« Tout se tient ! | Accueil | La voix de Jean-Pierre Bacri manque plus que jamais... »

20 janvier 2022

Commentaires

Serge HIREL

Tout d’abord, pour détendre le propos tout en respectant le sujet du billet, une petite anecdote. C’était il y a une quarantaine d’années, un dimanche matin, dans la petite église d’un village breton. Au moment de la lecture de l’épître, un jeune homme bien mis s’avance vers le pupitre et, d’une voix forte et posée, lit la lettre de Saint-Paul aux Ephésiens. Devant moi, deux grands-mères, qui auraient pu être surmontées d’une coiffe bigoudène, se rapprochent pour chuchoter. « Il parle bien, le fils du maire... », dit l’une. L’autre acquiesce d’un mouvement de tête, puis les deux écoutent le lecteur dans un silence admiratif... Une dizaine d’années plus tard, retour dans ce joli village : le fils du maire a remplacé papa à la tête de l’étude familiale et... à la mairie. Son fils est déjà enfant de chœur... et officie avec talent. Il sera maire, c’est sûr.

À quelques rares exceptions près, tous les énarques sont aussi intelligents que EM, possèdent comme lui un bel esprit de synthèse et ont sur leur bureau le même petit précis sur l’art et la manière de construire un discours. Le Président a cependant un avantage sur eux : il a suivi le cours Florent - enfin... les leçons de théâtre de Bribri... - et sait se parer de tous les profils, du penseur qui médite sur lui-même au grossier personnage qui... bon, je ne vais pas encore le répéter, notre hôte préférant le vocabulaire distingué.

Voyez avec quelle maestria il a fait se pâmer d’aise ses fidèles en troussant un discours fielleux et sans contenu en guise de réponse à ce goujat de Bardella qui, dans l’une des enceintes sacrées de l’Europe, avait osé prétendre aborder des sujets qui le fâchent !
« Qu’ils viennent me chercher ! », a défié EM à l’époque où il fallait sauver le soldat Benalla. En avril, les Français vont-ils relever le gant et chasser le théâtreux ? Rien n’est moins sûr, tant nombre d’entre eux ressemblent aux deux grands-mères bretonnes. Un discours bien léché, dont ils ne comprennent pas tout, loin s’en faut, un regard bleu de gendre bien élevé, un geste de curé de paroisse bénissant ses ouailles... et les voici qui oublient qu’en cinq ans, non seulement il n’a rien réglé, mais, au contraire, versé du sel sur les plaies tout en « cramant la caisse ».

Dans la bataille qui s’annonce sans merci, seuls deux adversaires paraissent capables de tenir tête au Président sortant en matière de verbe. Ni l’un ni l’autre ne sont énarques et leur registre est nettement différent du sien, mais ils profitent du même avantage que lui : ils sont les vrais patrons du mouvement politique qui les soutient. Zemmour et Mélenchon n’ont de comptes à rendre à personne, alors que Pécresse, Jadot et les multiples candidats de la gauche désunie doivent ménager les courants dont ils ne sont pas issus. Même MLP, empêtrée dans ses changements de pied, ne dispose pas vraiment de cette latitude.

JLM est incontestablement un excellent orateur et un débatteur coriace. EZ, lui, encore jeune dans le métier, doit faire des progrès pour, sans oublier la science du duel du polémiste, se glisser totalement dans l’armure d’un « grand politique ». Son discours à Calais était un modèle de qu’il ne faut pas faire : les téléspectateurs - moi le premier - ne se souviendront pas des propositions qu’il a alors formulées, mais seulement de son micro crachotant aux quatre vents et de ses feuillets qui risquaient de s’envoler.

Aujourd’hui, dans notre siècle où la qualité de la communication du message l’emporte sur le message lui-même, la démocratie est ainsi faite que celui qui défend le programme le mieux adapté à ses attentes n’est pas nécessairement celui pour lequel l’électeur votera. Les scrutins d’avril n’échapperont pas à cette règle. S’ensuivront les mêmes frustrations que celles qui ont secoué le pays depuis cinq ans.

Bill Noir

PROUTEAU

Il s'agit du flic de Mitterrand, une période riche en matière de police et d'affaires louches et poisseuses… on a tout cela en mémoire… sur l'estomac serait-il plus juste de dire.

On le voit régulièrement à l'Athélée… hier il s'est exalté… il a commencé par un long soupir au sujet du mur de Berlin : « Quand j'ai appris qu'il était tombé je me suis mis à pleurer… si longtemps qu'on attendait son écroulement »… des larmes de joie fallait comprendre !  
C'était l'entame sur les murs d'aujourd'hui.

« Je suis contre les murs… les murs ne servent à rien ! »
Péremptoire mais sans valeur : un mur ne sert à rien que dans la mesure ou il est construit pour servir à rien… et réciproquement. 
Une pétition de principe de l'immigrationniste de conviction travaillant au cachet (sur CNews principalement). Rien ne saurait stopper le ruissellement naturel vers les pays dirigés par des irresponsables ! Parbleu !

À la fin on s'est marré, un participant lui ayant fait remarquer que le mur de Berlin n'était pas fait pour empêcher les gens de rentrer mais de sortir… son visage taché s'assombrit quelque peu.

Robert

Alors que j'ai préféré m'abstenir d'intervenir sur les billets précédents, celui-ci, Monsieur Bilger, écrit comme à votre habitude avec brio, a suscité de multiples commentaires qui ont retenu mon attention.

Je retiens ce passage qui montre une fois de plus votre appétence pour les portraits psychologiques plutôt bien tournés : "Je suis frappé de constater le clivage qui existe entre le Emmanuel Macron franco-français, plus précisément le Parisien qui peut exaspérer par son narcissisme, le sentiment qu'il a de sa supériorité, sa méconnaissance de la détresse de la France profonde, sa certitude qu'il est au centre du cercle de la raison et que fors lui, nulle sauvegarde possible pour notre pays."

En réalité monsieur Macron n'est franco-français que pour imposer ses options exclusives de toute amodiation par ceux qui ne seraient pas de son entourage immédiat et qui ne partageraient pas l'intégralité de ses idées. Au fond, un véritable autocrate qui n'a que le mot démocratie à la bouche et ne supporte aucunement que le peuple, ni ses opposants puissent avoir voix au chapitre.

On observe actuellement par exemple les joutes entre lui et monsieur Édouard Philippe au sujet de la fusion du micro-parti Agir de Franck Riester avec Horizons de monsieur Philippe. L'esprit relativement indépendant de monsieur Philippe se heurte frontalement à la prétention hégémonique du maître absolu de l’Élysée qui décide souverainement que cette fusion n'aura pas lieu...

Pour en revenir plus précisément au sujet de ce billet, vous avez raison d'affirmer : "sa technique, sa dialectique, son intelligence me font peur... aucune victoire ne sera possible si on ne prend pas la mesure des dons et de l'incroyable force de démonstration d'EM. Avec l'obligation d'être meilleur que lui pour le langage et dans la contradiction."

De fait, l'on se rappelle le débat de 2017 avec madame Le Pen. Un instant, il avait été déstabilisé par le constat exact sur l'origine de l'euro fait par elle, moment où l'on a senti que monsieur Macron n'avait pas l'argument pour le contrer. Bien au contraire, c'est madame Le Pen qui n'a pas su exploiter son avantage et c'est monsieur Macron qui l'a poussée dans ses retranchements avec le résultat que l'on sait : victoire par un K.O. que madame Le Pen traîne toujours comme un boulet.

La conclusion est que les chances d'un contradicteur de battre monsieur Macron résident dans le constat du réel, du manque de résultats tangibles obtenus par monsieur Macron dans de multiples domaines, de l'inefficacité de nombre des lois qu'il a fait voter par une Assemblée nationale "godillot", incapable de la moindre, si ce n'est indépendance, au minimum autonomie vis-à-vis de l'Exécutif. S'en tenir coûte que coûte au fond des dossiers et insister, pour ne pas dire "ne pas lâcher le morceau" dès que la moindre doute sera créé dans l'esprit tortueux de monsieur Macron.

Pour ne pas allonger mon commentaire, je veux ici dire que j'ai apprécié ceux de Marcel P | 20 janvier 2022 à 13:02 et 20 janvier 2022 à 23:15, Michel Deluré | 20 janvier 2022 à 16:17, PAUL | 20 janvier 2022 à 17:35 ou JM33 | 20 janvier 2022 à 21:09. Mention spéciale à Michelle D-LEROY | 20 janvier 2022 à 16:23 dont je fais intégralement miens ces mots :
"Pourtant, c'est sur le fond, ce qui fait notre vie de tous les jours, que nous devons juger le candidat pas encore déclaré (encore une stratégie). Qu'importe pour moi qu'il soit brillant orateur s'il ne fait rien de ce qu'il dit. À quoi bon lister les problèmes s'il ne met jamais ses idées à exécution et que, dansant d'un pied sur l'autre, il reste dans le flou du "en même temps".
Nous ne sommes pas au spectacle, nous sommes dans la réalité et ce n'est pas ce tartuffe sans affect et carriériste absolu qui réparera des années de laisser-aller juste avec des mots et des phrases bien tournées. Au contraire, par petites touches avec ses idées modernistes, son Nouveau Monde se mettra en place tranquillement."

Claude Luçon

@ Giuseppe | 21 janvier 2022 à 15:50

Oui, il n’y a pas de pitié en politique, pas plus qu'en entreprise d'ailleurs, les coups bas sont parfois brutaux, j'y ai eu droit de la part de collègues teutons, c'était il y a 50 ans à une époque où il y avait toujours des nostalgiques du nazisme.
J'avais cela en tête en jouant les Charlie Hebdo avec Zemmour, j'ai eu droit à une fusillade verbale digne des frères Kouachi ici même !

Elle n'avait pas le choix, c'est elle qui se serait fait crucifier par les féministes !
Donc la meilleure des défenses est bien l'attaque !
Cordialement

Michelle D-LEROY

@ Exilé
@ Axelle D

"Couper une fois pour toutes le robinet des médias aux ordres qui nous débitent leurs sornettes, boniments et propagande éhontée à longueur de temps"... (Axelle D)

Croyez bien que j'essaie de fuir ces médias encenseurs du pouvoir en évitant le plus possible les débats télévisés notamment. Mais j'ai autour de moi des familiers qui sont tellement inconditionnels que forcément, je reste stupéfiée par leur fascination de Macron ou par leurs certitudes concernant le virus.
C’en est presque inquiétant.

——————————

@ Robert Marchenoir

Sur le récurrent problème des fonctionnaires :
Avant de dire qu'il y en a trop, il serait (peut-être) plus correct de dire qu'ils sont mal répartis.
D'abord qu'il s'agisse des personnels soignants hospitaliers, des policiers, des juges, des personnels pénitentiaires, des enseignants, toutes ces fonctions incontournables manquent d'effectifs. C'est une réalité qui crève les yeux et qui contribue à la lenteur des prises en charge et aux problèmes parfois graves qui jalonnent la vie de tous les jours.

Après, que les ARS, les fonctionnaires territoriaux aient des effectifs administratifs pléthoriques, je l'admets bien que je ne connaisse pas leurs besoins ni leur travail exact. Sachant aussi que dans les rouages administratifs, l'Etat et l'U.E. complexifient à souhait les règles et donc conduisent à ce besoin de personnel pour vérifier, contrôler, faire appliquer ces règles nombreuses et en constante évolution.

L'administration des impôts fonctionne très bien. Les retraités ne sont plus remplacés, ce qui abaisse automatiquement les effectifs.

Qu'il y ait besoin de réorganisation, c'est certain. D'autant que j'entends autour de moi que les logiciels sont mal adaptés à leurs besoins, que le personnel manque de tout, d'imprimantes, de photocopieurs, etc.

Il faut quand même arrêter de répéter en boucle que tous les problèmes de la France seraient résolus en supprimant des fonctionnaires et en faisant "la" réforme des retraites. Une réforme qui aurait voulu en trois semaines, abroger sept décennies d'un système où les règles et les décrets se sont accumulés profession par profession. Quelle prétention !
Cette réforme nécessaire ​ne pourra se faire que par paliers, c'est une évidence.

Arrêtons de faire des effectifs de l'administration des boucs émissaires de ce qui ne va pas dans notre pays.
S'il fallait détailler toute la gabegie des subventions attribuées ou distribuées à certains médias, aux associations dont certaines plus que douteuses, voire nuisibles, aux syndicats, aux frais divers et variés des ministères et sans doute tout ce qu'on ignore, on trouverait que les nombreux fonctionnaires (dont certains mal payés) ne pèsent pas si lourd dans le budget.

Depuis son arrivée à l'Elysée, notre jeune Président a cette idée dans la tête. Les fonctionnaires qui l'entourent ne lui suffisent pas, apparemment trop nuls pour lui. Il a commencé par remplacer son service sécurité par M. Benalla, avec le succès que l'on sait.

Depuis des mois, les cabinets internationaux dont McKinsey conseillent sur à peu près tout, dont la crise sanitaire et l'organisation de la vaccination avec de piètres résultats, s'ajoutant aux nombreux conseillers des ministres. Un coût double et astronomique au final.
Je connais les prix de ces cabinets, tout simplement pour avoir travaillé pour l'un d'eux.

M. Macron Président, pré-candidat à sa réélection mais sans le dire, n'est donc tenu à aucun contrôle. Il y aurait donc aussi trop de fonctionnaires aux ordres du côté de la Cour des comptes ?
Car, curieusement, qu'on aime ou pas Nicolas Sarkozy, c'est lui et ses proches qui sont accusés d'avoir dépensé pour des sondages et autres besoins prélectoraux.
Vu de ma fenêtre de béotienne en matière des dépenses du pouvoir, je trouve pour le moins curieux les différences de traitement et de contrôle des pouvoirs en place, en République.

Un petit clin d'oeil au pauvre Louis XVI aujourd'hui. Dire qu'il est mort pour rien puisque le pouvoir absolu continue.

Bill Noir

LA RUE, DE LA RUE, À LA RUE

- Regarde ce type !

- Qui ça… celui qui distribue des prospectus ?

- Ouais, c'est pas des prospectus, c'est des tracts…

- Normal… on est bien en période où on va voter…

- Tu le trouves normal ?

- Tu sais les gens bizarres c'est pas ce qui manque...

- C'est un individu qui sur le plan physique laisse apparaître bien des imperfections !

- Gaffe vieux... si on t'entend on va croire que tu vas demander au docteur Mengele de s'en occuper !

- Déhonne pas… suis pas un antisémite…

- Quand même méfie-toi, en ce moment c'est chaud…

- C'est toujours chaud… depuis 2000 ans… c'est pas moi qui vais morfler le premier !

- Que Dieu t'entende !

Giuseppe

Je suis admiratif de la fine équipe de notre représentant en machines de lavage haute pression.
EM est plutôt un cérébral, je le vois mal utiliser toutes les possibilités immenses d'un tel outil.
Ceci pour dire mon admiration du nombre de mois de taule que cumulent tous ces anciens prestataires de service de l'entreprise de nettoyage de notre ancien entrepreneur en chef. Benalla c'est du pipi de chat.

Le Cardinal en rajoute une couche, à force cela fait beaucoup, je comprends que la marque fétiche des décapeurs de tout poil, au nom associée à ces crapules ne voyait pas tout cela d'un bon oeil.
Le doux EM n'a pas trop de souci à se faire, le parti qui devrait le bousculer doit rire aussi jaune que la couleur fétiche arborée par ses challengers.

Exilé

Sa technique, sa dialectique, son intelligence me font peur.

Tous ceux qui ont fait l'effort avant le scrutin de 2017 de se renseigner sur M. Macron ont alors été informés du profil psychologique inquiétant du personnage, que ses faits et gestes et ses discours ont confirmé depuis à de multiples reprises.
Son ego disproportionné, son manque d'empathie, son côté pervers et tyrannique - comme il l'a laissé paraître lors de sa sortie sur les personnes ayant refusé le faux vaccin - auraient normalement dû faire en sorte qu'il n'accédât jamais au poste qui est encore le sien, mais il faut croire que les Français sont masochistes.

Et que vaut une intelligence, d'ailleurs dévoyée, si elle est mise au service du mal, du mépris de la France et des Français et de la volonté de faire souffrir autrui ?

Pourquoi donc passer autant de temps à se pâmer devant ses discours alors que la plupart du temps ils n'ont d'autre objet que de le mettre en scène, ce qui ne serait pas trop grave si parfois ils ne recelaient pas des promesses mensongères, ce qui est à peine tolérable de la part d'un candidat mais inadmissible dans le cas d'un président en exercice ?
De toute manière, ces derniers seront dans quelques années oubliés de tous et emportés par le même vent qui a dispersé les admirables textes écrits pour M. Sarkozy par sa plume talentueuse, trahie par son interprète.

Tentons tout de même de recadrer le débat en précisant que nous ne devrions pas nous complaire à tirer des plans sur la comète sur une élection présidentielle comme nous le ferions sur les pronostics de tel club sportif ou bien de tel participant à une émission de téléréalité dont le sort ne nous concerne en rien, mais que nous devrions avant tout nous interroger sur les qualités du futur élu afin d'éviter que notre pays ne plonge dans une situation catastrophique surtout à une époque qui laisse présager un retour de la barbarie de masse.

Giuseppe

@ Claude Luçon | 21 janvier 2022 à 14:26

Bien sûr que c'était prévu de sa part, son propos introductif avait été négocié, JJB ne pouvait pas faire autrement que d'accepter, la débouter aurait été un demi-aveu de culpabilité, il allait à Canossa, je pense savoir ce qu'est aller à Canossa pour des raisons techniques.

Cela n'a pas été très... élégant de la part de VP - la politique ne fait pas de quartiers, cela on le savait.
JJB est dans une mauvaise passe, elle aurait pu faire une interview sans ce préalable humiliant surtout les mots prononcés envers et contre un présumé innocent étaient là pour le blesser, elle le savait. À vaincre sans péril...

Elle a surjoué un féminisme de grande bourgeoise veule, pour le titre de Président dont elle rêve, elle est prête à tout, elle a gagné les primaires, elle pouvait se passer de sa diatribe initiale, c'est à cela qu'on reconnaît la classe, quand on est fort pas besoin de mettre en plus le coup de tatane vicelard.

Ce type de joueur, dans son cas à elle, est le profil même de celui qui fait les sales coups à domicile mais qui ne va jamais jouer le match retour chez l'adversaire car il a peur des représailles, du coup de "ligot" (tatane) rancunier et non oublié.

Je ne suis pas un grand adepte de JJB mais si les faits sont inexistants ou peu probants, il devrait lui réserver un chien de sa chienne, dans mon milieu nous en gardions toujours un de côté. Le fameux cadavre dans les tiroirs.

VP trahira, le portrait du Volatile cher à Mongénéral qui lui était dédié n'était très flatteur, à l'image de ce qu'elle sera, on a vu ce qu'est devenu celui qui y pensait tous les matins en se rasant, l'électeur n'oublie pas, elle y pense tous les matins en s'épilant, le train ne passe jamais deux fois, l'électeur ne s'y trompera pas.

Aliocha

Mais non, obscur Billy, l'élection présidentielle est un artefact du rituel de décapitation. De Gaulle savait que les Français n'étaient pas encore chrétiens, soumis à ce besoin atavique qui détruit leurs racines.

Claude Luçon

@ Giuseppe | 21 janvier 2022 à 13:03

Le Point écrivait :
"C'était plutôt Jean-Jacques Bourdin face à Valérie Pécresse, en ce mardi 18 janvier 2022. En effet, la candidate à l'élection présidentielle était l'invitée de la nouvelle émission politique de BFMTV, "La France dans les yeux", animée par le journaliste star de RMC. Une invitation difficile à honorer pour l'ancienne députée. Puisque le présentateur vient de faire l'objet d'une plainte pour agression sexuelle par une ancienne collaboratrice.

La condition de Valérie Pécresse respectée
Pour rappel, la candidate LR avait posé une condition obligatoire pour maintenir sa participation au programme télévisé. Il s'agissait d'un "propos introductif" que la femme politique tenait à faire en début d'émission. Et c'est dans un post, partagé sur Twitter, que Valérie Pécresse a relayé son discours de préambule, "je suis une femme franche qui dit les choses en face et sans détour", a-t-elle écrit."

CQFD !

Claude Luçon

@ Giuseppe | 21 janvier 2022 à 13:03
"VP ne s'est pas grandie, elle s'est essuyée les pieds sur le dos meurtri de JJ Bourdin."

Vous êtes sérieux ?
Vous ne croyez tout de même pas que ce n'était pas prévu ?
Son laïus n'était pas improvisé, il avait clairement été préparé et répété !
Elle lui a fait du Bourdin, il ne s'y attendait pas !
Si elle ne l'avait pas fait, toutes les féministes lui aurait reproché de ne pas défendre la cause des femmes !
Elle a précisé qu'elle était là uniquement pour le droit au respect d'innocence !

Lors de la primaire des LR Apolline de Malherbe a demandé à VP si elle débattrait ou pouvait s'entendre avec Zemmour, je ne sais plus, la réponse a été claire et ferme du genre : Non ! Avec un regard qui en disait long et a fait rire AdM.
VP est attendue sur ce sujet, Bourdin aurait pu y penser et s'y préparer, d'autant plus qu'il n'épargne pas ses invités !

Giuseppe

VP ne s'est pas grandie, elle s'est essuyée les pieds sur le dos meurtri de JJ Bourdin.
La présomption d'innocence que nous rabâchent les politiques a été foulée aux pieds, de la façon la plus vile et la plus sournoise qui puisse être.

Elle trahira, comme ont trahi les Chirac et autres, Z a raison, les électeurs ne pardonneront pas, passé le temps de la surprise, son score balbutie. Macron a au moins une logique, il est toujours plus que que tous, quelques transgressions de trapéziste, il sait qu'il aura le seul adversaire à sa mesure, ce sera Z. Tous les autres sont comme la salade vieillie, recuits.
La suite est passionnante, le suspense total.

Achille

@ Robert Marchenoir | 21 janvier 2022 à 11:48

Il y a des jours où j’aime bien lire Robert Marchenoir, même jusqu'au bout de ses commentaires. J’aimerais que ce soit plus souvent. Mais pour l’instant on est en phase !

caroff

@ Robert Marchenoir
@ Ninive

On peut s'amuser du nombre de fonctionnaires (ou agents publics) européens mais que dire des 55 000 fonctionnaires municipaux de la ville de Paris soit environ un agent public pour 40 Parisiens !! Si encore c'était le gage d'une efficacité en platine iridié, mais ces braves gens ne travaillent pas suffisamment comme le rappelle la Cour des
comptes !!https://www.lemonde.fr/politique/article/2021/06/30/les-agents-de-la-ville-de-paris-vont-travailler-plus_6086395_823448.html

On pourrait en dire autant de la plupart des collectivités locales, la ville de Marseille étant connue pour son appétence au recrutement de centaines d'agents dont l'utilité reste à démontrer.
https://www.bfmtv.com/economie/economie-social/social/la-gestion-des-12-000-agents-municipaux-a-marseille-fustigee-par-la-chambre-regionale-des-comptes_AN-201911080104.html

En réalité c'est la méthode de travail et la gestion RH du personnel des trois fonctions publiques qui nécessitent une révision profonde. Notamment celle d'une répartition plus judicieuse des emplois: abondance de gratte-papiers dans de nombreux services au détriment de personnels de terrain.

L'exemple affligeant du service public de la Santé est connu: ainsi pour 11 % de dépenses de santé par rapport au PIB, la même qu'en Allemagne, il y a chez nous 35,2 % des personnels hospitaliers qui assurent des missions administratives contre 24 % en Allemagne !

Bill Noir

Depuis 50 années l'élection présidentielle ne serait-elle plus qu'un rite pour perpétuer la Souhmission ?

vamonos

Valérie Pécresse a chassé des voix sur les terres des féministes, elle les attaque frontalement. Jean-Jacques Bourdin a mangé son chapeau devant son public. Tout cela fait jaser, même sbriglia et Patrice Charoulet ont réagi, l’un pour proclamer qu’il ne votera pas pour VP et l’autre pour affirmer le contraire. Un partout, la balle au centre.

Robert Marchenoir

@ Marcel P | 20 janvier 2022 à 23:15 (@ Robert Marchenoir)
"Vous faites l'addition 'L’Europe technocratique = 43 000 fonctionnaires. Pour 447 millions d'habitants. Soit un fonctionnaire pour 10 395 habitants. La France technocratique = 5,66 millions de fonctionnaires. Soit un pour... 11,8 habitants ! 880 fois plus !' Génial. Et combien de ces fonctionnaires européens assurent votre sécurité, justice, santé, éducation, voirie, etc. ? aucun. Donc, à votre service immédiat, combien de fonctionnaires par habitant ?"

Parmi tous les fonctionnaires présumés qui nous inondent ici de leur défense corporatiste, vos arguties sont sans doute les plus dépourvues de sens.

Je m'adressais à Ninive, qui accusait les 43 000 fonctionnaires européens d'être en nombre excessif. Omettant de dire que leurs homologues français étaient 880 fois plus nombreux, en proportion.

Si l'on fustige l'Union européenne en raison des effectifs de ses fonctionnaires, alors il faut positivement HURLER contre l'État français et ses effectifs. Chose que ni les soi-disant souverainistes, ni les étatistes, et encore moins les fonctionnaires ne font jamais.

Encore une fois : on s'en tape, de ce à quoi s'emploient les fonctionnaires. C'est leur nombre qui est mauvais en soi. Chaque fonctionnaire en plus, c'est des impôts en plus, du chômage en plus et de la liberté en moins.

D'ailleurs, évidemment qu'il y a des fonctionnaires européens chargés de la sécurité, de la justice, de la santé et de l'éducation. Je vous garantis qu'ils sont tout aussi persuadés d'être "au service" des citoyens que les fonctionnaires nationaux.

Bien entendu, je retrouve dans votre objection le fameux argument des routes : la "voirie", dites-vous. Si l'on diminuait de 1 % le nombre de fonctionnaires, aussitôt les routes cesseraient d'exister en France, prétendent en chœur les quelque 6 millions de fonctionnaires. Vous vous payez notre tête. Quelle part du budget de l'État représentent les fameuses "routes" ? 0,1 % ? 1 % ?

Bien sûr, vous citez la sécurité, la justice, la santé, l'éducation -- mais pas un mot sur les dépendeurs d'andouilles, les chefs adjoints du bureau des temps, les 100 000 fonctionnaires de Bercy, les employés de la "culture", enfin ces millions d'inutiles dont on pourrait supprimer l'emploi d'un trait de plume.

Pas un mot sur le fait que les médecins ne soignent pas mieux lorsqu'ils sont payés par l'État, pas plus que les professeurs n'instruisent mieux lorsqu'ils sont fonctionnaires.

En fait, c'est exactement le contraire.

Pas un mot sur les innombrables pays développés qui se portent infiniment mieux que nous, quoique ils aient des fonctionnaires en nombre bien inférieur.

Vous acquerrez un soupçon de crédibilité sur le sujet lorsque, fonctionnaire, vous aurez l'honnêteté d'émettre un minimum de critiques sur la corporation dont vous faites partie. Jusqu'ici, vous vous employez, comme la quasi-totalité de vos homologues, à prétendre que l'institution qui vous emploie est pure et parfaite, et que toute réserve à son égard ne saurait provenir que de la malveillance.

Comme il est absolument invraisemblable que votre corporation ne souffre pas de quelques défauts, à l'instar de toutes les institutions humaines, cette posture de propagande signe votre malhonnêteté.
______

@ Xavier NEBOUT | 20 janvier 2022 à 21:13
"Nous n'avez pas tout dit. Que faites-vous des milliers de cadres d'associations diverses et avariées subventionnées, et qui sont autant de nids douillets pour des quasi fonctionnaires dont les salaires échappent à tout contrôle ?"

Je ne peux pas tout dire à chaque fois. Mes longueurs mettent déjà à l'épreuve la patience des lecteurs, et puis il faut bien qu'il vous reste quelque chose à dire, n'est-ce pas ?

D'ailleurs, j'ai évoqué le point dont vous parlez : "Et encore : un grand nombre de fonctionnaires de fait ne sont pas inclus dans ce chiffre". Et j'en ai parlé à de multiples reprises par le passé.

Avant même d'en arriver aux associations subventionnées que vous citez, il faut citer des mastodontes tels que La Poste, EDF ou la SNCF, dont les effectifs ne sont pas comptés parmi ceux des fonctionnaires.
______

@ JM33 | 20 janvier 2022 à 21:09

Votre commentaire semble plus inspiré par une détestation irrationnelle d'Emmanuel Macron que par une argumentation quelconque. Votre propos, en effet, se contredit lui-même.

"E.M. est le Président des bien-portants, des ingambes, des prompts et des urbains modernes connectés. L'avez-vous vu monter lestement la deuxième marche de la tribune pour son discours du 9 décembre à l'occasion de la présidence de l’Union européenne ? C'est peut-être un détail pour vous, mais ce jour-là il maintenait, sûr de lui, en son corps et en son esprit, ses propos sur les non-vaccinés."

Cela sous-entend que les non-vaccinés sont les faibles, les malades, les sans-pouvoir, bref la version moderne et pleurnicharde du prolétariat. Mais c'est faux. Les non-vaccinés sont simplement ceux qui décident de l'être. Bien souvent, ils se vantent d'ailleurs d'être bien portants, croyant que cela les protège du Covid.

En fait, les sondages montrent qu'il y a, parmi eux, une sur-représentation des personnes de la classe moyenne, des "artistes", des "urbains modernes connectés", justement, comme vous dites. Les frères Bogdanoff, qui viennent de mourir du Covid et de leur bêtise, n'étaient pas des faibles et des sans-pouvoir ; bien au contraire.

"Ce que je constate sur la durée c'est qu'il ne sait pas ralentir sa course afin de se mettre au diapason des plus lents et des malades ; il veut juste, par exemple, éradiquer à toute force une pandémie qui empêche 'un monde qui bouge' de bouger encore plus et sans cesse."

De multiples contradictions dans cette seule phrase. Un chef d'État devrait ralentir sa course pour aider les plus faibles : c'est le contraire. Pour changer le sort des défavorisés, il faut travailler beaucoup, travailler vite et faire bouger les choses en profondeur.

Vous vous plaignez que Macron ne se soucie pas des malades, tout en déplorant qu'il veuille éradiquer la pandémie. C'est idiot.

Vous déplorez qu'il veuille éradiquer la pandémie à toute force : je ne comprends pas. Il faudrait que Macron soit complaisant avec l'épidémie, qu'il la favorise, qu'il la néglige ? Le Français jamais content, une fois de plus.

Vous l'accusez "d'éradiquer à toute force une pandémie qui empêche 'un monde qui bouge' de bouger encore plus et sans cesse". Autrement dit, vous lui reprochez de veiller à limiter les conséquences de l'épidémie sur l'économie.

Mais ce sont les anti-vaccin, les négationnistes du Covid, les sectateurs de Didier Raoult, qui nous cassent les pieds depuis le début en nous expliquant qu'il faut laisser faire le virus, parce que sinon les petits commerçants vont disparaître.

Ce sont tous ces gens-là qui attaquent les restrictions imposées par le gouvernement, parce qu'on ne peut plus aller et venir, boire un verre au bistrot, se déplacer librement, bref "bouger encore plus et sans cesse".

Et le plus beau : vous reprochez à Macron d'être jeune, bien portant et dynamique. Parce que... vous êtes vieux, malade et affaibli ?

En dehors du caractère déplacé qu'il y a à reprocher leur physique aux hommes politiques, au lieu de parler de leurs actions, je noterai une fois de plus la contradiction inhérente à vos propos.

Ce sont bien les réactionnaires anti-vaccin, anti-confinement, anti-Véran, anti-tout, qui soutenaient Donald Trump et se moquaient de Joe Biden, le "gâteux". Donc il faudrait savoir : pour être chef d'État, c'est mal d'être vieux ou c'est mal d'être jeune ?

Au demeurant, oui, on demande aux personnes qui assument de hautes responsabilités de jouir d'une bonne forme physique et mentale. C'est indispensable. Toutes chose égales par ailleurs, il vaut mieux être gouverné par un homme qui grimpe les escaliers quatre à quatre, que par un homme qui confond en public sa petite-fille et son fils décédé.

Votre commentaire est un bon exemple du déplorable niveau du débat français, qui s'embourbe dans des haines irrationnelles et des considérations psychologisantes inopportunes, au lieu de s'attacher aux réalités.

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Votre étonnement sur l’honnêteté intellectuelle d’un Eric Zemmour, qui « explicite clairement ses intentions », montre à quel point l’hypocrisie a envahi le champ politique.

Cette honnêteté, souvent brutale et maladroite, explique la malhonnêteté de l’ensemble de la classe politique, médiatique et judiciaire à son endroit.

Jamais la chanson de Béart (celui qui dit…) n’a été aussi pertinente.

Un seul exemple, celui de l’inclusion. Ce que dit Zemmour est frappé au coin du bon sens.

Certes, il le dit sans gants, mais on a toujours les défauts de ses qualités ; en outre vous ne pouvez pas vous faire comprendre clairement de l’ensemble des Français en faisant du Bilger, et en vous perdant dans trop de nuances.

Et tout ce champ médiatique et politique, soumis à la dictature impitoyable du politiquement correct, de pousser des cris d’orfraie !

Quant à ses condamnations, qui ne sont basées que sur des constats, aucun des professionnels du « fact-checking » ne s’est hasardé à en vérifier le fondement.

On remarquera que Caroline De Haas et Alice Coffin, qui disent pis que pendre sur les hommes, ne sont jamais inquiétées.

Ce qui compte, c’est le fond :
- est-il en phase avec la réalité ?
- propose-t-il les bonnes solutions ?
- a-t-il la moelle pour mettre en œuvre les mesures envisagées ?

Au risque de me répéter, on sent chez vous comme un questionnement, à la fois sur l’envergure de votre favorite, et sur la nécessité de soutenir celui qui vous séduit par son courage, et sa capacité à faire face à un inédit tsunami de mauvaise foi.

Votre sens extrême de la nuance vous empêche encore de sauter le pas.

Cela étant, avec d’autres (Goldnadel, E. Lévy, Rioufol…) vous sauvez l’honneur de ce monde médiatique qui ne sait qu’évoquer le « polémiste d’extrême droite, multi-condamné pour incitation à la haine raciale », et qui ne génère que « violence, polémique et haine ».

C’est largement à cause de cette ahurissante chasse à l’homme que j’ai adhéré à Reconquête.

Achille

Le président ne serait "pas fini", nous a affirmé Zemmour. Amusant venant de la part d’un individu qui sur le plan physique laisse apparaître bien des imperfections. Je m’abstiendrai sur le plan mental car on va encore me reprocher d’être indigne d’intervenir sur ce blog, mais il y aurait beaucoup à redire. Reste le plan intellectuel où semble-t-il, le résultat n’est pas trop décevant.

Cette saillie parfaitement incongrue a manifestement bien amusé les contempteurs du président, eux qui seraient bien incapables de s’exprimer avec le talent d’Emmanuel Macron et encore moins de diriger un pays. La jalousie des médiocres est parfois consternante. On hésite entre la pitié et le mépris.

Certes la modération sur ce blog est relativement soft, permettant ainsi au dernier des goujats de s’exprimer au même titre que le plus fin des commentateurs.
C’est ainsi que l’on peut passer en quelques secondes du café de Flore au routier de chez Roger et Ginette.

La vulgarité est un art qui, bien pratiqué, peut s’avérer une volupté de fin gourmet, mais mal maîtrisée, elle devient le pire des ratas de gargote crasseuse.
Le petit rappel à l’ordre en début d’année par son propriétaire n’a pas tenu un jour. Désespérant !

Aliocha

Il n'y a pas de plus grande haine que de tuer celui qu'on hait.
Les Allemands ne s'y trompent pas, eux qui étaient frustrés qu'on n'ait pas parlé d'Europe pendant la campagne électorale fédérale allemande.
Macron est une bénédiction pour l'Europe, le visionnaire Macron n'est en aucun cas obsolète, lors des élections en France en avril, deux idées contraires sur l'avenir politique de l'Europe seront à nouveau mises aux voix. Macron prône plus de “souveraineté européenne” ; Mélenchon et Le Pen pour un retour à la coopération nationale. “L'élection française représente également un énorme défi européen”, a déclaré Marine Le Pen à Paris. Elle a raison : la France décide aussi de l'Europe » etc. etc.
On se réveille, on n'est plus en 1938.
Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu'on aime.

Ninive

Nous constatons que ceux qui travaillent dans l'ombre pour constituer un électorat à Macron sont payés par l'Elysée deux millions d'euros par mois et que cet électorat serait recherché dans les zones de non-droit par des imams soudoyés.

Nous avons été trompés une fois mais serait-il possible que cela recommence ? Qu'en pensent nos militaires gardiens de la patrie ?
Obéir à un tel chef, est-ce raisonnable ?

Denis Monod-Broca

Le sang contaminé est hors sujet.
Juste un mot tout de même, forcément simplificateur.
Les faits se sont déroulés au début des années 80, quand est apparu le sida, dont on ne savait rien.
Les condamnations ont été formulées dix ans plus tard en fonction des connaissances acquises entre-temps. Elles sont, pour cela, injustes.
Mais quand il y a catastrophe, il faut des coupables, des victimes expiatoires, alors tant pis pour eux ! "Haro sur le baudet" !

On s'est beaucoup moqué et on continue à se moquer de Georgina Dufoix et de sa formule "responsable mais pas coupable". Cette formule est parfaitement pertinente pourtant : celle qui était à l'époque ministre était responsable, par définition, mais pas automatiquement coupable. Les deux mots ne sont en rien synonymes.

Xavier NEBOUT

@ Jérôme

Le dictateur est celui qui dicte la loi. Le parlement étant réduit à rien, Macron est effectivement un dictateur.

Mais le dictateur qui ne respecte pas les lois est un tyran.
Et c'est bien le cas par exemple de Macron qui, via l'un de ses valets de justice, fait appel de la relaxe d'E. Zemmour dans l'accusation abracadabrante de négation de crime contre l'humanité pour avoir dit que le Maréchal Pétain avait sauvé des juifs.

Bill Noir

@ Ellen 21 janvier 1h36

Vive la France... à bas l'UE !

——————

@ Savonarole 21 janvier 0h33

Macron est un être non fini… nous souhaitons le laisser en l'état !

——————

@ Metsys 20 janvier 18h56
« sa bataille de Stalingrad, on la mène pour lui dans le 19e arrondissement... »

Dans quel camp, du côté des boches ou du côté des cocos ?

——————

@ Ninive 20 janvier 18h34

Macron aurait de vilains secrets… la vache ! Ses vilenies apparentes ne sont-elles pas suffisantes pour le discréditer ?

——————

@ Charlotte 20 janvier 10h47

Bonjour Charlotte… vous arrivez, vous êtes une amie de Ninive… autant dire que je vous souhaite la bienvenue !
Ainsi les imams s'acharnent contre Zemmour… normal il est le seul candidat à les connaître. Les autres sont des souhmis !
Bonne journée à vous

sylvain

Les réactions des citoyens ulcérés sur les différents sujets qui leur pourrissent la vie sont hallucinantes :

« Rien ne change » entend-on en boucle.

Concernant le consternant krakistan d’Hidalgo, les riverains se plaignent que « rien ne change »

Sur les squats qui se multiplient : « rien ne change »

Sur l’insécurité criminelle en constante augmentation : « rien ne change »

Sur les invasions et naturalisations d’office qui explosent : « rien ne change »

Sur la mafia macroniste islamogauchiste immigrationniste, la justice rouge de Dupond-Moretti, ministre des criminels et des racailles, les lois complaisantes envers les délinquants surtout arabo-africains, et liberticides envers des cibles plus facile à terroriser, les citoyens normaux blancs de souche par exemple : « rien ne change »

Sur la destruction de la France par Macroneron : « rien ne change »

Liste infinie sur ce : « rien ne change ».
Mais ces plaignants continueront à voter pour ce pyromane fou qui nous gouverne afin que « rien ne change ».

Ne cherchez plus l’erreur, je répète et répéterai à satiété que depuis le nuage de Tchernobyl, les neurones des citoyens ont muté, et le Covid en ayant remis une deuxième couche les a définitivement décalcifiés et putréfiés. Ceux de Macronescu sont au stade ultime de dégénérescence.

Mais évidemment, bien entendu et on en a même les preuves, tout ce climat de haine, de racisme, de violence a été généré par ????

Je vous le donne en mille :

Zemmour !

Déjà, en short dans les cours d’école primaire, ce pelé ce galeux ce mini facho, répandait la haine et le racisme.

« On a les liens !!! »

BEN VOYONS !

Petit peuple de coui*les molles qui mérite son sort.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Directeur associé McKinsey France, Victor Fabius, le fils.
Cabinet en charge de conseiller le gouvernement sur la stratégie Covid, McKinsey.
Président du Conseil constitutionnel chargé de rendre des avis sur la constitutionnalité des choix faits dans le cadre de la stratégie Covid, Laurent Fabius, le père.
Copain, coquin.

EM n'est fort que dans la parlote, ses choix, son comportement, sont ceux d'un dictateur.
Avoir donné à l'autorité administrative des pouvoirs relevant du législatif ou des juges est un choix de dictateur.
Le préfet fait ce que lui demande l'État dont il dépend hiérarchiquement.
On voit à Paris les crétineries de Lallement sur le port du masque, c'est un exemple parmi d'autres.
Il continue à détricoter la santé.
Ceux qui font un comparatif entre le nombre de fonctionnaires français et européens pour tenter de démontrer que nous en avons trop, ce qui est possible dans certains domaines, sont des imbéciles.
Il n'y a pas d'instituteurs, infirmières, policiers, gendarmes... européens.
Macron est la voix de leurs maîtres, ils sont des toutous.
Il est bon de haïr ce président, la haine est un sentiment légitime le concernant à mon avis.

Xavier NEBOUT

Vous devriez écouter Bercoff sur Sud Radio entre midi et deux, M. Bilger. Vous y auriez entendu ces derniers jours C. Chesnot et G. Malbrunot nous racontant notre président international au Moyen-Orient, B Accoyer notre président catastrophe sur le nucléaire, et S. Berton bien pire: notre petit Staline au service de la pègre internationale de haut vol.
Bon appétit les macronistes, c'est à dire les 25 % de fonctionnaires et subventionnés divers et très avariés et leur famille.

Xavier NEBOUT

Dites-nous, M. Bilger, peut-être qu'à évoquer E. Zemmour comme seul opposant crédible, chatouille au niveau de l'honneur ?
Peut-être qu'on se sentirait obligé de dénoncer une justice politique, pour ne pas dire des magistrats corrompus ?

F68.10

@ Ellen
"Parlons-en."

D'accord, parlons-en.

"Sang contaminé et des milliers de personnes empoisonnées: le responsable mais pas coupable siège à la présidence du Conseil constitutionnel depuis février 2016 pour 9 ans."

La principale cause du sang contaminé, soyons clair et limpide sur cette question qui, franchement, mérite qu'on soit d'une dureté et d'une cruauté totale, c'est que l'administration française ne voulait pas acheter des tests sérologiques américains mais voulait acheter français.

Comme les USA, c'est de la bouse en barre et que la France, c'est super, eh bien, on a acheté français et utilisé français, et le résultat, c'est super, c'est français, c'est le sang contaminé.

"Son fils Victor, associé à McKinsey France dont le siège social, appelé "La Firme", est implanté à Wellington (USA)"

Et apparemment, les Français veulent continuer à acheter français, parce que les Américains, c'est de la bouse en barre. Alors que McKinsey, c'est très bien: culture d'entreprise quand même assez exemplaire.

Franchement, s'il y a bien un sujet sur lequel il serait de bon ton de cesser de faire de l'anti-américanisme de bas étage, c'est bien le sang contaminé. Car c'est bien notre anti-américanisme qui en est responsable, avant même Fabius.

Je veux bien qu'on râle que Fabius n'ait pas été condamné. Mais pas si on est incapable de cibler le principal responsable: la mentalité qui a fait qu'on n'a pas voulu acheter des tests sérologiques ricains.

Et le fils Fabius n'est pas le père Fabius. Rappelons-le.

"Les nombreux témoignages, exprimés lors du procès du sang et devant diverses commissions d'enquête, ont clairement établi que les décisions des pouvoirs publics se sont enlisées dans une stratégie industrielle. Celle-ci visant à favoriser le test français face à la concurrence du test américain. [...] Trois tests sont en compétition: d'une part, deux produits américains, fabriqués par les firmes Abbott et Organon; d'autre part, Elavia, mis au point par Institut Pasteur [...] Or, lors de la réunion interministérielle, tous les participants, y compris le représentant de la Santé, faisant fi de la sécurité des transfusés, rejettent la généralisation du dépistage. Le Pr Gros lève la séance sur ce consensus: le dossier du test Abbott restera bloqué au LNS. Exit aussi le test Organon, rarement mentionné dans la suite des événements. Car l'adversaire n° 1 du test Pasteur, c'est bel et bien le test Abbott. Apparemment, il n'est pas moins fiable. [...] D'ailleurs, aux Etats-Unis, le test Abbott recevait l'agrément de la Food and Drug Administration le 3 mars 1985. Mais, en France, le LNS, prétextant la légèreté du même dossier, s'obstinait à faire la sourde oreille." -- L'Express, 1992.

Moi, je vous le dis franchement: rester courtois face à des personnes comme vous qui font fi des réelles questions de santé publique et des premiers concernés par les politiques de santé, i.e. les malades, pour mener leurs vendettas personnelles, je ne suis pas certain que cela relève d'une morale et d'une probité exemplaire.

Essayez d'apprendre deux ou trois trucs du passé, voulez-vous bien ?

Comme cela nous pourrons en reparler après que vous vous soyez un peu informée sur la question.

P.-S.: si je suis "soûlant" à vous faire une réponse un minimum exhaustive sur un sujet qui mérite bien pourtant qu'on ne le survole pas, je peux toujours faire un effort et ramasser ma pensée en une bonne petite phrase bien vacharde et moins soûlante. Je vous serais donc reconnaissant de bien vouloir ne pas faire preuve gratuitement de mépris dans votre éventuelle réponse. Ce serait là de la goujaterie de votre part.

Ellen

Parlons-en.
Sang contaminé et des milliers de personnes empoisonnées: le responsable mais pas coupable siège à la présidence du Conseil constitutionnel depuis février 2016 pour 9 ans.
Son fils Victor, associé à McKinsey France dont le siège social, appelé "La Firme", est implanté à Wellington (USA ), est payé par la France deux millions d'euros par mois ; oui, par mois.
Le second fils Thomas laisse au casino de Las Vegas un chèque en bois d'un million cinq cent mille dollars et s'enfuit en France pour acheter un appartement bd Saint-Germain pour neuf millions d'euros tout en escroquant au passage son copain associé. Alors que Thomas se disait au chômage depuis trois ans, ne touchant que des allocations (le RSA ?), il a réussi son scoop grâce au nom protégé de papa.

Mais de qui se moque-t-on dans ce pays ? L'affaire serait-elle mise en sommeil, ou balayée sous le tapis ? Plus tous ces gens nous parlent de transparence et plus ils trichent.

Qui s'étonne que la France soit en miettes avec de tels énarques ? Qui s'étonnera que les Français désertent les urnes ?

https://planetes360.fr/urgent-conflit-dinteret-du-president-du-conseil-constitutionnel-pour-le-vote-sur-la-vaccination-obligatoire/

https://www.ladepeche.fr/2021/02/05/qui-est-le-cabinet-mckinsey-qui-accompagne-emmanuel-macron-de-la-creation-den-marche-a-la-vaccination-contre-le-covid-19-9355298.php

Vive la France d'abord puis vive l'Europe !

Savonarole

Pour terminer cette journée en riant…

https://www.youtube.com/watch?v=Mvnwu-kdPgg

Savonarole

@ JM33 | 20 janvier 2022 à 21:09
“…son tort impardonnable est juste de prendre en compte le réel tragique de la vie”

Formidable commentaire de JM33 qui incite à relire “Le Sentiment tragique de la vie” de Miguel de Unamuno (1912). Comme l’a dit Zemmour, Macron est un être non fini, c’était outrageant, mais tellement vrai.

Marcel P

@ Robert Marchenoir
"Vous faites l'addition « L’Europe technocratique = 43 000 fonctionnaires. Pour 447 millions d'habitants. Soit un fonctionnaire pour 10 395 habitants.
La France technocratique = 5,66 millions de fonctionnaires. Soit un pour... 11,8 habitants ! 880 fois plus !"

Génial. Et combien de ces fonctionnaires européens assurent votre sécurité, justice, santé, éducation, voirie, etc. ? aucun.
Donc, à votre service immédiat, combien de fonctionnaires par habitant ?

Quand on parle d'Europe technocratique, on parle avant tout de ceux qui ont le pouvoir. Les fonctionnaires n'ont pas le pouvoir, ils mettent en application.

--------------------------------------------

@ lucas
« Manon Aubry, Yannick Jadot et Jordan Bardella se sont imaginés dans un petit cercle franco-français pour régler des comptes avec Emmanuel Macron. Ceci au mépris des collègues européens. En effet, peu leur chaut la campagne électorale française. Certes, Macron les a recadrés avec virtuosité. Mais le mal était fait. »

C'est super ça. Celui qui délibérément fait coïncider sa campagne présidentielle avec la présidence du Conseil européen, qui fait le choix de ne pas la décaler alors que c'est connu comme étant largement faisable en changeant de tour avec le pays suivant, qui refuse de se déclarer comme candidat alors qu'il fait manifestement campagne, il peut ensuite se poser en mec « posé », comme on dit de nos jours, qui « recadre », pour rappeler que, hein, coco, ce n'est pas du tout le lieu ni le moment, ce n'est pas le bon cadre.

Le président défèque sur la France en faisant sa campagne présidentielle dans l'EU, mais il ne faudrait pas que des c*ns de Français osent parler de la France, c'est mauvais genre, dépassé, suranné.
J'aimerais croire que si j'étais macroniste, je serais quand même un peu plus lucide, ou moins de mauvaise foi. J'ai connu par le passé des mitterrandistes lucides, des chiraquiens honnêtes, qui soutenaient sans être dupes de tout. Ils pouvaient vouloir un Mitterrand président sans tomber des nues lors de l'annonce Pingeot ou du cancer, sans être estomaqués du dénouement de la rue des Rosiers ; ils ne découvraient pas les mallettes de biftons ni l'appétit au resto de l'animal ; l'essentiel était ailleurs.

Nous n'en sommes plus là. Les commentaires pro-macronistes céans sont tellement risibles et simplets qu'ils sont en fait dissuasifs. Même lorsqu'on peut entendre un discours rationnel en sa faveur - après tout, Macron est moins nuisible qu'Eric Piolle et consorts, anti-souverainiste comme Valérie Pécresse mais avec la cohérence et les convictions en plus -, ces discours-là font effet de repoussoir ultime et définitif.
Un ignoble c'est une chose. Mais entouré de plus ignobles qui se croient associés à l'élite, non, merci, sans façon.

---------------------------------------------------

@ Michel Deluré
« EM n'a pas cru bon de suivre cet exemple. À ce jeu, il n'est pas sûr que tant la France que l'Europe y trouvent leur compte. »

Une fois de plus, les Allemands, rigoureux, vont considérer que la force supérieure européenne, légitime à dominer l'Europe par leur idéologie, hier par les bruits de bottes, aujourd'hui par le crépitement de leurs centrales à charbons écologiques et les couinements de leur gazoduc de l'ami russe prêt à violer l'Ukraine qui se donnait à l'Europe pour trois sous, le gîte et la sécurité.

hameau dans les nuages

@ Ellen | 20 janvier 2022 à 19:37

Cherchez les Fabius...

Xavier NEBOUT

@ Robert Marchenoir

Nous n'avez pas tout dit. Que faites-vous des milliers de cadres d'associations diverses et avariées subventionnées, et qui sont autant de nids douillets pour des quasi fonctionnaires dont les salaires échappent à tout contrôle ?

JM33

E. Macron séduit et fascine autant qu'il inquiète Philippe Bilger et environ vingt-cinq pour cent de sondés.
Il inquiète, mais il y a en lui ce je-ne-sais-quoi d'éloquence et de prestance intellectuelle qui charme, au sens magique du mot, et qui de surcroît brouille l'entendement de ces multitudes en quête inconsciente du bon Berger.
Il semble mû par une ambition insatiable, qui n'est en réalité qu'un besoin vital d'être reconnu, donc aimé, comme la plupart des Politiques, des artistes, des enfants avides de légitimité qui sommeillent en chacun de nous, et de tous ceux, aujourd'hui innombrables, qui aspirent à un quart d'heure de célébrité, lequel, lorsqu'on y a goûté, a tôt fait de vous rendre dépendant.

E.M. est le Président des bien-portants, des ingambes, des prompts et des urbains modernes connectés.
L'avez-vous vu monter lestement la deuxième marche de la tribune pour son discours du 9 décembre à l'occasion de la présidence de l’Union européenne ? C'est peut-être un détail pour vous, mais ce jour-là il maintenait, sûr de lui, en son corps et en son esprit, ses propos sur les non-vaccinés.

Ce que je constate sur la durée c'est qu'il ne sait pas ralentir sa course afin de se mettre au diapason des plus lents et des malades ; il veut juste, par exemple, éradiquer à toute force une pandémie qui empêche "un monde qui bouge" de bouger encore plus et sans cesse, et de changer, au rythme imposé par les progressistes-mondialistes dilueurs de patries et de terroirs, ses semblables.
Il n'hésite pas pour cela à jeter l'opprobre sur quelques millions de Français réfractaires, qui, selon lui, ne sont que des êtres de second rang, à peine humains, sans doute plus ou moins réacs, sans conscience, et qu'il convient alors de punir.

C'est cela, en particulier, en tant que personne vulnérable, que je ne lui pardonne pas. Je ne vise pas l'homme mais son œuvre que j'estime nocive, car elle a révélé qu'elle porte en son sein une violence particulière, celle qui consiste à maltraiter une partie du peuple en misant cyniquement sur l'assentiment silencieux d'une majorité qu'on a convaincue qu'elle était du bon côté, celui de la raison, celui de Macron.

Mais les "élus" d'aujourd'hui devraient craindre d'être les réprouvés de demain. Car E.M. et ses disciples traiteront ainsi tous ceux qui contrarient sa vision de l'homme nouveau, c'est-à-dire l'homme qui devra de gré ou de force adopter le dogme du "en même temps", soit en fait l'homme du ni l'un ni l'autre qui se dilue dans une modernité sacralisée mais de plus en plus inanimée. Et là, oui, je le constate, je préfère mille fois la parole d'un Zemmour, incomplet et lacunaire, sans doute obsessionnel, mais dont la pensée s'inscrit dans le temps long, du passé et de l'avenir, et dont il est aisé pour ses adversaires, réunis en un chœur d'exorcistes, de fustiger la violence démoniaque, alors que son tort impardonnable est juste de prendre en compte le réel tragique de la vie, la nature violente de l'homme que la Modernité n'a en aucune manière libéré de la loi du plus fort, de la barbarie et de la mort.

E.M. a de fortes probabilités d'être réélu, parce qu'il est le plus apte à séduire, par "le sentiment qu'il a de sa supériorité" (P. Bilger), et parce qu'il est aussi habile à susciter la peur qu'à y répondre en revêtant les habits du Deus ex machina providentiel et surdoué.

Robert Marchenoir

@ Ninive | 20 janvier 2022 à 17:00
"L’Europe technocratique = 43 000 fonctionnaires."

Pour 447 millions d'habitants. Soit un fonctionnaire pour 10 395 habitants.

La France technocratique = 5,66 millions de fonctionnaires. Soit un pour... 11,8 habitants ! 880 fois plus !

Et encore : un grand nombre de fonctionnaires de fait ne sont pas inclus dans ce chiffre. Du délire pur et simple ! À chaque fois que vous mettez 10 Français dans une pièce, ils ont besoin d'un fonctionnaire à eux seuls pour survivre !

Pouvez-vous nous indiquer le dernier commentaire où vous avez hurlé contre "l'État fort et stratège", et réclamé une diminution drastique du nombre des fonctionnaires ? Non ! C'est toujours la faute de "l'Europe" !

Ce n'est jamais la nôtre, et, en l'occurrence, la vôtre, vous qui militez sans cesse pour un État plus puissant, en montrant en exemple la Chine et la Russie, au lieu de faire l'inverse, et de réclamer une diminution de ses effectifs et de son champ d'intervention.

Au passage, on remarquera que les économistes et les médias ont pour habitude de décompter les fonctionnaires par 1 000 habitants, ce qui est parfaitement abstrait et ne dit rien à personne. Ou alors, on dit qu'ils représentent un cinquième de la population active ; mais la population active, c'est un concept d'économiste, pas une réalité concrète.

Je n'ai jamais vu un article ou un rapport présentant le calcul que je viens de faire, et expliquant qu'en France, nous avons un fonctionnaire pour 11,8 habitants. Chiffre proprement effrayant, qui suffit à expliquer à quel point l'État, chez nous, est obèse et dispendieux.

Avec un tel ratio, il est inévitable que les fonctionnaires soient payés à ne rien faire -- et ça, c'est dans le meilleur des cas : le vrai drame, c'est quand ils se mettent à faire des trucs, et là, ils ne servent qu'à "emm..." les gens, comme dirait l'autre.

Exilé

@ Axelle D
"Couper une fois pour toutes le robinet des médias aux ordres qui nous débitent leurs sornettes, boniments et propagande éhontée à longueur de temps serait peut-être la solution pour retrouver un peu d'esprit critique..."

Pour cela, il existe pour commencer un geste simple que chacun peut faire, consistant, après avoir donné un grand coup de masse vengeur sur son téléviseur, à le porter à la déchetterie, sachant que le jeter par la fenêtre est interdit.

Ellen

McKinsey sur le gril des sénateurs et sous le feu des questions de la commission d’enquête du Sénat sur les conflits d'intérêts entre McKinsey et Emmanuel Macron qui a payé plusieurs centaines de milliers d'euros pour, d'abord, mener la campagne au soutien d'EM en 2017, ensuite pour avoir organisé, au nom de la France, la campagne anti-Covid et le plan vaccinal. Tout est dit !

Dans son registre du "quoi qu'il en coûte", fallait-il faire appel à McKinsey (américain), proche d'EM, et dépenser notre argent public à des fins politiques et électoralistes en occultant les compétences de certaines administrations françaises, des hauts fonctionnaires spécialisés en la matière et les meilleurs médecins hospitaliers et experts, tous mis au placard, pour organiser ces deux projets ?

alain

Bonjour,

E. Macron est président de la République, une profession à exercer à temps plein nous dit-on.
Il est devenu récemment président de l'Union européenne, une tâche sûrement chronophage.
Il sera dans peu de temps candidat à sa prochaine réélection.
Dans la France d'en haut les journées de travail doivent faire au bas mot quarante heures. Comment voulez-vous que ces braves gens comprennent les problèmes de vie de la France d'en bas, cette armée de fainéants qui ne pensent qu'à travailler trente-cinq heures et partir en retraite le plus tôt possible.
Au fait si je le croise dans la rue, quelle formule dois-je utiliser pour le saluer: bonjour Monsieur le...
Si quelqu'un a une idée je le remercie pour son aide.

Metsys

"Observant les discours et les prestations des uns et des autres, au risque de focaliser encore trop sur le talent, je ne vois personne qui ferait le poids face à EM" (PB)

En somme, Emmanuel Macron, ce serait Roosevelt sans son fauteuil ou de Gaulle sans ses galons. Aussi facile, so easy... Car même Churchill n'a obtenu qu'un seul mandat.
Un vrai héros de la Seconde Guerre mondiale, notre président ! Sauf que sa bataille de Stalingrad, on la mène pour lui dans le 19e arrondissement...

genau

La crainte domine tout commentaire sur ce billet. Ce président a une cause au moins: le défaut d'adversaire. Oui, Mélenchon, sans doute, mais on reste dans le domaine de la battologie.
Ses escarmouches au Parlement européen rendaient un son de cloche fendue: la vulgarité des députés français, sauf M. Bellamy, a engendré des réponses guindées made in ENA Sciences Po, assorties d'un "n'importe quoi" de radio-trottoir à l'un de ses préopinants.

Escarmouches lassantes, lavage de linge sale en famille exhibitionniste devant toute la rue assemblée ; où diable allez-vous chercher la hauteur ?

Dans la vision de l'Europe et de son rôle, pour l'avenir de chacun. Le président n'a ni le temps, ni les moyens de faire passer quoi que ce soit, sauf le Verbe.
Personne n'oubliera la vulgarité globale de ce premier contact et la reliera à cette, antérieure, déjà, de ce président.
Montfleury, j'en redemande si je suis allemand.

Michelle D-LEROY

"Sa technique, sa dialectique, son intelligence me font peur" (PB)

Sans aucun doute, on y voit comme une forme de manipulation diabolique, alors oui ça fait peur.

---------------------------------------

@ Ninive
"Macron, dans la suite de ses quatre prédécesseurs, a tellement favorisé la destruction de notre pays que prendre sa relève devient une tâche presque impossible ; n'oublions pas qu'il a été mis en place par l'oligarchie financière mondiale qui ne rêve que de gouverner le monde."

C'est tellement vrai que c'est inquiétant.

-----------------------------------------

@ Achille
"Il n’y a pas que de belles paroles, il y a aussi des actes".

J'ai déjà demandé à une amie proche qui me disait la même chose récemment de m'adresser une liste de ces actes, car à part quelques touches sociétales, parfois bien plus aggravantes et clivantes que productives, j'ai beau chercher, je ne trouve pas.

En économie, seuls les économistes mondiaux peuvent en effet nous éclairer, car cela n'est pas visible à l'oeil nu, entre une inflation galopante, le prix de l'électricité délirant grâce au coût des solutions alternatives genre éoliennes,
les produits de première nécessité en manque faute d'une réindustrialisation dont on parle mais qu'on voit peu venir, pour l'instant les Français lambda ne profitent pas de ces retombées.
Si la France attire les investisseurs, est-ce le travail macronien où est-ce parce que ce sont ces mêmes investisseurs qui l'ont placé là où il est ?

Ninive

@ Michelle D-LEROY | 20 janvier 2022 à 16:23

Les gens ne sont pas envoûtés c'est la presse qui nous raconte comme toujours des balivernes, elle est payée pour cela.

Quant au personnage de Molière ce serait un menteur, un tricheur, un escroc, un artiste et c'est pour moi Pinocchio ! Rien d'autre et de plus il se dope pour ne pas dire autre chose, rappelez-vous les Antilles.

Zemmour devrait se payer McKinsey pour déboulonner Pinocchio et ce serait fait en un clin d'oeil car ils connaissent tous ses vilains secrets.

Achille

@ Xavier NEBOUT | 20 janvier 2022 à 14:27
« Tiens donc, Eric Zemmour n'existe plus ? »

Il a été emporté par un vent de folie 😊

Axelle D

@ Michelle D-LEROY | 20 janvier 2022 à 16:23
"En attendant j'assiste avec désolation, en voyant l'emprise que cet homme a sur les gens qui semblent envoûtés, à une campagne électorale très singulière. J'en suis stupéfaite."

Couper une fois pour toutes le robinet des médias aux ordres qui nous débitent leurs sornettes, boniments et propagande éhontée à longueur de temps serait peut-être la solution pour retrouver un peu d'esprit critique et écouter les clameurs de la France profonde et des vrais gens qui eux n'en peuvent plus et ne s'en laissent plus conter !
Il me semble qu'ils sont plus nombreux et déterminés qu'on ne le pense et c'est bien ce qui affole ce pouvoir n'ayant trouvé que le prétexte d'une pandémie montée en épingle pour museler les opposants et camoufler des révoltes qui grondent de toutes parts !

PAUL

Certes EM parle bien et domine la forme. Il a suivi des cours de théâtre pour arriver à cela. Mais il est en difficulté au plan intérieur. Il n'ignore rien des questions qui préoccupent les citoyens, délinquance, immigration, niveau de vie, logement. La solution est de parler d'autre chose en feignant d’être sincère.
Alors l’Europe bien sûr dont les institutions assez compliquées sont un mystère pour les électeurs (le Conseil de l’Union européenne, également appelé "Conseil des ministres de l’UE" ou "Conseil", se prononce, après le Parlement européen, sur les textes de loi et le budget européens. Composé des ministres des 27 États membres, il se réunit une centaine de fois par an autour de domaines particuliers). Voilà donc de quoi occuper les médias.

Au fond c'est moins dangereux que ce que fait Biden en criant que la Russie va attaquer l'Ukraine. Deux chefs d’Etat en difficulté intérieure mais le même système pour attirer l'attention ailleurs.

Achille

@ Michel Deluré | 20 janvier 2022 à 16:17

Vu les tensions géopolitiques qui se profilent à l’horizon, il faut à la tête de l’U.E. un président qui ne se contente pas d’inaugurer les chrysanthèmes, mais un leader capable de donner à l’Europe et à la France par la même occasion, une place dans le monde qui ne soit pas occupée par les seules grandes puissances du moment, à savoir les Etats-Unis, la Chine et la Russie.
Emmanuel Macron ne pouvait donc pas faire l’impasse, car dans six mois il sera sans doute trop tard.

Ceci étant je ne trouve absolument pas qu’EM ait donné une mauvaise image de la France. Ce n’est manifestement pas le sentiment qui s’est dégagé parmi les membres des autres pays de l’UE qui ont, au contraire, particulièrement apprécié son discours et même ont clairement condamné l’attitude de ses opposants.

———————————————-

@ Michelle D-LEROY | 20 janvier 2022 à 16:23
« Après 5 ans de "en même temps" et un bilan extrêmement maigre, beaucoup de Français continuent donc de s'attacher à ses belles paroles et à son tape-à-l'oeil maintenant européen. »

Il n’y a pas que de belles paroles, il y a aussi des actes.
Apparemment certains Français refusent de l’admettre. À noter l’avis de

Paul Krugman, prix Nobel d’Économie pour nous le signaler.
La France n'est pas seulement le pays des 246 sortes de fromage, il est aussi celui de 60 millions de râleurs.

Ninive

@ lucas | 20 janvier 2022 à 11:57

C'est vous qui le dites mais ce n'est pas l'avis de tous et puis entre nous le Parlement européen on s'en tape sauf qu'il nous emmerde comme le fait Macron.

Cette Europe nous n'en voulons pas, elle est faite pour une caste et pour donner un emploi aux technocrates de Bruxelles, en dehors de cela elle sert à légiférer sur la taille des petits pois, des emballages et plaide l'uniformité des vins et fromages ; ce n'est plus l'Europe voulue par ses créateurs... les peuples, le peuple, n'a rien à y voir... circulez.

N'oublions pas qu'elle coûte à la France 26 milliards d'euros par an c'est-à-dire à l'un des plus grands contributeurs. Nous ne sommes que des pions entre les mains de cette gentry.
(L’Europe technocratique = 27 commissaires, 751 députés, 43 000 fonctionnaires ; budget annuel moyen 150 milliards d'euros.)

Frexit

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS