« Les magistrats vont-ils faire peur à Emmanuel Macron ? | Accueil | L'Histoire et Emmanuel Macron : ni manipulation ni immobilisme... »

08 décembre 2021

Commentaires

Patrice Charoulet

Une personnalité politique, très proche de Christian Jacob dans l'organigramme LR, a bien voulu m'admettre parmi ses amis sur Facebook. Je lui ai adressé sur Messenger les pauvretés que j'ai scribouillées ici le 12 décembre à 13 h 30. Elle vient de me répondre : "Oui, bien sûr." À la bonne heure !

Achille

@ Serge HIREL | 12 décembre 2021 à 11:13

Je suis persuadé que si le débat avait opposé Bruno Le Maire à Éric Ciotti, les échanges se seraient passés sans incident. Certes il y aurait eu quelques passes d’armes un peu chaudes, mais sans insultes. Ceci tout simplement parce qu’Éric Ciotti est un homme politique professionnel qui sait utiliser les bons termes face à un contradicteur, ceci sans s’énerver, alors qu’Éric Zemmour se laisse emporter par son tempérament sanguin qui inévitablement le conduit à l’insulte.
Son pire ennemi est lui-même. Il est très bon comme polémiste, mais il ne maîtrise pas le langage qui convient pour s’exprimer dans un débat politique.
Raison pour laquelle il ne sera jamais président de la République. Et heureusement !

Exilé

@ sbriglia
« Je suis prêt à participer financièrement à quelques sessions de l’Institut de la parole pour ma candidate… »

M'est avis que, si vous tenez absolument à financer une cause perdue, vous devriez plutôt lui proposer une greffe du cœur d'un donneur de droite.
Côté cerveau, ce serait plus délicat, il faudrait recâbler toutes les connexions neuronales gauches et droites qui sont inversées.
De toute manière, cela vous coûterait un pognon de dingue, comme le dirait quelqu'un.

Patrice Charoulet

Quand la simple éventualité d'une candidature Zemmour à la présidentielle est apparue, je m'en suis réjoui, non pas parce que je souhaitais qu'il devienne président, mais parce que je me disais que s'il prenait deux, trois, quatre, cinq points à Mme Le Pen, cette dernière n'irait peut-être pas jusqu'au second tour, et ne deviendrait pas chef de l'Etat.

La situation politique a changé : Zemmour est bien candidat, il n'est plus à deux, trois, quatre points dans les sondages, mais à un score à deux chiffres. Nul ne sait s'il fera douze, treize, quatorze, ou plus au premier tour.
Une des questions capitales qui se pose à lui est : aura-t-il 500 parrainages ? Rien n'est moins sûr. Pour une foule de raisons que l'on devine. Or, s'il n'obtient pas ces parrainages il sera éliminé de la compétition électorale.

Conséquence immédiate : une grande partie de ses électeurs tomberont dans l'escarcelle de Mme Le Pen, leurs thèmes principaux étant voisins. Et, on le devine, le score de Mme Le Pen grandira au point de la conduire au second tour.

Si dans quelques mois, des informations sérieuses montrent que Zemmour ne parvient pas à 500 parrainages, la direction de LR a tout intérêt à les lui fournir. La présence effective de Mme Le Pen ET de M. Zemmour au premier tour (les deux s'annulant et s'affaiblissant) est la condition sine qua non pour que Valérie Pécresse aille au second tour.
La direction LR a, je n'en doute pas, déjà fait les mêmes calculs que moi.

Giuseppe

Si c'est ce que l'on appelle bien gérer, alors là je peux vous affirmer que dans le privé c'est la porte grande ouverte et les indemnités de licenciement seulement en rêve :

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/un-rapport-de-la-chambre-regionale-des-comptes-pointe-la-gestion-de-la-region-ile-de-france-20200228

Serge HIREL

@ Achille 11 décembre 2021 à 20:21
« Il est clair que si son attitude avait été plus courtoise envers son adversaire [Le Maire], il [Zemmour] aurait été traité avec les égards que doit tout animateur d'émission à ses invités. »

BEN VOYONS ! S’il est maltraité, c’est de sa faute ! Et depuis quand dire à un âne qu’il fait l’âne lorsqu’il donne des coups de pied est une injure ? Le Maire était venu là pour en découdre. Il est reparti un peu meurtri... Et alors ? Il l’a cherché.

Quant aux deux animateurs, particulièrement inconvenants, l’un, Guimier, est reparti dans l’anonymat d’où il venait et l’autre, Salamé, ne parvient pas à digérer la dizaine de « Ma chère » que son ancien confrère lui a adressée, tel un maître qui tance un élève médiocre...

-----------------------------------------------------

@ caroff / 11 décembre 2021 à 19:17
« Encore faudrait-il trouver suffisamment de journalistes non encartés dans le wokisme et la bien-pensance, tâche ô combien ardue ! »

Pas tout à fait d’accord avec vous... Outre trois ou quatre à Paris, il reste encore en province bon nombre de rédactions de la presse écrite où l’on a des idées saines, où l’on respecte le lecteur. Mais le cancer progresse... avec pour principal vecteur la lecture du Monde.

Giuseppe

La vie est injuste, le sport est injuste, aparté rapide :

Mbappé (même pas Ballon d'or) perçoit chaque mois 4 fois le salaire annuel de Dupont, élu par ses pairs meilleur joueur du monde.

Giuseppe

Pour Z je propose deux chemins essentiels car au fond Pécresse s'écroulera, trop élastique, Macron va bientôt la canibaliser, il a déjà commencé en empilant ses rendez-vous, il est jeune, il dort très peu, il a la rouerie, et il a pratiqué le théâtre :

Prendre vite un musicien à ses côtés, Z doit maîtriser le rythme de la parole, si l'orchestre joue trop vite, il ne doit pas s'emballer avec lui, il doit garder son métronome à lui dans la tête.
Ensuite il doit respirer, très important la respiration, en fait il faut savoir se servir du soufflet comme celui du concertiste avec bayan, très important le bayan et le rythme du soufflet pour la respiration:

https://youtu.be/gdqybdfwN1g

Pour la technique son équipe doit impérativement prendre rendez-vous avec le patron du Stade toulousain, pour qu'il lui cède son entraîneur - quelques vacations -, Z s'est fait bousculer devant les interruptions voulues et incessantes du doctoral Bruno Le Maire qu'il était facile de contrer, tant sa suffisance professorale était un gouffre pour y entrer.

Le profil de BLM était celui que nous préférions, avec eux nous faisions les meilleures marges financières. Avoir toujours en tête la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf, c'est toujours actuel, l'âme humaine a besoin d'être flattée et de reconnaissance.
Être un peu cruel n'est pas dans les 7 péchés capitaux.

J'inviterais ses équipes à revoir J6M dans les mêmes conditions, un cas d'école, impérial tant en attaque qu'en défense, un très grand musicien, Jean-Marie Messier moi-même maître du monde... de l'oral.

https://www.lefigaro.fr/sports/rugby/coupe-d-europe/champions-cup-le-recital-d-antoine-dupont-a-cardiff-en-video-20211211

Pour finir, je suis un très mauvais orateur, mais un excellent praticien de la rouerie des affaires, c'était ma qualité, pourtant j'avais des défauts, je compensais pour le plus grand bien de mes résultats.

Je suis comme GWG, j'aime défendre les faibles - c'est une image -, il a bien détecté les défauts de Z, je suis aussi comme Evelyn Beatrice Hall, qui l’a écrit dans un livre, The Friends of Voltaire (1906), “I disapprove of what you say, but I will defend to the death your right to say it”.

Z, piqué au vif, s'est un peu trop précipité, il avait le temps de mettre des sous dans sa balance de paiements quand il exposait ses calculs pas très clairs pour compenser les dépenses, mal étudié ou alors il a eu un trou, déstabilisé peut-être.

Il a été très bon à un seul moment, quand il a rappelé le déficit abyssal de la dette et du commerce extérieur face à l'Allemagne, il aurait dû appuyer son ruck et en plus marcher sur le dos de Salamé, elle jouait hors-jeu.

Il prenait l'ascendant là, il fallait qu'il insiste "faire de la mayonnaise" comme nous disions, mais rester sur ce sujet et ignorer les questions et les interruptions, éclater ce moment, quand les règles ne sont pas respectées, ressemeler un adversaire est nécessaire, viril à la limite de la correction, les ecchymoses morales ou physiques font partie du jeu.

Personne ne lui aurait reproché quoi que ce soit s'il lui avait mis un coup de tatane à propos de la hargne qu'elle mettait à son encontre, quand on connaissait l'affection politique de son mari.
Elle n'était là que pour le détester et donc lui de le mettre en lumière et d'insister, tout le reste est littérature.

Z avait deux ballons à jouer comme Antoine Dupont ci-avant, il les a pris mais la finition manquait.
L'essai entre les perches qui fait tout oublier sauf celui qui fait gagner.

Mes conseils sont gratuits et libres de tous droits.

Tipaza

@ sbriglia | 11 décembre 2021 à 19:24

Je ne crois pas que des cours d'expression orale puisse apporter une grande amélioration aux prestations de Valérie Pécresse. À ce niveau il faudrait reformater tout son mental, et en si peu de temps ça paraît impossible.

Elle n'est pas une dame de coeur, et pas complètement une femme de tête, c'est une technocrate, qui semble parfaitement compétente dans le domaine de la gestion, si on en juge par ses résultats en Île-de-France.

Nous avons connu une femme de tête qui savait s'exprimer avec la froideur et la détermination de ses qualités, c'est Marie-France Garaud, qui n'était pas techno, mais une pure politique. Un animus hypertrophié tendu vers un seul objectif, le pouvoir.

C'est peut-être ça qui manque à VP, d'être une pure politique. Il n'y a chez elle aucune hypertrophie, ni de l'animus, ni de l'anima, seulement une parfaite technicité, et dans les circonstances présentes ça paraît un peu juste.
Et pourtant ce dont nous aurions besoin, c'est d'une pasionaria. Pour le passionné, nous l'avons c'est Zemmour, mon candidat, je le dis pour permettre à Patrice de mettre ses fiches à jour avant de les envoyer à la Kommandantur.

De bons gestionnaires, ça traîne dans les couloirs de Bercy, quoi qu'on puisse en penser, mais de vrais politiques à la Thatcher comme elle voudrait l'être, c'est infiniment plus rare.
Quant à être Merkel, la France n'est pas le pays de compromis dans lequel ce genre de personnalité peut s'épanouir et être efficace.
Qu'elle mette simplement un peu plus d'émotion dans ce qu'elle dit, qu'elle fasse semblant d'y croire du fond du coeur.

Le coeur il n'y a que ça de vrai, dans une campagne électorale, la raison vient après, bien après, quand le principe de réalité s'impose et que le coeur renonce. En général, c'est la fin de la lune de miel, aussi appelée état de grâce, pour passer au divorce consacré par les sondages et des élections intermédiaires défavorables.

Achille

@ Serge HIREL | 11 décembre 2021 à 16:40
« Personne n’a à gagner à la poursuite de ces mascarades. Ni le citoyen qui est manipulé, ni le média qui se décrédibilise, ni le journaliste professionnel respectueux des valeurs de son métier… »

En parlant de "journaliste professionnel respectueux de son métier" il serait bon que CNews donne l’exemple.
J’en veux pour preuve les mises en demeure du CSA à l’encontre de CNews pour avoir largement relégué le gouvernement et la France Insoumise à des heures d’audience très faible, pendant les programmes de nuit. Ceci n'est pas très respectueux du respect du temps de parole.

Quant à Zemmour, vous semblez oublier les insultes qu’il a adressées à Bruno Le Maire lors du débat. Il est clair que si son attitude avait été plus courtoise envers son adversaire, il aurait été traité avec les égards que doit tout animateur d'émission à ses invités.
À se comporter comme un diablotin agité, Zemmour a reçu la monnaie de sa pièce. Maintenant qu'il se lance dans la politique, il est grand temps qu'il abandonne son ton de polémiste. C'est un autre métier !

sbriglia

Je suis prêt à participer financièrement à quelques sessions de l’Institut de la parole pour ma candidate… Quelle déplorable oratrice, elle tord le cou à l’éloquence, elle ne sait pas se servir de ses bras, gestuelle désuète…
Bref, mes conduits auditifs, certes obsolescents, sont mis à rude épreuve !
Philippe, de grâce, proposez-vous !

caroff

@ Serge HIREL 16h40
"Nous avons tous, sinon des convictions bien établies, du moins des jugements éclairés, et pouvons, sans trop mal dormir, supporter leurs attitudes sans nuance, dues à une foi de charbonnier."

Oui les affirmations des uns et des autres commises dans l'espace qui nous est prêté par Philippe Bilger ne prêtent à aucune conséquence: Claude Luçon et Achille ne sont pas, eux, payés par la redevance de l'audiovisuel et ne sont donc pas soumis à une certaine neutralité ou à un minimum de professionnalisme !

"La seule solution envisageable est que, lors d’un direct de cet acabit, l’invité quitte le plateau... avec des mots simples, néanmoins percutants : « Je ne suis pas votre accusé, je suis votre invité... ». Quelle mine aurait fait Bouleau si Zemmour avait agi ainsi ? "

Je me souviens de la sortie de plateau de Maurice Clavel en décembre 1971 lorsque dans l'émission "À armes égales" il se rendit compte que son film avait été censuré (en fait un mot avait été supprimé..). "Messieurs les censeurs bonsoir" asséna-t-il aux animateurs stupéfaits.
Après quoi, Giscard une fois élu, cassa le monopole de l'ORTF.

De façon un peu ironique nous en sommes là aujourd'hui: si en effet un candidat d'envergure (je ne parle pas de Jadot ou de Poutou) quittait une émission sur un clash retentissant, peut-être, en réaction, certain(e) arrivé(e) au pouvoir, pourrait être conduit à réformer le service public de l'audiovisuel de façon que l'expression des contraires puisse s'instaurer.
Encore faudrait-il trouver suffisamment de journalistes non encartés dans le wokisme et la bien-pensance, tâche ô combien ardue !

Sans aller jusqu'à ces extrémités, il faudra faire le bilan des manquements à la déontologie (Salamé, Ruquier, et toute une tripotée de parasites accrochés au rocher de France Télévisions, pas de noms !!) et revoir en profondeur le traitement de l'information.

En tout cas supprimer le CSA fortement instrumentalisé par les pouvoirs successifs, donc inefficace et inutile !

Serge HIREL

@ caroff 10 décembre 2021 à 14 :36

Que, sur ce blog, Claude Luçon et Achille nous amusent, nous énervent, nous serinent ou nous plaisent avec leurs élucubrations sur Zemmour et leurs génuflexions, l’un devant Pécresse, l’autre devant Macron, qu’à l’autre bout de l’échiquier, sylvain nous plaise ou nous agace avec ses tirades sans fin sur les islamogauchistes et autres personnages infréquentables, cela a peu de conséquences. Nous avons tous, sinon des convictions bien établies, du moins des jugements éclairés, et pouvons, sans trop mal dormir, supporter leurs attitudes sans nuance, dues à une foi de charbonnier.

Il en va tout autrement quand, sous couvert de carte de presse, de mêmes chantres, totalement asservis à leurs opinions, sévissent sur une grande chaîne de télévision, de plus de service public, devant des millions de téléspectateurs, dont beaucoup, peu politisés, souhaitent d’abord découvrir le candidat invité, sa personnalité et son programme.

Le format de l’émission Elysée 2022 s’y prête... à condition que les journalistes qui l’animent fassent leur métier de médiateur et ne le confondent pas avec celui de commissaire politique au service d’une cause, béni-oui-oui ou roquet selon qu’elle est ou non défendue par leur invité.

Après leur prestation de jeudi soir, hargneuse, sournoise, arrogante, il n’est plus possible que la procureure Salamé et son substitut Guimier puissent traîner dans leur prétoire un autre candidat - ou une autre candidate - à la Présidence de la République. Il en va de la qualité de la campagne électorale, donc du vote final.

Pardon... C’est injurier notre hôte de les qualifier ainsi, lui qui a donné tant d’heures aux assassins et aux victimes pour les écouter avant de requérir en son âme et conscience, sans les avoir préjugés. Tout juste deux Saint-Just au petit pied...
Les éloigner de ces débats... plus vite dit que fait. Le CSA, arbitre des élégances en temps électoral, est contraint par son cahier des charges de ne s’immiscer dans les contenus que s’il constate des manquements à la loi. Ce qui n’est pas le cas. Et Delphine Ernotte, la patronne, l’est bien peu dès qu’il s’agit de ses rédactions, promptes pour la moindre remontrance à hurler contre cette « inadmissible atteinte à la liberté de presse ».

Quant à modifier le code électoral pour y introduire une règle de bonne conduite s’imposant aux animateurs de ce type d’émissions, mieux vaut ne pas même en évoquer l’idée... Cette fois, il serait question de « dictature »... Il nous faudra donc, jusqu’aux scrutins du printemps, supporter cette chienlit qui nuit au débat démocratique, à sa sérénité, à son sérieux.

Malheureusement, nous ne sommes pas Allemands... Eux viennent de montrer qu’il est possible d’opposer des idées sans en arriver au pugilat audiovisuel. Chez nous, il n’est même pas question de sortir un carton rouge en cas d’agression, y compris celles fomentées par les arbitres...
Le pire est que cette gangrène qui ronge le service public depuis une bonne dizaine d’années gagne du terrain dans les télés et les radios privées. L’attitude pernicieuse de Bouleau vis-à-vis du candidat Zemmour au soir de son annonce est un signal qu’il ne faut pas négliger, d’autant que les dirigeants du groupe TF1 n’ont donné aucun signe d’agacement.
De tels écarts - lauriers ou outrages - vont se reproduire, suscités tout autant par une conviction personnelle qui n’a pas lieu d’être sur une antenne que par une sorte de compétition du « meilleur flingueur » ou, plus rarement, de la « meilleure carpette » à laquelle se sont inscrits la quinzaine de journalistes militants parisiens - dans le sens nauséabond du terme - qui font la pluie et le beau temps dans les studios et sur les plateaux TV.

Le sourire narquois de Salamé au moment de congédier sa proie s’adressait à ces confrères et consoeurs-là : « L’ai-je bien descendu ? », disait-il... L’ai-je bien descendu... le Zemmour...

Personne n’a à gagner à la poursuite de ces mascarades. Ni le citoyen qui est manipulé, ni le média qui se décrédibilise, ni le journaliste professionnel respectueux des valeurs de son métier, qui, par ricochet, sera conspué, ni la démocratie ainsi bafouée sans possible riposte, ni le candidat qui subit sans broncher ou s’énerve.

La seule solution envisageable est que, lors d’un direct de cet acabit, l’invité quitte le plateau... avec des mots simples, néanmoins percutants : « Je ne suis pas votre accusé, je suis votre invité... ». Quelle mine aurait fait Bouleau si Zemmour avait agi ainsi ? Il est temps que cette faune de cuistres qui déshonorent leur carte de presse soit remise à sa place : ni micro, ni caméra... Le néant.

Ninive

@ Achille | 09 décembre 2021 à 14:09

Comment nommer les gens qui sont toujours du côté de ceux qui détiennent le pouvoir ?
Zemmour président vous n'aurez qu'un pas à faire.

Ninive

@ Metsys | 09 décembre 2021 à 19:57

Merci encore une fois !
Comment pouvons-nous encore supporter les fruits pourris de l'ENA conjugués à ceux de la franc-maçonnerie. Leurs représentants sont ignobles et devraient croupir dans des camps de rééducation mentale... tous leurs biens ayant été préalablement confisqués au profit de la nation qu'ils ont bafouée.

Tipaza

@ Achille | 11 décembre 2021 à 07:49

Il va falloir faire le tri des news et des fake news de Mediapart avec la même rigueur que les bien-pensants le font pour chaque propos et proposition de Zemmour.

Après la main de Moscou qui aurait fait élire Trump, voici la main de Pékin qui aurait (toujours au conditionnel) fait élire Valérie Pécresse.

Si c'est vrai, ça me va. La vieille civilisation chinoise qui apporte son soutien à la nôtre, pour lutter contre la civilisation du désert.
Le temps presse, il va falloir choisir ses alliés avant qu'il ne soit trop tard.

C'est peut-être pour ça que Macron se hâte d'ouvrir avec 15 ans d'avance les archives classifiées, pour le coup on pourra soupçonner la main d'Alger si par malheur il est réélu.

Achille

« Valérie Pécresse trop vite, trop tôt ? »

Trop vite, trop tôt certes, mais surtout inattendue, vu que les instituts de sondage et les plus fins analystes politiques n’attendaient pas VP à cette place.
Je redoutais quelques tricheries au cours de cette primaire, un peu du genre de celles qui avaient eu lieu en novembre 2012 lors de l’élection du président de l’UMP qui opposait Jean-François Copé à François Fillon.
Eh bien il semblerait que cela a été aussi le cas pour ladite primaire LR.
Mediapart affirme que plusieurs centaines d'électeurs de Valérie Pécresse ont été amenés par un rabatteur de la communauté franco-asiatique, qui a aussi mobilisé des étrangers.

Bon le résultat est plutôt positif vu que VP a bondi dans les sondages et se place désormais comme la principale rivale d’Emmanuel Macron, ce qui n’aurait pas forcément été le cas avec Michel Barnier, le lésé de l’histoire qui n’était qu’à 1209 voix derrière elle.
Mais enfin, ça fait un peu désordre.
Attendons de voir ce qu’en pense le Canard enchaîné qui, curieusement, n’a pas réagi, alors qu’il est toujours en pointe dès qu’il s’agit de débusquer les coups foireux de ce genre.

Achille

@ Tipaza | 10 décembre 2021 à 10:29
« Mais si le débat d'idées vous passionne, alors on peut dire que BLM a montré son vrai visage, haineux au propre, il suffisait de le vouloir chaque fois que le réalisateur le cadrait serré, et au figuré. »

Personnellement je n’ai pas remarqué que Bruno Le Maire avait un visage haineux. Je l’ai trouvé, au contraire, d’un calme olympien face aux agressions verbales d’Éric Zemmour qui l’a insulté à plusieurs reprises. BLM a su le renvoyer dans ses cordes sans utiliser le vocabulaire ordurier de celui-ci.
C'est ce qui distingue un homme bien élevé d'un simple polémiste.

Vous qui aimez vous attarder sur les petits détails, vous aurez sans doute remarqué qu’EZ portait des lunettes, ceci depuis son meeting de Villepinte.
Soit sa vue a subitement baissé, mais en principe ce genre de déboire intervient bien avant 63 ans.
Soit c’est sa jeune directrice de campagne qui lui a conseillé d’en porter.
Il est vrai que ses lunettes à la John Lennon lui apportent le petit côté intello qui lui faisait défaut. Et dans une élection présidentielle le moindre détail compte.
On sentait bien qu’il n’avait pas l’habitude de porter ce genre d’accessoire car il n’a cessé tout au long du débat de les rajuster, en particulier lorsqu’il s’énervait.
Bon je me moque encore de Zemmour. Ce n'est pas gentil, je le reconnais ! : )

caroff

@ Tipaza 23h27
"Détestable débat entre Éric Zemmour et Bruno Le Maire.
Harcèlement continu des journalistes et de BLM pour empêcher Zemmour de parler. Il n'est pas arrivé à finir une seule phrase."

Une mention spéciale à Léa Salamé que la déontologie n'étouffe pas: une partialité affichée et une absence de clairvoyance de sa part (et de celle de son employeur): comment peut-elle arbitrer des émissions politiques alors qu'elle est la concubine de Raphaël Glucksmann dont le sinueux parcours s'inscrit dans une gauche libérale, macrono-compatible ?
Le résultat hier soir fut désastreux puisque tout occupée à couper la parole à Zemmour dès qu'il mettait en difficulté BLM, elle en a oublié de faire son métier !
Mais qu'attendre d'autre de cette arrogante bourrique ?

L'autre fait marquant aura été de voir le ministre de l'Economie commettre des bourdes (par exemple le tarif ARENH qui oblige EDF à vendre une électricité moins chère à ses concurrents n'a rien à voir avec le tarif régulé) et remettre maladroitement sur le tapis la question Pétain, sorte de chiffon rouge pour les gens qui ignorent l'Histoire.

Finalement la présence de Samia Ghali, fière de descendre d'une famille de fellaghas, fut presque un cadeau pour Z. Plus apte à vendre des poissons sur le Vieux-Port qu'à débattre avec le candidat, elle lui a permis de la pulvériser !

Ce qui est désolant c'est que cette émission du service public dont on pourrait attendre qu'elle mette en avant les projets afin de les discuter n'est qu'une machine de propagande insupportable qui contribue à saper le débat démocratique. Je pense que Salamé a eu droit à une haie d'honneur à France Inter et un gentil SMS de l'Elysée ?

Savonarole

@ Giuseppe du 9 décembre à 13:58
"Je me permets d'emprunter vos lignes et de les diffuser à mon député, il a commencé à l'UDI, Bayrou, Juppé, Fillon et pour finir Macron. Un essuie-glace toute sa vie, même par temps de soleil il les actionne."

Dans cette liste interminable des prétendants au trône élyséen, souvenez-vous, il y avait également Michel Jobert, Michel Rocard, François Bayrou, l'inénarrable Jean-Louis Borloo, qui voulait électrifier l’Afrique, et en cela digne successeur de Ferdinand Lop, mon maître à penser, malheureux candidat loufoque qui voulait « l’extinction du paupérisme après 22 heures » et la prolongation du boulevard Saint-Michel de Paris jusqu’à Brest, ainsi que le versement d’une pension de réversion à la veuve du soldat inconnu de la place de l’Etoile, sans oublier Jean Lecanuet, « le Kennedy français », maire de Rouen.
Hélas, ils sont tous morts, ou presque. Qu’est-ce qu’on se marrait alors.

Aujourd’hui, ils sont tous tristes et pontifient, seul Philippe Bilger détecte encore de nos jours un génie de la tchatche chez Mélenchon ou Montebourg, ah, quel verbe ! Comment qu’ils causent bien !
Piètre consolation d’un monde qui fuit.

Giuseppe

Jordan Bardella s'essuie les crampons avec application sur le dos de Pécresse :

"De signataire d’une tribune anti-française avec Rokhaya Diallo et Christiane Taubira à la ligne Wauquiez, en passant par un soutien à Macron en 2017. Le tout après avoir liquidé 12 500 postes de policiers comme ministre du Budget. Où est la sincérité de Valérie Pécresse ?"

Habillée pour l'hiver elle pourra enfin postuler à ce qui lui ressemble le plus après son élasticité politique, et son vrai talent de contorsionniste... La misère au bout du chemin et le mensonge droit dans les yeux. Comme dans Faust, bonne à pactiser avec qui la portera au pinacle, elle est des nôtres avec les pires de tous ces politiques qui vendraient leur âme pour un écu:

https://www.closermag.fr/politique/mission-arctique-segolene-royal-en-pleine-expedition-au-pole-nord-photos-657135

Ils n'ont rien à fiche du citoyen, ils passent leur temps à vivre de la politique, à nous amuser, surtout être réélus, pour le reste nos vies n'ont aucune valeur, Mitterrand avait bien raison, après lui il n'existera plus que des comptables:

https://i.goopics.net/5jnfvd.png

Avec Pécresse cinq années de reniements de plus, au fond Macron est plus présentable, en plus il est jeune et cela plaît beaucoup dans les maisons de retraite car il fait rêver tous ceux qui revisitent leur tendres années, et sont prêts à tout lui pardonner même les côtés les plus déjantés, eux aussi étaient comme lui, ils s'en souviennent.

Achille

@ F68.10 | 10 décembre 2021 à 01:42
« Débat introuvable sur le net. Je peux me gaver de débats indiens hilarants et gratos. M'en enfiler facilement quatre ou cinq par jour, cinq jours sur sept, en direct. Mais les débats français, ils ne sont pas disponibles sur le net. »

Comment ça le débat est introuvable sur le net ! Étonnant de votre part, vous qui savez pourtant mieux que personne trouver les informations sur le net pour étayer vos (longs) développements.

Ci-joint ledit débat Éric Zemmour – Bruno Le Maire .

Bonne lecture !

Ellen

Xavier Bertrand a fait un rêve et a parlé à haute voix :
"Au deuxième tour de la présidentielle, ça se jouera entre qui ? Ben, entre moi et M. Macron, et je suis le seul à pouvoir le battre".

BEN VOYONS !!

XB a oublié qu'avant il faut passer par la case "Congrès" avant de vouloir rentrer en compétition avec EM.

Bravo à Valérie Pécresse, élue par le congrès première lauréate face à Macron, peut-être première dame présidente de la France, suivie par Eric Ciotti, pour resserrer la vis sur l'immigration clandestine.

NON MAIS !!

Giuseppe

La lecture des papiers ce matin relève le caractère haineux et insupportable de celle qui vit aux côtés d'un député progressiste, Léa Salamé et le caractère non moins doucereux de son acolyte.

Le Maire a lui pour sa part utilisé la technique d'interrompre et d'enfiler en suivant une phrase comme s'il était seul, juste pour déstabiliser et faire perdre le fil.

Alors si Z lit ce blog, je lui rappellerai ce que disait un chef d'orchestre de ma connaissance à un instrumentiste: "tu joues trop vite !"
Z a le défaut de ses qualités il veut répondre à tout, trop vite, il doit apprendre à poser son jeu, comme au rugby, savoir taper loin pour regrouper les troupes.

Il aurait dû sentir le rythme qui était imposé, d'emblée, au métronome de l'esprit, les deux journalistes voulaient le faire exploser.
Pour l'une c'était des questions à répétition, là plus que jamais, sans attendre la réponse, pour l'autre laisser courir jusqu'à attendre que Le Maire coupe la parole... C'était bien joué, mais scélérat, la règle du jeu de deux journalistes qui voulaient l'enfoncer. Et là Z aurait dû leur dire le "taisez-vous !" bien connu, il était tétanisé de se donner mauvaise image alors qu'il aurait dû les "insulter" avec à-propos, le ton cassant qui fait rentrer à la niche.

Pécresse ne se fera pas voler son débat, cela j'en suis sûr.
Zemmour doit travailler Bach, il sentira dès les premières notes qui il a en face. Il doit apprendre à jouer debout, cacher le ballon et de temps à autre mettre mettre un tampon bien appuyé.

https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/tv/l%C3%A9a-salam%C3%A9-jug%C3%A9e-insupportable-et-haineuse-face-%C3%A0-eric-zemmour-sur-france-2/ar-AARFhzs?ocid=msedgdhp&pc=U531

Le papier du Monde ce matin était factuel, neutre du moins pour ce que j'ai lu, il ne faut pas non plus insulter l'avenir.

Tipaza

@ Achille | 10 décembre 2021 à 09:04

Zemmour n'a été ni bon, ni mauvais, il a été inaudible parce qu'on ne le laissait pas parler.
Il n'a pu terminer aucune de ses phrases, BLM était venu avec la ferme intention, non pas de débattre mais de l'empêcher de développer ses idées et son projet.
Les journalistes n'ont pas fait le travail de modération qui devrait être le leur.

Ce débat était pénible et inintéressant, c'est un euphémisme, parce que Zemmour était le seul à vouloir qu'il soit un débat, les autres voulaient en faire un réquisitoire à charge.

Si l'écume des vagues de la marée noire politique vous intéresse, vous et d'autres, je comprends que vous considériez Zemmour comme largement battu.
Mais si le débat d'idées vous passionne, alors on peut dire que BLM a montré son vrai visage, haineux au propre, il suffisait de le vouloir chaque fois que le réalisateur le cadrait serré, et au figuré.

Quant à Léa Salamé, avec ses yeux globuleux et ses dents à "décroisser la lune"(*), je ne la supporte plus depuis longtemps.
Une seule satisfaction, lorsque Zemmour s'est adressée à elle en lui disant "mais ma chère...", la remettant à sa place de nullité obligée, elle en a blêmi de rage.

(*) L'expression n'est pas de moi, elle est trop belle, elle est de l'inoubliable Jacques Brel, dans la sublime chanson "Amsterdam". Je me demande pourquoi je dis sublime, toutes les chansons de Brel sont sublimes. Un des plus grands poètes du XXe siècle.

Ninive

@ Aliocha | 10 décembre 2021 à 08:46

Je me demande comment ce fou peut être diffusé sur les ondes pures de "Justice au singulier". Mais ne sommes-nous pas tous des fous ici même ?

Exilé

Ainsi, nous découvrons avec un certain amusement que madame Pécresse afficherait des convictions de droite.

Il faudra alors qu'elle nous explique par exemple pourquoi elle subventionne le même genre d'organisations contestables voire louches que madame Hidalgo collectionne dans sa chambre des horreurs de la place de Grève...

Achille

@ Tipaza | 09 décembre 2021 à 23:27

Et voilà, après TF1 et Gilles Bouleau "qui n’a pas fit son boulot" c’est au tour de France 2 de harceler Éric Zemmour. Les gens sont méchants quand même !
Après nous avoir joué les Neymar et ses 9 jours d’ITT suite à sa luxation du poignet, voilà qu’il nous joue les Calimero.
Zemmour est décidément plein de ressources.
Et voilà maintenant qu’il essaie de draguer les sympathisants de Ciotti pour l’aider dans son désir de "Reconquête". Il ose tout !

Hier il a voulu faire le mariole face à Bruno Le Maire, en sortant, comme à son habitude, des chiffres venus de nulle part et comme il fallait s’y attendre, il s’est fait ramasser.
Les commentaires ne sont manifestement pas en sa faveur ce matin sur les réseaux sociaux, sauf peut-être sur CNews, bien sûr ! :)

Aliocha

Voilà qui va donner au taureau furieux la preuve qu'il attendait sur mes curieuses origines de chameau chevauchant les tapis volants dans la tempête duvent contraire, et justifier la sauterelle au nom de maladie à réclamer ma salutaire exclusion, démontrant s'il en était encore besoin, qu'il n'y a que barbares au salon Verdurin, qui rime comme chacun sait, avec reptilien.

Aliocha

Donc, si j'ai bien compris la mythologie animalière, la guéparde en s'approchant du pouvoir devient mâle, confirmant que le désir ôte toute particularité sexuelle dans l'indifférenciation du conflit, et Axelle, montant aux extrêmes, se révèlera Axel, terrassant le dragon qui lui, enfonce sa tête d'autruche au terrier du lapin.
Ne vous braquez pas, chère vaillante Mary, l'ironie est une manière de larguer les amarres des conflits, dotant l'étalon des ailes de Pégase qui rejoint, au loin bien loin des invectives, la buse qui relie Ali aux chats.

sbriglia @Tipaza

@ Tipaza

Analyse que je fais mienne… pitoyables journalistes interrompant chaque fois EZ quand celui-ci leur mettait le nez dans leur bouse.
Courageux le petit bonhomme !
Mais ils l’auront, in fine…
Pour le bonheur de Pécresse…
Ah, les c…!

Bill Noir

Cher Patrice (9 décembre 11h10)

Vous, si respectueux et mesuré, qui m'avez tant de fois vanté Facebook au point de me lasser, voici que vous déchantez ! Je vous avais bien dit que c'était un drôle de lieu…
Maintenant que vous vous êtes vanté de votre mésaventure vous vous devez d'en dire plus… décrire l'objet délictueux… qu'on juge de la gravité du préjudice subi par un Bilgérien.
Je vous embrasse vieux camarade...

Ce matin, au réveil, je découvre votre commentaire de 17h35 où vous traitez de belle manière la prestation du petit juif lors de la fameuse « Convention de la Droite ». On l'avait oubliée celle-là… et pour cause, il y avait été si mauvais, à croire que ce type était franchement nul… et l'on s'était tu.

Et pourtant, c'était tellement évident... ce machin avait une coloration FNRN si forte que n'importe quel honnête homme ne pouvait qu'être mal à l'aise, a fortiori s'il appartenait à une ethnie vouée au sacrifice.
Il a donc saboté sa prestation, cachant mal le dégoût que lui inspirait cet auditoire.

[Je n'ai pas compris grand-chose à votre histoire de prompteur… c'est quoi ce machin… vous savez Patrice, il y a des gens qui pensent en parlant… un pédagogue averti comme vous le sait bien.]

-------------------------

SURTOUT est un adverbe… donc invariable… il ne sera pas attaqué par l'armée des grammairiens Woke. Un mot fort, dominateur, « surclasseur », emphatique, ajoutant une touche écrasante dans le plus et le moins… une connotation malaisée à manipuler… même quand il s'agit « d'écraser » et dont l'emploi est alors déshonorant.

Ainsi est-il agréable d'entendre d'un quidam : « J'aime ceci, cela, ET SURTOUT la France » autant qu'il est abject de dire d'une personne, à la ville et au monde : « SURTOUT PAS celui-là »… même s'il s'agit d'un petit juif !

-----------------------

« La France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie ! »

Mais elle serait plus riche !
Et puis ! Les colonies hein… vous voyez ce que je veux dire… ça eut rapporté gros… mais çapaypu !

---------------------------

MACRON / ZEMMOUR
Une gifle… Un poignet

--------------------------

@ Axelle D 9 décembre 10h41

Mille excuses… j'avais rien compris… pour moi je suis déjà dans l'Ultime : le second tour. Mais pour le premier votre trio est sublime, jubilatoire : reste que le lièvre n'est peut-être pas plus rapide que la guéparde mais il est d'Europe… mieux… de l'Espace Civilisationnel Européen !
Si je me suis encore mépris n'hésitez pas à me corriger.
Bien à vous

----------------------------

J'ai oublié qu'il y avait hier soir une confrontation avec Le Maire, l'ex-LR qui avait savonné fermement la planche « à » Fillon avant de devenir le sous-fifre à Président Macron.
Je ne regrette pas cet oubli… je sais que nos camarades vont me renseigner… je leur fais confiance !

Lodi

@ Patrice Charoulet
"Un bon orateur avec prompteur n'est pas un bon orateur."

On est bon quand on sait user des outils de son époque pour remplir une tâche. Il fallait autrefois une voix qui porte pour parler, à présent, manier un micro suffit.

L'être humain est l'animal qui se sert d'un outil pour se servir d'un autre outil, un être technique.
Il me semble que vous feriez mieux de critiquer celles de ses idées qui méritent de l'être. Ainsi, sortir du commandement intégré de l'OTAN fera sans doute jouir ceux qui éprouvent plus de vanité nationale que de capacité à se projeter dans le temps et dans l'espace par la pensée pour ce qui concerne la protection de notre pays. Ce serait aussi opportun que quand la Chine a détruit sa flotte, et que désarmée du côté de la mer, elle a dû se soumettre aux barbares d'Occident.

F68.10

@ Tipaza
"Détestable débat entre Éric Zemmour et Bruno Le Maire."

Débat introuvable sur le net. Je peux me gaver de débats indiens hilarants et gratos. M'en enfiler facilement quatre ou cinq par jour, cinq jours sur sept, en direct. Mais les débats français, ils ne sont pas disponibles sur le net.

Degré zéro de la politique. Pratique lamentable du protectionisme en matière de droit à l'image qui n'a plus sa place dans l'ère moderne.

"Harcèlement continu des journalistes et de BLM pour empêcher Zemmour de parler. Il n'est pas arrivé à finir une seule phrase."

Je vous avoue que cela ne m'étonnerait pas du tout. Comme quoi je ne regrette nullement de ne pas avoir accès à ce débat.

"J'ai abandonné, c'était peut-être le but poursuivi, écoeurer les spectateurs."

Ils n'ont qu'à organiser les débats ailleurs. Je suis persuadé que nombre de gens ne demanderaient que cela, que de pouvoir faire débattre Zemmour et Le Maire avec un modérateur qui sache interrompre et faire circuler la parole.

"Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que l'hubris macroniste est incapable de prévoir plusieurs coups d'avance, ce qui est la condition minima pour gagner aux échecs et aussi en politique."

L'hubris macroniste se moque largement de ces comptes d'apothicaire, à mon avis. Au-delà de la victoire d'une personne donnée à la présidentielle, les enjeux sont bien plus profonds qu'avant. C'est une campagne qui se jouera sur le fait de convaincre des gens sur des idées, car il est illusoire de prétendre pouvoir contrôler les reports de voix dans un contexte aussi ouvert.

Après, les comptes d'apothicaire du type premier tour ou second tour, c'était bon à l'époque de l'alternance métronomique gauche - droite. Nous ne sommes plus dans ce cas de figure.

Aux échecs, il y a les parties fermées et les parties ouvertes. Nous avions des parties fermées à répétition. Ce sera la deuxième partie ouverte d'affilée si Zemmour arrive à récolter ses signatures.

Macron et Zemmour furent les deux anomalies qui brisèrent ce carcan étouffant des comptes d'apothicaire en vue du second tour. Personne ne pourra gagner cette élection en s'imaginant capable de compter les reports de voix. Les jeux sont trop ouverts.

Axelle D

@ Aliocha | 09 décembre 2021 à 17:42

Axelle D......... est mon pseudonyme depuis 1990.
Quant à mon patronyme, je n'en ai jamais fait mystère contrairement à vous.
Concernant la course à la présidentielle 2022 étant donné que je faisais allusion au premier tour, l'on se demande ce que viendrait faire Sarkozy dans l'histoire ?
De plus en plus largué mon pauvre Aliocha !

Tipaza

Détestable débat entre Éric Zemmour et Bruno Le Maire.
Harcèlement continu des journalistes et de BLM pour empêcher Zemmour de parler. Il n'est pas arrivé à finir une seule phrase.
J'ai abandonné, c'était peut-être le but poursuivi, écoeurer les spectateurs.

Une réflexion cependant.
Si la stratégie de BLM était de flinguer Zemmour, c'est réussi.
Si la stratégie est l'élection présidentielle, alors je suis moins sûr que ce soit réussi.

Sociologiquement les voix qui se porteraient sur Zemmour sont les mêmes que celles qui se sont portées sur Ciotti.
Chaque voix perdue par Zemmour sera très probablement gagnée par Valérie Pécresse. Il y aura plus report sur VP que sur MLP, ce qui veut dire que la chute programmée de Zemmour, par les journalistes aux ordres et les ministres, favorisera l'accession de VP au second tour.
Et là, la victoire de Macron est loin d'être assurée.

Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que l'hubris macroniste est incapable de prévoir plusieurs coups d'avance, ce qui est la condition minima pour gagner aux échecs et aussi en politique.

Giuseppe

@ Achille | 09 décembre 2021 à 14:09

40 % des sympathisants macroniens sont socialistes.
La gauche s'est perdue dans cette culture woke avant l'heure, ils en payent le prix fort, cela faisait tellement chic dans les salons de bobos parisiens qu'ils en ont perdu leur âme.

Un François Hollande normal pour une fonction anormale, il a fermé le couvercle du cercueil, Valls est venu un peu tôt, il n'était plus dans le bon camp et s'est perdu entre-temps en Espagne, tous les pays sont nationalistes, il croyait quoi en rentrant chez ses racines ? Il n'était plus chez lui, l'Espagne aux Espagnols, Rome aux Romains, c'est ainsi.

Macron va venir doucement sur le terrain où tout le monde l'attend, et si parfois il dérange c'est parce qu'il a ce côté anormal des gens normaux.
Alors parfois il dérape. On ne va pas le crucifier non plus, Giscard et ses avions renifleurs...

Je suis en relation avec un de mes anciens collègues qui mène une entreprise de BTP, il m'a dit ce soir qu'il faudrait "virer tous les Durand de France" et faire rentrer les immigrés, il ne me l'a pas dit juste par boutade :
il a affaire à un jeune Syrien, pour une de ses sociétés, au bout de trois mois... Ce serait un peu long, mais à 6H45 il est au chagrin le premier, juste après lui, il parle très correctement le français...

L'immigration est un vrai sujet, parler la langue en est un autre, au moins plus important, sujet complexe, autour de moi on est au minimum bilingue.
Déjà pour "sentir" en direct à qui l'on a affaire, l'assimilation passe surtout par là, c'est la clé.

Metsys

@ Giuseppe
"Hidalgo, Pépère, Ségo, toute cette troupe... fossoyeurs de la France de Jaurès et de Blum"

Ah non ! Pas Ségo ! En vérité, Ségolène Royal est la plus grande révolutionnaire française depuis Louise Michel. D'ailleurs, si Victor Hugo était encore là, il lui dédierait son Viro Major. Enfin, presque...

"Elle n'entendra jamais notre non, nos refus,
Mais juste ce qu'elle a dans son esprit confus.
Elle n'aura jamais l'air de comprendre autre chose
Qu'un pilori dressé pour son apothéose,
Et trouvant l'affront nul et ses désastres faux,
Ses désirs d'avenir les lui feront voir beaux.
Les électeurs disaient : Qu'elle perde. C'est juste.
Elle est infâme. - Il fallait bien qu'elle déguste.

Et ceux qui comme moi, te savent incapable
De tout ce qui n'est pas bravitude et vertu,
Qui savent qu'à Jaurès demandant : D'où viens-tu ?
Tu répondrais : Je viens de l'Afrique où l'on souffre ;
Blum, je sors du Poitou dont j'ai fait un vrai gouffre !
Ceux qui savent tes frais mystérieux et doux,
Ton ambassade au pôle où tu mangeais nos sous,
Ton caviar dégusté sur des fonds qui sont nôtres,
L'incroyable fortune où souvent tu te vautres ;
Ceux qui savent le jet qui te mène en Islande,
Et les notes de frais de ta joyeuse bande,
Tes livres sans valeur écrits avec les pieds,
Que même un BHL aurait déjà reniés,
Malgré les magistrats que ton rictus abuse,
Verront briller le fric à travers la méduse".

Tomas

"LR opposera, ce qui me paraît fondamental sur le plan démocratique, un collectif de haut niveau qui entourera la présidente et évitera à celle-ci de se croire le centre du monde" PB)

Impossible. Surtout en ayant pris comme directeur de campagne Patrick Stefanini, spécialiste en défaites retentissantes.

Et puis il y a ça qui vient de sortir:

https://www.mediapart.fr/journal/france/091221/des-electeurs-etrangers-derriere-la-victoire-de-valerie-pecresse

Barnier va l'avoir mauvaise...

Serge HIREL

@ Claude Luçon 08 décembre à 16:30

Chirac n’aurait pas été Premier ministre sans la présence constante de Marie-France Garaud aux côtés du jeune énarque. Robert Ménard, ex-LCR, ne serait pas maire de Béziers soutenu par le RN sans l’ascendant de son épouse, Emmanuelle Duverger, aux convictions de droite affirmées. Hollande et Royal se doivent mutuellement leur carrière, d’abord en s’épaulant, puis en se défiant... Et imaginez-vous que Macron sans « sa » Brigitte aurait eu la carrure pour se lancer dans la course à l’Elysée ?

Pourquoi dès lors tenter de présenter Zemmour comme un phénomène unique ? Pour le ravaler au rang de pantin de sa conseillère et de son équipe ? C’est d’autant plus faux que, sous le polémiste, en permanence au contact des grands fauves politiques depuis vingt-cinq ans, il y a bien longtemps que se construisaient l’ambition et l’envie de dépasser l’exposé de ses convictions et de se lancer dans leur mise en œuvre, faute qu’elles le soient par d’autres.

Sarah Knafo a bien sûr un rôle dans ce « coming out », mais elle n’en est ni à l’origine, ni responsable de sa puissance. Elle accompagne EZ, plus qu’elle ne l’inspire, encore moins ne lui dicte à tout instant sa conduite.

Quant à la vidéo de LCI, elle n’a rien d’un documentaire. Sous un titre faussement informatif, c’est un portrait à charge du candidat, compilant interviews tronquées, commentaires orientés et images polémiques. Les séquences « difficiles » - Bataclan, Marseille, Londres... - sont largement reprises, mais où sont les images des déplacements « réussis » ?

La dernière séquence - EZ sur le plateau de TF1 - en dit long sur l’objectif des journalistes de LCI... et des dirigeants de la chaîne, qui, en permettant sa diffusion, cautionnent ce pamphlet. Après l’avoir longuement montré violent et avoir fait dire à ses amis qu’il l’était, choisir, parmi les dix minutes de l’interview calamiteuse de Bouleau, une séquence de dix secondes dans laquelle le polémiste dit avoir endossé ses habits de candidat, avoir « fait sa mue », n’est-ce pas tenter de faire croire que cette phrase est mensongère ? Longtemps encore, EZ ne sera pas en odeur de sainteté au sein des rédactions du groupe TF1.

« Jacob sera le Charles de Gaulle des LR en ruines (...) »

Dommage pour vous, le prix 2021 de l’humour politique vient d’être décerné... À quelques jours près, vous auriez sûrement détrôné Marlène Schiappa. Il vous reste un espoir : obtenir le trophée du gaulliste le plus pince-sans-rire de l’année...

Aliocha

Ce n'est pas grave, Mary, tout le monde use de mythologies animalières en ces temps de confusion qui vous transmutent en Axelle.
J'assume d'appeler notre président en plastique pour certains, du terme de guépard que vous usiez pour Pécresse, pensant que l'autruche seyait mieux à celle-ci.
Quant au petit lapin parti trop tôt, je ne me prononcerai pas, vous parliez peut-être de Sarkozy, je ne voudrais pas vous froisser à nouveau.

Et pour toutes les musaraignes, mulots, bulots et autres zébulons, j'espère qu'ils écoutent notre président en ce moment, ils s'apercevront que la notion du vide pour certains, témoigne qu'ils rêvent d'une France du passé qui n'existe plus, et que l'Europe est la condition de la survie universelle de notre pays éternel.

Patrice Charoulet

Certains sont allés au meeting Zemmour, certains l'ont vu et entendu à la télé, certains n'ont lu ou entendu que des commentaires, certains ne sont pas au courant qu'il y a eu un meeting Zemmour.
Je suis dans la deuxième catégorie : j'ai vu et entendu de bout en bout le meeting à la télé. J'ajoute que pour mille raisons je ne voterai pour lui ni au premier tour ni au second, s'il y parvient.

Ayant dit cela pour être clair et non masqué, je voudrais évoquer un point, qui paraîtra peut-être mineur. En effet, j'ai entendu beaucoup de commentateurs, même très informés en politique française et parfois pas du tout zemmouriens, nous dire à peu près ceci : « Il a fait beaucoup de progrès depuis son discours de la Convention de la droite. Je l'ai trouvé très bon orateur. C'était un discours réussi, je ne savais pas qu'il aurait ce talent et ce n'était pas gagné d'avance. »

Je veux répondre à ceux qui pensent et disent cela. Ont-ils remarqué un point important : dans son discours de la Convention de la droite, Zemmour lisait son texte et penchait sa tête au-dessus de plusieurs feuilles de papier. Dans ce premier meeting, Zemmour avait à sa gauche et à sa droite un prompteur que les téléspectateurs ne voyaient pas. Cela change tout ! Certes, il n'est pas le premier homme politique (on peut désormais l'appeler ainsi) à se servir d'un prompteur en France et dans le monde. Mais ce dispositif donne à qui a appris à s'en servir un énorme avantage et aux spectateurs une énorme illusion d'aisance oratoire.

Un bon orateur avec prompteur n'est pas un bon orateur. Cessons de lui décerner un éloge qu'il ne mérite pas. Et concentrons-nous sur ce qu'il dit point par point. Et cette fois, à mon humble avis, il y aurait mille choses à lui reprocher, pour employer un mot très modéré. Ce n'était pas mon sujet aujourd'hui.

Bill Noir

Notre bretteur des EHPAD, avec son chapeau de brousse sur le chef, me fait invariablement penser à Klaus Maria Brandauer dans Out of Africa.

Axelle D

@ Aliocha, 9 déc. 09:07

Comme souvent, vous avez rebondi à côté de la plaque et sans comprendre mon allusion animalière !
Un puma et autre cougar ne saurait être confondu avec un guépard. Ils n'ont pas les mêmes moeurs et ne chassent pas dans les mêmes contrées...

Ninive

@ sylvain | 09 décembre 2021 à 08:21

Comme toujours vous nous présentez un état des lieux de notre pays que les plus de 60 ans ne veulent pas connaître et qu'ils lèguent pourtant à leurs successeurs. Peu importe la façon dont vous l'exprimez !

Pour ce qui est des conditions de pouvoir se présenter à l'élection présidentielle de 2022, il est évident que Macron et ses suppôts feront barrage à toutes les bonnes volontés. On doit se rappeler que :

« La tolérance atteindra un tel niveau que les personnes intelligentes seront interdites de toute réflexion afin de ne pas offenser les imbéciles ».

Michel Deluré

@ Exilé 09/12 11:27

S'agissant de tromperie sur la marchandise, il existe cependant une différence entre le vin et le politique. Avec le vin, dès la première gorgée et si nous constatons la tromperie, nous pouvons recracher cette gorgée et jeter le contenu de la bouteille alors qu'avec le politique, nous sommes contraints, sauf événement exceptionnel prévu par la Constitution, d'avaler le contenu jusqu'à la lie.

F68.10

@ Savonarole
"À seule fin que nul ne meure idiot sur ce blog, il convient de rappeler la liste des cadors à qui on attribuait un futur glorieux, du Général Boulanger à Alain Juppé."

Je ne vois pas en quoi nous serions coupable de "prévoir un futur glorieux" pour Pécresse.

Ce qu'elle a accompli dans l'ensemble jusqu'ici, c'est déjà pas mal du tout.

Discuter des différentes options, et Pécresse en est une, ce n'est pas faire preuve d'hubris en la voyant déjà arrivée.

sylvain

Face à Pécresse, il faut sauver le soldat Hidalgo, ça urge !

Tout le monde lui tombe dessus depuis ses annonces abracadabrantesques, mon bon coeur légendaire m'invite à lui porter secours, je suis le sauveur des âmes en détresse et lui propose un autre programme que le sien, périmé depuis des siècles, has been antédiluvien.

Quelqu'un aurait pu lui dire que Jaurès était décédé en mangeant un croissant, m'enfin ! Même qu’il aurait balbutié avant de mourir : « si jaurès su, jaurès pas venu » ; comme le célèbre Ducros le king de la persaillade, faut toujours que je me décarcasse.

J’ai eu une révélation et une idée lumineuse : les deux mamelles de la France seront dorénavant les envahisseurs migrants et la drogue.

Comme Hidalgo la visionnaire a fait de son Parikistan le laboratoire de ce que sera notre pays, future colonie califat islamiste, il ne lui reste plus qu’à rejeter tous les partis traditionnels méchants avec elle et créer le sien.

Elle ne manquera pas d'adhérents, il lui suffit de recruter tous ces migrants qui errent dans ses parcs, jardins et salles de shoot et ouvrir des Restos du krack ; reste à trouver le Coluche de service bénévole qui voudra bien se les coltiner.

Y aura pas pénurie, malgré le Covid et les retards de livraisons, on annonce des milliers d'akissocioïstes qui se bousculent à nos frontières, même les Go fast sont obligés de ralentir leur rythme, y a kilomètres de bouchons à la porte d'Hidalgo, Bison drogué a capitulé.

Ainsi avec l’appui des islamogauchistes Wok Kancel Kultür LGBT et les hallucinogènes psychos escrolos khmers verts, elle sera au second tour face à Macron, foie de canard gras ! (sauf Allah mairie bien entendu).

Ne me remerciez pas, c'est de bon coeur !

Giuseppe

Au passage je suis bien content, je vais récuperer un peu de mon pognon... enfin de notre argent, celui chèrement acquis, il permettra d'indemniser au moins les candidats qui seront au-dessus de 5 %.
Pour le reste il faudra attendre les futures rentrées, bon, même si le compte n'y sera pas, la dette sera moins lourde :

https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/rachat-de-la-provence-le-liquidateur-judiciaire-veut-supprimer-les-droits-de-xavier-niel/ar-AARBswt?ocid=msedgntp

Au moins il faut rendre à César ce qui est au contribuable, sans Laurent Mauduit et Fabrice Arfi nous aurions été roulés dans la farine, spoliés à tout jamais d'un pécule qui servira peut-être aussi à payer quelques masques sanitaires qui faisaient cruellement défaut dans les hôpitaux.

Le méchant fric qui fait vendre son âme au diable, le meilleur reste sans doute à venir, un quart de siècle pour en arriver là, mais au fond seule la victoire est belle.
La Provence s'en tirera, la douloureuse pour le pékin du coin sera plus légère.

Je l'avais écouté, à ses côtés Nanard, dont je ne pense pas qu'il le portait dans son coeur, il a fait le job, qu'il en soit remercié :

"Éric de Montgolfier :

la désillusion d'un proc
L'ancien procureur de la République, jeune retraité d'une longue carrière dans la magistrature, dénonce l'arrogance des élites dans son nouveau livre."

stephane

@ sbriglia

Quel intérêt à rappeler ces points de vue à Achille ?
Qui sur ce blog n'était pas de son avis ?
Je remarque qu'il y a beaucoup de fraîchement LR.
Achille au moins garde la confiance en son candidat. Cette fidélité est à mettre à son crédit.
Mais comme vous le dites, il faut se garder des moqueries à double tranchant.
Au crédit d'Achille je lui accorde que ses arguments depuis un an tiennent la route, au point que grâce à ses propos corrects sur VP je me suis intéressé à elle, au point même de penser qu'elle serait un très bon candidat, quand beaucoup sur ce blog se gardaient bien d'en dire du bien.
Il vous faut trouver une autre cible sbriglia, Achille lui ne retourne pas sa veste.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS