« Nos politiques : portrait de groupe... | Accueil | Michel Houellebecq : anéantir. Son génie fait le contraire ! »

12 janvier 2022

Commentaires

Achille

@ Serge HIREL | 17 janvier 2022 à 17:07
« C’est de l’argent public ! Personne ne paie ! »

Personne ne paie, c'est-à-dire tout le monde, à commencer par ceux qui pour rien au monde ne voudraient de J-L Mélenchon comme président, notre petit Maduro français...

Ninive

@ Serge HIREL | 16 janvier 2022 à 12:31

Vous êtes décevant :

- il faut arrêter l'invasion, je n'ai pas dit il faut renvoyer les envahisseurs qui ont eu l'autorisation de venir. Demain c'est par dizaines de millions qu'ils viendront en Europe.

- votre plaidoyer, bien qu'élégant, est enfantin, à croire que vous n'avez jamais mis les pieds hors de France ni dans une zone de non droit.

- la presse n'aurait pas de subventions ? C'est nouveau, vous appelez cela comment ? Des aides à la presse ?

Il est prévu des aides à la presse de 116 millions d'euros pour 2022.

- tant qu'il y aura des aides il y a aura des assistés, des paresseux, des nuls et des escrocs.

P.-S.: sylvain a raison de dire : "bien fait pour vos gueules".

Serge HIREL

@ Achille | 17 janvier 2022 à 09:51

Vous avez oublié un détail : pour la plupart, les gogos par l’odeur attirés se sont plaints de ne percevoir que le parfum habituel d’un meeting, à savoir celui que dégage une foule enthousiaste n’épargnant pas ses gesticulations... Tous les parfumeurs vous le diront, même les plus délicates effluves ne résistent pas à un relent tenace, surtout si l’orateur lui-même recycle ses vieilles lunes déjà bien faisandées.
300 000 euros ? Et alors ? Bah ! C’est de l’argent public ! Personne ne paie ! D’ailleurs, dès l’entrée, le grand prêtre a prévenu ses ouailles : les masques qu’il distribuait étaient siglés FFP2... Faut se Foutre du Peuple Pauvre.

Axelle D

@ Ninive | 15 janvier 2022 à 15:26

"[A la prédication de Jonas], les gens de Ninive crurent en Dieu ; ils publièrent un jeûne et se revêtirent de sacs, depuis le plus grand jusqu'au plus petit. La nouvelle parvint au roi de Ninive ; il se leva de son trône, quitta son manteau, se couvrit d'un sac et s'assit sur la cendre. Puis l'on cria dans Ninive, et l'on fit, par décret du roi et des grands, cette proclamation: "Hommes et bêtes, gros et petit bétail ne goûteront rien, ne mangeront pas et ne boiront pas d'eau.On se couvrira de sacs, on criera vers Dieu avec force, et chacun se détournera de sa mauvaise conduite et de l'iniquité que commettent ses mains. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s'il ne reviendra pas de l'ardeur de sa colère, en sorte que nous ne périssions point ?" Dieu vit ce qu'ils faisaient pour se détourner de leur conduite mauvaise. Aussi Dieu se repentit du mal dont il les avait menacés, il ne le réalisa pas."
(du livre de Jonas 3,5-10)

Achille

Parlons chiffres car ils ont leur importance, surtout quand ils sont vrais.
Meeting "immersif et olfactif" de J-L Mélenchon : 300 000 € quand même pour faire le bonimenteur de foire devant 4 000 adorateurs du gourou. Ça fait jamais que 75 € par personne. Pas vraiment une réunion pour les classes laborieuses...

Serge HIREL

@ Ninive | 15 janvier 2022 à 15:26

Vous avez oublié :
- reconstruction de la ligne Maginot et du Mur de l’Atlantique ;
- construction de châteaux-forts aux frontières nationales ;
- réintroduction de l’huile bouillante parmi les armes de défense...

Aucune de toutes les mesures que vous énumérez ne permettrait de résoudre le vrai problème : la présence dans le beau pays de France de Français « de papier » la détestant... d’abord parce qu’ils ne la connaissent pas, assignés qu’ils sont dans leurs ghettos et soumis, qu’ils pratiquent ou non, à une religion qui, respectant ses dogmes, entend trop souvent défier la puissance de l’Etat.

Notre principal souci doit être de parvenir à dissoudre les communautés qui s’y sont formées, au détriment d’une assimilation que, depuis plus de quarante ans, le pouvoir, qu’il soit de gauche, par idéologie, ou de droite molle et soumise à la « bien-pensance », a théorisée comme une agression inhumaine.

Parallèlement, bien sûr, il faut conduire une politique volontariste de réduction de l’immigration, drastique dans un premier temps, contrôlée ensuite, et imposer aux Etats dont ils sont citoyens, le retour des migrants rétifs à l’assimilation (clandestins et repris de justice notamment), par les moyens les plus coercitifs si nécessaire. Et ceci en oubliant de se soumettre à l’improbable politique européenne en cette matière.

P.-S.: je ne comprends pas ce que vient faire « l’arrêt des subventions à la presse » dans votre nomenclature. D’autant plus qu’elles n’existent pas... Mais c’est un autre sujet.

sylvain

@ Ninive | 15 janvier 2022 à 15:26

Bravo Ninive, j'en ai rêvé, mais je me suis réveillé, hélas.

Herman Kerhost

@ Savonarole | 14 janvier 2022 à 13:58

Je ne comprends pas. Vous dites que 29 centimes était le prix de la baguette en 1999. Et vous en déduisez que la baguette, aujourd'hui, ne vaut pas 30 centimes. C'est n'importe quoi ! Sans compter que vous précisez que le passage à l'euro aurait multiplié son coût de production. Votre salaire n'a-t-il pas augmenté, lui, depuis 1999 ?

De toutes façons il faut être fou pour mettre le moindre centime dans une baguette de Leclerc. C'est du caoutchouc.

Serge HIREL

@ Robert Marchenoir | 15 janvier 2022 à 15:10

Cette fois, pas question de vous accorder l’originalité que vous méritiez en matière d’adoration du nombril... Vous voici perdu au milieu des millions de râleurs, d’écervelés et de piliers de comptoir des Cafés du Commerce dont le passe-temps favori est de dénigrer. Et vous vous en donnez à cœur joie. Dans ma profession, l’une des pires à leurs yeux, on a une grande habitude de ces individus. Le drame pour eux est que nous avons les épaules larges... Les chiens aboient, la caravane passe...

Leur leitmotiv est : « Il n’a pas compris ce que j’ai dit ». Vous êtes très représentatif de cette engeance. Écrire « le condamné s'appelle Mathurin N'Zaou et se plaint de racisme. Je crains que votre indignation à son encontre ne soit surtout due à cela » (14 janvier à 02:39) n’a bien sûr rien à voir avec une accusation de racisme...

À travers divers de vos écrits, il me semble qu’en ce domaine vous êtes un expert... Je vous remercie donc de cet accueil chaleureux dans vos rangs... Mais ne disposant pas des qualités requises pour être un brillant raciste, je me vois dans l’obligation, par respect pour vous, de décliner l’invitation.

Exilé

@ Serge HIREL | 14 janvier 2022 à 17:27
« Il faut être clair, cette large répartition sur l’ensemble du territoire n’aurait qu’un seul but : leur apprendre nos repères grâce à une véritable immersion dans notre société. S’il le faut pour certains, les leur imposer, ce qui est impossible dans les ghettos d’aujourd’hui. » 

Sauf que ce système de répartition, qui est déjà une triste réalité, ne fait, à l'instar des métastases cancéreuses, que disséminer les tumeurs dans les parties saines du corps, les nouveaux ghettos (aussi bien physiques que culturels) ne faisant que suivre le mouvement et se fixer et proliférer là où des apprentis-sorciers ont cru devoir les envoyer pour tenter de cacher en vain la poussière sous le tapis.

Achille

@ Tipaza | 15 janvier 2022 à 13:56
« Pour l'armagnac, j'aime tout particulièrement le Laberdolive, un bas Armagnac, un peu raide mais excellent, à déguster avec quelques carrés de chocolat noir ;-) »

À défaut d’avoir les mêmes idées, je constate que l’on a les mêmes goûts…

Ninive

@ Serge HIREL | 15 janvier 2022 à 13:14

Mes propositions sont simples d'application :

- annulation de l'adhésion au pacte de Marrakech,
- arrêt total de l'immigration africaine,
- suppression des doubles ou triples nationalités,
- rétablissement des frontières,
- expulsion massive des sans papiers,
- suspension pour plusieurs années des visas aux Africains, Syriens, Afghans,
- interdiction formelle du trafic de drogue,
- construction de prisons,
- suppression des juges d'application des peines,
- suppression des psys dans les prisons,
- peines de prison ferme effectuées immédiatement et sans franchise,
- aucune réduction de peine,
- application stricte de la loi,
- rétablissement de la peine de mort,
- augmentation du nombre de policiers avec des pouvoirs spéciaux,
- arrêt des dons aux associations et aux syndicats,
- arrêt des subventions à la presse,
- retour des forces françaises stationnées à l'étranger,
- mise en place de lois martiales départementales avec couvre-feu,
- intervention sur le plan international pour que le quart nord-est du Maroc ne soit plus un producteur de drogue,
- immobilisation des bateaux passeurs d'immigrés en Méditerranée, saisie immédiate de ces navires,
- arrêt des primes à la paresse.

Il s'agit d'une première phase avant un durcissement militarisé qui se produira fatalement dans les prochaines années.

La France ne sera plus un bord*l où tous les voyous du monde se donneront rendez-vous. Prenons exemple sur les lois des pays d'Asie en matière de détention de drogue.

Robert Marchenoir

@ Serge HIREL | 15 janvier 2022 à 13:14
"Votre commentaire ne répond en rien à mon message, ni à celui de Marcel P (qui, en fait, s’adresse à vous) mais, pour ma part, je suis néanmoins heureux de vous avoir consterné."

C'est extraordinaire le nombre de grands professionnels de la profession que nous avons ici (quelle que soit cette dernière) qui semblent acharnés à démontrer, à la fois, à quel point ce furent de grands hommes injustement ignorés de leurs compatriotes, du temps où ils étaient en fonction, et à quel point ils donnent dans l'infantilisme le plus grotesque une fois leurs vieux jours venus.

Mon commentaire ne répondait évidemment pas au vôtre, pour la bonne raison que vous n'avez rien dit. Vous vous êtes contenté de prendre la parole pour dire que vous ne diriez rien -- ce qu'on fait une fois, sur Internet, vers l'âge de douze ans, et puis on arrête, le rouge au front, pour le restant de ses jours.

Soyons précis : vous avez dit aussi que vous étiez une pauvre victime injustement accusée de racisme, ce qui est assez culotté, ou stupide, venant d'un supporter de Zemmour.

Vous défendre d'un racisme dont personne ne vous a accusé, c'est cracher à la figure de Zemmour en accréditant le concept même de racisme. C'est, surtout, rejoindre la cohorte des gauchistes de tout poil, qui, lorsqu'ils sont incapables de réfuter leurs contradicteurs, se plaignent d'offenses personnelles imaginaires pour mieux faire oublier le sujet dont il est question.

J'ai, longuement, réfuté point par point et dans le détail, votre objection irréfléchie sur le vendeur de masques chinois.

Parce que vous refusez d'aborder les vrais problèmes de l'étatisme délirant dans s'pays, vous avez, pour toute réponse, fait semblant de vous sentir offensé par une accusation de racisme inexistante.

Vous êtes particulièrement culotté de me reprocher de ne pas avoir répondu à votre commentaire : c'est vous qui avez procédé à une manœuvre éculée pour ne pas répondre au mien.

Ce n'est pas de racisme que je vous accuse : c'est de prétention, de sottise et, surtout, de malhonnêteté. Si vous voulez à tout prix vous portraiturer en Saint-Sébastien du Web, tâchez au moins que le tableau soit conforme à la réalité.

hameau dans les nuages

@ Xavier NEBOUT | 15 janvier 2022 à 09:50

C'est tout à fait ça. J'avais la chance d'être, ce qu'on appelle, une pièce rapportée. Après avoir eu d'autres métiers, je me suis lancé à corps perdu avec mon épouse, elle n'étant pas non plus du monde paysan et me faisant confiance. L'amour aveugle. Ma mère d'origine béarnaise avait 2 ha de terre dont j'ai hérité et sur lesquels on a démarré, mon épouse ayant gardé un certain temps son métier pour pouvoir subvenir.

Ma bivalence m'a coûté mais m'a aussi beaucoup servi.

Mais maintenant il faut imaginer l'agriculteur reprenant la ferme parentale fruit de nombreuses générations et d'un travail forcené et qui va, l'épuisement et la faillite aidant, arrêter.
Cela lui est absolument insupportable d'être le liquidateur.

J'ai un blog où, en mémoire des anciens paysans qui ont occupé mon corps de ferme et que j'ai connus, je leur rends hommage entre autres articles. Ils étaient en bio à leur façon mais ne le savaient pas. Des cul-terreux ou des bouseux au sens littéral du terme mais ils en auraient montré à bien des citadins puants et orgueilleux.

Dans leur grange:

https://zupimages.net/viewer.php?id=22/02/8nds.jpg

On achève bien les chevaux.

Tipaza

@ Achille | 15 janvier 2022 à 11:39

Certaines BD conseillent à leurs lecteurs des titres de musique particuliers pour les mettre en condition mentale.

Je vous conseille les quintettes de Mozart, ce qu'il a écrit de plus pur et donc de plus beau.
En particulier le N° 2 K515.
Bonne audition avec cette interprétation qui date un peu, mais qui n'a jamais été surpassée.

https://www.youtube.com/playlist?list=PLlcQiPrXPW4JKezNOUbwOTC25aVeNvXye

Pour l'armagnac, j'aime tout particulièrement le Laberdolive, un bas Armagnac, un peu raide mais excellent, à déguster avec quelques carrés de chocolat noir ;-)

Serge HIREL

@ Robert Marchenoir | 15 janvier 2022 à 11:18
« ...constituée de 67 millions d'individus qui ont la tête profondément enfoncée dans leur nombril... »

Permettez-moi de corriger une petite erreur de votre part, ce qui est rare : la France est constitué de 66 999 999 individus qui etc. plus Robert Marchenoir.
Votre commentaire ne répond en rien à mon message, ni à celui de Marcel P (qui, en fait, s’adresse à vous) mais, pour ma part, je suis néanmoins heureux de vous avoir consterné.

« ...et puis un jour le pays sera mis sous administration du FMI. Ou des Chinois. »

...À moins que la France n’ait pas dit son dernier mot...

---------------------------------------------------

@ Ninive | 15 janvier 2022 à 09:58

J’ai pris note de votre opposition à un tel projet d’« immersion » des « populations étrangères » sur l’ensemble du territoire... Mais que proposez-vous pour régler ce problème ? Un départ massif pour « le bled » à bord de bateaux sans fond ?

Achille

J’aime bien lire les posts de Ninive et sylvain. C’est du rugueux, ça arrache. Ça me fait penser à la Slivovitz artisanale (80°) que j’ai bue lors de vacances en Yougoslavie au début des années 70.
Rien à voir bien sûr avec l’Armagnac hors d’âge des commentaires de genau et même de Tipaza qui se sirotent à petites gorgées en écoutant du Mozart.😊

Robert Marchenoir

@ Marcel P | 14 janvier 2022 à 09:37
@ Serge HIREL | 14 janvier 2022 à 12:28

Consternantes réponses de l'un comme de l'autre. À vous lire, on comprend pourquoi la France est irréformable : elle est constituée de 67 millions d'individus qui ont la tête profondément enfoncée dans leur nombril, tout en hurlant que tout est la faute des autres.

Vous pouvez hurler contre "Macron" autant que vous voulez. Demain, vous hurlerez contre son successeur, puis contre le successeur de son successeur. Rien ne changera. Vous continuerez à profiter de vos confortables petites retraites, les Français entreprenants et dynamiques continueront à partir à l'étranger, tout comme les Russes, et puis un jour le pays sera mis sous administration du FMI. Ou des Chinois.

Exilé

Il est impossible d'ignorer que tout ce qui est peu ou prou considéré comme officiel est d'emblée stigmatisé...

Peut-être que si ce monde « officiel » cessait de se comporter parfois de façon totalitaire et arrogante à force de vouloir régenter tous les aspects de la vie des Français, y compris dans des domaines qui ne ne concernent pas, il se rendrait plus supportable à défaut d'être aimable.

Quant à la stigmatisation, il faudrait éviter d'inverser les rôles, c'est ce monde « officiel » dévoyé qui détient seul le monopole de la propagande lui permettant de stigmatiser sur de faux motifs et de façon unilatérale une partie de la population.

La désignation de boucs émissaires est depuis toujours le fait de régimes à tendance tyrannique à des degrés divers (certains empereurs romains, la révolution de France, le bolchevisme, le nazisme, le maoïsme...) afin d'asseoir leur pouvoir sur le moteur de la haine.

Ninive

@ Serge HIREL | 14 janvier 2022 à 17:27

À vous lire, vous proposez de soigner les grands maux par de petits remèdes ; seriez-vous un chef de troupe de scouts, un curé de paroisse ou tout simplement un ancien giscardien qui rabâche des propositions de regroupement familial ?

Vous souhaitez donc diluer le fléau dans nos campagnes :

"Il faut être clair, cette large répartition sur l’ensemble du territoire n’aurait qu’un seul but : leur apprendre nos repères grâce à une véritable immersion dans notre société."

Alors à quoi sert l'école, à quoi servent les aides familiales et le travail vous en trouvez dans les déserts ruraux que les jeunes Français de souche sont obligés de quitter ? les agriculteurs sont mécanisés et ne sont pas des psys payés par l'Etat destinés à éduquer des hommes préhistoriques endoctrinés et puis les envahisseurs sont déjà disséminés dans nos campagnes, les préfets les reçoivent en leur disant vous "êtes une chance pour la France" et ils accomplissent leur devoir de métisser et de convertir notre population.

"Il faut aussi être clair sur le préalable indispensable à cette politique : la mise hors d’état de nuire, et pour longtemps, des délinquants, des criminels et des prêcheurs antifrançais - religieux et laïcs - qui sévissent dans leurs rangs et qui sont, pour une large part, responsables du sentiment de rejet d’une majorité des Français à leur égard. Sur ce point, seule la répression paiera."

Jusqu'à ce jour on ne sait plus réprimer, on a la trouille, les assos sont faites pour engranger des aides et défendre le banditisme, les avocats aussi, la caste politique n'ose pas attaquer cet électorat de voyous...

Ils ont transformé nos cités en zone de non droit, nos villes en zone de brigandage, nous avons une armée qui va jouer aux gendarmes en Afrique au lieu d'être ici et maintenant.

Xavier NEBOUT

@ Savonarole
"Aujourd’hui tous ces bouseux font du bio et ils ont renoncé à se suicider."

Lamentable.
Lorsqu'on n'y arrive pas - peut-être parce qu'on n'a pas été assez intelligent, qu'on n'a pas pu se marier parce qu'aucune femme n'a voulu venir au milieu de la campagne, et qu'au bout de sa vie, on se trouve seul au milieu de la propriété de ses aïeux sans pouvoir la garder, qu'on se trouve ainsi hanté par la honte et les souvenirs d'une enfance d'un autre temps, on se suicide.
Pauv' c.n.

bernard

@ Savonarole
"Une baguette ne vaut pas plus que 30 centimes, en 1999 c’était son prix, le passage à l’euro a multiplié son coût. De qui se moquent ces Raimu qui nous la jouent "patrimoine français" ?"

J'ai la mémoire qui flanche, je m'souviens plus très bien...
En 1999, la baguette coûtait 4,10 francs soit 0,63 euros.
En 2021, elle coûtait 5,85 francs soit 0,89 euros.
Elle a augmenté certes, mais pas autant que tout le monde le dit.

Serge HIREL

@ hameau dans les nuages | 13 janvier 2022 à 18:40

Je connais également deux ou trois propriétaires qui se sont mordu les doigts d’avoir loué leur bien via la CAF. Ils y ont d’abord vu un avantage : la certitude que les loyers seraient payés. Ils se sont aperçus très vite que la CAF n’assurait aucun suivi des familles logées par son intermédiaire et ne participait pas au coût des dégradations... La CAF étant sous la tutelle de l’Etat, un simple décret gouvernemental pourrait régler ce problème.
Si, bénéficiant de l’autonomie financière, Madame Braguette - surnom de la CAF en outre-mer... - devait dénouer les cordons de sa bourse pour réparer les dégâts commis par ses protégés, elle aurait tôt fait de les surveiller de près... ou de mettre fin à cette pratique.

De leur côté, les propriétaires doivent prendre conscience que leur bien doit être adapté aux personnes qui l’occupent. Dans certains cas, mieux vaut des murs peints sobrement qu’un coûteux papier peint...

Par ailleurs, je note que nombre de commentateurs pratiquent le NIMBY (Not in my backyard) sans apporter de solutions à un problème qui risque de faire exploser notre société. Celle que je propose, je l’ai dit n’est ni parfaite, ni magique, et sa réussite reste aléatoire. Ce que l’on sait, c’est que l’assimilation des populations étrangères n’est possible que si celles-ci restent très minoritaires dans un espace donné. « Populations étrangères » devant aujourd’hui s’entendre sous l’angle des pratiques culturelles et des mœurs et non uniquement sous celui de la carte d’identité.

Il faut être clair, cette large répartition sur l’ensemble du territoire n’aurait qu’un seul but : leur apprendre nos repères grâce à une véritable immersion dans notre société. S’il le faut pour certains, les leur imposer, ce qui est impossible dans les ghettos d’aujourd’hui. Cela suppose une attitude humaniste, en tout cas non hostile a priori, de la part des habitants et, parallèlement, une force publique prêt à intervenir dès le premier incident. Ni résidence surveillée, ni accueil béat... disons un regard bienveillant, mais aussi vigilant.

Il faut aussi être clair sur le préalable indispensable à cette politique : la mise hors d’état de nuire, et pour longtemps, des délinquants, des criminels et des prêcheurs antifrançais - religieux et laïcs - qui sévissent dans leurs rangs et qui sont, pour une large part, responsables du sentiment de rejet d’une majorité des Français à leur égard. Sur ce point, seule la répression paiera.

sylvain

@ Ninive
"Pinocchio a fêté la "galette républicaine" à l'Elysée, comme une insulte à notre tradition de la "galette des rois"... Voilà donc notre nouveau Dieu qui sème encore la discorde !"

Mais on n'en a rien à cirer de sa galette ripoublicaine, il peut se la mettre où je pense la galette de cette République pourrie. L'important c'est qu'on n'aille pas encore sur l'échafaud pour avoir dit "galette des rois", je l'appellerai toujours ainsi : galette des rois, Noël chrétien, rois mages, en résistance à la christianophobie islamiste de l'Elysée, avec un doigt d'honneur très zemmourien comme fève ; doigt qu'il pourra ensuite se mettre là où je pense très pudiquement par respect pour la charte.

Serge HIREL

@ Exilé | 13 janvier 2022 à 16:03
« Au fait, qui dans cette honorable assemblée de contributeurs a déjà cherché à rencontrer « son » député ? »

Je dois lever le doigt. Je le tutoie même. Il est LREM... Nous avons présidé successivement un même club, voici une dizaine d’années. Parcours politique parsemé exclusivement de vestes avant la divine surprise de 2017, époque à laquelle, dans cette circonscription, mon chien avec une casquette « En marche » sur les oreilles, aurait été élu à l’Assemblée. Député discipliné. Il lève le sourcil quand il entend le terme « cognac » - il a été membre du Bureau national interprofessionnel du cognac (BNIC) - et se passionne pour son statut de membre du groupe d’études sur la gastronomie... Mais il vote contre un amendement présenté par un député UDI visant à obliger les jeunes médecins à s’installer trois ans dans un désert médical (2 décembre 2021). Dans l’une des CDC de sa circonscription (110 communes – 57 000 habitants), la moyenne d’âge des médecins généralistes - une petite quinzaine - est de 63 ans. Ainsi marchent les godillots...

PS : il vient de m’envoyer ses vœux par courriel. J’omettrai de lui répondre. « Meilleurs vœux de réussite en 2021 » ne serait pas sincère... En fait, je lui souhaite une veste XXL en juin prochain.

Ninive

Le torchon brûle, la France brûle et lisez bien ce que nous avons écrit à propos du présent billet de monsieur Philippe Bilger. Pourtant nous ne sommes pas une assemblée de commentateurs crétins ! Mais nous sommes incapables de nous entendre sur ce qui se passe et encore moins sur ce qu'il faudrait faire... c'est dramatique. Sylvain nous dit même dans un cri de désespoir : "Je confirme : Bien fait pour vos gueu*es !"

Alors tout va continuer et empirer ; un pays qui s'autodétruit, qui se métisse et s'islamise... Un peuple qui perd ses racines peut-il revendiquer son existence ?

En début de semaine Pinocchio a fêté la "galette républicaine" à l'Elysée, comme une insulte à notre tradition de la "galette des rois"... Voilà donc notre nouveau Dieu qui sème encore la discorde !

Exilé

@ Michel Deluré
« Mais en avril prochain, les Français auront l'opportunité d'exprimer librement leur sentiment. »

Je crains fort que le « librement » ne soit quelque peu déplacé, si nous en jugeons d'après les scrutins précédents, qui pour certains ont vu des candidats se présenter sous une étiquette pour la trahir au soir de l'élection et qui pour tous ont vu le libre choix des électeurs être fortement conditionné par le matraquage des médias asservis au Régime.
En somme, vous pouvez choisir le produit que vous voulez pourvu qu'il soit frelaté.

Et quand nous voyons comment une propagande aussi mensongère que tonitruante telle que celle qui est menée actuellement suffit à faire courir les gens dans une fausse direction en rangs serrés, nous sommes forcés de constater que nous sommes très éloignés de la démocratie idéale inventée par les Athéniens...
Et peut-être même de la démocratie tout court.

Savonarole

On prie le Seigneur pour que Philippe Bilger ne nous inflige pas un billet sur la baguette à 29 centimes de Leclerc.
Toute la classe politique pleure sur les boulangers, comme on a pleuré sur les restaurateurs, les pauvres choux, combien de faillites ? Combien de suicides de restaurateurs ? Rappelez-vous France 3, dans les années 2000, qui nous annonçait des suicides quotidiens d’agriculteurs qui n’étaient pas fichus de passer au bio. Quand on rate un train, on reste sur le quai. Aujourd’hui tous ces bouseux font du bio et ils ont renoncé à se suicider. Quelle blague !

Une baguette ne vaut pas plus que 30 centimes, en 1999 c’était son prix, le passage à l’euro a multiplié son coût. De qui se moquent ces Raimu qui nous la jouent "patrimoine français" ?

Serge HIREL

@ Marcel P | 14 janvier 2022 à 09:37

N’y aurait-il pas erreur de destinataire ? Votre message ne s’adresse-t-il pas à Robert Marchenoir, qui s’est déchaîné sur ce sujet (14 janvier à 02 :39) ?

-------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 14 janvier 2022 à 02:39
« Je crains que votre indignation à son encontre ne soit surtout due à cela. »

Soyez plus clair : vous m’accusez de racisme. Votre propos ne mérite pas de réponse.
Calmez-vous. Une petite chanson ? France Gall, vous aimez ? Au lendemain d’une grève historique, elle s’impose...

https://www.youtube.com/watch?v=L69oOFc7Fu0

Exilé

Parmi les diverses sources de menaces ou d'agressions à l'encontre d'élus, il faut désormais compter celles qui concernent ceux qui seraient tentés d'apporter leur parrainage à certains candidats (Mélenchon, Zemmour, Le Pen) depuis que leur anonymat n'est plus préservé.

Marcel P

@ Serge HIREL

Vous insistez pour critiquer une décision de justice dont vous ne savez absolument rien, ce sur le blog d'un ancien magistrat.

Vous affirmez que "Si votre Monsieur N'Zaou avait frappé vingt personnes dans la rue, au fil des ans" il n'aurait pas "été condamné à deux ans de prison ferme" : en réalité vous n'en savez strictement rien.
Vous colportez la défense de ce Mathurin N'Zaou qui se plaindrait de racisme. Que connaissez-vous de sa personnalité ou de son passé judiciaire ? Aussi, vous semblez considérez qu'entuber la collectivité de plusieurs millions d'euros est un préjudice social insignifiant : ne venez alors pas contester les moyens alloués au fonctionnement de l'Etat.

Vous écrivez que "l'escroc ne mérite pas la prison". Le droit pénal n'est pas à la carte. Vous ne pouvez pas exiger l'incarcération de personnes pour des violences faisant parfois encourir moins de 3 ans d'emprisonnement et demander le laxisme pour des escroqueries faisant, a minima, encourir 5 ans d'emprisonnement - et dans le cas Mathurin N'Zaou, 7 ans d'emprisonnement, puisqu'au préjudice d'une personne publique, d'un organisme de protection sociale ou d'un organisme chargé d'une mission de service public, pour l'obtention d'une allocation, d'une prestation, d'un paiement ou d'un avantage indu.

Si cela vous défrise, demandez à vos élus de voter pour une réduction des peines encourues pour escroquerie. Mais ne proclamez pas que c'est un scandale qu'on incarcère des gens commettant des infractions réprimées de 7 ans d'emprisonnement. Vous n'êtes pas autocrate, votre volonté de choisir arbitrairement la gravité des infraction est sans portée.

Aussi, vous me demandez si cela ne me choque pas qu'un fonctionnaire ne critique pas son institution au contre-exemple des professions libérales. Tout est dans l'intitulé. Un fonctionnaire est un serviteur de l'Etat, avec les avantages et inconvénients que cela comporte. Un fonctionnaire n'est pas autonome, ce n'est pas une profession libérale. On ne souhaite pas d'un policier ou d'un enseignant qu'il se permette de critiquer publiquement la politique sécuritaire ou éducative de l'Etat, choisie par les représentants de la souveraineté populaire. Parce que s'il le faisait, on pourrait légitimement douter de sa capacité à agir dans le cadre précis qu'il critique. Si ces fonctionnaires ont des dysfonctionnements à signaler, il y a d'une part des moyens internes de les signaler, d'autre part des représentants syndicaux qui ont les moyens légaux de critiquer et qui, globalement, ne s'en privent pas trop.

Trouveriez-vous normal qu'un employé d'une société défèque publiquement sur les produits vendus par sa société, entraînant pour conséquence une décrédibilisation de la société ? Non ? Les fonctionnaires sont les employés de l'Etat, c'est pareil pour eux.

Vous affirmez: "En revanche, il faut conclure de cet article que la police française est aussi vicieuse que la fonction publique française, parce que le policier français est avant tout un fonctionnaire français. Ce qu'il faut abolir, c'est la fonction publique à la française. Dont la police à la française, naturellement". L'extrême de vos propos, à mon sens, les disqualifie d'emblée.
Vous voudriez des fonctionnaires autonomes, contresens absurde et concept particulièrement dangereux avec votre compréhension de la loi pénale en version arbitraire.

Vos propos n'ont de sens que dans la bouche d'un anarchiste ou d'un autocrate. Peines encourues, missions des institutions publiques, tout ça serait à la carte. C'est incompatible avec le principe même de démocratie. Si les citoyens sont censé avoir le pouvoir, il doit y avoir des lois établies pour tous et des institutions publiques chargées de leur application telles quelles.

Michel Deluré

@ Exilé 13/22 21:43
"C'est cela la démocratie ?"

Mais en avril prochain, les Français auront l'opportunité d'exprimer librement leur sentiment. Alors, qu'ils saisissent cette occasion et ne se réfugient pas dans l'indifférence, le désintéressement, l'abstention et pire, dans la violence.

Philippe D

@ Robert Marchenoir

Merci de votre réponse.
Pour être plus précis, je ne remets pas en cause le système de la fonction publique et je ne pense pas qu'il y ait trop de fonctionnaires. En revanche je trouve que les fonctionnaires sont mal "distribués", en nombre pléthorique ici, et en nombre insuffisant là. Le statut empêche, dans bien des cas, des transferts d'une administration à l'autre. Une secrétaire des services fiscaux aura les pires difficultés à être affectée à la Dirrecte ou une autre administration. Réglementation, statut et syndicalisme borné empêcheront de fluidifier ces "passerelles".

Pour ce qui est de réclamer une moralisation de l'organisation, mon âge et mon parcours m'ont fait abandonner cette utopie.

sylvain

Il y en a qui chiffrent, d'autres qui passent à l'acte :

« Je ne veux plus de journées de sensibilisation qui sont le faux nez de journées de propagande. SOS homophobie, SOS Racisme, Assa Traoré, Lilian Thuram n'ont rien à faire à l'école. »

Génial et très courageux, mais qui a eu le courage de prononcer cette phrase révolutionnaire en direction de ce cloaque infect qu'est devenue notre école gangrenée jusqu’à l'os par le fascisme islamogauchiste progressiste woke LGBT ?

Je vous donne un indice : « BEN VOYONS »

Langue au chat 🐈‍⬛ ? ZEMMOUR évidemment !

Eh oui, c'est gênant n’est-ce pas ?

Robert Marchenoir

@ Serge HIREL | 13 janvier 2022 à 14:34
"À votre place, j’aurais un peu hésité avant de citer en exemple ce pauvre 'chef d’entreprise' condamné lourdement... Comme La Nouvelle République le relate, le bonhomme est surtout un escroc."

Votre article de La Nouvelle République n'apporte rien de nouveau, sinon que le condamné s'appelle Mathurin N'Zaou et se plaint de racisme. Je crains que votre indignation à son encontre ne soit surtout due à cela.

Elle peut aussi être due au fait que le sieur N'Zaou en question a créé son entreprise dans l'unique but de vendre des masques à l'État. Comme chacun sait, en France, faire du mal à son voisin, ce n'est pas grave, mais faire du mal à l'État, c'est abominable. L'État se défend avec la dernière énergie et punit les moindres offenses qui lui sont faites avec une rage sans limites.

Si votre Monsieur N'Zaou avait frappé vingt personnes dans la rue, au fil des ans, aurait-il été condamné à deux ans de prison ferme ? Non, et c'est bien là l'injustice que je dénonce.

Vous le traitez d'escroc. Justement. Cela ne mérite pas la prison.

D'autant que "l'escroquerie" en question est bien bénigne. Elle consiste à exploiter l'infinie arrogance et l'infinie bêtise de l'État français, qui s'imagine que des masques fabriqués en France sont purs et nobles et efficaces, tandis que les masques fabriqués en Chine, selon les mêmes normes, sont de la daube qui donnent le cancer et rendent les hommes impuissants.

Souvenez-vous des imbéciles assurances données par l'État françoué, selon lesquelles on allait "réindustrialiser" vite fait afin de pouvoir fabriquer en France... du Doliprane. Substance hautement stratégique comme chacun sait, que les nègres, les niaquoués et les bougnoules sont parfaitement incapables de fabriquer pour nous.

Je vous signale que tous les gens qui ne sont rien et qui roulent au diesel s'achètent chez Auchan des masques faits en Chine, ce qui les protège fort bien. Tout comme un milliard et des patates de Chinois mettent des masques fabriqués en Chine, et apparemment ce n'est pas ce dont ils se plaignent.

En revanche, il est manifeste que les politiciens et les fonctionnaires français ne peuvent enfiler que des masques "made in France", faute de quoi leurs yeux deviendraient bridés et ils vireraient marxistes (bon, pour le second point, c'est déjà fait).

Monsieur Mathurin N'Zaou, qu'il faut féliciter pour avoir un prénom français et se faire également appeler Mathurin Charlemagne (comme quoi, le bon escroc prospère avant tout grâce à la vanité de ses victimes), n'a attenté à l'intégrité physique de personne.

Il n'a provoqué la mort de personne, contrairement à Didier Raoult, Christian Perronne, Florian Philippot, Ivan Rioufol et Martine Wonner. Lesquels devraient dormir en prison, malgré leurs prénoms français, pour la plupart.

Il n'a altéré ou mis en danger la santé de personne. Ses masques sont tout aussi efficaces que les autres. Il y a simplement marqué "made in France" dessus, alors qu'il n'en a pas le droit.

C'est une infraction parfaitement bénigne, qui relève de la contravention et de l'amende.

Si vous marquez "made in France" sur des ticheurtes fabriqués au Boubouristan, vous allez vous faire condamner à deux ans de prison ? Je ne crois pas, non. Pourtant il n'y a pas de différence.

Dans aucune des relations de l'affaire que j'ai lues, le condamné n'est accusé d'avoir vendu des masques inefficaces, dangereux ou pas aux normes.

Son seul crime est d'avoir exposé la vanité, la crédulité et la bêtise des fonctionnaires français et des souverainistes français. C'est un crime politique, c'est pourquoi il a été condamné à deux ans de Goulag.

Tenez ! Ce brave homme a même participé à la réindustrialisation de la France. Avec le pognon qu'il a soutiré aux abrutis fonctionnariaux qui nous gouvernent, il s'est acheté une machine à fabriquer des masques qu'il a eu le temps d'installer "dans ses locaux castelroussins", comme l'écrit, dans son style de cochon, le journaliste de la Nouvelle République.

Il s'appelle Mathurin Charlemagne, il investit en France, il réindustrialise la France et on le fourre en prison. Si on lui en avait laissé le temps, il aurait fait le bien des Français malgré eux, exploitant leur vanité pour réaliser leurs désirs.

Ce peuple est véritablement d'une ingratitude crasse, à l'instar de cet autre escroc nommé de Gaulle, qui n'a cessé d'insulter les Américains et les Anglais auxquels il devait et sa gloire et la libération de la France.
______

@ Marcel P | 13 janvier 2022 à 11:58
"Pourquoi travestissez-vous les propos de Philippe D. qui se plaint des manœuvres d'élus affectant sa carrière de fonctionnaire en voulant lui faire dire que la fonction publique est un problème en soi ?"

C'est vous qui travestissez mes propos. Je ne lui ai pas fait dire que la fonction publique est un problème en soi. C'est moi qui le dis, parce que c'est vrai.

Je lui ai demandé de prendre position sur le sujet, et je constate que pour le moment, il ne l'a pas fait.

Cela ne vous choque-t-il pas qu'aucun fonctionnaire, jamais, ne critique la fonction publique ? Tout membre d'un métier ou d'une corporation, s'il est honnête, critique d'autant plus le corps dont il fait partie qu'il est bien placé pour le connaître.

Les médecins ne se privent pas de critiquer les pratiques médicales, les architectes de critiquer les mauvais bâtiments, les écrivains de critiquer les mauvais auteurs...

Curieusement, en dehors d'exceptions en nombre infime, je n'ai jamais vu un fonctionnaire critiquer la fonction publique. Au contraire : tous prétendent, en chœur, que la moindre critique du système est une insulte personnelle à eux adressée. Vous-même, il me semble...

Vous n'avez pas l'air de comprendre que cette attitude, omniprésente, est la preuve même de la nocivité intrinsèque de la fonction publique à la française. Un corps qui possède un infini pouvoir sur les Français, et qui se ligue pour interdire toute critique de son fonctionnement et de ses pratiques, c'est une organisation dictatoriale dont il convient de se débarrasser.

"Lorsqu'on lit dans la presse qu'Emmanuelle Wargon aurait régulièrement utilisé des services de police pour résoudre un trouble de voisinage l'affectant personnellement, pourquoi voudriez-vous qu'on en conclue qu'il est préférable que n'existe aucune force publique ?"

Décidément, vous faites exprès de ne pas comprendre. J'ai lu l'article du Canard indiqué par hameau dans les nuages, et en effet, il dénonce un scandale.

Personne n'en conclut, contrairement à ce que vous prétendez, qu'il faut abolir la police.

En revanche, il faut conclure de cet article que la police française est aussi vicieuse que la fonction publique française, parce que le policier français est avant tout un fonctionnaire français.

Ce qu'il faut abolir, c'est la fonction publique à la française. Dont la police à la française, naturellement. Ou le professorat à la française. Ou l'infirmerie publique à la française. Ou le dépendage d'andouilles public à la française. Vous voyez ?
_______

@ hameau dans les nuages | 13 janvier 2022 à 10:04
"Merci."

On ne parle pas des mêmes...

Xavier NEBOUT

Splendide "Complément d'enquête" sur Mimi Marchand "l'influenceuse de l'Elysée".

On y voit, à la fin, l'écoute de Brigitte Macron et de la donzelle qui se tutoient comme des femmes de truand au sujet de leur bien-aimé Sarkozy et des revirements de Takieddine ...

Ça va barder à France 2, et bon appétit à LREM !

Macron va perdre quelques veaux.

Exilé

@ Michel Deluré
« ...Secondement, considérez-vous comme normal d'intimider, de taper avant même d'exposer sa requête, d'en avoir discuté, d'en avoir débattu ? »

Mais qui de nos jours fait la sourde oreille et refuse de débattre sinon les hommes du Régime qui refusent de prendre en compte la moindre objection à leurs projets délirants et qui font voter des dispositions aux conséquences graves sans débat par un parlement croupion et puis qui se permettent en plus de traiter les Français comme du poisson pourri ?
C'est cela, la démocratie ?

Racine15

Une autre façon de voir les choses: ils ont dirigé par la peur, la peur de la mort, la peur du gendarme, tout le monde en a rajouté. Il n'a pas manqué de "Dupont Lajoie".
Maintenant que la peur change de camp, qui va s'en étonner ? Si la haine répond à la haine, comment la haine finira-t-elle ? Idem pour la peur.

Claude Luçon

"Pour défendre les élus comme le commun des citoyens."

Qui défend le commun des citoyens ?
On coupe des têtes en France, on meurt de balles perdues, d'attaques au couteau sur nos trottoirs et dans nos églises !
Nos élus qui devraient assurer la paix du pays au commun des citoyens, et sont payés pour, sont incapables de se protéger eux-mêmes, sont incapables de protéger le pays !

Ce qui est inacceptable, c'est que nos gouvernants connaissent le remède mais n'osent pas l'appliquer.
Quand on veut des résultats sur un calendrier précis, on met un général à la tête de l'organisation : la preuve, la reconstruction de Notre-Dame.
Emmanuel Macron a mis un général à la tête du projet, lui donnant cinq ans pour le réaliser et c'est ce qu'il fait, avec des civils sous ses ordres, des citoyens parfaitement heureux, et même fiers de le suivre sachant qu'ils vont gagner.

À l'image de Notre-Dame, la France a besoin d'une remise en état, elle brûle toujours, certains problèmes sont guerriers, la guerre est le travail des militaires, pas des énarques ou des gens de Sciences Po !
Nos concitoyens savent suivre un chef quand ils en respectent un ! Ou quand on touche à leurs valeurs, le drame de Charlie Hebdo l'a amplement démontré. Ils acceptent qu'on élimine les Kouachi et Coulibaly, le demandent même, sans juges ni avocats !

Le Président actuel, comme François Hollande, nous rabâche que nous sommes en guerre, les lois ont été votées, un double plan - Vigipirate et Sentinelle - est en place, organisons une armée intérieure, basée sur la gendarmerie, nos forces de police et la DGSE, sous le commandement de l'armée, pas d'un énarque, détachée des politiciens et du ministère de l'Intérieur, et donnons-lui instruction de régler le problème. Les hommes de la DGSE, de la police, feront comme les architectes, artisans et ouvriers de Notre-Dame.

Les prises de décision ne peuvent être laissées à un diplômé de Sciences Po, une école déjà incapable de s'organiser elle-même ! Nous le faisons au Sahel, pourquoi pas chez nous ?
Des gens venus d'ailleurs veulent la guerre, ignorent les lois de la République, se comportent en envahisseurs, faisons-la ! Ce problème n'est plus celui de la Justice, il est celui de nous tous.

Nos politiciens et députés n'ont aucune conception d'une organisation, de la hiérarchie et de la délégation d'autorité qui va avec, les militaires eux le savent !
Le président est le chef des armées, à lui de leur donner une mission précise. Nous utilisons déjà l'armée dans l'opération Sentinelle, il n'y a qu'un pas à franchir. Valérie Pécresse a raison, mais elle ne va pas assez loin !

Le plan Vigipirate est maintenant au niveau du citoyen, donc de la nation entière, au lieu de tergiverser les générations d'aujourd'hui doivent accepter comme leurs ancêtres en 14/18, puis de nouveau en 40/45, que la guerre est là, l'occupant est là, on nous la fait, c'est un nouveau type de guerre, c'est une guerre où nous devons combiner résistance, infiltration, et guerre ouverte !
Une guerre d'un nouveau type, mais une guerre !

Au lieu de se battre pour défendre ses chats, chiens, tortues, et les foies des canards, c'est le citoyen lui-même qui doit se défendre ne serait-ce que pour conserver la sécurité de ses animaux domestiques.

Il ne s'agit pas de donner le pouvoir à l'armée, elle a toujours montré sa fidélité à la République, elle le fait en ce moment au titre de Sentinelle, il s'agit de lui donner l'ordre de faire ce qu'elle seule sait faire !

On ne fait pas une guerre de ce type avec des bisounours, on la fait avec des soldats qui possèdent les armes adéquates, armes que l'on ne donne pas à nos policiers !
En commençant par les quartiers perdus de la République, en les isolant, en coupant tous les services : eau, électricité, gaz... Il y aura des victimes potentielles, à elles de choisir entre vie et devoir !

Tant pis pour les bisounours post-1968, en 1939 il y en avait déjà sous le nom de pacifistes, CGT inclue jusqu'à juin 1941 et Barbarossa ! Tous nos bisounours font le travail de Poutine ! (C'est de moi, pas de Robert Marchenoir !)
Et ce n'est pas Zemmour qui nous sortira de cette situation, sa seule arme est sa bouche, sa salive en guise du feu d'un dragon !

hameau dans les nuages

@ Serge HIREL | 13 janvier 2022 à 14:34

Vous voulez généraliser le cancer de l'immigration, avec des métastases un peu partout.

Du parrainage ? Mais il existe déjà. Je le vois ici avec des boomers, souvent fonctionnaires retraités avec des revenus confortables et voulant avec l'argent des autres faire l'aumône. Accueillir oui mais chez les autres. Même en dehors des immigrés ou français d'immigrés, j'en connais qui ont voulu faire le bien en restaurant une maison avec subventions, à charge pour les allocations familiales de leur trouver des locataires. Ils ont été servis. Le loyer est payé par la CAF mais la maison est un véritable taudis, la cuisine transformée en atelier de mécanique pour auto. Inexpulsables bien évidemment.

J'ai deux petits loyers pour compléter ma très maigre retraite (je précise: très importants travaux faits par nous-mêmes sans aucune subvention). Deux locataires âgés célibataires bien sympathiques dont un est handicapé mental. Si il leur arrivait malheur, je ferme à la location car je vois bien en ce moment même dans cet endroit reculé cette "flore" arriver, immigrée ou pas. Punks à chiens dans un premier temps refoulés par les migrants prenant leur place à la ville préfectorale.

Sil m'en arrivait, c'est avec plaisir que je jouerais les conducteurs pour les rediriger chez certains humanistes au capital immobilier très important et qui ont "tellement d'amour à donner".

Même promener son chien peut s'avérer dangereux:

https://actu.fr/pays-de-la-loire/reze_44143/la-colere-de-david-agresse-sauvagement-pres-de-nantes-je-n-ai-pas-baisse-les-yeux_47814022.html

Ellen

Voilà ce que c'est de boire son café debout.
Vacciné avec trois doses et testé hier, Olivier Véran, ministre de la Santé et médecin de formation, est positif au Covid-19. Il reste à l'isolement pour une semaine. Est-ce qu'il va éviter la quatrième dose et le pass vaccinal ?

Recommandations: confinement strict pour tous les ministres et E. Macron pour quatre mois, jusqu'au 10 avril 2022.

sylvain

@ Ninive
"Tout cela est absurde, indigne, lamentable et obéit à un programme d'extermination de notre race !"

J'ai dû mal m'exprimer et je suis entièrement d'accord avec votre phrase mais je maintiens que les gens sont des moutons et préfèrent voter pour leurs bourreaux que résister.
Quand on a des tarés associatifs qui font tout pour faire venir un max de migrants dans l'indifférence générale, on sème ce qu'on récolte.

Villeneuve-sur-Mosquée mérite son sort comme toutes les autres villes et communes de France, bientôt les petits villages, les hameaux et les lieux-dits.

Je confirme : "Bien fait pour vos gueu*es !"

Exilé

Au fait, qui dans cette honorable assemblée de contributeurs a déjà cherché à rencontrer « son » député ?
Quand j'étais à Paris cela m'est arrivé au moins une fois à sa permanence, c'était un homme connu et pas le pire de tous, mais j'ai eu l'impression lors de l'entretien - courtois - que je parlais à quelqu'un qui pensait : « cause toujours mon bonhomme ».

Ce qui me conduit à me demander si dans nombre de problèmes actuels dont celui de la violence que nous rencontrons dans la vie sociale y compris la vie de la cité, nous ne nous heurtons pas au paradoxe de l'incommunicabilité totale entre les personnes, surtout à l'heure où la communication divinisée envahit nos vies à toute heure du jour et de la nuit à travers divers bidules dits high-tech mais dont au final nous pouvons nous demander ce qu'ils nous apportent réellement de constructif en ce qui concerne l'échange des idées, la pacification des mœurs et l'harmonie sociale...

Et si, au point où nous en sommes, nous remplacions les parlementaires par des formulaires informatiques composés par un logiciel d'intelligence artificielle où il suffirait de cocher diverses cases pour définir au jour le jour la politique à suivre ?

Michel Deluré

@ Exilé 13/22 11:17
« Mais comment les citoyens peuvent-ils faire savoir immédiatement sans avoir à attendre cinq ans leur mécontentement à ces gens-là... ? »

Premièrement, ne mettez tout de même pas tous les politiques, sans la moindre exception, quelle que soit leur fonction, dans le même sac. Il en existe, croyez-moi, de parfaitement sincères, honnêtes, dévoués à leurs administrés, ayant le sens du devoir.

Secondement, considérez-vous comme normal d'intimider, de taper avant même d'exposer sa requête, d'en avoir discuté, d'en avoir débattu ? Le recours à la violence est-il selon vous un mode de relations normales ?

Arguer qu'il n'existe pas dans notre système d'autres moyens de se faire entendre que la violence, est un raisonnement un peu trop rapide et facile.
Nous voulons tous la démocratie mais avons souvent du mal à en accepter ses règles lorsque celle-ci dessert nos intérêts parce que nous nous retrouvons parfois dans la minorité.
Alors, la tentation est grande d'obtenir par la violence ce que nous ne pouvons conquérir par le dialogue, cela n'étant pas hélas dans notre société actuelle réservé au seul domaine politique.

Achille

@ Serge HIREL | 13 janvier 2022 à 14:34
« Achille, vous pouvez faire mieux... »

Je sais. On me l’a souvent dit, y compris sur ce blog. Mais là je me ménage un peu pour les semaines à venir qui seront particulièrement agitées.
Quand le moment sera venu de mettre le turbo, vous serez aux premières loges. Patience ! :)

Ninive

Quand la France sera pleine d'immigrés africains que fera-t-on du surplus ?

Sans oublier que les petites communes ont toujours dû subir le fléau des gens du voyage, c'est à dire trois à quatre cent mille personnes (1) prises en charge par notre société et qui ne veulent pas s'insérer tout en pratiquant leur sport habituel : la rapine, le vol permanent et continuel.

Quel malheur d'être honnête, secourable aux autres, poli, obéissant, responsable, fidèle, constructif, réaliste, concret, travailleur, respectueux.

(1) d'origine rom (Manouches, Gitans, Tsiganes ou Roms d'Europe de l'Est) ou non rom (Yenniches).

Marcel P

@ Serge HIREL

Vous évoquez l'idée de « mettre un terme » aux « ghettos urbains ou périurbains où sont regroupés les immigrés les plus pauvres et les moins enclins à aimer la France, cette dérive qui ne génère que violences, délinquance et asociaux. Cela ne se fera pas du jour au lendemain et sans effort de l’ensemble de la société française. ».

Cela, on le disait déjà en 2006. On a testé. On a cassé les grandes barres de la Courneuve à Clichy-sous-Bois en passant par Vitry-sur-Seine.
On a vu le résultat dès les années 2012/2015 : dans les petits bleds de Seine-et-Marne, villages-dortoirs de travailleurs d'Île-de-France, ont été déplacées des familles provenant des tours de la cité Balzac de Vitry ou des 4000 de La Courneuve (là où le Kärcher n'est jamais passé et où en 2022 règnent toujours en maître les familles à l'origine de la fusillade ayant provoqué la mort d'un gamin par balle perdue à l'origine de l'histoire du Kärcher). Les problèmes qui se posaient dans les cités n'ont pas cessé. Les intérêts économiques qui y contribuent sont toujours là, peu importe l'agitation des ministres de l'Intérieur déclarant la guerre aux stupéfiants tous les 2 ans alors que cette bataille est perdue depuis au moins 15 ans. Par contre, les petits villages connaissent maintenant la violence et le poids de la présence d'incontrôlables à demeure.

On pourra bien continuer cette logique de répartition. C'est déjà à l'oeuvre dans Paris même. Ça ne changera rien. Dès lors que vous collez des familles de délinquants aux abords de braves types normaux, même de gauche et plein de bonne volonté, tôt ou tard, ils seront obligés de cesser d'exposer leurs enfants aux violences et à la médiocrité scolaire. Tôt ou tard, ils iront habiter un peu plus loin, en payant un peu plus cher. Et juste après, un malin viendra constater dans ce nouvel endroit l'absence de mixité. Les braves gens payeront toujours plus cher pour s'éloigner, un malin viendra leur caser un logement social à côté de chez eux, pour que ceux qui ont fui pour l'avenir de leurs gamins soient obligés de fuir encore plus loin, encore plus cher.

Les trois avantages que vous voyez à cette répartition n'existeront pas. Parce qu'ils continueront de provoquer la fuite des autres. Le seul avantage réel, c'est que les électeurs privilégiés géographiquement connaîtront de première main la situation vécue par d'autres.

Non, tout ceci ne marche pas. Déplacer les voyous comme autrefois on déplaçait les prêtres et les profs violeurs d'enfants d'une paroisse ou académie à une autre, ça ne change pas la donne.

Les cités si décriées aujourd'hui ne sont pas des lieux infâmes par leur disposition géographique, leur organisation spatiale. C'est mentir que de dire le contraire. Il y avait beaucoup d'idées intéressantes dans la reconstruction du coeur de ville de Saint-Denis ou la cité des Poètes de Pierrefitte-sur-Seine, pour ne citer que quelques exemples évidents. Des terrasses, des balcons, des passages, cela aurait pu être génial. C'est parfaitement inadapté pour contrôler la criminalité, certes. Mais ce n'était pas la criminalité qui avait été envisagée comme passage obligatoire. Et les villages, demain, ne se révéleront pas nécessairement plus adaptés.

Il faut poser d'autres exigences. Fermeté et fin de la prohibition absurde (pourquoi ne pas interdire la vente d'alcool, sinon, si vraiment on veut continuer à donner du fric aux voyous ?), par exemple. Moins de chiffres, plus d'actes, en somme (injonction quand même facile à caser).

Serge HIREL

@ hameau dans les nuages | 13 janvier 2022 à 12:32
« ...vous voulez faire payer à leur tour aux sans dents, péquenots et autres cette politique... »

Vive le séparatisme ! Il y a donc, d’un côté, les « Parigots têtes de veau », les « nantis », les « bourges » et les « bien sapés »... et, de l’autre, la lie humaine de province. Si nous nous haïssons à ce point entre nous, nous sommes bien partis pour assimiler les immigrés...

Quand vous quittez le périph, n’oubliez pas de coiffer votre casque colonial et vérifiez votre arc et vos flèches... Le plus inquiétant dans vos propos, c’est qu’apparemment vous n’habitez pas une bien grande ville... Prenez aussi vos bottes, il y a tellement de boue dans les hameaux de nos campagnes...

Votre maire a bien raison lorsqu’il exige de garder la main sur les logements sociaux. Habitant près d’une petite sous-préfecture de Charente-Maritime - je suis un presque Parigot reconverti en péquenot -, je vois quotidiennement les problèmes que posent les familles virées de La Rochelle et « assignées à résidence » ici par le Préfet avec pour tout bagage les allocs’ et autres prestations d’assistance.
L’ancien maire tapait du poing sur la table et le Préfet répartissait mieux ses « problèmes ». Celle qui l’a remplacé, grande humaniste puisque de gauche, ne dit rien et même en redemande... Ce sont les autres petites villes du département qui s’en réjouissent...

Axelle D

@ Savonarole 13 janvier 2022, 12:43

Une affaire rocambolesque en effet que celle de cet ancien procureur d'Evry recherché à l'époque de l'affaire Balkany par toutes les polices et jusqu'au Makalu !**

Mais ce proc nous avait aussi bien fait rire quand il s'était placé au premier rang de la cathédrale d'Evry, sa maîtresse en majesté à ses côtés, lors de la venue du pape Jean-Paul II en 1997.

Ou encore quand il reprochait à un commissaire divisionnaire "trop de plaintes de la part de ses hommes pour de prétendus outrages", le fait de se faire traiter d'encu**, de sale put* et autres joyeusetés n'étant pas bien grave et ne constituant pas des injures selon lui. Ce à quoi le commissaire avait rétorqué vigoureusement en haussant le ton de façon à être entendu de l'entourage : "ça vous plairait Monsieur le procureur de vous faire traiter de sale encu** de magistrat à longueur de temps ? Eh bien moi mes gars, ils doivent supporter d'être insultés à longueur de temps et s'il y en a un qui craque vous serez le premier, vous, ou l'un de vos pairs, à le fustiger et à le condamner durement."

**Un livre à lire : Lettre de l'Himalaya à ceux qui jugent et à ceux qui sont jugés, de Laurent Davenas, paru en 1998 aux éditions du Seuil.

Ninive

@ sylvain | 13 janvier 2022 à 13:05

Je ne comprends pas votre réponse à Exilé, vous avez dû mal interpréter ce qu'il a écrit. Cela fait plusieurs fois que cela vous arrive, cher sylvain.

Pour appuyer Exilé, je confirme que les émigrés sont envoyés dans des centres d'accueil de villes secondaires qui progressivement sont devenues aussi insupportables que les zones de non droit des banlieues et pourtant on leur offre le gîte et le couvert plus des avantages pécuniaires que les Français de souche n'ont jamais connus ; certains viennent se faire soigner gratis et pour d'autres venir en France est une cure de bien-être par rapport à ce qu'ils vivent chez eux ; pourtant dans ces pays de misère nous ne sommes pas acceptés alors que nous sommes capables de réaliser ce qu'ils sont incapables de faire.

Tout cela est absurde, indigne, lamentable et obéit à un programme d'extermination de notre race !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS