on parviendra à sauver la gratuité de l'esprit, le pur plaisir de penser et l'honneur de vagabonder : tout simplement réfléchir, s'interroger, rêver, inventer, spéculer et jouer. Sans se demander à quoi ça va servir. »

De quoi parlez-vous M. Bilger ?
Je ne comprends pas, et cela est inquiétant...

Qu'est-ce que veut dire : « sauver la gratuité de l'esprit » ??
L'esprit, j'en ai à ne plus savoir qu'en faire, gratuitement c'est vrai, et encore heureux, s'il fallait payer, je n'en voudrais pas, je resterais une con*e parmi tant d'autres, et je n'aurais pas mal à mon Esprit, qui je vous le dis, et j'espère que cela vous rendra triste de le savoir, a mal à tous ses os, tous ses ligaments, toutes ses jointures, depuis que par un enchantement délétère, je suis devenue l'ennemi des miens (pas tous...) et des autres que je ne connais pas, pour la raison absurde que je ne me vaccinerai pas !

Certains disent que je suis « frappadingue », d'autres que je suis « égoïste », d'autres encore que je suis « stupide et criminelle », sur la base de leurs convictions...

Et moi qui ne suis pas vraiment quelqu'un d'intéressant, ni particulièrement intéressé, j'affirme que je ne ferai de mal à personne, mais que personne ne me conduira de la façon la plus vicieuse qui soit, par la peur, la culpabilité, à renoncer à ce que vous appelez« la gratuité de l'esprit », et je soufflerai où il me plaira !

J'irai partout où bon me semblera, je ne fréquente pas les humains, ils ne risquent rien, je n'ai pas l'instinct grégaire, je ne trouve rien de bon chez le chien asservi et craintif, il lui suffit de l'ombre de la main pour baisser son train...

Il est conduit par la laisse vers sa gamelle, à coup de statistiques, de rapports économiques, de faits historiques, de menaces fatidiques, et autres études cliniques, chimiques, etc.

Pouvez-vous M. Bilger, me dire si le fait que les contaminés augmentent en nombre illusoire ou fictif, conduit à la protection naturelle par un effet, comment dire, de connaissance de cette couronne malfaisante, est-ce un bien ou est-ce un mal ?

La douleur physique n'est pas le mal, le mal c'est la faiblesse morale...

Ce qui ne sert à rien s'appelle « ART » !
L'art de vivre ! L'art de mourir ! L'art de s'affranchir ! L'art de renoncer à sa gamelle ! L'art de la joute ! L'art de dire MERDE !

Non abbiate paura della valle oscura dell'anima !

Si l'on doit me torturer pour des propos inconvenants et dangereux, pourriez-vous plaider ma cause, M. Bilger et dire que je préfère la décapitation au pal ou à l’écartèlement ? Mille grâces !

Isabelle

@ Claude Luçon

CLAUDE !!!! Je vous réponds fort et clair à 10.59. Je vous renvoie une partie du message :

« À ce jour, aucun vaccin n’a reçu l’autorisation permettant son administration à des enfants et des jeunes de moins de 16 ans. En principe, les jeunes de plus de 16 ans peuvent recevoir le vaccin BioNTech/Pfizer. L’homologation des vaccins pour les enfants est un sujet extrêmement sensible. C’est ainsi qu’il convient, dans un premier temps, de disposer de preuves suffisantes de son innocuité chez l’adulte. Les études sur son utilisation chez l’enfant ne peuvent être réalisées que dans un deuxième temps.
Ces études sont actuellement en cours. On ne sait pas encore quand elles s’achèveront, ni quand un vaccin spécifique aux enfants pourra être inoculé à ces derniers. »
Mardi 30 mars 2021.

Macron se balade à Tahiti et les Français continuent de constater que leurs vacances sont gâchées. Pas de répit pour les troupes. Alors qu'avec plus de décontraction et de recul, on pourrait réconcilier le plus grand nombre.

Si un réel danger est à prévoir pour les enfants, pourquoi les "hautes instances" ne le signalent-elles pas clairement ?

Nous nageons tous dans le brouillard avec ce virus. Merci la Chine !

Achille

@ F68.10 | 26 juillet 2021 à 12:09
« De ce que j'ai entendu sur le fil Twitter de Taha Bouhafs, c'est justement que les journalistes souhaitaient leur donner la parole... »

Ah ben alors si vous croyez ce que raconte Taha Bouhafs, le roi de la fake news, alors...

Une chose est sûre, c’est que ce journaliste autoproclamé ne risque pas de se faire tabasser par les manifestants vu qu’il est de toutes leurs virées. :)

————————————-

@ Michel Deluré | 26 juillet 2021 à 11:22
« Je sens dans votre réponse comme une pointe d'ironie. Permettez-moi de la prendre comme un compliment. »

Mais c’en est un. Vous devriez vous faire appeler Emile ! 😊


Deviro

@ Isabelle
"Le pass sanitaire sera imposé aux enfant de 12 à 17 ans alors qu'ils ne sont pas touchés par la Covid."

Et vous nous communiquez (Isabelle | 26 juillet 2021 à 10:59) un lien qui dit exactement le contraire :
"Les cas de contamination d’enfants et de jeunes sont de plus en plus fréquents."

https://www.bundesregierung.de/breg-fr/actualites/covid-danger-pour-les-enfants-1883178

Un garçon de notre groupe vous a rebaptisée "Isa la nouille"... Il a osé, le gueux !

 Claude Luçon

@ Isabelle | 26 juillet 2021 à 08:52
"Tous des cobayes y compris nos jeunes. Où est la prudence ?"

ISABELLE !!!
La prudence est dans le combat contre le danger de propagation du virus aux autres précisément parce que les enfants sont le moyen le plus efficace de transmission du Covid !
La proximité et la promiscuité entre individus sont au maximum entre adultes et enfants et enfants entre eux !
Qui plus est, vu la rapidité de mutation de ce virus tôt ou tard il s'attaquera aux enfants précisément parce qu'il y trouvera un vaste champ d'infection !
Les enfants sont particulièrement sensibles à d'autres virus, d'où leur vaccination au plus jeune âge, le Covid va découvrir comment !
Il s'adapte aux nationalités (Chine, Brésil, anglais, indien) ;) il d'adaptera aux générations je crains !

F68.10

@ Achille
"Surprenant de la part de gens qui sont censé défendre la liberté. La leur, mais pas celle de la presse..."

D'aaaacord... donc, si je comprends bien, en France, le droit de manifester inclut le droit de taper les journalistes. Et si on dit qu'il y a un problème, Isabelle va nous dire qu'on est en dictature. D'aaaacord...

Aucun repère moral.

Ils ont le droit de ne pas défendre la liberté ou de défendre la dictature ou de défendre le droit de taper les journalistes. Ils n'ont simplement pas le droit de taper des journalistes...

"Difficile de couvrir ces manifestations sans donner la parole à un des participants. Si vous ne le faites pas vous risquez juste d’être molesté ainsi que cela est arrivé à certains journalistes de France 2 mais aussi de BFM."

De ce que j'ai entendu sur le fil Twitter de Taha Bouhafs, c'est justement que les journalistes souhaitaient leur donner la parole...

Metsys

"La séquence la plus importante concerne le choix, par la personne qui m'a sollicité, de n'importe quel sujet qu'elle aura à structurer dans sa tête".

C'est précisément cette séquence intérieure qui fait le prix du dernier ouvrage d'Orsenna : je veux faire l'éloge d'Emmanuel Macron, ergo je vais écrire 200 pages sur Beaumarchais. Il faut dire que ce sont, je cite de mémoire, deux hommes de l'en-même-temps...
Orsenna représente parfaitement nos nouvelles tendances artistiques. Il porte le nom de la cité adriatique du Rivage des Syrtes, a emporté d'une voix le prix Goncourt contre BHL, et malgré son fauteuil au quai Conti et ses amitiés élyséennes, il n'a toujours que le Mérite agricole. C'est un vrai scandale littéraire, que même Céline et Baudelaire réunis n'en ont pas subi la moitié du quart...

Achille

@ Isabelle | 26 juillet 2021 à 08:52
« Alors qu'il suffirait de vacciner uniquement les plus de 50 ans. »

Ah oui ? Et si ceux-ci ne veulent pas se faire vacciner, on fait comment ?
Nombre de personnes ont peur d’être vaccinées tout simplement parce qu’elles craignent des effets de l’ARN messager qui serait susceptible d’agir sur leur ADN, ce qui, évidemment, est totalement faux. Nombre de virologues l'ont largement expliqué.

Et puis, la liberté individuelle serait interdite au plus de 50 ans, au motif qu’ils sont susceptibles d’être plus fragiles que les moins de 50 ans?
Argument fort discutable car nombre de personnes jeunes souffrent de comorbidités de nature diverse et variée : obésité, asthmes, diabète, problèmes cardiaques, etc.

Certes l'idéal serait de pouvoir convaincre tous les Français de l’efficacité du vaccin. C'est possible pour ceux qui ont un peu de jugeote, mais pour les bornés il n'y a plus guère que la contrainte pour éradiquer la pandémie.
Sans parler de ceux qui sont parfaitement conscients de l’efficacité du vaccin mais qui manifestent tout simplement pour des raisons politiques. Ce sont les pires !

Michel Deluré

@ Antonin Scalia 25/07 22:13

Je sens dans votre réponse comme une pointe d'ironie. Permettez-moi de la prendre comme un compliment.

Isabelle

Avons-nous encore le droit de penser, de réfléchir et de prendre un peu de temps avant d'imposer des mesures dans ce pays ?
La Covid-19 constitue-t-elle un danger pour les enfants et les jeunes ?

« À ce jour, aucun vaccin n’a reçu l’autorisation permettant son administration à des enfants et des jeunes de moins de 16 ans. En principe, les jeunes de plus de 16 ans peuvent recevoir le vaccin BioNTech/Pfizer. L’homologation des vaccins pour les enfants est un sujet extrêmement sensible. C’est ainsi qu’il convient, dans un premier temps, de disposer de preuves suffisantes de son innocuité chez l’adulte. Les études sur son utilisation chez l’enfant ne peuvent être réalisées que dans un deuxième temps.
Ces études sont actuellement en cours. On ne sait pas encore quand elles s’achèveront, ni quand un vaccin spécifique aux enfants pourra être inoculé à ces derniers. »
Mardi 30 mars 2021

https://www.bundesregierung.de/breg-fr/actualites/covid-danger-pour-les-enfants-1883178

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS