« La résilience de LR doit être récompensée ! | Accueil | Assez des pages sombres de notre Histoire ! »

17 octobre 2021

Commentaires

hameau dans les nuages

@ Claude Luçon | 17 octobre 2021 à 11:19

Tout à fait. Une enquête avait à ce titre été relancée par monsieur Jospin. Elle avait conclu la même chose que vous.
Lire l'article de Lugan sur le même sujet:

http://bernardlugan.blogspot.com/2021/10/17-octobre-1961-un-massacre-imaginaire.html

Macron est dangereux. Il vendrait père et mère.

sylvain

Le boulot des policiers est d’arrêter les voyous y compris ceux qui sont violents.
Pour cela ils doivent forcément leur opposer une violence plus importante, et ce n’est pas sans risque.
C’est aux voyous d’assumer, pas à la police.

C’est ce message que les politiques devraient faire passer.
Et à mon avis ça ferait baisser les cas de violences, parce que ce que recherchent les voyous, appuyés et encouragés par la gauche, c’est justement de paralyser la police pour les empêcher de les arrêter quand ils savent qu’ils baisseront les bras à partir d’un certain niveau de violence.

Il ne faut pas aller dans leur sens, il faut laisser à la police les moyens de les maîtriser et le faire savoir au lieu de se soumettre à ces voyous !

Et encore je suis gentil, par respect pour la charte je ne dirai pas par quels moyens je liquiderais toutes ces racailles.

Exilé

Dimanche 17 octobre 2021, M. Macron, grand pourfendeur de fake news devant l’Éternel, est pourtant en train de se vautrer dedans avec délectation après avoir repris à propos des événements du 17 octobre 1961 à Paris la version de l'histoire réécrite par des hagiographes du FLN, ayant attribué les morts de Nord-Africains constatées autour de cette date - et pas uniquement le jour même - aux violences présumées de la police française, une fois de plus accusée de tous les maux de la Terre.

Certes, la police est habituée à l'usage de la force quand la nécessité s'en fait sentir, quitte à recourir à des armes terrifiantes comme le « bidule » voire comme la pèlerine, mais même les éléments les plus extrêmes n'ont jamais pratiqué l'égorgement des manifestants, méthode qui est plutôt la signature d'une autre culture.

Pour remettre à l'endroit une histoire malmenée par des historiens gangrenés par le gauchisme, écoutons plutôt Jean-Paul Brunet :

« On n'arrive à ce chiffre fantaisiste qu'en attribuant à la police des meurtres d'Algériens perpétrés par le FLN, qui cherchait à raffermir son contrôle sur les Algériens en métropole. Le FLN tuait des Algériens qui refusaient de rejoindre ses rangs, de payer leurs cotisations ou d'observer les préceptes coraniques. Des militants du mouvement rival de Messali Hadj ont aussi été assassinés au cours de ces semaines. Au total, plusieurs milliers d'Algériens ont été tués par le FLN en métropole pendant la guerre d'Algérie. »
https://www.lefigaro.fr/politique/2012/10/18/01002-20121018ARTFIG00772-17-octobre-1961-la-tension-etait-extreme.php

Et la police française n'y est pour rien.

jovien

Dans ce billet – excellent au demeurant – malheureusement notre hôte emploie des expressions qui relèvent du vocabulaire de la gauche voire de l’extrême gauche.
« Pourtant ce que la majorité des honnêtes gens subit au quotidien […] est une plaie républicaine. » Non, c’est une plaie sociale. La France serait une dictature que les délinquants seraient toujours des délinquants.
« […] l'exigence démocratique de notre protection est coincée dans un étau implacable ». Ce n’est pas une exigence démocratique. Sous Franco aussi, les honnêtes gens avaient droit à être protégés par l'Etat.

Tomas

@ Jérôme
"Mon disque est rayé, je sais."

Le mien aussi, mais je souscris totalement. Un gendarme contrôle et verbalise, et s'abstient de donner des leçons de morale. Pas un policier, alors qu'ils sont franchement mal placés pour le faire.

Tomas

"Au Sahara sur notre site pétrolier, pourtant doté de radio, nous n'en avions pas entendu parler immédiatement, on parlait de trois morts, il n'y eut aucune réaction chez les musulmans pourtant en large majorité sur le site où nous n'étions qu'une poignée de métropolitains."

C'est normal. Dans la démocrature gaullienne, l'ORTF ne parlait pas de ces choses-là. Mon père, collégien à Paris à l'époque, en entendit parler par le bouche-à-oreille quelques semaines après.

Les centaines de morts sont peut-être exagérés, mais pas les quelques dizaines, c'est du moins la conclusion de la commission Mandelkern mandatée par Jospin, qui a constaté que pas mal d'archives manquaient. Ça reste donc sans doute la répression la plus sanglante d'une manifestation en Europe occidentale après-guerre. Pas glorieux, pas plus que la pseudo-condamnation de Macron d'une manifestation réprimée par le préfet Papon, comme si celui-ci n'avait pas eu une hiérarchie politique pour lui donner des instructions et le couvrir.

Franchement, le corps des préfets protesterait, je ne serais pas loin de leur donner raison. Le responsable de cette boucherie c'est Mongénéral et personne d'autre.

Jérôme

Mon disque est rayé, je sais.

Les policiers sont majoritairement aussi mal élevés que les voyous auxquels ils font face. Et ils ont une fâcheuse tendance à outrepasser leur rôle.

Les gendarmes, c'est presque un plaisir de se faire arrêter par des gens bien élevés. On en paierait presque nos amendes avec le sourire.

Claude Luçon

La liberté de parole des citoyens est bien sûr inaliénable.
Elle est devenue dangereuse par sa diffusion universelle sur la planète grâce à l'électronique, une possibilité que ne domine pas celui qui parle, mais seulement celui qui la diffuse, donc introduit un élément de déformation.
C'est peut-être là qu'il faut sévir : sur le droit de diffusion de la parole par autrui, par des relais anonymes.

Mentir est inacceptable et punissable aux USA, pourquoi pas chez nous ? Déformer une déclaration est aussi mentir.
Le mensonge prouvé et soumis à un juge confrontant le texte initial et celui publié ou propagé par autrui pourrait être sanctionné par une simple amende. Un excès de bavardage mensonger sanctionné comme un excès de vitesse, ou fausse déclaration de revenus… De même pour les "fake news" !

Nous venons de "célébrer" les événements du 17 octobre 1961.
Au Sahara sur notre site pétrolier, pourtant doté de radio, nous n'en avions pas entendu parler immédiatement, on parlait de trois morts, il n'y eut aucune réaction chez les musulmans pourtant en large majorité sur le site où nous n'étions qu'une poignée de métropolitains.

On est là au bord d'un énorme mensonge en proclamant qu'il y eut des centaines de morts le 17 octobre.

Réciproquement le gouvernement algérien actuel devrait répondre en accusant le FLN des centaines de morts pieds-noirs et harkis après le 1er juillet 1962, sinon il ment !

Nous avons été à deux doigts d'en payer les conséquences derrière nos dunes, d'autant plus que nous n'avions aucun policier ou gendarme pour nous protéger et leur représentant, un avocat formé en France dépassé par les événements, était seul ! Mais le pétrole ne pouvait être produit que sous notre contrôle, le sang n'a donc pas coulé, seulement le pétrole dans son pipeline, le FLN avait compris cela après une très courte négociation !

Axelle D

@ Louis | 17 octobre 2021 à 10:13

Renseignez-vous un minimum sur les trois corps de la police nationale avant de commenter : celui des commissaires, des officiers et des gardiens de la paix, les niveaux de recrutement, concours etc. Et les différents métiers dans la PN.
Sachez enfin que la police nationale traite 80 % des affaires criminelles.
Eh oui, c'est cela la réalité !

Louis

L’exemplarité de la fonction...

Arrêt par la Gendarmerie : Bonjour monsieur, vous savez pourquoi on vous arrête, 4 points et 90 euros d'amende, et zut.

Par la police lors du premier confinement pour défaut de masque dans une rue déserte : je me suis fait insulter par l’équipage dont une femme, qui sont repartis aussi vite qu’ils étaient apparus.
Et ces cow-boys qui tiraient à tir tendu en visant les visages avec leurs LBD sous les caméras du monde entier.
Et l’affaire Benalla, une honte nationale.

Je pense que le corps des policiers est mal encadré, mal formé et peu soutenu.
Quant à la réponse judiciaire, vaste question.

Axelle D

"Quand la police agit ou réagit, elle est peu soutenue par sa hiérarchie. Le dénominateur commun aux directions et responsables de haut niveau est assez souvent la lâcheté, dans quelque domaine que ce soit. Le judiciaire m'en a donné longtemps une éclatante illustration."

Ne pas se tromper de cible !
Le laxisme et la lâcheté ne seraient-ils pas plutôt (sinon essentiellement) le fait de la hiérarchie administrative et judiciaire, sachant que les hauts fonctionnaires de police, de même que les officiers supérieurs de la gendarmerie sont d'abord sous la coupe des préfets et des procureurs, tenus d'obéir aux ordres "venus d'en haut" tout en rongeant leur frein et devant supporter, seuls, les critiques acerbes côté officiers, gardiens ou gendarmes... Et bien sûr de la population qui ne comprend rien à cette organisation ou désorganisation hybride des forces de l'ordre !

Patrice Charoulet

Je souscris à vos propos sur la police.

Tomas

Si "on" insulte la police, c'est qu'il y a peut-être quelques raisons à cela. La BAC d'Aubervilliers et ses méthodes de cow-boy, les racketteurs de dealers de shit de Sevran, les tabasseurs de Michel Zecler, ça vous dit quelque chose ? Vous trouvez ces syndicalistes à la Bruno Attal crédibles ? Le ministère de l'Intérieur cogéré par les syndicats, ça vous paraît normal ? Que ne dirait-on pas si l'Education nationale était dirigée de la sorte ?

On appréciera au passage l'esprit démocratique de Darmanin. Un élu dit "la police tue", et Monsieur porte plainte. J'en conclus qu'en France, on ne peut plus questionner les institutions ou les services publics.

Sa police est la honte de la France, et Philippe Poutou a bien fait de le rappeler.

Achille

"…et de l'autre la faiblesse de ce pouvoir qui dans une démagogie frénétique, à la 25e heure, dilapide, distribue, promet tous azimuts, joue au foot, organise des états généraux de la Justice, multiplie les coups de menton à l'intérieur comme vers l'extérieur. Pour compenser, réparer, faire oublier. L'agitation pour se faire réélire en 2022 avec le souci cynique d'occulter les années d'impuissance ou d'amateurisme." (PB)

En matière de démagogie frénétique, il semble que les oppositions, de gauche comme de droite, ne soient pas en reste. Lors d’une campagne électorale c’est la distribution de cadeaux à tout-va. Quand on aime on ne compte pas !

Evidemment ce sont les électeurs les plus défavorisés qui sont ciblés. Et pour cause ce sont les plus nombreux. Alors on promet une augmentation des salaires, des subventions, des allocations. Tout est bon pour attirer le chaland.
Quand c’est le président en exercice qui fait preuve de générosité, il dilapide les deniers de l’État. Mais tout le monde est bien content de profiter de la manne présidentielle.

* Le président joue au foot pour une cause caritative, mais c’est un coup médiatique pour se faire élire. Ceci étant il n’a rien inventé, Giscard y avait pensé bien avant lui.

* Il crée des états généraux de la Justice, mais c’est vous Philippe Bilger qui les avez réclamés à cor et à cri. Il faudrait savoir !

On a bien compris que notre hôte ne votera pas Emmanuel Macron. Il nous a déjà dit qu’il ne votera pas non plus MLP, ni Éric Zemmour. Il voudrait voter pour Xavier Bertrand, mais il risque de devoir se satisfaire de Michel Barnier comme candidat de LR.

De toute façon cela n’a guère d’importance vu qu’il est peu probable que ce dernier accède au second tour. Surtout si un accord est passé entre MLP et EZ ainsi que le souhaite ardemment leur ami Robert Ménard.
Pensez donc : 16 % de MLP + 15 % d’EZ (dernier sondage du jour) cela fait 31 % soit plus que les 25 à 28 % d’Emmanuel Macron.

Alors il va falloir attendre 2027 pour espérer voir un candidat LR accéder au second tour.
Combien d’entre nous seront au rendez-vous ? :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS