« Le délire antipolice est criminogène ! | Accueil | Un président de la République peut-il s'amuser ? »

19 octobre 2021

Commentaires

Lambda

Merci à H. pour le lien.

Tipaza

"Ensuite, à la rigueur, on pourrait admettre de revisiter des pages sombres de notre Histoire " (PB)

Brrr, à cette époque lointaine, les traîtres étaient fusillés dos au peloton.
Mais c'était autrefois ! Depuis, la peine de mort a été abolie.

Exilé

@ Marc Ghinsberg
« Ce qui s'est passé le 17 octobre 1961 a été longtemps caché et longtemps nié. Il était temps de le reconnaître. On n'écrit pas l'histoire avec une gomme. »

Cela n'a pas été caché mais frelaté par des gens complices de fait des tueurs du FLN, au moins par le soutien qu'ils lui ont apporté.
Et parfois la gomme est nécessaire non pas pour réécrire l'histoire mais pour l'écrire de façon la plus proche possible de la vérité.

Ex abrupto

À propos de commémoration, je rappelle qu'en 2005, pour le bicentenaire de la bataille d'Austerlitz, Chirac et son Premier ministre Villepin boudèrent ostensiblement les cérémonies qui marquèrent ce moment glorieux de l'histoire de France. En revanche, les mêmes n'hésitèrent pas à faire participer notre marine nationale à la fiesta navale que les Britanniques organisèrent pour les deux cents ans de leur victoire à Trafalgar.
Eh oui c'est ça la France: on a honte de nos victoires et on fait la fête pour commémorer nos défaites.

Olivier Seutet

Toute cette mélopée de la repentance est indigne. La responsabilité collective n’existe pas et vouloir à tout prix imputer à la France les crimes de policiers, d’un préfet voire d’un ministre est une erreur. Les manœuvres d’historiens comme Stora ou Blanchard qui prétendent reconstruire l’histoire coloniale n’est que l’expression d’une nomenklatura progressiste soucieuse de sa réputation et de sa place ; il est médiocre de s’appuyer sur des sectaires patents. La technique qui consiste à rappeler à la mémoire collective les fautes avérées d’acteurs français et de gommer systématiquement les crimes des Algériens est la marque d’un cynisme qui acte la disparition progressive des rapatriés d’Algérie et des harkis, et l’importance électorale croissante des immigrés et fils d’immigrés algériens ; il est honteux de pêcher des voix au prix d’un déni.

sbriglia@Marc Ghinsberg

"On n'écrit pas l'histoire avec une gomme."
Rédigé par : Marc Ghinsberg | 19 octobre 2021 à 00:09

Si !

On commence à l'écrire au crayon…
puis, avec le temps, on gomme les erreurs...
on rajoute, toujours avec le temps, toujours au crayon, certains faits passés sous silence ou ignorés voire volontairement modifiés (cf. le massacre de Katyn)
on gomme à nouveau…
on cherche la vérité...

Elle sort du puits, parfois des siècles après…

Le crayon et la gomme : les outils indispensables de l'historien honnête.

"Ce qui s'est passé le 17 octobre 1961 a été longtemps caché et longtemps nié"

Vous aviez 9 ans à l'époque, Marc Ghinsberg : il faut donc vous résoudre à écouter les historiens, les sachants ; en ce qui me concerne, ma religion n'est pas faite (voir rapport Mandelkern).

Le serait-elle, je vous avoue que c'est le cadet de mes soucis... regardant hier soir "Apocalypse", Hitler envahissant l'Union soviétique, les massacres abominables de part et d'autres, je me disais, encore un fois, que nous jouons si "petit bras" au regard de ces monstres que nous n'avons ni leçons à recevoir ni repentance à faire…

Il faut être économe de sa repentance compte tenu du nombre de nécessiteux.
(Pardon Chateaubriand !)

Marc Ghinsberg

@ H.

Voilà comment commence le rapport auquel vous faites allusion :

L’INVENTAIRE DES SOURCES 1.1 LE CHAMP DE LA RECHERCHE
La mission a été chargée de recenser les archives de la seule préfecture de police. Même si la recherche a été étendue à certaines archives du ministère de l’Intérieur notamment à celles de la direction générale de la sûreté nationale et de la direction centrale des renseignements généraux. Il résulte du champ qui lui a été assigné une double limitation :
La Documentation française : Rapport sur les archives de la Préfecture de police relatives à la manifestation organisée par le FLN le 17 octobre 1961
- territoriale tout d’abord, le ressort de la préfecture de police ne correspondant qu’aux limites de l’ancien département de la Seine, alors qu’il a été fait état de victimes des manifestations dont les corps auraient été retrouvés dans le fleuve en aval de ce département.
- administrative ensuite, puisque d’autres services ou organismes sont susceptibles de détenir des documents relatifs aux événements de l’automne 1961: principalement la Justice et les hôpitaux de Paris.

1.2 L’EXISTANT
Au cours de ses investigations, la mission a pu consulter un grand nombre de documents. Elle n’en a pas moins relevé des lacunes sérieuses dans la conservation des archives, faute d’avoir trouvé trace de certains documents pourtant indispensables à l’analyse des événements de l’automne 1961.

Louis

Ce pays possède une histoire longue et combien tragique indissociable des circonstances du moment mais c’est le mien et je l’aime. J’aime me balader dans ces vieux quartiers au détour d’une cathédrale, d’un enclos, d’un canal historique, d’un film ou que sais-je. C’est beau ça pue l’histoire mais cette histoire est une chose trop sensible pour la laisser aux mains de certains alors éteignons ce poste et ouvrons : La France de Vichy de Paxton, les Jean Sévillia, les Lugan et tous ces autres historiens formidables qui nous guiderons vers une utile conviction. Quant au moment présent, regardons vers l’avenir.

Exilé

Bien vu et bien dit.

sylvain

"Ce qui s'est passé le 17 octobre 1961 a été longtemps caché et longtemps nié. Il était temps de le reconnaître. On n'écrit pas l'histoire avec une gomme."
Rédigé par : Marc Ghinsberg | 19 octobre 2021 à 00:09

Sauf que ce qui s'est réellement passé a été odieusement falsifié, nié, relooké par Macron l'aplaventriste islamogauchiste ; du pur révisionnisme, négationnisme, un mensonge officiel de plus pour s'attirer les grâces de tous ses électeurs islamistes maghrébins musulmans arabo-africains et toute cette gauche vendue corrompue traître collabo islamiste.

Ce ne sont que des basses oeuvres politiques : on vendrait père mère et enfants pour une histoire, son histoire, avec un nez de Pinocchio.

H.

Bonjour,

Sauf que "en 1998, le Premier ministre de l’époque, le socialiste Lionel Jospin, constitua une commission d’enquête. Présidée par le conseiller d’Etat Dieudonné Mandelkern, elle fut chargée de faire la lumière sur ce qui s’était réellement passé le 17 octobre 1961 à Paris. Fondé sur l’ouverture d’archives jusque-là fermées, le rapport remis par cette commission fit litière de la légende du prétendu « massacre » du 17 octobre 1961."

Sauf à penser que ce conseiller d'Etat ait écrit un rapport "arrangé" pour complaire à son donneur d'ordre (ce qui ne s'est jamais vu, convenons-en, au sein de cette belle République), je m'étonne une fois de plus de la cécité soudaine qui affecte l'exécutif et nos chers et si intègres médias (https://bernardlugan.blogspot.com/2021/10/17-octobre-1961-un-massacre-imaginaire.html?m=1).

Bonne journée

Achille

« Le paradoxe d'Emmanuel Macron, à bien lire l'ouvrage de Davet et Lhomme, notamment sur ses rapports avec Stéphane Bern et sa conception de l'Histoire. »

Ah ben s’il faut lire "l’ouvrage" de Davet et Lhomme, ces deux grands reporters qui n’ont jamais dépassé le stade de petits rapporteurs de ragots, pour avoir une vision pertinente et concise de la pensée d’Emmanuel Macron sur sa conception de l’Histoire, je crains que cela ne soit un peu court.

Quant au contenu du bouquin lui-même, il se limite à un recueil de confidences provenant de personnages qui tous vouent aux gémonies le président en exercice, à commencer par son prédécesseur qui, visiblement, ne décolère pas de s’être fait doubler par son jeune collaborateur.

En ce moment les deux larrons font la tournée des popotes pour faire la promotion de leur bouquin. On les voit sur toutes les chaînes télé, se lamentant de n’avoir pu interviewer Emmanuel Macron lui-même. Il paraît même qu’à l’Élysée des consignes auraient été données pour ne pas les recevoir.
Dur, dur pour des gens qui naguère avaient leurs petites habitudes en ce lieu sacré d’être reconduits comme de vulgaires voyageurs de commerce.

À noter que leur dernier brûlot ne semble pas connaître le succès espéré, loin derrière les deux précédents consacrés à Nicolas Sarkozy et François Hollande.
Se payer un président ça ne marche pas à tous les coups. Sans doute le livre de trop…

« Il me semble que le président n'a au fond qu'un lien abstrait avec la France et les Français de sorte que s'exprimer au nom du pays en l'invitant à se fustiger ne le met pas en position d'appréhender les dégâts qu'il cause à notre mémoire nationale, à notre honneur collectif. »

Tout dépend de sa conception de l’honneur collectif. Si elle consiste à considérer comme "un détail" un moment particulièrement honteux de notre histoire, ce n’est pas très glorieux.
Si, au contraire, l’honneur collectif consiste à reconnaître et regretter sa faute, cela a le mérite de montrer que nous sommes un pays civilisé qui, sans être irréprochable, est capable de s’amender.

En ce moment on s'attarde beaucoup trop sur les détails, si l'on en croit Éric Zemmour.

vamonos

La gauche au pouvoir en fait trop, l'histoire ne lui convient pas, alors elle est réécrite. Les mythes les plus immondes sont revisités pour arranger les choses et présenter les faits sous une forme éloignée de la vérité mais conforme à la ligne éditoriale.
Les mythographes sont déchaînés, ce sont les mêmes qui admettent ne pas connaître les détails de cette époque et qui se battent la coulpe avec des visages chargés de haine et de souffrances.

Marc Ghinsberg

Ce qui s'est passé le 17 octobre 1961 a été longtemps caché et longtemps nié. Il était temps de le reconnaître. On n'écrit pas l'histoire avec une gomme.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS