« Le délire antipolice est criminogène ! | Accueil | Un président de la République peut-il s'amuser ? »

19 octobre 2021

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 23 octobre 2021 à 15:24

De mieux en mieux... la, ou les citations d'André Comte-Sponville que vous nous aviez reproduites jusqu'à présent étaient nunuches au possible, mais celle que vous venez de sortir de votre culotte est exceptionnellement stupide.

Prétendre que Jésus n'était pas chrétien, et que par conséquent nous ne devrions pas l'être, c'est... consternant de bêtise, de cuistrerie, de sophistique, tout ce que vous voulez.

Surtout lorsqu'on avance pour seul argument qu'un homme ne peut pas être Dieu, que rien n'atteste "absolument" dans les Évangiles que le Christ croyait à sa divinité, et que sa seigneurie André-Comte Sponville "a de la peine à imaginer" que Jésus ait pu se prendre pour Dieu.

C'est d'une sottise abyssale d'un point de vue chrétien, bien évidemment, mais aussi d'un point de vue agnostique ou athée.

On pourrait aussi bien affirmer que de Gaulle n'étant pas gaulliste et Marx n'étant pas marxiste, il ne faudrait être ni l'un ni l'autre. Pour ne donner qu'un seul argument, élémentaire, manifeste, accessible à n'importe qui.

Au-delà, on admirera la prétention consistant à déclarer aux milliards de chrétiens qui se sont succédé sur cette terre qu'ils "n'auraient pas dû" être chrétiens.

Que Monsieur Comte-Sponville, abonné au gaz et à Internet, né en 1952 à Paris, nous explique pourquoi il n'est pas chrétien, fort bien. À condition qu'il ait, pour cela, quelques arguments plus intéressants que ceux reproduits dans les quelques lignes que vous nous donnez.

Mais qu'il dise aux fidèles de l'une des plus importantes et anciennes religions de l'humanité, qui n'ont pas peu contribué à façonner la civilisation ayant permis au citoyen Comte-Sponville d'accéder à la notoriété qui est la sienne, qu'ils n'auraient pas dû embrasser leur foi, qu'il explique, en somme, à des milliards d'hommes qui sont ses ancêtres qu'ils furent des abrutis et que lui, enfin, va leur expliquer parce qu'il a tout compris, voilà qui passe les bornes de la cuistrerie tranquille et de la prétention décomplexée.

Et avec ça, il se prétend "anti-raciste". "Il n'y a plus ni Juif, ni Grec", ça lui dit quelque chose, à l'ancien militant de la Jeunesse étudiante chrétienne devenu membre du PCF et disciple du gourou marxiste Althusser ?

Est-ce que ce monsieur ferait partie des foules pour lesquelles "l'anti-racisme" est devenu une religion de substitution ?

En ce qui vous concerne, on relèvera une fois de plus que tout en vous vantant à d'innombrables reprises d'avoir toujours voté pour le RPR, puis pour ses successeurs (comme si c'était une marque de vertu !), vous nous proposez en exemple un philosophe qui affirme que Louis Althusser "était son maître et l'est resté", et déclare qu'il est immoral de voter pour le Front national.

Joint à votre obsessionnelle croisade "anti-raciste", cela confirme que vous faites partie de la drouache, la droite de gauche, l'un des plus grands partis de France. A l'instar de votre commère Axelle D, la prétendue "gaulliste".

Patrice Charoulet

Chrétien

« Ce n'est pas seulement un disciple du Christ. Etre chrétien, c'est croire en la « divinité » du Christ.
Croyance improbable, presque inconcevable (comment un homme serait-il Dieu ?), et que rien, même dans les Evangiles, n'atteste absolument. Jésus était un Juif pieux. J'ai quelque peine à imaginer qu'il ait pu se prendre pour Dieu.
Jésus n'était pas chrétien. Pourquoi devrions-nous l'être ? »

(André Comte-Sponville, 2021)

sylvain

@ stephane | 22 octobre 2021 à 12:15
« Trois jours pour trouver une réplique, ce n'est pas un peu long ? »

Désolé de vous décevoir, des répliques, j'en ai plein le calfouet, mais elles ne passeront pas la charte, alors j'en fournirai au compte-gouttes, comme dirait Fourniret en parlant de ses victimes.
Zemmour a fait une faute et de taille, il a dit que Schiappa est une imbécile, sachant que c'est un pléonasme, « Schiappa » aurait suffi, tout le monde aurait compris ; un peu comme on dirait : « les prisons sont pleines d'arabo-africains » etc. etc.
Vous voyez bien que Zemmour a encore beaucoup de lacunes littéraires, c'est ballot, ça peut lui coûter son poste de présidentiable.
Mais je vais lui souffler tout ça.

stephane

@ sylvain

Être le souffleur de Zemmour ?
Trois jours pour trouver une réplique, ce n'est pas un peu long ?

sylvain

Si j'avais été Zemmour à la foire de l'armement, en pointant le fusil vers les journalopes merdiatiques, j'aurais rajouté haut et fort pour que tout le monde entende bien :
"Je vous présente la nouvelle seringue à vaccin contre le virus fasciste islamogauchiste, une dose définitive suffira".

Je ne vous dis pas l'hallali, la chasse à courre, l'inquisition merdiatico islamogauchiste qui aurait suivi cette réplique géniale très provoc pour réanimer des débats enflammés d'injures, d'insultes, de calomnies ad nauseam ad hitlerum contre Zemmour : pages sombres, chemises brunes, bruits de bottes, rafles, les pires Zeures que la France aura connues...

Voir les antizemmour la bave aux lèvres, les faciès rougis de haine des extrémistes islamogauchistes Ali ben Zeribi, Booba Joffrin et toute la clique gauchiasse collabo fachislamiste des Hanouna, Ruquier etc., que du pur bonheur ; un délice des dieux, un menu de fin gourmet !

Je devrais l'accompagner dans ses déplacements, être le souffleur de Zemmour, quel pied !

Claude Luçon

@ sylvain | 21 octobre 2021 à 20:02
"Heureusement, Zemmour dénonce jour après jour cette crapulerie facho islamogauchiste qui tente en vain de le faire taire."

Sylvain ! Quelqu'un fait taire Zemmour ? Vous êtes sûr ? Où ?
Regardez les TV, toutes nos TV, si l'on vous croit il n'y aurait pas de crapulerie facho islamogauchiste sur nos réseaux de télévision ?
Il est partout ! Seul changement dernièrement sa brune copine a disparu. Elle n'aime sans doute pas les carabines !
Il ne prend même pas le temps de jouer un peu au foot, pourtant là Macron le domine.
Il est vrai qu'à l'entendre Zemmour préfère sans doute s'amuser avec des petites balles de métal pleines de poudre tirées à bout portant avec une arme de précision, que pousser un ballon gonflé au pied à 7 mètres du but ! Il a sa conception tout à lui des pénalités.

Au passage, "islamogauchiste" est un terme curieux, imbécile comme dirait Zemmour, l'Islam et son Coran n'ont strictement rien de gauchiste, ils en sont même le contraire. Pensez pétrole et petrodollars, pas RSA !
En plus chacun sait qu'il n'y a plus de gauche en France, Macron, dans les traces de Hollande, après celles de Marchais, l'a fait disparaître !

Islamogauchiste est un de ces termes qu'on prend en affection en France de temps à autre et répète à tout-va comme : "voilà" en ce moment, "génial" dernièrement, "parachuter", "PPH" ou "BCBG", auparavant... ça fait "bobos" en somme :)

Axelle D

@ sylvain | 21 octobre 2021 à 07:37

sylvain parfois vos saillies ne manquent pas d'humour, voire me font (parfois) sourire... et je suppute que dans la vraie vie vous devez être un vrai pote sur lequel on peut compter, mais de grâce n'en rajoutez pas des couches en permanence question préjugés et niaiseries pour vous faire remarquer ou jouer de la provoc à outrance !
Comme si le fait d'être Français et fier de l'être se résumait à cela : être un gros beauf assumé, ignorant et vengeur !
Alors que la France (de souche dont je suis) mérite tellement mieux !

sylvain

« Une belle idée pour la prochaine « Marianne »… n’est-ce pas, Monsieur Macron ? »
Rédigé par : Celtapiou | 20 octobre 2021 à 08:04

Ah ça non alors ! La prochaine Marianne sera noire et lesbienne, de gauche bien entendu et parée d’une tunique LGBT arc-en-ciel.

Faudrait peut-être que vous commenciez à respecter les nouveaux codes progressistes wok genrés islamogauchistes imposés par la nouvelle race supérieure dominante qui a pour mission d'éradiquer les Untermenschen blancs de souche cathos de droite hétéros et de recréer un espace vital pur, propre, sain, proche de la perfection raciale indigéniste.

Vous ne semblez pas suivre l'actualité, pourtant ce nouveau meilleur des mondes est en train de dévorer l'ancien, leurs docteurs Mengele ont déjà commencé les trépanations et opérations chirurgicales mentales destinées à améliorer cette vieille race dégénérée.

Claude Luçon

@ sylvain | 20 octobre 2021 à 20:05
"Cet aprem, Zemmour au salon de l'armement a pointé un fusil en direction des journalistes."

Ce qui est réconfortant est qu'il le tenait par le bon bout !
Au moins il sait cela !
Ce que les médias ne nous ont pas dit toutefois est si ces journalistes étaient musulmans, ce qui, de son point de vue, justifierait le geste !

Exilé

...de notre protection et de l'évolution sociale...

Ah ! Nous pourrions en parler de cette protection sociale et de son cortège de prélèvements obligatoires faramineux, de la fraude gigantesque qu'elle génère jusqu'aux confins de la galaxie, des faillites d'entreprises qu'elle précipite avec le chômage qui va de pair, de ses aberrations, de ses injustices, de ses ratés, de ses manquements et de la myriade d'inutiles dont elle s'entoure pour donner l'illusion qu'elle est nécessaire à chacun d'entre nous, comme si nous n'étions pas assez grands pour nous assurer comme bon nous semble...

sylvain

Pages sombres pour la macronnerie :
Cet aprem, Zemmour au salon de l'armement a pointé un fusil en direction des journalistes.
Scandâââââle !
Mobilisation des merdias islamogauchistes, tollé national, retour des heures sombres, la République en danger, sonnez le tocsin !

Schiappa en plein délirium pas du tout très mince sonne la charge sur Zemmour qui en est tordu de rire et la traite d'imbécile, je confirme et applaudis.

Coralie Dubost la LREM qui s'est fait agresser dans le 7e arrondissement par des djeuns chances islamomacroniennes, petits canaillous racaillous qui n'ont aucune reconnaissance du ventre envers les suppôts de ce régime qui pourtant les protège et les libère en toute impunité et complicité. Pôv'Coralie, la lèche-babouches qui nous donne à longueur de journée des leçons de fantasmes sécuritaires sur tous les débats télévisés, en toute arrogance et mépris envers ceux qui dénoncent cette insécurité criminelle programmée par son gourou et qui se permet de les accuser outrancièrement de propager la haine et de faire le jeu de l'extrêêêême drouâââte.

Une belle justice du destin, un bon retour de boomerang, pan sur le bec !

Fiestas dans toutes les permanences RN-FN et zemmouriennes, faites sauter les bouchons !

Mais je parie qu'elle aura la bonne réplique concernant son agression :

« C'est la fôôôte à Zemmour ! ce facho raciste ! »

J'ai repris du pastaga pour arroser ça !

Metsys

Il est vrai que tous les pays sont égaux dans la repentance. C'est juste que certains sont plus égaux que d'autres.

Je ne sais pas, moi... Supposons qu'on ait gardé dans notre hymne national actuel cette strophe bien anodine, pour ne pas dire charmante :
"Tous tes enfants qui t'aiment
Et vénèrent tes ans
À ton appel suprême
Ont répondu présent".
Le tout chanté sur une musique encore plus politiquement correcte, puisque c'est celle de la "Margoton du bataillon" et que son compositeur a péri lors de la marche de la mort d'Auschwitz en 1945 (rien à voir avec la 3e strophe du Deutschlandlied).

Ou mieux encore, permettons officiellement à un Français de se promener sur les Champs-Elysées, en arborant le gamma sur son uniforme de la Milice (rien à voir avec Kiev et la Division SS Galicie...).

Enfin, allons jusqu'à imaginer que tous les ans, des foules enthousiastes fassent le pèlerinage de Châteldon pour saluer la tombe du président Laval dans la crypte de l'église de son bourg natal (rien de commun avec Predappio, niente, certo di no !)...

sylvain

Eho macrounet, et les bébés phoques 🦭 ? Vous y avez pensé aux bébés phoques ? Y a bien eu massacre chez eux, remember BB qui défendait ces bébés 👶, qu'attendez-vous pour aller déposer une gerbe d'excuses sur la banquise ? Vous n'allez pas vous déballonner devant une manif d'Inuits en colère ?

Toutes les voix comptent, même celles des EELV animalistes, Zemmour vous talonne, dépêchez-vous !

xavier b. masset

La repentance garde toujours un œil jaloux sur sa pente, elle a la souci de ses ressauts sociaux, socle bien droit dans la prise du ciment rapide de l'opinion, sa statue devant en outre pouvoir rouler à la demande dans le lit du temps, pour amasser les mousses et les algues qui entrent dans la composition des onguents et des crèmes revitalisantes de la modernité.
À peine émergée sur les visages, elle fluctue déjà, semble se flétrir.

Emmanuel Macron, révolutionnaire sans révolution, comme le note François Hollande dans son dernier livre "Le Choc de simplification n'a pas fait son dernier rot".
Un comble, qu'il lui revienne de le dire.

L'idée du caméléon de Philippe Bilger fait réfléchir dans la lumière la petite étude de Roger Caillois, Les Jeux et les hommes.

Lui, le Rémois, va jusqu'à reprendre le mot anglais de "mimicry" pour décrire jusqu'où peut aller se nicher l'imitation.
Flagrant comme pas deux en ce qui concerne le président de la République, derrière son masque de Jupiter.

Qu'il y ait autant d'imitations de grands hommes de carnaval, ainsi qu'on le proclame, n'est qu'un symptôme d'un jeu à somme nulle, reposant sur des échanges de mots, encore de mots - que l'on déchiquette parce qu'ils seraient devenus blessants aujourd'hui -, lancés sur la scène d'une ducasse où la "danse des seigneurs" dure 364 jours par an, où les hommes et les femmes politiques décident des sujets à l'avance, jugent tout selon une dichotomie morale qui se passe des nuances.

L'irruption d'Éric Zemmour en dit beaucoup philosophiquement, si je puis m'exprimer ainsi, sur l'état du combat des idées en France - on retrouve "l'agôn" de Caillois, ici, qui commentait la fausse compétition mettant aux prises les uns et les autres - les meilleures et les plus belles personnes peuvent avoir les pires arguments, et les pires d'entre elles proposer quelques bonnes idées.

Le champ psychique est touché et bien plus, le champ de l'imagination, celui du vrai sens moral, cravachés par le knout des vertueux superbes au maquillage outrancier de tous les jours.

Des dirigeants comme Macron s'en rendent compte, essayent de faire renaître quelque chose de la dévotion moderne des chanoines des Pays-Bas ou des chartreux.
Grouillent les minuscules Thomas a Kempis, puisque les sociologues et journalistes prirent le relais.

Alors qu'il est en compte avec au moins cinq nations dont il a rappelé à lui les envoyés et ambassadeurs, c'est sur ce terrain mouvant et glissant que notre président doit laisser sa marque, non pas pour l'Histoire mais pour la mémoire de poisson rouge du temps présent.

Est-ce pour ça que son hommage aux victimes de l'octobre 1961 me fit repenser au geste de Mitterrand de l'entre-deux-tours de l'élection, en mai 1995, lorsqu'il se recueillit devant le quai duquel M. Brahim Bouarram, mort noyé, fut jeté à la Seine par un skin du défunt FN.

Macron est un assoiffé de dépouilles encore humides.
Son ami personnel Hubert Germain lui a parlé et reparlé des naphtalinards français, spécialité du pays, cela cogne et recogne à la grande glace de ses neurones miroir.

Après avoir siphonné les attitudes de Giscard et Sarkozy, c'est le manteau gogolien du vieux socialiste, qui fait encore pleurer le PS d'hier et d'aujourd'hui, dont il se revêt avec régal.

Se propitier les mânes des quatorze ans de Mitterrand, telle est l'idée qu'il se fait d'un bon plaisir de roi.
Il reste sûr et dominateur de son matelas électoral et doit s'amuser à regarder les autres s'intenter à eux-mêmes des procès d'inventions de vote.

Même s'il lui est imposé, comme à nous tous, il semble bien vivre son rêve woke éveillé.

Bientôt il nous avouera qu'il hait les voyages sans retour, et sans allant, et dédaigne les hommagiers.

Sur Sartre, bien sûr que ses pièces jouées pendant l'Occup' étaient "de résistance", mais elles ne trompèrent pas le critique théâtral de la Pariser Zeitung, il l'avait remarqué, tous les Allemands n'étaient pas des imbéciles.
L'essentiel pour la Sécurité militaire était qu'il ne fût pas du genre à sauter dans une Traction Avant et à dévaler les collines de Lorraine comme le Colonel Berger.
On s'en assura.

anne-marie marson

Je n'aime pas cette photo, ni sur le fond, ni sur la forme.

De plus je suis née un 17 octobre, et tous les ans pour mon anniversaire, j'ai droit à ce genre de fleurs.

Il n'y a pas de quoi rire.

Est-ce que cela va durer jusqu'à la fin de ma vie ?
Ou est-ce qu'un jour il y aura résilience, chacun chez soi et que tout cela soit oublié ?

Exilé

Alexis Corbière en exige plus : « Il reconnaît les morts mais ne dit pas qui sont les tueurs ? »

La réaction de M.Corbière, qui est titulaire d'une licence d'histoire, est révélatrice du formatage marxiste-léniniste qui gangrène l'école française d'Histoire depuis plusieurs années, en remettant en cause la confiance que nous devrions normalement pouvoir accorder aux universitaires ayant suivi cette filière mais dont la crédibilité est fortement affectée par le tropisme de trop d'entre eux pour cette idéologie mortifère.
Plusieurs des historiens (?) cités récemment en référence dans cette bizarre affaire de repentance voulue par M. Macron entrent hélas dans ce cas de figure.

S'ils suivent l'enseignement de leur maître à penser Lénine ayant déclaré : « Le mensonge n’est pas seulement un moyen qu’il est permis d’employer, c’est le moyen le plus éprouvé de la lutte bolchevique », nous ne pouvons que nous détourner de ces historiens-là, ou prétendus tels.

duvent

« Emmanuel Macron a beau faire des efforts pour montrer une image de notre pays en "mater dolorosa", cela ne suffit pas ! » (PB)

Mais c'est un début, non ?

Pourquoi, cette lippe superbe ?

Vous écrivez « mater dolorosa », je vous réponds « alma parens » et il faut en faire quelque chose de beau et grand, le caniveau tous les jours, ce n'est pas une sinécure...

https://www.peintures-tableaux.com/Alma-Parens-William-Adolphe-Bouguereau.html

sylvain

Piolle : Uber eats… halal !

Piolle rongeait son frein et se sentait humilié d'avoir été distancé pour leur grand dîner par Sandrine Rousseau, Poutou, Wargon...

Voilà c'est réparé, en pole position, il reprend la tête depuis ce matin, son sciences popotins, le "chiasse pot" du Grenoblistan, ne servira que de la viande halal, na !

N'y voyons pas un acte politique provoc islamogauchiste contre le RN/FN, ni contre Zemmour, non non, c'est facho de dire ça, c'est purement écologiste bien entendu, le réchauffisme, le trou dans la zozone, les ours blancs du Pôle Nord seuls sur un glaçon mais sans le pastis qui va avec, les cigales en hiver, ça motive !

Les quelques étudiants qui protestent seront catalogués extrême droite fascistes racistes islamophobes et surtout de faire le jeu de Zemmour, refrain connu dans toutes les chorales islamogauchistes.

Dorénavant il faudra s‘attendre à des idées hallucinogènes toutes plus lumineuses et farfelues les unes que les autres chez ces hurluberlus, un super feuilleton BLM LGBT EELV LFI qui va battre des records d'audience sur leur plateforme propagandiste du sévice public gauchiste qui remercie les fachos d'extrême droite de payer la redevance télé pour qu'on leur crache dessus dixit les animateurs gauchistes de Farce Sphincter et leur humour de fosse septique.

DAUMONT

Je propose à notre grand Repentant les dossiers suivants:
la Yougoslavie, la Libye, la Syrie, l'Ukraine, l'Iran, le Venezuela, la Palestine, Assange, Snowden.
Voila un bon programme pour son second mandat.

Valery

L'excuse n'a de sens qu'entre gens civilisés et éduqués, quand la victime comprend que le mea culpa est une main sincèrement tendue et non un aveu de faiblesse. Ce n'est pas la cas, et ça aura l'effet inverse, plus rétroactif.

Exilé

Ainsi, M. Macron dénonce des « crimes inexcusables pour la République »...

Voilà qui est fort louable de sa part, mais pourquoi diable est-il allé exhumer une forgerie de la gauche pro-FLN entretenue depuis une soixantaine d'années sans toutefois nous avoir apporté, au-delà d'accusations gratuites sur la police, d'éclaircissements précis et sourcés sur de nombreuses zones d'ombres en ce qui concerne les faits, les dates, les lieux, les contextes et les acteurs ?

Si M. Macron tient absolument à faire repentance au nom du régime qu'il représente pour les crimes que ce dernier a commis, nous en avons d'innombrables en stock, par exemple pour rester dans le registre des noyades l'épisode des noyades de Nantes sur ordre de Jean-Baptiste Carrier, ayant causé plusieurs milliers de mort à l'automne 1793.

Au fait, indiquons que le décret pris par la Convention de 1er octobre 1793 ordonnant l'extermination de la population de la Vendée (nom qui a l'époque faisait référence à une zone plus étendue que celle du département actuel) n'a toujours pas été abrogé...

Patrice Charoulet

« Déjà Napoléon perçait sous Bonaparte. » (Victor Hugo)

À propos de l'actuel président :

« Déjà Caméléon perçait sous Bonaparte. »

sylvain

Dans la série et le feuilleton inter-minable de l'excusisme repentiste agenouilliste coui*lemolliste aplaventriste, on peut encore remonter plus loin que certains le font ici.

Je signale à tout hasard que personne n'a encore parlé de Clovis, vous savez c'est celui qui a cassé le vase de Soissons, eh bien sachez que lui-même ni ses descendants sans dents n'ont toujours pas remboursé ce fameux vase, ni ne se sont excusés.

Si ça c'est pas du fascisme ! de plus il était blanc, hétéro, chrétien, quelle horreur ! un ancêtre de JM Le Pen, du FN/RN, pitète ben de Zemmour, caramba ma qué malhouré !

Vous connaissez Zemmour ? Non ? Mais si voyons, c'est ce facho raciste machiste hétéro blanc de peau islamophobe homophobe féminophobe écolophobe qui est sur les antennes du matin au soir et en redif la nuit ?

Heureusement que nous avons en face de ce monstre des élus progressistes islamogauchistes genrés LGBT qui luttent contre cet individu infréquentable qui ose défier scandaleusement leurs idéologies seules autorisées.

Au hasard : une élue, conseillère à la (Allah) Mairie de Paris, siège social socialiste des salles de shoot et du crack, EELV et féministe, trois tares en une seule personne, qui a craché, le mot est faible, sur Zemmour, avec des propos vénéneux et nauséeux à faire vomir tous les téléspectateurs qui ont eu la malchance de ne pas zapper assez vite.
Sandrine Rousseau la Pol Pot EELV en est encore toute pâle de jalousie.

Signalons la brillantissime prestation de Wargon contre les maisons individuelles, sauf la sienne, loin des logements sociaux qui sentent la sardinade et la chorba. Loin des teucies à racailles, shit coke krak tirs de kalachs, c'est bon pour ce peuple dégoûtant du diesel, des clopes et du PMU comme le dit si bien son mari.

Un bon point pathétique de compassion envers l'insignifiant gnome breton Le Drian, viré du Mali par le russe Wagner, qui accuse Poutine d'être infréquentable ! LOL ! Il devait se regarder dans son miroir en disant ça, ce malheureux.

Le tsar russe en tremble encore et ne dort plus.

Que ce ministricule de la 7ème Cie se console en s'occupant plutôt du festival des vieilles charrues, c'est plus à son niveau et qu'il laisse les grands de ce monde, Chine, Russie, s'occuper de leurs oignons, les cochons bretons et même halal seront bien gardés.

Il n'y a pas de quoi être fier de voir que son gouvernement collabo islamogauchiste progressiste aura laissé à ses descendants une Bretagne arabo-africaine envahie de mosquées et de burqas avec de nouvelles coiffes bretonnes islamisées.

Denis Monod-Broca

@ H.

Ce billet de Bernard Lugan est intéressant mais est-il objectif, complet ?
Peut-être n'y a-t-il pas eu massacre.
Laissons faire les historiens.
La France a, d'innombrables façons, trahi les principes qu'elle a fait siens. Et elle continue à les trahir. C'est cela que nous devrions corriger. Le passé est passé, on ne le refait pas. Le présent nous appartient.
Mais, pour cela, il nous faut vouloir continuer à être la France.

Celtapiou

Lydia Guirous, à elle seule, a plus de courage que tous nos gouvernants réunis : cette femme représente un idéal de Française venue de l’autre rive méditerranéenne.

Une belle idée pour la prochaine « Marianne »… n’est-ce pas, Monsieur Macron ?

Achille

Bon édito de Thomas Legrand qui résume bien les attitudes des différents partis au cours de ces 60 dernières années. Tout est dit et bien dit !

F68.10

@ Exilé
"Sans oublier : « Right or wrong, my country. » M. Macron et bien d'autres personnages qui se prétendent français feraient bien de se faire traduire cette maxime et de l'appliquer à leur tour."

Bwahahahahah !!

Trahir un exigence de vérité et de morale au motif de sa nationalité ??

Jamais.

Ellen

Suite au durcissement de la délivrance des visas aux Algériens annoncé par M. Macron, voici les propos indignes et malfaisants tenus par l'ambassadeur d'Algérie Mohamed Antar Daoud contre la France ; celui-ci appelle la communauté des six millions d'Algériens vivant en France à le rejoindre.

C'est ce qu'on appelle de l'instrumentalisation et du bourrage de crâne, surtout en direction des jeunes de cette communauté, tentant à les inciter à refuser les lois de la République française.

Très objective et réaliste, Lydia Guirous répond en toute franchise : "Je vomis les propos de Mohamed Antar Daoud, l'ambassadeur algérien en France" !

Ensuite, faut pas s'étonner qu'E. Zemmour et Marine Le Pen collectent de plus en plus de voix.

https://www.youtube.com/watch?v=hW6TQDBtM5Y


Exilé

@ Axelle D
« Sans perdre de vue que nous étions en guerre et que des "Algériens se disant pacifiques", par leur comportement de transgresseur des règles de la République et leur choix d'obéir au FLN, venaient clairement de passer à l'ennemi, étant considérés dès lors comme des terroristes en puissance. »

N'oubliez surtout pas non plus les nombreux Algériens vivant alors en France qui ont été victimes du FLN pour avoir appartenu à des factions rivales, pour n'avoir pas payé l'impôt révolutionnaire ou pour d'autres raisons.

« ...des Algériens se disant pacifiques, par leur comportement de transgresseur des règles de la République et leur choix d'obéir au FLN, venaient clairement de passer à l'ennemi »

Tout le monde semble oublier que dans les années 60, nous vivions en plein affrontement est-ouest, englobant d'un côté les risques d'affrontement nucléaire et de l'autre les innombrables conflits qualifiés de « guerres de libération », financés, soutenus et armés par l'URSS et d'autres pays partageant la même idéologie.

Or, un point commun à tous ces conflits était de forcer sous peine de mort la population à prendre parti pour la révolution, même si elle n'était pas du tout d'accord.
Les Algériens vivant en France n'avaient donc pas le choix s'ils voulaient éviter d'être étranglés ou égorgés.
Il est probable que plusieurs d'entre eux aient fait partie des morts indûment imputés à la police française mais ayant plutôt été des victimes du FLN courant octobre 1961.

Notons aussi que des théoriciens militaires français ont étudié de près ce type de guerre asymétrique de type révolutionnaire et ont imaginé divers moyens de la contrer sur le terrain.
Ces techniques ont parfois aussi été appliquées plus tard au Vietnam par les États-Unis.

Enfin, de façon générale, il est lamentable que l'histoire de cette époque - dont celle du conflit algérien - soit toujours vue soixante ans plus tard avec des lunettes rouges et selon une grille de lecture marxiste-léniniste, quand on sait ce que cette idéologie recouvre comme horreurs.

Savonarole

@ sbriglia

Le 17 octobre 1961, Brigitte Macron avait huit ans, elle pourrait peut-être nous faire part de ses souvenirs sur ce drame absolu dont j’ai du mal à me consoler.

Lonicera

@ metsys

Sans remonter à Jeanne d'Arc ou aux Bourgeois de Calais, il est une action honteuse pour laquelle les Britanniques auraient pu, sinon s'excuser, du moins reconnaître leur erreur. Il s'agit de l'attaque sans merci de la Royal Navy de la flotte française réfugiée dans la rade de Mers El Kébir en Algérie, alors française (je dis ça pour Macron qui l'ignore), début juillet 1940. Près de 1 300 marins français (beaucoup d'origine bretonne) y perdirent la vie.

Exilé

@ Metsys
« Britannia rule the waves... »

Sans oublier : « Right or wrong, my country. »
M. Macron et bien d'autres personnages qui se prétendent français feraient bien de se faire traduire cette maxime et de l'appliquer à leur tour.

LE FILOUS

La diarrhée hypermédiatisée de deux journalistes colporteurs de ragots, multirécidivistes (Sarkozy, Hollande), est donc parole d'évangile !

Robert

De ce billet, Monsieur Bilger, je retiens deux passages.

"Il me semble que le président n'a au fond qu'un lien abstrait avec la France et les Français de sorte que s'exprimer au nom du pays en l'invitant à se fustiger ne le met pas en position d'appréhender les dégâts concrets, tangibles qu'il cause à notre mémoire nationale, à notre honneur collectif."

Excellente observation. Toutefois, l'expression "ne le met pas en position d'appréhender" me semble l'absoudre d'une idéologie gauchiste sous-jacente quant à l’Histoire de notre pays.
Car il n'y a pas que l'affaire algérienne pour laquelle il a un tropisme particulier que démontre son choix de Benjamin Stora comme historien de référence, qui reste idéologiquement le trotskiste qu'il a été dans sa jeunesse. En effet, la même approche a été utilisée dans l'affaire rwandaise avec une relation amicale avec le président Kagame.

Deuxième passage : "Ce qui pourrait signifier que le président de la République est un caméléon s'adaptant à chacun de ses interlocuteurs, ou que dans sa mission il est trop tenté de donner raison à ceux qui n'aiment la France qu'en état de contrition. Sûr ainsi de s'attirer l'approbation des intellectuels dits éclairés."

Effectivement, c'est un vrai caméléon, la définition lui est parfaitement associée puisqu'il défend avec la même apparence de conviction un chose et son contraire.
En réalité, monsieur Macron fait partie de ceux qui n'aiment pas la France telle qu'elle est et a été. Donc il se réfère constamment non seulement à un besoin de contrition, mais surtout à la volonté d'une repentance systématique, tout en affirmant rejeter la repentance.

--------------------------------------------------------

@ Olivier Seutet | 19 octobre 2021 à 10:35

Vous avez parfaitement situé le niveau de responsabilités, d'abord personnelles, sans les faire supporter à tout le peuple français. Mais dans le monde actuel, il faut soixante ans, si ce n'est quatre-vingts, pour juger des hommes ou des femmes à qui l'on fait supporter le poids de faits dont d'autres ont eu la responsabilité.

-------------------------------------------------------

@ [email protected] Ghinsberg | 19 octobre 2021 à 10:04

Excellente formulation. Comme vous, j'ai regardé ce documentaire Apocalypse sur la Seconde Guerre mondiale.
Au-delà des commentaires, les images sont parlantes et la plupart des massacres ne sont pas imputables aux seuls SS mais à nombre d'unités de la Wehrmacht, contrairement à beaucoup d’affirmations pendant des décennies. L'armée allemande y a perdu son âme. Le peuple allemand, entièrement conditionné par la propagande d’État, porte également une grande responsabilité.
Mais après la défaite de 1945, à l'Ouest comme à l'Est, on a pris le parti d'absoudre nombre des auteurs en ne les poursuivant pas. L'un des rares procès des responsables d’Auschwitz, celui dit de Francfort en 1963, a généré un profond malaise, faisant ressortir les fidélités toujours présentes de la part de personnes pourtant au service de la RFA...

Metsys

Dans le genre, cela fait des décennies que l'Inde attend des excuses britanniques pour le massacre d'Amritsar, mais elle n'est pas près d'en recevoir. Nous pourrions tout aussi bien réclamer des réparations pour Jehanne la bonne Lorraine, qu'Anglois brûlèrent à Rouen. Faire rôtir une sainte, si ce n'est pas une page sombre ! Mais même de Gaulle n'a pas osé... Il faut dire que les excuses n'étaient pas non plus sa tasse de thé, au Général.

En définitive, comme on le chante encore de l'autre côté du Channel, les autres nations, étant moins bénies des dieux, ont forcément beaucoup moins de droits, à part éventuellement celui d'envier et de craindre la glorieuse Albion :

When Britain fi-i-irst, at heaven's command,
Aro-o-o-ose from out the a-a-a-zure main,
Arose, arose, arose from out the a-azure main,
This was the charter, the charter of the land,
And guardian a-a-angels sang this strain:
Rule Britannia!
Britannia rule the waves
Britons never, never, never shall be slaves.

The nations, no-o-o-o-ot so blest as thee,
Must i-i-i-i-in their turn, to ty-y--yrants fall,
Must in their turn, to ty-y-rants fall,
While thou shalt flourish, shalt flourish great and free,
The dread and e-e-e-e-nvy of them all.
Rule Britannia!
Britannia rule the waves...

CQFD.

Jovien

@ Claggart
"Poursuivant son cycle de repentance il est prévu que Macron présente au gouvernement fédéral allemand ses excuses pour la destruction systématique du Palatinat par les troupes de Louis XIV en 1688."

...sans oublier les guerres infligées à l'Allemagne de 1792 à 1815.
Le gouvernement allemand présentant lui-même ses excuses pour les Grandes Invasions (qui allèrent jusqu'à entraîner l'adoption par notre territoire d'un nom germanique - la France précisément).
Le président Macron fera savoir qu'il trouve ces excuses insuffisantes. Le gouvernement allemand ajoutera donc des excuses pour la conquête celtique.

Lonicera

Je ne veux pas intervenir dans cette polémique concernant le nombre de victimes nord-africaines le 17/10/61. Qu'il y en ait eu 3 (comme je l'ai lu) ou 100, toutes étaient membres ou partisans du FLN. Or le FLN, à l'époque la France le combattait, c'était l'ennemi.

C'est le FLN qui a tué des centaines de milliers de militaires français, algériens (harkis) et de civils.

C'est à cause du FLN que des milliers de pieds-noirs ont dû choisir entre "la valise ou le cercueil" et ont débarqué dans une France qu'ils ne connaissaient pas ou peu, qui se moquait de leur accent et dont l'accueil était, disons, pas très chaleureux.

C'est à cause du FLN qu'un copain, Bernard T, originaire du Morbihan et ci-devant parachutiste pendant 24 mois, ne s'est jamais remis de ce qu'il a vu et fait sur place. Seul l'alcool semblait lui apporter un peu d'aide. Je ne sais ce qu'il est devenu ; mais ce que je sais c'est que de nombreux jeunes militaires sont rentrés avec leur vie brisée.

Alors non Monsieur Macron, vous qui ne connaissez l'histoire de la guerre d'Algérie qu'au travers du rapport Stora, rapport totalement tendancieux anti-français, je refuse que vous vous aplatissiez au nom de la France devant ces criminels pour glaner quelques voix chez les Franco-Algériens et les anciens porteurs de valises. Qui plus est à la date anniversaire de l'égorgement de M Samuel Paty pour lequel vous n'avez pas eu un mot.
Monsieur Macron, vous me faites honte et vous me dégoûtez.
Cette citation de Cicéron vous va comme un gant : "Celui qui ne sait pas ce qui s'est passé avant sa naissance, sera toujours un enfant".

Axelle D

Je me souviens fort bien que cette manifestation (interdite) des "Algériens" de France qui avaient néanmoins répondu massivement à l'appel de chefs du FLN (notamment ceux de la wilaya de Paris) pour investir la capitale, avait été relatée aux actualités radio et ORTF quelques jours après les événements du 16 au 18 octobre 1961. Il avait alors été fait état de l'arrestation d'une dizaine de milliers de manifestants et de nombreux blessés de part et d'autre à la suite de violentes échauffourées, mais sans faire un comptage des morts.

Quant aux Algériens noyés, là encore il faut faire la part des choses entre ceux qui se seraient volontairement jetés dans la Seine pour échapper à la police et les quelques-uns qui furent effectivement "massacrés" par représailles (suite aux nombreuses agressions des forces de l'ordre).
Sans perdre de vue que nous étions en guerre et que des "Algériens se disant pacifiques", par leur comportement de transgresseur des règles de la République et leur choix d'obéir au FLN, venaient clairement de passer à l'ennemi, étant considérés dès lors comme des terroristes en puissance.

Michel Deluré

L'Histoire de chaque pays est parsemée d'heures de gloire et de zones sombres, les premières pour les uns générant souvent les secondes pour d'autres. Et la France n'a pas échappé, loin s'en faut, à ce phénomène.

L'Histoire est derrière nous, nous n'allons pas la réécrire. Nous ne pouvons que l'assumer et essayer d'en tirer les enseignements pour construire notre avenir mais n'allons pas passer l'éternité à battre notre coulpe pour des faits dont nous n'avons certes nulle raison d'être fiers mais qu'il convient aussi de recadrer dans le contexte particulier d'une époque bien précise.

La France aujourd'hui met souvent plus d'ardeur à faire acte de repentance permanent, avec des résultats qui laissent dubitatifs, pour se laver des périodes sombres de son Histoire qu'elle ne met d'enthousiasme à honorer ses heures de gloire. La France culpabilise pour ses erreurs passées mais a honte en plus de ce qui a fait sa grandeur.

Patrice Charoulet

Votre phrase qui résume tout est : "Le président de la République est un caméléon." Depuis le début de son mandat, on en a eu mille preuves.

Claude Luçon

"On ne va tout de même pas aller jusqu'à inventer des horreurs imaginaires pour battre la coulpe française jusqu'à la lie !"

Trop tard !
Il y a longtemps que l'imaginaire, pessimiste bien sûr, est systématiquement matraqué dans l'esprit des Français.
Peut-être pas très perceptible de France, mais évident vu de l'étranger !

"Demain aura-t-on encore le droit de se rassembler autour d'une personnalité, d'une victoire ou d'une fierté emblématiques de notre pays, ou serons-nous condamnés à continuer d'excuser la France ?"

Mais nous en avons une en ce moment : Kylian Mbappé !
Champion du Monde et des Nations, peut-être de l'Europe bientôt !

Emmanuel Macron a même cherché à le copier récemment dans le cadre des pénalités (nouveau nom du but de foot), en y réfléchissant on comprend que EM était en campagne pour mettre en évidence l'amélioration de la justice et de la sécurité en France sous son règne et qu'il dominait bien les problèmes de santé, l'équipe d'en face était composée d'infirmiers !

Marc Ghinsberg

@ sbriglia

Très sympa de me rajeunir. En 1961, je n’avais pas 9 ans mais 14 (votre fiche me concernant est imprécise).
Jusqu’en 1967 je n’avais pas entendu parler de ces « événements ». C’est en Suède qu’on m’en a parlé pour la première fois. En fait mon futur beau-frère, prof d’histoire à Uppsala.

Achille

@ Marcel | 19 octobre 2021 à 13:26

Ainsi que le disait Winston Churchill : « L'histoire est écrite par les vainqueurs. » .
Cela permet de gommer les passages pas très glorieux ou, à défaut, de les justifier.

Giuseppe

Hier j'ai entendu Laure Mandeville, du gros calibre, grosse puissance de feu mais avec le silencieux adapté pour flinguer sans trop de bruit autour, juste ce qu'il faut pour tenir en haleine le spectateur, un grand numéro de journalisme.

sylvain

Les pages sombres du socialisme :

Les  socialismes divers variés et avariés nous ont apporté les "bienfaits" des bonheurs collectifs aux palmarès mortuaires prolifiques en ossuaires et en millions de morts partout où il a sévi.

Chez nous encore, pays attardé et nostalgique de ces heures sombres épouvantables, nous prônons toujours la chasse aux riches, l'apologie de l'Education nationale socialiste marxiste option islamogauchiste, la stigmatisation des investisseurs, des créateurs, des financiers, des banquiers, de tous ceux qui réussissent grâce à leur labeur, leur génie, leur audace, les prises de risques.

Le socialisme c'est la jalousie, la haine, la division, l'inquisition, la solidarité pour les autres, la liberté d'expression muselée censurée bafouée, la propagande, la dictature de la bien-pensance de gauche etc. etc. ad nauseam ; la justice sociale à sens unique revue et corrigée par le fachocialisme option islamiste.

Marcel

@ Achille
"Tout dépend de sa conception de l’honneur collectif. Si elle consiste à considérer comme "un détail" un moment particulièrement honteux de notre histoire, ce n’est pas très glorieux. Si, au contraire, l’honneur collectif consiste à reconnaître et regretter sa faute, cela a le mérite de montrer que nous sommes un pays civilisé qui, sans être irréprochable, est capable de s’amender. En ce moment on s'attarde beaucoup trop sur les détails, si l'on en croit Éric Zemmour."

L'histoire, prise comme discipline sérieuse, ça n'est pas une compétition d'indignation.
L'histoire, c'est comprendre un contexte. Que croyons-nous comprendre de ce contexte, avec ces indignations justement hors contexte, où l'on imagine des policiers bastonner des braves innocents, sans raison apparente, sans raison profonde. On nous parle d'une guerre où l'on assassinait sur notre sol, y compris des policiers, et on exige aujourd'hui qu'on fasse un résumé expiatoire devant des gens dont la présence même sur le sol français indique que l'histoire est plus complexe, puisqu'ils n'auraient eu aucune raison ni droit de rester en France si l'histoire était telle qu'ils imposent de la décrire.

Reconnaître sa faute pour se montrer civilisés, en travestissant l'histoire, c'est trahir ceux qui ont fait cette histoire et dont on a tiré profit, indirectement ou pas.
C'est effectivement s'attarder sur des détails que de les isoler et d'aller célébrer avec des gens qui n'ont jamais renié leur affection pour le FLN, qui avait un sens dans l'histoire mais dont on peut pourtant aujourd'hui dresser un bilan qui ne saurait justifier l'approbation béate et niaise.

-----------------------------------------------------

@ Marc Ghinsberg
"Ce qui s'est passé le 17 octobre 1961 a été longtemps caché et longtemps nié. Il était temps de le reconnaître. On n'écrit pas l'histoire avec une gomme."

C'est pourtant bien de cela qu'il s'agit. Cette obsession du 17 octobre 1961, de bon goût depuis que le rôle antérieur de Maurice Papon a été mis en lumière, c'est un peu comme si l'on résumait la Seconde Guerre mondiale au massacre de Dachau (https://fr.wikipedia.org/wiki/Massacre_de_Dachau), toute proportion gardée en matière de comparaison (pas les mêmes faits, pas les mêmes auteurs, pas les mêmes victimes - évidemment).
La guerre d'Algérie, c'est 256 000 soldats français morts, 50 000 harkis morts ou disparus, 2 788 civils européens tués ou 3 393 enlevés ou disparus.

Pas de quoi dire qu'il ne faut pas pleurer une centaine de morts, mais pas de quoi considérer une centaine de morts comme le fait le plus dramatique de cette guerre.

50 000 face à 100 ? 6 181 face à 100 ? Le rapport de proportion fait que si on vraiment on estime crucial de régler des comptes vieux de soixante ans, on ne peut pas se contenter de l'arbrisseau qui cache la forêt.

Claggart

Poursuivant son cycle de repentance il est prévu que Macron présente au gouvernement fédéral allemand ses excuses pour la destruction systématique du Palatinat par les troupes de Louis XIV en 1688.

Julien WEINZAEPFLEN

Les pays grands à force d'être mégalomanes ou mythiques à force d'être mythomanes se racontent leurs épopées. Ainsi faisaient les Grecs et nous enseignaient-ils à agir. La tragédie devait susciter la fierté citoyenne à défaut d'être nationale.

Avec la défaite de 1940, de Gaulle a fait de la France un pays mythologique en se faisant le mythologue d'une victoire où la France aurait été du côté des Alliés parce qu'un gouvernement en exil avait dit porter sa légitimité, alors qu'elle était occupée et ne devait d'avoir un gouvernement à soi qu'à la faveur d'un maréchal autrefois victorieux et glorieux, mais devenu défaitiste et qui érigeait la repentance en vertu nationale, ce que Jean-Paul Sartre a très bien mis en scène dans "Les mouches", plaidoyer édifiant contre la repentance, satire de la révolution nationale qu'il fallait être courageux pour faire jouer dans la France occupée, preuve du mauvais procès en fausse résistance qu'on a fait à l'auteur de "L'être et le néant".

La repentance d'aujourd'hui revêt une autre forme, c'est celle d'une société victimaire insupportée par l'héroïsme et qui se détruit à force de se flageller et de s'infliger la discipline pour refuser la galanterie et toutes les antiques vertus par lesquelles il faisait bon vivre dans la douce France.

Ne reste de son "roman national" que la France maternelle qui veut bien intégrer tous les damnés de la terre sans se rendre compte que, pour être désiré, il faut se montrer sous un jour désirable et pour être respecté, il faut être respectable.

Le paradoxe de la repentance est que ceux qui portent le plus haut la croyance dans le péché originel la refusent sous prétexte qu'il ne faut pas se battre la coulpe sur la poitrine de ses ancêtres forcément honorables.

Le paradoxe franco-algérien est que ceux qui voulaient que l'Algérie restât française n'aiment pas les immigrants algériens et ceux qui réclamaient leur indépendance viennent émigrer dans l'ancienne puissance coloniale qui serait un eldorado sans que le téléphone arabe ait suffisamment fonctionné pour avertir que la vie n'y est pas si facile pour un ressortissant d'outre-Méditerranée ou d'Afrique de l'Ouest.

La France n'a pas commencé en 1789, mais elle s'est radicalisée depuis une trentaine d'années, jusqu'à ne pouvoir se dénommer que "la République" et ne plus supporter que d'être une nation, décrochée de tout ancrage territorial, terrestre ou patriotique.

Je me suis rendu compte de cette radicalisation française ne voulant assumer que son héritage révolutionnaire le jour où, en réponse à une lettre où je rendais attentif le candidat Balladur à la situation de l'hôpital public qui était déjà préoccupante, je reçus un panégyrique de la Révolution, une lettre type et un courrier thématique qui m'expliquait que j'avais raison de m'insurger contre l'exclusion, préoccupation que portait la France depuis la Révolution, dont ce candidat conservateur louisphilippard et "juste milieu", parfait représentant de la droite orléaniste, s'appropriait l'idéal.

La France des droits de l'homme dont la révolution qui n'est pas un bloc déboucha sur la Terreur fait face au terrorisme islamique parce qu'entre Robespierre et Mohamed, qui fit se propager l'islam en un siècle de manière aussi foudroyante que l'Empire romain ne conquit la moitié du monde connu, il y a un cousinage méthodique, porté par la même exigence vertueuse de société de surveillance.

La France se repent d'avoir torturé en Algérie, mais a longtemps refusé qu'on établisse un parallèle entre les tortures pratiquées par la puissance impériale qui avait gagné la guerre, mais refusait de gagner une paix coloniale, et les tortures infligés par les colonisés qui avaient un désir légitime d'indépendance. Le refus d'établir ce parallèle trahit un préjugé post-colonial et un complexe de supériorité: "Nous autres, qui n'osons plus nous dire civilisés, mais qui croyons intimement l'être, nous aurions dû nous comporter mieux que ceux que nous n'osons pas appeler des barbares, professant avec Claude Lévi-Strauss que "le barbare, c'est celui qui croit à la barbarie."

F68.10

@ H.

Ce qui est pénible avec Bernard Lugan, c'est qu'il s'acharne à faire passer la France pour une Corée du Nord où on n'aurait pas la possibilité de dire deux ou trois vérités. On y arrive quand même. Citation d'un site, ConspiracyWatch (avec lequel j'ai deux ou trois différends idéologiques mais qui fait dans l'ensemble du bon boulot quand cela importe):

"Le F.L.N., de longue date, s'est acharné à prendre le contrôle de cette population. Il est parvenu à éliminer d'autres organismes politiques rivaux, et surtout le Mouvement National Algérien (M.N.A.), au terme de sanglants règlements de comptes : d'après des estimations officielles publiées par Le Monde le 20 mars 1962, 4 300 personnes auraient perdu la vie dans des attentats en métropole, neuf mille autres auraient été blessées ; l'écrasante majorité des victimes (4 055 morts) sont algériennes. De la sorte, le F.L.N. a organisé un vaste appareil de contrôle et de mobilisation, allant jusqu’à instaurer son propre système judiciaire (fondé sur la charia, la loi islamique)." -- ConspiracyWatch, 17 octobre 2021.

C'est quand même un peu l'essentiel qu'il convient de retenir de cette guerre: l'inscription de la guerre d'Algérie non seulement dans un contexte de décolonisation mais aussi dans un contexte de théocratie militante si ce n'est, déjà, en 1961, de djihad.

Donc contrairement à ce qu'écrit Bernard Lugan, nous ne sommes pas exactement en Corée du Nord. On a le droit d'appeler un chat un chat en France.

Je vous suggère donc de méditer un petit aphorisme de Nietzsche:

"La manière la plus perfide de sabrer une cause est de la défendre avec des arguments délibérément fallacieux."

hameau dans les nuages

@ Marc Ghinsberg | 19 octobre 2021 à 00:09

Et vous voulez, vous, la réécrire. Je ne sais pas pour quelles raisons obscures.

Là il y eut massacre:

https://www.youtube.com/watch?v=G4WqLky_FLg&ab_channel=MagicBertrand.

Vous croyez que l'on peut tuer encore plus de personnes de façon discrète dans les rues de Paris à coup de matraques et de crosses de fusils ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS