« LR : la machine à perdre s'enraye... | Accueil | Contre les contrôles au faciès : une démagogie de plus ? »

25 juillet 2021

Commentaires

Isabelle

Si on se détendait en parlant de tout et de rien. Exemples :

Les sénateurs se sont déballonnés une fois de plus. Le pass sanitaire sera imposé aux enfant de 12 à 17 ans alors qu'ils ne sont pas touchés par la Covid.
Tous des cobayes y compris nos jeunes. Où est la prudence ?

Par-dessus le marché, on nous dit que même vaccinés, il faut à nouveau mettre le masque et peut-être un reconfinement prochainement. La surenchère hygiéniste suit son cours tel un rouleau compresseur qui broie tout le monde. Alors qu'il suffirait de vacciner uniquement les plus de 50 ans.

Pendant ce temps-là, le roitelet qui continue d'user et d'abuser de son pouvoir, est en vacances à Tahiti !

https://www.bvoltaire.fr/macron-remet-le-feu-au-pays-et-nous-envoie-des-cartes-postales-de-tahiti-il-le-fait-expres/

Elle est pas belle la vie pour l'oligarchie en place ?

—-

« Ceux qui ne se font pas vacciner sont des irresponsables et des égoïstes ! »

Macron a déjà oublié qu’en mars 2020, quelques jours avant d’assigner à résidence les Français et de déclarer la guerre aux pangolins, il invitait les citoyens, malgré un contexte sanitaire déjà préoccupant, à se rendre de manière irresponsable et égoïste au théâtre.

Les rodomontades médiatisées du narcissique et immature président relèvent de la psychologie digne du comptoir du bar du commerce.

P.-S.: je précise à nouveau. Je suis vaccinée mais je ne veux pas de ce pass sanitaire et pas pour les enfants. La prudence est de mise les concernant. Wait and see.

—-

Pensée:
Le néolibéralisme libère les responsables de leurs responsabilités et enferme les individus atomisés dans une culpabilité permanente.

Achille

@ hameau dans les nuages | 25 juillet 2021 à 20:18

Pour un virologue qui nie les dangers du variant Delta, vous en trouverez cent tout aussi compétents pour dire le contraire.
Désolé mais je préfère me fier au plus grand nombre d’avis.
Ceci d’autant que ce monsieur, tout scientifique soit-il, peut très bien préférer défendre une position politique à laquelle il adhère que d'avancer des arguments scientifiques avérés.
Je ne serais pas étonné qu’il soit un sympathisant du micro-parti de Dupont-Aignan ou de Florian Philippot, auquel cas il ne serait pas le premier à renier les affirmations de ses confrères.

Pour l’instant les éléments factuels indiquent que les principaux clusters du variant Delta se situent dans les boîtes de nuit et les camps de vacances d’ados. Certes ce ne sont pas des lieux très fréquentés par les personnes âgées, mais il n’en demeure pas moins que les personnes qui sont porteuses de ce variant, même si elles ne sont pas affectées par celui-ci (ce que je peux admettre), présentent un risque non négligeable de le transmettre à leurs proches plus fragiles et donc de les envoyer en salle de réanimation et pour finir au cimetière.

Les mesures prises par le gouvernement et adoptées par le Sénat et la Chambre des députés sont donc parfaitement appropriées et n'ont pas été décidées par un régime dictatorial comme l'affirment les antivax, mais par les élus du peuple.

Bruno Crayston

@ hameau dans les nuages

Vous allez rire : une doctoresse indonésienne est en prison pour avoir dit à la télévision et sur les réseaux sociaux que les malades du covid mouraient dans les hôpitaux car ils recevaient trop de médicaments...

Lodi

"Penser sur tout, parler de tout, est-ce devenu impossible ?"

Qu'on sache ou qu'on ignore un sujet, il faut qu'il vous appelle. Bien sûr, toute quête est travail, mais sans inspiration, elle n'a pas lieu d'être.
Je dirais donc qu'il n'y a pas d'obligation de penser sur tout et de parler de tout, mais qu'il faut s'accorder la liberté de le faire et le permettre aux autres.

Pour l'illustrer, je dirais qu'on serait ennuyé si on avait l'obligation de commenter chaque aspect de tous les textes de notre hôte et également agacé de ne pas pouvoir s'inspirer de ce qui entre en résonance avec soi.

"Penser sur tout, parler de tout", enfin, sur beaucoup, c'est avoir une conversation avec le monde. Encourager chacun à en faire autant et s'échanger nos conversations, c'est dialoguer au sens le plus noble du terme.

—-

RECTIFICATION VACCIN

Il n'est pas vrai que l'informatique soit la seule méthode pour obtenir un rendez-vous.
Et heureusement !

https://www.dossierfamilial.com/social-sante/soins-et-prevention/vaccin-contre-le-covid-19-comment-prendre-rendez-vous-876820

Le téléphone, à faire passer aux gens qui ne sont pas informés... Au lieu de répandre des contre-vérités !
Le téléphone, donc :

"Comment prendre rendez-vous ?
Il est possible de prendre rendez-vous, par trois moyens :
Par téléphone, au 0 800 009 110, un numéro gratuit ouvert 7j./7 de 6h à 22h."

On croule sous de vrais problèmes, délais d'attente, personnes n'ayant pas de pass quoique vaccinés, aussi, il est d'autant plus grave de répandre approximation et découragement !
Se vacciner, informer et encourager, c'est le devoir de tous ceux qui sont en mesure de le faire. Pro ou contre Macron ou qui s'en moquent autant que de leur première couche, avec ou sans talent, dans ou hors du sujet puisqu'il y a moins de possibilités de trêve sur les polémiques vaccinales que sur tout autre sujet de ce blog.

Anne-Marie Belpaire

@ stephane
« À propos de penser et parler, pensez-vous chers commentateur(ice)s que les intervenants les plus ennuyeux de ce blog le sont aussi dans la vie de tous les jours ?
Qu'en pensez-vous ? »

En même temps... vous êtes sur un blog de boomers.
Le style c'est l'homme, comme dirait l'autre.

San-Antonio

@ Achille
« Surprenant de la part de gens qui sont censé défendre la liberté. La leur, mais pas celle de la presse... »

Très habituelle syllepse de nature : confusion entre liberté légale et « liberté » métaphysique (vaste fatras intellectuel au demeurant). ZzzzzzzzzZzzzzzzzz...

Antonin Scalia

@ Michel Deluré
« La vie en société n'est concevable que pour autant qu'elle soit régie par un ensemble de règles qui constituent autant de limites à la liberté individuelle de chacun.
La transgression de ces règles au nom de la seule satisfaction de sa liberté individuelle mais au détriment du bien commun constitue bien un abus de liberté, pouvant en retour porter préjudice à l'ensemble, y compris à celui qui a transgressé.
[...]
La jouissance de la liberté autant que celle du pouvoir ne peut se concevoir dans le cadre d'une société que dans le respect de certaines limites garantissant que cet usage ne nuit pas à autrui. »

On tient le nouveau Rousseau là... Encore un peu et vous découvrirez le contrat social.

Giuseppe

@ sbriglia | 25 juillet 2021 à 17:43

Réplique imparable à la pointe de l'épée, vous méritez la même médaille que Romain Cannone, lui maintenant est connu partout, vous pas encore, mais vous la méritez.
Il est entré dans la légende, le bretteur, le livre est culte.

"La France fut faite à coups d'épée. La fleur de lys, symbole d'unité nationale, n'est que l'image d'un javelot à trois lances." Je ne fais pas l'injure de citer l'auteur.

hameau dans les nuages

@ Achille | 25 juillet 2021 à 19:13

Franchement arrêtez avec ça ! Moi je vois des virologues dont on coupe le sifflet lorsqu'ils dénoncent l'énorme mascarade du variant Delta et cela sur Twitter:

https://twitter.com/i/status/1419281705777696768

Achille

@ F68.10 | 25 juillet 2021 à 18:29
« Pensez-vous que le rôle des médias est 1. de couvrir les manifestations en leur donnant la parole et en leur permettant de propager leurs thèses ? Ou 2. de couvrir les manifestations sans leur permettre de propager leurs thèses ? Ou 3. de ne pas couvrir ces manifestations ? »

Difficile de couvrir ces manifestations sans donner la parole à un des participants. Si vous ne le faites pas vous risquez juste d’être molesté ainsi que cela est arrivé à certains journalistes de France 2 mais aussi de BFM.

Surprenant de la part de gens qui sont censé défendre la liberté. La leur, mais pas celle de la presse...

Michel Deluré

@ Denis Monod-Broca 25/07 16:08

Je ne partage pas votre point de vue.

La vie en société n'est concevable que pour autant qu'elle soit régie par un ensemble de règles qui constituent autant de limites à la liberté individuelle de chacun.
La transgression de ces règles au nom de la seule satisfaction de sa liberté individuelle mais au détriment du bien commun constitue bien un abus de liberté, pouvant en retour porter préjudice à l'ensemble, y compris à celui qui a transgressé.

Dans l'absolu et en l'absence de toute limitation de vitesse, ma liberté m'autorise à rouler à une vitesse déraisonnable. Si je le fais, conscient des risques que je prends pour moi-même mais que je fais surtout courir à autrui, n'est-ce point un abus de liberté, abus qui va peut-être me permettre de savourer quelques instants de plaisir mais dont les conséquences peuvent malheureusement s'avérer dramatiques ?

La jouissance de la liberté autant que celle du pouvoir ne peut se concevoir dans le cadre d'une société que dans le respect de certaines limites garantissant que cet usage ne nuit pas à autrui.

Achille

@ Michel Deluré | 25 juillet 2021 à 11:57
"La liberté sans l'abus n'offre aucun charme" !

Bien vu !

F68.10

@ stephane
"À propos de penser et parler, pensez-vous chers commentateur(ice)s que les intervenants les plus ennuyeux de ce blog le sont aussi dans la vie de tous les jours ?"

Je suis sinistre.

—————————————-

@ Robert
"C'est au fond ce que l'on appelait autrement : l'élitisme républicain."

Essayez l'élitisme tout court. L'élitisme n'a nul besoin d'être républicain pour être de l'élitisme.

——————————————

@ Isabelle
"Dans cette crise sanitaire sans précédent, E. Macron n'est plus la solution, il est le problème."

Ouais, ouais. Emmanuel Macron, c'est Thanos. Celui qui extermine la moitié du vivant d'un claquement de doigts.

——————————————
@ Achille
"En ce moment les manifs antivax donnent une idée des idioties que l’on peut entendre sur le vaccin anti-Covid. [...] avec, bien sûr, la complicité des chaînes d’info continue qui leur accordent à nouveau l’importance qu’ils ne méritent pas."

Pensez-vous que le rôle des médias est 1. de couvrir les manifestations en leur donnant la parole et en leur permettant de propager leurs thèses ? Ou 2. de couvrir les manifestations sans leur permettre de propager leurs thèses ? Ou 3. de ne pas couvrir ces manifestations ?

J'opte pour la solution 2.

——————————————-

@ Jovien
"Au moment même où vous évoquez l'aptitude à s'exprimer, vous massacrez la langue : "plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, encombré que de soi". On souffre à lire cette phrase, tellement votre expression est incorrecte et obscure."

Je trouve cette phrase correcte et compréhensible.

sbriglia@Jovien

« Au moment même où vous évoquez l'aptitude à s'exprimer, vous massacrez la langue : "plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, encombré que de soi".
On souffre à lire cette phrase, tellement votre expression est incorrecte et obscure »
Rédigé par : Jovien | 25 juillet 2021 à 06:22

« Il ne manque point de personnes, et doctes, et bénignes, et bien disposées, qui attendent pour me lire que l'on m'ait traduit en français. »
(Monsieur Teste)

Marc Ghinsberg

@ Michel Deluré

Excellent.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Penser sur tout, parler de tout.
À ne pas confondre avec : avoir un avis sur tout et surtout des avis.
Tout fout l'camp mon bon monsieur.
Parfois la réflexion, comment dire...
Entre une purge condescendante vous abreuvant sempiternellement de ses considérations littéraires en estimant qu'elles sont indépassables, pas que littéraires, tout y passe ; il ne faut pas être motard, ne pas être tatoué, ne pas regarder les femmes, ou les hommes, ou les deux... Des vieux barbants estimant qu'à moins d'être capable de déposer une boîte de De Dion Bouton on est est un incapable, d'indécrottables paranoïaques confondant réflexions et certitudes. Tout est moins bien que sa propre pensée, je, moi-même, personnellement, en propre... votre souhait de réflexions ininterrompues, bien légitime, se transforme souvent, trop souvent, en exposition universelle de soi-même.
Penser sur tout n'est-ce pas tout questionner plutôt que tout affirmer ?

Robert Marchenoir

Sur ce coup, je suis en désaccord avec vous. On en a soupé, de ces normaliens aptes à passer n'importe quel grand oral qui ne sert à rien.

Non, bavasser pour ne rien dire, gratuitement, même de façon brillante, ça va bien comme ça. La parole sert à quelque chose, et la pensée aussi.

On voit bien ce que ça donne sur ce blog, avec certains commentateurs qui sont capables de vous turbiner au kilomètre des phrases littérairement exquises, mais qui oscillent entre l'absurde et l'odieux.

Et ça, ce sont des anonymes. Imaginez toutes les bêtes à concours qui nous gouvernent, et qui ont été modelées par deux siècles de cette tournure d'esprit.

Pour ma part, ce que je recherche chez autrui, c'est le délié de l'esprit qui procure une pensée à la fois novatrice, pertinente et bien exprimée.

Il ne vous étonnera pas que je le trouve rarement chez nous, dans le pays qui s'est fait une spécialité de jeter à ses jeunes gens présumés les plus brillants un nonosse du style : "Le pouvoir sans l'abus n'offre aucun charme", Paul Valéry -- commentez.

Je le trouve un peu partout ailleurs -- certes, j'exagère, c'est surtout aux États-Unis, mais pas seulement. En Australie aussi, par exemple. Connaissez-vous Quillette ? Lisez Quillette. D'ailleurs ce n'est même pas australien : c'est mondialisé, cosmopolite -- et anglophone, bien entendu.

Je le trouve chez Taki's Magazine, une revue créée par un vieux playboy pété de thunes, d'extrême droite et intelligemment antisémite à l'occasion.

Je le trouve partout où règnent la liberté et le talent, et pas en priorité dans les institutions, qu'elles soient journalistiques, universitaires ou autres.

Et je ne le trouve pas toujours chez des experts, bien que je respecte profondément ceux qui le sont réellement. Dans Quillette ou Takimag, les analyses les plus instructives sont souvent signées par des auteurs qui ne sont nullement spécialistes du sujet.

Des gens qui s'intéressent aux choses, comme vous dites. Mais qui bossent. Il faut bosser.

Denis Monod-Broca

@ Michel Deluré

Vous faites, je crois, un contresens. Abuser du pouvoir, on sait ce que cela signifie, « abuser de la liberté » ne signifie rien. On peut abuser du libéralisme, du libertinage, du libre-arbitre, d’une libération, de la licence, de l’absence de règles... mais pas de la liberté. Par définition, si j’ose dire, car abuser c’est être enchainé.

Comme le dit Jacques Ellul à propos de l’homme (phrase lue hier dans Le bluff technologique) : « C’est lorsqu’il constate sa non-liberté qu’alors il atteste par là sa liberté »

Achille

"Le pouvoir sans l'abus n'offre aucun charme"

Ceci, tous les présidents de la République l’ont bien compris.
C’est sans doute aussi pour cela qu’il y a tant de candidats à chaque élection présidentielle…

Isabelle

Le Sénat, dominé par l'opposition de droite, a apporté plusieurs inflexions substantielles au projet de pass sanitaire, en excluant notamment les mineurs et en le réservant aux espaces intérieurs, exemptant de fait les terrasses notamment.
Mais il a voté pour ce pass sanitaire in fine. Très déçue comme toujours.
Obligation vaccinale pour les personnes de plus de 50 ans mais pas de pass sanitaire pour tous. Ambiance de plus en plus irrespirable dans ce pays ! Les sénateurs qui peuvent penser sur tout et parler de tout se sont arrêtés à mi-chemin. Plus que dommage ! On ne peut pas compter sur eux.

GERARD R.

Quelqu'un a dit: "Vous affirmez que toutes les opinions sont respectables. Je prétends l'inverse ! C'est mon opinion, respectez-là !"

D'où sans doute, les difficultés de s'accorder...

stephane

À propos de penser et parler, pensez-vous chers commentateur(ice)s que les intervenants les plus ennuyeux de ce blog le sont aussi dans la vie de tous les jours ?
Qu'en pensez-vous ?
Pour certains je parierais pour une posture ou un jeu car c'est du lourd.

Michel Deluré

À lire depuis quelques jours les réactions de certains et entendre dans la rue les slogans criés lors des rituels rendez-vous du samedi - cela manquait depuis les Gilets jaunes ! - des manifestants contre la vaccination, Paul Valéry pourrait désormais écrire une autre version de sa formule: "La liberté sans l'abus n'offre aucun charme" !

Robert

"La relation est claire entre les formations à la parole et Twitter : on ne sait plus penser sur tout, on n'a plus le droit de parler de tout, on est condamné à demeurer dans la raréfaction de l'esprit."

Il fut un temps, Monsieur Bilger, où l'objectif du système éducatif en France était, tout au long de son cursus scolaire, secondaire et supérieur, de forger en chaque citoyen une culture générale lui permettant de devenir ce que l'on appelait un "honnête homme", expression asexuée malgré une apparence masculine que certains ne sont plus en mesure de comprendre dans sa finesse.
Cette formation visait à fournir à toutes les personnes un fonds, un cadre culturel commun ouvrant, sans être un spécialiste et encore moins un "savant", à la compréhension du monde, facilitant l'adaptation et l'évolution dans tous les milieux sociaux par l'ouverture d'esprit qu'elle supposait.
C'est au fond ce que l'on appelait autrement : l'élitisme républicain.

Dans notre société marchande actuelle, n'a de valeur que ce qui est sonnant et trébuchant, l'acquisition d'une culture générale étant assimilée à une perte de temps et d'argent public. On ne vise plus qu'à l'acquisition de "compétences", donc limitées à peu de domaines, et surtout au rejet de la culture générale, y compris aux concours d'accès à nos plus grandes écoles, au prétexte d'une discrimination à l'égard d'une frange de population qui n'en disposerait pas par ses origines géographiques et son "intégration" récente à notre corps social. En somme un égalitarisme par le bas ! Et surtout un "racisme inversé" niant les capacités de l'intelligence humaine.

Comment s'étonner alors non seulement de la raréfaction de l'esprit, mais surtout de la disparition de "l'esprit français" et de sa finesse devenue à présent "légendaire". Il suffit de constater ce que sont devenus nos humoristes. Où est le temps des Robert Lamoureux et de tous nos chansonniers ou d'un Sacha Guitry, voire d'un Boby Lapointe ? Tous reconnus, mais sûrement aucunement titulaires d'un "master en humour". Et pourtant, quelles qualités manifestes et appréciées en leur temps...

Metsys

Les années 1940 ont produit une grande utopie et une dystopie prophétique : le Jeu des perles de verre, où les joueurs peuvent évoquer tous les sujets de toutes les disciplines abstraites, et plusieurs en même temps ; et 1984, où la novlangue ne permet plus de penser grand-chose, rendant ainsi le thoughtcrime impossible.

Comme disait Alec Guiness, nous avons choisi le côté obscur, et cela ne fait que commencer. Aujourd'hui, ni la Recherche ni le Voyage ne seraient publiés, sans parler d'avoir un prix...

phineus

La véritable citation : "le pouvoir sans l'abus perd le charme", la "petite différence" entraîne la pensée vers d'autres associations intéressantes. Ce n'est pas la même chose que de ne pas avoir et d'avoir perdu.

Isabelle

Penser tout, parler de tout. On se lance :

GESTICULATIONS ET AUTORITARISME

Dans cette crise sanitaire sans précédent, E. Macron n’est plus la solution, il est le problème.
La macronie se résume à infantilisation, autoritarisme, errements et revirements.

Heureusement, hier les sénateurs ont obligé la macronie à revoir sa copie en matière de pass sanitaire. Les mesures violentes, brutales et disproportionnées doivent être sérieusement remises en question.

Ce pass sanitaire est une usine à gaz. Il fallait envisager, il y a déjà plusieurs semaines, en observant la progression du variant Delta en Grande-Bretagne, une vaccination obligatoire pour les personnes de plus de 50 ans. Tout en aidant ces personnes à avoir accès aux centres de vaccination. Pour certaines, il n’est pas aisé de prendre des rendez-vous sur Internet et d’ensuite se déplacer. Mais ce gouvernement manque d’autorité et de pédagogie. Il utilise alors, à mauvais escient, l’autoritarisme et impose des mesures incohérentes à l’emporte-pièce.
Les sénateurs étaient ainsi sommés de donner leur aval en 48 heures chrono. Nous ne sommes pas en dictature… Tout le monde est pris de court faute d’anticipation de ce gouvernement.

L’indicateur qui doit donc nous guider c’est celui du nombre de personnes hospitalisées et non le nombre de cas. La priorité actuelle doit être la vaccination des personnes à risques pour éviter la surcharge des hospitalisations. D’autant plus que nous disposons, semble-t-il, de 30 millions de doses seulement. Pour vacciner plus largement, il nous faudrait 50 millions de doses. Pourquoi lancer alors des paris intenables !

Si Emmanuel Macron ne change pas de stratégie, il devra à la prochaine vague étudier la question d'un pass sanitaire pour les lycéens et les collégiens. Le mouvement de contestation pourrait alors devenir hors de contrôle. De nombreuses personnes vaccinées ne veulent pas entendre parler d’une vaccination pour leurs enfants. Elles veulent plus de prudence.

D’autre part, le variant Epsilon commence à faire des dégâts mais il ne faut surtout pas fermer les frontières des pays qui subissent ce nouveau mutant. Epsilon est déjà arrivé dans l’est de la France. Mais nous n’anticipons pas, une fois de plus !

La gestion de cette épidémie par ce gouvernement est une catastrophe. Tout le monde est à cran. Tout ceci manque de sérieux et de sérénité.

Achille

« L'amateur, le profane devraient se justifier quand ils sortent de leur stricte spécialité, pour laquelle d'ailleurs ils sont contredits de la même manière par des ignorants qui en savent naturellement plus que les professionnels de la matière ! »

Vous avez bien raison Philippe Bilger, ce n’est pas parce qu’on est un parfait ignorant dans une matière que l’on ne devrait pas donner son avis.
Moi-même je le donne volontiers sans même qu’on me le demande, que ce soit sur ce blog ou ailleurs.
Mais je ne suis pas le seul. En fait chacun de nous le fait avec son propre talent oratoire, sa plume plus ou moins agile, que ce soit dans le domaine de la politique, du sport et même de la santé, domaine qui exige un minimum de connaissances pour être crédible.

En ce moment les manifs antivax donnent une idée des idioties que l’on peut entendre sur le vaccin anti-Covid. Les Gilets jaunes, en cours d’inspiration depuis quelques mois, ont trouvé un sujet de polémique leur permettant de refaire parler d’eux, avec, bien sûr, la complicité des chaînes d’info continue qui leur accordent à nouveau l’importance qu’ils ne méritent pas.
On s’aperçoit alors qu’un ignorant qui a un bon bagou peut être plus convaincant qu’un expert qui se perd dans ses détails techniques.

Denis Monod-Broca

Drôle d’époque en effet où l’on n’a jamais autant parlé (c’est à peu près incontestable) et aussi peu pensé (en proportion au moins).
Chacun vit dans sa bulle, dans son groupe, zone de confort où la pensée est superflue.

Penser conduit à approcher la vérité, alors...

Joli mot de Paul Valéry sur le pouvoir. Il fait écho au point de vue d’Eric Delbecque, lu hier sur lepoint.fr, à propos du film « Kaamelott ».
Titre : « Kaamelott » ou le miroir des princes

Sous-titre : Avec ce film tellement attendu, Alexandre Astier interroge le rapport de notre société au pouvoir. Et si certains dirigeants en prenaient de la graine.

Court extrait : "Un point mérite en particulier l’attention. Tout Kaamelott s’articule autour d’un chef, d’un héros qui n’aspire pas à l’être. Cette aventure artistique nous dit très profondément la quintessence du devoir, de la responsabilité. Astier illustre à la perfection la phrase que l’on pourrait placer dans la bouche de Malraux : « il est juste que le pouvoir échoie à ceux qui l’exercent sans l’aimer »".

Delbecque – « Kaamelott » ou le miroir des princes https://www.lepoint.fr/tiny/1-2436708 #Le Point Pop via @LePoint

Tipaza

« …tout simplement réfléchir, s'interroger, rêver, inventer, spéculer et jouer. Sans se demander à quoi ça va servir. » (PB)

Excellent billet d’été qui incite à la réflexion… pas si gratuite que ça !

Un scientifique pousserait cette réflexion hors du domaine du verbe pour celui de la recherche.
S’il est vrai qu’on ne trouve souvent que ce qu’on cherche, il est également vrai que le « hasard », appelé dans le domaine de la recherche scientifique la sérendipité, offre des possibilités inattendues.
La sérendipité est la découverte accidentelle de quelque chose que l’on ne cherchait pas du tout ; voir l’excellent article de Wikipédia:
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/S%C3%A9rendipit%C3%A9

Quel lien avec le billet ?
Mais c’est que le billet n’aborde pas seulement le problème du verbe, plus ou moins facile, mais celui de l’ouverture d’esprit qui est, peut-être, la forme la plus légère et la plus aboutie de l’intelligence pure.
Et cette ouverture d’esprit lorsqu’elle est vivante, c’est à dire active à chaque instant, ouvre c’est le cas de le dire, sur des horizons inconnus où le jeu devient réalité utile.
Le ludique, au sens de la réflexion sans finalité, devient la loi pour le plus grand profit de tous, l’idéal est devenu concret !

Cela mérite un développement beaucoup plus long, pas le temps, je reviendrai ;-)

Marc Ghinsberg

« L’exercice du pouvoir est une responsabilité, l’abus de pouvoir, une volupté. Pour le premier, on sert. Avec le second, on se sert. »
Philippe Bilger, Ordre et désordres

Jovien

Au moment même où vous évoquez l'aptitude à s'exprimer, vous massacrez la langue : "plus personne ne sait aujourd'hui s'exprimer de cette manière libre et spontanée, encombré que de soi".
On souffre à lire cette phrase, tellement votre expression est incorrecte et obscure. À la télé, vous portez une cravate. Eh bien, s'exprimer de cette façon, c'est un peu comme venir à la télé en pyjama.
Allez vous rhabiller.

Claude Luçon

Humm !
Tout cela ressemble à une critique direct de Zemmour et son discours à la convention de la droite en 2019 !
S'il se présente à la présidentielle, il faudra lui conseiller de suivre un cours à l'Institut de la parole.
Il sait débiter les mots mais sans être capable d'exprimer clairement ses idées.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS