« Le féminisme au détail comme le masculinisme ! | Accueil | Rappel en ce début d'année de la charte du blog »

05 janvier 2022

Commentaires

Aliocha

L'église du Christ contre le Christ, mais avec Zemmour.
François a du boulot, la confusion règne dans les esprits catholiques.

Bill Noir

Je suis contre l'Église !
- Pourquoaaa ?
- Parce que Zemmour est pour.
- Vous êtes antisémite ?
- Non, mais lui est pour l'Église.
- Et alors ?
- Il est pour l'Église mais contre le Christ.
- L'Église du Christ ?
- Oui, l'Église du juif universel.
- Vous êtes donc, si je comprends bien, pour l'Église du Christ mais sans Zemmour ?
- Et alors ? Ça vous gêne !
- Du tout, je suis catholique.
- Ça ne m'étonne pas… vous êtes un peu tordu !
- Et en plus je suis pour Zemmour.
- Bonjour Monsieur...

Aliocha

- Zemmour est un tocard !
- Pourquoi dites-vous ça ?
- Il est pour l'église mais contre le Christ, le juif universel !
- Vous êtes contre l'église ?
- Oui, quand elle est antisémite.

Achille

Geoffroy Didier, directeur de la communication de Valérie Pécresse, déclare que tous les maires qui apporteraient leur parrainage à Zemmour « n’appartiendraient plus de fait aux Républicains, ils s’excluraient eux-mêmes des Républicains, de fait ».

Tout le monde a pourtant bien compris qu’empêcher Éric Zemmour d’obtenir ses précieux 500 parrainages, c’est offrir toutes les voix de celui-ci à MLP et ainsi empêcher la candidate de LR d’accéder au second tour.
Alors à quoi joue Geoffroy Didier ?
Valérie Pécresse ferait bien d’utiliser son Kärcher dans ses propres rangs, pendant qu’il en est encore temps. Encore faut-il savoir s’en servir ! :)

Bill Noir

- Zemmour est un tocard !
- Pourquoi dites-vous ça ?
- Je suis antisémite.
- Ah ! Bon !

Serge HIREL

@ Herman Kerhost | 08 janvier 2022 à 16:54

Bien sûr que la politesse s’apprend, mais celle de Robert Marchenoir est tellement extraordinaire qu’elle ne peut qu’être qu’innée. N’aviez-vous pas quelque peu soupçonné ce cas unique, si j’en crois l’hommage insistant que vous lui avez rendu ?

Il me semble que le véritable sens de ma réponse à RM vous ait échappé. En fait, elle est très critique. Je ne supporte pas les injures et sarcasmes qu’il adresse systématiquement à ses contradicteurs. Le dire en feignant une admiration sans mesure de ses propos et de leur ton relève de l’humour grinçant, tout comme la première phrase ci-dessus.

Pour conclure, en voici un autre exemple, qui salue le savoir encyclopédique de RM, quel que soit le sujet abordé : depuis qu’il s’est converti à l’écriture inclusive en accordant à « iel » une place dans la langue française, je n’ouvre plus le Petit Robert. Dieu soit loué, il me reste le Grand Robert.

Achille

Suite de mon post précédent. Quelle est la différence entre Éric Ciotti et Éric Zemmour… et... Guillaume Peltier ?

Ce dernier a été ancien vice-président de LR, avant d’être viré par le président Christian Jacob en mai 2021.
Rappelons quand même qu’avant de venir à LR, il a fait un petit passage au FN, ce qui peut expliquer les raisons pour lesquelles il n’a pas l’intention de soutenir Valérie Pécresse à qui il reproche d’avoir voté pour Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle de 2017.

Donc Guillaume Peltier a déclaré ce matin rejoindre Éric Zemmour. Voilà qui, sans mauvais jeu de mots, va jeter un froid dans les rangs de LR.
Certes c'est un peu osé, mais la politique c'est un peu comme le tiercé. Parfois, miser sur un tocard, ça peut payer !

Achille


Quelle est la différence entre Éric Ciotti et Éric Zemmour ?

Laborieuses explications de Valérie Pécresse .

Si vous avez compris, je veux bien vous envoyer mes codes Canal ! :)

Herman Kerhost

@ Serge HIREL | 07 janvier 2022 à 11:26
"et, comme Herman Kerhost, votre sens inné de la politesse..."

J'ai dit "inné", moi, ah bon ?

Une politesse innée, quelle idiotie ! Ça s'apprend, la politesse, et dès l'enfance. Voilà qui explique votre impolitesse. Vous n'êtes pas né avec, et avez donc conclu que cette vertu vous serait à jamais étrangère.

Note à Philippe Bilger:

Votre charte ne sera respectée que par ceux qui la respectaient déjà plus ou moins, et sera ignorée par les autres. Pourquoi ne pas simplement mettre au panier les commentaires indésirables ? Vous le faites déjà de temps en temps avec mes commentaires, pourquoi ne pas généraliser cette pratique ?

Serge HIREL

@ Marcel P | 07 janvier 2022 à 13:15
« Aussi, le problème n'est pas qu'Emmanuel Macron soit insatisfait d'une part des citoyens qui se refusent à la vaccination. Il a le droit de mettre en cause leur moralité. »

EM serait donc une sorte de confesseur, habilité à punir le péché mortel commis par les non vaccinés et à les chasser du temple ? "Allez vous faire piquer, mon fils. Je vous rendrai ensuite votre carte d’identité"...
Un indice qui conforte cette thèse : il tutoie le Pape...

F68.10

@ Ninive
"Ne perdez pas votre temps à défendre le professeur Raoult devant un parterre de saltimbanques qui vont disparaître sous peu avec leur théâtre psychédélique."

Il me semble que notre hôte a écrit quelque chose du genre suivant, le premier janvier: "ne confondez jamais la détestation des personnes avec la contradiction des idées."

Bref...

Il me semble que ce commentaire ci-présent est exprimé de manière polie.
Est-il nécessaire que je m'exprime de manière moins polie à votre endroit, Ninive ?
"Parterre de saltimbanques" et "théâtre psychédélique" ? Vraiment ? Je vous suggère aimablement de changer de ton. Et si possible, une bonne fois pour toutes.

Ninive

@ anne-marie marson | 07 janvier 2022 à 21:32

Ne perdez pas votre temps à défendre le professeur Raoult devant un parterre de saltimbanques qui vont disparaître sous peu avec leur théâtre psychédélique.

F68.10

@ anne-marie marson
"Je ne vous permettrai jamais de dire que le Pr. Raoult est un charlatan."

M. Raoult est un charlatan.
Ça suffit, la langue de bois.

Aliocha

@ Marcel P

Le lien est la vindicte, autant dire la tentative de résoudre la violence en désignant une victime émissaire.
Qui divisera perdra, que Macron écoute ce que Sarkozy n'a pas entendu, les votes récupérés d'un côté se perdent symétriquement de l'autre.
Reste le pardon à l'ennemi comme unique pédagogie, rappelant qui était Clovis à P. de Villiers.

anne-marie marson

@ F68.10 | 06 janvier 2022 à 11:46

Mes maîtres à l'INSERM ont été Alexandre Minkowski et Jean Hamburger. Ils étaient tous les deux des pionniers, l'un en médecine néonatale l'autre pour les greffes du rein.
Je ne les ai jamais entendu se plaindre des malades.
Quand je vois ce que sont devenus les hôpitaux de Saint-Vincent-de-Paul et du Val-de-Grâce, je pense à eux avec tristesse.

D'autre part, jeune thésarde, j'ai vécu la mémoire de l'eau avec Jacques Benveniste, théorie que Masaru Emoto vient de remettre à l'honneur.

Je ne vous permettrai jamais de dire que le Pr. Raoult est un charlatan.
Il est très nettement supérieur à tous les Mégarbane, Delfraissy... qui squattent les plateaux télé.

Marcel P

@ Aliocha

En fait, un président élu pourra toujours désigner à la vindicte ceux qui bafouent la loi et la Nation. Ainsi, il sera toujours possible à un président de la République de s'inquiéter des salafistes, par exemple.

Aussi, le problème n'est pas qu'Emmanuel Macron soit insatisfait d'une part des citoyens qui se refusent à la vaccination. Il a le droit de mettre en cause leur moralité. C'est tout autre chose que nier leur qualité de citoyen.

C'est amusant que vous ayez fait le lien avec l'Islam car, justement, c'est bien l'action de certains musulmans qui a mis en discussion la possibilité de déchéance de la nationalité pour actes de terrorisme. À l'époque, Emmanuel Macron proclamait que "la déchéance de nationalité est une faute politique, en plus d'être une solution inefficace" https://twitter.com/emmanuelmacron/status/851400497701498880
La déchéance de la nationalité est bien cependant une possibilité légale pour ceux ayant acquis la nationalité française.

Ninive

@ Bill Noir | 07 janvier 2022 à 08:06

Pas pour du beurre mais pour une marée noire.

Serge HIREL

@ Robert Marchenoir | 06 janvier 2022 à 22:22
« Votre partisanerie et votre recherche incessante de la polémique sans objet m'affligeront toujours. »

Heureux de vous rendre à nouveau service... Vous aimez tant être malaimé et malmener vos contradicteurs... Mais consterné que, cette fois, vous abritant sous les « directives » de notre hôte, vous rendiez une copie blanche. Je savoure tant vos répliques... et, comme Herman Kerhost, votre sens inné de la politesse...

Aliocha

C'est bien, peut-être était-ce le dessein présidentiel de démontrer brillamment comme le fait Serge Hirel que, quand Zemmour serait président, il ne pourrait plus désigner les musulmans à la vindicte comme il le fait pour se faire élire, sauf à ne plus garantir l'unité de la nation, laissant le bec dans l'eau ses électeurs à qui il aurait, ce qu'il reproche à tous ses rivaux, menti sciemment pour se faire élire.

La violence est une pandémie mimétique d'ordre religieux, il es nécessaire pour découvrir le vaccin encore non reconnu par tous ceux qui l'exercent et donc en sont victimes, de connaître les avancées scientifiques qui décrivent ce mal pour mieux le circonscrire et s'en immuniser :

http://www.archivesroyalistes.org/Rene-Girard-le-perturbateur

Que le blog qui propose cette présentation soit royaliste ne signifie pas que Girard l'était, pour ceux qui voudraient n'en rester qu'à la forme plutôt que de toucher le fond.

Bill Noir

@ Ninive
« Pensons à ce jour béni où il quittera son bunker en laissant derrière lui des centaines de milliards de dettes et une rancœur citoyenne phénoménale »

Et les nouveaux arrivants « qu'il a appelés de ses vœux » vous les comptez pour du beurre ?

F68.10

@ Exilé
"Avez-vous essayé récemment d'exposer à un généraliste les divers problèmes simultanés de santé dont vous souffriez ?"

Pas exactement. Mais je suis effectivement rentré en confrontation très brutale (rhétoriquement) avec un médecin tout récemment. Je lui ai signifié en des termes on ne peut plus clairs et haineux qu'il n'y aura aucun consentement aux soins sous quelque manière que ce soit s'ils me nient le droit de m'opposer aux soins. (C'est une tautologie, mais elle n'est pas très claire pour eux.) J'ai donc perdu tous mes droits de type pension invalidité. J'en suis ressorti le cœur léger: j'ai réussi à ne pas consentir aux soins. Pour une fois.

Plus sérieusement: vous confondez les plans d'analyse de l'action médicale. La science, c'est ce qui est censé contraindre l'action du médecin pour qu'ils ne vous nuisent pas. C'est ce que, dans un monde parfait, vous ou la société devraient être en droit et en mesure de lui opposer pour qu'il bosse bien. C'est le boulot, par exemple, de la HAS.

À ne pas confondre avec leur pratique du métier et leurs organisations internes, nécessaires, mais qui sont éminemment critiquables. Comme les "protocoles". Si vous confondez, vous vous garantissez de ne rien y comprendre. À votre décharge, ils entretiennent la confusion. Et, je trouve, en abusent.

Quant à la médecine "holistique", normalement, toute médecine est censée être "holistique" ; bien que cela ne soit que rarement le cas. Mais ceux qui prétendent explicitement faire de la médecine holistique ? Ce sont très généralement des charlatans.

Résumons: ce n'est pas parce que les avions s'écrasent que les tapis volants volent. Voilà mon opinion de la médecine dite holistique.

Je note aussi que vous faites un contresens systématique sur ce que Nuremberg a amené en terme d'éthique médicale. Ce serait hors-sujet que de le détailler, mais je vous informe que vos propos écorchent les yeux de quiconque les lit avec un minimum de conscience de ce qu'est ou censé être l'éthique médicale moderne. Depuis Nuremberg, justement.

Herman Kerhost

@ Robert Marchenoir | 06 janvier 2022 à 22:22
"Je ne vous ferai pas l'honneur d'une réfutation détaillée des reproches mesquins et absurdes que vous m'adressez. Certaines directives ont été diffusées en ce sens."

Je comprends que Pascale et Philippe Bilger en aient assez des commentaires longs et sans objet avec le sujet proposé, mais j'aimerais qu'ils fassent une exception vous concernant. Vos commentaires, qu'ils soient longs (mes préférés) ou courts, sont toujours pour moi une source essentielle d'un bonheur intellectuel.

Je vous connais bien, et je sais donc que même si les recommandations des Bilger ne sont jamais suivies, je vous lirai moins, car la politesse n'est pas la moindre de vos vertus.

Robert Marchenoir

@ Serge HIREL | 06 janvier 2022 à 15:06
"En conseillant d’écouter une partie de l’émission Code Source du Parisien que vous avez soigneusement choisie [...] Les excuses que vous lui cherchez conduisent à vous croire plus royaliste que le roi..."

Votre partisanerie et votre recherche incessante de la polémique sans objet m'affligeront toujours. Il suffit de lire mes différents commentaires pour constater que je ne soutiens nullement Macron dans cette affaire. Mais le sens de la nuance et vous, ça fait deux.

Je ne vous ferai pas l'honneur d'une réfutation détaillée des reproches mesquins et absurdes que vous m'adressez. Certaines directives ont été diffusées en ce sens.

Ninive

@ sylvain | 06 janvier 2022 à 08:13

Cher ami,

Comptons les jours qu'il reste à vivre à la Macronie. Pensons à ce jour béni où il quittera son bunker en laissant derrière lui des centaines de milliards de dettes et une rancœur citoyenne phénoménale ; en espérant qu'il disparaîtra de la scène politique et humaine définitivement pour se faire soigner.

Serge HIREL

Même si, en 2017, il a bénéficié d’une victoire "volée" à un autre candidat, la présidence d’Emmanuel Macron n’est pas illégitime au vu de notre code électoral qui a été respecté. Mais c’est bien là sa seule légitimité. Celle qui fait d’un candidat élu un Président, tout aussi importante, sinon plus, provient de sa personne, de ses comportements, de ses paroles, de son aptitude à rassembler, respecter, conduire le peuple.

Sur ce point, après près de cinq ans d’exercice du pouvoir, Macron a perdu tout crédit. Si quelques points restaient encore dans sa besace, le 1er janvier, il les a perdus sous l’Arc de Triomphe et dans les colonnes du Parisien. Je suis vent debout contre les non vaccinés, mais j’atténuerai désormais mes reproches pour éviter de lui emboiter le pas, qui est encore moins acceptable de sa part que de tout autre Français.

Jamais aucun Président n’a déclaré son « envie d’emmerder » une catégorie de citoyens, qui, de plus, ne transgressent aucune loi. L’un d’eux, alors Premier ministre, Georges Pompidou, dont les sbires macroniens tentent aujourd’hui de détourner les propos, a même conseillé strictement le contraire. Il s’est emporté contre un jeune chargé de mission, Jacques Chirac, venu lui faire signer une montagne de décrets : « Arrêtez d’emmerder les Français ! Foutez-leur la paix ! »

Parmi les Présidents de la Ve République, un seul a quelque peu exercé un pouvoir personnel comme aime à le faire « Manu 1er ». Mais le poids de la légitimé personnelle de celui-là était incommensurablement plus fort que le sien. Lui avait sauvé la France et rétabli sa puissance. En 1958, désemparés par l’affaire algérienne, les Français l’avaient rappelé au pouvoir... et il l’a exercé avec ce qu’à l’époque il fallait de rudesse pour juguler la guerre civile qui s’annonçait. Le danger éloigné, les clivages apaisés - comme, sous son autorité, cela avait déjà été le cas après la Libération -, peut-être a-t-il trop tardé à se soucier des aspirations de la jeunesse à plus de liberté. Mai 1968 l’a désarçonné, il a repris la main... tenté un référendum-plébiscite périlleux... le peuple a dit « non ». De Gaulle est parti la tête haute, le devoir accompli, couvert de gloire.

Macron, lui, en cinq ans, a divisé les Français, laissé se développer la violence, fermé les yeux sur les tentatives de déstabilisation de notre société. Aujourd’hui, sans sourciller, il dit mépriser une catégorie de Français...

Est-ce être naïf que croire que, désavoué, y compris au sein de sa majorité, il saura se retirer avant même le scrutin d’avril ? Oui, très probablement. L’arrogance est mauvaise conseillère.

Est-ce trop brutal de juger qu’il s’est cette fois disqualifié pour exercer une seconde mandature ?

Est-ce rêver que croire que son « envie d’emmerder » lui vaudra le même sort que celui de Fillon, qui a aggravé sa chute par son « et alors ? » lancé après la découverte des cadeaux de Bourgi ? N’est-il pas souhaitable que les Français mettent fin à ce règne de moins en moins républicain ?

Bien sûr, les macroniens, tous un peu gênés tout de même par cette grossièreté de langage - devant les sénateurs, Castex a fait pitié lors de sa tentative désespérée de sauver les meubles... - ne manquent pas de désigner un autre candidat à la Présidence qui, pour attirer l’électeur, joue, lui aussi, la partition de la division.

Mais Zemmour, lui, n’est pas - pour l’heure - le Président, chargé par la Constitution d’assurer l’unité des Français, et ne s’en prend qu’à une catégorie de citoyens qui bafouent la loi, violentent et tuent, préfèrent l’autorité de leur Dieu à celle de notre République, se comportent en conquérants dans nos banlieues, bref nous em*erdent. Cette minorité-là, oui, il n’y a plus lieu de chercher à la convaincre. Leur rendre la pareille est la bonne stratégie.

Exilé

@ F68.10
"Primo: le corps médical a l'obligation de soigner selon les données scientifiques disponibles. L'existence de protocoles a cela pour but."

Le but premier est surtout de faire entrer le patient de gré ou de force dans un cadre standard défini par les SS, puis de cocher les cases correspondantes sur un formulaire.
Avez-vous essayé récemment d'exposer à un généraliste les divers problèmes simultanés de santé dont vous souffriez ?
La médecine holistique a été jetée à la poubelle.

Enfin, je ne me focalise pas sur la personne du seul Pr Raoult, mais il faut indiquer que dans le monde des millions de patients ont été traités avec succès dans des hôpitaux avec des traitements alternatifs simples brocardés par nos chers et ruineux apparatchiks qui affirment et condamnent sans savoir.
Si vous ne me croyez pas, consultez les "papiers" publiés par diverses universités étrangères.

Serge HIREL

@ Robert Marchenoir | 05 janvier 2022 à 23:19

En conseillant d’écouter une partie de l’émission Code Source du Parisien que vous avez soigneusement choisie, vous laissez entendre que le Président se serait simplement laissé aller à reprendre une expression de l’un de ses interlocuteurs... et vous en concluez qu’il s’agit d’un dérapage « intellectuel », et non politique.

Deux faits vont à l’encontre de cette thèse qui tente de l’absoudre.

- Poursuivant son propos, Macron dit aussi : « Quand on est irresponsable, on n’est plus un citoyen ». Difficile de ne pas considérer cela comme un propos strictement politique. Difficile aussi de ne pas imaginer que cette condamnation peut aussi s’appliquer à d’autres « irresponsables » que les non-vaccinés, tels les automobilistes commettant de grands excès de vitesse...

- Les journalistes ne le disent que rarement, mais les « grandes interviews » (PR, PM, ministres parfois) sont relues par la personnalité elle-même ou, au moins, par son cabinet. Celle en question l’a été, comme l’indique le journaliste qui l’a réalisée. Il est même très précis quant à cette pratique : « C’est une relecture purement formelle, on veut s’assurer qu’il n’y a pas de contresens [dans le résumé de la transcription de l’interview], mais, en aucun cas, le moindre changement sur le fond n’est admis. »

« Sur le fond »... Donc l’Elysée - apparemment le Président lui-même - a bien validé que le terme « emmerder » n’était pas de pure forme, pas un énième propos incontrôlé, mais bien l’expression d’une volonté politique. D’ailleurs, Macron le dit lui-même : « C’est ça la stratégie ». La stratégie du Président : « emmerder » des Français...

Il ne s’agit donc pas d’une simple provocation de plus, à ranger avec les « riens », les « réfractaires », les « illettrées »... mais d’un outrage du Président à l’encontre d’une partie de ses concitoyens. Cinq millions de « non citoyens », excusez du peu... « L’outrage de trop », selon l’excellent Bruno Retailleau.
Les excuses que vous lui cherchez conduisent à vous croire plus royaliste que le roi...

F68.10

@ Exilé
"Hélas, de plus en plus ils se contentent d'appliquer des protocoles normalisés, même s'ils ne correspondent pas toujours à l'état et à l'intérêt de leurs patients."

Vous confondez deux choses.

Primo: le corps médical a l'obligation de soigner selon les données scientifiques disponibles. L'existence de protocoles a cela pour but. Car si personne ne suit les protocoles, il n'est plus possible de rien évaluer en haut lieu, ni de savoir qui travaille mal. Et naviguer à l'aveugle est la meilleure manière de se planter.

Deuxio: les protocoles servent aussi aux professionnels à se cacher derrière ces protocoles pour prétendre avoir bien fait leur boulot. Alors qu'il n'en est rien et que le patient morfle pour rien. C'est là une perversion qu'il faut combattre.

Résumons: les protocoles doivent être appliqués pour ne pas naviguer à l'aveugle. Ils ne doivent pas non plus être appliqués à l'aveugle au risque de s'enferrer dans une spirale de l'échec. C'est la responsabilité des médecins de savoir faire la part des choses.

"Quant à ceux qui ont fait œuvre de pionniers dès le début de l'épidémie, souvent avec succès, ils ont parfois dû comparaître devant le Conseil de l'Ordre dont ils dépendaient."

Didier Raoult a éclaté dans les grandes largeurs tout ce qu'il était admissible de faire pour une personne dans sa position. Ce n'est que justice qu'il fut amené à comparaître devant le Conseil de l'Ordre. Et, à ma connaissance, en écartant l'accusation de charlatanisme, le France a encore péché par complaisance envers l'autorité mal placée et par peur d'employer les gros mots. La "politesse", en somme...

On lui a donné une pichenette sur les doigts. Il aurait mérité bien plus. J'attends que la condamnation soit faite en des termes beaucoup plus durs. Après, je me moque que la sanction soit symbolique ou pas, tant que le verdict est clair. Là, il ne l'est pas. On ne peut vraiment pas dire que le Conseil de l'Ordre ait fait une victime... bien qu'apparemment il ait fait appel pour durcir la sanction.

Achille

Tiens il semble que Valérie Pécresse et Nadine Morano soient redevenues copines.
La candidate LR vient de nomme Nadine Morano dans son équipe de campagne comme conseillère sur l'international.

Pourtant en 2019 elle nous expliquait pourquoi elle avait quitté LR. Une des raisons était Nadine Morano.
Comme quoi la violence en politique peut parfois s’effacer quand il y a des intérêts en jeu, au moins le temps d’une campagne...

Exilé

Les propos discutables faisant l'objet d'une partie de ce billet ont tout de même été tenus, circonstance aggravante, par le gardien de la Constitution en personne, celui à propos duquel Pierre Desproges disait : « Pendant qu'il fait ça, il va pas au bistrot ».

Mais dans la mesure où le style, c'est l'homme, nous sommes fondés à nous inquiéter pour le devenir de la Constitution, d'autant plus que ces derniers temps elle semble être plutôt malmenée de façon répétée sans que personne ne trouve à y redire.

Denis Monod-Broca

Pourquoi tant de violence politique ?
Pourquoi tant de violence ?
Parce que l'illusion est forte qui voudrait qu'il soit pertinent d'opposer la violence à la violence pour vaincre la violence.

Exilé

@ anne-marie marson
"Les médecins ne sont plus des pionniers."

Hélas, de plus en plus ils se contentent d'appliquer des protocoles normalisés, même s'ils ne correspondent pas toujours à l'état et à l'intérêt de leurs patients.

Quant à ceux qui ont fait œuvre de pionniers dès le début de l'épidémie, souvent avec succès, ils ont parfois dû comparaître devant le Conseil de l'Ordre dont ils dépendaient.

Aliocha

Ben mince alors, voilà le président qui ne respecte pas la charte du blog, et nous fait du ben voyons.
La violence est bien une contamination, et toutes les Mam'zelles Mamelles du pays vont prendre le maquis, s'y reluire le pis de la gloire d'être vache et pas mouton, à aller ainsi au fond des bois choper le Omicron par crainte de l'écouvillon.

Paradoxal, nous dit le taureau après ses envols qui crèvent les chapiteaux, les pionniers de la médecine bientôt vont s'occuper du canard pétomane, voilà de quoi nous rassurer, vont-ils lui proposer de changer de sexe puisque les anges n'en ont pas ?
Cela ferait la nique aux cathos, bien fait pour eux, ces caverneux qui sonnent les cloches tout en s'adonnant à des pratiques qu'ils condamnent, prêchant le bien pour mieux dissimuler de qui ils sont suppôts, les malins !

Mais ne craignons rien, Valou la jabote ressort le Kärcher de la cave, on peut compter sur les Républicains pour apaiser le climat, les députés en viennent au main, il est l'heure de se rappeler que le roi Richard disait aux juifs de rester chez eux ce soir, quand on donnait au peuple de la viande et du vin pour fêter la victoire, il fallait bien ménager de la prochaine guerre le financement.

Voilà de quoi renvoyer dos à dos le nouveau monde et l'ancien, et se réfugier chez ceux qui ne valent pas tripette, sachant qu'ils ne savent pas, et vont aux chemins fraternels partager ce qui reste, petits riens traversés par le tout des exodes pharaoniques, leurs dés jetés aux vents divins, avec les breloques surannées de tous les Jupiter, ceux-là qui, désarticulés, n'auront même plus Lisieux pour pleurer d'avoir fait les malins.

sylvain

Violence ? Où voyez-vous de la violence ? Politique ? Surtout pas !

BEN VOYONS !

D’après la propagande officielle macronienne, le seul responsable c’est Zemmour.

BEN VOYONS !

Ce ne sont pas les racailles de banlieues qui brûlent crament incendient flics mobilier urbain, qui agressent tabassent caillassent forces de l’ordre pompiers samu en toute impunité multirécidiviste complicité de nos juges rouges.

Non ! C’est Zemmour et lui seul !

BEN VOYONS !

Ce ne sont pas non plus les hordes et meutes des antifanazis de Sopo extrêmes islamogauchistes qui saccagent le meeting de Villepinte, non !

C’est Zemmour et lui seul !

BEN VOYONS !

Ce ne sont pas les black blocs aux ordres secrets du pouvoir qui cassent pillent brûlent pendant les défilés des Gilets jaunes pacifiques pour les discréditer, non !

C’est Zemmour, encore lui !

BEN VOYONS !

Ce ne sont pas non plus les ligues de la haine de gauche qui encouragent l’insécurité et l’anarchie dans tout le pays en soufflant sur les braises du grand brasier social destructeur de la France, non !

C’est Zemmour, toujours lui, rien que lui !

Zemmour se balade gentillement dans la rue pour faire ses courses, il est agressé violemment par des islamogauchistes, le verdict sera :

« Zemmour accusé d’ incitation à la haine et de propager la violence ! »

BEN VOYONS !

Bill Noir

ON ME DIT
Qu'il existe une discipline du nom de Cosmologie Primordiale et qu'elle a des Docteurs célèbres. Je ne connaissais pas, après tout c'est possible, peut-être des gens qui s'occupent de ce qui se passe « avant » le Big-Bang ?

Disons, pour faire bref, que ce n'est pas de la Science dure, plutôt de la fantasmagorie, des trucs pour Hanouna !

Aujourd'hui les scientifiques s'accordent totalement sur le Big-Bang – cet instant sans durée pendant lequel tout se mit à « exister » : l'Énergie, la matière, le Temps et l'Espace [*] – et par voie de conséquence qu'il n'y avait rien avant.

Les Juifs et les Chrétiens disent que c'est une intervention divine ; les autres croyants ont une imagination plus délirante ; quant aux agnostiques ils se contentent de dire que « de rien il ne peut rien sortir ! ».

[*] C'est cette dernière donnée qui est la plus étonnante : comment imaginer quelque chose sans l'Espace… même le minuscule proton, aussi espiègle que le furet de la mère Michel… celui que notre dernier prix Nobel de physique arriva à maintenir en place, lui interdisant de baguenauder de-ci de-là malgré tous les champs possibles.
Un proton ne pourrait exister sans l'Espace… alors le reste...

Achille

Circulez y'a rien à voir !
Beaucoup de bruit pour rien suite au "gros mot" du président.
Le projet de loi Pass vaccinal a été adopté par 214 pour, 93 contre, 27 abstentions.
À noter quand même que deux tiers des députés LR n’ont pas voté pour ce projet : 24 ont voté contre, dont le porte-parole de la candidate LR Aurélien Pradié et 27 se sont abstenus.
On connaissait le quatre quarts. LR a inventé le trois tiers.
Eh oui, LR aussi a ses "frondeurs", comme le PS en 2017. On sait ce qu'il est advenu de ce dernier…

Quant à Mathilde Panot, la nouvelle égérie de LFI, elle exige rien moins que des excuses du Premier ministre. Elle ferait mieux de montrer son indignation pour les insultes et menaces de son patron à l’encontre de simples citoyens qui voulaient juste faire une photo avec lui.

F68.10

@ anne-marie marson
"Le Président s'en est pris aux non-vaccinés, qui n'auront plus le droit, à partir du 15 janvier, d'aller au cinéma, ou de boire un canon..."

Je vous ferais remarquer que si le président souhaite "emmerder" les non-vaccinés, il ne souhaite pas les mettre en taule. Et il récuse clairement, tout comme moi, l'idée de trier les patients sur la base de leur statut vaccinal.

Comparativement, l'éthique des soignants est beaucoup plus flottante. Certes, ils sont en première ligne, mais l'idée de rompre avec les fondamentaux de l'éthique médicale en triant les patients non pas sur leur état médical mais sur leur état vaccinal montre qu'ils ont quand même un esprit quelque peu revanchard. (Ce qui ne m'étonne pas trop, entre nous.)

Et qu'ils sont prêts à "emmerder" les non-vaccinés jusqu'à les discriminer de manière bien plus sévère en terme de conséquences que de simplement ne pas pouvoir aller boire un canon.

Enfin, pas tous les médecins. Faut pas exagérer. Mais trop.

Je pense qu'il est nécessaire de mettre ainsi un peu de contexte sur les propos macroniens. Peut-être que vous vous rendrez compte que la tentation d'"emmerder" les non-vaccinés, ce n'est pas exactement une idée qui n'a germé que dans la tête de Macron...

Cela permet de contextualiser la notion de "violence politique". Car il y a bien une violence sous-jacente qui n'est pas du fait des politiques.

"Les médecins ne sont plus des pionniers. Ils préfèrent vacciner plutôt que de former des réanimateurs, ou de créer des vaccins."

Les médecins ne doivent pas être des pionniers. Ils doivent appliquer l'état du savoir sur leurs patients. État du savoir qui est determiné par les scientifiques, dont des médecins.

Je n'ai aucune envie de me faire soigner par un "pionnier". Ni ne le souhaite à personne. Hormis cas très particuliers. Et sûrement pas pour une pandémie.

anne-marie marson

Le Président s'en est pris aux non-vaccinés, qui n'auront plus le droit, à partir du 15 janvier, d'aller au cinéma, ou de boire un canon...

C'est un discours de ringard.

Aujourd'hui, avec Netflix, Prime Vidéo, Canal +, Disney Channel... il existe des milliers de films et de séries disponibles, dans toutes les langues.
On peut apprendre l'espagnol, le chinois, le japonais.

Ce sont souvent des créations originales, qui attirent de grands créateurs.

De même, plus personne de nos jours ne boit un "canon" . C'est un terme qui veut faire populo mais qui date de la Traversée de Paris, en 1940.

C'est un discours de ringard, formaté par l'ENA et Sciences Po.

Les vaccins sont américains. Le drapeau est européen.

Les médecins ne sont plus des pionniers. Ils préfèrent vacciner plutôt que de former des réanimateurs, ou de créer des vaccins.

Robert Marchenoir

Ceux qui veulent comprendre le contexte du fameux "emmerdement des non-vaccinés" écouteront avec profit le podcast réalisé à ce sujet par l'excellente rubrique Code Source du Parisien (à partir de 11 mn 22s).

Les journalistes du quotidien y expliquent comment Emmanuel Macron en est venu à prononcer les phrases contestées, dans le courant de la longue interview qu'il a accordée aux lecteurs du Parisien à l'Élysée.

Trois points sont à retenir : le Président, en prononçant ces mots, donnait raison à une infirmière, qui venait de lui décrire les difficultés de son travail. Dans son témoignage, qualifié de "poignant" par l'un des journalistes, elle se disait exaspérée de constater que la plupart des malades du Covid qu'elle et ses collègues avaient à soigner, en réanimation, n'étaient pas vaccinés. Ces malades, disait-elle, prenaient la place de cancéreux dont le traitement était retardé, mettant leur vie en péril.

De plus, Emmanuel Macron, en employant le mot "emmerder", ne faisait que reprendre la question d'un autre lecteur, qui, lui, se demandait pourquoi il devrait "emmerder" ses enfants en les vaccinant, alors que cela ne servirait qu'à protéger des personnes âgées refusant la vaccination.

Pour finir, Emmanuel Macron, une fois de plus, fait la preuve par ce dérapage qu'il est un intellectuel. En tant qu'homme politique, il aurait dû savoir d'instinct qu'aucun "contexte" ne vaut, et que seules les phrases incriminées seraient retenues, faisant scandale. Les journalistes qui animaient l'interview se sont d'ailleurs immédiatement regardés, à ce moment, anticipant les réactions outragées qui allaient se produire dès la publication de l'interview.

Mais sa passion de convaincre a été la plus forte. Il a poursuivi le fil de son raisonnement, sans crainte de dire les choses carrément, cédant aussi à son goût de la provocation.

Le paradoxe est que sur ce point, Macron ressemble beaucoup à Éric Zemmour.

duvent

@ Savonarole | 05 janvier 2022 à 18:06
« Louis Ferdinand Destouches, célèbre médecin français, avait édicté comme loi fondamentale que "dans une population donnée il y aura toujours 20 % de cons, c’est incontournable". Il avait écrit une jolie thèse sur le médecin Ignace Philippe Semmelweis (1818-1865), qui avait déterminé qu’il fallait se laver les mains avant de procéder à un accouchement.
À vous lire on peut en déduire que vous siégez en tête de gondole dans les 20 %. »

Oh ! Savonarole, vous n'êtes pas très correct, car voyez-vous j'avais dans l'intention de respecter la charte et les souhaits renouvelés de M. Bilger, et vous voulez me faire trébucher... Quel piètre contradicteur !

Vous venez, il me semble, de me traiter de conne...

Je pourrais bien sûr, faire comme si de rien n'était, je pourrais aussi vous dire que vous n'êtes pas à plaindre de ce côté-là, mais j'ai décidé de vous détromper, car je suis bonne et puis je sais que vous avez dans l'habitude de venir jeter votre petit compliment et repartir en courant tout fier de votre courage momentané et tellement badin...

Oui, je vais vous détromper, et j'espère que vous ne reviendrez pas, comme d'habitude, dire que vous ne vouliez pas dire ce vous avez dit, ou qu'il ne faut pas prendre mal ce qui vous a échappé dans un instant de gaieté incontrôlable.

Ainsi donc, vous devez savoir que je ne suis pas en tête de gondole de ces fameux 20 %, je suis les 20 %, mais vous Très Cher Savonarole, vous devez être très à cheval sur la pasteurisation de la sottise, et cela vous autorise à tenter une petite incursion dans le monde des cons dans mon genre.

À vous lire, il est aisé de voir les bornes qui balisent votre petit jardin, ne soyez donc pas si craintif, les cons dans mon genre ne viendront jamais près de votre jardinet désert, sur lesquels souffle le vent sans que ne se soulève la moindre graine. Il n'y a rien dans cette closerie qui présente un peu d'intérêt...

Et puis, dites-moi, je vous en prie Très Cher Savonarole, qui peut dire mieux que moi à quel point ma vie ne mérite pas qu'on en fasse mention ? Pas vous !

Force vent et parfait vide !

Lucile

@ stephane | 05 janvier 2022 à 17:06

Heureuse année à vous stephane !
Heureuse année à tous et à Philippe et Pascale Bilger.

----------------------------------

@ Axelle 05 janvier 2022 à 16:58

Quelle tristesse, n'est-ce pas ? Et quel choc. Difficile d'oublier.

------------------------------------

@ Bill Noir | 05 janvier 2022 à 18:33

Je ne fais pas la pub de Nathalie MP, elle n'en a pas besoin. Mais comme je lui emprunte une de ses expressions il est normal que je la cite.

Jérôme

Bonjour Philippe,

Emmanuel "Kadyrov" Macron confirme jour après jour sa médiocrité.
Et les "faiqueniouzes" de continuer de plus belle.
Ses thuriféraires sont des ânes, comme lui.
Asinus asinum fricat

Robert

Votre billet, Monsieur Bilger, est un modèle de réflexion et de modération du ton de vos affirmations auxquelles il est difficile de trouver un défaut.

Nombre de commentateurs ont déjà exprimé ce que j'aurais écrit. Je pense notamment à Julien WEINZAEPFLEN | 05 janvier 2022 à 09:33, caroff | 05 janvier 2022 à 10:30, Exilé | 05 janvier 2022 à 11:26.

J'ai également apprécié le commentaire de Lucile | 05 janvier 2022 à 15:32 qui montre à monsieur Macron que le refus des prochains vaccins administrés comme un traitement de maladie chronique est tout à fait justifié.
De fait, Israël, qui vaccine sans interruption, en est à la quatrième injection. La population, qui s'est jusqu'à présent facilement pliée à ces vaccinations à répétition, commence à regimber. Au journal télévisé de France 2, un médecin israélien a même commencé à donner des arguments sensés pour exprimer ses interrogations sur cette fuite en avant vaccinale, pour ne pas dire "vaccinaire".

Quant à monsieur Macron, il reste égal à lui-même. Certains encensent sa constance à bousculer tous les symboles auxquels une grande majorité de Français restent attachés parce que représentatifs de leur Nation. Il n'empêche que l'usage public d'un langage de charretier, l'envie manifeste d'opposer des catégories de citoyens entre eux sont indignes de la fonction éminente qu'il est censé exercer au sommet de l’État. Qu'il est loin le temps où, sur le parvis du Louvre, monsieur Macron s’investissait hiératiquement dans sa nouvelle fonction. Et il a suffi d'attendre le 13 juillet 2017 pour montrer ce qu'intimement il est : le parfait exemple de l'égocentrisme exclusif. Il intègre une graine de tyran par ses "je", d'autant qu'il ne se sent limité dans l'exercice de son pouvoir par aucune disposition de nos institutions.

Je crains qu'en cas de reconduction dans ses fonctions présidentielles en avril prochain, la mise en œuvre de sa politique ne crée une situation pire que celle qui l'a fait trembler en 2018.
Il se prend pour Bonaparte, Premier Consul. En réalité il se comporte en Charles X. Avec une réédition des Trois Glorieuses avant le terme de son second mandat ?

Achille

@ Pierre | 05 janvier 2022 à 17:42
« Moi, je parlais d’arguments scientifiques tel qu’ils paraissent dans le Lancet, le New England, le British Médical etc. Désolé, nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes. »

Désolé de vous décevoir. Je suis sûr que ces revues sont très instructives pour ceux qui s’intéressent aux sujets d’ordre médical et aux virus en particulier, mais personnellement je ne suis pas attiré par ce domaine. Le virus je le subis comme à peu près tout le monde, mais il ne m'intéresse pas.
Quand je confie ma voiture en révision je fais confiance à mon garagiste, pour l’entretien de ma pompe à chaleur je me fie à la compétence de mon chauffagiste. Idem pour mon médecin quand il me prescrit une ordonnance.

Tout ça pour dire que concernant la lutte contre la Covid-19 je fais confiance aux mesures prises par le gouvernement dont les décisions reposent sur un conseil d’experts de haut niveau. Certainement pas à des farfelus comme Dupont-Aignan qui ce matin sur CNews se permettait de donner des conseils à un épidémiologiste éminent de la Pitié-Salpêtrière, ceci devant les yeux stupéfaits de Philippe Bilger lui-même !


Solon

C'est bien joué ! Il faut s'attendre à d'autres nuages de fumée. Pendant qu'on parle de ces outrances, on ne parle pas du fond.

hameau dans les nuages

@ lucas | 05 janvier 2022 à 15:19

Je ne vais pas relancer la bataille des chiffres mais faites attention avec ceux qu'on vous annonce. Est considéré comme non vaccinée même la personne ayant ses deux doses et en deçà d'un nombre de jours. Encore pire avec la troisième dose où le nombre de "non vaccinés" sera bien plus important par la force des choses. Si on applique ce principe à la hauteur de la population c'est près de 70 % de la population qui ne serait pas vaccinée.

----------------------------------------------

@ Lucile

Je l'ai vécu avec ma belle-mère pour laquelle nous avons fait le choix vu les conditions d'hospitalisation de la ramener par ambulance à la maison pour y finir ses jours. Même les ambulanciers en allant la chercher dans sa chambre ont été outrés. C'était avant le Covid.
Ce même "hôpital de campagne" dans tous les sens du terme avait son bloc fermé plusieurs jours entre Noël et le jour de l'An car ils n'avaient pas d'anesthésiste. A cause des non-vaccinés ?

GERARD R.

Vaccination ou pas vaccination ? Des vaccins qui vaccinent on en trouve. Des vaccins (efficaces) anti-covid on en cherche. Or, hormis dans la caboche des intolérants pro-vaccins, de tels vaccins n'existent pas encore. Et pour cause ! La tromperie commence dès leur dénomination. Ce ne sont pas des vaccins au sens propre du terme, mais bien des expérimentations géniques, dont on s'évertue à minimiser et à nier les risques et gravité d'effets secondaires.

De même que l'on a exagéré leur taux de protection initialement diffusé, qui rivalisait avec les scores électoraux les plus fracassants de l'ère soviétique, pour ensuite être ramenés progressivement à des cours bien plus modestes. Et avant même d'admettre du bout des lèvres que même si à l'extrême, leur efficacité réelle était proche de zéro, ils n'en limitaient cependant pas moins, promis, juré, les... « formes graves » de la maladie. Ainsi que le ressasse à satiété l'antivax non assumé Dupont-Aignan, qui préconise la vaccination sur les vieux schnocks, à la rigueur, mais en aucun cas sur son auguste personne.

À ces incitateurs fous et invariablement agressifs vis-à-vis des non-vaccinés et qui omettent quand même de s'interroger sur les raisons du pourcentage significatif de soignants refusant de se faire inoculer, je pose une question : « Avez-vous pensé que ces assistants réfractaires, évoluant, contrairement à vous, dans les milieux hospitaliers, savent peut-être, sur ces thérapies géniques expérimentales que vous voudriez nous injecter de force, des choses que vous ignorez, pauvres naïfs téméraires ? »

Et pauvres fous ! Imaginez qu'à force de reproches et de pressions sur votre entourage, vous en ameniez à franchir le cap et que leur inoculation tourne mal, à quelle hauteur vous sentiriez-vous concernés ? Envisagez-vous d'engager votre responsabilité aux fins de réparations ? Ah, je vous entends déjà ânonner la formule toute faite selon laquelle « rien ne permettrait d'établir une relation de cause à effet et bla bla bla ». La formule de la lâcheté de ceux qui s'érigent en régents de la liberté et de la vie des autres, sans jamais en assumer les conséquences éventuelles. On devrait vous poursuivre pour incitation à la médication non désirée et vous punir en conséquence. Car conseiller ou inciter quelqu'un à accepter un traitement médical, relève de l'exercice illégal de la médecine.

Et pourquoi toujours cette agressivité, cette haine dans le sens : inoculés consentants/non-vaccinés ?
Pour atteindre la couverture collective ? Bah ouiche ! Cet argument ne tient pas, dès lors que tout comme l'efficacité extraordinaire, initialement vantée des vaccins, s'est cassée la figure, il apparaît désormais, selon certains médecins, qui ne sont pas du camp de la clique à Macron l'emmerdeur, que des lits d'hôpitaux, et même de réanimation, sont bel et bien occupés par des malades à jour de vaccinations, de pass sanitaire et tout le toutim. Oui mais... dans quelles proportions ? Ben, à vous de me le dire. Enfin... si vous avez accès aux unités des soins covid, aussi barricadées que Fort Knox. On se demande pourquoi ! Les risque de contamination, sans doute. Oui mais de quoi ? De la version officielle ? Non, parce que la presse, hein...

Souvenez-vous des chiffres désastreux des hospitalisations du début de la pandémie. Eux aussi ramenés finalement à... peanuts. Donnant ainsi raison, aux odieux « complotistes » et leurs divagations. Z'en avez pas marre, les cobayes consentants, de passer pour des jobastres ?

Comme on se demande pourquoi les médias persistent à diffuser des nouvelles anxiogènes, dont la plupart finiront démenties. Sans le moindre débat contradictoire ?

Aujourd'hui et cela est scientifiquement établi tout multi-vacciné est un vecteur de transmission du virus qui se complaît à se croire protégé, préférant s'appuyer sur des théories officielles des plus fumeuses et qui finiront bien par apparaître, elles aussi, au grand jour.

C'est pourquoi je ne saurais trop conseiller à ces crédules cobayes, fanatiques et donneurs de leçons vindicatifs, de mettre un sérieux bémol à leurs menaces, à leurs vociférations stupides et indécentes, qui cachent mal dans beaucoup de cas leurs propres regrets de s'être fait entuber, avec trop de précipitation, par des dirigeants dont la tendance à la prévarication atteint des sommets que n'atteindront probablement jamais la pandémie et ses variants à l'infini...

Tiens, pour conclure, combien de membres de l'exécutif ont-ils été réellement inoculés ??

Deviro

@ lucas | 05 janvier 2022 à 15:19
"70 à 80 % des non vaccinés occupent des lits d'hôpitaux."

Les non vaccinés sont environ 5 millions et 70 %, ça fait entre 3 et 4 millions. On est les champions du monde des lits d'hôpitaux...
Vous avez la même compréhension des statistiques que Claude Luçon qui considérait la manif du Trocadéro en faveur de Fillon comme un "échantillon représentatif" de l'électorat français...

Il eût été préférable que vous écriviez :
"70 à 80 % des lits d'hôpitaux sont occupés par des non vaccinés" et le reste de votre commentaire aurait alors tenu la route...

Exilé

@ Achille
"D’autant qu’elle est totalement téléguidée par l’aile dure de LR."

L'aile chamallow, je présume ?

Michelle D-LEROY

@ caroff
"Je ne sais si cela s'adresse également aux fumeurs..."

Le problème c'est qu'avec la macronie, le sens et donc l'échelle des valeurs est totalement disproportionnée.

Alexandre Benalla a eu une amende de 500 € pour avoir été en possession d'un faux passeport mais il est prévu 75 000 € d'amende pour un faux pass sanitaire.

Les voyous échappent à la loi, les black blocs également, mais la police cherche des noises à ceux qui par exemple ne portent pas de masque.

Ce virus rend fou et nos politiques trop contents de détourner l'attention de leur bilan calamiteux.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS