« Des médias à gauche toute ? c'est plus grave que ça ! | Accueil | Garçon, une plaidoirie et un croquis, s'il vous plaît... »

25 octobre 2021

Commentaires

Aliocha

Le manque de courage est une constante française comme l'est l'auto-dénigrement, la propagande et le mensonge, la citation citée de Rocard date de 2009 et décrit comme les propos de l'ancien Premier ministre ont été manipulés pour les récupérer à des fins électorales.
Ce qui est important, et Zemmour nous l'a encore démontré par la négative hier soir, est de résister aux croyances en la violence, à l'idolâtrie qui est prête à toutes les compromissions par incapacité à ne savoir répondre à la haine que par la haine, ne sachant qu'exciter ceux qu'il prétend aimer et que le polémiste entraîne aux impasses de l'histoire déjà empruntées et qui ne pourront que les décevoir, foulant un peu plus aux pieds l'idée fondamentale déjà bien fragilisée de la démocratie, précipitant ainsi en prétendant le sauver, la mort du pays.

M. Zemmour présente le triste visage d'une France aussi défaite que son Église et qui voudrait, reformulant le mensonge sacrificiel qui l'a déjà amenée à perdre son identité, renoncer au courage nécessaire qu'exige l'effort démocratique, qui est de ne pas haïr l'ennemi pour savoir mieux s'en défendre, se gardant de ce fatum qui alors exige qu'on lui ressemble comme la goutte à la goutte ou l'assassin à l'assassin, témoignant de la victoire qu'ainsi on lui offre en le mimant, démonstration qu'il nous a déjà remplacés.

La France saura-t-elle résister à cette tentation à laquelle nombre de démocraties occidentales ont cédé ?
Il est à espérer qu'il reste en ce pays assez d'âmes renseignées pour ne pas entraîner le peuple qui sut formuler universellement les droits de l'homme et la laïcité à universellement les renier, comme notre petit Trump nous y invite sur la pente facile des tabloïds du scandale au petit pied du buzz et de l'audience des mensonges faciles, il en va de la survie du pays comme de l'Europe, il en va de la survie de l'humanité.

F68.10

@ Lodi
"Oui mais non : voter Zemmour, c'est aussi avaliser autre chose que le rejet de l'immigration musulmane."

Bien évidemment. Ce sont là les limites de la démocratie à la française: plutôt que de voter sur des questions, au hasard, les minarets, on donne un chèque en blanc à une personne. Et on prend tout le package avec...

Le problème est que les Français ne veulent pas changer cela.

L'autre problème est que les tactiques rhétoriques et médiatiques de la gauche conduisent exactement à cela: ne pas pouvoir débattre, et se retrouver contraints de donner un chèque en blanc à un "sauveur". Ou de refuser de lui donner un chèque en blanc.

Ce qui induit une frustration face à l'impossibilité de traiter les problèmes intelligemment: on conduit les Français à la crise de nerfs ; puis on se plaint de la crise de nerfs.

C'est bien pour cela que je considère que les Français ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes, vu qu'ils sont bel et bien décidés à détruire les débats démocratiques sur ces sujets. Qui ont pourtant de très conséquents enjeux.

------------------------------------------------------------

@ Aliocha
"Racisme : Idéologie postulant une hiérarchie des races."

Cela tombe bien. Je récuse toutes les idéologies. Je ne peux donc pas être raciste selon votre définition.

Définition qui est parfaitement absurde, d'ailleurs. Vous pourriez en trouver une trentaine d'autres, qu'elles me qualifient de raciste ou pas, je m'en moquerais comme de ma première djellaba.

Définition qui affirme, aussi, qu'affirmer que le QI en Guinée équatoriale est de 56 et de 108 à Singapour n'est pas raciste puisqu'adossé à des données factuelles peu contestables, et ne pouvant de ce fait pas relever de l'idéologie. Et donc ne pouvant pas relever du racisme. Selon votre définition.

Je rejette toute idéologie postulant une hiérarchie des "races". Parce que je rejette toute idéologie. Je rejette donc aussi toute idéologie postulant une égalité des races. Pour la même raison. Parce que je rejette toute idéologie. Toutes les idéologies.

Permettez-moi donc de vous ouvrir le dictionnaire, notre Coran à tous, la vocalisation incréée de la langue française née sans péché de la Pucelle Jeanne d'Arc, à la lettre "I":

"Idéologie: 1. Système philosophique des idéologues du XVIIIe siècle et du début du XIXe, qui se proposaient d'étudier les idées en général et leur origine."

Ah ben non, c'est pas ça: nous sommes au 21e siècle. Pas au 18e ou au 19e.

"2. Système d'idées générales constituant un corps de doctrine philosophique et politique à la base d'un comportement individuel ou collectif : L'idéologie marxiste. L'idéologie nationaliste."

Ah ben non, c'est pas cela non plus: ma position sur les "races" ne relève aucunement d'idées "générales" et ne cautionne pas de comportement individuel ni collectif à l'encontre des noirs ou des verts.

"3. Ensemble des représentations dans lesquelles les hommes vivent leurs rapports à leurs conditions d'existence (culture, mode de vie, croyance) : L'idéologie des romantiques allemands du XIXe s."

Ah ben non, c'est encore pas cela: la question du QI en Guinée équatoriale et à Singapour ne cautionne absolument pas mes rapports à mes "conditions d'existence (culture, mode de vie, croyance)."

"4. Système spéculatif vague et nébuleux."

Ah ben non, c'est toujours pas cela: la question du QI en Guinée équatoriale et à Singapour n'est absolument pas du registre de la croyance, d'un système spéculatif, vague ou nébuleux. Parce que les chiffres sont connus. Et dans l'ensemble fiables.

Quant à votre citation de Rocard, non, elle n'est plus d'actualité. Les conditions ont bien changé depuis 1989.

Il y eut le 11 septembre 2001, depuis 1989. Je vous repasse les images de cet acte d'auto-défense du monde musulman (selon les djihadistes, mais pas qu'eux...) contre le Grand Satan ?

Lodi

@ F68.10
"Tant que les mots "islamo-gauchiste" et "raciste" seront autant prévalent dans le débat public, et ce à mauvais escient, la seule manière de débattre de l'immigration, c'est de se taire, et de voter ou ne pas voter pour Zemmour."

Oui mais non : voter Zemmour, c'est aussi avaliser autre chose que le rejet de l'immigration musulmane. C'est aussi aller contre d'autres immigrations, innocentes, et pire, soutenir ses propos sur Vichy, les femmes, Napoléon et aller je ne sais où en économie.
Il me semble que la seule façon de ne ni soutenir le statut quo, ni se lancer dans je ne sais quoi, est de voter blanc.

Je suis triste que mongénéral n'ait pas eu le courage de dire aux Français quelque chose comme "Nous avons perdu la guerre, merci à nos alliés, et notamment aux Américains dont nous allons imiter la liberté dont la première est celle d'expression. Merci aux colonies qui nous ont aidés dans la guerre, et nous allons leur rendre la liberté négociée de sorte que les colons ne soient pas sacrifiés, eux à qui la France doit une partie de son rayonnement. Merci à nos ancêtres de nous avoir amenés aux portes d'un avenir où tous réconciliés, nous allons participer à la construction d'un monde meilleur."

Suit un couplet sur ledit monde meilleur.
Puis Françaises Français, compliment sur ce qu'ils font de bien durant la reconstruction.
Monde meilleur.
Fin.

Il n'y avait que lui de capable de faire entendre la vérité au peuple. Nos maux viennent du mensonge. On n'imite pas les Américains car on se croit leurs égaux. C'est faux, pas avec notre Constitution, notre ingratitude. La vanité empêche le progrès. La vanité nous met aussi en danger, on se croit capable de faire progresser les arriérés-arriérants et ingrats au point de tuer, donc plus ingrats que nous... en un mot, les musulmans. Alors que bien sûr que non, les vaincus incapables d'admettre leur défaite et de progresser son bien en dessous du travail de titan de rédimer la lie de la terre.
C'est d'ailleurs un défi qu'il n'est pas de notre devoir de relever... Tandis que nous devons notre loyauté à nos alliés, et nos progrès à nous-mêmes, nos concitoyens et nos descendants.

Dire des gens qu'ils sont des "veaux" est une insulte gratuite, et c'est même pire : cela ne peut que les confirmer dans leur mollesse, leur soumission, ou à l'inverse, les révolter.
Enfin, bref, cela peut tout sauf leur faire admettre la vérité et les tourner vers l'avenir.

Bien sûr, le brouillon que j'ai donné là-haut n'était qu'un brouillon ! Son auteur l'aurait, c'est certain, réécrit dans un style quasiment racinien sans compter les saillies humoristiques et les considérations historiques, mais bon, une uchronie où il nous aurait ouvert les yeux, ce serait du boulot.
Un sacré boulot ! En fait, le problème est le point de divergence, je ne vois pas ce qui aurait jamais pu l'engager à sacrifier la vanité à l'intérêt national.
Vu qu'il était hypnotisé par une "grandeur" passant par les chemins de la vanité et non de la lucidité. Tandis que Churchill parlait de "sang et de larmes", notre grand homme n'a même pas été capable de dire que si la guerre n'avait pas été perdue, nous l'avions, pour notre part, perdue. Ce qui devait nous inciter à tout faire pour nous relever et nous élever très haut pour compenser cette chute, nous élever jusqu'à la vérité et un amour de la liberté garantie par de nouvelles institutions et des pratiques toutes différentes.

La science, qui est une recherche de vérité et la clef de la puissance des nations, aurait dû être mise au pinacle, et non la vanité nationale à faire la morale aux uns et aux autres. La vérité est une quête, et non une sélection de faits à mettre à profit pour embarrasser des gens qui ne nous rendent jamais la pareille parce qu'ils sont plus polis que nous.
Et bien gentils : qu'aurions-nous dit si un Canadien avait prononcé un "Vive la Bretagne libre !".

Il y a beaucoup de choses qui ne peuvent être écrites, donc, une uchronie si impossible historiquement, ou voter pour tel ou tel quand décidément, on ne voit pas le moindre mal.
Peut-être quand les choses se seront plus décantées ?

Aliocha

Racisme : Idéologie postulant une hiérarchie des races.

Quant à l'immigration, Rocard est toujours d'actualité :

« Chers amis, permettez-moi, dans l’espoir, cette fois-ci, d’être bien entendu, de le répéter : la France et l’Europe peuvent et doivent accueillir toute la part qui leur revient de la misère du monde. […] Que nous ne puissions à nous seuls prendre en charge la totalité de la misère mondiale ne nous dispense nullement de devoir la soulager autant qu’il nous est possible. Il y a vingt ans, venu participer en tant que Premier ministre au cinquantenaire de la Cimade, j’ai déjà voulu exprimer la même conviction. Une malheureuse inversion, qui m’a fait évoquer en tête de phrase les limites inévitables que les contraintes économiques et sociales imposent à toute politique d’immigration, m’a joué le pire des tours : séparée de son contexte, tronquée, mutilée, ma pensée a été sans cesse invoquée pour soutenir les conceptions les plus éloignées de la mienne. Et, malgré mes démentis publics répétés, j’ai dû entendre à satiété le début négatif de ma phrase, privé de sa contrepartie positive, cité perversement au service d’idéologies xénophobes et de pratiques répressives et parfois cruellement inhumaines que je n’ai pas cessé de réprouver, de dénoncer et de combattre. [...] Si j’ai été compris à l’inverse de mes intentions il y a vingt ans, c’est qu’à cette époque une très large partie de la classe politique et de l’opinion françaises, de droite à gauche, s’était laissé enfermer dans le paradoxe consistant à obéir aux injonctions xénophobes de l’extrême droite sous prétexte de limiter son influence. »

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_France_ne_peut_pas_accueillir_toute_la_mis%C3%A8re_du_monde...

F68.10

@ Lodi
"De toute façon, mon but n'est pas qu'on s'adapte à l'islam en le critiquant à couvert, mais qu'on écarte de nouveaux immigrés musulmans. Pourquoi ? Parce que mieux vaut traiter des problèmes à la base que de s'y adapter."

Il n'est pas de bon ton, en France, de tenir des propos sur l'immigration.

Le jour où ce sera de bon ton, on en reparlera.

Ce débat sur l'immigration est piégé de mille manières. Je refuse donc de le traiter tant que les Français continueront à se faire plaisir à le piéger pour satisfaire leur passion des guerres intestines.

Il y a, en effet, une question taboue à laquelle personne ne veut répondre: quels sont les critères justifiant davantage d'immigration ou moins d'immigration ?

J'attends que Messieurs Charoulet, Aliocha et Tomas nous fournissent leurs réponses. Si possible sans référence aux dictionnaires, à Dieu, ou aux bourgeois.

Je connais à peu près la vôtre. Je connais aussi les réponses d'autres intervenants, comme Exilé, Ninive ou sylvain. Réponses qui me conviennent beaucoup moins ; et le simple fait que je le dise me classe, pour eux, dans le camps des islamo-gauchistes.

De l'autre côté, tant que Messieurs Charoulet, Aliocha et Tomas ne nous apporteront pas leurs critères, il est inutile de rentrer en discussion: se faire accuser d'être raciste permet encore moins d'avoir une discussion constructive que de se faire accuser d'être islamo-gauchiste.

Comme je suis islamo-gauchiste pour les uns et raciste pour les autres, je trouve qu'il est beaucoup plus profitable de donner de la répartie face à ces accusations. C'est à ce prix que nous pourrons créer l'espace de débat nécessaire à la délibération démocratique sur le thème de l'immigration.

Tant que les mots "islamo-gauchiste" et "raciste" seront autant prévalent dans le débat public, et ce à mauvais escient, la seule manière de débattre de l'immigration, c'est de se taire, et de voter ou ne pas voter pour Zemmour. C'est là le triste état des choses en France, et les Français ne peuvent s'en prendre qu'à eux-mêmes.

Lodi

@ F68.10
"C'est même encore un argument en faveur des pseudonymes: s'il faut être anonyme ou pseudonyme pour critiquer l'islam compte tenu des menaces de mort justement notées par Patrice Charoulet, il convient bien de garantir que de telles critiques, blasphème compris, puissent avoir lieu de manière anonyme."

C'est vrai, mais je ne pouvais pas tout dire : mon commentaire était bien assez long... De toute façon, mon but n'est pas qu'on s'adapte à l'islam en le critiquant à couvert, mais qu'on écarte de nouveaux immigrés musulmans. Pourquoi ? Parce que mieux vaut traiter des problèmes à la base que de s'y adapter.

Et je devais traiter de la peur panique de Patrice Charoulet d'être attaqué par des inconnus. Comment ? En lui montrant que les inconnus ne sont pas statistiquement pires - il paraît même que les masques sont plus droits selon des études !
Et en lui expliquant qu'on ne connaît jamais tant les gens qu'il le suppose sous prétexte qu'on a tout leur pedigree pal.

Et en lui montrant où ses idées mènent : il faudrait contrôler tout le monde tout le temps, y compris hors d'Internet !
Comprend-il l'enjeu ? Rêve-t-il d'un monde aussi transparent que les verres des instruments d'optique ?
Mystère.

Et puis, il est curieux de tout dire de lui en attendant la réciproque, on dirait un camarade d'autrefois, pas capable de garder ses secrets et qui veut les vôtres en garantie.
Bref, les gens font d'un nom - et autres éléments d'identification - une magie pour contrôler les autres. Cela plus la routine de sa vie me fait penser qu'il y a un puissant désir de contrôle et de prévisibilité dont j'ignore s'il tient à la peur, à la volonté de puissance ou aux deux.
En attendant, si les Patrice Charoulet gagnent, il y aura encore moins de liberté dans le monde.

Bien sûr que les soi-disant problèmes techniques servent de prétexte pour contrôler la société.
On dirait les critiques de la pilule par l'Eglise pour contrôler le ventre des femmes, ces ventres-serves. Et plus généralement, la sexualité des fidèles. C'est incroyable ce que les liberticides radotent !
Franchement, les excès de la drogue sont en grande partie à cause d'eux : tout ce qu'on fait en cachette mène à l'excès, d'autre part, prétendre contrôler le corps, les idées et l'expression des gens ne peut que les inciter à "éclater" en réaction, ou à fuir dans le rêve.

Les gens qui disent qu'il vaut mieux lutter contre les abus que rêver me font bien rire. On dirait des sagouins qui vomissent dans le salon en vous reprochant de ne pas nettoyer les déchets qu'ils produisent sans cesse, de vraies fontaines à horreurs organiques.
C'est double profit pour ces gens : ils se "lâchent" et ils empêchent que, pendant ce temps, on fasse plus intéressant, en art, en science, ou même en drogue, vu que tout est plus gratifiant que de nettoyer l'ordure du monde.

Ceci dit, j'ai l'impression que Patrice Charoulet ne sait pas ce qu'il fait... Lire est bien, mais lire n'est pas tout : il faut changer de point de vue. Cela me paraît difficile quand on vit dans une routine.
D'accord, il y a Kant, mais créer une oeuvre, c'est justement multiplier les points de vue, et il peut être bon pour mieux se concentrer sur l'oeuvre d'abandonner les soucis de promenade, habillement, et autres tâches répétitives de ce genre.

Je pense qu'il faut viser le renouvellement sans dispersion et la concentration sans appauvrissement, et à vrai dire, qu'on soit créateur ou non. Mais pour le créateur, c'est tout à fait vital.
Je dirais que le fait que Patrice Charoulet écrive sur sa vie et essaie de dialoguer est un pas dans ce sens. Qu'est-ce qui gagnera, la soif de sécurité et puissance à exercer sur le monde ou sa découverte ?
Je ne suis pas sa conscience pour faire un pronostic, mais un commentateur encourageant au bien comme on devrait le faire en tout et pour tous en plus de flétrir le mal.
Enfin, si on veut, il y a tant à faire ou à ne pas faire, dans le monde !

"Mais, si jamais je fournis publiquement des preuves de mon statut, par exemple, de normalien, je divulgue mon identité. Et si j'affirme avoir subi des abus psychiatriques (ce qui bien entendu n'existe pas en France selon la doxa), mon identité y reste attaché. Et ce n'est que le début des conséquences de la levée du pseudonymat."

Eh bien, ne fournissez pas de preuves ! Vous ne nous les devez pas... Question : est-ce qu'on a des devoirs envers soi-même ? Si c'est le cas, vous vous devez la sécurité, et vous devez garder vos preuves par-devers vous.
Les seules preuves que vous devez, c'est en science, les seules choses que vous devez encore au monde après qu'il vous ai nui est de s'occuper de votre fille et d'achever votre oeuvre.

Vous croyez que rêver d'avoir l'assentiment d'un ou deux anti-pseudo vaut une plus grande dévastation de votre vie et la perte de sens qui serait de ne pas parvenir au bout de votre chemin mathématique ?
Autant dire que ramasser une canette de bière vide dans un chemin vaut le risque de se faire mordre par des chiens.

On aime ceux qu'on aime, on se dédie à son oeuvre, et entre les deux, en comparaison de cela, ne s'étend, au fond, qu'un grand néant.
Se sacrifier au vide, quelle absurdité !
Et le vide ne devient pas meilleur parce qu'on le combat ou qu'on le remplit autrement que de façon marginale : alors cela vaut sans doute une détente, une sorte de promenade intellectuelle et discussion, mais rien de plus.
L'accessoire de votre vie n'a pas à usurper la place du centre : autrement, c'est non vous et la vérité qui auraient gagné, mais encore un coup, le néant rampant, soit une désignation qui me fait penser à Lovecraft. À lire ou à relire contre les angoisses ?

Oui, des gens sont pour l’ostracisme, alors, attention : il faut savoir que souvent la victime donne raison aux persécuteurs. Si cela pouvait avoir une utilité pour le cas de la paix civile à Athènes, rassurez-vous, le blog survivra à votre persistance en ces lieux.
En fait, il n'en sera même que meilleur.

Je suppose que vous exprimer est une soupape de sécurité mais attention, à trop en dire, on devient vulnérable. Et les gens en veulent aux autres du mal qu'ils ou que leurs proches leur ont fait.
Vous n'avez pas à passer la serpillière derrière leurs cochonneries, aimez et soyez aimé de qui vous aime et trouvez un chemin de lumière vers les vérités éternelles des mathématiques !

F68.10

@ Lodi (@ Patrice Charoulet @ Valéry)

"Mila a critiqué l'Islam, à la base, c'est la religion, plus qu'Internet et les pseudonymes, le problème, ceci dit."

C'est même encore un argument en faveur des pseudonymes: s'il faut être anonyme ou pseudonyme pour critiquer l'islam compte tenu des menaces de mort justement notées par Patrice Charoulet, il convient bien de garantir que de telles critiques, blasphème compris, puissent avoir lieu de manière anonyme.

La question des pseudos telle que Patrice Charoulet la pose est absurde: il est tout à fait possible d'imposer aux utilisateurs des réseaux sociaux de ne pas être anonymes dans les bases de données des réseaux sociaux, et de permettre de l'être en public. En cas de menaces de mort ou autres comportements outrepassant certaines limites, il est alors légitime et possible de demander à l'entreprise qui gère cette base de données de transmettre l'identité.

Nous aurions donc un anonymat ou un pseudonymat en public. Et, en cas de menaces de mort, un moyen légal et effectif de remonter à l'identité.

Est-ce que nos hommes politiques et militants anti-pseudo auraient le courage d'admettre que cela règlerait le problème ? NON. Parce que ce qu'ils veulent, c'est de pouvoir contrôler le débat public en se permettant d'accabler, poliment, d'injures leurs opposants et en détruisant leur réputation. Comme l'a justement noté Valéry:

"C'est un secret de Polichinelle qu'aujourd'hui, dans le pays même de la liberté d'expression, certaines opinions, même modérées et ne rentrant pas dans le cadre (de plus en plus flexible) de ce qu'on appelle "la haine et le racisme", peuvent conduire à un bannissement social, perte d'emploi et déclassement. [...] Les petits flics du net ont "la choque" facile et sont incapables de voir loin."

Je n'ai pourtant jamais fait l'objet de cet ostracisme-là. Mais, si jamais je fournis publiquement des preuves de mon statut, par exemple, de normalien, je divulgue mon identité. Et si j'affirme avoir subi des abus psychiatriques (ce qui bien entendu n'existe pas en France selon la doxa), mon identité y reste attaché. Et ce n'est que le début des conséquences de la levée du pseudonymat.

C'est ce que Monsieur Charoulet, de facto, cautionne: l'ostracisme. Quand on voit l'hostilité qu'il manifeste aux fumeurs et aux alcoolos, il ne faut pas être grand clerc pour mesurer l'ampleur du danger:
Critiquer l'antiracisme ? → Ostracisme. Taper sur les fumeurs, les alcoolos, les drogués et les racistes ? → Bonne action ouvrant les portes du Paradis...

L'anonymat est essentiel pour que les idées triomphent et non pas que le concours de réputation conduise à l'auto-censure. L'anonymat est essentiel pour que les fumeurs et les alcoolos, ainsi que les drogués et les mécréants fiers de l'être (qui sont racistes selon les canons de l'islam) aient une liberté d'expression effective, qu'il n'est pas légitime de leur nier par la levée de l'anonymat ou du pseudonymat.

Maintenant, défendre l'anonymat, ce n'est pas défendre l'irresponsabilité sur le net. Il y a des sujets bien plus graves qui nécessitent des entorses au respect de la vie privée, y compris sur le net.

"L'an dernier, les entreprises du net ont signalé 45 millions de photographies et de vidéos de maltraitance (i.e. criminalité) sexuelle d'enfants - plus du double de l'an dernier." -- Michael H. Keller et Gabriel J. X. Dance, 29 septembre 2019.

Il est impossible de prétendre régler ce problème sans faire des entorses à l'anonymat. Et, navré, mais cette histoire-là va bien plus loin que l'affaire Mila, qui est l'arbre qui ne doit pas dissimuler la forêt.

Mais, bien évidemment, les militants anti-pseudo argueront de propos peu amènes voire ignobles à l'encontre de personnalités politiques pour pousser leur cause. La pédocriminalité ?? Pas leur problème. Devoir de réserve pour une institutrice en maternelle qui morigène Macron ?? Oh oui !!! Que c'est bon, le devoir de réserve !! Vous reprendrez un peu de tarte aux pommes ?

Et une fois qu'on a dit qu'il y avait des problèmes à garantir un anonymat total, comment cette concession sera-t-elle instrumentalisée ? L'interdiction de la cryptographie ? La France a longtemps tenu une position complètement absurde et rétrograde, bonapartisto-étatique, en matière de législation cryptographique. Résultat ? La Suisse récupère (ou tente de récupérer) la mise en matière d'entreprises proposant des services de sécurité cryptographique pour protéger confidentialité et vie privée. Superbe auto-goal français.

Aurons-nous une dissertation pondérée et nuancée de Patrice Charoulet sur tous les enjeux sociaux, techniques, économiques, criminels et de libertés publiques sur la question de l'anonymat et du pseudonymat en ligne ??

La suite au prochain épisode.

Valéry

@ Patrice Charoulet

Je ne vois pas en quoi délégitimer les idées des autres pour la simple raison qu'ils ne donnent pas leur vrai nom a du sens, surtout dans le cadre d'un blog qui n'impose pas une telle règle. Vous n'aimez pas, faites votre propre blog au lieu de pinailler sans cesse et d'ennuyer tout le monde avec de telles superficialités.

C'est un secret de Polichinelle qu'aujourd'hui, dans le pays même de la liberté d'expression, certaines opinions, même modérées et ne rentrant pas dans le cadre (de plus en plus flexible) de ce qu'on appelle "la haine et le racisme", peuvent conduire à un bannissement social, perte d'emploi et déclassement.

Quand on n'a que des propos tièdes et conformistes, on ne risque rien, évidemment. Mais le vrai débat politique a besoin qu'on casse les lieux communs, qu'on ne sente pas que chaque mot est surveillé et réinterprété selon le bord politique de chacun. Et parfois, des exagérations ou généralisations peuvent en effet choquer, mais c'est une des facettes incontournables des débats constructifs.

Les petits flics du net ont "la choque" facile et sont incapables de voir loin.

Lodi

@ Patrice Charoulet | 01 novembre 2021 à 08:45

Monsieur,

C'est vrai, vous lisez les masques. Enfin, certains, donc dans un sens, vous n'essentialisez pas, de l'autre, en étant contre le masque, vous touchez les masques, que vous le vouliez un peu. Vous me faites penser à l'Eglise disant ne rien avoir contre les homosexuels tout en les sommant de nier leur nature ! L'Eglise est-elle essentialiste, l'êtes-vous ?
Il y a des raisons de penser que oui, d'autres de penser que non... Mais en tout cas, je vais dire que les deux catégories de gens sommés de se conformer à une norme sont attaqués alors qu'ils n'ont pas commis plus de mal que les autres.

Ce qu'on ne peut pas dire des musulmans, qui ne sont pas tous coupables, mais dont le groupe innove en ce qu'ils ont tendance à rendre le mal pour le bien. Si vous voulez cibler des gens de mesure de sécurité spéciale, ce doit, à mon avis, être des gens ayant prouvé leur nocivité, et ce en diminuant drastiquement l'immigration musulmane.

Voyez-vous, pour moi, il faut cibler les gens ou les groupes qui sont coupables et pas les autres.
Sinon, je n'ai pas à savoir qui est untel, ce qu'il fait ou quoi que ce soit d'autre sur lui. Ce n'est que si j'avais de grandes affinités avec cette personne que je sauterais peut-être le pas.
Mais l'avantage d'être dans le monde virtuel est que les gens se montrent plus à nu, et qu'ils peuvent y décevoir très vite... Au lieu qu'on perde son temps avec eux hors d'Internet, où ils auraient pu en apprendre dix fois plus sur vous, et donc, vous nuire à proportion.
Il ne faut jamais oublier que l'autre est un nuisible potentiel : tout ce que vous dites sur vous vous menace si le savoir, c'est le pouvoir*.

Et ce n'est pas rattrapable en prétendant tout connaître de l'autre, pour mieux le "cerner".

Vous me faites penser à un camarade de classe qui m'avait dit un secret que j'ai oublié et tant mieux, si on devait se rappeler tout ce que les gens vous disent parce qu'on est une tombe, on serait comme ses cours d'eau qui n'ont plus d'oxygène et où les poissons flottent hagards.

Bref, après quoi, il me demande un secret. Il paraît que je suis cash, mais je l'étais dix fois plus avant, donc j'ai dit la vérité crue, un sushi.
S'il ne sait pas garder ses propres secrets, comment parviendrait-il à garder les miens ?
Je l'ai accessoirement soupçonné d'avoir jeté sa confidence en amorce, mais je crois qu'il ne voyait pas si loin.

Bref, le drôle se confie sans me faire vraiment confiance, s'il n'est pas cohérent, ce n'est pas ma faute. A un moment, je dissuadais les inconscients de se confier, je me faisais mal voir pour rien, et non sans la fière mélancolie du devoir méconnu.

Je surévaluais les gens : mieux vaut qu'ils se confient à moi ou toute autre tombe puisqu'ils ne peuvent se taire.
C'est le moindre mal... Problème : s'ils ne vous font pas si confiance que ça, ils risquent de vous en vouloir. D'ailleurs, les gens nourrissent toujours du ressentiment envers les autres pour leurs incohérences.
Bon, on peut aussi me traiter d'autiste, de méprisant ou de tout ce qu'on voudra... Pour ne pas voir tout en noir, il y a des gens qui pensent que je suis quelqu'un de très droit plus en recherche de sens que la plupart. Quoi qu'il en soit, le monde n'est peut-être pas un mauvais lieu, mais il est incertain, on ne le cerne jamais... il n'y a jamais que le lion en cage qui fait le tour de quelque chose.

Voyez-vous, savoir l'identité de quelqu'un ne change rien de l'insécurité des êtres.
C'est quand même plus par leur compagnon que les femmes sont battus que par l'inconnu qui a une sale gueule dans la rue. Eh oui... Ce qui n'empêche pas que je sois pour l'éclairage nocturne, contrairement aux écolos, ça ne traque personne, ne demande l'identité de nul péquin, mais cela sécurise les victimes potentielles.
Non insensible aux étoiles, je préfère qu'elles se voilent de mystère dans nos villes que de laisser l'obscurité jeter son filet sur les passants traqués par les chasseurs d'innocents.

Si on voulait aller dans le signalement de tout le monde que vous préconisez, il ne faudrait pas que signaler qui est qui sur Internet, il faudrait le faire dans la rue, et prendre l'ADN de tout le monde le jour de sa naissance.
Et le doter d'un GPS.
Voilà.

Internet n'est pas le pire endroit du monde, le pire chez nous ? Je n'en sais rien, un de pires est une cour de récréation, il y a pas mal de brutalités réciproques et de persécutions.

Ce n'est pas parce qu'Internet est un nouvel espace que je le trouve plus sauvage que les autres. Je pense plutôt ainsi : il faut cerner les gens dangereux et protéger les gens en danger.
Et avant tout, les enfants, partout, à l'école, chez eux et sur Internet, les trois protections devant se coordonner, évidemment.

Le problème est que les gens soit diabolisent l'internet, soit l'angélisent, si j'ose dire. En fait, tout est toujours pareil : la nature humaine est aussi pleine de redites qu'une chanson de refrain. Les trop confiants disent tout d'eux, les trop méfiants veulent tout savoir des autres, parfois, certains exigent les deux... Qu'ils gagnent, et il n'y aura plus de secrets, donc plus de profondeur dans ce monde.
Tout sera plat comme les peintures de l'Egypte antique moins la beauté, cela va sans dire.

En fait, personne n'a le droit de menacer de mort, et il existe des adresses IP. C'est à la loi de dire si l'hébergeur du site doit les effacer, ou la police traquer les coupables. Effacer : avantage, on étouffe un problème dans l’œuf. Inconvénient : on ne repère pas des gens dangereux.
Que vous dire ? Il faut bien penser une politique et l'appliquer sans faiblir après.

L'anonymat rend libre, l'IP responsable des abus de la liberté, que demande le peuple ? C'est à partir de cette dualité que la liberté de tous sera garantie. Si la liberté prévaut, ce qui est douteux en France.

Mila a critiqué l'Islam, à la base, c'est la religion, plus qu'Internet et les pseudonymes, le problème, ceci dit. Donc on peut et on doit améliorer Internet, pour changer empêcher la persécution des enfants à l'école, en France.
Tout ce qu'on voudra...

Mais surtout, il ne faut pas admettre des immigrés qui réintroduisent de la persécution religieuse, dans notre pays.
Savoir des immigrés musulmans.

Le triste sort de Mila est un avertissement... Notre pays n'a pas vocation à rédimer les arriérés de leurs obscurantisme, mais seulement à rester libre, ce qui serait déjà bien extraordinaire...

...avec tant de musulmans, de gens d'extrême droite, d'extrême gauche et d'écologistes toujours prêts à sacrifier les humains à Gaïa comme les monothéistes old fashion à Jéhovah.

*Une partie du pouvoir...

Patrice Charoulet

@ Lodi 31 oct. 6h16

Monsieur,

Vous vous adressez à moi. Vous avez raison : l'essentialiste peut non seulement sévir à l'égard du juif, du musulman, de la femme (j'ai oublié le Noir), mais
dans d'autres cas. Vous me dites que je serais essentialiste à l'égard des gens à pseudos. J'ai lu toutes vos raisons dans vos textes précédents, comme dans celui-ci. Elles ne sont pas inintéressantes. Je connais aussi un peu la littérature française et la liste des écrivains qui ont dû se masquer. Beaucoup craignaient pour leur vie. On a beaucoup emprisonné ou brûlé de gens dans les siècles précédents. Voltaire (que j'estime) a eu cent pseudos.

Su ce blog, je ne suis pas essentialiste à l'égard des gens à pseudos. Je vous lis, comme je lis Aliocha, sbriglia, Achille, Lucile, Savonarole et quelques autres.
Ma grande raison est la suivante (et sur ce blog, ça n'atteint pas les sommets qu'on peut voir ailleurs sur le Net) : les appels au meurtre (pensez à la jeune Mila), au viol, au lynchage sont plus commodes à faire sous pseudo qu'en signant de son vrai prénom et de son vrai nom. Ne pouvez-vous pas m'accorder cela ? On me dira qu'on peut Signer Jean Durand ou Philippe Martin (en mentant), c'est la raison pour laquelle j'aime tant savoir aussi le métier, le mail, l'adresse, le téléphone des gens avec lesquels j'échange. On a plus de garanties d'avoir en face de soi autre chose qu'un fantôme.
J'observe qu'ici des gens à pseudos ou à patronymes disent oui à tout ou non à tout.
Philippe Bilger écrit-il sous pseudo ?

Florestan68

DOUBLE PARI

Cher Philippe Bilger

J’ai lu et relu votre billet avec beaucoup d’attention. Que vous preniez le temps de lire mon propos serait grand honneur pour moi.

Votre analyse concernant la stratégie d’Eric Zemmour me semble fort pertinente.
Vous évoquez néanmoins chez lui une audace suicidaire quand il faudrait plutôt parler d’un audacieux et double pari.

Son premier pari consiste à redéfinir ce qu’est un « renforcement social ». Pour tous les candidats classiques de gauche et de droite, cela consiste toujours en une redistribution des richesses : prendre aux riches pour distribuer aux pauvres.

Pour Eric Zemmour, cet "hélicoptère à billets" participe davantage de la condescendance et de l’assistanat que de la justice sociale. C’est une forme d’aumône qui n’est guère gratifiante pour les récipiendaires.

Eric Zemmour fait ici le pari de la fierté de la classe ouvrière, en proposant de lui donner un travail plus rémunérateur à travers la réindustrialisation du pays et une baisse des charges des entreprises rendue possible par la préférence nationale en matière sociale.

Son deuxième pari est celui de la radicalité (qui n’a rien à voir avec un extrémisme que je ne vois d'ailleurs nulle part chez lui).

Jusqu’à présent, il était doucereusement convenu qu’une élection se jouait toujours au centre. Or on a pu constater que ce positionnement était inexorablement source de compromissions et partant, d’immobilisme.

L’abstention qui a atteint des niveaux records s’explique en grande partie par la résignation des électeurs face à cette incapacité des politiques à reprendre en main le destin du pays.

En allant jusqu’au bout de ses idées, en ne cédant sur rien, en ne s’excusant jamais, en démolissant ses adversaires, Eric Zemmour choque et déplaît fortement.

Qu’importe, car ce qui compte c’est d’une part que l’électeur finisse par constater que la réalité lui donne raison, et surtout qu’il est homme de convictions, et n’est pas disposé à s’en laisser conter par quelque groupe de pression ou par quelque circonstance que ce soit.

Les manifestations violentes qui accompagneront désormais ses meetings seront autant d’épreuves initiatiques.

S’il parvient à les surmonter sans mollir et sans céder aux provocations, il aura forcé le respect du plus grand nombre.

Il pourra alors apparaître comme l’homme fort que tout le monde attend, propre à réveiller les abstentionnistes, et redonner à tous les amoureux de la France l’espoir de sauver ce pays de la guerre civile larvée qui se propage, de la libanisation qui vient, et de l’islamisation du pays qui en découlera.

Lodi

@ Patrice Charoulet
"L'essentialisme fait trop peu de cas des différences et des individus pour n'être pas virtuellement oppressif."

Quand il s'agit de gens dont trop se comportent en ennemis, il est assez normal d'appliquer à l'ensemble des mesures de prudence conservatoire. En un mot comme en cent, il serait normal d'interdire toute immigration musulmane autre que celle d'éventuels alliés de nos diverses interventions armées.

C'est pour leur déloyauté, pour le fait de rendre le mal pour le bien que les musulmans doivent être écartés. Rendre le mal pour le bien. Ils ne sont pas tous ainsi ? Mais à la guerre, il faut bien envoyer des balles sur tous les soldats, bons ou mauvais, et bombarder en sachant qu'on anéantira des innocents.
Face aux déferlements de gens pire que les Barbares car les alliés aux Romains étaient bien plus loyaux et plus épris de liberté même que les fils de la louve, il faut opposer un endiguement plus que symbolique. Un mur, même si cela fait horreur à certain... Notre pays n'a pas a être gardé par les faux-semblants de rideaux de papier.

Les pseudonymes, quant à eux, ne font rien de pire que de porter un masque. Mais vous ne cessez de remettre en cause leur légitimité à s'exprimer. Il n'y a là, bien sûr, aucune essentialisation !

Et on peut dire qu'ils ont le pouvoir de... de rien, en fait, avec la censure. Je pardonne à celle du blog car elle n'est pas trop importante et que la personne qui l'exerce bénévolement pour son mari, et pour nous corrige nos fautes d'orthographe et se montre pleine d'humanité !
Merci.

N'empêche que le fait est là : on décrit les pseudonymes en prédateurs masqués dont le déferlement ferait trembler le monde alors que tout était, est et sera toujours sous contrôle.
Quelle blague ! En fait, le masque vous met mal à l'aise car vous prenez conscience de ne pas connaître les gens. J'ai écrit "prenez conscience" car en fait, l'identité de quelqu'un vous masque ce qu'il écrit, toujours, comme cela fut illustré par l'affaire Gary-Ajar. Disons que porter un masque oblige l'autre à se concentrer sur le discours, porter son identité le force à mitiger l'écrit par la biographie. Dans le premier cas, on met l'accent sur les idées, dans le second, sur la personne.

Alors, à votre avis, qu'est-ce qui est le plus apte à faire avancer le débat d'idées ? Logiquement. Mais peut-être est-ce justement ce que l'on reproche aux pseudonymes ?
Il ne faut surtout pas penser.

Pour autant, les pseudonymes sont-ils plus agressifs que les autres ? Non. Déjà, ils ne discréditent pas a priori une catégorie, savoir les patronymes, alors que bien des patronymes ne se privent pas de le faire, suivez mon regard. Ensuite je n'ai jamais vu que les masques étaient pire que les autres.
Il est paraît-il même prouvé que les démasqués sont pires, mais rassurez-vous, je ne vais pas leur demander de se masquer pour autant ! Noblesse oblige : je défends la liberté de faire tout ce qui ne nuit pas à la liberté des autres.

J'avais déjà envoyé un lien que vous n'avez pas lu, je vais extraire ça pour la bonne bouche :

"Une étude de juin 2016, publiée par équipe de chercheurs de l'Université de Zurich, tend à montrer que dans le contexte d'une polémique en ligne, l'anonymat ne démultiplie pas systématiquement l'agressivité des internautes. Au contraire, sur les 532 197 commentaires analysés, tous postés sur une plateforme de pétitions en ligne allemande entre 2010 et 2013, les internautes écrivant sous leurs véritables identités étaient plus agressifs que ceux recourant à l'anonymat. La même année, une étude de l'université d'Etat du Michigan a également montré que, selon les données compilées dans 16 études scientifiques sur la question, les individus "sont en fait plus sensibles aux normes collectives d'un groupe lorsqu'ils sont moins identifiables par les autres membres de ce groupe".

Le lien :

https://www.marianne.net/societe/pourquoi-la-levee-de-l-anonymat-sur-internet-ne-mettra-pas-fin-aux-delits-en-ligne

Mais à mon avis, être sensible aux normes ne veut pas dire ne pas s'interroger. C'est au contraire le preux chevalier, ou le paysan défricheur conquérant de larges pans de liberté dans les "villeneuves" ou même de simples nouveaux villages qui nous indiquent la voie. Ils ne se mettent pas au ban de la société en attaquant les autres, ils incarnent les normes en question et vont au bout d'eux-mêmes et du monde en se confrontant à la forêt, et autres bouts du monde des croisades.

Des penseurs peuvent faire aussi bien, par exemple, non en crachant sur les ancêtres mais en déduisant de leurs efforts vers l'idéal qu'il faut abolir l'esclavage. Contrairement à tant de révolutions qui se proclament libératrices sans l'être tant que ça et en charriant des torrents de sang, la révolution abolitionniste s'est présentée comme une réforme car elle se voulait l'héritière de toute une tradition de liberté et pas une tabula rasa.

Le pervers, pour prendre l'exemple contraire extrême, dévitalisera la norme en en faisant une orthodoxie creuse encombrée de rites, du fanatisme ou une casuistique hypocrite.
Si je comparais au vin, je dirais du vin sans âme, de la piquette ou une contrefaçon.

Comme vous voyez, boire ouvre des perceptives. Lire aussi : cela rend plus intelligent et plus empathique. Dommage que tant de lecteurs exceptent les pseudonymes du champ de leur sollicitude !
C'est arbitraire et passablement injuste : chaque pseudo peut se mettre sous le patronage des illustres auteurs qui se sont avancés masqués. Quel monde ! En bonne logique, je parie que si les pseudonymes étaient interdits sur le net, les auteurs en seraient assez vite dépossédés, car les gens se battent davantage contre les privilèges que pour sauvegarder leur liberté, pure et sacrée !

Patrice Charoulet

L'essentialisme, c'est prendre les essences trop au sérieux : comme si chacun restait prisonnier de la catégorie à laquelle il appartient, qui suffirait à le définir. Par exemple, dire « la femme », « le juif » ou « le musulman », comme si tous les individus entrant dans telle ou telle de ces catégories devaient par là même avoir les mêmes caractéristiques ! On ne s'étonnera pas que le mot, dans ses usages contemporains, soit souvent péjoratif. L'essentialisme fait trop peu de cas des différences et des individus pour n'être pas virtuellement oppressif.

Herman Kerhost

Qu'est-ce qu'on doit s'ennuyer chez Patrice Charoulet. Une vie de détenu. On imagine qu'il n'utilise qu'un gant de toilette par semaine, sort se promener une heure par jour (toujours le même chemin comme il nous l'a dit). Comme en prison !

Chez moi, c'est moi qui cuisine. Tout est entièrement fait maison, et je ne sais jamais avant quelques heures précédant le dîner, parfois moins, ce dont je vais régaler la famille: hachis parmentier, escalope à la crème, poulet marsala, steak très gras (le boeuf américain est succulent), recette chinoise, pâtes à la carbonara, paella, pizza du chef... le tout avec un bon verre de vin.

Mon analyse de sang est quasi parfaite. Mais ne le serait-elle pas que je ne changerais pas ce que je mange. Mon sang pourrira dans la tombe, éventuellement...

caroff

@ Achille 11h15
"C’était si je me souviens bien en 1948. Ceci au motif qu’il n’y avait plus de travail pour eux et que donc ils n’avaient plus rien à faire chez nous."

Les Polonais étaient passés sous l'emprise soviétique et la France se méfiait que certains deviennent des agents. Donc sans doute un mélange de considérations géopolitiques et de problèmes de chômage ?
Mais la plupart des expulsions de Polonais a eu lieu non pas en 1948 mais entre 1932 et 1936 en raison de la crise de 1929.
Z se propose de virer les gens qui sont une plaie constante pour notre pays et je ne sache pas que les Polonais assimilés, eux depuis un siècle, brûlent des voitures et dealent de la drogue !!

Achille

@ caroff | 28 octobre 2021 à 12:59
« Ce que j'ai vu depuis plus de 30 ans m'a conduit aux mêmes conclusions qu'un certain Z (honni soit son nom !!): les immigrés originaires de pays qui sont à cents lieux de nos us et coutumes et qui n'ont pas les moyens de s'assimiler faute des savoirs minimaux sont un malheur pour notre pays.
Est-ce raciste de dire cela ? »

Je ne sais pas si vous avez regardé le documentaire qui a suivi les deux premiers épisodes de Germinal cette semaine.
Il y était décrit la façon pour le moins cavalière dont les ouvriers polonais ont été renvoyés chez eux. Il est vrai qu'à l'époque il n'y avait pas de défenseurs des Droits.
C’était si je me souviens bien en 1948. Ceci au motif qu’il n’y avait plus de travail pour eux et que donc ils n’avaient plus rien à faire chez nous. Pourtant ces ouvriers polonais étaient de braves gens, catholiques pratiquants et parfaitement intégrés.
Il ne faudrait pas que le régime à venir se comporte comme celui de cette époque. Mais avec Zemmour je crains fort que l’on en prenne le chemin…

Valéry

@ Wilfrid Druais

"Some people never go crazy" (traduit par vous "ne deviennent jamais folles")

La traduction la plus sensée de cette expression serait "ne perdent jamais le contrôle", ou "ne déconnent jamais", pour simplifier. Devenir fou est quelque peu différent et, souvent, sans retour.

Mais on comprend ce que vous voulez dire ;)

Denis Monod-Broca

@ Wilfrid Druais
« Ça c'est sûr que vous êtes plein de vérités »

Vous ne comprenez rien ou vous faites semblant de ne rien comprendre.
Et après m’avoir traité de fou, vous semblez me reprocher, étant trop sérieux, de ne pas connaître la folie.
Autrement dit : tout sauf la vérité.

Comme dit le poète, « le premier qui dit la vérité, il doit être exécuté ».

Denis Monod-Broca

@ Wilfrid Druais

Il y a des vérités, autant que vous voulez, comme il y avait, dans l’Olympe d’innombrables divinités, toutes imaginaires, toutes idoles faites de main d’homme.

Ces vérités-là, au pluriel, sont autant d’opinions personnelles, autant de mensonges, d’erreurs, d’illusions ou de tromperies.

Et puis il y a la vérité, unique, inconnaissable, absolue, transcendante, aussi incompréhensible qu’indispensable à la pensée.

Celui qui affirme « il n’y a pas de vérité » croit prononcer une vérité, et donc se piège lui-même.

Comme il n’y a pas d’arithmétique sans zéro, ni d’astronomie sans infini, il n’y a pas de pensée sans vérité, aussi abstraites que soient ces notions de zéro, d’infini et de vérité.

Ellen

@ Patrice Charoulet | 28 octobre 2021 à 10:42

"Tiens, voilà du boudin" avec purée à l'eau, sans sel et sans beurre pour ce soir.

Vous l'avez oublié dans votre menu du 24 septembre 2019 à 21:02

Alors que thème du billet de M. Bilger 23.09.2019 était:
"Pas de justice politique mais des politiques jugés !"

Vous lui répondez par:

"Ayant horreur de manger dans un restaurant, quel qu'il soit, je n'y vais jamais.
J'ai le grand plaisir de manger chez moi. Voici mon menu du midi :
lundi : deux œufs bio à la coque, mardi : merlan à l'eau, mercredi : steak haché 5 %, jeudi : deux œufs bio, vendredi : merlan à l'eau, samedi : trois euros de moules, dimanche : cuisse de poulet. Légumes de saison à tous les repas. Et yaourt 0%. Boisson : eau de source de montagne ad libitum.
Chaque soir : soupe, sardines ou maquereau au naturel en boîte, pain sans sel, et yaourt.
Pas de surpoids, pas d'hypertension, analyse de sang annuelle impeccable".

Aïe !

caroff

@ Patrice Charoulet (@ Robert Marchenoir)

"Achille, Aliocha, caroff, Ghinsberg, sbriglia et dix autres, qui ont des yeux pour voir, ont vu ce que j'ai vu.""

Ce que j'ai vu depuis plus de 30 ans m'a conduit aux mêmes conclusions qu'un certain Z (honni soit son nom !!): les immigrés originaires de pays qui sont à cents lieux de nos us et coutumes et qui n'ont pas les moyens de s'assimiler faute des savoirs minimaux sont un malheur pour notre pays.
Est-ce raciste de dire cela ?
En fait je me définirais plutôt comme "culturaliste": je ne me sens pas du tout proche de populations qui vivent selon leur religion, leurs coutumes, leur anthropologie. Grand bien leur fasse mais pas chez moi, ou alors à dose homéopathique !!

F68.10

@ Patrice Charoulet
"Il est vrai que des racistes d'ici vous approuvent et m'accablent. Normal."

Je vous suggère une bonne fois pour toutes de cesser de me traiter, même indirectement, de raciste.
Encore une victime de pacotille qui, le matin, accuse autrui d'être un raciste et, le soir, se plaint d'être accablée par le retour de bâton. Pa-thé-tique.

Sinon, si, tout à fait: vous avez une mentalité nettement plus totalitaire que ce que vous vous plaisez à imaginer de vous-même. Robert Marchenoir a encore raison quand il écrit ce qui suit:

"Au passage, vous suggérez que le totalitarisme se limite à l'Allemagne nazie, à l'URSS et à la Chine de Mao (et donc à un passé révolu). C'est parfaitement faux. Le totalitarisme est une tournure d'esprit et une philosophie politique. Ce n'est pas un catalogue de grandes marques du mal dont vous seriez par définition exempt."

C'est effectivement "parfaitement faux" (sic). Nous assistons à un grand retour d'idées anti-démocratiques sinon totalitaires ainsi qu'à une complaisance sidérante en Occident vis-à-vis de ces idées. Il est temps d'ouvrir les yeux, Monsieur Charoulet.

Denis Monod-Broca

@ Wilfrid Druais
« Si vous ne voyez pas que ce type avec ses discours dignes d'un fou furieux millénariste est cinglé c'est que vous l'êtes autant que lui alors là évidemment c'est moi qui dois vous sembler cinglé.
Pas de problème je préfère ma folie à la vôtre.
Avec la mienne on rigole au moins. »

Je parle de vérité, alors je suis traité de fou, pardon de fou furieux. Qu’est-ce qu’on rigole en effet...

Vous ne croyez pas en la vérité, c’est à la mode de ne pas croire en la vérité, donc « à chacun sa vérité », c’est-à-dire « à chacun son opinion ». Et, s’il n’y a que des opinions, tout est bon pour faire triompher la sienne, traiter l’autre de fou pour commencer.

Rien de bien nouveau sous le soleil.

Patrice Charoulet

Monsieur Marchenoir (nom d'emprunt),

Vous connaissez mal notre langue. Je ne suis ni gauchiste, ni fanatique, ni totalitaire. Et vous êtes raciste.
Je ne vais plus me fatiguer à parler à un mur. J'ai mieux à faire.

Aliocha

Il faudrait quand même savoir, au lendemain des bitures, de quoi on rigole, et que si docteur Wil tout à coup interne Denis au bénéfice de sa distraction, cela met en exergue mon point de convergence avec Zemmour et Onfray, leur amour de la France où tout finit par des chansons.

Aussi ne nous scandalisons pas que ces clowns, ces intermittents du spectacle qui ne doivent leur succès qu'à avoir su utiliser l'entité médiatique, en viennent à envisager de pouvoir être élus, c'est le signe qu'ici, c'est la France, que tout pouvoir idolâtre est amené à s'apercevoir de ce qu'il est.

Puisque Wil, qui en rien ne me connaît, ne sait pas que j'ai voué ma vie à la joie pure, que c'est à notre patrie que je dois cette chance de savoir envisager le pire sans rien céder aux vents mauvais, puisque certains en viennent à tuer pour une caricature et qu'on voudrait malgré tout m'associer aux briseurs d'idoles, pourquoi, laissons cela.

J'espère qu'avec Nietzsche, on m'accompagnera cette fois au spectacle qu'il adorait, goûter à l'élixir du rire et des chansons qui sait mieux qu'enivrer, à l'insolence gauloise qui invite à la liberté émancipée de tous les Jupiter, les rois de carnaval, les clowns tristes qui penseraient savoir gouverner, et aller tous en Crète contempler ce que l'idole en France saura toujours nous enseigner.
Musique, Maestro :

https://www.youtube.com/watch?v=48zhdW_2nUQ&list=RD48zhdW_2nUQ&index=2

Allons bon !
Partir pour la Crète...

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 27 octobre 2021 à 19:57
"Pas un politologue français sur mille n'utilise le mot 'gauchiste' au sens que vous prétendez et qui serait 'de gauche'."

Je n'en sais rien, et je m'en moque. Je ne demande pas la permission des politologues français avant de m'exprimer, pas plus que la vôtre.

Je constate, cependant, que vous continuez votre pinaillage imbécile de petit flic gauchiste : qu'est-ce que cela peut bien faire, que je dise "gauchiste" ou "schprountz" pour signifier "de gauche" ?

Si vous étiez de bonne foi, si votre but était véritablement d'avoir, avec moi, un débat intellectuel, politique, philosophique ou religieux, alors vous ne remettriez pas, sur le tapis, cette polémique idiote pour la millième fois.

Si vous étiez de bonne foi, maintenant que je vous ai expliqué (pour la millième fois) que j'ai employé le terme de gauchiste à votre encontre pour dire "de gauche", vous prendriez éventuellement la parole pour expliquer en quoi vous n'êtes pas de gauche ; vous tenteriez d'expliquer en quoi le fait de faire du prétendu "anti-racisme" l'un des piliers de votre philosophie politique ne fait pas, de vous, un homme de gauche.

Mais ce n'est pas ce que vous faites : vous détournez la conversation en pinaillant sur le vocabulaire.

Ce qui, je me permets de vous le signaler, est une tactique typiquement gauchiste.

Votre polémique récurrente sur ce point est d'autant plus imbécile que vous êtes, en réalité, un véritable gauchiste selon votre propre définition. Vous êtes non seulement de gauche, mais d'extrême gauche.

Vous êtes à la gauche du communisme selon Georges Marchais, qui, à un moment au moins de sa vie politique, a été suffisamment "raciste" pour avaliser la démolition au bulldozer d'un foyer municipal, afin d'empêcher des immigrés de s'y installer, en ajoutant : "La présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leurs familles, la poursuite de l'immigration posent aujourd'hui de graves problèmes."

"Toutes les personnes instruites et informées savent ce qu'est le totalitarisme (nazi, soviétique, chinois...)."

Eh bien allez-y, Professeur. Puisque vous êtes si instruit et si informé, expliquez-nous en quoi condamner Éric Zemmour sur la base de pensées que vous lui imaginez n'est pas totalitaire.

Vous pouvez le faire ? Il peut le faire ! Mais il ne le fait pas... Les gros malins dans votre genre ne se mouillent jamais. Ils se contentent de brailler qu'ils sont dans le camp du Bien.

Au passage, vous suggérez que le totalitarisme se limite à l'Allemagne nazie, à l'URSS et à la Chine de Mao (et donc à un passé révolu). C'est parfaitement faux. Le totalitarisme est une tournure d'esprit et une philosophie politique. Ce n'est pas un catalogue de grandes marques du mal dont vous seriez par définition exempt.

"Je ne traque pas le racisme toute la journée dans ma vie."

Sauf sur le blog de Philippe Bilger, alors. C'est drôle, tous ces gens qui nous expliquent comment ils sont "dans la vraie vie", et qui font exactement le contraire ici.

"Je l'ai constaté, ici, chez vous, cent fois en trois ans."

Vous n'avez rien constaté du tout. Vous vous contentez d'aboyer : raciste, raciste, raciste. Vous n'avez jamais expliqué, ni en quoi je serais "raciste", ni en quoi ce serait mal de l'être selon votre diagnostic de la chose.

"Achille, Aliocha, caroff, Ghinsberg, sbriglia et dix autres, qui ont des yeux pour voir, ont vu ce que j'ai vu."

Vous êtes de plus en plus fort. Non seulement vous savez ce que pense Éric Zemmour sans jamais le dire, non seulement vous savez qu'il appuierait sur un bouton pour "supprimer les Noirs" s'il pouvait disposer d'un tel appareil, mais vous savez aussi ce qu'ont "vu" toute une série de commentateurs ici... sans jamais le dire.

Dans votre liste de supporters allégués, seul le dérangé mental Aliocha vous accompagne dans votre croisade "anti-raciste" à mon égard. Aucun des autres noms que vous avez cités ne m'a accusé de pareil crime.

Au demeurant, je constate une fois de plus que vous êtes incapable de simplement tenter de défendre les accusations infamantes que vous me portez. Votre seul recours consiste à en appeler aux autres : le dictionnaire, Comte-Sponville, je ne sais quels commentateurs que vous embarquez ici dans votre querelle sans leur demander leur avis...

Vous arrive-t-il de penser, une seule fois, par vous-même ? Êtes-vous capable d'autre chose que de singerie, de plagiat, de servilité et de conformisme ? Le tout mis au service de la calomnie et de vos perpétuelles vantardises ?

Quel pathétique spectacle vous nous offrez ici ! La France entière est secouée par un débat qui concerne sa survie, et votre réponse à vous, c'est une campagne d'intimidation et de trollage personnelle accompagnée de déclarations selon lesquelles vous n'avez jamais fumé de cigares.

Ce que je constate, moi, c'est que lorsque je réfute la ridicule citation anti-chrétienne de Compte-Sponville que vous nous montrez en exemple sur un autre fil (encore une marque de vos indéfectibles convictions de droite, je suppose ?), vous êtes incapable de défendre l'homme que vous appelez pourtant à votre défense.

Et que faites-vous pour détourner l'attention ? Vous hurlez : raciste, raciste, raciste. Ça fait vingt ans que votre truc ne marche plus, mais vous n'avez toujours pas remarqué.

Patrice Charoulet

"Gauchiste" (suite)

Pas un politologue français sur mille n'utilise le mot "gauchiste" au sens que vous prétendez et qui serait "de gauche".
Seuls des analphabètes pourraient le faire.
C'est aussi mal parler que d'utiliser "fasciste" ( ou "facho") pour toute personne qui ne serait pas de gauche et qui serait seulement "de droite". On m'a considéré pendant des lustres dans les salles de profs comme "facho" parce je votais à droite et que j'étais seul à ne pas faire grève. Débile !
Toutes les personnes instruites et informées savent ce qu'est le totalitarisme (nazi, soviétique, chinois...). Votre insulte est grotesque.
Je suis tout sauf fanatique. J'ai horreur des foules, du grégarisme, des manifs, des sectes, de l'embrigadement, de la marche au pas. Tous mes philosophes favoris sont des sceptiques, de Montaigne à Cioran, en passant par David Hume.

Vous m'avez qualifié de "retraité routinier". Bien vu ! Je suis gentil avec mes amis, mes voisins, tous les gens que je connais. Des "fanatiques" comme moi, il n'y a pas plus paisible, sage et modéré dans ma vie de tous les jours.

Je ne traque pas le racisme toute la journée dans ma vie. Je l'ai constaté, ici, chez vous, cent fois en trois ans. Il faudrait être aveugle ou idiot pour ne pas le voir. Achille, Aliocha, caroff, Ghinsberg, sbriglia et dix autres, qui ont des yeux pour voir, ont vu ce que j'ai vu. Il est vrai que des racistes d'ici vous approuvent et m'accablent. Normal.

sbriglia@Wilfrid

« Je n'ai pas encore regardé Das Boot. Mais je m'y collerai » (F68.10)

Film sublime !

Ne vous y collez point : vous serez scotché.

On n’a jamais fait mieux sur la vie des sous-mariniers allemands pendant la guerre.

« À la poursuite d’Octobre rouge » est une aimable bluette à côté.

Giuseppe

https://www.msn.com/fr-fr/actualite/france/policiers-cibl%C3%A9s-%C3%A0-lyon-collomb-charge-doucet-et-son-manque-de-volont%C3%A9-de-lutter-contre-la-d%C3%A9linquance/ar-AAQ09wg?ocid=msedgntp

Policiers ciblés à Lyon: Collomb charge Doucet et son manque "de volonté de lutter contre la délinquance".

Collomb il aurait été encore dans sa mairie avec la cane, je suis heureux qu'il ait été battu, laminé, pas pour l'étiquette mais juste pour le coup de pied aux fesses qui lui a été administré, pour qu'il se barre enfin.

Il n'a rien produit, un rentier à vie de nos deniers, il se voyait nommé pour l'éternité sur son siège comme un dictateur et puis... Enfin ! Il lui a été signifié qu'il pouvait rester chez lui.

La démocratie c'est le remplacement, les visages qui changent, ceux qui s'installent s'encroûtent au péril de nos vies et de notre fraîcheur.
Il était vieux, il ne s'en rendait plus compte, les électeurs se sont réveillés et l'ont renvoyé dans ses foyers, il ne manque à personne.

Le nouveau capitaine de l'équipe de France de rugby a 22 ans, il s'appelle Antoine et surtout qu'on ne me dise pas que l'expérience c'est l'âge !
L'âge bien conduit doit laisser sa place, c'est la respiration de la démocratie.

Vivre aussi vieux que Collomb de la politique c'est ne plus voir les problèmes, surtout des plus pauvres, de la vie des gens, son viager est une tirette automatique, l'anesthésiant le plus fort, le ronronnement des grands bourgeois.

Antoine Dupont va se montrer encore plus responsable, la jeunesse pour avancer et enquiller des essais entre les barres et non pas se contenter de viagers de mandats et de capitanats.

Collomb comme tous ceux du PS et de LR n'ont rien compris c'est l'abstention aujourd'hui et le rejet de ce qu'ils représentent. EZ les houspille, leur crache à la figure, la seule différence aujourd'hui c'est qu'il a compris depuis Macron que ce monde tuait la démocratie à petit feu.

Ce monde politique se distribuait les bons points, EZ a fracassé tout cela pour le bonheur des petits qui sans illusions voteront sans doute pour lui, mais qu'est-ce que cela fait du bien !

F68.10

@ Aliocha
"On ne doit pas parler de religion, me disent-ils, cédant à la vague mimétique qui s'affole en France"

On a bien sûr le droit de parler religion en France, de tenter de prouver l'existence d'un Dieu inexistant ou de réfuter l'existence d'un Dieu inexistant.

On a aussi le droit de parler d'autre chose. Ce qui est singulièrement gonflant avec vous, c'est que quand on parle foot, vous parlez religion. Qu'on parle météo, vous parlez religion. Qu'on parle sexualité, vous parlez religion. Qu'on parle médecine, vous parlez religion. Qu'on parle élection, vous parlez religion.

Vous parlez religion matin, midi et soir. Vous polluez donc tous les débats ainsi. Impossible de suivre un argument quand un abruti vient tout pourrir en accusant les autres d'idolâtrie matin, midi et soir.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 27 octobre 2021 à 10:11

Oui, vous êtes un totalitaire. Vous êtes un totalitaire, un fanatique et un gauchiste.

Votre bulletin de vote, qui d'ailleurs est secret, ne vous exempte pas. C'est vous qui nous racontez depuis des années que vous votez pour la droite. Nous ne sommes pas obligés de vous croire. Nous n'avons aucune preuve.

En revanche, nous avons d'innombrables preuves historiques que la droite française a capitulé devant la gauche.

Et surtout, vous publiez ici des propos sous la signature de "Patrice Charoulet" (dont nous n'avons d'ailleurs aucune preuve non plus que c'est votre vrai nom, seulement que la personne qui signe "Patrice Charoulet" est toujours la même).

Ces propos sont publics, permanents et vous sont opposables. Il est possible de discerner la philosophie politique du commentateur qui se fait appeler Patrice Charoulet au travers de ces propos.

Depuis des années, de façon constante, revendiquée et dépourvue de toute ambiguïté, vous faites du prétendu "anti-racisme" l'un des principaux piliers de votre philosophie politique. "L'anti-racisme" est le pilier actuel de l'idéologie de gauche. Il a remplacé la "défense du prolétariat" qui n'est plus crédible.

Vous passez votre temps ici à pourchasser les "racistes", de même que les communistes passaient leur temps à pourchasser les "anti-communistes" et les "ennemis du prolétariat".

Vous êtes donc un gauchiste.

Puisque votre propension à faire l'imbécile est inépuisable, je m'empresse de répéter ici, au risque de lasser les lecteurs, que pour moi comme pour beaucoup d'autres, gauchiste veut dire de gauche.

Gauchiste ne veut pas dire ce qu'affirme le dictionnaire de votre choix, à savoir ce que les communistes prétendaient que signifie ce mot : condamnables, parce qu'à la gauche du parti communiste.

Cela étant, ceux qui sont à la gauche du parti communiste actuel font aussi de "l'anti-racisme" le pilier de leur idéologie. Donc votre pinaillage est assez oiseux.

Vous êtes aussi un fanatique, car vous nous avez déclaré il y a peu : "le racisme est le racisme". C'est exactement l'attitude du fanatique qui auto-définit ses références : Dieu est Dieu, il se définit par lui-même et cela ne se discute pas.

L'homme normal, autonome, rationnel, accepte de débattre de ses idées, surtout s'il les défend avec la dernière énergie et traîne autrui dans la boue sur la base de ces idées. Il ne dit pas : t'as qu'à voir dans le dictionnaire, puis, lorsque la définition du dictionnaire est récusée : André Comte-Sponville est contre, puis, lorsque cette assertion est à son tour récusée : "le racisme est le racisme".

Seul le fanatique a cette attitude.

Enfin, vous êtes un totalitaire, car ce dernier ne se contente pas de s'attaquer à la liberté d'expression comme vous le faites, et de chercher à exclure de la société ceux qui s'opposent à la doctrine au pouvoir.

Il exige que chacun exprime activement son approbation pour cette doctrine. La tiédeur est suspecte et le silence serait révélateur d'opposition.

En fait, vous allez plus loin que le totalitarisme. Vous allez jusqu'à inventer des pensées secrètes à vos adversaires, à imaginer des actes qu'ils n'ont pas commis mais qu'ils voudraient commettre, puis vous les condamnez en vertu de ces pensées et de ces actes exclusivement sortis de votre imagination : Éric Zemmour "rêverait de ne voir dans les rues que des visages pâles", et "il supprimerait tous les Noirs et tous les Maghrébins, s'il pouvait le faire en appuyant sur un bouton".

C'est exactement sur cette base que le KGB envoyait les Soviétiques au Goulag -- et c'est d'ailleurs ce que continue à faire le régime russe au pouvoir actuellement.

Vos propos illustrent parfaitement le totalitarisme, le fanatisme et le gauchisme.

Ellen

@ Ninive | 27 octobre 2021 à 10:59
"Selon Emmanuel Macron, c’est à l’institution militaire de nommer le capitaine Dreyfus général à titre posthume" source Le Monde

Et qui est à la tête de l'institution militaire ? Et bien, c'est le Président en personne, le chef des armées. E. Macron refile la patate chaude à Pierre de Villiers ? Attendez, parti comme il est parti, EM a la mémoire courte et ne tardera pas à mettre à l'honneur le bienveillant qui lui a claqué la porte au nez puis à sa sortie entouré avec applaudissements par tout son corps de l'armée en 2017. Fin de l'histoire.

Ellen

"À défaut de l’Élysée, saint Zemmour pourra toujours prétendre au Royaume des Cieux…😊"
Rédigé par Achille | 27 octobre 2021 à 08:22

Il n'y a pas de Saint, seulement le courage.

N. Sarkozy voulait faire le ménage au Kärcher ; Zemmour fait le ménage à la tornade blanche.

En tout cas, l'Elysée ou pas pour ZE, l'essentiel est aussi ailleurs. Pendant que les somnambules chez LR restent à bâiller dans leur yourte bien au chaud, "Z", lui, avance à découvert et pousse les pions sur le terrain à lui tout seul. Il a bien du mérite, avouons-le, malgré les menaces qui fusent de l'extrême gauche et des islamistes.

Une paire de claques pour LR en 2017 ça va bien une fois mais pas deux. Tacticien ou observateur en ces tristes jours ? Le nombre de points marqués chez Zemmour, c'est toujours bon à prendre et sans efforts pour LR au cas où "Z" ne monterait pas sur le podium. Les cartes seront rebattues entre le premier et le second tour. Patience, nous pourrons avoir bien des surprises !

stephane

On s'en tape des votes de Charoulet. Il pollue le blog à répéter sans arrêt. C'est usant.
Pour faire court nous dirons que c'est un totalitaire... du blog.

Achille

@ Tipaza | 27 octobre 2021 à 09:58
« À ce propos ma voisine m’a dit que Zemmour devrait se méfier, il a trop le physique de Saint Sébastien, il devrait se méfier des flèches de ses ennemis macronistes. »

Il y a un dicton qui dit « protégez-moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge ».

En ce moment, ce sont surtout ses "amis" (au moins sur le plan des idées) du RN qui lui lancent des flèches.
Les macronistes, eux, regardent d’un air amusé le spectacle de la machine à perdre mise en place par la droite radicale qui va assurer la victoire du président sortant.

Ninive

Dans la rubrique des folies journalières en vue de sa réélection :

"Selon Emmanuel Macron, c’est à l’institution militaire de nommer le capitaine Dreyfus général à titre posthume" source Le Monde

Un peu de courage Pinocchio, pourquoi pas Maréchal et transféré aux Invalides tu pourras faire un discours comme d'habitude écrit par des mains anonymes.

Patrice Charoulet

@ Robert Marchenoir 27 oct. 7h48

Vous terminez votre post par ces mots : "Charoulet est un totalitaire". De mieux en mieux ! Avant, je n'étais que "gauchiste". Vous avez bien tort de ne jamais ouvrir un dictionnaire. Hitler, Staline, Mao... totalitaires ? oui. Moi, non.
Qui vote depuis un demi-siècle pour Pompidou, Chirac, Sarkozy et qui va voter pour le candidat LR dans quelques mois, est-il gauchiste ? Le mot n'est pas vraiment approprié. On n'est pas gauchiste parce que l'on n'approuve pas les racistes, vous par exemple.

sylvain

Dernière minute :

Zemmour aurait refusé de recevoir le pape islamogauchiste collabo immigrationniste François, en lui reprochant d'avoir lavé et baisé les pieds des migrants en soumission, c'est pas seulement pour la vue mais surtout pour l’odeur.

Tipaza

@ Achille | 27 octobre 2021 à 08:22
"À défaut de l’Élysée, saint Zemmour pourra toujours prétendre au Royaume des Cieux…" 

À ce propos ma voisine m’a dit que Zemmour devrait se méfier, il a trop le physique de Saint Sébastien, il devrait se méfier des flèches de ses ennemis macronistes.
Êtes-vous au courant qu’un collectif de journalistes macronistes et bien-pensants s’est engagé à ne plus parler de Zemmour, et d’autres journaux à ne plus publier de sondages qui lui sont trop favorables ?
Je vois que vous ne suivez pas la consigne, Ignorer le symptôme pour éviter de traiter la maladie, la France en l’occurrence.

sylvain

@ Momo in the nuages
« Lors de son arrivée à Biarritz un premier miracle a eu lieu. Une dame en fauteuil roulant parmi les personnes manifestant contre sa venue, s'est levée d'un bond ! »

Je confirme ! Même que Zemmour, pas rancunier et en galant homme serait très féministement intervenu sur le chariot de la dame en lui changeant les pneus lacérés et le pare-brise éclaté par les fascistes supporters zemmouriens.

Mais hélas, Zemmour est très vite retombé dans ses travers : il aurait brandi un cric pour soulever le chariot de la dame en surcharge pondérale en tendant le bras pour demander de l'aide, ce qui a été interprété comme un salut nazi !

Troisième faute de goût menaçante signalée par toutes les ligues des schiappas merdiatiques, après le fusil, le couteau à steak au resto, le cric, le salut hitlérien ! Mais c'est qu'il aggrave son cas ce facho réac nazi !

D'autres sont bien contents du geste noble de notre héros national : une bonne pub pour les actions Speedy et Carglass qui enregistrent des bonds spectaculaires à la hausse, merci Zemmour.

Zemmour au (dura) four et au (Jean) moulin, comme d'hab.

Aliocha

On ne doit pas parler de religion, me disent-ils, cédant à la vague mimétique qui s'affole en France et que surfe Zemmour, légitimant tous les comportements limites et désignant à la vindicte l'ennemi unique qui permettrait de fonder une identité, si cette idée fausse n'avait pas été mise à terre depuis deux mille ans par le texte évangélique, et qu'ils font tout pour discréditer, forcément, il met en lumière leur faute morale, celle qui précède la défaite politique, et qui l'entraîne.

Marchenoir voudrait bien détourner le sujet sur l'AUKUS pour mieux ne pas faire face à ses impérities, est-il besoin de lui rappeler ses propos sur la pureté de la race française, alors que le sujet de son racisme est bouclé depuis fort longtemps, et qu'il récidive néanmoins à contribuer à affaiblir le pays pour mieux délasser son obsession coupable et condamnée, qui divise à chaque fois le pays, nous offrant un peu plus à ceux qui déjà ne sont pas loin de nous dévorer.

Remarquer cela me vaudra sûrement des accusations objectives de nettoyeur ethnique, d'inquisiteur pervers, de curé pédophile, de Tartuffe, bref tout l’appareillage d'une propagande menteuse sur une connaissance que je tente, maladroitement sûrement, de partager, et que l'excessive agressivité calomnieuse qu'elle entraîne laisserait donner à penser qu'elle tape au cœur de cible, ce qui est vrai.
L'idole n'est sûrement pas un mec qu'on n'aime pas, mais une entité créée de toute pièce par la violence des hommes pour se légitimer.
Il est temps de s'en passer définitivement.

Achille

@ hameau dans les nuages | 27 octobre 2021 à 00:55

Encore deux ou trois guérisons miraculeuses comme ça et c’est la béatification par le pape François.
À défaut de l’Élysée, saint Zemmour pourra toujours prétendre au Royaume des Cieux…😊

Robert Marchenoir

Bon, là, c'est un festival. Nous sommes dans le futile, mais parfois la corvée s'impose. Commençons par celui qui a un "titre", puisqu'il y accorde tant d'importance.

@ Patrice Charoulet | 26 octobre 2021 à 16:03
"Onfray [...] très gros bosseur [...] bosse chaque jour huit heures."

Pour un fonctionnaire-professeur, un très gros bosseur, c'est un type qui travaille huit heures par jour. Assis à un bureau. En train de lire des livres (et d'en écrire).

Ne cherchez pas plus loin les causes de la mouise dans laquelle nous sommes. Il y a cinq millions de types et plus qui pensent la même chose, et qui occupent des postes bloquants.

"Z rêverait de ne voir dans les rues que des visages pâles. S'il pouvait appuyer sur un bouton pour supprimer tous les Noirs et tous les Maghrébins, il le ferait."

Patrice Charoulet sait ce qu'il y a dans la tête de Zemmour, sans jamais le lui avoir demandé. Il sait ce qu'il ferait s'il pouvait appuyer sur un bouton. Si sa tante en avait, il l'appellerait mon oncle (locution qui sera bientôt incompréhensible aux moins de quarante ans). Peu importe si Zemmour a dit explicitement le contraire.

Au demeurant, on ne sait trop ce que veut dire "supprimer les Noirs". Ambiguïté voulue du calomniateur professionnel.

Nous avons ici la mentalité "anti-raciste" dans toute sa splendeur : c'est une police de la pensée. Non seulement les ennemis à "annuler" sont fliqués en fonction de ce qu'ils disent, mais on les tient responsables de pensées qu'ils n'ont jamais exprimées.

Le représentant local de la cellule du parti communiste connaît les pensées secrètes de Zemmour. Il en est sûr. Si un bouton inexistant et qui ne peut exister existait, alors Zemmour appuierait dessus.

Zemmour est un ennemi du peuple soviétique.

Charoulet est un totalitaire.

@ Aliocha | 26 octobre 2021 à 17:19

"Oui, Marchenoir [...] votre épouvantable racisme [...]
si cela vous amuse de rejoindre les idolâtres inconséquents, vous me trouverez toujours sur votre chemin."

Je suis mort de peur. Les Superman de "l'anti-racisme" moulinent l'air avec leurs petits bras depuis un demi-siècle, et tout ce à quoi ils sont parvenus, c'est à faire exploser le vrai racisme, celui qui viole, torture et massacre dans les rues et les campagnes de France.

"No pasarán !!"

Encore un communiste caché qui se fait des films sur Internet...

A noter la signification du mot idolâtre dans la bouche du professeur Philippulus : mec que j'aime pas.

@ Wilfrid Druais | 26 octobre 2021 à 18:29
"Vous êtes un suppôt(sitoire évidemment...) des Ricains."

Nous dit l'alcoolique de service qui inonde ce blog de ses fulgurantes analyses diplomatiques.

sylvain

Du très grand Zemmour hier à Biarritz, des répliques cinglantes et dévastatrices contre ses malheureux adversaires, une foule immense acquise à sa cause et un petit paquet minable d’islamos fachos gauchistes LGBT hurleurs vociférateurs cantonnés en rang d’oignon loin du maître des lieux.

Allez-y chers gauchos, continuez à vous faire la voix contre cette star qui vous méprise et vous nargue, vos cris sont autant de points gagnés par Zemmour, il a des plumes de canard, vous ne l’aviez pas remarqué ? Vos fientes verbales glissent sur lui et se retournent contre vous.

Le Dieu Zemmour et la fosse septique ambulante des islamos gauchiasses LGBT, un spectacle réjouissant et jouissif.

Que du bonheur !

hameau dans les nuages

@ Achille | 26 octobre 2021 à 21:03

Homme de peu de foi êtes-vous !
Lors de son arrivée à Biarritz un premier miracle a eu lieu. Une dame en fauteuil roulant parmi les personnes manifestant contre sa venue, s'est levée d'un bond !
https://twitter.com/i/status/1453029463076245511

Claude Luçon

"Zemmour-Onfray, même combat ?"

Même combat ? Humm !
En voyant ce que les médias nous racontent des exploits de Zemmour ces jours-ci, il semble prudent de ne pas associer les deux !
Ils n'ont clairement pas la même façon de le conduire !
Au cours des années passées, les deux ont écrit des livres mais on a rarement vu Onfray faire un tour de France pour faire signer les siens et avoir les médias qui jouent les gardes-champêtres tambourinant pour annoncer sa venue ! Pourtant Onfray veut retourner à notre passé campagnard et il apprécierait sans doute l'aide de quelques gardes-champêtres pour vendre ses bouquins !

On peut même, bien que leurs combats soient très différents, avoir vu d'autres écrivains faire de même, de BHL à Philippe Bilger en passant par Alain Duhamel !
Je me contente d'acheter leurs bouquins sur Amazon, qui est mon garde-champêtre personnel !

F68.10

@ Wilfrid Druais
"Encore un qui porte sa foi en bandoulière, Dieu par ci, Dieu par là, et qui finit toujours par voter pour son portefeuille."

Ben ouais. Moi, je suis disponible pour causer avec les religieux. Je n'ai pas de tabous à ce sujet. Encore faut-il qu'ils acceptent de parler un langage qui ne soit pas systématiquement évasif, sinon c'est trop long à dépiauter sur un blog comme ici.

Je n'ai aucun problème à les confronter sur le fond. En réutilisant leur propre théologie contre eux si nécessaire. Eux, si, malheureusement: ils ont un problème à discuter avec les athées et les idolâtres...

Et ce que je constate, c'est qu'il y a un vissage au fond du crâne qui impose toujours et encore de considérer sa religion comme la seule et unique qui doit dominer. La tirade aliochesque sur l'idolâtrie est la pierre de touche de cette obsession qui se maquille sous la dénonciation obsessionnelle de la persécution. Dénonciation à sens unique. Comme toujours.

Si ce n'était qu'une question de croyance, encore, on pourrait discuter. Là, c'est une question de foi aveugle: même pas de croyance. Une foi aveugle qui de surcroît donne des leçons.

Je n'ai pas encore regardé Das Boot. Mais je m'y collerai.

———————————-

@ Aliocha
"Oui, Marchenoir, vous avez toutes ces qualités."

Vous avez accusé Marchenoir de vendre la France à la Chine. Alors que Marchenoir, et moi-même, défendons effectivement l'AUKUS comme ligne de défense face à la Chine.

Je ne vous ai pas entendu prendre position pour une fermeté militaire face à la Chine. Vous devriez suivre l'actualité: la doctrine US sur Taïwan semble changer en ce moment. Nous nous rapprochons du conflit armé d'un pas décidé.

"Interrogé la semaine dernière sur la possibilité d'une intervention militaire américaine pour défendre Taïwan en cas d'attaque de la Chine, le président des États-Unis Joe Biden avait répondu par l'affirmative: "Oui, nous avons un engagement en ce sens", avait-il déclaré. [...] Les propos de Joe Biden ont été mal accueillis à Pékin. Le gouvernement américain avait par la suite pris soin d'assurer que sa politique à l'égard de Taïwan n'avait pas changé." -- Le Figaro, aujourd'hui.

Quel côté soutiendrez-vous ? Celui de la paix, du pacifisme, du désarmement ? Face à la Chine ??

J'attends de vous voir présenter l'autre joue.

"Si cela vous amuse de rejoindre les idolâtres inconséquents, vous me trouverez toujours sur votre chemin. No pasarán !!"

D'accord, Don Quijote. No pasarán contre les idolâtres... Cela réclame le respect pour le monothéisme, et cela insulte 1,4 milliard d'idolâtres hindous dans la foulée. Et cela peste contre les "inconséquents"... Ben mon colon...

Achille

Je me demande si Zemmour aurait osé demander à Latifa Ibn Ziaten , la mère du soldat assassiné par Mohamed Merah, de retirer son voile. Mais il est vrai qu’il ose tout !

Ellen

"Zemmour-Onfray, même combat ?" (PB)

Le premier est de la vraie droite et se fiche de dénoncer la vérité en certains termes, qui lui appartiennent mais que tout le monde comprend, tant tout ce qu'il dénonce est vrai. Avec EZ il n'y a pas de demi-mot, c'est du brut, que ça plaise ou non.

Quant à Michel Onfray il ne se mouille pas trop, préfère répéter constamment "je suis d'accord avec EZ", mais sans plus. Ce n'est jamais agréable de se faire insulter sur les réseaux (anti)sociaux ou d'être menacé par ces fous furieux fanatiques islamistes qui nous pourrissent la vie et nous coûtent un pognon de dingue pris sur nos impôts sans nous demander notre avis.

Début décembre, nous saurons si Zemmour pose sa candidature. D'ici là, il fait monter la température et scrute les sondages avant de préparer la riposte.

Michel Deluré

@ stephane 26/10 07:50

Je pense cependant, mais je me trompe peut-être, que la fiche me concernant, à défaut d'être vierge, ne doit pas être encore très fournie !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS