« Faut-il porter aux nues (au nu ?) l'ancien président séducteur François Mitterrand ? | Accueil | La résilience de LR doit être récompensée ! »

13 octobre 2021

Commentaires

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 20 oct. 19h15

Monsieur,

Tout cela est bel et bon, mais...

Vous avez dit d'André Comte-Sponville qu'il est "d'une nullité abyssale" et, une autre fois, que c'est "une nouille".
Vous dites du grand-rabbin de France que c'est "une autre nouille".
Ce qui implique que vous vous estimez beaucoup plus clairvoyant qu'eux et mieux disant.
Je laisse nos confrères d'ici (vous en avez flingué une centaine) juger si votre sentiment de supériorité est indu ou pas.
Les insultes que vous me prodiguez me laissent impassible. Cent autres ont été vos cibles successives et connaissent vos manières.
Votre racisme constant (et délirant) est votre étendard. Quelques racistes vous approuvent et vous soutiennent.

Lodi

L'être humain est un chasseur-cueilleur, à la base. Nous avons plus d'acquis que les peuples premiers et plus de soif d'apprendre car ils ont des raisons d'être emprisonnés par un certain nombre de tabous.
Mais nous oublions aussi trop souvent de récolter au lieu de diviser le monde entre choses pures et impures.

Ainsi, l'important n'est pas de de donner des noms au logos, d'être de droite et de gauche ou de prétendre défendre ceci et cela à coups de définitions traçant un territoire dont on serait le maître et dont on exclurait ou dominerait les autres.

Non, pas du tout, l'essentiel est de quêter toutes les vérités possibles, enfin, qui intéresse, comme en recherche de nourriture, d'inspiration ou de quoi que ce soit d'autre.
D'être, en somme, un disciple universel.

Je peux apprendre la logique ? J'apprends. Je peux apprendre les comportements humains ? J'apprends. Je peux apprendre la biologie, l'Histoire ou toute autre chose, aussi.
Rien n'est trop bas ou trop haut pour son intérêt, personne n'est trop haut ou trop bas pour qu'on n'essaie pas d'en apprendre quelque chose.

Mais pas plus qu'à l'homme providentiel, il ne faut croire au penseur universel. Cependant chaque penseur mérite de ne pas voir son oeuvre instrumentalisée.
Si on veut créer sa pensée, on le fait, mais on ne doit pas passer ses idées en passagères clandestines de celles d'un autre, au risque de manipuler son prochain abusé ou de faire rejeter l'oeuvre parasitée.

Modèle : "On vous a dit, et moi, je vous dis". Bref, sans aller plus loin, examinons le logos :

https://www.cnrtl.fr/definition/logos

On voit bien que c'est une capacité générale que certains interprètent d'une manière qui peut stimuler mais certainement pas interdire aux autres de prendre pour en suivre leur propre usage.

Pour image, le fer peut servir à forger des charrues, des épées, des bijoux et tant d'autres choses sans parler de produire de l'acier.
Comme les forgerons, ceux qui forgent des idées ont le droit d'en expérimenter de nouvelles ! Mais non celui d'agresser ceux qui en font de différentes des leurs au motif qu'eux auraient reçu la parole du feu tandis que les autres seraient des saletés d'hérétiques tout juste bon à l'alimenter.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 20 octobre 2021 à 15:33
"Robert Marchenoir est pseudonyme sur divers blogs. Quels sont ses titres et/ou ses œuvres ?"

Robert Marchenoir est peut-être un pseudonyme, c'est peut-être mon vrai nom : vous ne le saurez jamais, espèce de misérable petit flic qui passe son temps à fouiller dans la vie privée des autres.

Quant à mes "œuvres", quelles sont les vôtres, en dehors d'avoir volé mon adresse mail et de m'avoir spammé pendant des mois à domicile, alternant entre la flatterie et l'insulte, me traitant de raciste sur ma boîte mail privée, et menaçant de faire pire sur le blog de Philippe Bilger ?

Vous ne connaîtrez jamais ni mes "œuvres", ni mes "titres". Faites-en votre deuil une bonne fois pour toutes. Contrairement à certains, je ne suis pas ici pour faire ma promotion personnelle. Je suis ici pour participer au débat d'idées dirigé par Philippe Bilger. Si ça vous dérange, restez sur votre page Facebook dont vous avez le culot de nous faire ici des copier-coller réguliers.

Vous avez l'infinie sottise et la prodigieuse perversion de prétendre qu'il faudrait avoir des "œuvres" à son actif pour avoir le droit de critiquer les assertions d'autrui. Machin a écrit des livres, donc nul ne peut critiquer Machin à moins d'avoir écrit des livres.

C'est cela, que vous enseigniez à vos élèves lorsque vous étiez professeur ? Vous leur enseigniez la soumission intellectuelle, la déférence devant les vedettes du jour et l'interdiction de penser par eux-mêmes ?

Donc si je comprends bien, personne n'a le droit de critiquer Hitler à moins d'être en mesure de vous soumettre une liste de livres publiés chez Galligrasseuil, c'est ça ? Puisqu'Hitler a publié des livres, alors que la quasi-totalité de ses détracteurs n'en ont publié aucun ?

Vous-même, vous allez la boucler définitivement sur le prétendu "racisme" et vous allez vous interdire de piper mot à chaque fois que je rappellerai les différences d'intelligence entre les races, puisque Richard Lynn, l'auteur du livre de référence à ce sujet, a une respectable bibliographie à son actif, tandis que la vôtre se limite aux vignettes que vous nous proposez ici concernant les crottes de chien à Dieppe ?

Votre contribution intellectuelle au débat se résume à recopier des citations de X ou Y qui est une grande marque, et lorsque vous êtes contredit, vous n'êtes même pas capable d'argumenter, de proposer le début de la queue d'une justification de vos idées.

Vous avez le ridicule et l'incorrection de nous recopier une interminable liste d'ouvrages d'André Comte-Sponville, qui aurait pu être avantageusement remplacée par un lien ; et cela serait censé justifier l'imbécile citation du susdit selon laquelle le racisme serait "toute doctrine qui fait dépendre la valeur des individus du groupe biologique, ou prétendu tel, auxquels ils appartiennent" ? Et l'encore plus sotte déclaration selon laquelle "tout racisme est à la fois imbécile et odieux" ?

Donc si André Comte-Sponville a publié un monceau considérable de platitudes et de sottises, cela signifierait que chacune d'entre elles prise isolément est un trait de génie ? Vous nous la faites au kilo, comme Michel Onfray qui n'oublie jamais de nous rappeler qu'il a raison parce qu'il a écrit plus de cent livres ? Si Machin a publié cinquante livres qui expliquent que l'eau est mouillée, et si Bidule a publié cinquante livres qui expliquent que l'eau est sèche, on les départage comment ? On organise un duel ?

Vous êtes sûr d'avoir été professeur ?

Et maintenant, vous nous la faites aux "titres" ? Haïm Korsia est grand-rabbin de France, donc il a toujours raison ? Mais alors, le président du Conseil français du culte musulman a toujours raison lui aussi, n'est-ce pas ? Puisqu'il a un "titre", lui aussi ?

Manque de bol, ils disent exactement le contraire. Comment va faire Patrice Charoulet, l'homme qui n'a ni titres ni œuvres, pour, sinon les départager, du moins tenter de dire quelque chose d'intelligent sur les sujets qu'ils abordent ?

En fait, vous êtes pire que Monsieur Homais. Lui, au moins, dans le monde imaginaire qui était celui de Flaubert, il a créé une pharmacie. Et vous ? En dehors de nous recopier les cartes de visite des uns et des autres (ce que tout le monde est capable ici de faire par lui-même), qu'apportez-vous au débat ? À part votre mesquinerie, votre servilité et votre conformisme ?
______

@ Aliocha | 20 octobre 2021 à 14:40
"Le racisme, dont la définition précise est : idéologie postulant une hiérarchie des races."

Encore un distributeur automatique de citations... vous devriez vous pacser avec Charoulet.

Puisque vous tenez à nous répéter cette définition pour la centième fois, je vous répéterai pour la centième fois que cela prouve que le racisme n'existe pas.

Absolument personne, de nos jours, ne professe une idéologie postulant une hiérarchie des races.

En tous cas personne parmi les peuples sans cesse accusés de racisme : les Blancs européens et occidentaux en général.

F68.10

@ Robert Marchenoir

Patrice Charoulet est incapable de faire autre chose que se réfugier derrière son autorité morale de prédilection pour nous pratiquer un des plus vils chantages à l'appel à l'autorité. Complètement fallacieux.
Une forme contemporaine de religiosité sacralisant une autorité telle que Comte-Sponville, en somme: il suffit de lire la bibliographie de Comte-Sponville que Patrice Charoulet nous a mise sous le nez pour s'en convaincre.

Quant à Aliocha, dès qu'on lui demande "alors, fracasser des idoles, c'est bien ou pas bien ?", on assiste au retour du refoulé: incapable de dénoncer la persécution religieuse.

Ces deux personnages masquent derrière leur fétichisme du mot "racisme" de bien vils comportements. Un autoritarisme pour Patrice Charoulet. Une bigoterie pour Aliocha...
Pour n'importe qui de conséquemment cortiqué du bulbe, il suffirait de tirer l'échelle pour assister à l'effondrement de leurs argumentaires.
Mais telle est la magie du takfirisme anti-raciste qu'il va falloir continuer, encore et encore, à mettre en lumière l'inconséquence de leurs conceptualisations du racisme, car ce mantra sert de bouclier protecteur et les immunise à tout dialogue un peu sérieux sur le sujet.

Patrice Charoulet

André Comte-Sponville, agrégé de philosophie, maître de conférences à l'Université de Paris-1, et auteur des livres que j'ai indiqués ici.

Haïm Korsia, élu grand-rabbin de France le 22 juin 2014 pour sept ans et réélu le 6 juin 2021 pour un nouveau mandat de sept ans.

André Comte-Sponville, sur ce blog, a été déclaré « nouille » par Robert Marchenoir, mais auparavant « d'une nullité abyssale » par le même.

Haïm Korsia, sur ce blog, a été déclaré « autre nouille » par Robert Marchenoir.

Et Robert Marchenoir est pseudonyme sur divers blogs. Quels sont ses titres et/ou ses œuvres ?

Aliocha

Ne finassons pas, le racisme, dont la définition précise est :

Idéologie postulant une hiérarchie des races,

le racisme est un sophisme :

Argument, raisonnement faux malgré une apparence de vérité.

C'est en ce sens que Korsia, à mon sens car je n'en suis pas ici le représentant, l'associe à l'antisémitisme, car fondé sur le même mensonge, la même erreur qui est, pour ceux qui arriveraient à dissocier la connaissance du religieux de la pratique religieuse, la désignation d'un bouc émissaire comme responsable des fautes de chacun.
Une fois que le mécanisme de la victime émissaire est repéré, la singularité du logos johannique est manifeste :

https://books.google.fr/books?id=M4DJBo9d6lYC&pg=PT187&lpg=PT187&dq=%22logos+johannique%22+et+%22logos+h%C3%A9raclit%C3%A9en%22&source=bl&ots=9rxHtaNhVO&sig=ACfU3U23k2PnPf5afAqdBm1tVZTEwPvHwg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiRqL3u-9jzAhXGxYUKHZu3ARkQ6AF6BAgWEAM#v=onepage&q=%22logos%20johannique%22%20et%20%22logos%20h%C3%A9raclit%C3%A9en%22&f=false

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Encore une autre nouille, s'il a vraiment dit ça. Évidemment que ni le racisme ni l'antisémitisme ne sont du terrorisme."

Et il en pense quoi, Haïm Korsia, des religions qui souhaitent imposer un ordre politique au bénéfice exclusif de ses coreligionnaires et de le maintenir par la violence ?

Il faudra qu'il me fasse un jour un exposé des théories politiques juives qui sont censées s'appliquer à partir de la venue du Messie. Je n'ai pas l'impression que ce soit un régime politique particulièrement "inclusif", de ce que j'en ai lu.

Le racisme n'est pas le terrorisme. L'antisémitisme n'est pas le terrorisme.

"Pour commencer, il faudrait définir le racisme, et y'a du boulot, comme le montrent constamment ces pages de commentaires."

Ou même définir le "terrorisme". Pour nos chers psys, cela a l'air d'être "la violence physique à but symbolique". Conception assez extensive, et pouvant faire passer un gamin mal élevé pour un djihadiste. Ce qui n'est malheureusement pas un exagération:

"Vous me permettrez de considérer que souvent le terroriste a un défaut : il n'a jamais rencontré l'autorité paternelle le plus souvent, il n'a jamais eu de rapport avec les limites et avec le cadre parental, il n'a jamais eu cette possibilité de savoir ce qui est faisable ou non faisable, ce qui est bien ou mal." -- Nicolas Dhuicq, psychiatre et alors député.

Et il n'y a même aucune mesure possible entre un terroriste, disons corse, et un terroriste djihadiste: si on peut respecter une lutte politique indépendantiste même armée comme celle de certains Corses, il n'est pas à mon sens possible de respecter le modus operandi des djihadistes, surtout quand on sait ce pour quoi ils nous font la guerre...

Exemple: Cachemire. 11 meurtres en deux semaines. Mode opératoire typique: on débarque dans une école, on demande les papiers au personnel, on trie les musulmans et les hindous, et on loge une balle dans la tête aux non-musulmans.

Motivation: racisme ? non. Antisémitisme ? non. Croyance religieuse en le nettoyage ethnique ? absolument.

J'attends que nos chers religieux osent défendre les païens comme au Bangladesh, où Hare Krishna se plaint qu'on détruise leurs idoles. (Et aussi qu'on les tue.) Aurons-nous des condamnations de la destruction des idoles de la part de nos apologues de la religion sur ce blog ?? Qui ont souvent des mots que je trouve durs à l'encontre des "païens"... Païens qui se font tuer en ce moment même sur des bases religieuses monothéistes...

"En reprenant cette assertion idiote à votre compte, vous vous faites le complice de tous les gouvernements dictatoriaux (et, de plus en plus, démocratiques) qui qualifient de "terrorisme" toutes les opinions politiques qui leur déplaisent (la Russie, au hasard)."

La Russie. Ou l'Arabie saoudite, qui qualifie l'athéisme de terrorisme. (Je n'entends pas Haïm Korsia condamner ce type de condamnation de l'athéisme comme relevant du terrorisme...)

Cela fait longtemps que Subrahmanyam Jaishankar fait des pieds et des mains pour pousser une définition du terrorisme à l'ONU. Qui fait des pieds et des mains pour lui mettre des bâtons dans les roues ? Les États musulmans, car ils se sentent un peu visés, et les régimes pas très démocratiques qui aiment bien avoir un mot dont ils peuvent changer la géométrie à volonté...

"La France s'enorgueillit d'enseigner la philosophie aux élèves du secondaire. Elle ferait mieux de se contenter de leur enseigner la logique, comme le font les États-Unis."

Il y a eu une tentative de réforme de la philosophie en ce sens sous le dernier quinquennat. Levée de boucliers au nom de la vérité d'Étâââââât !! On rognait sur Freud et sur Marx, vous comprenez... En gros: prendre appui sur le fait que l'école est publique pour se permettre d'enseigner n'importe quoi sous prétexte de rejet de la vérité d'État. Position de nombre de profs de philosophie dans leur relation avec l'élaboration des programmes.

"C'est mille fois plus utile, et pour le coup, cela aiderait à transmettre la fameuse "culture gréco-latine" dont nous sommes censés être les héritiers."

Ben ouais. La logique en est d'ailleurs le cœur, de la culture "gréco-latine". Distinguer les sophismes des syllogismes, c'est ce qui a permis à la culture grecque de s'affranchir des jeux de mots et des croyances infondées pour analyser le vrai et le faux, et tenter de faire progresser un peu l'humanité.

Quand je parle avec les talibans, ils rejettent tout ce qui est grec. Comme certains juifs et certains chrétiens, d'ailleurs, qui nous entretiennent de oiseuses distinctions entre "logos johannique" et "logos héraclitéen"... C'est la même... haine ?

Ouais: haine.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 20 octobre 2021 à 09:01
"Racisme et antisémitisme sont terrorisme de même nature." - Haïm Korsia

Encore une autre nouille, s'il a vraiment dit ça. Évidemment que ni le racisme ni l'antisémitisme ne sont du terrorisme.

Pour commencer, il faudrait définir le racisme, et y'a du boulot, comme le montrent constamment ces pages de commentaires.

Et surtout, s'il y a des terroristes qui agissent par antisémitisme ou par haine raciale, il n'en découle évidemment pas que tous les "racistes" (quelle que soit la définition que l'on donne à ce mot) ou tous les antisémites soient des terroristes.

En reprenant cette assertion idiote à votre compte, vous vous faites le complice de tous les gouvernements dictatoriaux (et, de plus en plus, démocratiques) qui qualifient de "terrorisme" toutes les opinions politiques qui leur déplaisent (la Russie, au hasard).

La France s'enorgueillit d'enseigner la philosophie aux élèves du secondaire. Elle ferait mieux de se contenter de leur enseigner la logique, comme le font les États-Unis. C'est mille fois plus utile, et pour le coup, cela aiderait à transmettre la fameuse "culture gréco-latine" dont nous sommes censés être les héritiers.

Axelle D

@ hameau dans les nuages | 20 octobre 2021 à 09:22
"Dans chaque homme il y a un cochon qui sommeille"

Et chez certains le cochon ne dort jamais !

hameau dans les nuages

@ Tomas | 18 octobre 2021 à 08:47
"La publication des suites complètes des 3 milliards de bases qui composent le génome humain a abouti à démontrer que l'ADN de deux humains pris au hasard était semblable à 99,9 %."

Je dirais même plus ! L'ADN de l'homme et du cochon tous les deux pris au hasard sont semblables à 95 %.

D'où l'expression: Dans chaque homme il y a un cochon qui sommeille.

Grouik !

Aliocha

Délice du vent, pensée profonde, mondanité, opprobre et usage de la science, on entend où le génie est, petit génie qui vole et sait mieux que quiconque où se situe le vrai, le pardon qui féconde, l'intelligence perdue des devoirs éludés :

"...ils voulaient assurer le triomphe du droit, refaire l’unité morale de la nation, n’avaient pas le temps de penser à la littérature. Mais ce n’étaient que des excuses parce qu’ils n’avaient pas ou plus de génie, c’est-à-dire d’instinct. Car l’instinct dicte le devoir et l’intelligence fournit les prétextes pour l’éluder."

https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Proust_-_Le_Temps_retrouv%C3%A9,_1927,_tome_2.djvu/25

duvent comprendra alors, peut-être et malgré tout, que l'amour refusé n'en sort que renforcé, ce que Patrice, Charoulet le bien-nommé, sait:

"Racisme et antisémitisme sont terrorisme de même nature."
Haïm Korsia

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet

Cela se confirme : André Comte-Sponville est une nouille. Quant à vous, vous faites un Monsieur Homais tout à fait convenable.

"Petit bourgeois ambitieux, Homais incarne à la fois la sottise prétentieuse et l'opportunisme nuisible." - Wikipédia, juste maintenant, une seule page Web pour pas un rond.
______

@ F68.10 | 19 octobre 2021 à 18:35
"Je vous ferais remarquer que c'est surtout les 'anti-racistes' qui accusent les 'racistes' de dévier la question sur les races de chien."

Oui, j'avais bien compris. Justement : il ne faut pas rentrer là-dedans. Cela légitime l'usage perverti de la science que font ces gens.

F68.10

@ Robert Marchenoir (@ Patrice Charoulet @ Tomas)

"Faire dévier la discussion sur les races de chiens, c'est donner des gages à ceux qui veulent enfumer le monde et détourner l'attention du vrai sujet."

Je vous ferais remarquer que c'est surtout les "anti-racistes" qui accusent les "racistes" de dévier la question sur les races de chien. Comme dans l'article que j'ai mis en lien, sobrement intitulé "les races humaines ne sont pas comme les races de chien: réfutation d'une analogie raciste."

Cela étant, j'avalise complètement qu'il s'agit là encore et encore d'une diversion. Le sujet de fond me semble être la question de l'impact de la diversité ethnique, "raciale" ou religieuse sur la stabilité d'un État central. C'est ainsi que je conceptualise essentiellement la question, et il y a alors beaucoup plus à dire que de limiter sa réflexion à "les racistes sont méchants". Comme vient pourtant de le faire Patrice Charoulet en citant l'ayatollah Comte-Sponville:

"Tout racisme est à la fois imbécile et odieux." -- André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique.

Puisque Patrice Charoulet nous fait le coup de l'appel à l'autorité (notion fallacieuse qui ne monte pas en décence intellectuelle au niveau de l'argument d'autorité), je me permets moi-même de me référer à une autorité:

"Dans les sciences biologiques et sociales, le consensus est clair : la race est une construction sociale." -- Vivian Chou, site de l'université Harvard, centre mondial bien connu du racisme scientifique...

Pour Vivian Chou, grande théoricienne du racisme scientifique, les races semblent exister. En tant "construction sociale". Est-ce trop raciste pour Monsieur Charoulet et pour Monsieur Comte-Sponville ? Est-ce à la fois imbécile et odieux, comme tout racisme ??

Je me tords les doigts d'impatience en attendant la prochaine citation de Comte-Sponville pour répondre à cette question qui m'empêche de dormir, suspendu que je suis à leur approbation morale, sans laquelle je ne saurais vivre sans être "imbécile" et "odieux"...

Bien sûr qu'il s'agit là encore et encore de diversions de la part des "anti-racistes". Cela étant, j'applique une maxime bien connue: "if you can't convince them, confuse them". Parce qu'effectivement, nous touchons sur ce sujet, comme toujours, le fond du fond des tactiques de diversion.

Je ne partage nullement le fétichisme de la famille ou de la nation que je retrouve quand je me déporte idéologiquement à ma droite. Je ne vise pourtant nullement la destruction de la famille ou de la nation, mais seulement leur contextualisation et la critique de toutes les dérives qu'on se permet en leur nom.

Force est de constater que c'est déjà beaucoup trop intolérable comme idée lorsque je me déporte sur ma droite. Quand je me déporte sur ma gauche, je me retrouve face à des Tomas qui sont capables de nous parler du racisme pendant des heures et des heures, tout en étant incapables d'émettre une critique contre l'islamisme, sans même parler de l'islam. C'est usant, vraiment.

Ce type de déni, à la fois à droite et à gauche, fait le lit de la résurgence d'un réel "racisme" meurtrier. Qui n'aura rien à voir avec l'infatuation coloniale occidentale d'antan. C'est désespérant d'assister à la sédimentation de théories qui ont, et je vous rejoins sur ce point à force de lire des âneries, bien pour but de saper les fondements de l'État central.

Moi, je vous le dis, je me moque largement des questions biologiques sur la race. Mais je constate que l'anti-racisme a bien vocation à passer sous silence toutes les questions de fond qui surgissent en population ethniquement, racialement ou religieusement non-homogène. Je ne prône pourtant nullement l'homogénéité. Mais le niveau de déni sur ces questions, je le trouve au final complètement criminel. (Un crime de la pensée qui est bien évidemment parfaitement légal, rappelons-le encore une fois...)

Patrice Charoulet

"Tout racisme est à la fois imbécile et odieux." (André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, p.91, éd. 2021, PUF, 33 euros)

sbriglia@RM

"Évidemment, dans la société moderne développée, dans le monde occidental, l'intelligence est infiniment plus utile que la force physique" (Robert Marchenoir)

Hum !...

Il y a bien des moments où j'aurais aimé avoir le gabarit de Mohamed Ali, toucher ses bourses (non, ce n'est que financier, pas sexuel…) ou jouir du souffle et des jambes d'un marathonien…

L'intelligence c'est très surfait parfois…

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 18 octobre 2021 à 16:48

Faire dévier la discussion sur les races de chiens, c'est donner des gages à ceux qui veulent enfumer le monde et détourner l'attention du vrai sujet. Lequel s'exprime simplement :

1. L'homme est un animal social, qui se rassemble en groupes pour survivre.

2. Ces groupes portent divers noms : famille, race, nation...

3. L'existence de ces groupes s'impose à l'homme, ce n'est pas un choix qu'il fait. Elle découle de sa nature biologique d'être sexué, et des exigences que lui impose la sélection naturelle. Créature nue et faible, l'homme doit compter sur son cerveau et sur la coopération pour survivre.

4. Pour diverses raisons sur lesquelles il est inutile d'épiloguer à ce stade, l'Occident connaît une immigration de masse de populations qui lui sont profondément étrangères.

5. Cette invasion sans précédent se heurte à la nature humaine : si les groupes humains naturels et spontanés existent, il en découle qu'ils sont voués à se défendre en rejetant ceux qui sont extérieurs au groupe. Les naïfs appellent cela "racisme". Il s'agit en réalité d'une pulsion de survie de nature biologique. Elle est donc bonne par définition. Il serait périlleux de vouloir s'y opposer.

6. Conformément à ce que la nature humaine laissait prévoir, l'immigration de masse produit des méfaits innombrables, objectivement constatables : délinquance, pauvreté, destruction de la paix civile, délitement de la civilisation...

7. La gauche a pour fondement la démesure et l'ambition de créer l'homme nouveau. Elle est convaincue de pouvoir réinventer l'humanité en partant d'une page blanche. En sorte que tout ce qui rattache l'être humain à l'inévitabilité biologique lui est anathème.

8. Par conséquent, elle tente de détruire le groupe humain élémentaire : la famille (divorce, avortement, promotion de l'homosexualité, négation de l'existence des sexes...).

9. Simultanément, elle s'emploie à détruire les autres groupes humains naturels, la nation et la race, qui ne sont autres que la famille élargie. C'est bien pourquoi l'immigration de masse est l'alpha et l'oméga de sa doctrine. C'est aussi pourquoi elle fait l'éloge du métissage, qui, poussé à l'extrême, conduirait à l'éradication des races.

10. Et c'est pourquoi elle a inventé le mythe de l'inexistence des races, lesquelles apportent un démenti quotidien à ses prétentions prométhéennes. Si les traits de l'être humain se reproduisent aussi obstinément de génération en génération, au sein d'une race donnée, s'ils sont, comme c'est le cas, liés à la biologie elle-même, alors toutes les prétentions de la gauche de s'ériger en ingénieur social, en sculpteur des âmes, en démiurge "d'un autre monde qui est possible", se fracassent sur le mur de la réalité.

Et c'est cette imposture qu'elle ne veut à aucun prix voir dévoilée. D'où les discours proprement magiques sur "l'inexistence des races".

duvent

@ Robert Marchenoir | 19 octobre 2021 à 08:54

Vous, vous êtes délicieux !

J'ai failli rater votre petite représentation, ça aurait été grand dommage, car il faut apporter la contradiction à votre délire, et je crois pouvoir dire que mon délire est aussi de haute voltige.

C'est pourquoi je viens vous rappeler quelques petites choses sans importance qui permettront de constater le niveau de mauvaise foi et de sottise qui est le vôtre...

Vous avez accusé M. Charoulet de vous mépriser, comme si ce mépris imaginaire dont vous feignez d'être le destinataire suffisait à le clouer au pilori.

Je dirais donc, si Votre Grandeur le permet, qu'il est possible que M. Charoulet vous méprise, mais il est moins familier avec ce penchant que vous, grand manipulateur devant l'Eternel !

Afin de vous rafraîchir la mémoire, je vous invite à vous relire, et à mesurer à quel point vous damez le pion à M. Charoulet, lisez donc votre mépris haut de gamme...

« @ duvent | 22 juillet 2021 à 18:27
J'attendais votre sotte objection. C'est très délibérément que je ne vous ai pas citée : vous êtes trop méprisable pour que l'on écrive même votre nom.
Rédigé par : Robert Marchenoir | 23 juillet 2021 à 08:09 »

Nous pouvons donc dire que si M. Charoulet s'est montré correct, vous vous êtes montré délicieux... 

Dès lors, si je peux me vanter d'être ouvertement méprisée par votre Altesse, et me flatter de ne pas tellement en souffrir, vous, vous ne le pouvez pas !

Vous avez à grand-peine réussi à vous trouver un sujet, que vous servez à tous les repas, avec la certitude d'en recueillir la jouissance ultime que vous procure la lecture des flatteries courbées de vos thuriféraires.

Or, il faut bien le reconnaître vous être marrant, oui, oui, vous me faites rire ! C'est un peu comme le conomètre de Courteline, ceux qui vous lisent peuvent mesurer le niveau du débat, et ça c'est chouette...

En outre, et pour ne pas vous laisser sur une mauvaise impression, je propose de me pencher rapidement sur votre marotte « les noirs, les bougnoules, les mal-baisées et tutti quanti... »

Ainsi, lorsque vous aurez fini de lustrer votre raie mentale, (que d'après vos dires vous portez à l'extrême droite, je parle de votre raie bien entendu), oui, oui, lorsque vous aurez fini de vous la lustrer, montrez-nous donc, éclairez-nous Votre Splendeur sur l'utilité de l'exploration de cette unique et luisante raie mentale...

Il va de soi que ce lustrage est fait avec un art consommé de la fausseté, de la manipulation, mais aussi et pourquoi le taire, avec une remarquable prédisposition à prendre les autres pour des c*ns !

Ce qui en soi n'est pas du tout répréhensible, c'est juste que vous avez l'audace de vous plaindre et de geindre comme une petite fille, dès que l'on vous sert votre soupe.

Alors, si vous êtes un vrai « couillu », oui, si c'est vrai, il serait bon et fortement conseillé de vérifier que « les deux » sont toujours là…

P.-S.: merci de me le confirmer, car cela me cause grand souci !

Robert Marchenoir

@ Tomas | 18 octobre 2021 à 20:45
"Osez prétendre que vous n'avez pas décrit les Africains comme une 'race inférieure' !"

Non, je n'ai pas qualifié les Africains de race inférieure. Je vous défie d'indiquer l'endroit où je l'aurais fait.

J'ai rappelé la vérité, à savoir qu'ils ont en moyenne une intelligence inférieure. C'est un fait.

Vous avez un problème avec la vérité. Vous avez un problème avec la nature humaine, comme tous les communistes. Votre arrogance infinie vous amène à nier que l'homme est aussi un animal, un être contraint par sa nature biologique, et non une page blanche destinée au libre usage des ingénieurs sociaux.

Mais si vous voulez, je peux aussi ajouter que les Africains (les Noirs plus précisément) sont supérieurs : en agressivité, en force physique, en activité sexuelle, en rapidité de développement après la naissance...

Et aussi, si ça vous amuse : ils sont supérieurs en course à pied, ils sont inférieurs en natation.

Et encore, puisque je sens chez vous un amateur de pinaillage : certaines races africaines sont manifestement supérieures à d'autres en matière de course de fond.

Toutes choses qui sont évidentes, manifestes, visibles à l'œil nu -- et confirmées par la science, puisque les gauchistes dans votre genre prétendent confisquer le savoir et la culture. Et donc explosent de rage lorsque la science se trouve contredire leurs prétentions idéologiques.

Évidemment, dans la société moderne développée, dans le monde occidental, l'intelligence est infiniment plus utile que la force physique ; tandis que cette dernière est un atout vital dans les sociétés primitives, où l'homme est avant tout confronté aux bêtes sauvages et à ses congénères.

Voyez, la supériorité et l'infériorité, c'est relatif. Chose que les idéologues enragés dans votre genre ont du mal à admettre, puisqu'eux-mêmes se situent spontanément du côté supérieur, ayant une infinie estime d'eux-mêmes.

Naturellement, tout ceci n'aurait aucune importance, si cela n'avait des conséquences politiques. On s'en tape, que les Noirs ou les Moldo-Valaques soient bons en maths, en tricot ou en course à pied.

Cela serait tout juste bon pour des discussions au coin du feu entre trois universitaires inconnus compulsant des notes de bas de page dans un nuage de poussière, si les gauchistes dans votre genre n'étaient pas résolus à nous imposer l'immigration de masse.

Seulement voilà : suite à une ahurissante série de mensonges successifs, chacun remplaçant l'autre aussitôt le précédent démasqué (ils ne resteront pas, ils sont très peu nombreux, ils s'intègrent parfaitement, ils ne provoquent aucune délinquance particulière -- d'ailleurs les blousons noirs faisaient pareil --, l'islam ne pose aucun problème, oui d'accord les musulmans nous décapitent de temps à autre, mais ça fait moins de morts que les accidents de voiture...), vous nous avez imposé une population allogène massive, installée à demeure, hostile et incompatible avec nos mœurs.

Les honnêtes gens sont donc bien obligés d'aborder le problème que vous avez créé. Et de constater que dans nos sociétés, les Noirs exercent parfaitement leur supériorité qui consiste à nous casser la figure (exercice dans lequel nous sommes manifestement inférieurs), à pratiquer la délinquance violente, la fraude et l'agression sexuelle, et qu'ils exercent aussi bien leur infériorité, qui consiste à être incapables de fonctionner dans une société basée sur la science, et donc l'intelligence.

Tout cela est une évidence, tout le monde le voit, tout le monde le sait, et malgré un siècle de dissimulation par des idéologues de votre acabit, il est désormais impossible de le cacher.

Raison pour laquelle Éric Zemmour remplit les salles et vide les librairies, tandis que vous vous contentez de répandre vos sophismes sur Internet. Et de coller l'étiquette se voulant infamante de "raciste" à quiconque met le doigt sur vos mensonges, ce qui ne fait plus peur à personne. Vous devriez changer de disque.

"Je relève que vous n'avez toujours pas réglé votre contradiction initiale : prétendre que les races existent au sein de l'espèce humaine [...] mais que le racisme n'existe pas."

Il n'y a aucune contradiction. J'ai expliqué cela à de multiples reprises. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

Tout d'abord, l'existence des races n'entraîne nullement quelque chose qui s'appellerait le racisme. Les familles existent bien, que je sache, et personne ne déplore un fléau qui s'appellerait le "familisme".

Mais surtout, le racisme tel qu'il est défini actuellement dans le combat politique n'existe pas. Le concept de racisme que les gauchistes dans votre genre tentent de nous imposer n'existe pas. Vous comprenez la nuance ?

Le "racisme" d'après les gens comme vous, cela recouvre toute l'activité humaine, y compris la plus normale, la plus pacifique et la plus souhaitable.

Le racisme, à l'origine, cela consistait à massacrer 6 millions de Juifs estimés faire partie d'une race inférieure (*).

Aujourd'hui, le racisme, cela consiste, pour un marchand de chaussures, à vendre des sandales vaguement inspirées de celles portées jadis par les Peaux-Rouges : vous êtes alors coupable du crime abominable "d'appropriation culturelle".

Aujourd'hui, le racisme, cela consiste, pour un professeur de maths, à exiger que les élèves noirs écrivent des équations qui tombent juste.

Le cache-sexe de votre "anti-racisme" est tombé : il s'agit de la bonne vieille lutte pour prendre le pouvoir par l'intimidation, l'ostracisme et la violence. C'est la version moderne du communisme.

D'ailleurs, votre rage à employer l'accusation de "racisme" à propos de tout et n'importe quoi (accusation affinée en URSS comme arme de lutte idéologique contre les États-Unis, faut-il le rappeler ?) sombre tellement dans le délire, que vous finissez par prétendre que la Shoah n'est pas une manifestation de racisme. Oui, oui, ne faites pas l'imbécile. Vous l'avez dit ici :

"Le fait qu'il y ait eu l'apartheid et que la Shoah ait eu lieu n'a rien à voir avec le fait qu'il y ait plusieurs races."

Le conomètre dont nous entretient Savonarole a définitivement explosé. La grande conscience de gauche que vous êtes, la vigie anti-raciste qui veille sur ce blog, trouve le moyen de nous dire qu'il n'y avait aucune haine raciale dans l'extermination des Juifs par Hitler.

Vous avez bouclé la boucle. Vous avez définitivement ôté, du mot "racisme", le dernier ancrage qui le rattachait à la réalité. Vous avez fait la démonstration qu'il s'agit simplement d'une arme verbale de destruction politique massive, d'un outil d'oppression et de domination, d'une méthode au service de la dictature de gauche.

Donc, en effet : le racisme au sens que vous et les vôtres insistez pour donner à ce mot n'existe pas, d'autant plus que vous allez jusqu'à récuser le sens légitime que l'on pourrait lui reconnaître (massacrer six millions de Juifs par haine raciale).

Parlons de choses concrètes : le meurtre est-il répréhensible, oui ou non ? La réponse est oui : si douze Noirs se jettent sur un Blanc pour le projeter au sol et le tuer de coups de pied à la tête, c'est condamnable. Est-ce "raciste" ? Peut-être, mais c'est un détail de l'histoire du XXIe siècle. (L'inverse n'arrive jamais.)

Est-il répréhensible de ne pas admettre les Noirs à l'université parce qu'ils n'ont pas de bonnes notes ? Non. Ce n'est pas du "racisme", contrairement à ce que les gauchistes voudraient nous faire croire. Il n'y a pas à appliquer de "discrimination positive". Si les Noirs sont aussi intelligents que tous les Tomas du monde nous l'affirment, ils ne devraient pas avoir du mal à rentrer à l'université.

Est-il répréhensible de ne pas louer un appartement à des Arabes ou de ne pas les admettre en boîte de nuit ? Non. Ce n'est pas du "racisme". C'est une décision raisonnable et légitime. Elle découle du droit du propriétaire de disposer librement de son bien, et de sa constatation que ce ne sont pas les Auvergnats qui mettent ordinairement le bololo dans les appartements loués et les boîtes de nuit.

Et ainsi de suite.

Vous, les gauchistes, avez employé les derniers 75 ans à pervertir le sens du mot racisme, à en faire une arme d'oppression politique et de désorientation intellectuelle, jusqu'à le vider totalement de son sens.

Ne vous plaignez pas que maintenant, les honnêtes gens et les personnes saines d'esprit jettent ce mot avec dégoût comme un vieux torchon usagé.

Vous avez fait les imbéciles, vous avez tenté de masquer les vrais problèmes derrière de la mauvaise littérature. Souffrez que l'on refuse de se battre avec les armes que vous souhaitez nous imposer, et que vous avez truquées dès le départ.
______

(*) Notez que le caractère condamnable du racisme réside dans le meurtre. Pas dans le jugement d'infériorité. Chacun est libre de porter le jugement qu'il veut sur autrui.

Tomas

@ Achille

Justement, des archives, il n'y en a plus trop. Le rapport du préfet à son ministre avec le président de la République et le Premier ministre n'a pas été retrouvé dans les archives de la préfecture de police. Celles de la brigade fluviale ont été détruites après une réorganisation de ce service.

On ne saura sans doute jamais le chiffre exact, mais franchement entre 50 et 300 morts la différence n'est pas la même qu'entre 5 et 50. 5 morts ce sont une addition de bavures (à la rigueur), 50 un massacre.

Il en va de même pour les manifestations de 67 en Guadeloupe. 8 morts officiellement, apparemment beaucoup plus, mais voilà, y'a plus d'archives.

Ce qu'il faut retenir, c'est que 60 ans après, la France reste malade de l'Algérie et réciproquement. Autant on peut comprendre qu'un pays pauvre, à l'identité nationale récente donc fragile, dirigé par un pouvoir dont la victoire de 62 est la seule légitimité, donne dans ce nationalisme mémoriel de bas étage, autant j'ai plus de mal à comprendre comment un pays libre et prospère comme le nôtre n'a pas su tourner la page.

Ou sur la guerre d'Algérie, pas mal de cartons sont vides, me suis-je laissé dire...

Tomas

@ Robert Marchenoir
"Vous mettez un Noir et une Noire dans un lit, au bout de 9 mois vous avez un bébé noir".

Vous mettez quelqu'un aux yeux bleus et quelqu'un aux yeux marron dans un lit, au bout de 9 moins vous avez un bébé aux yeux bleus. Ou marron, ça dépend. Non, il arrive que des Noires enfantent des enfants à la peau claire.

"Ils omettent soigneusement d'ajouter que l'homme partage 99 % de l'ADN du chimpanzé, et 98,7 % de celui du bonobo."

Certes, mais ce 1 % fait toute la différence: Noirs et Blancs se reproduisent sans souci (l'âne et le cheval aussi, m'objecterez-vous, mais leur descendance est stérile), pas l'homme et le bonobo. Ou alors on n'a pas essayé.

"Outre que vous m'attribuez des opinions que je n'ai jamais exprimées..."

Ce sont des exemples. Osez prétendre que vous n'avez pas décrit les Africains comme une "race inférieure" !

"Vous êtes un moulin à paroles qui raconte absolument n'importe quoi, qui turbine de la phrase au kilomètre sans vous soucier le moins du monde de vraisemblance".

Vous parlez de vous, là ?

"qui vous amène à prétendre qu'il est plus grave de ne pas aimer le son de la langue arabe que d'assassiner 6 millions de Juifs."

Quand ai-je dit cela ? Le problème avec vous, c'est que vous prenez les propos au pied de la lettre ou les interprétez comme cela vous arrange. Difficile dans ces conditions de discuter sérieusement avec vous.

Je relève que vous n'avez toujours pas réglé votre contradiction initiale: prétendre que les races existent au sein de l'espèce humaine (je ne suis pas sûr que tous les généticiens prétendant le contraire soient communistes) mais que le racisme n'existe pas.

---------------------------------------------------------

@ F68.10
"(Soupir...) Ces discussions sont à s'arracher les cheveux..."

Vous n'avez pas tort, c'est assez oiseux, mais c'était plus fort que moi. Marchenoir qui écrit que le racisme n'existe pas, je ne pouvais pas ne pas réagir. Je retire ce que j'ai dit, en fait il ne s'assume pas.

Achille

@ Exilé | 18 octobre 2021 à 10:25

J’ai du mal à comprendre cette incertitude qui va de 30 (voire moins) à 200 victimes (voire plus) suite à cette sanglante répression du 17 octobre 1961.
Ces ouvriers algériens avaient un nom, une adresse, de la famille, des amis. Donc il était possible pour les historiens de faire le recensement, sinon exhaustif, du moins avec une fourchette plus réduite.
Ceci aurait le mérite d’éviter toutes les interprétations délirantes que l’on peut lire sur cette terrible journée.

Certes vu la gravité des faits, tout laisse à penser que cette affaire a été classée secret d’État, afin de protéger des personnalités impliquées au plus haut niveau.
Mais les archives de ce type de dossier sont, en principe, déclassifiées au bout de cinquante ans et donc accessibles au public, à commencer par les historiens.

Robert Marchenoir

@ Tomas | 18 octobre 2021 à 08:47
"La publication des suites complètes des 3 milliards de bases qui composent le génome humain a abouti à démontrer que l'ADN de deux humains pris au hasard était semblable à 99,9 %."

Stop. Arrêtez vos salades. Vous mettez un Noir et une Noire dans un lit, au bout de 9 mois vous avez un bébé noir. Pas un bébé blanc. Point final. L'existence des races est démontrée.

Au passage, ce n'est pas exactement 9 mois. La durée de la gestation est de 5 jours de moins pour les femmes noires que pour les femmes blanches. Encore une preuve de l'existence des races.

Dans mon précédent commentaire, j'écrivais que les communistes dans votre genre s'ingénient à enfumer le monde avec de fausses considérations scientifiques, afin de faire oublier aux gens ce qu'ils ont sous le nez et qui relève de l'évidence.

Vous vous empressez de tomber dans le panneau et de me donner raison. Encore une fois, il faut sérieusement s'interroger sur votre quotient intellectuel à vous.

Vous voulez des preuves génétiques, en plus de ce que tout le monde peut constater à l'œil nu ? Allons-y.

Un test sur des traces ADN permet de savoir si elles ont été laissées par un Noir ou par un Blanc. Ce test a été employé aux États-Unis pour rechercher un tueur en série que la police n'arrivait pas à retrouver. Les témoignages mettaient en cause un Blanc. L'ADN mettait en cause un Noir. C'était exact. Il a été identifié et condamné.

D'innombrables études scientifiques ont prouvé, par la génétique, que les Juifs constituaient bel et bien une race. Les tests ADN montrent que les Juifs du monde entier sont génétiquement proches les uns des autres, quel que soit leur continent de résidence. Et que leur patrimoine génétique est plus proche les uns des autres qu'il ne l'est des populations au sein desquelles ils vivent, même si c'est depuis longtemps.

Mais si vous y tenez, je peux réfuter pour la centième fois, ici, le truc grossier de la propagande "anti-raciste" que vous venez de sortir du tiroir à "éléments de langage" gauchistes (car il ne faut pas demander à des ectoplasmes intellectuels dans votre genre d'étudier et de réfléchir par eux-mêmes).

Vos salades sur l'ADN ne veulent rien dire. La génétique, c'est beaucoup plus compliqué que cela. Balancer un unique pourcentage attribué à "l'ADN", sans plus de précisions, c'est une manipulation propagandiste destinée à induire les gens en erreur.

Il se trouve que "l'ADN" (j'utilise la langue vulgaire, je ne garantis pas l'exactitude des termes scientifiques utilisés) est effectivement largement similaire pour de nombreux êtres vivants. Ce sont des sections beaucoup plus restreintes du patrimoine génétique qui font la différence entre les races -- et même entre les espèces.

Les gros malins dans votre genre croient avoir tout dit en énonçant que la totalité de l'espèce humaine partage le même ADN à 99,9 % (en supposant que ce soit vrai). Ils omettent soigneusement d'ajouter que l'homme partage 99 % de l'ADN du chimpanzé, et 98,7 % de celui du bonobo.

Il partage aussi 80 % de son ADN avec le chien et 50 % avec la banane.

Pourtant, aucun "anti-raciste" ne nous a encore dit que les espèces animales n'existaient pas, et que la différence entre le bonobo et l'être humain n'était qu'une "construction sociale".

Pour l'instant.

Je vous laisse imaginer vous-même les amusantes blagues qui s'imposent au sujet des bananes.

J'ai déjà fourni ces faits ici même, à plusieurs reprises. Ils sont incontestables et dûment sourcés.

Mais les gauchistes que vous représentez à merveille ont les oreilles bouchées. Ils se refusent à tenir compte des données déjà établies par la science, ce qui est la base de la dignité intellectuelle.

Toujours, toujours, ils ignoreront les faits qui démolissent leur misérable propagande. Sans cesse, ils reproduiront les mêmes "arguments" vérolés, mille fois réfutés. Vous dites :

"Avouez juste que le noir dans la rue heurte votre conception de l'esthétique ou que la langue arabe écorche vos tympans, ce sera plus honnête intellectuellement."

Arrêtez de vous ridiculiser à ce point. Vous ne trouvez plus à quoi vous raccrocher pour justifier votre flicage idéologique.

Donc, maintenant, ce serait "raciste" de ne pas trouver la langue arabe harmonieuse, ou de trouver les Noirs laids. Outre que vous m'attribuez des opinions que je n'ai jamais exprimées, vous affirmez des choses encore plus extravagantes que tantôt.

Il y a quelques heures, vous nous expliquiez :

"Le racisme, c'est quand on n'aime pas les Noirs, les Arabes, les Juifs, les Chinois, les gitans ou les Roumains."

Maintenant, vous allez encore plus loin dans l'inquisition totalitaire des esprits : il ne suffit pas d'aimer les Noirs et les Arabes ; il serait raciste de ne pas aimer le son de la langue arabe, ou de ne pas trouver sublimement beau le visage des Noirs.

Quand on dit que le Noir est le nouveau dieu de la religion de gauche...

Et en même temps, vous nous sortez cette sottise grosse comme un camion :

"Le fait qu'il y ait eu l'apartheid et que la Shoah ait eu lieu n'a rien à voir avec le fait qu'il y ait plusieurs races."

Donc le génocide hitlérien de 6 millions de Juifs n'a rien à voir avec la race et n'est pas vraiment raciste, mais en revanche, si vous n'aimez pas particulièrement le son de la langue arabe, alors là, vous êtes un raciste qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire, qui mérite d'être "annulé" socialement, d'être publiquement traîné dans la boue et privé de moyens d'existence.

Chacun de vos nouveaux commentaires sur le sujet est une preuve supplémentaire du dérangement mental des "anti-racistes" que vous représentez, de leur mépris intégral des faits et de la raison.

Vous êtes un moulin à paroles qui raconte absolument n'importe quoi, qui turbine de la phrase au kilomètre sans vous soucier le moins du monde de vraisemblance, d'être cru ou même de présenter des arguments qui aient le moindre rapport avec la réalité.

Votre ignorance est abyssale et votre échelle morale inexistante. On peut être de gauche et ne pas exhiber cette effrayante absence de repères, qui vous amène à prétendre qu'il est plus grave de ne pas aimer le son de la langue arabe que d'assassiner 6 millions de Juifs.

Vous vous vautrez dans le douteux plaisir de troller ce blog, en affirmant des choses aussi choquantes auxquelles vous ne croyez sans doute pas vous-même. Votre cynisme est total.

Vous illustrez de façon effrayante ce qu'est devenue la parole de nos jours : un bruit de fond diffusé par les médias et les réseaux sociaux, exclusivement destiné à déclencher des sensations réflexes sans la moindre connexion avec la raison humaine.

Je blablate, donc je suis.

Voilà qui est infiniment plus grave que d'être de droite ou de gauche, de penser que l'État doit corriger les "injustices sociales" ou qu'il doit diminuer le nombre des fonctionnaires.

F68.10

@ Tomas (@ Robert Marchenoir)
"En réalité, mais c'est peut-être trop scientifique pour vous, la publication des suites complètes des 3 milliards de bases qui composent le génome humain a abouti à démontrer que l'ADN de deux humains pris au hasard était semblable à 99,9 %."

(Soupir...) Ces discussions sont à s'arracher les cheveux...

Reprenons: si vous reprenez la pure question de la diversité génétique de l'espèce humaine comme critère de la notion de "races", il convient alors de vérifier que ce critère est vérifié en sens inverse pour, au hasard, les "races" de chiens.

Ce qui nous avancera bien évidemment beaucoup pour traiter les vrais problèmes de fond associés à ce sujet qui sont essentiellement l'impact de la diversité culturello-racialo-ethnique sur la stabilité d'un État. Nous pourrions prendre, au hasard, comme cas d'école, l'Indonésie, où nous avons eu des insurrections séparatistes sur des bases culturello-racialo-ethniques comme à Aceh ou au Timor oriental sur un territoire, l'Indonésie, qui littéralement couvre la distance de Paris à Kaboul...

Mais traitons donc ce point nettement plus fondamental, chacun semble en convenir, de la diversité interne à l'espèce humaine pour déterminer si les races existent, en prenant les chiens comme point de comparaison.

Je suis tombé sur des articles qui faisaient mine de traiter du sujet mais qui ne le traitaient pas vraiment, pour les raisons de politiquement correct que Marchenoir exposait. Bien sûr, ces articles sont "intéressants" si on s'intéresse à ce sujet, mais l'ossature argumentative est, comme toujours, de poser les conclusions comme axiomes et de faire rentrer les données (probablement justes par ailleurs...) de telle manière à soutenir ladite conclusion. Évaluation après survol de l'article.

C'est donc sur Reddit, et pas dans la littérature officielle, que j'ai pu trouver une réponse succincte qui me semble la plus intellectuellement honnête, postée par skadefryd, un horrible pseudonyme qui n'ose pas dire son nom pour débiter ses horreurs racistes. Horreurs que voici:

1. Très faible diversité génétique humaine. Cause 1: émigration d'Afrique récente. Cause 2: goulot d'étranglements génétiques multiples comme l'éruption de Toba il y a 70 000 ans. La diversité génétique humaine n'en aurait, au fond, jamais vraiment surmonté le contrecoup.

2. Récusation du concept de race au motif d'une plus grande diversité génétique interne intra-race, selon l'acceptation usuelle du terme, comparativement à la diversité génétique externe entre deux races. Cela ne détruit pas complètement l'argument de l'existence de races, mais cela le contextualise.

3. Si les races existaient sur des bases génétiques, la plus grande diversité génétique en Afrique qu'ailleurs (un phénomène qu'on retrouve quand on étudie la dispersion des langues dans l'espace et le temps, où la diversité est plus forte à l'épicentre d'où naît un phylum linguistique que dans ses ultimes ramifications) impliquerait qu'il faudrait catégoriser les races comme étant essentiellement des races intra-africaines. (Puisqu'on parle ici génétique et pas phénotype...)

4. Les races de chiens, sans que skadenfryd n'ait pu le vérifier, sont probablement assez peu diverses, étant en cela analogues à ce qu'on appelle (ou pas) les races humaines.

Résumons: sans avoir beaucoup cherché non plus, je ne trouve pas d'évaluation de la diversité génétique interne au clébards. S'il y a à peu près autant de diversité génétique chez les chiens que chez les humains, il serait incohérent de parler de races de chiens tout en prétendant que la diversité génétique humaine est insuffisante pour prétendre parler de races chez les humains...

Vous voulez vraiment faire dépendre la "théorie du racisme" sur un résultat de ce type ? Parce que cela peut être vrai, ou cela peut être faux, hein... c'est pas nous qui choisissons.

De la même manière, la diversité génétique humaine fut contrainte et réduite à coups de goulots d'étranglement génétique comme l'éruption du lac Toba à Sumatra. Si cette caldera n'avait pas pété (et elle est encore active et réactivée à chaque tsunami nippon), quelle en aurait été la conclusion ? Que les races existerait vraiment ou qu'elles n'existeraient pas ?

C'est quoi cette logique qui se réjouit de la diversité génétique d'une population et qui simultanément cherche à prétendre que, non, c'est pas divers, et donc pas une race et qu'on est tous pareil ?? C'est intrinsèquement incohérent. Et surtout cela permet de ne pas parler des problèmes que la diversité culturello-racialo-ethnique induit en terme de construction d'un État central. Qui est un problème cruel dans toute l'Asie du Sud-Est. C'est d'ailleurs sur cette diversité que les Européens, en la documentant de long en large et en travers comme en Birmanie, et en l'instrumentalisant politiquement, ont réussi à mettre la main sur ces zones géographiques.

La diversité existe en tous les sens du terme, et on peut toujours pinailler sur la génétique. Et il y en a qui l'instrumentalisent pour affaiblir les États. Jadis, ce furent les Européens qui détruisirent les ordres féodaux préexistants en jouant sur cette diversité comme en Asie du Sud-Est. Aujourd'hui, bien que l'intolérance que l'on qualifie de racisme existe bien en Europe occidentale, ce sont quand même certains "anti-racistes" qui instrumentalisent cette diversité ethnique pour affaiblir les États centraux. Comme les colonisateurs jadis.

C'est en large partie ce constat qui me fait récuser les ronronnements anti-racistes que j'entends à longueur de temps. Ils instrumentalisent une chape de plomb qui date du nazisme, et qui n'est pas adaptée à l'analyse des phénomènes contemporains d'intolérance, de conflits ethniques ou religieux et de déstabilisation des États centraux.

Mais on peut continuer à discuter comparativement de l'existence ou de l'inexistence des races de chiens et des races d'humains... même si j'ai des sujets de discussion vachement plus intéressants à vous proposer:

Le sexe des anges ? Mâle ou femelle ?

Aliocha

L'opprobre des propagandistes mondains continue de vouloir asseoir son pouvoir illusoire, mais l'orgueil de leur érudition s'accompagne de la honte exposée aux yeux de tous, l'histoire les a couchés aux ruines de l'Occident, encore incapable de ne plus jouer les pères abuseurs, alors qu'ils ne sont que des frères.

Ils y viennent pourtant aux rives du réel, forcément, qui serait réel si ce n'est le réel, ne manque plus que la prise de conscience qu'ils seraient inclus plutôt qu'exclus, ces exclusions que les ennemis partagent en ce nouveau retour aux manières anciennes qui, selon le mensonge ancestral, prêtent divinité aux discriminés.

Mais ce temps est révolu !
La France a l'occasion d'affirmer ce qu'elle est, elle n'est plus le rejeton d'aucune Eglise ni d'aucune convention, mais, avec ses géniteurs comme ses descendants, dans la parfaite égalité par la fraternité, héritière de l'Amour auquel elle accorde le libre consentement qui jamais ne s'impose, sait en s'exposant au sacrifice des insulteurs incohérents, abattre définitivement leur mensonge, leur délire dominant, verticale d'autorité sophiste allongée parmi les humains en l'horizontale du triomphe de la croix, sait affirmer la toute-puissance consentie de la miséricorde, sait nommer la vocation d'empêcher que les uns n'empiètent sur les autres, sait établir le fondement de l’État de droit, qui alors ne saura plus jamais interdire ce qu'elle exige.

Achille

@ Tomas | 18 octobre 2021 à 08:47 (@ Robert Marchenoir)
« Continuez donc à assumer votre racisme, ça ne me dérange pas, mais ne justifiez pas celui-ci par la science. Avouez juste que le noir dans la rue heurte votre conception de l'esthétique ou que la langue arabe écorche vos tympans, ce sera plus honnête intellectuellement. »

J’ai regardé sur France 3 hier le marathon de Paris. Le premier Blanc, un Français, a fini 19e.
On ne saurait nier, sans être de mauvaise foi, la supériorité des Kényans, Éthiopiens et Érythréens dans les courses de fond. C’est une question de morphologie. Ils sont grands, légers, avec de longues jambes, ce qui indiscutablement les avantage dans cette discipline particulièrement éprouvante qu'est le marathon.
J'en ai fait un une fois (celui de Metz), j'ai mis trois jours à m'en remettre.
Heureusement c’est un Français qui a fini premier dans la catégorie handisport. L'honneur est sauf ! :)

Tomas

@ Robert Marchenoir

Et allez, toujours scientifique le Robert:

"Tout le monde sait, en effet, que les races existent. Ça se voit à l'œil nu."

C'est vrai, il existe une race des hommes aux yeux bleus, une race des hommes blonds, une race des hommes grands. Ça se voit à l'oeil nu.

En réalité, mais c'est peut-être trop scientifique pour vous, la publication des suites complètes des 3 milliards de bases qui composent le génome humain a abouti à démontrer que l'ADN de deux humains pris au hasard était semblable à 99,9 %. Différence qui n'est pas suffisante pour déterminer, pour la plupart des généticiens, qu'il existe des races biologiques au sein de l'espèce humaine, comme il en existe chez les primates, par exemple.

Le débat n'est certes pas clos (un généticien nommé David Reich, tout à fait reconnu dans la profession, a récemment relancé le débat), mais tel est actuellement le consensus scientifique.

Je passe sur vos insultes et votre logorrhée qui ne se sont que la manifestation évidente de votre incapacité à argumenter correctement sur le sujet, je commence à connaître vos méthodes de réfutation. Continuez donc à assumer votre racisme, ça ne me dérange pas, mais ne justifiez pas celui-ci par la science. Avouez juste que le noir dans la rue heurte votre conception de l'esthétique ou que la langue arabe écorche vos tympans, ce sera plus honnête intellectuellement.

Robert Marchenoir

@ Tomas | 16 octobre 2021 à 22:48 (@ Robert Marchenoir)
"Je n'ai pas donné, ici, de définition de la race. On n'a pas besoin de définir l'eau, le nez, la chaussette... tout le monde sait ce que c'est".
"On dirait le 'Tout le monde sait que' dont usait abondamment Staline dans ses discours."

Oui. Il paraît aussi qu'Hitler disait fréquemment : il faut que j'aille aux toilettes. Donc quiconque dit "je vais aux toilettes" est un nazi.

Tout le monde sait, en effet, que les races existent. Ça se voit à l'œil nu. De même que tout le monde sait que les chats existent, les abrutis existent, etc. Seuls les gauchistes dépravés dans votre genre jouent au c..., et nous assurent que des "savants" doivent mener des études extraordinairement approfondies pour prouver que les chaussettes existent, sinon elles n'existent pas.

C'est un truc favori des communistes, depuis qu'ils tiennent l'Éducation nationale et l'université. Le savoir leur appartient. Nul ne saurait connaître quelque chose sans en demander l'autorisation aux fonctionnaires.

Ils nous ont donc persuadés qu'il faut des "sociologues", des "études" et des "savants" pour savoir ce que la dernière paysanne illettrée du XVIIIe siècle pouvait constater par elle-même. Et bien entendu, qui dit sociologue de gauche payé par l'État dit pipoteur en chef capable de vous démontrer que le chien miaule et que vous respirez par le fondement, contrairement à vos "préjugés".

Quelqu'un qui pense que le soleil existe n'est pas un "soleilliste". C'est un mec normal. Quelqu'un qui pense que les races existent n'est pas un "raciste". C'est juste un type qui n'est pas décérébré par la propagande communiste incessante dont vous vous faites le robinet humain.

Au demeurant, les savants ont prouvé que les races existent, contrairement à vos mensonges. Nous connaissons désormais le substrat biologique de la race, grâce aux extraordinaires progrès de la génétique et de la science de l'évolution.

"Je passe sur vos tests de QI, car entre l'orientation politique de ceux qui publient les études que vous aimez bien mettre en évidence [...]"

Bien sûr. L'orientation politique du savant est mauvaise (autrement dit : non communiste), donc le savant a tort. Ça, du coup, c'est un truc que disait Staline : ça s'appelle le lyssenkisme. Finalement, vous êtes pour ou contre Staline ? C'est quand ça vous arrange...

Au passage, vos tests de QI à vous ne doivent pas être fameux. Vous n'avez pas l'air de vous rendre compte que sous des dehors "scientifiques", vous venez d'avouer que vous êtes une brute totalitaire et un handicapé logique.

Les savants qui montrent que les races existent ont tort, puisqu'ils sont de droite et que vous êtes de gauche. La gauche a raison par définition, donc il suffit d'être de droite pour avoir toujours tort. Les faits ? La recherche ? Aucune importance.

Il semble vous échapper que ces savants peuvent être de droite parce qu'ils constatent que les gauchistes sont des abrutis profonds qui nient la science. Vous devriez considérer cette hypothèse.

Maintenant, vous ne nous avez toujours pas expliqué comment le racisme peut exister alors que les races n'existeraient pas. Vous avez quand même une espèce de talent pour dire absolument n'importe quoi avec l'aplomb le plus parfait :

"Le fait qu'il y ait eu l'apartheid et que la Shoah ait eu lieu n'a rien à voir avec le fait qu'il y ait plusieurs races."

C'est intéressant. D'après vous, donc, Hitler n'était pas raciste et n'avait rien contre les Juifs. L'apartheid n'était pas une doctrine du développement séparé des races. Avez-vous pensé à présenter une thèse sur le sujet ? Je suis sûr que vous feriez sensation. Dommage que Robert Faurisson soit mort, il vous aurait payé des coups à boire.

Vous êtes tellement idiot que vous démolissez vous-même votre thèse : si ni le nazisme ni l'apartheid ne peuvent être considérés comme des exemples de racisme, alors vous me donnez raison surabondamment lorsque j'affirme que le racisme n'existe pas.

S'il y a une chose qui peut être qualifiée de racisme, c'est bien de buter six millions de personnes qui ne vous ont rien fait, parce qu'elles ne sont pas de la bonne race.

Vous jouez au c... en faisant mine de ne pas comprendre ce que j'ai pourtant expliqué cent fois ici : le racisme n'existe pas, parce que des escrocs intellectuels dans votre genre dénoncent sous ce nom tout et n'importe quoi, jusqu'aux actes les plus inoffensifs et les plus bienveillants, comme publier des recettes de cuisine chinoise lorsqu'on est blanc.

Si vous enlevez de la catégorie du racisme l'acte raciste par excellence qu'est la Shoah, précisément celui qui permet aux communistes dans votre genre de casser les pieds à tout le monde en hurlant "raciste !" à tout bout de champ de crainte qu'Hitler ne ressuscite, alors vous vous privez du seul piton qui permet à votre branlant édifice intellectuel de tenir debout tant bien que mal.

Et non, le racisme, ce n'est pas de dire "sale Arabe". Si ce n'était que ça, on se demande pourquoi il y aurait tant de lois, tant de grosses commissions et tant d'associations en tout genre pour le combattre. Depuis quand l'État intervient-il parce que les gens disent "sale plombier" ou "sale nabot" ?

En fait, discuter avec vous est un exercice débilitant et sans objet. Cela se vérifie une fois de plus. C'est comme essayer de planter des clous dans de la crème fraîche.

Vous racontez absolument n'importe quoi. Vous ne croyez à rien. Vous enfilez des mots qui, mis bout à bout, ressemblent à des phrases, mais que ne veulent absolument rien dire. La veille, vous avez dit autre chose, et le lendemain, vous direz le contraire. Vous êtes un pipotron humain, comme Aliocha. Lui, c'est le genre mystique de placard, vous, c'est le genre nihiliste mondain.

L'essentiel, pour vous, est de prendre une posture vaguement de gauche (pas trop, cela risquerait d'exiger de votre part des sacrifices et de la rigueur) et de contredire systématiquement la droite. Pour le reste, vous vous contentez de faire du bruit avec la bouche. Seuls des sots peuvent s'y laisser prendre.

Tomas

@ F68.10

Quand ai-je dit qu'être contre le racisme revenait à être pour l'amour obligatoire, s'il vous plaît ? J'excuse parfaitement le racisme chez les gens incultes et pauvres d'ailleurs, moins chez les gens qui n'en souffrent pas et ont des lettres et des revenus confortables, style ceux qui traînent ici.
Quand vous ai-je accusé d'être un Afrikaner raciste ? Je n'ai jamais mis les pieds en Afrique australe mais ai toujours été passionné, Dieu sait pourquoi, par la région dont je connais assez bien la géographie et l'histoire par les livres et les films. Je sais que les choses ne sont pas aussi simples qu'on les dépeint chez nous.
Donc on se calme et on baisse de dix tons. Merci.

F68.10

@ Tomas
"Je n'irais pas vous souhaiter le tragique destin d'Evariste Galois (quelle époque imbécile que celle des duels...), mais je n'apprécie pas qu'on caricature mes propos avec condescendance. D'où ce que vous prenez pour de l'outrecuidance. Principe de proportionnalité."

Oh, ça va... cela fait des décennies que les gens de gauche me font le coup du raciste sous prétexte que j'ai grandi blanc en Afrique. Vous trouvez que c'est de la condescendance que de s'opposer à la définition du racisme comme celle de l'amour obligatoire ? Pas moi. Surtout sur un sujet aussi complexe, où la gauche s'évertue à faire passer toute critique pour du racisme.

Je ne suis pas de ceux qui font profession de cracher une quelconque haine sur des bases ethniques ; je n'ai généralement pas de propos durs sur l'immigration ; mais quand je lis les simplismes obligatoires et le refus de regarder le réel sous prétexte d'être gentil, je pense qu'il convient d'affirmer de manière claire que la gauche refuse le réel, refuse le débat, et se complaît dans des jeux de mots qui la rassurent mais ne règleront rien.

Les débats sur le racisme ou l'immigration n'ont jamais été ma tasse de thé. Les débats sur l'hypocrisie sont bel et bien ma tasse de thé.

Réglez vos problèmes conceptuels autour de cette notion de racisme au sein de votre mouvance ou même avec Patrice Charoulet, et, ensuite, revenez en parler avec moi si et seulement si vous le souhaitez.

P.S.: Je n'ai rien contre la notion du duel. Je ne trouve pas cela spécialement barbare. Quand je lis certains propos médicaux en provenance de nos "corps intermédiaires" ou de nos grands pontes qu'il ne faut jamais contredire parce qu'il faut absolument les respecter parce qu'ils ont des diplômes, eux, je vous avoue regretter que les duels soient passés de mode.

Tomas

@ F68.10

Je n'irais pas vous souhaiter le tragique destin d'Evariste Galois (quelle époque imbécile que celle des duels...), mais je n'apprécie pas qu'on caricature mes propos avec condescendance. D'où ce que vous prenez pour de l'outrecuidance. Principe de proportionnalité.

F68.10

@ Tipaza
"Je signale à la foule (?) des lecteurs du commentaire de F68.10, qu’Évariste Galois, l'ancêtre du sujet mathématique, a eu la double élégance de mourir jeune (20 ans) lors d'un duel pour une jeune femme, et de ne pas venir enquiquiner d'honnêtes Béotiens blogueurs. Comme quoi le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas. Un cœur et une raison raisonnable, c’est peut-être trop lui demander à notre matheux."

Je n'apprécie pas que X ou Y m'explique ce que je dois faire ou comment il convient que je passe mon temps.
Je n'ai pas cette outrecuidance à votre égard, et quand Tomas a cette outrecuidance à mon égard, je manifeste aussi mon outrecuidance. Ce qui vous donne, visiblement, l'occasion de manifester la vôtre.

La mort de Galois ne fut nullement du ressort de l'élégance. Laisser derrière soi une collection de pensées fragmentaires quasiment inexploitables ne relève pas de l'élégance. Dans sa lettre testamentaire, Galois qualifie effectivement tout cela de "gâchis". Nullement d'élégance.

Tipaza

« Je fais beaucoup de maths, en ce moment, et développe une généralisation de la notion d'obversion en terme de connections galoisiennes », dixit F68.10 | 16 octobre 2021 à 23:00

Je signale à la foule (?) des lecteurs du commentaire de F68.10, qu’Évariste Galois, l’ancêtre du sujet mathématique, a eu la double élégance de mourir jeune (20 ans) lors d’un duel pour une jeune femme, et de ne pas venir enquiquiner d’honnêtes Béotiens blogueurs.
Comme quoi le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas.
Un cœur et une raison raisonnable, c’est peut-être trop lui demander à notre matheux.

Aliocha

Donc, le boulot de la France est de défendre la race française, selon Marchenoir, en ce pays qui affirme que les hommes naissent libres et égaux en droit.
Si le racisme n'existe pas, Marchenoir non plus, ou alors il est chinois.
C'est donc ça !
Marchenoir est chinois et nous délivre sa propagande totalitaire pour éviter de lui-même se discriminer.
Le souci des victimes se radicalise pour mieux se paganiser, et le masochiste n'existe que dans la perception du sadique qui cherche à se légitimer.
Les hommes naissent libres et égaux en droit, ne manque plus que l’État qui saura faire en sorte qu'ils n'empiètent pas trop les uns sur les autres, et faire valoir son droit.

hameau dans les nuages

@ Tomas | 16 octobre 2021 à 22:48
"Visiblement, il n'y a pas de consensus général encore sur le sujet, même si comme je l'ai dit, les scientifiques dans leur majorité récusent cette notion, lui préférant celle d'ethnie, qui intègre en outre les facteurs culturels."

Comme vous dites il n'y a pas de consensus général. D'autant plus lorsqu'on ne veut pas parler des caractéristiques biologiques de ce que vous nommez ethnie pour déterminer une population en France dans les statistiques de natalité:

https://www.franceculture.fr/sciences/drepanocytose-la-maladie-genetique-la-plus-repandue-en-france

Je vous précise que le racisme véritable est sur la notion de supériorité d'une race par rapport à une autre, pas sur leurs différences.

F68.10

@ Tomas
"Je vous conseillerais bien de ne pas vous échiner à m'expliquer ce que je sais depuis belle lurette, mais après tout si vous voulez passer votre temps ici c'est votre droit le plus strict, je ne vais pas vous dire quoi faire de votre vie, vous êtes assez grand pour ça, je suppose..."

Oh, bonhomme... c'est quand même vous qui avez commencé à m'expliquer ce qu'était le racisme. Quand vous donnez des leçons, attendez-vous à recevoir de la contradiction.
Et j'occupe bien mon temps comme bon me semble. Merci bien. Je fais beaucoup de maths, en ce moment, et développe une généralisation de la notion d'obversion en terme de connections galoisiennes. Cela m'occupe beaucoup. Merci de vous inquiéter pour moi.

----------------------------------------------

@ Herman Kerhost
"Ce que ne comprennent pas les anti-racistes, c'est que même les "racistes", peuvent écrire: "je ne suis pas raciste"..."

Ce que ne comprennent pas les anti-racistes de pacotille, c'est que faire la chasse aux racistes ne résout rien. Il y a des problèmes structurels à résoudre. Résoudre ces problèmes n'a rien à voir avec être gentil avec une communauté ou pinailler sur la biologisation du concept de racisme. C'est vraiment déprimant qu'on en soit là au XXIe siècle.

----------------------------------------------

@ Patrice Charoulet
"Voici la bibliographie de cet universitaire éminent, que vous déclarez "nul"."

Le fait qu'il soit universitaire "éminent" ne garantit en rien que ses idées soient respectables. Sa définition du racisme ne l'est pas. Peu importe qu'il ait publié des tonnes. Peu importe qu'il soit normalien.

Ce qui importe est que sa notion de racisme ne relève nullement d'une analyse poussée de la question. Il y a quantité d'autres universitaires respectables qui ont des points de vue bien différents sur la question. Vous, vous choisissez sélectivement des autorités et vous vous retranchez derrière elles, en prenant bien soin ainsi de tout faire pour éviter l'affrontement des idées sur le fond. De la même manière que Robert se retranchait derrière sa nationalité et sa culture gréco-latine pour s'affranchir d'abattre le boulot nécessaire à la défense de ses idées.

------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir
"Si les races n'existent pas, pourquoi, alors, avoir aboli l'apartheid ? C'était juste une singerie sans importance, puisque les Blancs n'existent pas et les Noirs n'existent pas. Gros malin..."

Si l'apartheid a été mis en place, c'est parce que les blancs, les noirs et les khoisans n'en avaient pas grand-chose à cirer de la couleur de peau quand il s'agissait d'avoir des relations sexuelles et de faire des bébés. C'est pour cela qu'existe la population des coloured au Cap. C'est pour cela que les Anglais ont interdit ce que les gens faisaient librement: se taper la bonne dans la cuisine. C'est pour cela que l'afrikaans est une langue africaine et pas européenne, en un certain sens: si on appelait l'afrikaans le hollandais de cuisine, c'est que c'est bien dans la cuisine qu'il se parlait, ce hollandais-là... c'était le hollandais de la bonne. Et la bonne, elle n'était pas blanche...

L'apartheid fut aboli par De Klerk avec un référendum dont je me souviens encore. L'apartheid craquait sous l'intensification de la guerre civile larvée et dure qu'il occasionnait. Au-delà des questions raciales, lourdes, il y avait bien des questions de libertés individuelles et aussi collectives.

Encore de nos jours, des noirs et des bruns plus jeunes que moi s'étonnent encore de grandir dans des quartiers séparés et de ne pas assez connaître leurs compatriotes. Sans même parler des blancs... Les fractures de l'apartheid sont profondes. Il n'est pas néanmoins certain qu'il fut évitable.

"Comme en Afrique du Sud -- mais c'est tout à fait un hasard si les Noirs y ont arraché le pouvoir aux Blancs... Absolument aucun rapport, et la majorité des savants sont bien d'accord pour nous dire que les races n'existent pas."

Il est vrai que c'est un des enjeux actuels majeurs de l'Afrique du Sud: arriver à naviguer entre une difficile sinon impossible pacification raciale de la société et l'idée de ne pas chasser la compétence à cette fin. Gérer cet enjeu est une réelle question où il devient alors possible de parler de racisme de manière intelligente, si on le veut, sans être obligé de s'aimer les uns les autres, ni prendre prétexte sur la biologie pour se prétendre non-raciste au motif qu'on ne reconnaîtrait pas l'existence des races. Ce qui n'a jamais fait illusion là-bas... Tout cela, c'est très loin d'être gagné.

"L'université occidentale est largement devenue un bastion de terreur intellectuelle communiste, où l'oppression est si forte que certains de ses membres se réfugient... en Chine, où on les laisse pratiquer leur discipline en paix sans exiger d'eux tous les quatre matins des certificats de bonne moralité "anti-raciste", "transgenre" ou je ne sais quoi d'autre."

L'université doit être libre. Une université qui n'est pas libre n'est pas une université.

-------------------------------------------------

@ Aliocha
"Définition qui précise ce que serait l'amour..."

Vous êtes quand même un sacré maso, à revenir éternellement à la charge. Stop.

Tomas

@ Robert Marchenoir
"Je n'ai pas donné, ici, de définition de la race. On n'a pas besoin de définir l'eau, le nez, la chaussette... tout le monde sait ce que c'est".

On dirait le "Tout le monde sait que" dont usait abondamment Staline dans ses discours. Je pourrais vous retourner votre raisonnement en l'appliquant au racisme: on n'a pas besoin de le définir, tout le monde c'est que c'est, c'est quand on se fait traiter de "sale Blanc" (puisque vous y tenez) ou de "sale Arabe".

Il est quand même curieux de prétendre que les races existent, et que le racisme n'existe pas. Pas l'inverse, puisqu'en général le racisme est présent chez ceux pour qui il existent plusieurs races humaines. Visiblement, il n'y a pas de consensus général encore sur le sujet, même si comme je l'ai dit, les scientifiques dans leur majorité récusent cette notion, lui préférant celle d'ethnie, qui intègre en outre les facteurs culturels.

Je passe sur vos tests de QI car entre l'orientation politique de ceux qui publient les études que vous aimez bien mettre en évidence et les facteurs sociaux de l'intelligence (on sait que celle-ci est héréditaire, certes, mais des facteurs aussi basiques que l'alimentation ont une influence sur celle-ci), on ne peut en tirer la moindre conclusion valable. Les Noirs américains seraient-ils réellement plus bêtes que les Blancs que ça ne serait pas le facteur essentiel de leur marginalisation économique et politique, qui est la conséquence de leur histoire. Au fait, en Irlande du Nord, les catholiques sont-ils plus bêtes que les protestants ?

Je passe aussi sur vos remarques sur l'apartheid et la Shoah. Le fait qu'il y ait eu l'apartheid et que la Shoah ait eu lieu n'a rien à voir avec le fait qu'il y ait plusieurs races. Il y avait différentes populations (appelez ça "ethnie" en Afrique du Sud et "nationalité" en Europe), et une population dominante et une population dominée, ce qui est vieux comme le monde.

Sinon oui, il existe encore des buralistes qui ne sont pas arabes ou chinois. J'ignore s'ils refusent de vendre des timbres aux Arabes comme dans les années 80, en revanche.

Robert Marchenoir

@ Tomas | 16 octobre 2021 à 00:48
"Vous êtes un raciste qui s'assume."

Vous faites encore votre Staline de poche. Ou votre Göring, qui déclarait : c'est moi qui décide qui est juif.

Je ne peux pas être un raciste qui s'assume, puisque je viens de vous expliquer pourquoi le racisme n'existait pas. Évidemment, vous êtes trop paresseux, ou trop incapable pour réfuter mes arguments sur le fond. Votre commentaire se cantonne à l'attaque personnelle. Gna, gna, gna, raciste. Cette pathétique intervention ne fait que confirmer ma thèse : le racisme n'existe pas, c'est juste une insulte dans la bouche des terroristes intellectuels dans votre genre.

Le plus grotesque est que vous croyiez encore pouvoir intimider qui que ce soit avec ce genre de tentatives. Cela fait longtemps que ça n'impressionne plus personne. Si vous croyez que ça va empêcher le peuple français de s'opposer à l'immigration promue par les individus de votre espèce...

"Vous êtes en tout cas un beau spécimen de Français raciste vu votre définition de la race, qui est peu ou prou celle de l'époque de Gobineau."

Je n'ai pas donné, ici, de définition de la race. On n'a pas besoin de définir l'eau, le nez, la chaussette... tout le monde sait ce que c'est. La race est la même chose aujourd'hui qu'elle était il y a 10 000 ans. Et donc, forcément, à l'époque de Gobineau, qui a sûrement dit des choses fort sages et fort exactes pour que vous lui vouiez une telle haine.

N'hésitez pas à nous démontrer le contraire, vous qui, j'en suis sûr, en spécialiste de "l'anti-racisme", avez, contrairement à moi, lu ses œuvres complètes le crayon à la main.

"Pour la majorité des scientifiques, il n'y a pas de sous-espèce d'Homo sapiens, même s'il existe des différences biologiques entre les groupes d'humains."

Hahaha, l'escroquerie grosse comme un camion... il n'y a pas de sous-espèces, dit-il, pour éviter d'avoir à dire qu'il n'y a pas de races. De même que Comte-Sponville parle de groupes biologiques, pour éviter le mot qui réveille le courroux des dieux gauchistes et déclenche les tremblements de terre.

Cela ne leur a pas suffi de prétendre que les races n'existaient pas, maintenant ils essaient d'effacer jusqu'au mot, selon la bonne vieille méthode communiste.

Je ne vois pas comment quelque scientifique que ce soit pourrait prétendre valablement que les races n'existent pas, puisqu'il est manifeste qu'elles existent.

Maintenant, il y a un grand nombre d'ordures ou de lâches qui consentent à exprimer les mensonges les plus manifestes concernant leur discipline, afin de simplement conserver leur emploi.

A l'heure où les institutions éducatives américaines acceptent d'enseigner les nouvelles mathématiques nègres où il est "raciste" d'exiger des élèves que leur équations tombent juste (parce qu'avec un QI moyen de 85, les Noirs américains ont évidemment des résultats désastreux en maths), l'assertion "les scientifiques disent que" ne veut tout simplement plus rien dire.

L'université occidentale est largement devenue un bastion de terreur intellectuelle communiste, où l'oppression est si forte que certains de ses membres se réfugient... en Chine, où on les laisse pratiquer leur discipline en paix sans exiger d'eux tous les quatre matins des certificats de bonne moralité "anti-raciste", "transgenre" ou je ne sais quoi d'autre.

Chaque homme va devoir se débrouiller tout seul avec son savoir, sa rationalité, son honnêteté, sa dignité et son courage. Il va falloir des personnalités d'exception pour naviguer avec sûreté dans cet ouragan de nihilisme, reconnaître les âmes semblables et s'allier avec elles pour défendre la civilisation.

Parce que lorsqu'on commence à admettre qu'il est "raciste" de prétendre que les équations doivent tomber juste, le temps n'est pas loin où les ponts s'effondreront, l'eau courante viendra à manquer et l'électricité ne sera plus disponible que quelques heures par jour.

Comme en Afrique du Sud -- mais c'est tout à fait un hasard si les Noirs y ont arraché le pouvoir aux Blancs... Absolument aucun rapport, et la majorité des savants sont bien d'accord pour nous dire que les races n'existent pas.

Si les races n'existent pas, pourquoi, alors, avoir aboli l'apartheid ? C'était juste une singerie sans importance, puisque les Blancs n'existent pas et les Noirs n'existent pas. Gros malin...

Vous ne nous avez toujours pas expliqué comment vous pouvez fustiger le "racisme" et les "racistes" à l'année longue, alors que les races n'existent pas.

Si c'est le cas, nous sommes bien d'accord que vous allez arrêter de nous casser les pieds avec la Shoah ? Hitler ne peut pas avoir tenté d'exterminer la race juive, puisque les races n'existent pas.

"Et les Blancs aussi bien entendu, mais comme on est entre Blancs ici (enfin, peut-être que je me trompe et que vous êtes Guadeloupéen) ça ne nous concerne pas, on ne va pas se détester soi-même."

Vous vous raccrochez aux branches... vous avez bien dit :

"Le racisme, c'est quand on n'aime pas les Noirs, les Arabes, les Juifs, les Chinois, les gitans ou les Roumains."

Vous avez bien omis les Blancs dans votre définition du racisme. Ce faisant, vous avez justement affiché votre détestation de vous-même, vous avez donné un blanc-seing pour le déferlement de haine, de violence et de meurtres commis par les immigrés contre les Blancs. Seul "racisme" autorisé. Seul "racisme" qui n'est pas "raciste". Seul "racisme", en réalité, qui existe encore en Occident...

"Par exemple, quand un buraliste refuse de vendre un timbre à un Arabe en prétendant qu'il n'en a plus, il est raciste."

Tout à fait. C'est le grand drame de notre temps : les buralistes refusent de vendre des timbres aux Arabes. Les tribunaux sont positivement envahis de plaintes à ce sujet. Les buralistes mettent le feu aux voitures des Arabes qui osent leur demander des timbres, ils décapitent ceux qui ont le culot de leur réclamer un timbre avec une cathédrale dessus...

D'ailleurs il n'y a pas de buralistes arabes, ni chinois. Tous les buralistes s'appellent Gontran de la Tour du Pin.

Parfois, on dirait que vous êtes un personnage tout juste sorti de "Martine visite Auschwitz".
______

@ Aliocha | 16 octobre 2021 à 00:29
"Un État de droit ne peut pas être raciste et servir une idéologie qui postule une hiérarchie des races."

Au contraire : un État, quel qu'il soit, ne peut que postuler une hiérarchie des races. L'État français postule évidemment la supériorité de la race française (c'est son boulot), l'État chinois postule la supériorité de la race chinoise (c'est sa raison d'être), etc.

Patrice Charoulet

J'adresse ce qui suit à la personne qui a pris pour pseudonyme Robert Marchenoir, puisqu'il veut qu'on le nomme :

N'étant rien, n'ayant écrit aucun livre, je cite humblement André Comte-Sponville, après que vous n'avez pas craint d'écrire : « Le racisme n'existe pas. »
Vous dites qu'il est « d'une nullité abyssale ». N'hésitez pas à nous indiquer la liste de vos œuvres (signées de votre vrai nom, puisque celui sous lequel nous vous connaissons ici est un nom supposé). Voici la bibliographie de cet universitaire éminent, que vous déclarez "nul" :

Traités de sagesse
Traité du désespoir et de la béatitude, PUF.
Tome 1, Le mythe d’Icare, 1984.
Tome 2, Vivre, 1988.
Une éducation philosophique, PUF, 1989.
L’Amour la solitude, Paroles d'Aube, 1992.
Petit Traité des grandes vertus, PUF, 1995.
L’Être-temps, PUF, 1999.
Le Gai Désespoir, Alice Éditions, Liège, 1999.
Chardin ou La matière heureuse, Adam Biro, 1999.
Le Bonheur, désespérément, Pleins Feux, 2000.
La Vie humaine, Hermann, 2005.
Le Sexe ni la mort. Trois essais sur l’amour et la sexualité, Albin Michel, 2012.
Du tragique au matérialisme (et retour), PUF, 2015.
Que le meilleur gagne !, Robert Laffont, 2021
Propos
Impromptus, paru en 1996, se veut une rénovation d'une manière d'écrire pratiquée par Alain dans ses Propos.
Impromptus, PUF, 1996, 92 p.
— Douze articles écrits « sur-le-champ et sans préparation [...] fidèles au premier jet, à l’invention du moment, comme faisait Schubert, comme faisait Montaigne » 79.
Le Goût de vivre et cent autres propos, Albin Michel, 2010.
L’Inconsolable et autres impromptus, PUF, 2018.
Contre la peur, et cent autres propos, Albin Michel, 201980, 81
— Recueil de chroniques publiées dans diverses revues.
Aphorismes
Du corps, PUF, 2009.
Essais à deux
Avec François George, Arsène Lupin, gentilhomme philosopheur, L'Aiguille Preuve, 1995.
Avec Luc Ferry, La Sagesse des Modernes, Robert Laffont, 1998.
Études éthiques
Valeur et vérité. Études cyniques, PUF, 1994.
Le capitalisme est-il moral ?, Albin Michel, 2004.
L'Esprit de l'athéisme. Introduction à une spiritualité sans Dieu, Albin Michel, 2006.
Entretiens philosophiques
Avec Ph. Capelle, Dieu existe-t-il encore ?, Cerf, 2005.
Avec F. L'Yvonnet, C'est chose tendre que la vie, Albin Michel, 2015.
Avec Frédéric Amauger, trad. LSF Vivien Fontvieille, Sous le signe de la philosophie, Eyes Éditions, 2018 (ISBN 978-2-9557825-1-4), 72 p.

Essais à partir de philosophes
« Je ne suis pas philosophe » : Montaigne et la philosophie, Honoré Champion, 1993.
Camus, de l’absurde à l’amour (en collaboration), Paroles d'Aube, 1995.
Le Miel et l’Absinthe. Poésie et philosophie chez Lucrèce, Hermann, 2008.
Lucrèce, poète et philosophe, La Renaissance du Livre, 2001.
Dictionnaire amoureux de Montaigne, Plon, 2020.
Ouvrages didactiques
De l’autre côté du désespoir. Introduction à la pensée de Svâmi Prajnânpad, Jean-Louis Accarias L'Originel, 1997.
Présentations de la philosophie, Albin Michel, 2000.
Dictionnaire philosophique, PUF, 2001. Deuxième édition en 2013 (400 nouvelles entrées)82.
La Philosophie, PUF, coll. « Que sais-je ? », 2005.
Contribution à des ouvrages collectifs
Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens (en collaboration), Grasset, 1991.
A-t-on encore besoin d’une religion ?, André Comte-Sponville, Bernard Feillet, Alain Rémond, et Alain Houziaux, éditions de l'Atelier, 2003 (ISBN 978-2708236950).
La Plus Belle Histoire du bonheur, avec Jean Delumeau et Arlette Farge, Seuil, 2004.
Aimer désespérément, Albin Michel, avec Étienne Klein, Jean-Yves Leloup, Marie de Solemne, 2006 (ISBN 978-2226172808).
Le Management relationnel : Manager et Managé sont dans un bateau… Philippe Van Den Bulke, Ivan Monème, Luc Doublet et André Comte-Sponville, rééd. chez Dunod, coll. « Progrès du management » (ISBN 978-2100497768).
Écologie et Spiritualité, Albin Michel, avec, entre autres, Jacques Brosse, Eugen Drewermann, Albert Jacquard, Jacques Lacarrière, Théodore Monod, Jean-Marie Pelt, Pierre Rabhi, Annick de Souzenelle… 2006 (ISBN 2226172823).
Regards sur le sport, collectif, dirigé par Benjamin Pichery et François L'Yvonnet, Le Pommier/INSEP, 2010, 256 p. (ISBN 978-2-7465-0484-4).
Préfaces
Éric Oudin & Cyril Morana, L’Art, de Platon à Deleuze, 2009 (ISBN 978-2212544589).
Catherine Merrien, L’Amour, de Platon à Comte-Sponville, éd. Eyrolles, 2009.
Éric Oudin & Cyril Morana, La Liberté, d’Épicure à Sartre 2010 (ISBN 978-2212547337).
Discographie
2005 : Petit Traité des grandes vertus, Livraphone.
2007 : Le Bonheur, conceptions orientales et occidentales (3 CD audio), avec François Jullien, éd. Frémeaux & Associés.
2008 : L’Amour (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés.
2008 : Qu’est-ce qu'une spiritualité sans Dieu ? (3 CD audio), éd. Frémeaux & Associés.
2009 : André Comte-Sponville (DVD 100 min), en compagnie de François L'Yvonnet, conception et réalisation Benjamin Pichery, éd. INSEP, coll. « Regards sur le sport ».
2010 : Le Mal : le Méchant, le Salaud, le Pervers, le Médiocre (3 CD audio), avec Michel Terestchenko, éd. Frémeaux & Associés.

Herman Kerhost

@ Robert Marchenoir | 15 octobre 2021 à 23:57

Il y a juste un passage dont je n'ai pas bien compris le sens, mais sinon c'est parfait.

Moi je trouve ça très bien de voir d'autres commentateurs exprimer aussi clairement, aussi précisément, mes propres pensées.

Tomas a raison. Et c'est d'ailleurs pour cette raison, au fond, que j'ai cessé d'être "anti-raciste". Le jour où je me suis rendu compte qu'il s'agissait de dénier aux autres le droit d'aimer ou non certaines personnes.

Et Patrice Charoulet nous démontre ici, de façon magistrale, que l'anti-raciste aime plus que tout montrer qu'il est anti-raciste. C'est ce qu'on nomme ici le "virtue signaling". Et quoi de plus vertueux que l'anti-racisme aujourd'hui?

Ce que ne comprennent pas les anti-racistes, c'est que même les "racistes", peuvent écrire: "je ne suis pas raciste"...

Tomas

@ F68.10

Je vous conseillerais bien de ne pas vous échiner à m'expliquer ce que je sais depuis belle lurette, mais après tout si vous voulez passer votre temps ici c'est votre droit le plus strict, je ne vais pas vous dire quoi faire de votre vie, vous êtes assez grand pour ça, je suppose...

stephane

Question aux donneurs de leçons de racisme.
Épouser une femme de couleur est-il une garantie de non racisme ?
Je dirais non car ce mariage pourrait être motivé par la volonté de domination, d'esclavagisation.
Je me souviens avoir entendu quelqu'un dire "je ne suis pas raciste, j'ai épousé une femme de couleur".
Désolé ceci ne prouve rien.
Je lui ai rétorqué après mûr doute, "je pensais que vous l'aviez épousée parce que vous vous aimiez".
Il est parti.
Donc les antiracistes donneurs de leçons à deux balles, ras le bol.

Aliocha

Plutôt que d'ensevelir sous des références qui engloutissent l'essentiel, tout finit par la désignation d'un responsable du vice commun, je citerai, au risque de me faire accuser de prendre plaisir à rire des sombres bords, ou de me faire traiter de Tartuffe, moi qui pourtant ne suis ni dévot ni intégriste, cette très belle définition de l’État de droit :

"On met donc en place, en lieu et place des cet Utopisme Humaniste voué à l'échec le plus cinglant, des institutions qui ont pour vocation d'empêcher que les uns n'empiètent sur les autres." (F68.10 | 09 octobre 2021 à 19:30)

Définition qui précise ce que serait l'amour, ou le respect d'autrui, la polysémie du terme étant aussi multiple que les individus qui en formulent le sens, rappelant que le gréco-latin universalise l'hébraïque, qu'il est temps de s'apercevoir, si nous voulons survivre, que nous ne sommes plus en France à la domination et à vouloir l'établir, et cela depuis Verdun.
Ce qu'il n'est pas inutile de rappeler à l'heure où ces deux Français que sont Zemmour et BHL montent aux extrêmes de la violence, reconstruisant les temples de la discorde, l'un désignant l'ennemi qui fonde l'identité, l'autre désignant celui-là d'ainsi la détruire, chacun en sa dénégation d'autrui se victimisant pour accéder à ce pouvoir sacré hérité d'un mensonge.

On ne pourra comprendre le wokisme et cesser de rentabiliser son statut de victime qui nécessite sa propre victimisation, qu'en prenant conscience de ce phénomène décrit rationnellement, et qui permettrait d'assumer l'héritage de la vérité qui nous ôte toute protection contre notre propre violence, autre que l’État de droit tel que défini précédemment.

stephane

Raciste ou pas raciste ?
Pour moi le raciste est celui qui voit des racistes et on a bien tort de passer sous silence le racisme antiblanc.
Ce n'est pas une attitude correcte de griller les files d'attente, de doubler à droite ou autres incivilités qui pourrissent la vie en collectivité. Mais ce qui est inadmissible c'est que les gens à qui on fait remarquer cela se permettent de traiter la personne de "sale raciste". Donc au nom du non-racisme, on a laissé tout faire et on a considéré l'autre de race, de couleur différente, de manière différente que nos congénères de même origine.

Le code de la route d'Alger n'est pas le même que celui de Lyon. La gestion de la propreté urbaine idem, la cuisine non plus. La cuisine au fromage sent, le merguez également et enfin pour paraphraser Chirac "et ce n'est pas être raciste de remarquer cela".

Donc marre des antiracistes qui vivent à l'abri et qui ne veulent pas chercher à comprendre qu'il y a des cultures, des comportements, des sans-gêne différents selon qu'on est issu d'une culture des pays de l'Est, du Maghreb, de l'Afrique noire, des Cévennes, de Neuilly...

Essayer de mélanger l'eau et l'huile ça ira un temps mais ensuite les choses se replacent. Nettoyer les banlieues au Kärcher, faire des opérations villes propres dans les quartiers dits sensibles et tout est à refaire le temps de tout resalir. Par contre l'intérieur des voitures il est nickel, pas de sac de McDo, pas de mégots, pas de tickets de caisse. Normal on laisse ces populations tout jeter par les fenêtres, on ne dit rien et puis ça se passe comme ça à Alger, au Caire… Dire quelque chose ? Ah ben non je dis rien moi, je ne suis pas raciste.

Une incivilité algérienne, belge, suisse, française reste une incivilité. Un comportement moralement répréhensible également. Il serait temps que les antiracistes (ceux qui voient des racistes) le comprennent.

F68.10

@ Tomas
"Bon écoutez c'est pas d'avoir habité en Afrique du Sud qui vous donne une légitimité particulière pour causer du racisme."

Non, bien sûr... heureusement que ce sont les Occidentaux qui expliquent aux sud-af's ce que c'est que le racisme. Qu'est-ce qu'on ferait pas sans eux, hein ?? Bientôt vous allez expliquer les règles aux femmes ?? Quel melon...

"Moi aussi figurez-vous j'observe des situations concrètes pour conclure que le racisme existe, et pas besoin d'aller à Soweto pour ça. Il suffit de rester chez soi et de lire les élucubrations de Marchenoir, par exemple."

Les "élucubrations" de Marchenoir ne sont que le pendant des élucubrations des blancs qui expliquent le racisme aux sud-af's.

D'ailleurs, j'ai des amis noirs. Donc je suis raciste. Copyright Yassine Belattar.

On va aller très loin comme ça...

Allez. Un petit extrait pour vous d'une vidéo qui fut virale en Afrique du Sud dernièrement, et qui fit se gondoler tous les sud-af's, blancs et noirs réunis. Pour bien illustrer à quel point l'anti-racisme et les simplismes idéologiques y afférent vous ont vrillé le cerveau au point de ne même plus comprendre ce qu'est le racisme.

- Appelez la police.

- Va te faire f***** !

- Max, s'il te plaît, appelle la police... Pourriez-vous s'il vous plaît sortir de la zone de chantier, Monsieur ? C'est dangereux ici.

- Pourquoi tu vas pas te faire f*****, on est avant neuf p****** d'heures du matin ! Tu n'as même pas le p***** de droit d'être là ! Va te faire f***** !... P***** de provocateur.

- Pourriez-vous circuler, s'il vous plaît ?

- Pourquoi cherchez-vous à provoquer les gens ?

- Je ne provoque personne. Je vous demande de circuler.

- Vous provoquez tout le monde, avec votre p***** de peau blanche, en étant un p***** de sud-africain, employant des p****** de polaks, avec tes p****** de larbins ! Ils sont où les boulots pour les Anglais du coin ? P***** de raciste ! Venir ici pour sabrer les travailleurs. Casse-toi et retourne en Afrique du Sud !

Heureusement que l'anti-racisme fait des merveilles, hein...

Je ne prends plus de cours de racisme et d'anti-racisme de la part de la gauche. Si vous voulez des explications, vu que les sud-af's sont des billes et des zéros pointés en racisme appliqué, veuillez vous adresser aux gens compétents: les indigénistes. Ils vous expliqueront en quoi vous vous êtes lamentablement plantés depuis tout ce temps...

Tomas

@ Robert Marchenoir

Et les Blancs aussi bien entendu, mais comme on est entre Blancs ici (enfin, peut-être que je me trompe et que vous êtes Guadeloupéen) ça ne nous concerne pas, on ne va pas se détester soi-même. Jamais je n'ai dit que le racisme était une exclusivité blanche ou française. Vous êtes en tout cas un beau spécimen de Français raciste vu votre définition de la race, qui est peu ou prou celle de l'époque de Gobineau. Pour la majorité des scientifiques, il n'y a pas de sous-espèce d'Homo sapiens, même s'il existe des différences biologiques entre les groupes d'humains. N'étant pas versé en génétique, je n'irai pas les contester.
Mais enfin, vous êtes un raciste qui s'assume, même si le racisme n'existe pas, à vous croire. Alors qu'il existe bien des doctrines racistes, un peu passées de mode certes mais toujours populaires à l'extrême droite.

————————————————-

@ F68.10

Bon écoutez c'est pas d'avoir habité en Afrique du Sud qui vous donne une légitimité particulière pour causer du racisme. Moi aussi figurez-vous j'observe des situations concrètes pour conclure que le racisme existe, et pas besoin d'aller à Soweto pour ça. Il suffit de rester chez soi et de lire les élucubrations de Marchenoir, par exemple.

Après, le sujet du billet c'est l'Etat de droit et M. Bilger il a dit pas de hors sujet s'il vous plaît !

—————————————————-

@ sbriglia

Non on ne doit pas aimer les autres pour ne pas être raciste, rassurez-vous. Mais quand on rejette ou qu'on discrimine en bloc une ethnie ou une catégorie de population en fonction de son origine ou de sa couleur de peau, quand on l'accuse de tous les maux parce qu'elle est différente, on est raciste, il me semble. Ça ne me paraît pas très difficile à comprendre. Par exemple, quand un buraliste refuse de vendre un timbre à un Arabe en prétendant qu'il n'en a plus, il est raciste.
Mais bon être raciste c'est comme être de droite, y'a souvent une gêne à l'avouer, n'est pas Marchenoir dans ses phases de délire qui veut.

—————————————————

@ Wilfrid Druais

Il y a sûrement du vrai dans ce que vous dites, le racisme inconscient ça existe. J'ai grandi et été élevé dans un monde dominé par les Blancs, sur une planète dominée par les Etats à la population en majorité blanche, il y aura donc toujours un coin de mon cerveau qui considèrera les Chinois comme des mangeurs de riz sous-développés, et ce même s'il sont sur le point, paraît-il, de devenir la première puissance mondiale.

En revanche je ne suis pas obsédé par l'origine ethnique des gens, les Juifs, les Arabes, les Noirs ont comme nous le droit d'être stupide et méchant. Vous ne me verrez pas défendre ici ou ailleurs Yassine Belattar par exemple, si vous saisissez ce que je veux dire. Le wokisme c'est déjà plus de ma génération, mais plutôt de celle de ma progéniture !

Aliocha

Un État de droit ne peut pas être raciste et servir une idéologie qui postule une hiérarchie des races.
Le reste consumé en longues imprécations, se mélange aux pinceaux de ses obsessions.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 15 octobre 2021 à 14:36

Vous êtes tout de même un faux-cul de première. Un sur deux de vos commentaires est consacré à nous assurer (alors que personne ne vous demande si votre grand'mère fait du vélo) que vous n'êtes absolument pas raciste, contrairement à un certain nombre de sombres ploucs sur ce blog.

Il faut comprendre que vous appartenez au club des gentils, des tolérants, des généreux, de ceux qui ont le cœur sur la main à l'égard de leur prochain.

En même temps, comme dirait notre maître à tous, vous prenez bien soin, conformément à votre sale habitude, de me répondre sans citer mon nom : "L'un de nos confrères d'ici ouvre une parenthèse et parle de votre serviteur". Je sens tellement la crotte que cela vous écorcherait le bouche de seulement prononcer mon nom.

Les professeurs de respect sont les premiers à déployer des trésors d'ingéniosité pour faire connaître leur mépris. Les militants de la tolérance ne perdent pas une occasion de déployer leur art de la discrimination.

Vous auriez "décidé de ne plus croiser le fer avec [moi], non par crainte, mais par fatigue". Vous êtes bien à plaindre. Il n'en faut pas beaucoup pour vous épuiser.

Pour ma part, je suis comme le Z : rien ne me requinque davantage que de démasquer les hypocrites de votre espèce.

Vous avez décidé "de ne plus croiser le fer avec moi", mais c'est pour aussitôt croiser le fer avec moi. Ce n'est pas la cohérence qui vous étouffe, mais qu'attendre d'un "anti-raciste" ?

Eh bien, qu'il ne comprenne pas un traître mot de ce que j'écris, par exemple. J'aurais "ouvert une parenthèse pour parler de vous". Votre nombrilisme vous égare. Il ne s'agit ni de vous, ni d'une parenthèse.

Je faisais un parallèle entre la façon dont la droite diabolise "l'État de droit" (avec des guillemets, du coup), et la façon dont la gauche diabolise le "racisme". Loin d'être une parenthèse, c'est une articulation essentielle de mon raisonnement.

Il se trouve que vous n'avez pas hésité à nous régaler ici, une fois de plus, complètement hors sujet comme d'habitude, de vos réflexions ô combien originales sur le "racisme". J'ai donc, fort naturellement, illustré mon raisonnement à l'aide de vos sublimes propos.

En citant votre nom, au passage. C'est un peu ce qui nous sépare, nous les fachos racistes nazis d'extrême droite, de vous autres vertueux militants de l'ouverture à l'Autre : nous, nous luttons de front en disant les choses clairement.

Vous dites : "Je crois pouvoir avancer que le racisme existe". Et vous nous sortez un pipole qui a dit : le racisme, c'est mal.

Encore une fois, si vous vous mêlez de me contredire sans me contredire, il va falloir que vous fassiez l'effort de me comprendre.

J'ai démontré que le racisme n'existait pas, car il n'existe pas de doctrine raciste. Personne ne se revendique du racisme. Contrairement à l'État de droit.

Et vous croyez me contredire en reproduisant une citation (déjà servie par vos soins à d'innombrables reprises) d'un "anti-raciste" qui définit le "racisme".

En somme, vous confirmez mon propos : ce sont les "anti-racistes" qui ont inventé le "racisme". Celui-ci n'existe que parce que vous-même et vos potes passez votre temps à le dénoncer. C'est ce qu'on appelle, en rhétorique, un homme de paille : un faux adversaire fabriqué pour les besoins de la cause.

Mais penchons-nous cinq minutes sur votre citation, qui est tellement idiote que je ne me suis pas donné la peine de la démolir la première fois que vous avec cru utile de l'exhiber.

Pour commencer, André Comte-Sponville. Vous n'avez pas peur d'aller chercher une nullité aussi abyssale, que tout le monde aura oubliée 24 heures après sa mort.

"Qu'est-ce que le racisme ? Toute doctrine qui fait dépendre la valeur des individus du groupe biologique, ou prétendu tel, auxquels ils appartiennent."

Un type qui prétend écrire un "dictionnaire philosophique" se permet de parler d'un "groupe biologique ou prétendu tel". La désinvolture est prodigieuse. Il me semble que s'il y a incertitude sur l'existence d'un tel groupe -- surtout s'il est biologique, autrement dit extraordinairement ancré dans la réalité ! --, le premier objectif d'un raisonnement philosophique est de lever ce doute : sinon, à quoi bon bavarder plus avant ?

Mais non, votre pipole-philosophe embraye comme si de rien n'était. Il a simplement piqué une expression (idiote) qui figure dans la loi Gentille, la loi "anti-raciste". Un député imbécile a écrit un jour : "une race réelle ou supposée", et tous les imbéciles de France reprennent cela comme un seul homme, en se croyant suprêmement malins.

Au passage, je signale que la dernière version de la loi a viré l'adjectif "réel". De mémoire, la race est exclusivement "prétendue", désormais. C'est la méthode gauchiste de la dissimulation temporaire, suivie du toujours plus.

Et donc, le racisme serait une doctrine qui fait dépendre la valeur des individus du groupe biologique auquel ils appartiennent (mais qui n'existe pas).

On passera rapidement sur l'arnaque, réfutée depuis longtemps, de la race qui peut à la fois exister et ne pas exister, pour souligner la sournoiserie de cette définition : elle insinue que les hommes ne peuvent avoir de valeur par eux-mêmes. Une doctrine doit obligatoirement la leur attribuer.

Il est absolument exclu que, de même que les races sont une réalité incontestable profondément ancrée dans la biologie, les hommes fassent preuve de valeur à des degrés divers, que cela vienne d'eux et qu'ils puissent exhiber ces qualités sans le secours d'une "doctrine" qui leur attribuerait ce que bon lui semble.

Ce serait reconnaître qu'il existe des hommes de plus grande valeur et de moindre valeur, ce qui constitue déjà un blasphème pour le gauchiste mondain qu'est André Comte-Sponville. L'égalitarisme enragé de la classe bavarde ne peut envisager une telle réalité.

Mais si certains ont plus de mérites que d'autres, et si les groupes humains sont une réalité (ce qui est le cas, l'homme étant un animal social), alors, bien évidemment, la valeur des individus appartenant à tel ou tel groupe sera différente ; sinon, ce ne seraient pas des groupes, abruti ! En moyenne, en général et allah louche, les hommes de tel groupe auront telle valeur, et ceux de tel groupe en auront une autre.

Et bien entendu, c'est d'autant plus valable pour les groupes caractérisés par la plus forte cohésion et la plus grande permanence : les races.

Les "groupes biologiques", comme dit cet insondable faux-cul de Comte-Sponville. Parce que lui aussi, ça lui écorcherait la bouche de prononcer le mot race.

Évidemment que la valeur des individus dépend du groupe biologique auquel ils appartiennent ! Ce n'est pas une doctrine, c'est une réalité. C'est une observation à la portée d'un enfant de douze ans.

Que je sache, le groupe biologique des Juifs (oui, il s'agit d'une race, la science génétique l'a prouvé) produit largement plus de prix Nobel que le groupe biologique des Aborigènes d'Australie. Donc, effectivement, la valeur des individus à devenir prix Nobel dépend de la race à laquelle ils appartiennent.

Que je sache, le groupe biologique des Noirs produit largement plus d'adeptes des pratiques de sorcellerie impliquant le meurtre et le cannibalisme, que le groupe biologique des Asiatiques du Sud-Est.

Que je sache, le groupe biologique des Européens produit la musique la plus sublime de l'histoire de l'humanité, alors que le groupe biologique des Arabes produit essentiellement du ouin-ouin, de l'écriture à zigouigouis et des ânes en pagaille.

N'importe quelle personne honnête pourra allonger cette liste à l'infini.

La doctrine, elle consiste à assurer que la réalité n'existe pas, que tous les hommes ils sont pareils, que quand ils sont pas pareils c'est qu'on leur a pas infligé assez de socialisme, et que d'ailleurs les réalités les plus manifestes et les plus évidentes, les races, les sexes n'existent pas.

Ça, c'est une doctrine. Ça, c'est un échafaudage intellectuel fallacieux, mensonger, étayé sur rien et conçu pour être une arme d'oppression, de destruction intellectuelle, de sabotage social et de conquête du pouvoir par la force.

La doctrine, c'est le prétendu anti-racisme -- et c'est bien pourquoi vous avez des millions d'anti-racistes proclamés ! Vous avez des traités d'anti-racisme, des professeurs d'anti-racisme, des diplômes d'anti-racisme, des organisations anti-racistes, des chartes anti-racistes, des lois anti-racistes, des polices anti-racistes, des fonds d'investissement anti-racistes...

L'argent et le pouvoir sont du côté de "l'anti-racisme".

Rien de tout cela du côté du prétendu "racisme", mirage inventé par les oppresseurs dans votre genre, afin de mieux se déguiser en victimes. Selon l'ancestrale méthode communiste.

Ce n'est tout de même pas un hasard si le groupe des Black Lives Matter, aux États-Unis, est dirigé par des marxistes auto-proclamés, noirs et transsexuels. Le mouvement le plus racial qui soit, qui va jusqu'à mettre le nom de sa race dans l'intitulé de son parti, prétend à la fois que les races n'existent pas (doctrine "anti-raciste") et que les sexes n'existent pas (doctrine du "genre").

Il est difficile d'aller plus loin dans le nihilisme... Une fois que vous et vos amis aurez définitivement démoli le sens des mots (malgré tous vos dictionnaires), alors les peuples seront mûrs pour le totalitarisme.

Et pour finir, nous avons la définition sublime, forcément sublime du neuneu terminal Tomas :

"Le racisme, c'est quand on n'aime pas les Noirs, les Arabes, les Juifs, les Chinois, les gitans ou les Roumains."

Un petit chef-d'œuvre, puisque cette définition est... rigoureusement exacte. En effet, aujourd'hui, le racisme, c'est devenu cela : ne pas aimer les Noirs, les Arabes, etc.

Vous remarquerez l'absence, dans cette liste, des Blancs : ne pas aimer les Blancs, ce n'est pas du tout raciste ! Il ne s'agit pas d'une plaisanterie : aux États-Unis, la chose est désormais explicitement affirmée par la doctrine "anti-raciste". Les Noirs, par définition, ne peuvent pas être racistes !

Le racisme, c'est de ne pas aimer les races protégées, qui n'existent pas, mais tout de même. Nous sommes dans un monde où l'État décide de qui vous devez aimer, et si jamais vous ne les aimez pas, alors vous serez traîné devant les tribunaux, harcelé, frappé par des miliciens dans la rue, ostracisé par votre milieu professionnel, licencié, privé de moyens d'existence, privé de moyens d'expression, interdit d'activité professionnelle, interdit de vous exprimer dans les médias ou les réunions publiques, ruiné, contraint à l'exil.

Tout comme... les Juifs en Allemagne dans les années 30. Les "anti-racistes" sont bel et bien les nouveaux racistes.

La seule idée que l'État, et en fait n'importe qui, puisse se mêler de vous dicter qui vous devez aimer ou pas, est caractéristique d'une société totalitaire. Si l'homme a droit à une liberté fondamentale, c'est bien celle d'aimer ou de haïr qui bon lui semble...

C'est ainsi que la naïveté de Tomas nous a livré le fin mot de l'histoire -- que nous connaissions, mais le voir confirmé par les "anti-racistes" eux-mêmes est toujours précieux.

Aliocha

Un État de droit peut-il être raciste ?

F68.10

@ Tomas
"Le racisme, c'est quand on n'aime pas les Noirs, les Arabes, les Juifs, les Chinois, les gitans ou les Roumains. Et ça existe en France comme ailleurs, ne vous en déplaise."

Ouhlàlà... v'là qu'le p'tit Français essaye de m'expliquer le racisme !!

Digérez-moi cette page Wikipedia sur le racisme en Afrique du Sud, de long en large et en travers, et revenez me donner des leçons de racisme quand vous aurez une idée de ce que c'est que de vivre dans un endroit qui suinte le réel racisme dans tous les sens imaginables du terme.

Vous êtes en train d'expliquer à un poisson ce que c'est que l'eau...

Ensuite, vous venez me faire la leçon en m'expliquant que le non-racisme, c'est l'amour obligatoire. Primo, ce n'est pas cela. Deuxio, votre définition du racisme, tout aussi inopérante que celle de Patrice Charoulet, récuse clairement la vision biologisante du racisme de Comte-Sponville. L'avez-vous remarqué ??

Ni vous ni lui n'êtes d'accord sur la définition du racisme. Quant à moi, je prône une définition inductive du racisme. En somme, je ne me satisfais pas de définitions abstraites, hors sol: je regarde ce qu'il y a sur le terrain, et du réel, des observations, j'affine ma définition du racisme.

Vous, tout comme Patrice Charoulet, partez de définitions hors sol. Patrice Charoulet régurgite tout l'historique du nazisme et du racialisme scientifique, en faisant mine de croire que le racisme, c'est cela: la biologisation. Vous, vous nous imposez l'amour obligatoire, comme un vulgaire curé.

Ni votre approche, ni la sienne, n'ont aucune chance de capturer les réelles problématiques que le racisme recouvre.

La définition de Patrice Charoulet fait intégralement fi du contexte d'asymétrie économique massif qui nourrissait le racisme en Afrique du Sud, et qui fait que c'était une question sociale, de libertés individuelles et historiquement une question théologique avant d'être une question de biologie en un quelconque sens.

Quant à votre solution magique, l'amour obligatoire (i.e. aimer les noirs, les arabes et les gitans), elle n'a aucune chance de traiter les réels problèmes de fond. Ce n'est donc pas un hasard si les indigénistes taillent des croupières à votre gauche. Et c'est bien fait. En plus, c'est une atteinte à la liberté de conscience que d'être contraint à aimer X ou Y. On n'a jamais résolu la moindre problématique de discrimination par l'amour obligatoire.

"C'est en vous lisant que je persiste dans mon opinion qu'il faut d'urgence supprimer Normale Sup dont vous êtes une caricature achevée."

Primo, je suis le premier à réclamer l'abolition de ces concours. J'espère que cela ne vous a pas échappé...

Deuxio, Normale Sup, entre l'agrég et Polytechnique, je n'y ai pas beaucoup mis les pieds. L'essentiel, à Normale Sup, c'est d'aller chercher des diplômes dans des universités à l'extérieur de Normale Sup. Je n'ai jamais reçu une seule note à Normale Sup même, concours d'entrée excepté.

Donc, non. Ce n'est pas à Normale Sup que j'ai appris ce qu'était le racisme. C'est en Afrique australe. Et ce sont des problèmes bien plus complexes que vos simplismes ne se permettent de l'imaginer. De Normale Sup, je n'attends guère plus que la bouillie qui sort de votre bouche.

---------------------------------------------------

@ Tipaza
"Quand on lit, par hasard et par inadvertance, les commentaires de F68.10, on ne peut que déplorer l'incapacité de la psychiatrie de la Suisse et du Lesotho à traiter certains cas pathologiques, que ce soit en chambre ou en déambulatoire."

C'est en psychiatrie qu'on apprend le sens que recouvre la notion d'État de droit. Vous devriez essayer la chambre d'isolement, la contention, et la violence. Vous comprendrez un peu mieux la notion. Et nul meilleur endroit pour apprendre le racisme qu'en Afrique du Sud.

"Et on éprouve une grande empathie pour sa mère, qui devait répéter à l'envi l'apostrophe de Céline : "c’est naître qu’il aurait pas fallu"."

Vous voulez parler de ma raciste de mère ? Effectivement, je conseille d'avorter avant que de pratiquer un SMpP. Cela tombe sous le sens. Vous avez d'autres géniales réflexions de ce type dans votre besace ?

Robert

@ F68.10 | 14 octobre 2021 à 23:33

Quelques observations de simple bon sens quant à votre poulet de plus de quatre-vingts lignes en réponse à ma courte réaction.

Vous vous prétendiez Suisse, et voilà que maintenant vous pourriez être Français... L'art de cultiver les contraires sans doute, le fameux "en même temps", un peu comme notre président de la République.

La première des considérations est que notre hôte, Monsieur Bilger, a toujours prescrit des commentaires courts. Vous vous étalez en long, en large et en travers pour exhiber votre "culture supérieure à toute autre", vous seul étant détenteur de la seule vérité en ce monde.
Commencez donc par apprendre à condenser votre pensée en quelques lignes, d'abord par respect pour notre hôte, ensuite par maîtrise de votre expression typiquement logorrhéique.

La deuxième des considérations est que vous exigez que le simple commentateur des billets de monsieur Bilger que je suis vous convainque.
Jusqu'à preuve du contraire, vous n'êtes pas le maître de ces lieux et n'avez aucunement à vous autoriser à considérer vos contradicteurs comme de fieffés imbéciles, le seul cerveau supérieur étant le vôtre, toute autre personne n'étant que minus habens par rapport à votre suprême intelligence.
D'évidence, ce n'est guère la modestie qui vous étouffe.

Deux injonctions :
- apprenez à faire court ;
- apprenez la simplicité.

Mais c'est sans doute trop exiger de vous...

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS