« Il ne l'a pas écrasée, elle n'a pas gagné ! | Accueil | Delphine Wespiser, une héroïne de la démocratie.... »

22 avril 2022

Commentaires

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Pour définir le communisme, je me base sur une démarche assez simple : l'observation des régimes communistes ayant existé dans le monde. Or, ils correspondent tous à la définition que j'en ai donnée : prise du pouvoir violente par une petite minorité, culte de la force et du mensonge..."

Culte du mensonge. Parfaitement.

Je me permets de citer cet extralucide télégramme de George Kennan duquel vous m'avez permis de prendre connaissance:

"Le manque même de respect des Russes pour la notion de vérité objective --- en fait, leur scepticisme total en son existence même --- les amène à percevoir tout assertion de nature factuelle comme relevant d'un instrument en vue de la poursuite d'un but ayant un motivation dissimulée ou d'un tel autre but similaire. Il y a de bonnes raisons de soupçonner que ce gouvernement relève d'un complot imbriqué dans un autre complot ; et, en ce qui me concerne, je suis rétif à la croyance en l'idée que Staline lui-même soit en mesure de prendre connaissance d'une perspective qui puisse prétendre ressembler en une quelconque manière à un objectif reflet de la réalité du monde extérieur. Cela donne toute latitude pour le type de subtiles intrigues dans lesquelles les Russes sont depuis longtemps passés maîtres. L'incapacité des gouvernements étrangers à pouvoir faire entendre leur plaidoiries de manière carrée face aux décisionnaires russes --- dans la mesure où ces plaidoiries ne sont communiquées dans le cadre de leurs relations avec la Russie que par le gracieux truchement d'obscurs et inconnus conseillers --- ceci constitue, dans mon appréciation, la caractéristique la plus mentalement perturbante de toute activité diplomatique moscovite, une caractéristique que les hommes d'État occidentaux seraient bien avisés de garder à l'esprit si c'est leur souhait que d'apprécier l'essence même des difficultés que nous rencontrons ici." -- page 7 du long télégramme de George Kennan.

Cela m'amène à la conclusion suivante: même en admettant que le communisme ne soit qu'une idée, elle a pris racine en Russie dans un contexte de mépris culturel de la vérité hérité d'une longue histoire.

Il se trouve toutefois que le communisme a lui aussi une relation trouble avec la notion de vérité et aussi avec celle de la liberté d'expression. Le communisme, y compris sur un plan théorique, semble ne considérer la liberté d'expression que comme un moyen d'achever ses buts. Il s'agit là encore de retourner les armes de la démocratie contre la démocratie elle-même. Car, selon la théorie même, la liberté d'expression et la vérité doivent se subordonner à un intérêt collectif supérieur.

Les chouineries ultra-gauchistes sur la liberté d'expression qui leur serait systématiquement déniée par la fameuse et dépravée "bourgeoisie" ne sont qu'une tactique d'instrumentalisation des souffrances des uns et des autres. Nullement un moyen qui amène à la résolution de ces souffrances, et même un moyen qui a pour but de détruire la liberté d'expression et la recherche de la vérité une fois au pouvoir. Et ensuite d'empêcher les réelles victimes de se plaindre.

C'est aussi une des critiques de fond que j'ai vis-à-vis de toute une composante de ce qu'on appelle "le complotisme": leur obstination à instrumentaliser des complots improuvables, leur obstination à occuper l'espace cognitif et médiatique avec leurs sornettes, et au final leur complicité dans l'écrasement de toute tentative d'émergence de la vérité au sujet de réels complots.

De la même manière que certains hystérisent des plaintes de victimes en peau de lapin pour ne jamais à avoir à traiter sur le fond le sort des réelles victimes.

Communisme et mentalité sociétale russe s'accordent donc pour nier toute pertinence à la notion de vérité même.

J'ai par contre du mal à dire qui de la poule et de l'œuf fut le premier. Du mal à dire si le culte du mensonge est d'abord une caractéristique sociale russe ou une responsabilité de la théorie communiste. J'ai l'impression que les deux sont entrées en synergie.

Maintenant, les sociaux-démocrates, je ne les mets pas dans le même panier que les communistes. Et je ne peux avaliser une équivalence morale entre les deux. La social-démocratie, du moins en tant qu'idée, n'est pas hostile en soi à la vérité et aux normes démocratiques. Le communisme, lui, l'est. Indubitablement.

"Le communisme est une théorie qui a été formalisée au milieu du XIXe siècle. Depuis, c'est sans doute l'idéologie qui a été le plus discutée, travaillée, promue, celle qui a fait l'objet de la plus grande masse de réflexions dans le monde comme celle qui a été le plus souvent mise en pratique."

Oui. Je ne comprends pas cette obsession. Je ne nie pas toute valeur aux idées en provenance de penseurs affiliés à l'idéal communiste. Mais je ne peux les suivre quand ils pratiquent le non sequitur qui consiste à encenser le communisme. Je ne comprends pas ce culte de l'idée communiste qui aboutit à des conceptions dogmatiques à la Badiou complètement déconnectées de la réalité.

Il y a des gens qui font profession de la négation du réel pour défendre des dogmes et surtout des attitudes dogmatiques. Comme au sujet du communisme. Intellectuellement, je ne les tolère plus.

--------------------------------------------------------

@ Bill Noir
"En Allemagne les dames pourront bientôt se promener seins nus. Avec celles qui sont burkinisées ce sera le triomphe de la Diversité !"

On le sait que l'accoutrement est un signe des religions pour marquer leur espace et asseoir leur domination dans l'espace public. Bien sûr qu'il convient de lutter contre cela. Maintenant, cela dépend comment c'est fait.

Et j'ai pris connaissance du topless dans les piscines teutonnes:

"À compter du 1er mai prochain, et jusqu'à la fin du mois d'août, les femmes seront désormais autorisées à fréquenter les piscines municipales [de Göttingen] seins nus. Limitée aux week-ends, la réforme a été votée afin d'améliorer l'égalité entre les sexes, a annoncé la mairie jeudi 28 avril." -- Le Point, le 28.04.2022.

En tant qu'ancien nageur, et ayant assidûment fréquenté les piscines à une époque, je peux vous garantir que les teutons ont des attitudes très différentes face à la nudité que les Français. Il m'est arrivé quelquefois de me retrouver dans les douches d'une piscine avec une Allemande qui y débarque et se met à moitié à poil devant des bonshommes avec une indifférence assez sidérante à l'idée que cela pourrait avoir une charge érotique. En règle générale, dans les vestiaires masculins, on y trouve (quand même) bien plus souvent des hommes, mais que ce soit en Allemagne ou en Suisse alémanique, ils se mettent très facilement à poil sous les douches dans un contexte où un mâle français garderait tout de même son maillot de bain pour se désaliniser sous la douche.

Pas du tout le même rapport à la nudité chez les Teutons et les Latins.

Ne projetez donc pas sur cette histoire plus de charge culturelle qu'elle n'en a. Ce rapport culturel différent à la nudité semble en effet être assez ancien.

"Il n'est pas tout à fait exclu que « l'humain » disparaisse de la surface de la Terre et que la vie se reconstitue sans une « humanité ». [...] On peut même considérer que le Créateur a imaginé cette possibilité... ce que j'en dis c'est pour parler avec vous !"

Je ne crois pas qu'un quelconque Créateur existe. Nous sommes seuls en charge de ce qui adviendra, dans la limite de nos capacités matérielles et cognitives. La réalité, toutefois, c'est qu'un monde sans humanité est un monde sans conscience, et qu'un monde sans conscience est un monde mort. Un monde inintéressant: la matière sans conscience est inutile et sans but.

On peut certes compter sur les animaux et les extra-terrestres pour sauver la mise, mais autant tenter de faire avec ce qu'on a déjà sous la main. Je ne tiens en effet pas à voir une Terre repeuplée de poulpes (créature très intelligente) sous prétexte qu'on aurait réussi à nous faire disparaître. Et, en plus, les poulpes vont quand même ramer pour découvrir le feu au fond de l'océan...

Mais si de telles pensées apocalyptiques vous turlupinent, je vous conseille sans réserve la série américaine post-apocalyptique la plus trash que j'ai jamais eue l'occasion de visionner: les 100.

Alors certes, en VF, c'est nettement moins bon qu'en VO, et vous allez râler sur les normes sociétales multiraciales et LGBTQ qu'ils arrivent à refourguer dans une telle série, mais le scénario en vaut quand même pas mal le coup. Les scénaristes américains ont quand même un sacré talent.

Bill Noir

En Allemagne les dames pourront bientôt se promener seins nus.
Avec celles qui sont burkinisées ce sera le triomphe de la Diversité !

Pierre Durand

@ Bill Noir | 27 avril 2022 à 07:55
"Si les Français ont réélu Macron c'est qu'il le mérite !"

On peut dire aussi :
"Si les Français ont réélu Macron c'est qu'ils le méritent !"

Cette punition est bien méritée.

Bill Noir

LA DÉMOCRATIE À LONG TERME

D'ores et déjà Macron II terrasse Giscard, Sarko et Hollande. Macron III écraserait Mitterrand et Chirac. Le sixième prince Souhmis serait-il alors En Marche vers la fondation d'une dynastie héréditaire ?
Hélas non ! Il est démuni d'un successeur de son sang.
Suivrait-il l'exemple de Napoléon ?
Malheureuse Brigitte !

Bill Noir

Si les Français ont réélu Macron c'est qu'il le mérite !

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 26 avril 2022 à 02:36

Pour définir le communisme, je me base sur une démarche assez simple : l'observation des régimes communistes ayant existé dans le monde. Or, ils correspondent tous à la définition que j'en ai donnée : prise du pouvoir violente par une petite minorité, culte de la force et du mensonge, mépris de toutes les règles, persécution des opposants et même des autres, État policier et militaire, massacres, tortures, emprisonnement arbitraire, guerre à outrance à domicile comme à l'extérieur.

Le malentendu vient de ce qu'on s'obstine à considérer que le communisme est, au moins en partie, ce qu'il prétend être. D'où le constant bobard voulant que le vrai communisme n'ait pas été réalisé, que l'URSS c'était pas ça, que la prochaine fois on y arrivera, que nous on est des vrais communistes contrairement à tous les autres, etc.

Le communisme est une théorie qui a été formalisée au milieu du XIXe siècle. Depuis, c'est sans doute l'idéologie qui a été le plus discutée, travaillée, promue, celle qui a fait l'objet de la plus grande masse de réflexions dans le monde comme celle qui a été le plus souvent mise en pratique. Et ce, à travers un nombre de pays très élevé, à un stade de développement très différent, dotés de cultures très différentes et de religions différentes.

Et cela a toujours été ce que je décris. Jamais ce que les communistes prétendent aux-mêmes. Donc au bout d'un certain temps, il faut se rendre à l'évidence. Inutile d'essayer davantage, d'autant qu'à chaque fois qu'on le fait, ça se solde par des montagnes de morts.

Michel Deluré

@ Achille 26/04/22 11:21
"Certes mais en temps de crise où voulez-vous réduire les dépenses ?"

Même en temps de crise, soyez assuré Achille que les postes de réduction des dépenses publiques ne manquent pas !
À commencer par la réforme de l'Etat et de son fonctionnement - et Dieu sait s'il y a de quoi faire en la matière ! -, la suppression d'aides, d'allocations et autres subventions injustifiées et parfois généreusement octroyées sans s'assurer de leur finalité, etc., etc.
Et tout cela, sans que le citoyen en soit pour autant pénalisé au niveau des services publics.
Ce qui manque, c'est la volonté, le courage.

Bill Noir

@ F68.10 26 avril 2h36
«Cela fait un petit bout de temps que je me suis mis à penser que 1945-2022, ce n'était qu'une trêve.  »

L'Humanité est toujours allée de trêve en trêve et je ne vois pas comment elle pourrait éviter ce cheminement cahotant.
Il n'est pas tout à fait exclu que « l'humain » disparaisse de la surface de la Terre et que la vie se reconstitue sans une « humanité ».

Le danger est encore plus grand pour la « pensée » dont la matière – honnête servante – n'a que faire.
On peut même considérer que le Créateur a imaginé cette possibilité … ce que j'en dis c'est pour parler avec vous !

Achille

@ Michel Deluré | 26 avril 2022 à 08:46
« Absolument pas Achille si, comme vous l'explique fort bien Lucile dans son commentaire précédent (26/04 23:14), la suppression d'un l'impôt a pour contrepartie une réduction de dépenses. »

Certes mais en temps de crise où voulez-vous réduire les dépenses ? D’autant que la principale préoccupation des Français est le pouvoir d’achat.
Pour l’instant les taux d’intérêt se situent entre 0 et 1%, l’emprunt est donc la moins pire des solutions pour faire tourner la boutique. Ce qui importe maintenant c’est la relance économique pour rembourser la dette.
Les solutions apportées par Emmanuel Macron commencent à porter leurs fruits.

On n'ose imaginer un président qui promet des augmentations de salaires tout azimut et qui n’est pas capable de trouver les ressources pour compenser ces dépenses. Ce qui est le cas de MLP et J-L Mélenchon. Avec eux c’est l’inflation galopante assurée et à terme une situation comparable à celle du Venezuela. À fuir !

N'oublions pas que les promesses n'engagent que ceux qui y croient comme disait J. Chirac.

Michel Deluré

@ Achille 26/04/22 01:12
"...une suppression d'entrée est assez comparable à une dépense puisque cela se traduit par de la dette supplémentaire".

Absolument pas Achille si, comme vous l'explique fort bien Lucile dans son commentaire précédent (26/04 23:14), la suppression d'un l'impôt a pour contrepartie une réduction de dépenses.

Que vaudra par exemple pour le contribuable la suppression de la taxe d'habitation si par ailleurs, pour faire face aux dépenses, il faut compenser cette perte de rentrées par une augmentation des autres impôts existants, en créer de nouveaux ou emprunter, ce qui revient à créer les impôts de demain ?

Annoncer au contribuable qu'on lui diminue ses impôts alors que l'on ne diminue pas parallèlement les dépenses publiques, c'est comme vous le dites l'arnaquer.

Bill Noir

Si les Français ont réélu Macron c'est qu'ils le méritent.

F68.10

@ Robert Marchenoir
"Bien sûr que le monde est en train de se fracturer. Dans cette situation, l'essentiel n'est pas de tenter de recoller les morceaux : il est de mener la guerre civilisationnelle contre les communistes et les bronzés."

Je suis d'accord qu'il convient de mener une guerre civilisationnelle. Mais j'ai du mal à considérer les Russes actuels comme des communistes et autrement que des cinglés amoureux et enivrés d'un totalitarisme. (J'ai l'impression que c'est pour vous la définition du communisme, définition dans laquelle je ne me retrouve pas.) Il y a par contre bien des communistes, réels, qui soutiennent la Russie actuelle (pour des raisons qui m'échappent tellement leur nostalgie est débile et dénuée de toute logique autre que superficielle et hallucinée).

Quant aux bruns, ou bronzés, la situation me paraît un peu plus complexe que cela. Les extrêmes (droite ou gauche) dans ces pays sont clairement pro-Poutine. Parce qu'ils veulent casser du blanc vu qu'ils ont été colonisés par l'Ukraine, comme chacun le sait. Mais, au centre de leurs spectres politiques, selon les pays, la raison semble parfois prendre ses droits sur la rancœur. J'ai quand même remarqué que les discours pro-Poutine y semblent devenir de moins en moins audibles. Et je ne crois pas qu'il ne s'agisse que d'une question d'intérêt géopolitique ou commercial mais aussi simplement du fait qu'ils commencent à se rendre compte qu'il y a quand même un problème moral de fond à cautionner la guerre de l'information poutinienne. Je vous laisse décrypter la réaction de journalistes indiens à la réponse que Zelensky apporte à leur question au sujet du Nouvel Ordre Mondial asiatique et multipolaire.

Je pense qu'une grosse question est "de quel côté du nouveau rideau de fer ces pays basculeront-ils ?" Je suis déjà ravi que nous n'ayons pas nous-même basculé du mauvais côté. Mais un pays comme l'Arabie Saoudite, cela ne s'analyse pas en noir et blanc, avec un MBS qui brise la théocratie tout en s'éloignant de l'Occident. Les Indiens souhaitent aussi acheter du pétrole aux Russes car ils souhaitent aussi faire la nique aux Arabes, avec le conflit contre l'islam en toile de fond.

Ce nouveau rideau de fer, s'il tombe, et c'est probable qu'il tombe, ne sera probablement pas hermétique. Ce sera plutôt une suite de sas avec des cas intermédiaires entre les États-Unis d'un côté et la Chine et la Russie de l'autre.

"Ce qu'il nous faut, c'est donc un nouveau George Kennan, qui fixe les règles de la nouvelle guerre chaude et froide qui est devant nous. Et de nouveaux Churchill, Reagan et Thatcher qui tiennent l'ennemi en respect. [...] Le sous-doué qui chasse le tigre à mains nues hurlait à "l'encerclement par les bases de l'OTAN" : du coup, il va gagner deux nouveaux membres de l'OTAN à ses frontières, et pas des moindres : la Finlande et la Suède !"

Sur ces points, vous avez entièrement raison. Je viens de lire en partie le fameux long télégramme de 1946 de George Kennan. Il est accablant. Et, en toute franchise, c'est assez fascinant de constater à quel points les fondamentaux russes n'ont toujours pas changé.

Il y est effectivement écrit "L'URSS vit encore dans un mode antagoniste relatif à l'"encerclement capitaliste" avec lequel il ne peut y avoir aucune coexistence pacifique permanente" en faisant référence à un discours de Staline de 1927 empreint d'une rhétorique "multipolaire" (en un sens absolument pas pacifique du terme). Même rhétorique stalinienne sur un Occident divisé et donc décadent. Glorification du monolithisme idéologique. Rien que dans les premières pages du long télégramme. Je ne connaissais pas. Je vous remercie de m'indiquer ces éléments. La résonance avec l'actualité est effectivement fascinante.

Mais, voyez-vous, je ne pense pas qu'un tel long télégramme lancé à l'heure actuelle depuis Pékin n'aboutisse exactement aux mêmes conclusions. Le containment est absolument nécessaire. Au détail près que les élites des pays colonisés ont absorbé plus de valeurs occidentales qu'elles ne l'admettent en public. Elles ne valorisent pas outrancièrement et systématiquement le monolithisme idéologique ; enfin, pas exactement partout... Les universités américaines et britanniques ont quand même accompli ce tour de force d'arrimer ces élites à l'Occident. Je pense donc qu'il y a quand même des ponts à lancer. Un endroit comme Singapour, aussi symbolique et confetti soit-il, est très loin d'être anti-occidental. Au-delà de la Russie et de la Chine, il y a donc plein de fractures de sensibilités chez les bruns et bronzés qui ne sont pas toutes négatives pour nous.

Il y a des anti-occidentaux rabiques, d'autres qui le sont moins, et des classes éduquées de ces pays qui ont des relations plus ambivalentes qu'elles ne le prétendent. La plèbe, par contre, est dure, et ses propos racistes sous prétexte d'anticolonialisme ne peuvent excuser les discours de haine pure qu'ils ont osé déblatérer pour cautionner la Russie et son invasion. Sans compter qu'en Occident même, on retrouve les mêmes, en un certain sens, et loin d'être tous des bronzés... il va donc falloir qu'on nettoie devant notre porte. Un peu de maccarthyisme soft ne me déplairait pas.

Le long télégramme de Kennan indiquait que la perception des élites soviétiques était agressive, celle des Russes lambda beaucoup plus ouverte et accueillante. Chez les bronzés hors Chine, c'est en fait l'inverse: élite ouverte, peuples revanchards. C'est cela qui me semble constituer la différence essentielle: le problème de la Russie, c'est un problème de son élite.

"Après ça, qu'on ait des Macron qui fassent des pas de danse pour amollir des alliés et faire de la dentelle diplomatique, pourquoi pas. Quoique je ne suis pas sûr qu'un Macron soit le plus indiqué pour ça. Je préférerais Boris Johnson."

Nous avons besoin d'un Boris Johnson. Macron fera des pas de danse, activité charmante. Mais ce sont surtout les Français qui ont besoin d'avoir leurs yeux dessillés. Pas spécialement Macron.

"Désormais, c'est le Juif Zelensky qui explique aux Allemands que pour se racheter de Babi-Yar, ils doivent devenir à nouveau une puissance militaire... [...] La bascule a eu lieu. Elle prendra du temps, mais la logique s'est inversée."

Oui. Je sais. J'en suis ravi. Il est temps que les chantages moraux à l'idéologie dégoulinante cessent. Cela fait longtemps que je ne les supporte plus. Et je suis content que l'Allemagne surmonte ce passé.

"Nous nous sommes réveillés le 24 février dans une nouvelle réalité européenne. La guerre odieuse de la Russie en Ukraine a fait trembler l'architecture de la sécurité en Europe. Nous soutenons donc collectivement l'Ukraine avec des armes, de l'aide financière et de l'aide humanitaire. Nous avons collectivement lancé cinq très lourds paquets de sanctions afin de gripper la machine de guerre russe. Maintenant, comme vous le savez, nous travaillons sur un sixième paquet de sanctions, avec lequel nous souhaitons augmenter la pression de nouveau et ce de manière significative, tout particulièrement dans le secteur de l'énergie. Et, je le dis très clairement, nous maintiendrons collectivement cette pression jusqu'à ce que l'Ukraine soit libre et en sécurité, et c'est là un rôle dans lequel l'Allemagne a des responsabilités tout particulières. Il ne peut y avoir un cessez-le-feu à n'importe quel prix. Nous n'accepterons pas un diktat au nom de la paix. Seuls les Ukrainiens sont légitimes à décider de leur futur. Nous ne pouvons plus nous permettre de céder à de quelconques illusions, aussi amères et difficiles que soient parfois les contrecoups de cette désillusion. Nous avons essayé, répétitivement, d'aboutir à une architecture de sécurité commune en Europe en partenariat avec la Russie. La Russie de Poutine nous contraint à suivre une autre voie d'action. Aujourd'hui, il s'agit avant tout de construire une architecture de sécurité contre la Russie." -- Annalena Baerbock en Lituanie, le 22.04.2022.

Voilà. La phrase magique est lancée: "Nous n'accepterons pas un diktat au nom de la paix." C'est clair. C'est propre. C'est carré. C'est teuton. Ce n'est en effet pas la première fois que les Allemands refusent un diktat au nom de la paix... On sait donc à quoi s'attendre. Reste à voir comment l'intendance suivra.

"Afin d'éliminer toute ambiguïté sur le thème "il n'y a plus d'idéologie en Russie" : le communisme ne consiste pas à instaurer le bonheur sur terre, la dictature du prolétariat, la justice sociale ou même la nationalisation des moyens de production. Il consiste dans la prise du pouvoir par la force, les massacres, les tortures et la guerre de conquête."

Je me disais bien que nous n'avions pas la même définition du communisme.

"Après un répit consécutif à la défaite nazie, Staline voulait lancer la Troisième Guerre mondiale pour achever les conquêtes du communisme. Sa mort, en 1953, a mis fin à son projet. Poutine a visiblement décidé de rouvrir le chantier. À l'Occident de relever le gant, pour que le monde libre l'emporte de façon plus décisive qu'en 1945."

Cela fait un petit bout de temps que je me suis mis à penser que 1945-2022, ce n'était qu'une trêve. Il faut effectivement maintenant finir le travail. Le long télégramme de Kennan illustre à merveille la continuité entre 1945 et 2022.

Achille

@ Lucile | 25 avril 2022 à 23:14
« La suppression d'un impôt n'est pas une dépense, c'est la suppression d'une rentrée que l'État doit compenser d'une façon ou d'une autre : 1) par moins de dépenses, 2) ou par d'autres rentrées, 3) ou par des emprunts.»

Je ne suis pas économiste mais il me semble que sur le plan purement fiscal une suppression d’entrée est assez comparable à une dépense puisque cela se traduit par de la dette supplémentaire.
Supprimer un impôt pour le remplacer par une autre rentrée d’argent ressemble un peu à de l’arnaque et ne saurait être populaire.
Un emprunt est surtout destiné à des opérations ponctuelles. C’est le cas pour le "quoi qu’il en coûte" occasionné par la crise sanitaire.
Une réduction des dépenses de l’État est difficile à mettre en place dans le contexte actuel, si l’on considère les manques de moyens en équipements et personnel qualifié dans certains secteurs comme l’hôpital, la police, la justice et l’enseignement,

Outre le "quoi qu’il en coûte" l’augmentation de la dette est due à la réduction voire la suppression de certains impôts pour les foyers et les entreprises, ceci afin d’augmenter le pouvoir d’achat pour les premiers et apporter une plus grande compétitivité pour les secondes.
Le tout favorisant une relance économique qui, in fine, permet à l’État d’en tirer les bénéfices via la TVA notamment.

Lucile

@ Achille | 25 avril 2022 à 17:42
"Ci-joint un article de l’Obs qui explique ces dépenses .
Outre le "quoi qu’il en coûte" de 240 Mds (et non 160Mds mentionnés dans l'article) il faut ajouter :
- la suppression progressive de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, qui a coûté 39 milliards".

Je ne sais pas si c'est vous ou si c'est l'Obs. Mais il me semble qu'il y a là une confusion entre les dépenses et rentrées. C'est une drôle de manière de tenir les comptes. Supposez que vous ayez vous personnellement une baisse de revenus, vous allez la considérer comme une dépense ?

Les impôts correspondent à des rentrées pour l'État. Il y a une colonne pour les rentrées et une autre pour les dépenses. La suppression d'un impôt n'est pas une dépense, c'est la suppression d'une rentrée que l'État doit compenser d'une façon ou d'une autre : 1) par moins de dépenses, 2) ou par d'autres rentrées, 3) ou par des emprunts. Si un gouvernement décide de supprimer un impôt, on peut espérer qu'il a d'abord trouvé le moyen d'équilibrer le budget autrement que par la dette. Sinon c'est la catastrophe. Un BTS de comptabilité devrait suffire à le comprendre.

Ellen

@ Serge HIREL | 25 avril 2022 à 12:35

Achille comprendra sa douleur quand il commencera à recevoir les factures à payer par le Trésor public pour éponger la dette que Macron et les gouvernements précédents ont creusé sur notre dos. Il jouera moins le fier. Et s'il ne les paie pas en temps et en heure, 10 % de majoration pour retard de 24 heures. À moins qu'il ait des connaissances au ministère des Finances pour les annuler et réduire de moitié comme à certains...

---------------------------------------------------------

@ Achille | 25 avril 2022 à 11:56

Attendez-vous à recevoir des factures à payer par le ministère des Finances dès la fin de 2023 pour commencer à rembourser la dette de l'Etat creusée sur votre dos par votre petit Macron. Vous rirez moins !!

Achille

@ Serge HIREL | 25 avril 2022 à 12:35
"L’actuel charretier manie la pelle comme nul autre : 600 milliards d’euros en cinq ans, dont, au mieux, 185 seulement justifiés par la pandémie !"

Evidemment balancer 600 milliards dans la discussion, ça impressionne la galerie. Encore faut-il décomposer cette somme afin de voir à quoi elle correspond.

Ci-joint un article de l’Obs qui explique ces dépenses .

Outre le "quoi qu’il en coûte" de 240 Mds (et non 160Mds mentionnés dans l'article) il faut ajouter :
- la suppression progressive de la taxe d’habitation pour 80 % des ménages, qui a coûté 39 milliards.
- des réductions d’impôts sur le revenu, via la défiscalisation des heures supplémentaires ou de la prime Macron. Voilà pour une moitié des réductions fiscales.
- l’autre moitié était pour les entreprises. Pour redresser leurs comptes, et théoriquement relancer les investissements et les emplois, les patrons ont eu aussi des réductions fiscales, d’environ 25 à 30 milliards.
Sans la crise sanitaire, la dette aurait augmenté d’environ 240 milliards. C’est à peu près le même niveau d’endettement supplémentaire que pendant les années Sarkozy – qui avait subi la crise de 2008 – et deux fois plus que pour les années Hollande qui lui a eu un mandat peu agité si l'on excepte évidemment les attentats de 2015.

Michel Deluré

@ Serge HIREL 25/04/22 12:35

Les aides publiques aux entreprises étaient indispensables et tous les pays, à des degrés divers, ont soutenu leur économie.

La question peut par contre se poser chez nous de savoir si notre économie n'a pas été trop généreusement arrosée, sans trop regarder à la dépense, sans se soucier de cibler ceux qui justifiaient vraiment d'être aidés ni de quantifier au plus juste ces aides. Il est par exemple des aides qui n'ont eu pour finalité que d'accorder un sursis à des entreprises qui étaient déjà en difficulté et donc condamnées avant la pandémie.

Il y a par ailleurs motif à s'interroger lorsque l'on met en regard d'une part le volume des aides publiques accordées lors de cette pandémie et d'autre part l'ampleur de la récession que notre pays a connue et qui a été supérieure à la moyenne des pays de la zone euro.

Serge HIREL

@ Michel Deluré | 25 avril 2022 à 11:08

Achille est un adepte de la course au gouffre financier, initiée par le gouvernement Mauroy en 1981 et toujours en cours. L’épreuve consiste à creuser un trou et à utiliser la terre disponible pour boucher partiellement un trou précédemment creusé, puis à en creuser un troisième pour boucher partiellement le deuxième... et ainsi de suite... Le règlement précise que le terrain et donc la terre ne doivent pas appartenir aux terrassiers, mais aux contribuables. Le vainqueur sera celui qui mettra la France en faillite.

Achille, qui applaudissait les premiers d’entre eux, mais pas leurs successeurs, qui étaient moins vaillants à l’ouvrage, a aujourd’hui retrouvé le bonheur : l’actuel charretier manie la pelle comme nul autre : 600 milliards d’euros en cinq ans, dont, au mieux, 185 seulement justifiés par la pandémie !

Ce matin, notre macroniste exulte : son héros vient d’obtenir un nouveau contrat de travail de cinq ans. Il se remettra vite à creuser... si, le 19 juin, il n’est pas prié de se contenter de planter des chrysanthèmes. Las, il y a peu de chance qu’il en soit ainsi... Il continuera à « cramer la caisse »...

Achille

@ Michel Deluré | 25 avril 2022 à 11:08
« Cet argent facile que l'on distribue généreusement aujourd'hui n'est-il pas le germe des contestations de demain, une sorte de bombe à retardement en quelque sorte, lorsqu'il faudra bien alors régler l'addition ? »

J’ai bien précisé que les dépenses liées au "quoi qu’il en coûte" pouvaient se justifier en temps de crise, ce qui a été le cas lors du mandat Macron1 avec la pandémie et maintenant la guerre en Ukraine.
Il ne s’agit pas là de dépenses outrancières, mais de mesures inévitables pour permettre aux entreprises, en particulier les petites, de faire face aux contraintes qui leur ont été imposées afin d’éviter la propagation du virus d’une part, et à l’envolée du prix des matières premières : carburant, électricité sans oublier les produits de première nécessité (huile, pain, légumes, viande, etc.).

Ceci n’empêche pas, évidemment, que l’État fasse un effort sur son train de vie. Là effectivement il y a des choses à revoir, d’autant qu’aucun président n’a pris la peine de s’y attarder, sans doute pour des raisons électorales. Mais EM ne pouvant être réélu en 2027, il aura toute latitude pour remettre un peu d’ordre.

Michel Deluré

@ Achille 24/04/22 22:40

Dans votre réponse à Lucile, vous reprochez en fait à cette dernière de proposer le programme de VP, placé selon vous sous le signe de la « rigueur et de l'austérité ». Vu sous cet angle, cela est évidemment beaucoup moins alléchant qu'un programme rempli de promesses dispendieuses dont on ne sait d'ailleurs si elles seront tenues et, si elles le sont, comment elles pourront alors être financées vu l'état des comptes actuels du pays !

Si l'on veut faire preuve d'un minimum de sérieux, une élection est-elle faite pour succomber à la séduction des porteurs de promesses mirifiques garants de lendemains désenchantés ou pour souscrire aux propositions plus sérieuses, plus pragmatiques des candidats conscients des réalités du pays ?

Pouvons-nous nous satisfaire de la dérive permanente, au point même de faire croire qu'elle peut être sans limites, de nos finances publiques et de ses conséquences futures ?
Quand allons-nous enfin nous décider à mettre un terme à cet engrenage d'autant plus inexorable et dangereux qu'il en est devenu banal ?
Cet argent facile que l'on distribue généreusement aujourd'hui n'est-il pas le germe des contestations de demain, une sorte de bombe à retardement en quelque sorte, lorsqu'il faudra bien alors régler l'addition ?
En quoi rigueur et austérité devraient-ils être considérés comme des gros mots, à ne pas être prononcés ni surtout mis en application ?

Robert Marchenoir

@ F68.10 | 24 avril 2022 à 02:23

Bien sûr que le monde est en train de se fracturer. Dans cette situation, l'essentiel n'est pas de tenter de recoller les morceaux : il est de mener la guerre civilisationnelle contre les communistes et les bronzés.

Ni les uns ni les autres n'ont l'intention de changer de cap à brève échéance : ils se tuent à nous l'expliquer -- ou plutôt, ils tuent les autres pour nous l'expliquer : Ukrainiens, faces de craie...

Ce qu'il nous faut, c'est donc un nouveau George Kennan, qui fixe les règles de la nouvelle guerre chaude et froide qui est devant nous. Et de nouveaux Churchill, Reagan et Thatcher qui tiennent l'ennemi en respect.

Après ça, qu'on ait des Macron qui fassent des pas de danse pour amollir des alliés et faire de la dentelle diplomatique, pourquoi pas. Quoique je ne suis pas sûr qu'un Macron soit le plus indiqué pour ça. Je préférerais Boris Johnson.

Notez bien que je n'ai pas cité Charles de Gaulle. Voilà exactement ce qu'il ne nous faut pas. Je serais curieux qu'on m'explique ce que ce personnage a apporté à la France (en dehors de flatter la vanité de ses habitants, bien sûr).

La question allemande est intéressante. Tous les dirigeants russes depuis Staline ont eu pour objectif de neutraliser l'Allemagne. Staline était prêt à consentir à une réunification du pays, à condition d'obtenir sa démilitarisation. L'objectif était de soumettre l'Allemagne entière à l'influence russe, tout en mettant son industrie à son service.

Et si vous regardez bien... c'est exactement ce à quoi ils sont arrivés. L'Allemagne, il y a quelques jours encore, vivait dans le dégoût de la force armée. Tirer un coup de feu à l'étranger lui paraissait obscène, après la faute nazie. Tandis que l'imbrication de l'industrie allemande avec la Russie était extrêmement poussée, à commencer par l'énergie, mais pas seulement.

C'est 70 ans de stratégie communiste que l'abruti du Kremlin vient de mettre à bas, avec son invasion de l'Ukraine. Désormais, c'est le Juif Zelensky qui explique aux Allemands que pour se racheter de Babi-Yar, ils doivent devenir à nouveau une puissance militaire digne de ce nom et envoyer des armes à l'Ukraine. Tandis que le sevrage énergétique d'avec la Russie a commencé.

La bascule a eu lieu. Elle prendra du temps, mais la logique s'est inversée.

De même, le sous-doué qui chasse le tigre à mains nues hurlait à "l'encerclement par les bases de l'OTAN" : du coup, il va gagner deux nouveaux membres de l'OTAN à ses frontières, et pas des moindres : la Finlande et la Suède ! Deux pays neutres depuis la nuit des temps, trois avec la Suisse qui se joint aux sanctions, qui franchissent le Rubicon suite aux sottises de l'homme aux tables de 6 mètres de long.

Vladimir Poutine, dans le manifeste hallucinant par lequel il a justifié l'invasion de l'Ukraine, a carrément expliqué son intention de remonter le temps pour corriger l'histoire. Il veut refaire le boulot de Lénine et Staline, en mieux. Ce qui nécessite de recommuniser la Russie -- et l'Europe, bien entendu.

Alors que l'armée russe manque de carburant, de munitions et même de nourriture, elle a trouvé le moyen, dans la ville ukrainienne d'Henitchesk qu'elle occupe, de dresser une statue de... Lénine.

Après un répit consécutif à la défaite nazie, Staline voulait lancer la Troisième Guerre mondiale pour achever les conquêtes du communisme. Sa mort, en 1953, a mis fin à son projet.

Poutine a visiblement décidé de rouvrir le chantier. À l'Occident de relever le gant, pour que le monde libre l'emporte de façon plus décisive qu'en 1945.

Afin d'éliminer toute ambiguïté sur le thème "il n'y a plus d'idéologie en Russie" : le communisme ne consiste pas à instaurer le bonheur sur terre, la dictature du prolétariat, la justice sociale ou même la nationalisation des moyens de production. Il consiste dans la prise du pouvoir par la force, les massacres, les tortures et la guerre de conquête.
______

@ Axelle D | 24 avril 2022 à 14:02

Il faut absolument que vous vous employez à souiller ce fil de haute tenue, consacré à un événement majeur pour notre pays, par un commentaire hors sujet, incompréhensible aux autres lecteurs, gorgé de votre venin habituel, de vos incessantes attaques personnelles, de votre haine inextinguible et du ressentiment dévorant qui semble être votre unique ressort.

Vous avez la perversité de placer ce commentaire ici, dans ce fil récent, afin que tout le monde remarque bien votre petit scandale, mais que personne ne soit en mesure de comprendre à quoi il se rapporte, ni de peser les arguments des uns et des autres. Je renvoie donc les lecteurs intéressés (c'est à dire, je suppose, pas grand'monde), à mon intervention sur un fil précédent qui me vaut cette nouvelle crise d'hystérie de votre part.

Et je vous le confirme : non, je n'ai pas écouté la vidéo que vous me sommez de regarder, et je vous ai expliqué pourquoi. Oui, vous auriez dû lire l'article que je vous ai indiqué, et je vous ai expliqué pourquoi.

Non, je n'ai nulle obligation de vous écouter. Je ne suis ni votre psychiatre, ni votre père. Essayez de dire des choses intéressantes, et peut-être qu’on vous écoutera.

Malgré cela, non seulement je vous ai écouté, mais je vous ai répondu, point par point. Y compris sur l'argument étayé par votre vidéo. Sur lequel je vous ai donné raison, d'ailleurs, mais vous êtes si vaniteuse et si narcissique que vous ne vous en êtes même pas rendu compte.

En revanche, je vous ai donné tort sur le reste, et ça, c'est intolérable pour vous. Vous êtes comme une petite fille capricieuse qui ne supporte pas qu'on lui dise non, et qui se roule par terre pour que tout le monde s'intéresse à elle.

Si vous avez des contre-arguments à opposer à mon démontage de votre terrorisme intellectuel poutiniste, aussi vicieux qu'obstiné, vous êtes libre de les apporter à la suite de mon exposé, sur le fil correspondant.

Pour l'instant, je constate que vous n'en avez aucun, et que comme tous les poutinistes, et les communistes avant eux, vous passez à la calomnie dès lors que vous êtes défaite sur le plan intellectuel et politique -- c'est à dire bien vite.

À vous lire, il semble que je vous obsède depuis que je suis arrivé sur ce blog. Vous m'en voyez absolument navré. Vous allez devoir me supporter pendant longtemps encore.

Une fois de plus, un troll occupe le temps de cerveau disponible et tente de rabaisser tout le monde à son niveau : celui du ruisseau.

Serge HIREL

@ Aliocha | 24 avril 2022 à 11:00

Comprendre l’humour au second degré offre la joie d’atteindre le septième ciel. Ne pas l’apprécier, c’est l’enfer... Dans le cas présent, disposer d’un seul neurone permet néanmoins de déceler la dérision de mon propos.

Achille

@ Lucile | 24 avril 2022 à 13:07
« Vous me demandez la solution ? Elle n'a rien d'original, rien de spectaculaire.
C'est la solution qu'adoptent les drogués qui veulent en sortir : s'en passer. »

En somme vous nous proposez le programme économique de Valérie Pécresse : rigueur et austérité. Et après vous vous étonnez qu’elle n’ait pas atteint les 5 % au premier tour et qu'elle soit obligée de faire la manche pour se faire rembourser ses frais de campagne (7 millions d’€ dont 5 sur ses deniers personnels).
Bon je pense que Gérard Larcher va arranger ça avec la cagnotte du Sénat. :)

Lucile

@ Philippe Bilger

Même si je n'oppose pas la France des ploucs à celle du sommet selon les mêmes critères que vous, je suis entièrement d'accord avec vous sur le fond, et je suis heureuse que quelqu'un comme vous en parle. On atteint des sommets.

En regardant le débat entre EM et MLP, j'avais l'impression qu'EM était de répétition générale pour un remake du "Dîner de Cons", MLP étant prévue pour remplacer Jacques Villeret. Les journalistes à l'arrière-plan avaient l'air de mèche avec le maestro. La palette de ses mines et de ses attitudes était intéressante à observer. Lassitude, ennui, ironie, sarcasme, pitié, réprobation, mépris... Et MLP ne voyait rien, ou faisait semblant de ne rien voir, tant elle faisait d'efforts pour bien se tenir. À moins qu'elle ne soit pas très fûtée. J'ai quand même l'impression qu'elle l'est un peu plus qu'elle n'en a l'air.

Comme le dit le journaliste du Spectator que j'ai déjà cité, si le spécialiste du langage des signes a réussi à traduire la morgue d'EM en langage des signes, on pourra dire que ce fut l'exploit de la soirée. Et le seul.

Claude Luçon

@ caroff | 24 avril 2022 à 11:19

UN
Vous n'avez pas suivi son grand meeting ?
C'est lui qui a hurlé qu'il n'était qu'un petit juif kabyle !

DEUX
J'appartiens à la génération qui n'a pas connu d'adolescence ! Entre 1940 et 45 nous sommes passés directement de la puberté à l'état d'adulte à 15 ans, entre les deux l'occupation teutone, Pétain, les sirènes et les bombes nous ont fait vieillir plus vite que vous dont l'adolescence ne semble pas terminée !

C'est Zemmour que j'attaque pas vous personnellement, je vous laisse à vos amours !

TROIS
Nos générations de scientifiques, d'ingénieurs, de techniciens, d'ouvriers et employés a modernisé une France en retard en modernité coté électricité, eau courante, gaz à l'étage, tout à l'égout, routes, chemin de fer, barrages et reconstruit la partie nord du pays presque complètement détruite dont vous profitez aujourd'hui, puis a pondu la pétrophysique, l'alouette, la caravelle, le minitel, airbus, concorde, Ariane, ... faisant de la France le pays non seulement le plus beau mais aussi des plus moderne du monde !
Le seul pays européen qui s'est reconstruit entièrement forces armées comprises !
Le pays dont le reste du monde nous envie, et embauche, les scientifiques et ingénieurs certainement pas les ENA et Sciences Po ! Pensez y avant d'écrire !

Alors OUI je me suis senti insulté par un minable comme Zemmour, l'homme qui ne servt à rien qu'à semer la haine qui circule dans ses veines, mais insultait des millions de ses compatriotes, l'homme qui ne connaissait que la plume (de corbeau dans son cas) et le parchemin et certainement pas le courage autre que verbal pour débiter des insanités ! Zemmour n'était qu'une idée, une très mauvaise idée !

Je préfère en rester à une sagesse qui n'est pas de moi ayant passé l'âge de la sagesse et atteint celle de la liberté totale de la parole :
"Ce blog ne tient que par la liberté d'expression qui est son ADN. Juste une requête : ne confondez jamais la détestation des personnes avec la contradiction des idées. Vous pouvez ne pas respecter ces dernières, les approuver ou les contredire mais il me paraît trop souvent scandaleux de lire des insultes et des propos orduriers sur tel ou telle qui n'a fait qu'exercer son droit à l'expression sur ce blog. Puisse la nouvelle année favoriser le meilleur de notre entente et de notre complicité ou non, et éradiquer le pire des antagonismes strictement personnels et donc inutiles." (PB)

Axelle D

@ Robert Marchenoir | 24 avril 2022 à 09:48

Je vous remercie de confirmer que c'est votre sens de l'écoute qui est "durablement" bloqué sur la phase pause, ainsi que je l'avais noté depuis le début de votre "apparition" sur ce blog.

Ainsi donc, tandis que vous ne cessez de reprocher violemment et hargneusement à vos contradicteurs de ne pas vous avoir lu attentivement (liens compris), tout en faisant remarquer avec une condescendance méprisante le mal que vous vous seriez soi-disant donné pour "instruire" les ignorants qu'ils sont, vous venez de démontrer par votre propos que vous êtes le premier à écrire et commenter des sujets graves et parfaitement instruits et argumentés que vous n'avez même pas pris la peine de consulter (ce dont vous vous vantez au passage !).

Étant manifestement en panne d'écoute, il serait donc grand temps d'aller consulter un professionnel de connexions neuronales afin de faire réparer votre premier sens incontestablement hors d'usage (voire brouillé par les mauvaises ondes de Radio Moscou) ce qui vous handicape gravement, nonobstant votre intelligence reconnue par certains contributeurs d'importance et appréciés de ce blog.

Lucile

@ Achille | 24 avril 2022 à 09:26

Vous parlez de la dette comme d'une solution, et comme la seule possible. Mais s'endetter de façon constante pendant 40 ans, je n'appelle pas cela une solution ; c'est un problème. Vous tenez un raisonnement de drogué : "On ne peut pas s'en passer, on verra plus tard, surtout pas maintenant, pour l'instant c'est la crise (depuis 40 ans !). Mais dès qu'on pourra, promis, juré, on s'en occupera".

Bref, toutes les excuses sont bonnes pour retarder la désintoxication. "De l'argent, de l'argent, de l'argent à tout prix quoi qu'il en coûte. Beaucoup, tout de suite. Et de l'argent pour le dépenser" (même pas en investissements, de la dépense pure, qui part en fumée).

Vous me demandez la solution ? Elle n'a rien d'original, rien de spectaculaire.
C'est la solution qu'adoptent les drogués qui veulent en sortir : s'en passer.
C'est la solution qu'adoptent les pays qui n'ont pas de dettes : produire et vendre en optimisant la production, autrement dit travailler mieux et plus intelligemment, de façon moins dépensière et plus productive. Favoriser le travail et non l'oisiveté. Traquer et supprimer toutes les dépenses inutiles. Baisser son train de vie le temps de se remettre d'aplomb. Pas demain, aujourd'hui.

La grosse difficulté : c'est difficile de demander à l'État de se restreindre de lui-même, or c'est le pouvoir qui tire les ficelles. Il y en a d'autres, telle l'insatisfaction perpétuelle et sans discrimination de l'électorat. Ces deux difficultés sont peut-être aggravées par le manque de représentativité des élus, et par la faiblesse du parlement.

Est-ce que vous vivez chez vous constamment au-dessus de vos moyens ? Est-ce que vous vous endettez tous les jours depuis 40 ans sans essayer de gagner un peu plus et de réduire votre train de vie en marmonnant "inutile de sauter comme un cabri sur ma chaise, je ne peux pas faire autrement" ? Est-ce que vous distribuez de l'argent que vous empruntez ? Est-ce que vous achetez du caviar si vous n'avez pas d'argent pour le payer ? Est-ce que vous signez au nom de vos enfants pour qu'ils payent vos dettes dans quelques années quand vous ne serez plus là ?

Vous citez de Gaulle à tort. Il paraît que quand le ministre des Finances est venu lui dire que la France n'avait plus une seule dette, il a dit : "Eh bien maintenant, nous sommes libres".

Plus on retarde la désintoxication, plus ce sera difficile : la dette enfle, les taux des emprunts augmenteront, les électeurs et les candidats prennent l'habitude de la facilité, nous perdons tout sens de la réalité et tenons des pseudo-raisonnements (tels les vôtres) pour justifier des conduites suicidaires, sans parler de notre dignité passée aux oubliettes.

Nous sommes des losers, nous nous affaiblissons, nous hypothéquons l'avenir de nos enfants. Nous nous vautrons dans un bien-être fictif et précaire, parce que mal gagné, et qui rendra l'avenir de ceux qui nous succèderont pour le moins difficile et morose. À quoi s'ajoutent des problèmes de société qui couvent et enflent tous les jours. Ce sont ces problèmes que j'aurais aimé voir mis à leur juste place à l'occasion des présidentielles.

Comme le dit Michel Deluré en parlant du choix à faire aujourd'hui: "il n'y a pas de quoi s'enthousiasmer".

Lionel

Le Grand Soir

Sitôt l’élection présidentielle passée quel qu’en soit le résultat, Le Pen ou Macron, les factions révolutionnaires continueront le combat .
Fort d’un pourcentage historique obtenu côté gauche par la France insoumise au premier tour, s’ajouteront à la confusion ambiante en vue des législatives les forces de celles côté droit et du RN de la candidate (battue ?) au second tour.
L’appétit est d’autant plus fort lorsque l’on a été longtemps éloigné de la table.

Tout cela n’est pas pour me déplaire, depuis que l’on en parle, le plus vite sera le mieux ; d’autant que pour ma pomme et comme pour beaucoup d’entre nous sur ce blog, nous ne verrons probablement pas la fin du quinquennat nouveau.
Adiéu botte, sian foutus ? No, no, tutto va bene !!

depiedcoi

@ Ninive

À ceux d'entre vous qui pensent voter "blanc", je ne peux tous vous citer... alors, à vous qui pensez que voter "blanc", "nul", s'abstenir est une opposition au favori, eh bien NON, c'est lui donner votre voix ! Voilà ce qui en est dit dans cette chronique fort intéressante à environ 16'30 :

https://www.cnews.fr/emission/2022-04-18/face-linfo-du-18042022-1205780

Quant à ceux qui ne votent que lorsqu'il pleut :) les bureaux de vote ferment à 19 h.

En ce jour je pense à la Grèce, à l'Italie et je n'oublie pas les paroles de celui qui gouverne l'Europe, du Forum économique mondial, "Dans dix ans vous ne posséderez rien ; et vous serez heureux !"

Bon dimanche à tous.

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

En ce jour de réflexion citoyenne, je m'éloigne un peu de notre obsession politique pour évoquer votre message du jour concernant les comportements lamentables dans les stades.

Je me répète en disant que la faute en incombe en grande partie aux autorités du foot qui, par leur laxisme absolu, distillent le poison du mauvais esprit et de la mauvaise foi, non seulement chez les joueurs, mais aussi chez les supporters.
Rien ne tout cela n'arrive au rugby.

Je voudrais néanmoins rappeler le comportement admirable mardi dernier des supporters de Liverpool (où j'ai pu, il y a 47 ans, admirer sur l'ensemble d'une saison Keegan, Toshack, Clemence...)

A la 7e minute du match contre Manchester, le stade tout entier a applaudi et chanté l'hymne du club (You'll never walk alone) pour redonner du baume au coeur au rival Cristiano Ronaldo (CR7), qui venait la veille de perdre son enfant nouveau-né.

Un geste de compassion et de générosité qui fait honneur à l'ensemble du monde du football et permet d'oublier - un peu - la généralisation de la violence dans les stades.

Pour en revenir à l'obsession politique, je réitère mon pronostic à environ 40 % pour MLP, campagne anti-Le Pen et incompétence obligent.

caroff

@ Claude Luçon 23h28
"Elle a nettoyé la tache qui la salissait en éliminant Zemmour, l'homme qui n'arrêtait pas de la salir en la déclarant fichue, au fond du trou ; l'homme qui se déclarait "petit juif kabyle" oubliant de préciser s'il était français"

Saperlipopette !!!
En trois lignes d'immondices vous avouez votre racisme et votre idiotie.

D'abord une précision que j'avais déjà apportée: Z n'est pas kabyle puisque sa mère était de Sétif et son père de Saint-Arnaud (El Eulma aujourd'hui) qui ne sont ni en petite Kabylie ni en grande Kabylie !
http://alger-roi.fr/Alger/saint_arnaud/saint_arnaud.htm

Tout comme Enrico Macias (de son vrai état civil Gaston Ghrenassia) c'est un "berbère judaïsé". Enrico Macias n'est donc pas français, ce que j'ignorais.
Sans doute en est-il de même pour Patrick Bruel né Benguigui en 1959 à Tlemcen ? Son père et sa mère sont eux aussi des berbères judaïsés...

Je ne savais donc pas que Bruel, Enrico ou Zemmour n'étaient pas nos compatriotes, au prétexte qu'ils sont nés dans un département français situé dans la rive sud de la Méditerranée !!

Pour le reste, je vous ai demandé ce que vous reprochiez politiquement à Zemmour, puisque désormais il est entré dans l'arène politique.
Mais à part des considérations grossières et fausses sur ses origines et son physique, rien...

Enfin, lisez "Le suicide français" et "Destin français", vendus à plus de 500 000 ex. et vous pourrez nous livrer vos impressions, ce qui est le cas de le dire...
Le seul reproche à lui adresser est son addiction, mais moins que d'autres, à la dépense publique et au rôle d'un Etat nounou que je ne supporte plus depuis longtemps.

Aliocha

@ Serge HIREL

Comme vous y allez à nous avouer vos incompétences, Zemmour serait Lucifer, mon bon, cela explique toutes vos errances.
Non, même pas un des démons, mais une des bêtes qu'ils investissent, courant avec vous au précipice.

Michel Deluré

@ Lucile 23/04/22 16:32
« La déception de l'ensemble des électeurs me fait penser que je ne suis pas la seule ».

Je peux vous confirmer que vous n'êtes effectivement pas la seule à vous retrouver dans cet état d'esprit. Pour ma part, jamais depuis l'avènement de la Ve République je ne me suis trouvé confronté à un choix aussi difficile, aucun des deux postulants en lice, et pour des raisons différentes, ne trouvant grâce à mes yeux.

Entre le saut dans l'inconnu avec l'une et une seconde chance accordée à l'autre alors que la première expérience n'a nullement été convaincante, il faut avouer qu'il n'y a pas de quoi s'enthousiasmer. Qui peut se satisfaire de choisir un article non parce qu'il convient, qu'il plaît, qu'on le désire vraiment et que l'on éprouve une réelle satisfaction à l'obtenir mais simplement parce que l'on y est plus ou moins contraint, faute de mieux ?

Il n'est pas sain en politique qu'un choix se motive uniquement par le rejet de l'un des candidats alors qu'il devrait se fonder au contraire sur l'adhésion franche, sincère, à l'autre des candidats. Une telle situation, dans laquelle EM porte aujourd'hui une large responsabilité, ne peut être que source de difficultés par la suite.

Ninive

@ depiedcoi | 22 avril 2022 à 19:31

La nuit portant conseil, je viens de voter Marine Le Pen. Avec regret car j'aurais préféré voter Zemmour, l'homme providentiel qui pouvait sauver la France.

Vingt millions de musulmans de première, deuxième et troisième génération ça fait beaucoup de monde. J'ai retrouvé dans mes archives ce beau tableau :

https://ripostelaique.com/wp-content/uploads/2019/11/0000-Collabos-de-France.jpg

Achille

@ Serge HIREL | 23 avril 2022 à 19:50
« Cette historiette n’a bien sûr rien à voir avec le choix, douloureux pour certains, que les électeurs français auront à faire dans quelques heures. Bien que... »

Les pauvres choupinous qui se croient en dictature pourront toujours se consoler en regardant la position de la France en matière de dépenses sociales, salaires, taux de pauvreté et inégalité sociale .

Peut-être alors cesseront-ils de se comporter comme d'éternels insatisfaits et comme de sales gosses capricieux.

--------------------------------------------------------

@ Lucile | 23 avril 2022 à 16:32
« J’aurais tendance à voir E. Macron comme un social-démocrate dans la lignée de tous les présidents depuis Mitterrand. Il perpétue leurs idéaux. Son électorat est d’ailleurs constitué par les retraités aisés qui essayent de sauvegarder le plus longtemps possible leur îlot de bien-être et de bien-pensance, en ignorant le prix que les futures générations auront à payer pour la sauvegarde momentanée de leur prospérité »

Pour paraphraser de Gaulle je dirais « Bien entendu, on peut sauter sur sa chaise comme un cabri en disant "la dette ! la dette ! la dette !", mais ça n’aboutit à rien et ça ne signifie rien ».

Dans les périodes de crise, qu'elle soit sanitaire, économique et, comme en ce moment, liée à des conflits internationaux, l’État n’a d’autre solution que de s’endetter afin de permettre aux entreprises en difficulté de se maintenir et ainsi préserver autant que faire se peut les emplois, tout comme apporter une aide financière aux bas salaires qui doivent faire face à la hausse des produits de première nécessité. Quitte ensuite, avec la reprise économique, à rembourser ladite dette. Cela peut prendre plusieurs années en effet, mais comment faire autrement ?
Il en a toujours été ainsi car il n’existe aucune autre solution, ou alors merci de me dire laquelle.

Aliocha

Je ne suis pas sûr que les bourgeois de tous bords qui se vautrent à la même bauge des insultes et des anathèmes kadyroviens lèvent leur verre de Saint-Amour à ce qui pourtant permet toujours, mais jusqu'à quand, de maintenir un système social unique au monde qui a permis, grâce à l'Europe, enfin, de protéger nos anciens.

Qu'il suffirait de retrouver le goût du travail bien fait dans un climat apaisé pour accéder à ce qui est à notre main, s'apercevant qu'avec un peu de concentration européenne, notamment militaire, il est de notre devoir de soutenir la seule chance qui nous reste, la survie des nations dans la réconciliation.

On a le droit de voter pour une fiscalité qui fait passer ceux qui donnent le plus en débiteurs qui ne donnent pas assez, ou de désigner à vindicte le différent, on trompe son monde français, on le maintient en ses illusions d'enfants gâtés d'une victoire gratuite :

"La France, vue de l'extérieur, est un eldorado pour le mythe du sauveur. Il y trouve un terreau particulièrement fécond. Le dernier grand moment où il a fallu sauver la nation a été celui du général de Gaulle. Un général pleinement lucide quand il avouait que son adversaire était le maréchal Pétain mais que c'était aussi la France. D'ailleurs, de Gaulle n'a pu sauver l'honneur de la France que grâce à la générosité condescendante des Alliés, qui lui ont permis de rouler dans Paris avant les troupes américaines (et avec des chars qu'ils lui avaient prêtés !) afin d'offrir à la nation humiliée le spectacle de la Libération. C'est une sorte d'imposture primordiale : le leurre originel qui a fondé la France de l'après-guerre. Eh oui, bien sûr, l'ombre de ces événements se porte encore sur les débats politiques d'aujourd'hui. La haine contre Macron reproduit la haine de soi de ceux qui ont bénéficié en enfants gâtés d'une victoire gratuite. D'où l'antiaméricanisme français et la haine des libéraux."(Sloterdijk, la France ne vote pas avec son cerveau)

Il est l'heure, gentes dames et beaux messieurs, de tirer enfin les enseignements de la défaite des tentations d'empire, de retrouver la grande idée qui anime ce pays et qui saura, forte de sa liberté, entraîner comme elle l'a déjà fait à consentir l'effort nécessaire pour bâtir les chemins de la paix.

Le cheval rapide du proverbe afghan promis à ceux qui ose dire la vérité est signe que nous en sommes encore loin, et que tous les patriarches Kirill qui confondent encore au bénéfice de leur domination illusoire l’échafaudage sacrificiel avec l’esquif du réel, témoignent de la nécessité impérieuse de la médiocrité musclée d’une Union européenne dont le vote d’aujourd’hui est la condition, qu’il n’est pas un hasard que ce choix essentiel soit dans les mains de la fille aînée, aussi fragile que soit l’expression véritable et terrifiante de confiance que nous a proposée la divinité, croire ou ne plus croire en la violence, qu’il dépend de chacun de nous d’être assez déterminé de reconnaître que la contingence a depuis deux mille ans su nous parler, nous offrant la chance insigne d’aujourd’hui décider raisonnablement de l’incarner.

Au vote, citoyens, debout là-dedans, il est temps d’être à la hauteur de notre destin.

Pierre Durand

@ Serge HIREL | 23 avril 2022 à 14:04
"Le Peuple étant « souverain » (alinéa 1 de l’article 3 de la Constitution), sa décision l’emporte sur toute autre. Le Peuple est supérieur au Droit. Fermez le ban !"

Les juristes apprécieront !

Que la Constitution de votre candidate fasse 3 articles est justement le problème.

Pourquoi croyez-vous que le Législateur ait éprouvé le besoin d'en ajouter 86 autres ?

Alors le ban, comptez sur moi pour le laisser ouvert.
Ce n'est pas moi qui arrêterai de "ressasser". Vous êtes la preuve que c'est toujours nécessaire.

Je ne pense déjà plus à MLP, son sort est réglé, et c'est heureux. Je pense déjà à la prochaine, car avec cette hydre-là on ne peut pas se permettre de baisser les bras.

Que mes propos vous soûlent, comme vous l'écrivez, je le vois par les effets. Vous savez que vous avez toujours la possibilité d'en user avec modération.

Sans rancune, je vous souhaite une meilleure journée.

F68.10

@ Achille (@ F68.10)
"Vous perdez votre temps avec cet individu (Jérôme). Cela fait bien longtemps que j’ai renoncé à répondre à ses commentaires ineptes."

Je crois au contraire que c'est nécessaire. Des gens comme Jérôme ont besoin d'être secoués un peu. C'est un peu trop facile d'être intolérant sous prétexte de dénoncer l'intolérance. Il faut certes être intolérant avec la réelle intolérance, mais il y a manière et manière. Celle de Jérôme n'est pas la bonne. Elle active plus d'intolérance qu'elle n'en combat.

------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir

Merci pour vos liens sur la fourniture d'obusiers César et de missiles Milan par la France.

Sur le versant géopolitique, je constate que Monsieur Macron partage mon opinion et mes craintes sur ce qu'il appelle la fracturation du monde. C'est une des raisons pour lesquelles il me semble qu'une posture isolationniste à la revnonausujai est tout simplement intenable moralement:

"À côté de notre politique de pressions et de sanctions, nous devons continuer à parler à nos partenaires, dans le Golfe, en Inde, en Chine, pour éviter une fracturation du monde. Une fracturation telle que face à la Russie, il n'y aurait qu'un seul camp qui serait les États-Unis et l'Europe, et que d'autres jouent un jeu d'échappatoire. La responsabilité de l'Europe – à cet égard je pense que nos pays, l'Italie, l'Allemagne, ont ce rôle d'être puissances médiatrices – est de continuer à parler aux autres pour éviter une fracturation du monde. Parce que ce serait la vassalisation de l'Europe, surtout la cassure complète de notre Europe, à terme. Et je pense que ce serait aussi le risque d'une escalade." -- E. Macron, Ouest-France, 22.04.2022.

Mes sources d'information asiatiques et africaines me laissent penser que ce risque de fracturation du monde est bien réel. Ce serait bien pire que tous les travers réels ou fantasmés de la mondialisation.

"Chacun prend ses responsabilités avec ses équilibres politiques, et je ne m'immisce pas dans la vie politique des uns et des autres. Nous sommes très coordonnés. J'ai parlé avant-hier au Chancelier Scholz sur ce sujet. Nous livrons quand même des équipements conséquents, des Milan aux César en passant par plusieurs types d’armements. Je pense qu'il faut continuer sur ce chemin." -- ibid.

Oui. Alors, bravo, Monsieur Macron, d'assumer la fourniture de tels équipements militaires. Mais moi, je n'ai aucune honte à m'immiscer dans les affaires allemandes: la position allemande est irrationnelle. Leur pacificisme et leur empathie pour la perspective russe hérités de la Seconde Guerre mondiale les poussent vers le n'importe quoi. La question de l'engagement de l'Allemagne dans la défense de la démocratie se pose désormais. Il est temps de les pousser à sanctionner de manière nettement plus ferme. Elle ne fournit pas assez d'armes, et je pense que même les Allemands le pensent, qu'elle ne fournit pas assez d'armes. Sa stratégie est incohérente sinon inexistante: l'Allemagne se cherche des excuses en prétendant qu'un embargo sur le gaz et le pétrole affaiblirait l'économie et donc la force de la position négociatrice de l'Allemagne. Et il est temps que l'Europe agisse comme une assurance géopolitique et assume donc d'amortir le coût de la guerre que l'Europe de l'Est assume actuellement seule. Une solidarité est donc absolument nécessaire dans ce contexte de nouvelle guerre froide (en ce qui concerne l'UE). Il importe donc que ces coûts nous impactent. Et en toute franchise, même les 3,5 milliards de dollars que les États-Unis claquent pour l'Ukraine ne sont pas suffisants. L'Afghanistan, comparativement, c'était des dizaines de milliards. Même la logistique européenne peine et est handicapée par la bureaucratie ; et il est donc temps de passer à une gestion européenne plus commune, plus directe, moins bureaucratique de l'aide militaire.

----------------------------------------------------------

@ stephane
"Voter blanc permet d'abaisser le score de Macron sans augmenter le nombre de voix de Le Pen. À méditer avant ou dans l'isoloir."

C'est tout médité: si je votais, je ne voterais pas blanc. Voter blanc, c'est ne pas s'opposer à la montée de Le Pen, sans y toucher. Moi, à ce petit jeu-là, je n'aurais pas l'impudence d'avoir fait mon devoir citoyen en me rendant à l'isoloir pour voter blanc. Ou nul.

"Et contrairement à ce que disent certains ce n'est pas dire que l'un équivaut à l'autre candidat, quoique en y pensant..."

Je ne prétends pas cela. Je prétends que c'est du Tartuffe dans le texte. Cachez ce bulletin que je ne saurais voir !! Allez... un peu de courage: votez Le Pen plutôt que blanc si c'est ce que vous pensez. N'ayez pas honte. Si vous ne pouvez pas voter Le Pen, alors ne votez pas Le Pen. Si vous ne pouvez pas voter Macron, alors ne votez pas Macron. Mais si vous pouvez voter pour l'un ou l'autre, faites-le sans vous pincer le nez.

"Je vous propose un exercice. 1. Sarkozy est opposé à Le Pen, pour qui votez-vous ? 2. Macron est opposé à Sarkozy, pour qui votez-vous ?"

1. Sarkozy. 2. Macron.

-----------------------------------------------------------------

@ Claude Luçon
"Bien sûr ! Elle a nettoyé la tache qui la salissait en éliminant Zemmour..."

En toute franchise, Zemmour tenait des propos pas piqués des hannetons, à tel point que je pense qu'il en faisait trop. Mais entre Zemmour et Le Pen, je pense que Zemmour était bien plus conscient de l'importance des normes démocratiques que Madame Le Pen. Il les aurait bien sûr un peu brutalisées, mais il les aurait probablement préservées. Je crains bien que ce ne soit pas le cas avec Madame Le Pen. L'anti-démocratisme ne se résume pas à la question de la xénophobie ou à la question de "l'islamophobie". Et je persiste à penser que Zemmour avait les idées plus claires sur l'islam que Le Pen ou même Macron. Il n'avait par contre pas complètement les idées claires sur le christianisme ni sur la manière de faire refluer une religion sans s'appuyer sur un État censé être religieusement neutre.

"L'homme qui allait la sauver, heureusement il nous a sauvés de lui-même après nous avoir copieusement insultés, nous les minables qui, selon lui, avaient détruit notre France."

Ben, malheureusement, face à l'islam... il demeure un problème de fond.

----------------------------------------------------------

@ Patrice Charoulet
"Mais je maintiens que tout va pour le mieux dans le meilleur système politique imaginable."

Je m'étrangle.

Serge HIREL

@ Patrice Charoulet | 23 avril 2022 à 22:39
« ...tout va pour le mieux dans le meilleur système politique imaginable. Je me réjouis de vivre en France."

Vivons béats... et après nous le déluge. Qu’importe si nos arrière-petites-filles reçoivent l’ordre de se voiler. Qu’importe si, dans dix ou quinze ans, la mention « République française » ne figure plus sur nos passeports... Qu’importe si, désormais, au fin fond de la France profonde, il faut se cadenasser pour être en sécurité. Qu’importe si, dans ces mêmes contrées, il faut trois mois pour obtenir un rendez-vous pour un scanner. Qu’importe, qu’importe... Après nous le déluge...

« ...en leur âme et conscience »

En êtes-vous sûr ? N’est-ce pas plutôt « de sondages en injections » ? Personnellement, ma décision de voter MLP était déjà fermement prise lorsque le citoyen brésilien Lula a intimé aux Français l’ordre de « vaincre l’extrême droite ». Cette ingérence d’un repris de justice, de plus étranger, encore plus insupportable que toutes les autres qui foulent aux pieds notre indépendance, n’a fait que renforcer ma conviction qu’il était urgent pour la France de virer Macron.

Ce dimanche, dans l’isoloir, au plaisir d’apporter ma part à cette entreprise de salut public, j’ajouterai celui de faire un doigt d’honneur à cet individu qui devrait encore croupir en prison.

-----------------------------------------------------------

@ Claude Luçon | 23 avril 2022 à 23:28

Êtes-vous sûr d’avoir enterré assez profondément « Z » et jeté sur lui assez d’immondices pour qu’il ne puisse pas ressusciter ? Méfiance ! C’est le Diable ! Il est capable de tout, ce Lucifer... D’ailleurs, n’a-t-il pas réussi à faire peindre son sigle sur les chars russes qui ont envahi l’Ukraine ? Vous ne l’aviez pas remarqué ? non, probablement. Sinon, vous n’auriez pas manqué de l’accuser d’être le maître à penser de Poutine...

stephane

Voter blanc permet d'abaisser le score de Macron sans augmenter le nombre de voix de Le Pen. À méditer avant ou dans l'isoloir. Bref un carton jaune avec remise à zéro des compteurs à 20h02. C'est déjà ça pour certains votants. Et contrairement à ce que disent certains ce n'est pas dire que l'un équivaut à l'autre candidat, quoique en y pensant...
La vraie équivalence c'est le vote nul, c'est à dire les deux bulletins dans l'enveloppe.
Je vous propose un exercice.
Sarkozy est opposé à Le Pen, pour qui votez-vous ?
Macron est opposé à Sarkozy, pour qui votez-vous ?
Peut être aurez-vous une réponse dans l'isoloir sur le bulletin à utiliser... ou pas.

Claude Luçon

"Une démocratie bien propre sur elle ?" (PB)

Bien sûr !
Elle a nettoyé la tache qui la salissait en éliminant Zemmour, l'homme qui n'arrêtait pas de la salir en la déclarant fichue, au fond du trou ; l'homme qui se déclarait "petit juif kabyle" oubliant de préciser s'il était français. L'homme qui allait la sauver, heureusement il nous a sauvés de lui-même après nous avoir copieusement insultés, nous les minables qui, selon lui, avaient détruit notre France.

Tout calcul fait, à peine 5 % des électeurs inscrits ont voté pour lui !
Il va falloir qu'il en tire les conséquences et se cherche un autre pays à sauver, je lui suggère la Russie de son copain Poutine !

Robert Marchenoir

Ah ben ça alors...

"Emmanuel Macron annonce que la France va fournir des missiles antichars Milan ainsi que des canons Caesar à l’Ukraine pour l'aider à faire face à l'invasion russe."

Il suffit de demander.

Patrice Charoulet

Je ne vois aucun problème. Il y a eu un premier tour à l'élection présidentielle avec de très nombreux candidats : douze. Tout l'éventail politique était représenté, de l'extrême gauche à l'extrême droite. Les Français dans l'isoloir ont voté en leur âme et conscience. Comme à toutes les élections antérieures, les deux qui ont recueilli le plus grand nombre de voix ont le droit d'aller au second tour. Ils vont revoter le dimanche 24 avril dans un isoloir pour dire quel chef de l'Etat ils veulent. Tout va bien. Parfaite démocratie. Voudrait-on du système électoral ruse ou chinois ? Certes, le résultat final peut déplaire, ici comme ailleurs. Mais je maintiens que tout va pour le mieux dans le meilleur système politique imaginable. Je me réjouis de vivre en France.

Exilé

Coïncidence ?
La météo s'y met, en ce moment une dépression est centrée en plein sur la France et nulle part ailleurs...

Serge HIREL

« La macronie » par-ci, « la macronie » par là... Mais existe-t-elle réellement cette « macronie » ?... Oui, elle existe, mais présente une forme particulière, celle d’une pyramide inversée, dont la pointe est au sol. Avant EM, seul le Sphinx avait osé cette architecture baroque, mais seulement pour laisser sa marque sur le Louvre, l’embellir ou l’enlaidir...

https://www.google.com/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Flive.staticflickr.com%2F3446%2F3394591183_493fba8496_b.jpg&imgrefurl=https%3A%2F%2Fwww.flickr.com%2Fphotos%2Fminoir%2F3394591183%2F&tbnid=7F7g6Yohr6ooPM&vet=12ahUKEwjD0su95qr3AhUI2BQKHeNYCC4QMygLegUIARDVAQ..i&docid=iMBP8Ej7eW_3pM&w=1023&h=685&q=pyramide%20%C3%A0%20l%27envers&ved=2ahUKEwjD0su95qr3AhUI2BQKHeNYCC4QMygLegUIARDVAQ

Comme la macronie, tous les autres partis, y compris ceux qui prétendent écouter leurs électeurs et donner la parole à leurs militants, sont aussi pyramidaux qu’elle, mais la pointe de l’édifice, là où se situe le pouvoir, est en haut, le chef dominant ses ouailles... et non à la merci d’un effondrement soudain de l’échafaudage qui l'ensevelirait. Regardez le PS... Les électeurs ont disparu, les militants se sont éparpillés, mais les chefs, du moins ceux qui n’ont pas voulu s’enfuir, sont encore là, en guenilles, mais là.

Dans la macronie, la pyramide, pour l’heure, maintient son équilibre, malgré cette position insolite... Même si, bien pourvu en électeurs et en petits chefs prêts à devenir ministres, elle manque quelque peu de militants... Mais regardez Achille... un militant LREM en vaut dix des autres formations...

Le danger, pourtant, est présent à chaque instant. Celui d’une éventuelle querelle des petits chefs - le LR en sait quelque chose - mais surtout celui d’un possible accident de parcours du guide suprême, seul décideur, seule icône. Imaginez que, ce dimanche, il trébuche sur un obstacle qu’il a identifié sans jamais vraiment s'en inquiéter. À 20h02, la pyramide vacillerait, avant de se fendiller et de s’effondrer dans un épouvantable fracas, les survivants se réfugiant alentour dans des structures plus solides.
Mais, macronistes de toujours ou de la 25e heure, soyez rassurés ! Ce cauchemar ne se produira pas demain... Peut-être un autre jour, quand, parmi les petits chefs, certains voudront descendre d’un étage pour devenir chefs...

Serge HIREL

RÉFLEXIONS D’AVANT VOTE

Marine Le Pen dit vouloir « recoudre la France ». Certains doutent de ses talents de petite main, mais tous admettent que le tissu est endommagé. Dans son programme, MLP présente le fil et les aiguilles qu’elle compte utiliser. Certains estiment qu’ils ne sont pas adaptés au travail soigné nécessaire. Soit... Mais son adversaire, lui, qui ces cinq dernières années a déchiré l’étoffe à belles dents, bien plus que ses prédécesseurs, n’est peut-être pas le mieux placé pour exécuter le rapiéçage. D’autant qu’il ne semble pas s’être procuré les ustensiles indispensables pour réparer ses dégâts et ne compte pas en acquérir. Tout juste possède-t-il la paire de ciseaux qu’il a déjà employée. « Europe souveraine » est gravée sur l’une des lames, « Bienvenue aux immigrés » sur l’autre...

L’un était un ancien de Normale Sup. L’autre a loupé le concours d’entrée. L’un a travaillé chez Rothschild durant quatre ans. L’autre aussi. L’un n’a jamais imaginé devenir Président. L’autre ne pensait qu’à ça. L’un vénérait la culture française. L’autre a nié son existence. L’un a remplacé un Président démissionnaire par respect des Français, l’autre a succédé à un Président congédié par les mêmes. L’un a employé le terme « emmerder ». L’autre également...

Pompidou a conseillé : « Cessez d’emmerder les Français !». Macron a confié : « J’ai envie d’emmerder des Français ! »... Le premier, qui, parfois, semblait distant, aimait les Français, le peuple, la France. Le second, qui clame sa proximité avec tous, jouit de son pouvoir sur eux. L’un les rencontrait sans façon au bistrot d’Orvilliers. L’autre se barricade sans sa résidence du Touquet... L’un apparaissait sage, l’autre est arrogant. L’un était surnommé « Pompon », l’autre multiplie les sobriquets irrespectueux. L’un est mort pendant son premier mandat. L’autre s’accroche au pouvoir.
Douce France... Pauvre France...

Constatant mon besoin quotidien de me déplacer et la vétusté de mon véhicule, j’ai décidé, voici quelques mois, de le remplacer. Pour repérer celui qui me convient le mieux, j’ai consulté la presse spécialisée, me suis procuré maints prospectus, j’ai même pris le temps d’aller voir quelques modèles. Ça y est, je sais lequel me plaît. Las, depuis quinze jours, il est en rupture de stock et le garagiste m’assure qu’il n’en disposera plus avant cinq ans... et encore, ce n’est pas sûr.

Me voici donc obligé de me rabattre sur les deux seules voitures encore en vitrine. Ni l’une ni l’autre ne m’enthousiasment. Pensez donc, je suis encore amoureux de celle qui m’avait tapé dans l’œil. L’une, compteur à zéro kilomètre, est bleu marine, avec des traces de peinture brune, l’autre, un peu cabossée, est multicolore, un peu vieux rose défraichi, un peu vert pomme gâtée, avec quelques éraflures bleu roi et d’autres rouge sang. La première est de fabrication franco-française, la seconde se vante d’être « européenne »...

Non, décidément, entre ces deux-là, le choix m’est impossible... et j’allais me résigner à acheter une trottinette pour aller à la pêche lorsque j’avise, au fond de l’atelier, un véhicule blanc. Tout blanc, tout propre. C’est le coup de foudre. Je m’avance... Il est vraiment beau... Mais le vendeur me retient par le bras : « Non, celui-là, je vous le déconseille. Il ne vous servira à rien. Il n’a pas de moteur ».

Cette historiette n’a bien sûr rien à voir avec le choix, douloureux pour certains, que les électeurs français auront à faire dans quelques heures. Bien que...

--------------------------------------------------------

@ Cyril Lafon | 23 avril 2022 à 11:22
« ...je vise l'exploitant agricole qui travaille, à perte, 10 ou 12 heures par jour, voire plus, pour maintenir la ferme et les champs... »

Voilà une image d’Epinal qu’il conviendrait peut-être de moduler... Que les éleveurs, en particulier ceux des pays de montagne, soient à la peine, c’est certain. Mais les céréaliers et autres exploitants agricoles propriétaires de dizaines d’hectares d’un seul tenant, confortablement installés dans leurs tracteurs insonorisés, qui labourent, hersent, sèment, désherbent et moissonnent sans jamais se salir les mains, qui, sans aucun scrupule, utilisent glyphosate et autres produits chimiques permettant d’augmenter le rendement à l’hectare, qui récoltent les subventions de la PAC plus vite que leur blé, qui s’accordent un salaire de misère pour ne pas payer d’impôt, puis qui se plaignent à l’heure de la retraite... ne méritent peut-être pas une même compassion.
Il ne faut pas croire tout ce que raconte la FNSEA... Mais aucun politique n’ose la contredire.

Michelle D-LEROY

Depuis 5 ans, E.Macron et ses proches clament leurs valeurs humanistes, comme s'il suffisait de le dire pour que ce soit vrai.

Cette présidence aura eu un effet désastreux sur le climat politique du pays, opposant les bons aux méchants, les sachants aux ploucs, les riches aux gens de rien. La macronie ou le déluge.
Les anciens partis politiques effondrés, parce qu'ils n'ont pas su se remettre en question ou qu'ils ont dû se taire sur des sujets réservés à l'extrême droite et donc honteux, des sujets brûlants mais tabous.
Les hommes et femmes politiques de ces vieux partis ont changé de façon éhontée de parti, déboussolant et écoeurant les électeurs. Des électeurs qui vivent dans le monde réel.

En effet, de façon plus pragmatique, des problèmes graves secouent notre pays. Actuellement, les services d'urgences d'hôpitaux régionaux sont en black-out total ou partiel (Orléans, Rennes, Grenoble, Pontarlier, Metz, Le Mans, etc.). La situation est catastrophique malgré un Ségur de la santé tonitruant.
Et, au-delà des urgences régionales, des services de pointe (greffe de moelle osseuse, traitement de cancers, traitements pédiatriques) de nos grands hôpitaux parisiens tournent au ralenti ou sont en passe de fermeture faute de personnel. La Covid a bon dos.
Et pourtant une tribune dans le JDD de dimanche dernier, signée par 1 000 acteurs de la santé, appelle à faire barrage à Marine Le Pen.
La logique aurait voulu que ces professionnels s'interrogent sur le fiasco de l'hôpital public réorganisé par des conseils extérieurs, qu'ils demandent des comptes aux dirigeants actuels et des gages aux candidats. Non, leur seul souci, le danger absolu pour la médecine, c'est Marine Le Pen.

Dans un autre domaine, j'ai personnellement vu agir les syndicats obtus et la CGT en particulier dans les entreprises où j'ai travaillé, anticommuniste (primaire sans doute), je les ai vus dans leur action anti-patrons toujours bloquante, refusant par principe de signer tout accord même favorable au personnel.
Et, curieusement le camarade Martinez et son collègue M. Berger demandent de voter comme eux, c'est à dire pour le Président sortant... pour faire barrage au danger de l'extrême droite.
J'imagine pourtant, qu'au moins la CGT sera dans la rue dès qu'une réforme pointera son nez si E. Macron est réélu. Quelle cohérence ! quel cinéma !

Voilà où nous en sommes, dans cette France sans dessus dessous. Les bons, les humanistes, les sachants du bon côté et de l'autre ceux qui voteraient pour le diable ou ferait son jeu en ne votant pas.

Sauf que la rouerie et la pression à des limites et qu'à force de dire n'importe quoi pour avoir l'air supérieur, de mélanger les genres, d'excuser les décisions tordues au nom de l'U.E., de s'intéresser à l'écologie ponctuellement, les Français ne sont ni idiots ni naïfs ni manipulables à souhait. Même réélu le Président devra tenir compte de cette moitié de France qui s'apprête à voter mal, c'est à dire MLP, blanc ou pas du tout.

"Il est clair que le macronisme, réélu, aura encore d'énormes efforts à accomplir sur ce plan." (PB)

Ninive

@ depiedcoi | 22 avril 2022 à 19:31
"Attention à ceux qui veulent voter blanc, j'ai vu lors de la précédente élection (pas ce premier tour) des votes blancs intégrés aux votes exprimés !! Il vaut mieux faire un choix ! Eh oui !"

Comme nous sommes en ripoublique vous avez raison de nous prévenir, je n'irai donc pas voter... quoique dans mon coin, ancien fief communiste, on vote Macron ou Méluche, alors même une abstention pourrait être transformée ; on a bien fait voter des morts et les vieux des maisons de retraite, vous croyez qu'ils savent ce qu'ils font, les musulmans ont été priés directement par la voix du ciel de voter Macron et les rabbins ont fait de même, quant à Attali il s'est donné de la peine pour son poulain.

https://www.attali.com/societe/le-pen/

Que de malheur nous aura causés cet homme qui comme Zemmour a ses origines là-bas et une calotte sur la tête ; comme quoi tous les juifs ne se ressemblent pas : il y a les bons (Zemmour) et les mauvais (Attali).

Jérôme

Le plus étonnant cher hôte, sont ces affirmations de chaos certain si les gars de la Marine arrivaient au pouvoir.
Les chaos actuel auxquels la France a participé de bon coeur, la Libye, la Centrafrique, le Kivu, conséquences de nos inconséquences au Rwanda, pas que les nôtres ça va sans dire, antérieurement les Balkans, Serbie, Kosovo ... n'ont pas vraiment été dus à l'activisme des colonnes du Front nationâââl, mais bien à quelques socialos et humanistes bons teints, Mitterrand, Chirac, Sarkozy...
Rappelez-moi qui était au pouvoir au moment des fortes répressions en Algérie ? Le Pen père ? Guy Mollet non ? Avec Mitterrand qui votera la mort de Fernand Iveton.
Leurs héritiers sont là, à astiquer Emmanuel "Kadyrov" Macron.
Le Français a la mémoire courte quand il a le ventre plein.

Pierre Durand

@ Cyril Lafon | 23 avril 2022 à 11:22
"Monsieur Onfray pense que le pouvoir est ce qui s'impose à tous et qu'il serait malséant de ne pas le considérer."

La pensée, ou plutôt l'expression de Michel Onfray est parfois sibylline, surtout lorsque l'on doit s'en faire une idée à partir d'une brève citation.
Voici ce que j'ai compris de la phrase de Michel Onfray "le pouvoir est ce qui s'impose au commun et qu'il serait malséant de sa part de contester".

"le commun" est un mot très connoté - Onfray l'utilise à dessein - pour désigner les CSP--. Ce sont les CSP++ qui, dans la caricature qu'en suggère Onfray en parfaite connaissance de cause, emploient ce mot. "Les CSP--", c'est du langage de technocrate, et "le populo", c'est de mon langage. Mais ces trois mots désignent le même groupe social.

"malséant" est un adjectif connoté lui aussi, qui appartenait au vocabulaire de la bourgeoisie dans sa version antérieure aux années 70 où tout a commencé à partir vraiment en vrille. Il désignait dans la "bonne société" ce que l'on ne pouvait pas publiquement faire sans déclencher la réprobation. Ceci, par exemple :
https://madame.lefigaro.fr/style/news/embleme-du-nouveau-sexy-la-robe-decoupee-se-porte-sans-culotte-chez-les-celebrites-20220420

Alors que veut dire Onfray, selon moi ?
Que la bourgeoisie, qui impose son pouvoir au populo en commettant le crime suprême de gagner les élections, se permet de trouver indélicat et même indécent que le populo veuille manifester son désaccord en balançant des cocktails Molotov. C'est de l'intolérance de classe.

Dans les brillants commentaires que j'ai lus ici on fait à juste titre référence à Tocqueville, qui a parlé en termes définitifs de la question du traitement des minorités par la majorité dans les systèmes démocratiques.

Monsieur Bilger veut respecter les électeurs populaires de Mélenchon et de MLP, sa conscience et son coeur le lui demandent, et il avoue que cela lui demande un effort. Et à moi, donc. Il nous invite à réfléchir sur l'appréciation que nous portons sur ces gens qui sont aussi nos concitoyens. J'y travaille.

Michel Onfray est dans cette ligne, mais est plus radical. Il dit à la bourgeoisie au nom de ces gens qu'il veut défendre : pile je gagne, face tu perds.

C'est ce que j'ai compris, mais on a toujours des doutes, chez Onfray à cause de l'usage des devinettes comme vous venez d'en avoir un exemple, chez Monsieur Bilger la difficulté vient plutôt du maniement des seuls concepts abstraits et de l'exclusion volontaire d'exemples concrets qui seraient autant de balises indispensables pour circuler confortablement dans sa pensée. C'est son choix.

Enfin j'vous dis ça, j'vous dis rien.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS