« Constat accablé avant l'heure... | Accueil | Une démocratie bien propre sur elle ? »

21 avril 2022

Commentaires

Bill Noir

Putin va déclarer officiellement la guerre le 9 mai… Hitler Putin, Nazisme Communisme c'est du kif ! 

Bill Noir

@ F68.10

Le RS-28 Sarmat « ne change quoi que ce soit à la dissuasion nucléaire. »
Quand même !

Je ne suis pas un ingénieur de l'Armement spécialiste du nucléaire, je suis un simple pékin, mais cet engin, si l'on veut bien le considérer calmement, est plus qu'effrayant. Il est parfaitement furtif, indétectable, supersonique au point qu'il ne lui faut que 5 minutes pour atteindre la France… atteindre la France : c'est là le pire, figurez-vous qu'il est exactement « calibré » pour détruire tout pays de notre « taille »… sans toucher l'Espagne, l'Italie, la Suisse protégées par les montagnes et même l'Allemagne et la Belgique pour peu que le point d'impact soit calculé au plus juste.
Même chose par exemple pour le couple Espagne-Portugal pour peu que l'on trouve un motif suffisant pour le rayer de la carte mais à part les Maghrébins je ne vois pas et ceux-là ne sont pas près d'avoir du nucléaire si Dieu le veut...

Bon !

Il y a quelques semaines j'avais follement considéré que le cas Putin devait être traité par ses compatriotes – je veux dire pratiquement – et que la méthode Brutus ne devait pas être réservée aux chiens ou autres parasites de la même espèce.
Le serf de la toundra n'est pas responsable de sa misère, il est victime de ce successif étiolement civilisationnel du tsarisme et du communisme : il n'empêche qu'il est au premier chef chargé de l'élimination de son tyran actuel.

C'est osé de faire valoir des perspectives de cette sorte ! D'autant que, à considérer les plus récentes apparitions de la tête gonflée du sieur Putin – on parle de cancer, de thyroïde – il pourrait bien être dans « ses derniers moments »… mais tenté de nous entraîner dans son néant.

Et pourtant un haut responsable, le Général Yacovleff, Saint-Cyrien, légionnaire, Otanien, professeur à l'École de guerre… a récemment évoqué cette « sortie »… que Putin « sera probablement liquidé par les siens » et qu'il pourrait bien faire « une malencontreuse chute du 5e étage du Kremlin ! »

Ça ne serait pas aussi bête que ça… ce que j'en dis c'est pour vous répondre…
Bonne journée camarade...

F68.10

@ anne-marie marson
"Je ne souhaitais pas non plus répondre au précédent, qui est un ramassis d'insultes..."

Vous êtes sacrément gonflée. Vous pratiquez l'insulte à qui mieux mieux, qui plus est de manière semi-séditieuse. Et vous vous offusquez qu'on vous précise que vous êtes bien plus mufle que Monsieur Macron et ce en quoi vous l'êtes ?

"Donc j'en resterai là. J'espère que c'est clair ?"

Et vous voulez en rester là ?
En gros, quand vous donnez une baffe, vous avez le droit d'ordonner qu'on en reste là ? Non, Madame: je retourne la baffe. C'est clair ?
Je n'ai aucune raison de m'écraser face à vous, face à votre arrogance, votre cuistrerie, votre sophistique, votre muflerie, ainsi que face à votre certitude d'être sortie de la cuisse de Jupiter quand vous nous servez les fatwas de Monsieur de Castelnau en guise de hors-d'œuvre.

Je vais donc résumer en encore plus court:

1. Vous êtes auto-centrée. 2. Vous n'avez aucune légitimité intellectuelle à trouver Jupiter mufle. 3. Jupiter vous a très bien cernée, Madame la royaliste communiste. 4. Vous êtes mufle. 5. On n'agresse pas les hommes politiques en déplacement à coup de tomates. 6. Ce qui est un comportement qui mérite punition. 7. Monsieur de Castelnau peine à exposer ses arguments en faveur de la culpabilité de Monsieur Macron dans l'affaire McKinsey. 8. Vous seriez politiquement plus productive si vous cherchiez à résoudre les problèmes institutionnels qui font obstacle aux poursuites en matière de criminalité en col blanc plutôt que de hurler au complot de la "Macronie". 9 Ce qui vous indiffère, car seule vous motive votre obsession anti-Macron.

Diagnostic: partisanisme halluciné. 600 milligrammes par jour de Tercian recommandé.

anne-marie marson

@ F68.10 | 01 mai 2022 à 05:39

N'étant pas adepte du ping-pong, je ne répondrai pas à votre commentaire.
Je ne souhaitais pas non plus répondre au précédent, qui est un ramassis d'insultes et de lieux communs.
Mais vous insistez.
Donc j'en resterai là. J'espère que c'est clair ?

F68.10

@ anne-marie marson
"Je n'ai pas le temps de lire votre commentaire. Vous ne pourriez pas faire plus court ?"

À votre service. Voici les points clés:

1. Votre commentaire au sujet d'Elon Musk montre que vous pensez quand même pas mal avec vos ovaires.

2. Je fais très bien de l'appeler Jupiter: je me moque de vous et des Français qui veulent un Roi pour lui cracher dessus comme on voudrait le beurre et l'argent du beurre. Attitude d'enfants gâtés.

3. Jupiter a entièrement raison de tenter de renouveler l'exercice de la démocratie par ce qu'il appelle de "la délibération ouverte en société". C'est le seul moyen d'adresser le déficit démocratique en respectant la présidentialisation de la vie politique, votre drogue à tous. Le fait que vous appeliez cela de l'"arrogance" montre que vous recherchez davantage la castagne que la démocratie. Rassurez-vous: cela vient. Vous l'aurez, votre castagne.

4. Vous êtes bien plus mufle que Monsieur Macron ne le sera jamais.

5. On ne balance pas des tomates sur des hommes politiques en déplacement. Moi, quand je rencontre un homme politique en déplacement, je le laisse passer, je lui parle, je le respecte comme je le fais de n'importe qui d'autre. Je ne balance pas des tomates.

6. Balancer des tomates ne relève pas de la liberté d'expression et mérite le trou. A fortiori quand il s'agit de viser un président de la République. C'est comme cela qu'on discipline les réels indisciplinés. Si la taule doit servir à quelque chose, il serait temps qu'elle serve un peu à ce type de rééducation. On manque un peu de goulags, en France, tout de même...

7. Monsieur de Castelnau est un sombre hypocrite si ce n'est une graine de réel dictateur. Surtout comparativement à Jupiter. Si on veut faire tomber M. Macron avec l'affaire McKinsey, il va falloir faire un peu mieux pour aller chercher Jupiter et prouver sa culpabilité. Sa culpabilité en quoi, au fait ?

8. Si vous cherchez à faire en sorte que le parquet commence à déboîter un peu plus à droite à gauche, et fasse du chiffre en ce qui concerne la criminalité en col blanc, il serait temps de se retrousser les manches. Pistes d'actions: - élection des procureurs pour qu'ils nous fassent campagne sur le thème du "je serai plus dur que Judge Dredd face aux criminels en col blanc" - faire sauter le verrou de Bercy, qui est depuis 1920 une façon de contrôler étatiquement quelles sont les poursuites engageables en matière de fraude fiscale. C'est l'éléphant dans le couloir que vous vous refusez à voir, car traiter le problème sur le fond ne permet pas de viser explicitement M. Macron. C'est ballot, hein ?

9. Ce qui prouve que, au fond, la fraude de McKinsey, vous n'en avez rien à s'couer. Seul Macron vous obsède. Pas vraiment la fraude. Et c'est pour cela qu'il convient d'ignorer vos opinions inconséquentes et chouineries dans un grand éclat de rire. Mon rôle se borne ici à rendre cela explicite pour quiconque nous lirait.

—————————————————

@ Bill Noir
"Le RS-28 SARMAT, nouveau gicleur putinien, est « calibré » France. Qu'on le sache !"

Je ne vois pas en quoi ce type de joujou change quoi que ce soit à la dissuasion nucléaire. Ce type de missiles, c'est pour épater la galerie. Faire du buzz.

Rien n'a changé sur les fondamentaux de la dissuasion.
Si ce n'est que les nouvelles technologies militaires et les nouveaux enjeux favorisent l'escalade et augmentent les possibilités d'erreurs de jugement.
Mais le fond reste valable: destruction mutuelle assurée.

Je pense que ce n'est plus le temps d'écouter les menaces russes. Les élites russes autour de Poutine ont fait un choix. Elles veulent l'escalade. Qu'on leur fournisse donc leur escalade.

Poutine fait des menaces nucléaires ?
Biden rajoute une tranche de 30 milliards en Ukraine.
Que Vlad continue ce petit jeu de la provoc', si cela l'amuse.
Je pense en effet que nous sommes très loin du niveau de souffrance maximal que nous sommes en mesure d'infliger à la Russie et qu'il ne faut pas s'interdire d'aller jusqu'au bout de la douleur.

anne-marie marson

@ F68.10 | 29 avril 2022 à 03:58 (@ anne-marie marson)

Je n'ai pas le temps de lire votre commentaire. Vous ne pourriez pas faire plus court ?
Sinon je m'en tiendrai à la première phrase:
"Je pense qu'Elon Musk est plus séduisant, et surtout plus séducteur, et beaucoup plus riche."
Bwahahaha ! Elle est trop forte celle-là... je passe... joker !

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 29 avril 2022 à 03:58
"Quant au sobriquet de Jupiter, cela vient d'un entretien dans lequel il décrit alors la présidence qu'il souhaitait effectuer comme jupitérienne. Les Français veulent une présidentialisation digne d'un Sauveur, d'un Roi, d'un Messie. Il leur a donc promis un exercice du pouvoir en droite ligne avec leurs aspirations. S'il ne l'avait pas fait, on le lui aurait reproché. Pas assez régalien, pas assez digne, pas assez gnagnagna..."

Exactement. Les Français réclament un truc, on le leur donne, puis ils hurlent au meurtre en prétendant qu'ils voulaient le contraire.

François Hollande était une chiffe molle qui négociait en public avec une adolescente immigrée illégale, il "n'incarnait pas la fonction". Emmanuel Macron consent à mettre un peu de grandeur dans son style présidentiel, il devient un "dictateur".

Les Gilets jaunes se plaignent des augmentations d'impôt et demandent "où passe le pognon", une semaine plus tard ils exigent "qu'on rétablisse l'ISF, c'est la seule solution".

Quand l'épidémie de Covid éclate, Français hurlent qu'il n'y a pas de masques, on veut des masques, c'est un scandale, Macron est un assassin, puis lorsque les masques arrivent, les mêmes hurlent au nazisme, les masques créent toutes sortes de maladies, ce sont des "muselières", Macron est un assassin et un dictateur.

Finalement, les Français ont peut-être raison : c'est peut-être un dictateur qu'il leur faut, un type qui n'écoute pas leurs gémissements et qui les mène à la trique. C'est bien possible.

F68.10

@ anne-marie marson
"Je pense qu'Elon Musk est plus séduisant, et surtout plus séducteur, et beaucoup plus riche."

Bwahahaha ! Elle est trop forte, celle-là... je passe... joker !

"Les médias ont toujours dit que M. Macron était jeune et beau, que c’était Jupiter (et puis quoi encore ?), donc c'était un tacle un peu facile envers M. Macron, en reprenant ses propres propos."

Il me semble utile de préciser que les "tacles" ne sont pas des arguments. La démocratie n'est pas un terrain de foot ni un champ de bataille.

Quand au sobriquet de "Jupiter", cela vient d'un entretien dans lequel il décrit alors la présidence qu'il souhaitait effectuer comme jupitérienne. Les Français veulent une présidentialisation digne d'un Sauveur, d'un Roi, d'un Messie. Il leur a donc promis un exercice du pouvoir en droite ligne avec leurs aspirations. S'il ne l'avait pas fait, on le lui aurait reproché. Pas assez régalien, pas assez digne, pas assez gnagnagna...

"François Hollande ne croit pas au "président jupitérien". Il considère que le Président est devenu un émetteur comme un autre dans la sphère politico-médiatique. Pour ma part, je ne crois pas au président "normal". Les Français n'attendent pas cela. Au contraire, un tel concept les déstabilise, les insécurise. Pour moi, la fonction présidentielle dans la France démocratique contemporaine doit être exercée par quelqu'un qui, sans estimer être la source de toute chose, doit conduire la société à force de convictions, d'actions et donner un sens clair à sa démarche. La France, contrairement à l'Allemagne par exemple, n'est pas un pays qui puise sa fierté nationale dans l'application des procédures et leur respect. [Tu l'as dit, bouffi: cf. article 11] Le patriotisme constitutionnel n'existe pas en tant que tel. Les Français, peuple politique, veulent quelque chose de plus. De là l'ambiguïté fondamentale de la fonction présidentielle qui, dans notre système institutionnel, a partie liée avec le traumatisme monarchique. [Noooon... j'y crois pas !!] C’est bien pourquoi le président de la République, dans notre représentation collective, ne peut être tout à fait "normal"." -- E. Macron, Challenges, 16.10.2016

Franchement, Monsieur Macron a été bien gentil avec vous en jouant ce rôle que vous exigez de lui qu'il endosse. Beaucoup trop gentil. Et il s'en explique d'ailleurs dans son entretien d'avant-présidentielle sur France Inter du contexte qui le contraint en la matière:

"Je n'ai pas révolutionné l'exercice du pouvoir présidentiel, si c'est votre question. [...] Je sens bien qu'il y a un décalage entre le renouvellement politique que j'ai incarné et le classicisme de l'exercice de la fonction, je vous entends. [...] Il y a une méthode d'élaboration de la décision en démocratie. Mais ce point, d'ailleurs, je tiens à vous le dire, ne vaut pas que pour celles et ceux qui m'accompagnent ! Il y a une crise de tous les partis politiques et même de tous les syndicats. Et nous avons dans notre démocratie un problème sur ce sujet. Mais je ne ferai pas cela en faisant comme les voisins car nous ne sommes pas un système parlementaire. Et c'est pour cela qu'il faut inventer de la délibération ouverte en société quoique n'étant pas un système parlementaire. C'est ma difficulté mais la question est tout à fait pertinente et je ressens le même déséquilibre et la même insatisfaction." -- E. Macron, France Inter, 22.04.2022

Vous comprenez ? Votre présidentialisation de la démocratie, c'est vous tous qui l'avez voulue. Macron se plie à l'exercice. Et a donc assumé vouloir exercer un pouvoir jupitérien.

Et franchement, quand on le choix entre Jupiter (Macron), Junon (Le Pen) et Vulcain (Mélenchon), je trouve le surnom plutôt marrant. Vous voulez tous du jupitérien. Je l'appelle Jupiter. Je me moque donc de vous. Et je me moque aussi des impasses de la démocratie française que la présidentielle symbolise et matérialise à la perfection: ne me dites pas que la présidentielle s'est bien passée ; je ne croirais en effet pas un traître mot en ce sens de votre part.

Vous en crevez. Et Jupiter essaie de vous en sauver. Vous êtes incapable de le comprendre, même quand cela fait six ans qu'il vous explique la nature du problème qui vient de vous péter à la figure ces derniers jours. Continuez... vous êtes sûrement sur la bonne voie.

"M. Macron est un mufle grossier, pas seulement lors de son débat avec MLP, mais depuis 5 ans avec les Français et avec ses adversaires politiques. Il a des ministres aussi mufles que lui."

Monsieur Macron est à la tête d'un pays de mufles. Il est au pire à votre image. Et je trouve qu'il présente un bien meilleur portrait de ce pays de mufles que votre muflerie se plaît à peindre.

"C'était mufle d'aller à Cergy voir le peuple."

Vous croyez vous moquer de qui en sortant de telles âneries ? C'est le rôle d'un président que de se déplacer dans un quartier populaire pour y rencontrer habitants, commerçants et entrepreneurs. Les gens qui balancent des tomates n'ont AUCUNE EXCUSE et devraient être mis au trou. N'importe qui a le droit de se déplacer n'importe où en France, et en premier lieu le président. Quiconque nie ce droit au président est un séditieux qui mérite la taule. Nous ne sommes plus là dans la liberté d'expression, Madame, mais bien dans l'agression de la part de personnes à qui il faut apprendre la notion de civilisation.

"2/ En ce qui concerne la corruption en col blanc et le rôle de McKinsey dans la campagne de M. Macron, je vous renvoie au site de Régis de Castelnau."

C'est bien, Madame: vous arrivez à soumettre des vidéos à notre sagacité. Et est-ce que vous seriez capable de nous résumer un des arguments clé qui pour vous est particulièrement condamnable ? Parce que je ne vais pas faire du commentaire étendu de vidéo sur ce blog. Veuillez sélectionner un point spécifique, par exemple en mentionnant la vidéo que vous jugez la plus infamante et en m'indiquant à quel moment se situe l'argumentaire clé. Sinon, je ne vais pas prendre la peine de vous répondre sur des points précis, puisque vous n'en soulevez aucun.

"Pour l'instant il n'y a qu'une enquête pour fraude fiscale, McKinsey n'ayant pas payé d'impôts en France pendant 10 ans."

Pas de soucis. Faites l'enquête. Il n'est pas certain, en soi, que ce montage financier soit illégal. C'est une chose à législativement corriger, mais si McKinsey n'a rien fait d'illégal, McKinsey n'a rien fait d'illégal. Et ce n'est pas Macron qui établit la comptabilité de McKinsey. Pour prouver que Macron est mouillé dans cela, il faudra que vous nous prouviez en quoi Macron serait complice. Ce qui présupposerait que Macron ait connaissance de l'illégalité de ce montage. Cela me paraît ardu: j'ai été témoin de montages un peu analogues pour d'autres motifs, et ils ne sont pas nécessairement illégaux. Bien au contraire.

Mais allez-y. Faites l'enquête.

"Tant que le Parquet National Financier (PNF) n'aura pas ouvert d'enquête sur l'implication de McKinsey dans la campagne électorale de 2017, il n'y aura pas de preuves."

Mais allez-y, ma chère. Lancez l'enquête. Allez le chercher. Au fait, souhaitez-vous, comme moi, que nos procureurs soient désignés par un mode qui passe par une élection ? Comme aux States ? Cela leur mettrait un peu plus la pression pour traquer la criminalité en col blanc, non ? Soutenez-vous les récentes propositions européennes pour limiter les procédures bâillons ? Soutenez-vous un premier amendement ?

Car c'est comme cela qu'on traque la criminalité en col blanc, Madame. Pas en nous la jouant "présomption d'innocence" à la française.

Et, je le dis en toute tranquillité à vous et à Monsieur de Castelnau: vous feriez mieux de commencer par vous occuper de faire sauter le verrou de Bercy.

"Le verrou de Bercy est une exception au principe de libre opportunité des poursuites par le parquet. Le verrou a été créé par la loi en 1920." -- Wiki

Commencez donc par faire le ménage là où cela importe vraiment, en particulier sur le plan des principes. Votre partisanisme aurait l'air un peu moins maladif.

anne-marie marson

@ F68.10 | 25 avril 2022 à 04:43

1/ "Macron est passé de jeune beau à vieux beau."
C’était pour contrer un peu le storytelling sur le couple Macron. Les médias ont toujours dit que M. Macron était jeune et beau, que c’était Jupiter (et puis quoi encore ?), donc c'était un tacle un peu facile envers M. Macron, en reprenant ses propres propos.

Mais je pense comme GERARD R. | 23 avril 2022 à 19:35 que M. Macron est un mufle grossier, pas seulement lors de son débat avec MLP, mais depuis 5 ans avec les Français et avec ses adversaires politiques. Il a des ministres aussi mufles que lui.
La muflerie comme système de gouvernement.
C’était mufle d’aller à Cergy voir le peuple.
Je pense qu’Elon Musk est plus séduisant, et surtout plus séducteur, et beaucoup plus riche.

2/ En ce qui concerne la corruption en col blanc et le rôle de McKinsey dans la campagne de M. Macron, je vous renvoie au site de Régis de Castelnau, en particulier celui-ci:

https://www.vududroit.com/2022/04/affaire-mckinsey-quelques-videos-pour-ceux-qui-nont-pas-envie-de-lire

Pour l’instant il n’y a qu’une enquête pour fraude fiscale, McKinsey n’ayant pas payé d’impôts en France pendant 10 ans.

Tant que le Parquet National Financier (PNF) n'aura pas ouvert d'enquête sur l'implication de McKinsey dans la campagne électorale de 2017, il n'y aura pas de preuves, et encore à condition que la justice de Macron-Trogneux-Dupond-Moretti soit encore de la justice ce qui n’est pas sûr (voir les nombreux billets de Ph. Bilger à ce sujet).

M. Macron n’a pas dit ce qu’il pensait faire de la Justice, et ce qu’on a vu jusqu’à présent n’incite pas à l’optimisme.

Bill Noir

Le RS-28 SARMAT, nouveau gicleur putinien, est « calibré » France. Qu'on le sache !

Bill Noir

Avec Macron II En Marche vers la WW3 !

Bill Noir

Quand on a les arabes chez soi on a aussi Putin au Kremlin.

Axelle D

@ Ninive | 24 avril 2022 à 17:23

Vous avez raison sur le fond, le mieux serait de ne pas répondre à ses attaques virulentes et obsessionnelles !

Mais c'est aussi laisser libre cours à des discours haineux qui vont parfois jusqu'à répandre le poison raciste et fasciste. Dès lors ne pas réagir me semble être (souvent) une forme de lâcheté sachant combien des paroles blessantes peuvent détruire des êtres en situation de faiblesse ou des minorités isolées et déjà attaquées de toutes parts.

Vous aurez néanmoins remarqué que bien souvent c'est lui qui lance ses scuds "assassins" dans tous les sens, y compris lorsque mon commentaire s'adresse à quelqu'un d'autre. Et question vocabulaire, il ne se renouvelle pas beaucoup avec ses copier-coller interminables, sans compter les sempiternels termes de communistes, poutinistes, crypto ceci ou cela qu'il balance à toutes les sauces à défaut de pouvoir répondre intelligemment à un contradicteur. Un vieux disque rayé et grinçant bloqué toujours sur le même sillon... C'est saoulant ! D'autant plus pour la musicienne que je suis, passionnée autant de classique que de jazz ou de variétés !

Bill Noir

@ Ninive 24 avril 17h23
« …Je sais c'est dur... dans mon cas c'est plus simple madame Bilger a coupé le lien avec lui... au début ça surprend mais tout compte fait c'est mieux comme cela, plutôt que de passer pour un imbécile de discourir... »

Cher Ninive, gonflé vous êtes… vous me ravissez… figurez-vous qu'il m'est arrivé la même mésaventure. J'avais décidé de démolir pour le compte un malfaisant collant insupportable, niais et suffisant à la fois – ne cherchez pas à l'identifier ils foisonnent dans cette catégorie.

À la première salve ce fut le classement vertical. J'ai demandé des explications en privé, on m'a répondu amicalement par la même voie qu'il fallait m'abstenir d'employer un certain ton.
Parfois il faut savoir ravaler son ire.

Bonne journée camarade...

F68.10

@ anne-marie marson
"Je ne trouve pas M. Macron séduisant. Je ne fais que répondre à ce qu'il a dit lui-même au cours du débat, à savoir qu'il avait vieilli, contrairement à Mme Le Pen."

Je viens de regarder ce débat en entier. La réaction qui m'est venue en écoutant M. Macron, c'est "Wouah !! La brute épaisse..." Moi, perso, j'adore ce type de brutalité que certains appellent de l'arrogance... C'est de la barbarie.

Bon, je reconnais que si on a un parti pris contre Macron, on puisse rechigner à être enchantée par cette "arrogance". Et parfois, il s'imposait rhétoriquement un peu trop avec des "Madame Le Pen !". Je le concède. Bref...

J'ai donc isolé le passage où Monsieur Macron et Madame Le Pen échangent sur leur âge.

Mais en toute franchise, je ne vois pas où vous voulez en venir sur ce point.

"Je serais très intéressée de connaître le cahier des charges fourni à McKinsey pour le marketing de cette élection, et quels sont les segments de population qui ont été déterminés."

Monsieur Macron prétend séparer ses comptes de campagne des comptes de l'État. Sauf pour des bricoles du genre coiffeur. Apparemment, Monsieur Macron s'est pas mal financé par des soirées de gala et des dîners chez de riches donateurs paraît-il organisés par Christian Dargnat, ancien banquier et illustre inconnu: Monsieur Dargnat serait issu du monde de la gestion d'actifs de BNP Paribas, et aurait fondé Alphée Consulting, une entreprise de conseil en finance et géopolitique. Et aurait aussi organisé le financement de la campagne macronienne de 2017. Paraît-il que Gabriel Attal aurait été très assidu à ces dîners mondains.

Il n'y aurait pas que de grands mécènes dans ces financements privés, mais aussi des petits donateurs. 10 millions d'euros aurait de plus été financés par emprunt bancaire. Et 7 millions financés sur les fonds propres de LREM. 5 millions auraient probablement été levés par ces opérations mondaines.

Il ne me semblait pas inutile de faire ce synopsis du financement de la campagne, financement qui ne serait pas lié à l'État, puisque vous voulez traiter des accointances éventuelles et hypothétiques de cette campagne avec McKinsey. (On se demande pourquoi...)

Personnellement, je n'aurais pas de souci à ce que les candidats détaillent publiquement leurs dépenses de campagne au fur et à mesure de la campagne même. C'est un peu voyeur, mais cela ne me choquerait pas. En l'état, en ce qui concerne McKinsey, je n'ai pas d'éléments me permettant d'affirmer que McKinsey aurait bossé pour cette campagne. En 2017, des salariés de McKinsey auraient certes bien fait campagne pour Macron. Et cela reste leur droit. Pour affirmer que McKinsey a bossé gratuitement, il faudrait faire un peu mieux que des insinuations et en fournir des éléments un peu concrets permettant de le soupçonner. Pour l'instant, je ne vois pas de scandale majeur dans cette histoire.

Je vois par contre un conflit d'intérêt, vu que certains, comme A. Komorn, P. Midy ou M. Maucort n'ont pas fait que campagne mais ont aussi intégré des postes dans l'entourage de Jupiter. Ce sont des choses qu'il faut éviter de faire, mais, là, il n'y a pas non plus de quoi en faire une montagne: ces gens ont quitté McKinsey avant de rejoindre l'entourage macronien. Ce n'est pas en soi particulièrement choquant. Ce sont des liens. Ce sont des humains. Et même s'ils sont blindés d'actions, je ne vois pas le cours en bourse de McKinsey dépendre subrepticement et massivement de ces gens.

Personnellement, je ne vois pas de problèmes particuliers à ce que l'administration ait recours à des cabinets de conseil. Comme McKinsey. Ou Accenture (feu Andersen Consulting), Citwell ou JLL. Quand un cabinet de conseil comme Andersen débloque comme dans l'affaire Enron, il faut que la justice l'éparpille façon puzzle. Et aux States, cela ne traîne pas: en 2002, la firme fut de facto détruite par la justice. J'ai eu un grand moment de satisfaction, à l'époque, de voir la chouchoute des écoles d'ingénieurs françaises se faire vaporiser. Moi, j'attends que la justice française se révèle aussi pugnace que la justice américaine en ce qui concerne la criminalité en col blanc. Qu'elle sache étrangler.

Pour l'instant, au mieux peut-on voir dans les relations avec McKinsey du favoritisme. Ou se soucier de leur poids car ils interviennent sur des dossiers stratégiques pour Macron. Mais je ne vois pas de corruption particulière. Au plus un Mazarin corporate en tandem avec Jupiter, ce que je ne trouve pas complètement dramatique... Et McKinsey opère dans les parages de l'État depuis déjà plusieurs présidents.

Je trouve donc que vous faites une bien partisane petite fixette. J'attends que vous me montriez de réels éléments permettant de soupçonner de la criminalité en col blanc ou un réel danger pour l'indépendance de l'État. Pour l'instant, je ne vois pas.

Vous avez des éléments laissant soupçonner que Macron aurait délégué le marketing de la campagne de 2022 à McKinsey ? Ce qui ne me choquerait pas outre mesure, même s'il pourrait dans ce cas quand même un peu varier de cabinet à qui faire appel...

En 2017, il s'était plutôt fourré avec Ismaël Emelien, et c'était plutôt Liegey Muller Pons qui faisait l'analyse de stratégie électorale. Pas McKinsey.

On était loin du complot en 2017. Je ne vois pas pourquoi nous y serions maintenant. Sauf si vous avez des éléments intéressants à communiquer. Auquel cas j'essaierai de réviser mon jugement.

anne-marie marson

@ F68.10 | 23 avril 2022 à 02:04

1/ "Macron est passé de jeune beau à vieux beau."

Je ne trouve pas M. Macron séduisant.
Je ne fais que répondre à ce qu'il a dit lui-même au cours du débat, à savoir qu'il avait vieilli, contrairement à Mme Le Pen.

2/ pour imposer un produit nouveau qui vient de nulle part, il faut une intense campagne de marketing. Et le marketing, ce n'est pas seulement une photo dans Paris Match.
Je serais très intéressée de connaître le cahier des charges fourni à McKinsey pour le marketing de cette élection, et quels sont les segments de population qui ont été déterminés.

Ninive

@ Axelle D | 23 avril 2022 à 20:44

Depuis le temps que vous pratiquez Robert Marchenoir vous savez que c'est un déséquilibré mental qui se permet d'insulter tout ce qui se trouve à sa portée.
Alors il n'y a qu'une solution ne pas le lire même lorsqu'il vous interpelle et ne pas lui répondre même quand vous avez raison.

Je sais c'est dur... dans mon cas c'est plus simple madame Bilger a coupé le lien avec lui... au début ça surprend mais tout compte fait c'est mieux comme cela, plutôt que de passer pour un imbécile de discourir avec Bob, comme dirait Giuseppe.

Cordialement.

F68.10

@ Axelle D
"Le Centre est à la politique ce que le nombril est au corps humain. Une fois le cordon ombilical coupé, il ne sert plus à rien. C'est juste une cicatrice pas très sexy en haut de l'abdomen, voire un endroit infesté de microbes si l'on néglige sa toilette. Certains ont la fâcheuse manie de regarder le leur en permanence, tandis que d'autres le couvrent d'artifices et l'exposent pour la danse du ventre afin d'aguicher la galerie !"

Je pense, Madame, qu'après vos propos ci-dessus, vous n'avez plus aucune leçon à donner en matière de courtoisie, de respect, de modestie, de politesse. Plutôt que de vous occuper de mon nombril, un peu d'introspection vous ferait le plus grand bien.

--------------------------------------------

@ Serge HIREL
"Vous êtes finalement un macronien pur jus ou, plus exactement, un extrême-centriste convaincu, d’abord, que le centre est l'alpha et l'oméga de la pensée politique, ensuite que Macron est centriste."

J'ai toujours rendu mon tropisme d'extrême-centriste parfaitement limpide. Avec un tropisme libéral récusant les défauts de son héritage politique orléaniste.

L'extrême centrisme n'est pas l'alpha et l'oméga de la pensée politique. C'est un positionnement qui refuse l'idéalisme et l'émotif au profit du réalisme et du pragmatisme. Je n'ai aucun complexe à prôner des réformes extrémistes des institutions de manière à empêcher toutes les parties prenantes de nos démocraties d'adopter des postures partisanes de combat qui bloquent la capacité de ces démocraties à résoudre les problèmes. Je cautionne des solutions de marché pour répondre aux problèmes sociaux. Je cautionne de la régulation gouvernementale de ces solutions, ce qui n'a rien à voir avec du dirigisme ou de l'interventionnisme. Je soutiens le développement des classes moyennes dans le monde entier, et soutiens leur préservation en Occident car ne pas le faire revient à nourrir l'extrémisme de droite et de gauche. Je n'ai aucun complexe à assumer cela.

"De mémoire, EM ne s'est jamais défini comme centriste."

Ben si:

"Les trois quarts des électeurs qui se sont exprimés, ce qui est quand même assez fort, se sont exprimés pour trois projets : un projet d'extrême droite, ce qui est une radicalité ; un projet d'extrême gauche avec Jean-Luc Mélenchon qui assume une radicalité politique dans les éléments, en particulier liés au capitalisme et au rapport même à l'économie de marché ; et ce que je qualifierais comme un projet d'extrême centre si on veut qualifier le mien dans le champ central. Je trouve qu'il faut collectivement réfléchir, intellectuels d'un côté et responsables politiques de l'autre, à reconsidérer notre démocratie par rapport à cette relation à la radicalité, ce que j'appelle cette volonté de pureté. Parce qu'à la fin, on vit tous ensemble. [...] Ça suppose des compromis. La question, c'est comment on arrive à créer de l'adhésion, du respect, de la considération entre des citoyens qui peuvent penser très différemment, en leur montrant que ce n'est pas une trahison de leurs convictions profondes, mais que ce sont d'indispensables compromis qu'on trouve pour vivre en société." -- E. Macron, France Culture, l'Invité(e) des matins, Guillaume Erner, le 18.04.2022

C'est du pur extrême centrisme. Je conseille à tout un chacun d'admirer le côté halluciné du décalage entre la page sur le centrisme radical sur Wikipédia en français et en anglais.

"« Extrême centre » est employé pour classer des individus, des groupes, des mouvements, des organisations et des partis politiques se réclamant du centre du spectre politique, non pas par conviction, mais par opportunisme et dont son côté extrême renvoie à son « intolérance à tout ce qui ne cadre pas avec un juste milieu arbitrairement proclamé »." -- Wikipedia en Français.

L'antithèse exacte de ce que Macron et moi-même prônons. L'extrême centre, c'est au contraire non pas un travail d'anathème ou d'intolérance mais un travail de contrainte au consensus. Faire le consensus au forceps. Imposer la réelle tolérance.

Et c'est là l'idée que le Français refuse, tout confit qu'il est dans son idéologie tel un canard gascon. C'est pour cela que, comme en témoigne Wikipédia en français, le centre est vilipendé et, au fond, ses intentions diffamées en "opportunisme" et en "arbitraire". Ce à quoi vous vous employez, au fond, répétitivement, comme d'autres.

Et c'est pour cela que je n'ai plus aucune pitié pour les Français.

"Revenons aux centristes. Je n'aime pas les centristes. J'aime le débat, la mesure, la recherche du consensus. J'ai des convictions, je les défends, je respecte celles des autres..."

Non, Monsieur. Ce n'est pas cela, le débat. Le débat, ce n'est pas défendre ses convictions. C'est rechercher collectivement la vérité. Et cela présuppose très précisément DE NE PAS RESPECTER les convictions des autres. Pas plus que les siennes. De ne pas se cacher derrière le fallacieusement raisonnable, dit "la mesure", pour refuser la très inconfortable raison, implacable destructrice des croyances et des convictions. C'est exactement cela qui vous différencie de ma personne. C'est cela qui fait que je suis un rationaliste et que vous ne l'êtes pas. Mon centrisme n'est pas opportuniste mais agressif. C'est en cela qu'il est radical. Ce n'est pas un centrisme qui parlementairement quémande le consensus, mais un centrisme qui parlementairement l'extorque ; sans pour autant transiger sur la vérité pour y parvenir.

"Non, parce que le centriste politique n'a pas de conviction chevillée au corps... Un coucou qui vole d'une branche à l'autre et mesure la taille du nid dans lequel il compte s’installer pour prospérer."

Oubliez votre histoire parlementaire désuète. Ce n'est plus là le même type de centrisme. Voici les convictions chevillées au corps de Macron et qui caractérisent aussi mon centrisme radical:

Thomas Legrand: "Quel est le but du macronisme ?" - E. Macron: "Mais je ne sais pas si je dois répondre à vos questions, car je dois dire, comme il faut imaginer Sisyphe heureux, je veux imaginer pour les prochaines années Thomas Legrand heureux. [puisque Thomas Legrand, en tant que bon Français, n'arrive toujours pas à comprendre, dans ses éditoriaux, ce qu'est le macronisme...]" - TL: "Oh ! C'est très gentil..." [...] - EM: "La démarche politique qui était la mienne il y a cinq ans était une démarche de dépassement des clivages, qui, je pense a été féconde, car elle a permis de faire travailler des femmes et des hommes qui n'avaient jamais travaillé ensemble. [...] Moi je sais à peu près d'où je viens [...]: d'un syncrétisme. [...] Je crois dans l'économie sociale de marché. C'est à dire que je crois dans l'économie de marché ouverte, ce qui me distingue par exemple des deux extrêmes. Je crois dans l'indépendance productive, industrielle, et donc dans la puissance du savoir, de la technologie et de la production. Ce qui renvoie à plusieurs familles politiques, mais enfin, c'est au cœur de ce que je crois." - Nicolas Demorand: "C'est très large !" - EM: "Oui, mais ce n'est pas partagé dans tous les champs ! Et donc, je suis pour un investissement dans l'école, dans l'université et la recherche, dans la production, et je veux faire de la France une grande puissance de production. Agricole, industrielle, qui permettra la neutralité carbone. [...] Ce projet, d'innovation, de création est important. Mais je crois dans une économie de marché, et j'ai pris ce terme très européen: économie sociale de marché. C'est à dire que nous croyons aussi dans la régulation de cette économie. Et donc dans des services publics forts."

Voilà: centrisme radical. Pragmatisme assumé. Son rapport à l'économie ouverte le distingue des pôles Le Pen et Mélenchon. Son rapport à la "puissance du savoir", qui est "au cœur de ce qu'il croit" (sic) le distingue de tous les anti-sciences de manière transpartisane (y compris dans son parti: je vous ferais remarquer que Martine Wonner n'est plus à En Marche.)

La grand-mère de Monsieur Macron, Mme Germaine Noguès née Arribet, était donc de toute évidence une femme admirable. Une réelle femme "de gauche". Au sens noble et pas marxiste du terme. Une femme qui lui a donné d'excellents fondamentaux. Une femme consciente de l'héritage de la philosophie et donc de la réelle science dans l'amélioration de l'humanité, y compris sur le plan politique. Une femme ancrée dans la plus noble des traditions intellectuelles.

Une femme qui mystifie donc toujours Thomas Legrand.

Robert Marchenoir

@ Axelle D | 23 avril 2022 à 20:44
"Avant de continuer à ergoter sur des 'détails', commencez par écouter attentivement la vidéo du 21 avril 18:09 que j'avais pris la peine de mettre en lien."

Non. Je ne regarde pas les vidéos. Je n'ai pas le temps, et c'est pour les illettrés. Montrez-moi des textes écrits. Seul l'écrit fait foi, et il permet d'assimiler des informations infiniment plus rapidement. Vous ne croyez tout de même pas que je vais me taper une heure deux minutes de vidéo à votre instigation ? Pour apprendre quoi ? Depuis que je lis vos vaticinations ici, je n'ai jamais appris une seule chose nouvelle ou intéressante sous votre plume. Alors une "vidéo" que vous avez ramassée dans je ne sais quelle poubelle...

Je vous signale que Vladimir Poutine, lui, publie toutes ses interventions par écrit. En russe, et en anglais. Prenez-en de la graine.

Votre vidéo, elle est titrée : "Patrimoine de Macron, où sont passés les millions ?" Elle semble alléguer qu'Emmanuel Macron se serait livré à une fraude fiscale.

Quel p... de b... de D... de rapport avec la compromission de Marine Le Pen avec la Russie ? Aucun. Vous faites du whataboutisme, comme tous les poutinistes. À chaque fois qu'on met le projecteur sur les vices bien réels de la Russie, vous tentez de détourner la conversation sur les vices supposés de l'Occident. C'est une vieille tactique communiste. C'est Moscou qui a inventé le truc. Vous êtes vérolée jusqu'au trognon par l'idéologie communiste.

Il est possible, en effet, qu'Emmanuel Macron ait dissimulé son patrimoine, encore qu'on n'en ait aucune preuve. ET ALORS ? Ce serait très très mal, mais en quoi cela diminuerait-il la scélératesse de Marine Le Pen et de sa soumission à la Russie ? En quoi, d'ailleurs, cela diminuerait-il la scélératesse de la soumission à la Russie de Nicolas Sarkozy, François Hollande, Thierry Mariani, François Fillon, Jacques Sapir, Emmanuel Todd, Hélène Carrère d'Encausse, Nicolas Dupont-Aignan, Jean-Luc Mélenchon, André Bercoff, Charles Gave... enfin, j'arrête là, je pourrais continuer jusqu'en bas de la page.

Le soutien de la tyrannie russe par Jean-Marie Le Pen, puis par Marine Le Pen, ce n'est pas un détail, contrairement à ce que vous prétendez. C'est une menace fondamentale pour la sûreté de la France et pour celle du monde libre. Et il en dit long sur la fibre morale des intéressés, pour ne pas parler de leurs convictions politiques.

"Revenez en France. En France, en France, en France !"

Je suis en France. L'acoquinement de Marine Le Pen avec la Russie, ça concerne la France. Marine Le Pen est française, et elle est candidate à la présidence de la République de la France. Où elle serait chargée de la politique étrangère, et du feu nucléaire.

"Ne vous arrêtant qu'à un commentaire mineur et accessoire et dont Valéry (qui à mon avis connaît parfaitement son pays en général et Poutine en particulier, en tout cas beaucoup mieux que vous) vous a démontré toute l'inanité, sinon la sottise."

Valéry n'a rien démontré, et je connais la Russie infiniment mieux que lui. Valéry laisse entendre qu'il est d'origine russe et qu'il vit en France. Il mange à tous les râteliers. Il profite des bénéfices du monde libre, tout en se faisant le relais de la propagande poutiniste qui passe son temps à cracher sur l'Occident. Son attitude est tout aussi méprisable que celle des "élites" que je viens de citer.

S'il trouve que la Russie est si supérieure à l'Occident, pourquoi ne va-t-il pas s'y installer ? Je crois que la Sainte Russie a grand besoin d'hommes jeunes, vigoureux et dévoués comme lui pour dénazifier l'Ukraine, en ce moment...

"Dites-nous plutôt si vous trouvez normal que dans un pays réputé démocratique tel que le nôtre, une citoyenne honorable [...] puisse se voir refuser un crédit par toutes les banques de son pays ?"

Non. Je ne trouve pas ça normal. ET ALORS ? Quel rapport ? Cela ne justifie pas la trahison en temps de guerre. Cela ne justifie pas le soutien au régime criminel russe. Comme je vous l'ai dit (mais vous ne lisez que ce qui vous arrange), la famille Le Pen soutenait la Russie bien avant qu'il ne soit question de chercher de l'argent pour une campagne présidentielle.

D'autre part, vous ne vous êtes toujours pas confrontée aux points suivants :

1. Il n'y a aucun droit de l'homme à se faire refiler du pognon pour une campagne électorale.

2. Quand on veut se faire élire, dans un pays libre, on demande du pognon à ses électeurs. On ne demande pas du pognon à un tyran étranger qui menace la France d'annihilation nucléaire.

3. Si on n'arrive pas à en trouver auprès de ses électeurs, c'est qu'on est nul et qu'on ne mérite pas de se faire élire.

4. Zemmour a demandé, et obtenu du pognon de ses électeurs. Bien qu'il soit suffisamment abruti pour lécher les pompes à Poutine lui aussi, au moins n'a-t-il pas accepté son pognon.

Axelle D

@ Robert Marchenoir 23 avril 2022 à 18:41

Avant de continuer à ergoter sur des "détails", commencez par écouter attentivement la vidéo du 21 avril 18:09 que j'avais pris la peine de mettre en lien. Et sur laquelle vous avez rebondi sans l'avoir consultée, ne vous arrêtant qu'à un commentaire mineur et accessoire et dont Valéry (qui à mon avis connaît parfaitement son pays en général et Poutine en particulier, en tout cas beaucoup mieux que vous) vous a démontré toute l'inanité, sinon la sottise.

Autrement dit, oubliez pour un temps Poutine, les cocos qui rôderaient partout et viendraient jusque dans nos bras, etc. ôtez vos oeillères si vous en êtes capable et revenez en France. En France, en France, en France !

Dites-nous plutôt si vous trouvez normal que dans un pays réputé démocratique tel que le nôtre, une citoyenne honorable (quand bien même on serait l'adversaire de ses idées et du parti qu'elle représente, ce qui est mon cas) puisse se voir refuser un crédit par toutes les banques de son pays ? N'y voyez-vous pas l'intervention maligne de puissances occultes ayant la haute main sur la Finance en général et les banques de l'Hexagone et leurs affidés en particulier ?

Et si Macron n'a rien à se reprocher, alors qu'il le dise, le prouve et fasse en sorte de faire taire les rumeurs une fois pour toutes : qu'il s'agisse des affaires Benalla, McKinsey, de ses déclarations de patrimoine, de ses comptes peut-être planqués dans un paradis fiscal, etc.
On ne demande que cela et la France, quel que soit le résultat ou le verdict, ne s'en portera que mieux !

GERARD R.

Je n'ai pas regardé ce débat, Dieu m'en préserve ! Ce n'est pas moi qui gâcherais du temps à écouter un aliéné discuter avec une demi-idiote, a fortiori dans un contexte dont on sait les dés pipés. Non merci ! Je laisse ce genre de fredaines à d'autres, des illuminés qui analyseront a posteriori les arguments des deux antagonistes et qui se croiront obligés de nous faire part de leur avis péremptoire.

Pour autant, en visionnant l'une ou l'autre vidéo qui fait référence à ce débat que n'aurait pas renié le mime Marceau (paraît-il), j'ai la confirmation du bien-fondé de ma décision. Il semblerait que d'une part il y ait eu un cinglé omnipotent, opposé à une faible femme qui n'a pas su ou pu se lâcher face à son interlocuteur. Des millions de crétins vont sans doute arrêter leur choix final sur base du comportement de l'une et de l'autre. Après, ils viendront s'étonner que le pays part à vau-l'eau. Soit ! Ils auront cinq ou sept ans pour manifester. Et manifester, c'est démontré, si ça n'aide pas, ça défoule. Grand bien leur fasse !

De ce que j'ai entendu ici ou là, il semblerait que cette fois, ce soit Macron qui ait perdu, sinon le débat, du moins les pédales. Et j'ai beaucoup de mal à m'en étonner. Sa pauvre interlocutrice, sans doute limitée intellectuellement autant que par les recommandations prudentissimes de ses conseillers en com', se tint à carreau. Avec le risque, une fois encore, de passer pour une « tiède ». Ou pire, incompétente.

Alors de ce que j'ai entendu ça et là, le Macron s'est comporté comme un de ces Français beaufs que dans sa propagande il dit abhorrer. Alors pourquoi Dame Le Pen ne lui a-t-elle pas asséné en fin de match l'uppercut décisif qui aurait envoyé Ceaușescu au tapis ?

Elle aurait très bien pu lui asséner en guise de conclusion : "Monsieur le président, ce soir des millions de femmes, féministes ou pas, ont vu comment vous traitiez une des leurs. Nous vous savions tortionnaire, dictateur, mal éduqué et insensible, il nous restait à apprendre qu'en sus, vous n'êtes qu'un mufle !"

Robert Marchenoir

@ Axelle D | 22 avril 2022 à 01:01
"Marchenoir va devoir sérieusement réviser ses informations. Cela ne lui paraît pas en effet invraisemblable que la banque russe ayant consenti un prêt au RN ait pu ensuite faire faillite... Difficile de croire alors la version que ladite banque ait été soutenue par le Kremlin et que de ce fait le RN (dont Marine) serait tenu de faire allégeance à Poutine."

Trois sottises dans un seul paragraphe, en étant indulgent. Votre ignorance du sujet est abyssale.

Avant de prétendre me contredire, ayez la correction de lire les documents que je me donne la peine de fournir. Si vous l'aviez fait, vous auriez appris les choses suivantes.

La banque en question a effectivement fait faillite. Ce n'est ni vraisemblable, ni invraisemblable. C'est un fait. Figurez-vous que la banque centrale russe l'a contrainte à fermer pour irrégularités.

Ce n'est nullement incompatible avec le fait que Marine Le Pen ait reçu le soutien financier de la Russie. Ce n'est que dans votre monde de bande dessinée en noir et blanc que c'est impossible.

D'autant que le prêt a été racheté par un marchand d'armes russe, lié à l'armée et aux services d'espionnage.

Mais le plus important : Marine Le Pen n'est évidemment pas "tenue" de faire allégeance à Poutine en raison de l'argent emprunté. Elle le fait volontairement, et depuis belle lurette. C'est bien avant d'avoir emprunté aux Russes que Marine Le Pen, et son parti tout entier, se sont rués pour lécher les bottes de Poutine.

Les prêts russo-pollués consentis au RN (car il y en a deux, encore une preuve de votre ignorance totale du sujet) ne font qu'ancrer son parti un peu plus solidement dans l'asservissement à Moscou.

En fait, la sujétion russe du Front national (et pas seulement du Rassemblement national) remonte à Jean-Marie Le Pen. Ce dernier s'est jadis rendu en URSS, où il s'est entiché d'un Soviétique quelconque opposé au pouvoir. Genre Russe blanc. C'est là qu'a commencé le tra-la-la du "rapprochement avec la Russie". À l'époque, il était nourri d'anti-communisme et de nostalgie monarchique (et peut-être aussi d'antisémitisme, il faudrait vérifier).

Les Français ne se consolant pas d'avoir assassiné leur roi, ils n'en finissent pas d'entretenir des fantasmes nobiliaires. La Russie, avec tous ses émigrés qui se donnent du "comte" et de la "comtesse", vient à point nommé pour flatter ce mythe.

Après la chute de l'URSS, le lien a grandi et prospéré. La motivation anti-communiste a disparu, jusqu'à s'inverser. La prétendue "défense des valeurs traditionnelles" a pris le dessus. Et surtout, le goût de l'autoritarisme, la volonté de détruire les institutions européennes et la haine des Etats-Unis ont fait le reste.

Si vous cherchez à défendre l'indépendance de Marine Le Pen vis-à-vis de la Russie, il faudrait que vous nous expliquiez pourquoi un représentant du Kremlin a déclaré qu'il fallait la "récompenser" pour son soutien à l'annexion de la Crimée... juste avant que le fameux prêt, le premier, ne soit accordé.

Il faudrait aussi que vous nous montriez que malgré ses prêts russes, Marine Le Pen a pris, de façon constante, des positions nettement hostiles à la Russie. Comme il se doit pour une prétendue "patriote" qui assure défendre "les intérêts de la France" et noie ses meetings de drapeaux tricolores.

Et puis il faudrait que vous nous expliquiez comment un président de la République qui devrait son élection à un prêt obtenu grâce au Kremlin, et dont le parti serait en train de le rembourser à une entreprise russe de vente d'armes liée à l'armée et aux services d'espionnage, pourrait mener une politique étrangère indépendante.

Bon courage...

Axelle D

@ Serge HIREL | 23 avril 2022 à 13:08
"Décidément, je n’aime pas les centristes.."

Idem.
Le Centre est à la politique ce que le nombril est au corps humain. Une fois le cordon ombilical coupé, il ne sert plus à rien. C'est juste une cicatrice pas très sexy en haut de l'abdomen, voire un endroit infesté de microbes si l'on néglige sa toilette.
Certains ont la fâcheuse manie de regarder le leur en permanence, tandis que d'autres le couvrent d'artifices et l'exposent pour la danse du ventre afin d'aguicher la galerie !

Serge HIREL

@ F68.10 | 23 avril 2022 à 02:04

Au fil de vos commentaires, je vous jugeais un esprit libre, même une personnalité hors du commun, dès lors que vous n’abordiez pas votre obsession anti-Diafoirus. Hélas, me voici déçu. Vous êtes finalement un macronien pur jus ou, plus exactement, un extrême-centriste convaincu, d’abord, que le centre est l’alpha et l’oméga de la pensée politique, ensuite que Macron est centriste.

De mémoire, EM ne s’est jamais défini comme centriste. Il ne l’est pas. Il est « et de gauche et de droite... en même temps » ou, plus exactement « un coup à gauche, un coup à droite... », position nécessairement inconfortable, ces deux courants de pensée politique étant totalement inconciliables... Même dans la plus petite commune, les deniers publics sont utilisés différemment selon que la majorité municipale est de droite ou de gauche. Ici, on finance des biens durables, l’assainissement par exemple, là on assiste...

La vérité est que Macron, contrairement aux mœurs des centristes, qui, habituellement, s’acoquinent ou avec la gauche ou avec la droite pour être au pouvoir et, éventuellement, parvenir à en virer leurs alliés du moment, a imaginé une stratégie inédite : s’appuyer sur les deux forces antagonistes « en même temps » pour se faire de la place à leur détriment et conduire le char de l’Etat comme bon lui semble, l’avis du peuple ne pouvant être que moins pertinent que le sien et celui de son monde élitaire. Force est de constater que, jusqu’à maintenant, la manœuvre a réussi, comme l’indiquent les résultats du premier tour de la présidentielle.

En 2017, il a pris l’Elysée en passant par un trou de souris...Les circonstances, l’une, strictement politique - l’affaiblissement du PS dû à Hollande et aux frondeurs -, l’autre extraordinaire - le Penelopegate -, lui ont permis de mettre en branle sa machine infernale qui, en cinq ans, a broyé socialistes et néo-gaullistes. Agiter la peur pavlovienne des Français pour l’extrême droite et le tour était joué. Bref, un hold-up réussi dans une banque mal sécurisé.

Le problème est que, tôt ou tard, les Français comprendront la supercherie. Déjà, malgré les efforts désespérés de Macron et de ses sbires, ces jours-ci, beaucoup se sont aperçus que l’extrême droite n’est pas extrême - elle défend un programme qui était celui du RPR dans les années 90 - et que Macron surjoue le « moi ou le chaos ».

À la vue du fiasco des manifestations appelant à la reconstitution du Front républicain, il est clair que cette prise de conscience va bien au-delà des seuls électeurs de Marine Le Pen. Certes, il serait vain de penser qu’elle sera totale avant les législatives de juin, mais il serait audacieux de croire qu’à coup sûr, l’illusionniste parviendra à tromper son monde jusqu’en 2027.

Tout pourrait bien changer lorsque, entamant la deuxième saison d’un feuilleton dont il compte imposer le scénario, il se heurtera à une force devant laquelle il a déjà reculé : le Peuple, enfin décillé. Le peuple de gauche, à bout de souffle face à sa hargne et son mépris, entrera dans une résistance autrement plus puissante et organisée que la jacquerie des Gilets jaunes, celui de droite, regrettant son aveuglément, sera aussi dans la rue. Le danger est là : nul n’a jamais pu prédire comment s’achève de tels mouvements. Simple semonce ou révolution ? Tout dépend du degré de colère, de l’émergence ou non de leaders...

Revenons aux centristes. Je n’aime pas les centristes. J’aime le débat, la mesure, la recherche du consensus. J’ai des convictions, je les défends, je respecte celles des autres, je combats les plus extrêmes, celles qui remettent en cause la démocratie et la République... Comme les centristes, me direz-vous. Non, parce que le centriste politique n’a pas de conviction chevillée au corps... Un coucou qui vole d’une branche à l’autre et mesure la taille du nid dans lequel il compte s’installer pour prospérer. Je suis peut-être quelque peu trop entier, mais il me semble que l’objectif du centriste est d’abord et avant tout le pouvoir, qu’il obtient en ajoutant quelques grammes sur le plateau de la balance qui lui paraît le plus propice, droite ou gauche peu importe.
Les centristes ont été la plaie de la IIIe République, puis de la IVe, le MRP faisant la pluie et le beau temps selon ses intérêts du jour.

Sous la Ve, les pires exemples, ce sont Méhaignerie et Bayrou. Méhaignerie qui a beaucoup fait pour inoculer à la droite le poison « anti-fasciste » concocté par la gauche, poison qui l’a divisée et la divise aujourd’hui encore. Bayrou qui, après déjà quelques volte-face, pour un maroquin qui s’est révélé éphémère, a vendu son âme et son parti à Macron. Le placard dans lequel celui-ci l’a finalement enfermé est encore beaucoup trop doré à mes yeux. Bayrou n’est pas inutile, il est nuisible.

De plus, où se situe le centre, dans le paysage politique comme en géométrie ? Au milieu du milieu ? Mais encore... Au centre du milieu ? Plus à droite ? Plus à gauche ? Au-dessus ? En dessous ? Un millimètre en moins ? Une virgule de plus ? Un point encore trop gros pour être le centre ? Dans un parti centriste fort de deux membres, lequel est le plus au centre ?... Décidément, je n’aime pas les centristes.

F68.10

@ anne-marie marson
"J'ai remarqué au cours du débat que E. Macron était passé de jeune beau à vieux beau avec ses tempes argentées. C'est Brigitte qui doit être contente: elle est devenue enfin aussi jeune que lui."

Et dans le temps, certaines nanas votaient pour Bernard Tapie parce qu'il était beau ? Par pitié, épargnez-moi cette vision du politique.

"Le couple Macron en 2017 nous a été vendu comme un paquet de lessive (avec l'adoucissant associé) par une campagne de marketing hors norme. Mais le paquet de lessive n'était pas tout à fait ce que nous espérions d'où la déception immédiate. Le paquet de lessive ne lavait pas vraiment plus blanc que blanc."

Non. L'apparition de Monsieur Macron sur la scène politique est la conséquence logique de l'effondrement de la légitimité et de l'efficacité de la représentation de la population par les corps intermédiaires. C'est cela qui a permis l'émergence d'un mouvement centriste en prise directe avec la frange de la société qui lui a fait plus ou moins confiance. J'en fais partie.

Il n'y a pas de promesse de laver plus blanc que blanc qui tienne. Il y a seulement la volonté de certains, dont moi, d'avoir un centrisme pragmatique aux manettes.

Notre monde n'est que perfectible. Pas plus.

Ne demandez donc pas la perfection à Monsieur Macron. Il ne vous l'a pas promise.

"Macron a ruiné la France, 600 milliard de dettes. MLP aurait pu insister un peu plus et demander comment il comptait rembourser."

Au-delà du COVID, cette dette est due aux baisses d'impôt. Qui ne fut pas compensée par la baisse des dépenses publiques. À qui la faute ? À Monsieur Macron ? Ou à ces Français qui ne veulent jamais discuter de la pertinence d'une gestion rationnelle, par exemple, des lits d'hôpitaux, ce qui consisterait à les diminuer ? Si on rajoute le Covid, oui, on est complètement hors clou. Sans le Covid, on serait dans de la politique française bien classique.

Pour le Covid, la dépense n'a semble-t-il pas fondamentalement été à mauvais escient.

Le déficit structurel a certes sensiblement augmenté. Maintenant, il ne tient qu'à vous de demander moins de services publics.

"MLP aurait aussi pu critiquer le fameux dividende social, porté par l'incompétente E. Borne, fumeuse ministre du Travail. Ce dividende social existe déjà, les négociations sont obligatoires et respectées, mais le chiffre en fin de tableau Excel, après moult soustractions, est toujours le même: 0.0."

Je ne crois pas au dividende social. Du tout.

"La France est ruinée financièrement mais aussi moralement. Il n'y aura pas de syndicats pour négocier les retraites et la perte des acquis sociaux sur lesquels Macron va se jeter pour éponger la dette."

Que les syndicats disparaissent.

"Et enfin R. Enthoven qui a trouvé tout à fait juste que E. Macron déclare que la France était coupable de crimes contre l’humanité."

Voici comment sont codifiés les crimes contre l'humanité depuis 1998:

"Aux fins du présent Statut, on entend par crime contre l'humanité l'un quelconque des actes ci-après lorsqu'il est commis dans le cadre d'une attaque généralisée ou systématique lancée contre toute population civile et en connaissance de cette attaque: a) Meurtre; b) Extermination; c) Réduction en esclavage; d) Déportation ou transfert forcé de population; e) Emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international; f) Torture; g) Viol, esclavage sexuel, prostitution forcée, grossesse forcée, stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable; h) Persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d'ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste au sens du paragraphe 3, ou en fonction d'autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour; i) Disparitions forcées de personnes; j) Crime d'apartheid; k) Autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l'intégrité physique ou à la santé physique ou mentale." -- article 7 du statut de Rome de la Cour Pénale Internationale.

Il est parfaitement évident que la colonisation ne put se faire que dans le contexte de ce qui se nomme depuis 1998 des crimes contre l'humanité. Pas partout. Pas tout le temps. Mais ils sont indissociables de la colonisation.

Le dire permet en partie de solder le passé.

Ne pas le dire vous laisse à la merci de tous les pays émergents de ce qu'on appelait le tiers monde et qui maintenant soutiennent l'idée que Poutine vienne buter des nazis comme vous, Madame Marson. Vous êtes nazie, selon Poutine, parce que vous êtes occidentale, ne vous en déplaise. Et cette rhétorique coule comme du miel dans les oreilles des peuples anciennement colonisés.

Plus vous niez, plus ils voudront que Poutine vienne vous buter. Et si vous ne niez pas, ils voudront quand même que Poutine vienne vous buter, mais leur esprit nationaliste vengeur sera plus ou moins tenu en laisse par leurs élites intellectuelles.

Il est effectivement peut-être temps qu'on apprenne à solder cette histoire, et qu'apprenne à se lier avec les franges les moins haineuses de ces pays. Pour tenir en laisse les franges les plus haineuses, là-bas comme ici. C'est un peu mondialiste neuneu, cette perspective, mais l'alternative est pire.

anne-marie marson

Heureusement la campagne électorale est terminée.
J'ai remarqué au cours du débat que E. Macron était passé de jeune beau à vieux beau avec ses tempes argentées. C'est Brigitte qui doit être contente: elle est devenue enfin aussi jeune que lui.

Le couple Macron en 2017 nous a été vendu comme un paquet de lessive (avec l’adoucissant associé) par une campagne de marketing hors norme. Mais le paquet de lessive n'était pas tout à fait ce que nous espérions d'où la déception immédiate. Le paquet de lessive ne lavait pas vraiment plus blanc que blanc.

Macron a ruiné la France, 600 milliard de dettes. MLP aurait pu insister un peu plus et demander comment il comptait rembourser.
MLP aurait aussi pu critiquer le fameux dividende social, porté par l’incompétente E. Borne, fumeuse ministre du Travail. Ce dividende social existe déjà, les négociations sont obligatoires et respectées, mais le chiffre en fin de tableau Excel, après moult soustractions, est toujours le même: 0.0.

La France est ruinée financièrement mais aussi moralement. Il n'y aura pas de syndicats pour négocier les retraites et la perte des acquis sociaux sur lesquels Macron va se jeter pour éponger la dette.

En fait, moi je vote pour Patrick Roger, qui tous les matins sur Sud Radio, pendant cette campagne a traversé des nids de couleuvres en essayant de ne pas trop en avaler, mais certains étaient gratinés avec les gens de LREM.
Par exemple Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, qui a réussi pendant son interview à ne jamais prononcer les mots agriculture et agriculteur. PR aurait pu insister.
Ce matin, Franck Riester est sorti de son sarcophage pour déclarer que MLP voulait priver de liberté les femmes musulmanes et par extension l’ensemble des citoyens, mais a réussi à éviter toutes les questions sur son bilan désastreux au commerce extérieur (déficit record de -84,7 milliards d'euros), et qui n'est pas près de diminuer avec la facture énergétique. PR, comme MLP, aurait pu penser à poser la question.
Et enfin R. Enthoven qui a trouvé tout à fait juste que E. Macron déclare que la France était coupable de crimes contre l’humanité.

Axelle D

@ Valéry | 22 avril 2022 à 20:47

Sur ce blog il n'y a que deux ou trois contributeurs, dont Marchenoir, à voir l'ombre de Poutine partout. Pour ce dernier et quel que soit le sujet, cela a d'ailleurs commencé bien avant l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Une véritable obsession !

Ce qui est sûr c'est que la Russie continue de vendre son gaz aux pays de l'Europe de l'Ouest, une partie transitant par l'Ukraine (qui touche de ce fait des droits de passage). Et pendant ce temps-là, Zelensky, le comédien, qui n'est pas à une incohérence près, "exigerait" que la France rapatrie tous ses commerces installés en Russie : Decathlon, Leroy Merlin, Auchan, etc.
Ben voyons !

Valéry

Ce débat sur la prétendue connivence entre le RN et la Russie, sur le fait d'avoir emprunté à la First Czech Russian Bank après avoir essuyé un refus de toutes les banques françaises, me paraît vide de tout réalisme.

Si j’étais Français et si je devais, comme certains ici, affirmer que "en Russie toute entité importante a des liens avec le pouvoir", je me frotterais d'abord les yeux afin d'enlever cette poutre géante. Un parti qui fait 33 % aux élections et qui se voit refuser toute aide financière pour se présenter... les banques, détentrices de l'argent public... il n'y a qu'en Russie que cela peut exister, c'est ça ?

****

Tout d'abord, et désolé de froisser l'ego de certains, le Poutine de ces deux dernières décennies n'a que faire de la France en tant qu'acteur politique. Contrairement à ce que la presse people anglophone veut faire croire, celle que tous les "experts" en Russie citent, Poutine n'est pas une tête brûlée, tout au contraire. Cela fait bien longtemps qu'il œuvre dans l'ombre afin de mettre à jour un bloc sino-russo-indien, qui représenterait bien plus de la moitié des échanges économiques mondiaux et qui lui assurerait une certaine indépendance et marge de manœuvre.

Pour les Russes (et bien d'avantage pour les Chinois), l'Europe est depuis longtemps perdue et hors-jeu, gangrenée par des dettes abyssales, des conflits identitaires et une étrange conception de l’universalisme qui a fini par ronger les liens culturels qui maintenaient, tant bien que mal, chaque nation unifiée dans son noyau.

Que ce soit Marine Le Pen, Macron, Zemmour ou Lassalle, c'est du pareil au même. Ils rétropédalent quand rappelés aux ordres. Poutine a le don de comprendre les faiblesses bien plus vite que les autres, car sa définition de la faiblesse se base sur le rapport de force. Or Marine Le Pen est sans doute celle qui a le plus mis d'eau dans son vin, étant persuadée que cela va finir par dynamiser sa campagne et exploser le fameux plafond. C'est pourquoi, dans les paramètres de Poutine, elle n'a aucun intérêt, elle n'est pas fiable. Elle s'est montrée faible.

Voilà, moi je n'y crois pas du tout à cette connivence. En tout cas, les arguments en faveur de cette prétendue alliance secrète RN/Poutine, que j'entends aboyés ci et là, me paraissent fort biaisés et engendrés plus par des détestations individuelles et irrationnelles que par des faits.

L'ironie dans cette histoire : l'ombre de Poutine, tel un épouvantail, plane sur l'élection française et même va influencer le résultat. Alors que lui, il s'en fiche royalement.

F68.10

@ Tipaza
"C'est pas mal, j'aime bien l'orthogonalité des nombres de Seki-Bernoulli par rapport à ceux de Stirling, ça éclaire bien le débat entre MLP et EM."

Alors, en toute franchise, moi aussi j'aime bien. Mais non, cela n'éclaire pas particulièrement le débat entre "MLP" et "EM". Qui, en toute franchise, rabâche tellement les mêmes thèmes qu'il n'apporte rien de nouveau.

"Je m'essaie à l'humour suisse !"

Moi, je trouve que c'est un humour assez Paris 13, métro Chevaleret, mais bon, c'est vous qui voyez.

——————————————-

@ Axelle D
"Quant à F68.10 toujours à la remorque du susnommé, à divaguer et rebondir sur tous les sujets, il m'apparaît comme de plus en plus en errance trollistique sévère !"

Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais Marchenoir et moi-même sommes intervenus à 6 minutes d'écart. Je n'ai donc pas pu prendre connaissance du propos de Marchenoir avant de vous répondre. Je ne suis donc pas à la remorque de Marchenoir.

Par contre, je constate, oui, ne vous en déplaise, que la déculottée qu'il vous a mise au sujet du prêt poutinien de Marine fut pleinement justifiée. Marine roule de toute évidence pour Poutine. Rien que l'idée de pratiquer le frein à main sur les sanctions en matière de gaz et de pétrole russe, entre nous, c'est de la forfaiture caractérisée.

M'enfin, votez MLP si cela vous chante. Faites de la France la honte de l'Occident en matière de soutien à Poutine... Encore une fois: je ne vote pas. Cela sera votre vote collectif, et pas le mien. Je m'en lave les mains tel Ponce Pilate.

Je me permets aussi de vous faire remarquer que, nonobstant votre accusation me visant d'être à la remorque de Marchenoir, je n'ai pas fait dans ce commentaire de remarques sur ce prêt et sur Poutine. Je me suis concentré sur l'attaque de vos propos quand ils expriment une vision que je juge complètement dévoyée des thématiques de conflit d'intérêt, d'éthique du débat, et d'exigence de pureté que je juge pathologique dans ce que vous attendez d'un président de la République.

À force, je vais devoir le dire de plus en plus clairement: Monsieur Macron n'a commis aucun impair de par sa posture dans sa chaise. Les thuriféraires de Marine en la matière sont des gens qui font de gros efforts pour se sentir offensés.

Cela me rappelle cette histoire d'un dame bien éduquée qui va voir l'auteur d'un dictionnaire.

Madame: "Monsieur, je suis positivement outrée que votre dictionnaire comporte autant de gros mots et de terminologie salace... Il n'en manque pas un seul !"

Auteur: "Madame, je salue votre esprit qui, de toute évidence, les connaît tous parfaitement pour savoir où les chercher !"

Vous voyez l'ironie ? Eh bien c'est ce que je pense que ces accusations perpétuelles en mépris ou arrogance que votre personne et les esprits qui vous sont semblables s'acharnent à inventer de toute pièce pour vous faire passer pour des victimes.

Sur mon trollage: j'ai fait l'effort de résumer, à l'attention d'Achille et de Tipaza plus de deux millénaires de recherche sur le sujet qui mystifia Achille par son erreur combinatoire, depuis Pingala jusqu'aux travaux sur le calcul ombral de Roman et Rota dans les années 1970. Prenez cela sereinement comme un cours d'histoire. Si jamais je peux faire saisir à Achille l'ampleur d'un tel domaine de recherche, qui se niche, au fond, derrière son erreur de combinatoire, eh bien, il y aura une personne de moins bête sur Terre ce soir, même si elle ne comprend pas tout.

Et la personne qui comprend tout sur la question, elle récolte un million de dollars, décernés par une fondation privée du Colorado.

"Il n'empêche que ces deux brouilleurs compulsifs de radars n’empêcheront pas indéfiniment, nonobstant leur hargne et leurs tromperies, la vérité d'éclater au grand jour !"

Vous vous leurrez cruellement. La réalité, c'est que Marine est en train de faire un passage en force odieux sur les principes démocratiques. Que ce soit en France en s'asseyant sur notre certes imparfaite constitution, ou que ce soit à l'étranger en soutenant Poutine.

Je n'avale plus ses dénégations: quand on veut continuer à acheter du gaz et du pétrole à Poutine, c'est qu'on est complice.

C'est cela la vérité qui éclatera au grand jour si Marine est élue.

Et la vérité qui éclate au grand jour en ce moment même, c'est que cette tentation pro-Poutine en France est la honte de la démocratie. Si Marine est élue, je serais contraint de soutenir des sanctions diverses et variées contre la France si elle s'entête dans cette direction pro-Poutine et plus généralement anti-démocratiques. Par exemple les sanctions européennes qui visent actuellement la Pologne et la Hongrie, je n'aurais aucune honte à les appliquer en France. Ou même des sanctions plus dures.

Axelle D

@ Marcel P | 22 avril 2022 à 16:5

Commencez donc par relire mon commentaire avant de vous précipiter pour venir m'agonir, poutiniste vous-même !
Une banque qui fait faillite en Russie comme ailleurs n'est certainement pas soutenue par le pouvoir en place, à plus forte raison en Russie, ce que j'ai clairement écrit.
Alors qui de vous ou de moi profère des imbécillités par aveuglement sectaire ?
Il y a tout de même des limites à la mauvaise foi, ne tak li ?

Axelle D

@ Serge HIREL | 22 avril 2022 à 11:09

Se mesurer à son ex-Premier ministre dites-vous ? Pas que... Valérie Pécresse a aussi fait de la boxe ! Quel spectacle ça ferait mézamis si elle (promue ministre de l'Intérieur dans le futur gouvernement Bertrand) mettait Manu KO sous l'oeil des caméras du monde entier !

Moi, ils me font doucement rire ces "personnages" qui s'exposent dans un combat factice de quelques minutes et n'ont jamais tenu un fusil et encore moins fait la guerre. De même que leurs admirateurs idolâtres qui osent comme Achille les comparer (en mieux) à un de Gaulle, qui lui a combattu, a été blessé, fait prisonnier, etc.

Michel Deluré

@ Patrice Charoulet 21/04/22 17:14

Surpris tout d'abord, Patrice Charoulet, de constater que vous, professeur de français et amoureux de notre belle langue, cédiez à votre tour à la mode du franglais ! Faut-il interpréter cette évolution comme un accès de « djeunisme » consécutif à une soudaine contamination macronienne ?

Quant au débat télévisé, il n'était nul besoin d'être grand prophète pour désigner par avance son vainqueur - excusez-moi, le recours au franglais me provoque parfois des crises d'allergie ! - d'autant qu'EM, bénéficiant déjà de l'avantage obtenu au premier round de 2017, n'a pas manqué d'utiliser toutes les ficelles, y compris l'incorrection, le mépris, pour déstabiliser son adversaire.

Alors oui, il a remporté indéniablement ce débat mais il n'est pas sûr qu'il ait - par son comportement qui a démontré qu'il n'a, contrairement à ses affirmations, toujours pas changé - convaincu pour autant tous les indécis, tous les insatisfaits qui ont été nombreux à lui manifester au premier tour leur opposition.

Marcel P

@ Axelle D
"Cela ne lui paraît pas en effet invraisemblable que la banque russe ayant consenti un prêt au RN ait pu ensuite faire faillite... Difficile de croire alors la version que ladite banque ait été soutenue par le Kremlin et que de ce fait le RN (dont Marine) serait tenu de faire allégeance à Poutine."

C'est bien, continuez à défendre la Russie de Poutine. Continuez à vous assurer de priver le RN de voix de nationalistes.
Vous ne comprenez rien à la Russie - une banque russe, ce n'est pas le Crédit Mutuel. Il faut être un clown pour croire qu'en Russie existent des entités importantes sans lien avec le pouvoir.

Il n'y a pas besoin de deviner l'allégeance faite à Poutine dans l'évolution, l'apparition et la disparition d'entités russes. Il suffit d'écouter Marine Le Pen : elle veut donner des sièges à l'ONU à des pays du tiers-monde... exactement les mêmes que la Russie. Ça ne s'invente pas et ça n'est pas du hasard.

C'est flagrant : tout comme le fait qu'on se fade ici présent des prétendus nationalistes qui vantent les mérites d'une armée qui déambule drapeau rouge avec marteau et faucille. C'est ça le RN à présent. Le père faisait des blagues antisémites avec ses potes Dieudonné et autres. La fille rejoint Jean-Luc Mélenchon. Tout comme lorsque Hervé Juvin nous parle des violences policières, façon Russia Today qui finance des organismes type Black Lives Matter en France.

L'invraisemblable, c'est de croire que le RN est du camp de la France. Cela fait 40 ans que le FN et le RN discréditent les partisans de la France. Ce n'est pas pour rien qu'ils sont soutenus en sous-main par leur opposition.

Giuseppe

"Il ne l'a pas écrasée, elle n'a pas gagné !" (PB)

MLP a un programme nul, à part flatter les plus démunis auxquels elle fera serrer encore plus la ceinture, elle nous mettrait en cessation de paiement.
C'est un parti d'accointances, géré financièrement sans transparence, on peut imaginer la suite, misère et désespoir.

Quand on n'a pas de potion magique on se soigne avec ce que l'on connaît, il n'a pas un très bon bilan Emmanuel, mais comme dirait Winston c'est le moins pire.
Au bout de cela, sans Biden l'Europe n'existe pas, comme je l'ai entendu d'un journaliste, Biden n'a besoin que de lui-même pour décider, la limite de la décision c'est ce vote à l'unanimité des 27... Ce n'est jamais qu'un malade en état de commotion cérébrale. On discute, on vote, bla-bla et pendant ce temps-là:

https://www.msn.com/fr-fr/finance/other/nouvelle-aide-militaire-les-etats-unis-envoient-des-obusiers-et-des-dr%C3%B4nes-tueurs-en-ukraine/ar-AAWtbM8?ocid=msedgdhp&pc=U531&cvid=92f46dca5d764ddb9037f82d421137f8

"Les premiers armements arriveront en Ukraine dès ce week-end
Les drones Phoenix Ghost, dont l'armée américaine vient à peine de s'équiper, s'ajoutent aux centaines de Switchblade, des petits drones "kamikazes" dont Washington a déjà commencé à équiper l'armée ukrainienne. Le porte-parole est resté très discret sur leurs capacités, mais un haut responsable du ministère américain de la Défense a indiqué qu'ils avaient été adaptés par l'US Air Force "pour répondre à des demandes spécifiques de l'Ukraine". Les premiers armements de cette nouvelle tranche arriveront en Ukraine "d'ici la fin du week-end", a précisé un deuxième responsable du Pentagone ayant requis l'anonymat."

"Macroner" est bien le terme qui convient, l'Europe économique ça va à peu près, pour le reste qu'elle fasse des chèques, Volodymyr s'en contentera.
Mais il est clair aujourd'hui qu'il a compris que Macron c'est bien pour l'image, mais pour le boulot il fallait les Rosbifs et les Yankees... Et la puissance financière des Japonais qui mettent au pot.

EM veut accélérer une Europe de la défense... Même pas en rêve elle se fera, les plus puissants ont choisi leur camp, l'Allemagne en tête.
Les 50 milliards annoncés par le Président sont pusillanimes, en 3 jours nous aurions été envahis, pénurie de munitions et du reste.

L'Allemagne est dans une impasse provisoire - ils se sont trompés - mais il ne vont pas "macroner" longtemps, une population de 87 000 000 de citoyens qui dégage chaque année 80 milliards d'excédents, et qui vient de mettre sur le tapis 100 milliards, dans moins de 6 ans symboliques il auront haussé leur niveau à celui des USA, sans se faire bien mal.

Demain ils fabriqueront de la défense comme ils fabriquent leurs bagnoles que tout le monde s'arrache, ils ne sont pas champions du monde de formule 1 sept fois d'affilée par hasard. Il faut avoir vu le reportage sur le staff de cette écurie pour comprendre.
Nous avons quand même des atouts, le BTP, au moins nous pourrons leur servir tout le génie civil dont ils auront besoin pour le lourd, mais il faudra arrêter de "macroner".

Alpi

@ Serge HIREL
"De l’autre, une femme, ambitieuse certes, debout, mais un rien trop bisounours, trop conciliante, trop hésitante dans le choix de ses mots, une proie stoïque qui hésite à sortir les griffes, encore plus à jouer du couteau dans les plaies."

Oh, pauvre petite chatounette ! Vous voulez nous faire sortir les larmes ?
Que je sache, elle n'a pas retenu ses coups avant le débat pas plus qu'elle ne les retient après. Si elle ne veut pas se faire contredire et pousser dans ses contradictions, qu'elle abandonne la politique et qu'elle s'inscrive dans un club de patchwork ! Elle s'était pourtant retirée sur son Aventin pour le préparer, ce débat.

Exilé

@ Cyril Lafon | 21 avril 2022 à 22:00
« ...un président très à l'aise, qui connaît parfaitement ses dossiers »

Encore une expression à la mode qu'il est de bon ton de répéter.
Mais qui sait ce que contiendraient exactement ces fameux dossiers ?
Qui en a vu le contenu ?
Il n'est même pas sûr que ses collaborateurs puissent le dire.

Donc rien ne nous prouve qu'il ne joue pas au « président très à l'aise, qui connaît parfaitement ses dossiers » pour raconter n'importe quoi avec aplomb comme il sait le faire, par exemple en ce qui concerne le déficit dont il est responsable.

Serge HIREL

Quel que soit le nom qui sortira des urnes dimanche soir, la France sera au bord du gouffre en raison de la stratégie qu’a choisie Macron pour tenter de se faire réélire. Faute de parvenir à convaincre qu’il faut voter pour lui parce qu’il est le meilleur, que son programme est le bon, il joue la carte du « Tout sauf Le Pen » et essaie de ratisser l’électorat en appelant à l’élimination de Marine par un vote en sa faveur, un vote de barrage à l’extrême droite qui, dit-il, ne vaudra pas soutien de sa ligne politique.

S’il est mal élu grâce à ces voix « volées », qui, dès lundi, se retourneront contre lui, il aura deux solutions :
- passer ses réformes en force et provoquer une colère de la rue bien pire que celle des Gilets jaunes parce que, cette fois, elle sera organisée politiquement et syndicalement ;
- ne rien faire faute de majorité dans le pays, gérer les affaires courantes, boucher au mieux les trous de la raquette, à l’exemple du quinquennat inutile de Chirac.

Si, malgré cette nouvelle tentative de hold-up du sortant, MLP, bien élue, accède à l’Elysée, elle n’aura, elle, qu’une seule possibilité : faire ce qu’elle a promis. Sinon, très vite, ses électeurs, eux aussi, seront dans la rue et rejoindront, sans bien sûr s’allier à eux, ses adversaires gauchistes et macronistes qui continueront, dès lundi, à hurler au fascisme.

Dans les deux cas, la pagaille, la chienlit, le sabordage politique et économique du pays...

Reste fort heureusement une troisième solution : un résultat apaisant lors des législatives de juin... Dans le paysage politique actuel, il y a peu de chances qu’elles débouchent sur une Assemblée de godillots servant de laquais à la présidente (ou au président). Il serait souhaitable qu’au contraire, celle-là (ou celui-ci), pour gouverner, soit obligé(e) de se constituer une « majorité de projets », susceptible à tout instant de s’effriter. Ce qui calmera ses ardeurs, lui interdira la rigidité du pouvoir personnel, sans pour autant qu’il (ou elle) soit astreint(e) à ne rien tenter.

Certes, une Assemblée élue à la proportionnelle aurait rendu la chose plus aisée... avec le danger, toutefois, du retour en force des « partis-charnières », qui ont tant nui à la IVe République. Mais, compte tenu de l’éparpillement actuel des dirigeants politiques de gauche - leur union à l’ébauche, si elle réussit, ne sera qu’un rabibochage d’arrière-cuisine électorale -, de l’échec, provisoire, de l’union des droites et de la scission au sein de la droite patriote, on peut croire que les trois blocs actuels - progressistes, nationalistes et euro-mondialistes - seront tout sauf monolithiques et que, selon les dossiers, les députés de chacun d’eux, en tout ou partie, sauront créer des alliances permettant d’éviter la stagnation qu’entraînerait leur affrontement stérile.

Quant aux députés macronistes, largement décimés même si EM est réélu, tout en ayant leur chef à l’Elysée, ils ne seront plus ces êtres fiers et dominateurs qui ont régné sans partage pendant cinq ans, beaucoup plus grâce à leur nombre que grâce à l’adhésion des citoyens. Peut-être ne seront-ils plus que les membres d’un parti-charnière plus ou moins influent, avant que celui-ci ne connaisse le sort de tous ses prédécesseurs, la disparition qui survient quand le patron n’est plus au pouvoir. Deux dates sont possibles pour que survienne cet événement : ce dimanche 24 avril ou, cette fois à coup sûr, en avril 2027.

Patricia

Article très objectif Monsieur Bilger.
MLP n'a jamais voulu être élue, elle n'est là que pour faire peur et mettre en place toujours les mêmes. Nous faire croire qu'en France il y a une démocratie qui, en réalité, n'est existante que sous des apparences de pseudo-liberté ou humanisme.

Le jour ou les Français, et d'ailleurs les autres peuples aussi, comprendront comment nos politiques ont su mettre en place un système qui ne vise qu'à tenir la population et la maintenir dans un espoir d'égalité humaine inatteignable, il n'est même pas certain qu'ils réagiront.

Ce n'est que de la foi politisée avec comme Dieu un ou une président(e) et les anges autour. L'Homme n'est pas l'espèce la plus intelligente et courageuse.
MLP a fait le boulot. Suite à celui ou celle qui sera chargé de nous mener par le bout du nez.

Robert

@ Robert Marchenoir | 21 avril 2022 à 15:16 (@ Robert | 21 avril 2022 à 11:41)
"McKinsey n'a pas l'arme atomique, ne viole pas des bébés et des petits garçons devant leur mère, et n'envahit pas des pays étrangers. Heureusement que Marine Le Pen n'a pas utilisé votre fausse équivalence. Même les poutinistes ont le sens du ridicule, il faut croire."

En quoi ce que j'ai écrit établit-il la moindre équivalence ? Je n'ai évoqué que la confrontation d'arguments contre arguments, ce que n'a pas su faire madame Le Pen, au-delà de ses insuffisances ou erreurs techniques, face aux attaques de son adversaire.

De ce fait, la bêtise de votre adresse est confondante. En effet, aucun lien ne saurait être fait quant à la "soumission" de x ou y à des banques, qu'elles soient russes, européennes, britanniques, américaines ou même françaises et la guerre menée par la Russie en Ukraine. En revanche, vous posez-vous la question des liens établis par monsieur Macron au titre des fonctions qu'il a exercées à la banque Rothschild et qu'il a pu entretenir et conserver, notamment avec Nestlé, Pfizer, BlackRock et consorts, comme de leurs éventuelles interférences avec ses choix dans l'exercice de ses fonctions présidentielles ?

Par ailleurs, vous êtes incapable de la moindre réflexion géostratégique parce que dominé par vos présupposés idéologiques et votre classification plus que simpliste des commentateurs qui n'ont pas l'heur de vous agréer.

Sur ce point, concernant l'actuelle guerre russo-ukrainienne, je vous invite à écouter l'entretien de Frédéric Encel avec Renaud Blanc ce matin du 22 avril
(https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/matinale-de-radio-classique/l-invite-politique/). L'accuseriez-vous lui aussi d'être un "poutiniste" ?

Enfin, alors que nous sommes victimes d'une propagande éhontée, du côté tant russe qu'occidental, dont il faut savoir s'extraire pour mener une réflexion approfondie et sans sombrer dans l'émotion, il est indispensable de replacer cette guerre dans son contexte global. Si l'on veut comprendre les enjeux, il convient de lire cette excellente analyse de Xavier Guilhou du 6 avril dernier sur le site de la revue géopolitique Conflits
https://www.revueconflits.com/que-nous-apprend-la-guerre-en-ukraine-que-la-deconstruction-de-lordre-du-monde-saccelere/

Il y a là des réflexions qui sont d'une autre envergure que vos vaticinations poutiniennes.

lucterius

J'admire ceux qui ont la répartie facile. Marine Le Pen en a manqué d'après moi et je me suis imaginé ce que cela aurait pu donner de sa part quand Macron lui a reproché le prêt qu'elle a souscrit auprès des banques suisses.

À sa place j'espère que j'aurais dit: "Monsieur Macron, vous venez de me faire monter de deux ou trois points car les Français n'aiment pas les lâches et ce que vous venez de dire est d'une bassesse qu'ils n'accepteront pas. En effet vous savez bien que si j'ai dû emprunter aux banques russes c'est parce qu'aucune banque de France et ni même d'Europe, n'a voulu me consentir ce prêt. Ce n'est donc pas par une affinité quelconque, mais contrainte et forcée que j'ai dû en passer par eux. Monsieur Macron vous frappez en dessous de la ceinture et les Français en tiendront compte."

Et le buzz aurait été immédiat.

Serge HIREL

@ Achille | 22 avril 2022 à 08:41
« Allez, rien que pour vous je vous joins une petite séance de boxe... »

Manu 1er, Roi du 9-3, Prince des Racailles, fait décidément tout à l’envers. Il s’entraîne le lendemain du combat... À moins qu’il n’ait déjà entamé un stage de reconversion... Peut-être compte-t-il se mesurer à son ex-Premier ministre ?
Quant au reste de votre hymne à sa gloire... Il n’y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre... Alors, je vous le redis haut et fort : Macron n’a pas respecté les règles de base d’une campagne électorale dans une grande démocratie.

-------------------------------------------------------

@ Achille
@ F68-10
@ Tipaza
@ bernard

Halte au feu ! Les tirs de missiles mathématiques et d’obus algébriques tirés sur des individus n’ayant pas fait Maths Sup sont interdits par les Conventions de Genève de 1949... Je demande à nôtre hôte d’organiser au plus vite un couloir humanitaire...

-------------------------------------------------------

@ Achille
« Ci-joint la synthèse des chiffrages des programmes des cinq principaux candidats par l’Institut Montaigne. » (Achille 21 avril à 20:58)
« Les études, on leur fait dire ce que l’on veut. Tout dépend des intentions qu’elles cachent. On sait ce que peuvent donner les batailles d’experts quand il s’agit d’économie, de santé et plus globalement de politique. » (Achille 22 avril à 08 :41)

Conclusion : Achille réfléchit en dormant...
Même s’il s’est taillé un beau costume de respectabilité, l’Institut Montaigne est un groupe de pression au même titre que tous les autres « Instituts »... « indépendants » naturellement.

« Bon ils ont tous sous-évalué leur déficit, mais c’est quand même Emmanuel Macron le plus honnête ! »

Voilà une drôle de conception de la gestion des deniers publics ! Bon, EM crame la caisse, fait des erreurs de calcul - volontaires ou pas, cela reste à déterminer -, planque son forfait, mais moins que les autres... Alors, laissons-lui les clés du camion... Il ira moins vite dans le mur que les autres...

Au secours Antoine (Pinay), Valéry (Giscard d’Estaing), Jean-Pierre (Fourcade) et tous les autres qui, avant 1974, vénéraient l’excédent budgétaire. Revenez ! Ils sont devenus fous ! Ils passent l’argent par les fenêtres !

---------------------------------------------------

@ Axelle D | 22 avril 2022 à 01:01
« Marchenoir va devoir sérieusement réviser ses informations... »

Ne comptez pas sur lui... Il sait.

Tipaza

@ Achille | 22 avril 2022 à 09:51

Super, c'était bien la formule qu'il fallait employer.
Je suis ravi d'avoir participé à votre réveil mathématique.

Finalement vous seriez récupérable.
Il vous suffirait de voter Zemmour et Reconquête! aux législatives, et nous pourrions nous entendre sans avoir à crier bien fort !

Ninive

@ Patrice Charoulet | 21 avril 2022 à 17:14
"The winner is... Macron."

Vous allez pouvoir faire la bamboula avec vos deux fils, mettre du beurre sur votre merlan cuit à l'eau et ouvrir une bouteille de cidre sans alcool pendant que Macron se prépare à voiler Marianne et à la remplacer par Aïcha.

Grâce à vous Patrice Charoulet la France sera enfin devenue la colonie de ses anciennes colonies ; d'ailleurs Macron, au lieu de ne faire venir que 10 000 enseignants tunisiens pour apprendre l'arabe aux écoliers de France, va pouvoir en importer 100 000... les portes de la France seront définitivement ouvertes à tous les Maghrébins et Africains et les Français de souche qui voudront faire le don de leurs biens recevront une médaille 🥉 de l'or dur.

Félicitations.

Giuseppe

@ Achille | 21 avril 2022 à 20:58

Tout d'abord MLP ne doit pas regarder de trop près ses tickets de caisse, elle saurait déjà qu'il existe un taux réduit, à Montretout il doit y avoir du petit personnel pour faire les courses.

Ensuite comme les distributeurs sont quand même des coquins, et qu'ils ont les yeux qui brillent, je suis d'accord avec E. Macron pour penser que son taux 0 % ne servirait strictement à rien.
On l'a vu à l'époque avec les taux réduits pour la restauration qui devait embaucher, alors qu'elle se reconstituait des marges.

En fait quand on réduit les taux de TVA, une grande partie est aspirée par le fournisseur, et pratiquement rien laissé au consommateur.
Ceci est vrai aussi pour les travaux de bâtiment, pour certains ouvrages.

https://www.l-expert-comptable.com/dossiers/produits-et-services-relevant-du-taux-reduit-de-55.html

Pour terminer, cibler des chèques sur les populations à aider est bien plus efficace, ce qui disperse moins la dépense.

Quant aux économies des programmes, nous avons affaire non pas à des argentiers mais à des dépensiers, on dilapide toujours ce qu'on n'a pas gagné: avec l'argent des autres, c'est bien connu les dépenses sont incalculables.

La valse des milliards encore cette fois, un hôpital déchiré, une école comme le disait une vieille institutrice - qui racontait l'école d'avant - où 10 % des élèves de 6e ne savent ni lire, ni écrire et ni compter.

Un sacré quinquennat attend Macron, MLP n'a que du bagout et aucun programme crédible, elle est toujours dans l'à peu près flatteur, mais ce n'est pas en se payant de mots qu'on fait bouillir la marmite et encore mois bâtir des prisons.

À la fin du match il faut s'attendre à un 6-4, le 4 est le même que l'arrondi de la tension pour 35.

bernard

Ainsi, si vous voulez savoir combien il faut de débats quand il n'y a que 2 candidats, Macron et Le Pen (pardon et Marine), par exemple, il suffit d'appliquer l'une des formules suivantes:
(x²-x)/2 soit(4-2)/2=1
Youpi, 1 seul débat
ou bien
x(x-1)/2 soit 2*1/2=1
Encore youpi !
ou bien
(x/2)*(x-1) soit 1*1=1
Youpi, youpi, youpi !

Mais s'il y a des matches aller-retour, la formule d'Achille est très bonne.
Et si on a le temps, à la mi-temps, on peut compter sur ses doigts : 19+18+17+16+...+...+... +2+1=
380 matches !


Achille

@ Tipaza | 22 avril 2022 à 07:32

Mais je l’ai retrouvée la fameuse formule permettant de trouver le nombre de possibilités de débat avec 12 candidats:

nCr= n!/r!(n−r)!
avec n =12 et r =2.
Ce qui nous fait : 12!/2!(12−2)! = 12!/2!(10)! = 479001600/7257600=66

Mais plus simplement on pouvait arriver au même résultat avec la somme 11+10+9+8+7+6+5+4+3+2+1 = 66.

Enfin cela m'a permis de replonger dans mes vieux bouquins de math, cela ne peut pas faire de mal...

louis

Je crois n'avoir jamais autant constaté de propagande pour un candidat, si EM ne passe pas avec tous ces soutiens c'est qu'il est vraiment (bon)... En route pour la retraite à 65 ans et les mesures sociales qui vont avec ?? Quant à la réindustrialisation faut pas plaisanter, c'est sale, bruyant, ça défile dans les rues et ça n'apporte que des emm... aux investisseurs privés, tout comme les centrales nucléaires...

Achille

@ Valéry | 21 avril 2022 à 23:22
« Selon une étude d’Euler Hermes, la France pourrait mettre 67 ans à effacer la dette Covid-19, contre 26 pour l’Italie et 7 pour l’Allemagne. »

Les études, on leur fait dire ce que l’on veut. Tout dépend des intentions qu’elles cachent. On sait ce que peuvent donner les batailles d’experts quand il s’agit d’économie, de santé et plus globalement de politique.

Le Centre pour la recherche économique et ses applications (Cepremap) affirme, lui, que sans le "quoi qu’il en coûte" - fonds de solidarité, activité partielle, prêts garantis par l'État, pour ne citer que les plus connues -, la situation aurait été pire. Elles auraient donc été un mal nécessaire pour éviter une catastrophe plus terrible encore.
La chute du PIB au creux de la crise n'aurait pas été de 17, mais de 37 points de PIB.

De toute façon mon commentaire ne portait pas sur les mesures prises par le gouvernement pour éviter que les petites entreprises ne soient pas condamnées à déposer leur bilan en cascade suite à la crise sanitaire, mais tout simplement à donner un état comparatif des programmes des trois principaux candidats. Rien à voir !

---------------------------------------------------------

@ Serge HIREL | 21 avril 2022 à 16:42
« L’équité démocratique, c’est aussi : pas d’utilisation du carnet de chèques de l’Etat par le président-candidat trop longtemps virtuel, pas de cortège officiel du candidat-toujours président, pas de déplacements visant plus l’électeur que le citoyen, pas de mises en scène du candidat-président téléphonant à Zelensky, et patati et patata »

Le président candidat est toujours président et dispose des moyens mis à sa disposition pour tous ses déplacements quels qu’ils soient. Cela a toujours été ainsi et je ne vois pas pourquoi il en serait autrement avec Emmanuel Macron.
Vu qu’il est aussi candidat il est normal qu’il vise les électeurs, comme le font d’ailleurs les autres candidats. Ensuite tout est une question de marketing politique. Chaque candidat use des moyens de séduction qui lui sont propres pour plaire à son électorat et même empiéter sur celui des autres. C’est de bonne guerre.

Allez, rien que pour vous je vous joins une petite séance de boxe à laquelle notre président-candidat s’est livré avec un coach du noble art à Saint-Denis qui est, comme chacun sait, une zone infestée de racailles.

Mais je présume que vous allez répondre :"Imaginez-vous le général de Gaulle se livrer à ce genre d’exercice ?".
Mais les temps ont changé, certains feraient bien de s’en apercevoir !

Aliocha

Bien, un peu d'allemande philosophie pour enseigner aux Français à voter avec leur cerveau, je vous aurais bien mis l'article en entier, mais il est trop long, voici donc quelques extraits pour mettre l'eau à la bouche :

"Le bloc extrémiste, incarné par Marine Le Pen, Éric Zemmour et Jean-Luc Mélenchon, est désormais majoritaire en France, à près de 55 %. Idéologiquement, il est assez cohérent : poutinophile, antieuropéen, antiaméricain, antimondialiste, et détestant les « élites ». La France est-elle toujours ce « pays philosophique » que vous aimiez ?

Oui, sans nul doute, la France est encore un pays « philosophique », dans le sens où les Français n'ont pas complètement perdu leur goût des débats autour des idées abstraites. Mais la France est aussi ce pays où le premier tour de la présidentielle donne lieu à un phénomène que je ne cesse de constater avec un souci croissant. Une sorte de terrible carnaval un peu rabelaisien s'y déroule, où les Français se donnent le plaisir de se déboutonner. Tous les cinq ans, c'est comme s'ils profitaient de l'occasion pour laisser tomber tout tact politique, toute réflexion stratégique, en se vouant à un « expressionnisme » sans limites. Il ne s'agit plus alors de voter avec son cerveau, en vue d'un résultat dont on peut assumer la responsabilité, mais de voter, dans une forme d'hystérie abstraite, avec ses entrailles. Un carnaval accéléré par la pression des réseaux sociaux qui organisent et amplifient la désinhibition. Freud n'est pas le seul auteur à nous rappeler que ce que l'on appelle la civilisation n'est au fond qu'un mince vernis de conventions sur des énergies primitives latentes, toujours prêtes à entrer en éruption.
...

Quant à la haine que suscite Emmanuel Macron, elle ne me surprend pas. Il n'a pas été l'élu d'une majorité convaincante. Sa percée a eu lieu en France à un moment où la fatigue des jeux politiques ordinaires atteignait un sommet aussi périlleux que compréhensible. Il était apparu en 2017 comme un fantôme prometteur – mais face à une scène politique qui massivement, dès le début, ne souhaitait que son échec. C'est à croire qu'en France, on refait des rois pour pouvoir leur trancher la tête autant qu'on veut. La France semble être restée un pays structurellement royaliste, mais seulement pour cultiver un royalisme négatif. Vous connaissez la définition lacanienne de l'hystérie ? Le fait de rechercher un seigneur qu'on va tyranniser par le spectacle de l'insoumission…
...

Après la guerre, l'Europe entière, sauf la France, a voulu se cacher sous le bouclier nucléaire américain… Mais la confiance dans les Américains s'est affaiblie, on ne peut plus guère se fier aux Britanniques, donc il va falloir assumer le poids d'une politique de sécurité qui portera un cachet européen plus marqué. C'est justement parce que personne n'a envie de se battre, pas plus qu'en 1940, que la dissuasion nucléaire conventionnelle s'impose. Parce qu'elle permet de rassembler les « restes » du courage commun, qui décline, mais qui est encore là, pour résister aux rêves impériaux de Moscou, et cela au moins jusqu'à la fin des années Poutine. Après, une nouvelle architecture européenne de sécurité sera nécessaire, et elle sera réalisable pourvu que la Russie ne persiste pas trop longtemps dans son rôle de rogue state. L'Union européenne compte trois fois plus d'habitants que la Russie, elle possède 27 armées nationales éparpillées. On pourrait faire beaucoup de choses avec un certain effort de concentration ! Mais pour arriver à cela, une France avec une forte vocation européenne reste indispensable. Raison de plus pour ne pas voir tomber la France entre les mains d'une aventurière larmoyante qui aime trop les chats !"

https://www.lepoint.fr/politique/peter-sloterdijk-les-francais-ne-votent-pas-avec-leur-cerveau-21-04-2022-2472847_20.php?M_BT=194508641590#xtor=EPR-6-[Newsletter-Matinale]-20220421-[Article_2]

Quelle arrogance d'être aussi intelligent !

Tipaza

@ Achille | 21 avril 2022 à 21:36

Bravo Achille d'avoir trouvé si vite la solution !

J'étais certain que le matricule suisse nous donnerait la formule mathématique et plus de détails encore.

C'est pas mal, j'aime bien l'orthogonalité des nombres de Seki-Bernoulli par rapport à ceux de Stirling, ça éclaire bien le débat entre MLP et EM. ;-)
Car enfin les deux candidats étaient en quadrature de phrases !

Je m'essaie à l'humour suisse !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS