« À la recherche d'Eric Zemmour... | Accueil | Non, pas une vie de tous les jours ! »

17 août 2022

Commentaires

Bill Noir

Un nouveau drame dans la famille Karamazov : la fille a été liquidée à la place du père.

Marcel

@ Serge HIREL

Il me semble qu'existe une différence fondamentale entre histoire et journalisme. Parce que le second évoque le présent, sa production a vocation à influer immédiatement sur l'avenir. Si un journaliste évoque un génocide en cours, c'est pour qu'il cesse. Cet aspect est absent de l'histoire (sauf dans la bouche des escrocs qui aiment la confusion).

De ceci découlent d'autres différences fondamentales : notamment le secret des sources est sacro-saint chez le journaliste, justement pour pouvoir influer sur l'avenir (permettant aux escrocs d'avancer masqués) alors que l'essence même de l'histoire est d'identifier et de commenter les sources.

Serge HIREL

Est-il permis d’établir un parallèle en matière de fiabilité entre l’historien et le journaliste ? Tous deux à la recherche de la vérité, ils travaillent sur une même matière, l’événement, déjà fossilisé pour le premier, à peine survenu ou en cours pour le second. Le journaliste doit se garder de cette proximité. L’historien doit, au contraire, tenter de la rétablir. Avec une même règle éthique : ne pas céder à l’esprit partisan. Interpréter, commenter, oui... mais ne rien lâcher sur les faits tels que leurs investigations les a établis.

Cela, c’est dans le meilleur des mondes, celui dans lequel les jeux d’influence, les ambitions, les haines n’existeraient pas, celui qui exclurait toute forme d’idéologie, celui où chacun serait l’égal de l’autre, le respecterait, quoi qu’il en coûte... Ce monde n’existe pas ici-bas...

Les deux professions présentent un même défaut, qui, pourtant, ne saurait être corrigé sans porter atteinte à la liberté d’expression : quiconque peut se parer du titre de « journaliste », n’importe qui peut se dire « historien ». L’habit ne fait pas le moine, pas plus que le diplôme ne fait le professionnel. La faille est importante : elle offre au « militant » l’occasion d’agir sous couvert de l’une ou l’autre de ces professions qui, pourtant, sont aux antipodes de sa conception biaisée de la vérité...

Une autre tare, elle aussi difficile à combattre, réside dans la structure, certes informelle, mais bien réelle, de ces deux communautés : l’existence en leur sein d’une caste supérieure, qui dicte sa loi - et ses vérités - aux autres professionnels, considérés comme parias infréquentables s’ils ne se soumettent pas. Se reconnaissant entre eux, repoussant quiconque leur déplaît, quelques grands noms brillent au firmament des médias et des maisons d’édition, qui se congratulent les uns les autres, qui dictent le politiquement correct, qui, trop souvent, s’accommodent d’un parti pris à peine camouflé qui plaît au Prince...

Pour ceux-là, historiens ou journalistes, le summum de la gloire est d’avoir l’oreille du pouvoir, d’être reçus, écoutés, voire de passer nuitamment par la grille du Coq... le Graal étant d’obtenir un titre - officiel ou officieux - de conseiller, de pondre un rapport qui, par exemple, fera date dans l’histoire tumultueuse des relations franco-algériennes...

Tant il est puissant, combattre ce phénomène, espérer l’abattre, relève de l’utopie, du combat de Don Quichotte contre les moulins. Pour le citoyen qui entend exercer son esprit critique, se forger une opinion personnelle et étayée, mieux vaut donc tenter d’éviter l’écueil en l’identifiant et voguer vers des îlots dont les lumières, certes moins clinquantes, sont au service de la recherche de la vérité, quelle qu’elle soit, déplaisante ou non. Ces lieux existent, mais, pour la plupart, la pieuvre qui a envahi les « grands médias », qu’elle soit macroniste ou gauchiste, les rend confidentiels...

Lodi

Il y a de délicieux fromages, fait soit artisanalement, soit industriellement, voyons :

https://fr.wikipedia.org/wiki/Crottin_de_Chavignol

Pensons à l'accord mets-vins :

http://www.vin-vigne.com/mets-vins/fromage/pate-molle/crottin-de-chavignol.html#:~:text=Pour%20accorder%20le%20crottin%20de,un%20Pouilly%2Dsur%2DLoire.

Et au Sancerre lui-même, tant qu'on y est :

https://www.hachette-vins.com/tout-sur-le-vin/appellations-vins/513/sancerre

En fait, l'industrie permet à beaucoup de gens d’accéder à bien des choses intéressantes, et l'artisanat ouvre, à moins de gens, des chemins de traverse...
Il apparaît que les deux sont complémentaires comme les rues principales de bien des villes, si heureusement achalandées, et les perpendiculaires parfois proches que presque personne ne connaît, avec leurs jardins dérobés aux foules. Les campagnes et les villes sont aussi complémentaires, comme l'eau et le vin dans un repas, le plat et la boisson.

Bref, ce sont des complémentarités heureuses.
Si opposés au couple démoniaque dictature et guerre dont Poutine accable son peuple et surtout les Ukrainiens !
Célébrons notre chance d'être à l'arrière de la guerre pour notre liberté tout en restant solidaires des Ukrainiens.

L'ennemi, ce n'est pas le compatriote qui n'a rien fait de mal, c'est qui attaque un pays pacifique, ou le feu dévorateur.
Comme on peut acheter tel livre, aller à tel concert pour soutenir telle ou telle cause, on peut aussi concilier le plaisir et une certaine solidarité en buvant des vins de vignes impactées par les incendies.

https://www.terredevins.com/actualites/provence-rhone-corse-incendies-menacent-vignes

Tiens, un éloge du Patrimonio :

https://vin-champagne.ouest-france.fr/aoc-patrimonio/

Bien sûr, et c'est triste, on ne peut acheter tout ce qu'on veut, ou être dans l'incapacité de trinquer par incompatibilité avec le vin.
Mais la simple vue des couleurs du vin est une vivante palette, comparables aux milles nuances du ciel, et ceux qui boivent en dédiant le vin aux autres et au monde sont, si ce n'est au ciel, dans le partage des fruits les plus exquis de la terre.

Et cette beauté, comme toute beauté, irradie sur le monde comme le soleil.

F68.10

@ anne-marie marson
"Ma question était simple: à quel moment la bombe nucléaire va-t-elle tomber sur Paris ? Mais vous ne connaissez pas la réponse."

Bien évidemment que je n'ai pas la réponse. Depuis quand serai-je devin ?? Ce que je constate, par contre, c'est que vous minimisez systématiquement le genre de risques qui sont des risques existentiels. Comme la guerre mondiale actuelle, avec centrales nucléaires comme bac à sable militaire. C'est votre inconscience que je vise. Vous ne vous en tirerez pas en tentant de me faire rentrer dans le rôle du devin.

Ce n'est pas parce que vous dessinez les contours d'un cadavre au sol que je dois me coucher en en épousant les contours pour vous faire plaisir. Je ne suis ni cadavre ni devin, Madame. Je sais, par contre, que vous êtes une inconsciente patentée qui minimisez la dimension planétaire du conflit en cours. Chaud en Ukraine. Froid ou tiède ailleurs.

"Comme effectivement les maths d'aujourd'hui ne se font plus avec des chiffres et des nombres."

Si. Il y a encore des nombres et des chiffres. C'est simplement qu'il n'y a pas que cela, et c'est tout aussi simplement que ce n'est parce que je fais des mathématiques que je dois me plier à vos pusillanimes désidérata qui me feraient l'injonction de rentrer dans le rôle de l'incarnation d'Hari Seldon et de la psychohistoire afin que je prédise une bombe nucléaire sur Paris juste à temps pour que Madame aille faire ses courses chez Carrefour dans les meilleures conditions. L'arrogante, c'est vous, Madame.

"...un calcul à l'aide de la théorie du chaos, allié à un calcul à l'aide de la théorie des cordes (désolée j'en suis restée là), devrait donner la trajectoire espace-temps..."

Pffff.... continuez à aligner des mots. Cela fait un bruit de fond.

"Je me moque parce que moi je sais faire un calcul de probabilité avec des chiffres et des nombres."

Rigolons alors: prenez deux dés, lancez-les, multipliez-les. Quelle est l'espérance de la valeur obtenue ?

Si vous n'êtes pas capable de faire ce calcul probabiliste simple, non, Madame, vous ne savez pas faire un calcul de probabilités.

anne-marie marson

@ F68.10 | 21 août 2022 à 22:02

Monsieur, j'ai bien compris que les mathématiques d'aujourd'hui ne se font plus avec des chiffres et des nombres, et que ce ne sont plus des calculs de probabilité simples.
Ma question était simple: à quel moment la bombe nucléaire va-t-elle tomber sur Paris ? Mais vous ne connaissez pas la réponse.
Poutine aimerait savoir.

Pourtant vous donnez vous-même les prémisses du calcul:
"En ce moment, bref résumé: la Crimée est maintenant attaquée avec drones en plus, une centrale nucléaire est prise en otage, la Chine accuse explicitement les US de créer la guerre en Ukraine, la géopolitique du marché de l'armement est en ébullition avec la Russie qui cherche davantage de devises et à créer des logiques de bloc, l'armée UK commence à affirmer qu'il va falloir que les soldats britanniques se préparent à la guerre, Kaliningrad est sous tension avec des missiles hypersoniques russes déployés, les entreprises chinoises se délistent de la bourse de New York, avertissements britanniques qu'un accident nucléaire pourrait entraîner l'implication militaire de l'OTAN, tensions sur Taïwan au plus haut avec entrée en guerre de plus en plus claironnée, l'Iran veut toujours notre mort, le Mali tombé dans l'escarcelle russe qui accuse la France de soutenir l'Etat islamique, la Corée du Nord envoie des "volontaires" en Ukraine, la Russie viole l'espace aérien finlandais, les pays de l'Indo-Pacifique (dont le Japon, qui vient de recevoir des missiles chinois chez lui) se rapprochent de l'OTAN, la Chine empiète toujours militairement sur le territoire indien, la Serbie et le Kosovo sont prêts à se fo*tre sur la g***l*..."

Comme effectivement les maths d'aujourd'hui ne se font plus avec des chiffres et des nombres, je pensais que cette liste que vous faites, avec un calcul à l'aide de la théorie du chaos, allié à un calcul à l'aide de la théorie des cordes (désolée j'en suis restée là), devrait donner la trajectoire espace-temps de la bombe nucléaire qui doit tomber sur Paris.

(Effectivement je me moque. Je me moque parce que moi je sais faire un calcul de probabilité avec des chiffres et des nombres, mais pas avec la liste que vous donnez en entrée, ce qui me semblait être votre spécialité).

Autre question idiote: combien y a-t-il de Robert Marchenoir sur ce blog ? Pour l'instant deux pour le prix d'un.

F68.10

@ anne-marie marson
"Et puisque vous êtes mathématicien, au lieu de faire des prédictions genre Madame Irma, vous devriez calculer, avec les infos que vous avez, la probabilité qu’une bombe nucléaire tombe sur Paris et dans combien de temps. Merci. Cela permettra d’aller à Carrefour faire des provisions d’huile, de pâtes... en prévision."

Je ne suis ni Hari Seldon, ni Gaal Dornick, et la neuvième preuve de repliement de Kalle n'a pas été encore trouvée, ce qui risque de rendre compliquée la résolution de la conjecture d'Abraxas, Madame. La psychohistoire n'est donc pas pour demain. On ne prédit pas le comportement des civilisations comme on le fait des planètes. On est déjà content d'arriver à prédire le mouvement des planètes, après 10 000 ans d'efforts. Allumez un cierge à la mémoire d'Apollonius de Perge pour moi, Madame, voulez-vous bien ?

"On verra quand elle arrivera [la bombe nucléaire sur Paris]. À mon avis, ce n'est pas pour demain."

Le problème, Madame, est que le risque est déjà trop élevé. Nous avons déjà des centrales nucléaires sous feu militaire. Nous avons donc déjà franchi dans les grandes largeurs les bornes de l'irresponsabilité nucléaire et de l'inacceptable. Si Monsieur Poutine tente le raccordement de la centrale de Zaporijjia au réseau russe, comme il semble en avoir l'intention, l'opération est si délicate qu'elle risque d'entraîner une fusion des réacteurs.

Nul besoin d'être Greenpeace pour s'inquiéter de cela.

Tout comme il n'est nul besoin d'être mathématicien pour s'en rendre compte. Il suffit de ne pas être une idiote.

N.B.: les mathématiques ne sont pas ce que vous semblez croire qu'elles soient. Dans celles que je pratique en ce moment, il n'y a plus de chiffres ni de nombres, et encore moins de "probabilités". Et je n'ai de plus pas à bosser gratos pour vous qui, au fond, n'en avez rien à cirer que je fasse un quelconque effort de ce type. Cessez donc de prendre les gens pour des idiots pour le simple plaisir de montrer que vous vous gorgez et gargarisez de votre propre idiotie jusqu'à cracher, comme tant d'autres, sur toute discipline intellectuelle un peu sérieuse pour le plaisir de vous taper ceux qui la pratiquent. La discussion sur la guerre en Ukraine vaut mieux que les pathétiques simagrées et pathétiques parodies d'échange intellectuel avec lesquels vous tentez de nous entretenir.

"Les 40 pays que vous citez sont les vassaux des USA."

C'est le monde libre, Madame. Notion que vous ne comprenez pas.

"Il me semble que pour l'instant ce soit plutôt eux [les Russes] qui gagnent."

En 1942, les nazis gagnaient. Où voulez-vous en venir ?

La réalité, Madame, est que 1. il est peu probable qu'une guerre totale puisse être gagnée entre puissances nucléaires, ce qui pose une contrainte sur l'action de la Russie 2. la mobilisation ukrainienne est beaucoup plus déterminée et partagée par la société que ne l'est la mobilisation russe 3. l'enjeu, de la part de pays comme nous, est de faire payer un prix à la Russie pour son action. Même si la Russie finit par s'accaparer 30 % de l'Ukraine, notre objectif est qu'elle paye un prix particulièrement salé pour que ce genre de chose ne recommence plus. Nous sommes repartis pour le containment, et ce n'est pas la fin de la guerre en Ukraine qui entraînera la fin de la deuxième guerre froide. Car elle n'en est que le début, comme le fut la guerre de Corée.

Les "victoires" russes sont des choses qui se jugent sur le court terme. Une guerre froide se gagne sur le long terme. En 45, les Russes ont bouffé une part significative de l'Europe. En 89, ils l'ont perdue. Une guerre froide, cela se joue donc à un horizon de 45 ans, comme l'histoire nous l'indique.

Le principal front pour l'Ukraine est militaire. Le principal front pour le reste de l'Occident est diplomatique et se joue dans le reste du monde.

"Les valeurs occidentales: racisme, nazisme, hitlérisme, fascisme, antisémitisme, crimes contre l’humanité (d’après M. Macron)."

Vous avez oublié le stalinisme dans votre liste. Vos silences sont assourdissants.

L'Europe a une histoire assez tragique. C'est justement pour cela qu'on a mis en place des systèmes qui tentent de régler ces problèmes. Ce que vous listez, ce n'est donc pas là nos "valeurs". Ce sont nos démons. Qui, oui, existent bel et bien encore sous diverses formes. Vous en faites d'ailleurs partie, Madame, de ces tares et démons en ne cherchant pas à repousser la tare du totalitarisme du continent européen. Ce à quoi se résume votre soutien accordé à Monsieur Poutine.

La Seconde Guerre mondiale fut bel et bien un suicide civilisationnel. C'est là nos démons. Pas nos "valeurs".

Et le gens de votre acabit sont bien ceux qui, pendant l'entre-deux-guerres, nous ont bel et menés à ce suicide civilisationnel.

Monsieur Macron n'a jamais affirmé que les camps d'extermination sont nos valeurs. Vous, vous le faites. Comme Poutine, le raciste, le nazi, l'hitlérien, le fasciste et l'antisémite. Et le stalinien. Votre nihilisme de peu d'envergure ne peut prétendre au statut de philosophie. Vous n'êtes pas Emil Cioran.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 21 août 2022 à 10:26
"Et ça y est ! C'est reparti pour un tour ! C'est fou quand même ! Vous ne connaissez rien de la vie des gens et vous les poussez à devoir se justifier en réponse à vos attaques. Vous êtes de la police ? Ils doivent être sympathiques vos repas de famille, dans la mesure où vous en avez une."

Je connais de votre vie ce que vous vous employez complaisamment à étaler ici, et qui vous sert à nous expliquer à tout propos votre haine rabique de vos compatriotes. Nul ne vous force ni à l'un ni à l'autre.

Il n'y a rien de fou à ce que l'on vous réponde lorsque vous souhaitez tout le mal du monde aux autres Français, sous des prétextes très vaporeux d'opposition politique sur des sujets auxquels vous ne connaissez rien.

C'est vous qui transformez systématiquement des débats généraux en attaques personnelles : renoncez à ces vils procédés, et vous n'aurez pas à déplorer la réponse.

Figurez-vous que ma famille n'est pas composée de vieux égoïstes aigris et complotistes qui passent leur temps à souhaiter aux autres, je vous cite, de "manger de la m..." ou de mourir de faim, suivant votre humeur du jour. Aussi les repas de famille se passent-ils le mieux du monde, je vous remercie de votre intérêt qui me touche beaucoup.

Il faut admirer votre anecdote d'éleveurs qui se réjouissent de vendre des fromages pourris aux touristes : ce sont les mêmes qui nous écrivent des tartines indignées pour se plaindre de la "grande distribution" qui vend de la "malbouffe".

On voit ce qu'il faut penser de la feinte sollicitude de ce genre de personnages. Et ce sont eux que vous nous montrez en exemple...

Avec tout ça, vous ne nous avez pas beaucoup parlé de la guerre en Ukraine, sujet de mon intervention. Mais vous avez réussi à déverser votre venin une fois de plus en tentant d'être le plus insultant possible.

Je pense que vous devriez éviter de donner des leçons de sympathie, c'est une notion à laquelle visiblement vous ne connaissez pas grand'chose.

Axelle D

@ Achille

Décidément vous n'êtes pas plus fort en géographie qu'en histoire et en outre brouillé avec les dates.
Sachant qu'il était "uniquement" question du vainqueur de Verdun (Meuse) en 1916 et non du vaincu du Chemin des Dames (Aisne) en avril 1917.
Car ce sont bien Castelnau et Nivelle qui ont fait le travail tandis que Pétain qui n'était qu'un opportuniste mou très porté sur les poilues ! (au féminin) et la marche arrière toute a profité de la disgrâce de Joffre pour récolter tous les lauriers, l'essentiel ayant été fait par ses prédécesseurs et nos vaillants poilus (au masculin), notamment la reprise des forts de Vaux et Douaumont qui coiffaient Verdun.
Sans oublier le capitaine Doumenc auquel revient, seul, le mérite de la noria.


anne-marie marson

@ F68.10 | 21 août 2022 à 00:21
« Une bombe nucléaire sur Paris, cela commencerait à vous faire réfléchir ? Probablement pas… »

On verra quand elle arrivera. À mon avis, ce n’est pas pour demain.
Et puisque vous êtes mathématicien, au lieu de faire des prédictions genre Madame Irma, vous devriez calculer, avec les infos que vous avez, la probabilité qu’une bombe nucléaire tombe sur Paris et dans combien de temps. Merci. Cela permettra d’aller à Carrefour faire des provisions d’huile, de pâtes… en prévision.

-------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 21 août 2022

Vos derniers commentaires sont écrits tardivement. Comme l’a dit un psychiatre célèbre (et pas italien), ne pas dormir détruit les cellules nerveuses, en tout cas ne pas dormir empêche les cellules nerveuses de se régénérer.
C’est aussi ce qui arrive à M. Macron (voir le billet suivant de Philippe Bilger).
Vos commentaires suivent bien le fil du billet: l’Histoire à la tête du client.

« Une guerre où vous prenez systématiquement le parti de l'ennemi »

Cela dépend de quel côté on se place.
Mon cerveau à moi est ravagé quand je lis vos analyses politiques et vos discours larmoyants pour l’Ukraine.
Les 40 pays que vous citez sont les vassaux des USA.

« Il faudrait qu'ils reconnaissent que nous sommes en guerre avec la Russie, qu'ils le veuillent ou non, parce que cette dernière l'a décidé. Tout comme nous sommes en guerre avec l'islam, parce que celui-ci l'a décidé. »

Il me semble que pour l’instant ce soit plutôt eux qui gagnent.

« Il faut se décider entre la liberté et son contraire. Les valeurs occidentales sont en Occident, et non à Moscou. »

Les valeurs occidentales: racisme, nazisme, hitlérisme, fascisme, antisémitisme, crimes contre l’humanité (d’après M. Macron).

F68.10

@ Serge HIREL

Heureux de vous revoir sur ce blog.

Serge HIREL

@ Achille 19 août 2022 à 07.54
« ‘L’Histoire est écrite par les vainqueurs’ disait Robert Brasillach. Et sur ce point, difficile de lui donner tort. »

Dans un ouvrage paru en 2019 aux éditions Le Cavalier Bleu, « La mécanique de l’Histoire », Frédéric Sallée, historien spécialiste du nazisme, démontre que, sans être fausse, cette affirmation de Robert Brasillach n’est pas suffisante pour illustrer l’extrême complexité de la fabrication du récit national. Dans un chapitre consacré essentiellement aux diverses sources qui sont intervenues et interviennent dans la relation des événements de la Seconde Guerre mondiale, il illustre son propos en s’appuyant notamment sur le rôle de la communauté juive et du Parti communiste dans la recherche de la vérité historique.

http://www.lecavalierbleu.com/wp-content/uploads/2019/11/ir_histoire_extrait.pdf

caroff

@ Robert Marchenoir 2h39

Je suis d'accord avec vous et notamment sur un point que je n'avais pas soulevé: la pénurie des pièces de rechange pour les avions qui pose un grave problème de sécurité... Mais je ne crois pas que cela fera reculer Poutine hélas.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir 21 août 2022 à 02:39

Et ça y est ! C'est reparti pour un tour ! C'est fou quand même ! Vous ne connaissez rien de la vie des gens et vous les poussez à devoir se justifier en réponse à vos attaques. Vous êtes de la police ? Ils doivent être sympathiques vos repas de famille, dans la mesure où vous en avez une.

Figurez-vous que je suis un gamin de Paris né dans le XIVe, à la clinique Bon Secours et j'ai habité la capitale presque jusqu'à ma majorité. Quartier Latin qui plus est, ce qui m'a permis de constater de visu les effets des "événements de Mai 68", notamment le rush dans les magasins et les rayons totalement vides (marché Buci). Sauf qu'à l'époque on réglait la note avec le porte-monnaie et non pas avec un bout de plastique.

Quand je dis qu'il faut faire du bois à la cantonade, il faut faire du gaz aussi, ce qui est possible à la campagne mais pas en ville. De plus cela rapporte plus en ce moment que la Caisse d'épargne, vous savez là où est l'écureuil et ses noisettes ?

Sinon je vous rappelle que votre syndic d'immeuble a dû spécifier dans son règlement intérieur qu'il est interdit de transformer votre vide-ordures en toilettes sèches.

Bill Noir

Hier soir, revenant de la FNAC, mon épouse a déposé sur mon bureau un petit fascicule couleur papier jauni qui m'a ému autant que surpris… c'est qu'à force de ne pas compulser la presse on ne sait plus.
Il s'agit du livret de l'exposition Céline que Gallimard organisa à l'occasion de la sortie des « Manuscrits retrouvés ». Ceux-ci vont enfin être édités – jusqu'en 2023, j'espère que je pourrai tenir jusque-là.
Je me suis contenté de regarder l'iconographie.

En couverture pleine page, la photo d'un soldat du 12e Cuir au visage doux avec un soupçon d'ironie et ses deux médailles. Dans la dernière page, le masque mortuaire du même où l'on retrouve l'ironie !!
Une photo de famille digne, des gens qui ne seraient pas à leur place aujourd'hui à l'Assemblée nationale.
Des photos de bidasses en groupe, des cartes postales de la guerre, la notice biographique qu'il envoya à Gallimard au moment de son « recrutement » !
Son portrait par Gen Paul, on aime ou on n'aime pas.
Et la chevauchée sous le feu, pleine page, parue dans L'Illustration.

Une occasion de se remémorer l'ancienne France…
Je ne verrai pas l'expo, elle a fermé mi-juillet.

Achille

@ Axelle D | 20 août 2022 à 23:38

« En réalité c'est Nivelle le vainqueur de Verdun. »

Nivelle ? Vous voulez parler de celui qui a été surnommé par ses propres "poilus" le boucher du Chemin des dames ?

Finalement, je crois que je préfère encore Pétain. Enfin si l’on peut parler de préférence…

Achille

@ Axelle D | 20 août 2022 à 23:38
« En réalité c'est Nivelle le vainqueur de Verdun. »

Nivelle ? Vous voulez parler de celui qui a été surnommé par ses propres "poilus" le boucher du Chemin des dames ?

Finalement, je crois que je préfère encore Pétain. Enfin, si l’on peut parler de préférence…

Aliocha

On n'a pas trouvé bon de citer le lien où était nommé l'auteur de ces lignes :

« On aimerait voir les citoyens européens non seulement s’indigner contre les actions de leurs gouvernements (…) mais leur demander des comptes et les punir pour leurs stupidités évidentes ». « Agissez donc, les voisins européens ! Ne restez pas silencieux ! Demandez des comptes ! »

https://www.tdg.ch/les-ingerences-russes-sinvitent-dans-la-campagne-italienne-206376974803?utm_source=sfmc&utm_medium=email&utm_campaign=TG_ED_9_ENG_EM_NL_SOIR_NOUVELLES_2022_AO&utm_term=2022-08-19&utm_content=2845019_

Ce à quoi nous pourrions répondre que nous aimerions que les citoyens de la Sainte Russie soient à la hauteur de leur littérature et s'émancipent enfin de leurs tyrans, que non seulement ils leur demandent des comptes impossibles à solder, mais qu'ils les virent définitivement d'un monde qui n'attend qu'eux pour enfin accéder à l'indispensable rigueur qu'exige l'exercice de la liberté.
Troublé par l'aveu du vote de Marchenoir, je suis heureux de l'information qu'il nous donne, à savoir qu'il existe aux rives extrêmes de la droite italienne une personnalité qui a conscience de l'asservissement des démagogues aux tueurs de démocratie.

Lodi

Je comprends bien qu'on soit triste du prix du pétrole, mais il paraît que le prix ne pourrait guère baisser davantage sans que cela soit le signe d'une grave crise de l'économie mondiale.

https://www.francetvinfo.fr/economie/automobile/essence/prix-du-petrole-l-europe-condamnee-a-vivre-avec-des-prix-plus-hauts-que-lors-de-la-derniere-decennie-juge-un-expert_5314189.html

Et que si les prix ont déjà baissé, c'est que les Russes parviennent déjà à refiler leur pétrole en douce.

La question est : est-il vraiment opportun que tout s'écroule pour payer le pétrole moins cher ? Je veux dire perdre son travail mais pouvoir y aller en mettant de l'essence bradée dans sa voiture, mieux se chauffer mais ne peut-être pas avoir sa retraite assurée ?
Est-t-il bien que les Russes, vraiment impunis, ne subissent pas de guerre militaire par peur du nucléaire, et complaisance politique à cause du pétrole et du ressentiment qui plane pour tout et pour rien ici ?
On parle toujours du prix du pétrole et de la guerre, pas du prix du bas prix du pétrole et d'abandonner l'Ukraine : là où les peuples moutons sacrifient l'un des leurs, les peuples loups en dévorent d'autres.

Bien sûr, que l'Etat rajoute des taxes au pétrole sous prétexte d'écologie n'est pas à refaire malgré la vogue verte.
D'ailleurs, donner le pouvoir aux écolos serait une idée désastreuse : je rappelle ce qu'ils font aux peuples les moins pollueurs :

https://www.courrierinternational.com/article/2007/02/22/les-tribus-victimes-de-l-ecologie#:~:text=Les%20r%C3%A9fugi%C3%A9s%20de%20la%20conservation,volontaire)%20%E2%80%93%20une%20notion%20contestable.

Moi, je pense ainsi : qui commet déjà d'épouvantables abus avec son pouvoir en fera de pires avec un plus grand pouvoir.
Imaginons des écolos Président et dominer les Assemblées : l'horreur rapatriée à domicile.

Mais il est vrai que diversifier les énergies peut être bon pour l'écologie comme pour la sécurité des approvisionnements.
Seulement, il y a la manière : Macron a voulu faire une taxe et on a eu les Gilets jaunes, les écolos culpabilisent à tout-va quand ils feraient mieux de rendre leurs terres aux indigènes dépossédés avant d'oser faire de la morale à quiconque...

Et il y a Total... Il y a des gens qui savent investir une part significative de leurs gains dans la pérennisation de l'entreprise, donc des salaires et des dividendes futurs des actionnaires.
Et donc, loin des révolutions pleines de ressentiment des écolos punissant les tribus de nos pollutions, il y a une vraie réforme, une vraie transition progressive de l'entreprise :

https://www.pv-magazine.fr/2021/05/28/total-devient-totalenergies-et-acte-sa-diversification-dans-les-energies-vertes/

Pour le réchauffement climatique, qu'il soit surtout dû à la pollution humaine ou au soleil, j'ai entendu dire les deux, à mon avis, il est bien de faire la transition dont on a parlé plus haut.
Mais c'est un peu un puits sans fond : les pays pauvres ont vocation à s'enrichir, donc consommer, donc polluer... Eh non, je ne suis pas de ceux qui veulent imposer la "vertu" aux autres, que ce soit par la loi ou par le prix de déplacements de population, et demain quoi ?
Imposer, imposer au nom de l'urgence ou de la "nouvelle" divinité Gaïa, non merci.
Sauver tout ce qui peut l'être, par exemple avec ceci, bravo !

https://www.youtube.com/watch?v=JIN60bWWbq8

Plus globalement, que faire ?
Masquer un peu la lumière du soleil, jeter une ombrelle entre son ardeur et la Terre.

https://www.usinenouvelle.com/editorial/l-industrie-c-est-fou-un-pare-soleil-spatial-pour-dejouer-le-rechauffement-climatique.N2017627

Robert Marchenoir

@ caroff | 20 août 2022 à 23:50
"En première approximation, les réactions un peu vives semblent attisées non pas par la 'défense des valeurs' occidentales versus la tyrannie poutinienne, mais plutôt par le prix à payer pour (éventuellement) faire fléchir la Russie."

Pas seulement. La chanson des valeurs occidentales qui seraient défendues par Poutine est bien antérieure à l'invasion de l'Ukraine.

Cela étant, vous avez raison, aujourd'hui, les poutino-complaisants sont surtout ennuyés par la perspective de devoir faire des sacrifices. C'est bien ce que je leur reproche. D'un côté, ils ne défendent guère la liberté (ou alors seulement en paroles), de l'autre, ils oublient qu'elle ne s'obtient qu'au prix de longs efforts.

"Qui a envie de se geler les miches et/ou de supporter une inflation désastreuse pour le porte-monnaie quand on mesure le faible impact des sanctions sur Poutine ?"

Le faible impact des sanctions sur Poutine est un mythe de la propagande russe. Le seul retrait volontaire des entreprises occidentales, qui ne relève même pas des sanctions, touche 40 % du PIB russe. L'industrie automobile est pratiquement à l'arrêt, elle s'est effondrée de 90 %. On met sur le marché des modèles sans airbags, sans tendeurs de ceintures de sécurité. Même le nom des voitures est repris de l'ère soviétique.

L'aviation civile est sinistrée : les pilotes ont reçu pour instruction de freiner le moins possible sur les pistes d'atterrissage, afin d'économiser les plaquettes de freins. D'ici la fin de l'été, les compagnies aériennes devront commencer à démonter certains de leurs avions afin de permettre aux autres de continuer à voler.

Le manque de pièces détachées et de composants électroniques menace toute l'économie, et plus encore l'industrie de défense. L'armée russe est contrainte de rafistoler ses munitions avec des composants de machine à laver.

L'inflation en Occident est loin d'être uniquement due à l'augmentation des prix de l'énergie. L'un de ses principaux déclencheurs est la distribution massive d'argent public, pendant que l'économie était à l'arrêt en raison du Covid.

Le manque de gaz et de pétrole dû au chantage russe n'est que passager. Plusieurs pays, plus prévoyants que nous, se passent déjà des importations russes. Nous serions en bien meilleure posture si la moitié de nos centrales nucléaires n'étaient pas à l'arrêt, ce qui relève de notre incurie nationale et n'a rien à voir avec Moscou.

D'autre part, en ne parlant que des sanctions, vous oubliez l'aide militaire massive de l'Occident à l'Ukraine. Ça aussi, ça a un faible impact sur Poutine ? Les deux modes de pression sur la Russie se conjuguent.

"Poutine s'est engagé dans une politique désastreuse, mais voilà : une remise en question du pouvoir en Russie est-elle seulement imaginable ?"

Ça dépend de ce que vous entendez par là.

Si vous pensez à une remise en cause fondamentale du caractère autoritariste du régime russe, qui est une constante depuis la naissance du pays, alors effectivement, rien ne nous permet de dire que la démocratie s'installera demain à Moscou.

Mais ce n'est pas le but. Le but est que la Russie cesse d'être une menace pour l'Occident et pour le monde. Cet objectif ne peut être atteint que par la force : vingt ans de tentatives de conciliation l'ont démontré par l'absurde.

En revanche, les analystes, y compris russes (à l'exception des propagandistes du régime, naturellement), sont unanimes sur deux conséquences de l'attaque de l'Ukraine.

D'une part, elle marque le début de la fin pour Poutine. Quelle que soit la suite des événements, il s'est lui-même enfermé dans une impasse qui provoquera sa perte.

D'autre part, elle marque le début de la fin pour l'empire russe. Selon toute vraisemblance, les rêves de grandeur de Poutine conduiront au résultat inverse : la désagrégation de la Fédération de Russie elle-même, par sécession de ses composantes ethno-géographiques non russes.

Ce qui est une excellente chose pour nous. La disparition du dernier empire existant dans le monde, vestige anachronique du XIXᵉ siècle ne subsistant que par son bellicisme, ne peut que favoriser la paix.

"On est donc embarqué dans un conflit de long terme sans avoir aucune certitude que les mesures de rétorsion soient efficaces."

Toutes les guerres sont des conflits de long terme, sans aucune certitude quant à leur issue. Voilà bien une réflexion typique d'une nation gâtée par l'étatisme et l'État-providence, où l'on se refuse à rien faire sans avoir une garantie de résultat.

Si nous avons une certitude, c'est que la complaisance envers la Russie, les tentatives de conciliation, de négociation, la croyance que l'on peut aboutir à des accords basés sur la parole du Kremlin, tout cela ne peut conduire qu'au déchaînement du bellicisme russe. Voilà ce qui ressort de façon incontestable de l'histoire des vingt dernières années.
______

@ anne-marie marson | 20 août 2022 à 23:23
"...dans la guerre mondiale en cours."
"La canicule a un effet dévastateur sur certains cerveaux... ou le pilonnage imbécile de Robert Marchenoir, qui utilise un canon Caesar pour écraser une mouche."

Tout à fait. La Russie est une mouche délicate qui ne fait de mal à personne, et qu'un simple coup de tapette suffirait à éliminer.

Votre cerveau à vous n'a nul besoin de la canicule pour être dévasté en permanence. Un jour, vous nous direz peut-être quelle frustration vous ravage, pour que vous soyez incapable de réagir à des analyses politiques qui vous déplaisent autrement que par des attaques personnelles. Vieille habitude communiste...

Au passage, nous sommes bien d'accord, donc, que la Russie doit être "écrasée", comme vous dites ?

C'est effectivement une guerre mondiale qui est en cours, votre ami Vladimir Poutine l'a suffisamment expliqué : son ennemi, c'est l'Occident tout entier.

Certes, il s'agit, pour l'instant, d'une guerre hybride et d'une guerre par procuration, pour ceux qui ont le privilège de n'habiter ni l'Ukraine, ni la Russie, ni la Géorgie, ni la Syrie, ni la Tchétchénie, ni la Moldavie.

Mais enfin, lorsque les États-Unis, la Chine, la Turquie et l'OTAN tout entière sont impliqués, lorsque plus de 40 pays fournissent plus de 100 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine, dont une partie significative en armement de pointe, lorsque ces armements accompagnés de la formation adéquate (et du renseignement militaire qui va bien) portent de rudes coups à la Russie et la poussent à implorer des négociations, il faut être aveugle pour nier le fait qu'une guerre mondiale est en cours.

Une guerre où vous prenez systématiquement le parti de l'ennemi.
______

@ hameau dans les nuages | 21 août 2022 à 00:04
"Oh mais je suis prêt ! Pourquoi croyez-vous que je m'amusais à répéter que je faisais du bois ? Et que j'incite mes amis à en faire autant ?"

Eh bien ! alors, de quoi vous plaignez-vous ? Si je me fie à vos propos, vous devriez approuver la politique de soutien à l'Ukraine de notre bien-aimé gouvernement, dirigé par le sage Emmanuel Macron. Curieusement, c'est plutôt le contraire qui se dégage de l'ensemble de vos interventions.

"On ne peut pas tout prévoir bien évidemment, notamment les décisions complètement tordues des dirigeants mais comme vous dites cela va être des hurlements chez ceux qui ont tout attendu de l'État-providence ainsi que ceux habitant en ville devenant de véritables enfers invivables avec un climat de guerre civile."

Ah, voilà. Nous sommes revenus au fond de votre "pensée" : le ressentiment qui vous brûle les tripes, la jouissance qui est la vôtre d'imaginer les souffrances de vos compatriotes.

En particulier, de ceux qui habitent les villes. La haine des citadins nourrit votre paysanisme imbécile et fanatique.

Je vous rassure, l'effondrement dont vous rêvez n'aura pas lieu : les villes sont bien mieux armées que les campagnes pour résister aux perturbations de toute nature.

F68.10

@ anne-marie marson

"...dans la guerre mondiale en cours." -- Robert Marchenoir

"La canicule a un effet dévastateur sur certains cerveaux... ou le pilonnage imbécile de Robert Marchenoir, qui utilise un canon Caesar pour écraser une mouche. De la propagande qui n'a rien à envier à celle de l'Ukraine." -- anne-marie marson

Ce n'est malheureusement pas du tout une exagération. C'est bien une guerre mondiale qui est en cours, et chaque jour nous donne un petit élément nouveau qui témoigne de l'engrenage dans lequel nous sommes. À l'échelle de l'Europe, c'est déjà une guerre chaude. À l'échelle du monde, c'est une guerre froide ou tiède.

En ce moment, bref résumé: la Crimée est maintenant attaquée avec drones en plus, une centrale nucléaire est prise en otage, la Chine accuse explicitement les US de créer la guerre en Ukraine, la géopolitique du marché de l'armement est en ébullition avec la Russie qui cherche davantage de devises et à créer des logiques de bloc, l'armée UK commence à affirmer qu'il va falloir que les soldats britanniques se préparent à la guerre, Kaliningrad est sous tension avec des missiles hypersoniques russes déployés, les entreprises chinoises se délistent de la bourse de New York, avertissements britanniques qu'un accident nucléaire pourrait entraîner l'implication militaire de l'OTAN, tensions sur Taïwan au plus haut avec entrée en guerre de plus en plus claironnée, l'Iran veut toujours notre mort, le Mali tombé dans l'escarcelle russe qui accuse la France de soutenir l'Etat islamique, la Corée du Nord envoie des "volontaires" en Ukraine, la Russie viole l'espace aérien finlandais, les pays de l'Indo-Pacifique (dont le Japon, qui vient de recevoir des missiles chinois chez lui) se rapprochent de l'OTAN, la Chine empiète toujours militairement sur le territoire indien, la Serbie et le Kosovo sont prêts à se fo*tre sur la g***l*...

Il vous faut quoi de plus pour commencer à ouvrir les yeux et à comprendre que cela commence à sentir le roussi ? Une bombe nucléaire sur Paris, cela commencerait à vous faire réfléchir ? Probablement pas...

-------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir
"Telle est la position de Giorgia Meloni, qui pourrait devenir le prochain Premier ministre de l'Italie. Entrée au parti MSI à l'âge de 15 ans, au moment où celui-ci abandonnait son héritage fasciste, elle est aujourd'hui chef du parti de droite Frères d'Italie. Contrairement à ses alliés et aux prétendus "souverainistes" de France et d'ailleurs, elle a clairement pris parti pour l'Ukraine dans la guerre mondiale en cours. Elle soutient la fourniture d'armes et l'aide financière à Kiev."

Mme Meloni n'est pas vraiment ma tasse de thé, mais j'applaudis à deux mains cette prise de distance claire et carrée avec le poutinisme.

J'apprécie particulièrement l'effort de Mme Giorgia Meloni qui consiste à s'adresser en français à l'audience qu'elle vise.

-------------------------------------------------------------

@ caroff
"Qui a envie de se geler les miches et/ou de supporter une inflation désastreuse pour le porte-monnaie quand on mesure le faible impact des sanctions sur Poutine ?"

L'impact n'est pas faible. Il est insuffisant.

De manière plus générale, c'est un message qu'il convient d'adresser à la Chine ou à la Serbie: "Il y a des limites". Ne pas adresser ce message au prétexte qu'on n'a pas envie de se geler les miches, c'est la pire option possible. C'est accepter l'engrenage de la guerre pour se chauffer. Niet.

"Du reste les Russes sont habitués depuis des décennies à des conditions de vie peu enviables, ce n'est donc pas de ce côté qu'il convient d'aller du côté occidental (cf le rouble qui s'est enchéri par rapport à l'euro) qui de façon suicidaire se prive du gaz naturel russe..."

L'alternative est pire.

"Poutine s'est engagé dans une politique désastreuse, mais voilà: une remise en question du pouvoir en Russie est-elle seulement imaginable ?"

Ce n'est pas au fond notre problème. Notre problème est simple: s'ils ne sont pas capables de se démocratiser, il n'est pas pour autant acceptable qu'ils nous agressent.

"On est donc embarqué dans un conflit de long terme sans avoir aucune certitude que les mesures de rétorsion soient efficaces...."

Ces mesures ne sont pas assez efficaces. Pour qu'elles soient plus efficaces, il faut convaincre d'autres pays d'emboîter le pas. Comme l'Arabie Saoudite ou l'Inde. C'est là de la haute diplomatie, dans le contexte actuel. Et la composante essentielle de cette diplomatie, c'est de bien savoir pourquoi il convient de tracer ces limites et de le faire comprendre intelligemment à ces acteurs qui n'ont pas envie de se désolidariser de la Russie. À court terme, leur attitude est compréhensible, mais, à long terme, il est loin d'être exclu qu'ils n'y réfléchissent pas à deux fois. En attendant, l'Occident fait un peu cavalier seul. Mais s'il décide de ne pas faire cavalier tout court, c'est la fin des haricots.

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 20 août 2022 à 19:54

Oh mais je suis prêt ! Pourquoi croyez-vous que je m'amusais à répéter que je faisais du bois ? Et que j'incite mes amis à en faire autant ? Pour ce qui est des douches j'en prends très peu sauf sous fortes chaleurs sinon c'est à l'ancienne comme dans les années 50: nu devant le lavabo. :)
Pas encore de toilettes sèches dites écologiques mais en bâtir est rapide.

On ne peut pas tout prévoir bien évidemment, notamment les décisions complètement tordues des dirigeants mais comme vous dites cela va être des hurlements chez ceux qui ont tout attendu de l'Etat-providence ainsi que ceux habitant en ville devenant de véritables enfers invivables avec un climat de guerre civile. Je vous laisse imaginer le simple chaos en cas de coupure de courant. DAB et cartes électroniques muettes.

Il faudra leur rendre la monnaie de leurs pièces.

caroff

@ Robert Marchenoir 19h54
"Il faudrait que les colériques nous disent ce qu'ils veulent. Par exemple, veulent-ils la liberté, l'indépendance et la démocratie ? Dans ce cas, il faut qu'ils acceptent d'en payer le prix. Ils doivent reconnaître que la Russie est l'ennemie mortelle de ces valeurs, et tente d'imposer la tyrannie, la colonisation et l'asservissement à l'Europe."

En première approximation, les réactions un peu vives semblent attisées non pas par la "défense des valeurs" occidentales versus la tyrannie poutinienne, mais plutôt par le prix à payer pour (éventuellement) faire fléchir la Russie.

Qui a envie de se geler les miches et/ou de supporter une inflation désastreuse pour le porte-monnaie quand on mesure le faible impact des sanctions sur Poutine ? Du reste les Russes sont habitués depuis des décennies à des conditions de vie peu enviables, ce n'est donc pas de ce côté qu'il convient d'aller du côté occidental (cf le rouble qui s'est enchéri par rapport à l'euro) qui de façon suicidaire se prive du gaz naturel russe...

Poutine s'est engagé dans une politique désastreuse, mais voilà: une remise en question du pouvoir en Russie est-elle seulement imaginable ?
Souvenons-nous que les réformes libérales d'Alexandre II ont été entreprises après la défaite subie en Crimée et que les réformes de Nicolas II ont été provoquées par la défaite face au Japon.
En outre la ligne politique réformiste de Gorbatchev a été provoquée par l'enlisement en Afghanistan et la catastrophe de Tchernobyl.
Les Russes les plus sensés mettent donc leurs espoirs dans un enlisement accompagné éventuellement d'une catastrophe de type Zaporijié (centrale nucléaire) pour reproduire le déclenchement d'une autre politique sans Poutine.

On est donc embarqué dans un conflit de long terme sans avoir aucune certitude que les mesures de rétorsion soient efficaces....

Axelle D

@ Achille 19 août 07:54

Pétain ne fut qu'un imposteur.
Jusqu'à la noria dont on continue à lui attribuer le mérite, alors qu'elle fut entièrement conçue et mise en oeuvre par le capitaine Doumenc.

En réalité c'est Nivelle le vainqueur de Verdun. Sans oublier nos vaillants poilus auxquels devrait revenir toute la gloire et une reconnaissance éternelle !
Un peu d'histoire :
https://www.historia.fr/p%C3%A9tain-limposteur-de-verdun

anne-marie marson

"...dans la guerre mondiale en cours."

La canicule a un effet dévastateur sur certains cerveaux... ou le pilonnage imbécile de Robert Marchenoir, qui utilise un canon Caesar pour écraser une mouche. De la propagande qui n'a rien à envier à celle de l'Ukraine.

Robert Marchenoir

@ Robert | 20 août 2022 à 11:44
"Ceci étant, il me paraît utile de compléter mon précédent commentaire par une excellente recension de Marie-Danielle Demélas du livre d'Henri-Christian Giraud que j'avais cité, qu'on peut lire ici : https://www.revueconflits.com/piege-gaulliste"

Excellent article et livre très prometteur, en effet, dont je vais m'empresser de faire l'acquisition.
______

@ caroff | 20 août 2022 à 12:10
"En Italie, la coalition des droites va sans doute remporter les élections et en Allemagne le chancelier Scholz s'est fait copieusement huer pour avoir annoncé les conséquences funestes de sa politique de restriction énergétique. Donc, la colère commence à monter un peu partout."

Il faudrait que les colériques nous disent ce qu'ils veulent. Par exemple, veulent-ils la liberté, l'indépendance et la démocratie ? Dans ce cas, il faut qu'ils acceptent d'en payer le prix. Ils doivent reconnaître que la Russie est l'ennemie mortelle de ces valeurs, et tente d'imposer la tyrannie, la colonisation et l'asservissement à l'Europe.

Il faudrait qu'ils reconnaissent que nous sommes en guerre avec la Russie, qu'ils le veulent ou non, parce que cette dernière l'a décidé. Tout comme nous sommes en guerre avec l'islam, parce que celui-ci l'a décidé.

Telle est la position de Giorgia Meloni, qui pourrait devenir le prochain Premier ministre de l'Italie. Entrée au parti MSI à l'âge de 15 ans, au moment où celui-ci abandonnait son héritage fasciste, elle est aujourd'hui chef du parti de droite Frères d'Italie. Contrairement à ses alliés et aux prétendus "souverainistes" de France et d'ailleurs, elle a clairement pris parti pour l'Ukraine dans la guerre mondiale en cours. Elle soutient la fourniture d'armes et l'aide financière à Kiev.

"L'Italie ne peut pas prendre le risque d'être le maillon faible dans l'alliance occidentale", a-t-elle déclaré. "L'Occident doit savoir qu'il peut compter sur nous. Je ne tolérerai aucune ambiguïté sur ce point".

Giorgia Meloni semble donc avoir renié le soutien qu'elle avait accordé à Vladimir Poutine par le passé au prétexte des "valeurs occidentales", en faveur d'un libéral-conservatisme de bon aloi.

Il serait temps que ses homologues européens et français en fassent autant. Refuser de choisir entre la Russie et l'Ukraine, c'est montrer que l'on n'est ni démocrate, ni patriote -- et encore moins "souverainiste". Il faut se décider entre la liberté et son contraire. Les valeurs occidentales sont en Occident, et non à Moscou. La guerre en cours devrait avoir dissipé les dernières illusions.
______

@ hameau dans les nuages | 20 août 2022 à 16:56
"Macron dans son dernier discours nous promet du sang et des larmes."

Non, simplement quelques degrés de chauffage en moins, moins de PlayStation pour les enfants, et, au pire, des douches froides l'espace de quelques mois.

Cela ne devrait pas faire peur à quelqu'un comme vous, qui, justement, se vantait il n'y a pas si longtemps de se laver à l'eau froide.

Rien à voir avec les Russes, qui, eux, sont des dizaines de millions à devoir se contenter de toilettes à l'extérieur en plein hiver.

C'est maintenant qu'on va pouvoir distinguer ceux qui sont prêts à "résister" pour être libres, et les autres, les grandes gueules toujours partantes pour réclamer "les avantages Jacky pour lesquels nos ancêtres se sont battus", mais qui hurlent au meurtre dès qu'il s'agit de sacrifier quoi que ce soit pour les défendre.

hameau dans les nuages

@ Giuseppe | 20 août 2022 à 14:11
"Demain sera à nouveau la charrette à bras et les matelas dessus."

À n'en point douter. Macron dans son dernier discours nous promet du sang et des larmes.

Ah "le vieux brebis" sec comme un coup de trique. À propos de fromages et plus spécialement de tommes, je livrai fut un temps à la coopérative d'Accous en vallée d'Aspe mes tommes de chèvres. Lors d'une réunion des coopérateurs, il fut question des très vieux fromages déclassés dont la croûte est attaquée par des acariens (on dit qu'ils ont la quère) ainsi que les loupés, fendus, ou ressemblant plus à du gruyère. Ils n'arrivaient pas à les vendre. Un des producteurs du Pays basque mais pas que car ancien berger en Australie, leva la main et déclara: "Donnez-les-moi ! Je vais vous les vendre aux touristes sur la côte !"

Interloqué, le président de la coop se grattant le béret vissé sur la tête lui dit que cela n'allait pas être possible.

"Mais si ! Ils mangeraient de la m**rde !

Berger itinérant en Australie, son premier voisin était à 200 km et il était ravitaillé par avion. Un autre monde que la vallée torrentielle d'Aspe de Jean Lassalle dit Jeannot.

Je tiens à préciser pour les puristes et les chochottes que cela ne fut pas fait. Ils servirent sans doute à faire du fromage de fondue.

Je ne vais pas expliquer ici comment on fait du fromage au chaudron, il va m'arriver des "je sais tout" pour me donner la recette en me traitant d'antivache :)

Bill Noir

Hadi Matar plaide non coupable. Il a raison le bougre, c'est son Dieu qui a frappé.

Giuseppe

"Non, pas une vie de tous les jours !" (PB)

Rassurez-vous les temps de l'Occupation sont revenus !
Les jours nouveaux sont déjà là.
Les profiteurs de guerre ont publié leurs comptes, Total et tous les autres, ils vont crever d'indigestion, et comme nous sommes un pays en faillite, Le Maire et consorts détournent les yeux ailleurs, les taxes rentrent à profusion, on évitera ainsi la liquidation judiciaire.

Le Maire pourra écrire un bouquin de plus, un nanard de plus, s'afficher sur Insta tous les jours... et faire penser qu'il est un homme en vue, cinq ans de pouvoir et toujours aussi nul ce type. Macron se dore la pilule, la Première ministre de Finlande se fait prendre en photo, au fond tout cela importe peu, Munich n'a servi à rien. La guerre d'Espagne n'a pas eu lieu.

Là on se rend compte de nos vies de tous les jours, les collabos sont de retour - le méchant pognon -, le marché noir a repris sous les yeux d'un gouvernement qui a besoin de rentrer du fric cher à Nanard, alors il ferme les yeux.

J'adôôôre le "Vieux brebis" - c'est un fromage -, il a pris une "claque" terrible en peu de temps, c'est le nouvel or de chez nous, les touristes sont rançonnés et Le Maire ne dit rien, il bronze et il écrit.
Être endetté pour une nation c'est acheter le chanvre dont on fait les cordes pour chacun d'entre nous, alors les pétroliers et autres gaziers explosent leurs jabots, ils s'empiffrent sous les yeux d'un exécutif qui n'est que l'ombre d'un Etat.

Après on s'étonnera que les populistes adorent Poutine, notre exécuteur testamentaire.
Il le savait ce dernier, les dettes obligent, les dettes appauvrissent, et sous ses fourches caudines les pétroliers du monde entier s'engraissent, nous font pleurer misère, Poutine qui s'amuse, et l'Europe du marché noir fait semblant, pas les Pays baltes, ni la Pologne.

Bon, comme j'aime trop le "Vieux brebis" j'ai quand même sortie un Picpoul de Pinet de derrière les fagots, je pense à mon grand-père et à tout ce qu'il a vécu.
"L'étrange défaite", Munich, la SDN, heureusement Volodymyr a fait éveiller les consciences, il n'a pas le temps d'écrire des livres, lui.
Demain sera à nouveau la charrette à bras et les matelas dessus.

caroff

@ Aliocha 9h45
"On aimerait voir les citoyens européens non seulement s’indigner contre les actions de leurs gouvernements (…) mais leur demander des comptes et les punir pour leurs stupidités évidentes"

Si vous suivez l'actualité, vous avez pu constater que les Néerlandais avaient pris fait et cause pour leurs agriculteurs en manifestant de façon "carrée". En Italie, la coalition des droites va sans doute remporter les élections et en Allemagne le chancelier Scholz s'est fait copieusement huer pour avoir annoncé les conséquences funestes de sa politique de restriction énergétique.
Donc, la colère commence à monter un peu partout.
Je gage que Macron n'y échappera pas, surtout si l'on ajoute son incapacité à prendre en charge les questions régaliennes. Les oiseaux de mauvais augure finissent mal en général surtout lorsqu'ils sont à l'origine de ce qu'ils déplorent !!

Robert

@ vamonos | 20 août 2022 à 05:09

Votre analyse ne manque pas d'intérêt.

En ce qui concerne la général Weygand, il ne faut pas oublier de mettre à son crédit qu'il a tout fait pour tromper la commission d'armistice germano-italienne. Notamment, il a fait en sorte de transférer un maximum de matériel de France en Algérie et de camoufler en Algérie le matériel des divisons algériennes éparpillé dans le bled (fermes, grottes, etc.). Je peux d'autant mieux en parler que mon père, qui servait alors au 2° régiment de Spahis algériens à Sebdou, a mis en œuvre ses consignes et assisté au passage de ladite commission d'armistice.
C'est ce même matériel qui est ressorti fin 1942 et qui a notamment servi à équiper la 3° DIA qui a subi avec succès le choc des troupes de l'Afrika Korps en Tunisie à Kasserine, lui infligeant un coup d'arrêt essentiel, alors que les troupes américaines, peu aguerries, l'ont très mal subi.

Ceci étant, il me paraît utile de compléter mon précédent commentaire par une excellente recension de Marie-Danielle Demélas du livre d'Henri-Christian Giraud que j'avais cité, qu'on peut lire ici : https://www.revueconflits.com/piege-gaulliste/

Aliocha

"« On aimerait voir les citoyens européens non seulement s’indigner contre les actions de leurs gouvernements (…) mais leur demander des comptes et les punir pour leurs stupidités évidentes ». « Agissez donc, les voisins européens ! Ne restez pas silencieux ! Demandez des comptes ! »

Les citoyens italiens, comme tous les séides de Zemmour, vont-ils obéir à l'ennemi ?
Ou vont-ils entendre le président français comme Luigi Di Maio, qui a dénoncé « une ingérence de la Russie dans les élections italiennes ». « Les partis italiens devraient réagir à l’unisson, mais le leader du Mouvement 5 Etoiles et ex-Premier ministre Giuseppe Conte et le chef de la Ligue d’extrême droite Matteo Salvini se taisent. »

« Oui, les fantômes de l’esprit de revanche, les violations flagrantes de la souveraineté des États, l’intolérable mépris des peuples, la volonté impérialiste ressurgissent du passé pour s’imposer dans le quotidien de notre Europe, de nos voisins, de nos amis », a martelé le président français aux célébrations de Bormes.

« Je pense à notre peuple auquel il faudra de la force d’âme pour regarder en face le temps qui vient, résister aux incertitudes, parfois à la facilité et à l’adversité et, unis, accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs, et nous rappeler que la France comme nation et comme République n'est jamais un acquis, jamais un droit, mais un legs à transmettre et un combat à savoir mener. »

Que les rancœurs des rancunes, les iniquités innombrables du passé ne nous détournent pas du devoir, que les communistes comme leurs anti, les fascistes et les leurs, arrêtent d'obéir à leur ressentiment et cessent d'user de la démocratie pour décider de s'en passer et malgré eux s'allier à ses ennemis, l'histoire nous appelle à assumer son héritage qui en France est universel, et exige de nous d'en tirer les enseignements dictés par le courage de savoir faire face à notre réalité.

"La liberté consiste uniquement dans le fait que les hommes sont conscients de leurs appétits et ignorants des causes par lesquelles ils sont déterminés."
Spinoza, lettre à Schuller.

La liberté commence donc où l'ignorance finit, nous avons capacité de nous libérer de nos illusions par la prise de conscience de ce qui nous détermine.
Vive la France.

vamonos

Pierre Pucheu et Maxime Weygand sont des personnages controversés. Tous deux ont connu des destinées tragiques, l’un ne s’en est pas sorti, l’autre a su trouver une petite porte, une ouverture pour convaincre tout le monde de sa loyauté, les uns comme les autres, chapeau l’artiste.

Pucheu était le ministre de l’Intérieur du gouvernement français pendant la Seconde Guerre mondiale, la biographie de Gilles Antonowicz se situe au-delà du domaine manichéen dans lequel tous les ministres de l’époque n’ont accompli que des turpitudes. Certes, on peut décortiquer des détails et s’intéresser à des horaires de trains, mais les ministres de l’Intérieur connaissaient et même supervisaient les arrestations massives d’enfants juifs pour les expédier vers l’Est d’où ils ne revenaient jamais. Un enfant à la sortie d’un wagon sur le quai d’un camp d’extermination avait une espérance de vie ramenée à moins d’une heure.

Le général Maxime Weygand, auréolé de gloire acquise pendant la Première Guerre mondiale, fut ministre de la Guerre pendant la deuxième, il fut même rappelé pendant la guerre d’Algérie mais il déclina au motif qu’il se sentait trop âgé pour assumer de telles responsabilités. En 1942, à Alger, il chassa tous les enfants juifs des écoles. La version officielle et politiquement correcte énonce que par souci humanitaire il fallait être dans l’impossibilité d’identifier les enfants afin de les arrêter et de les livrer aux Allemands. Argument partiellement recevable mais qui ne pèse pas lourd dans la balance parce que priver d’école tout un groupe d’enfant au motif de son appartenance religieuse est un acte d’une violence sournoise et inouïe, c’est un génocide intellectuel.

Lorsque le vent de l’Histoire a commencé à tourner, quand les forces de la triple alliance ont commencé à fléchir, Pucheu et Weygand ont tourné casaque. Pucheu a préféré quitter le continent européen pour tenter sa chance en Afrique, mais il est resté bloqué en Algérie et pour toujours. Weygand a commencé à agir à l’encontre des intérêts allemands, ceux-ci ont exigé son rappel en France métropolitaine. Puis ils l’ont transféré en Allemagne en résidence surveillée.

La France avait besoin de boucs émissaires pour sauver la face, montrer au monde qu’elle avait subi la loi de la triple alliance et qu’elle méritait sa place dans la marche victorieuse du monde libre contre le nazisme allemand, le fascisme italien et l’empire japonais. Weygand a su trouver les arguments pour échapper d’une part aux camps allemands d’extermination des prisonniers politiques puis d’autre part à la vindicte des communistes pendant l’immonde chasse aux renégats de l’après-guerre. Pucheu quant à lui, avait tourné sa veste un peu trop tard et surtout il avait frappé à la mauvaise porte. Pucheu a payé le prix fort.

F68.10

@ caroff
"Je n'ai en effet aucune compétence électricienne, mais, comme vous, j'attends toujours les résultats de l'enquête (?) de nos fins limiers dans l'incendie de Notre-Dame."

Cela s'oriente vers le non-lieu. En l'absence de victimes, il semble qu'il n'y ait pas beaucoup d'intérêt de la justice à établir davantage les responsabilités.

Moi, à la louche, j'opte pour le mégot.

caroff

@ Robert Marchenoir 14h45
"Mes excuses à caroff, que j'ai confondu avec Giuseppe le bâtisseur"

Je n'ai en effet aucune compétence électricienne, mais, comme vous, j'attends toujours les résultats de l'enquête (?) de nos fins limiers dans l'incendie de Notre-Dame. Je m'interroge subséquemment sur le mutisme des journalistes qui, au lieu de relancer le sujet, semblent tous enchantés de vanter les futurs aménagements de la cathédrale qui pourraient être à l'image de Paris hidalguisée: des plugs au milieu des ordures...

Marcel

@ Exilé

Plutôt que des considérations sur les allergies de saison et les types à la mode façon Stora, j'attends plutôt votre exemple de système politique, sans fêtes, sans rites, sans symboles, sans mythes. J'aimerais m'instruire.

--------------------------------------------------------

@ Achille
"L’Histoire est écrite par les vainqueurs disait Robert Brasillach. Et sur ce point difficile de lui donner tort.
Les innombrables livres consacrés au Général sont, pour leur très grande majorité, des hagiographies bourrées d’obséquiosité.
Certes, surtout depuis quelques années, certains auteurs osent lever le voile sur le côté sombre du personnage. "

Parler d'un homme politique de son vivant, ce n'est pas faire de l'histoire. Parler d'une légende politique essentielle de son vivant, ce n'est pas faire de l'histoire. Tout ceci, c'est de la politique.

Maintenant que l'homme tout comme sa légende est enterrée, on en vient à l'histoire. C'est normal, c'est un processus naturel.

L'histoire n'est pas écrite par les vainqueurs. C'est une farce que de le dire. L'Afrique est là pour nous le rappeler au quotidien.

"en est de même de Napoléon qui en France est lui aussi magnifié au-delà de toute mesure (notamment par Zemmour, bonapartiste inconditionnel)"

Zemmour propose un programme politique, pas historique.

Les pays sont besoin de légendes. Rien à voir avec l'histoire.

F68.10

@ hameau dans les nuages
"Mais il est là Bob ! Flamboyant ! Nous faisant à 2 h 35 du matin un gloubi-boulga magistral mélangeant la confiture fruits rouges estampillée "Poutine" étalée généreusement sur la tartine Zelensky, le tout avec un rappel à la loi d'Ohm."

Alors revenons sur le point initial que Bob vous a reproché:

"Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques."

L'évaluation du coût du gaz dans les camps, c'était à peu près 1 centime par mort. Les progrès de la technologie, hein...

Les trains qu'utilisèrent les nazis pour les déportations, c'étaient des trains décommissionnés. Ils n'étaient pas à court de trains, et le confort des banquettes n'était pas la priorité des nazis.

En fait, c'était pas cher et assez facile, économiquement et techniquement, de lancer ce programme d'extermination.

Les nazis n'avaient même pas besoin de faire des recherches pour établir les listes de juifs. Ils n'avaient qu'à se servir dans les synagogues et les diverses institutions culturelles juives qui gardaient elles-mêmes la liste de leurs coreligionnaires.

Je ne vois pas quels éléments physico-chimiques prouvent l'impossibilité de la la dimension de l'Holocauste.

----------------------------------------------------------------

@ Exilé
"Disons que c'est plutôt une allergie, comme d'autres en développent à l'époque des pollens."

Oui, ben moi aussi le terme "République" à toutes les sauces me gonfle. Mais si jamais il me vient à l'esprit de prôner un régime politique non-démocratique, la moindre des choses est de vérifier si les gens sont d'accord pour qu'on leur enlève ces droits démocratiques et de ne pas venir vous plaindre s'ils prennent les armes.

Si, encore, vous prôniez une monarchie constitutionnelle inscrite dans un ordre libéral, je considérerais l'idée surannée, mais bon... pourquoi pas. Encore faudrait-il trouver un roi, ce qui ne ferait absolument pas consensus. Mais pourquoi pas.

Mais là, vous passez votre temps à pester contre la liberté de la presse et à tenir des propos victimaires au sujet de votre religion et des Vendéens. À un moment, on ne peut plus laisser passer cela.

------------------------------------------------------------

@ Tipaza
"Je rappelle que sur les temples égyptiens, dans la liste des Pharaons gravée sur les parois, certains noms ont été martelés pour effacer leur mémoire."

C'est bien pour que ce genre de choses n'arrive plus qu'on a sévèrement restreint le pouvoir de l'État de légiférer sur l'expression publique de la société.

-------------------------------------------------------------

@ Marcel
"D'autres ont déjà tenté la chose, comme l'ancien négationniste Jean-Claude Pressac, qui voulait prouver l'impossibilité matérielle de réaliser le génocide et dont les travaux sont arrivés à la conclusion inverse."

Pressac est la preuve que même un nazillon a le droit de suivre les données disponibles pour soumettre ses idées préconçues à la critique des données factuelles.

"Vous voudriez discuter de l'ampleur du génocide comme si c'était essentiel ? À partir de combien de millions l'affaire serait grave selon vous ?"

Oui. Cela, je n'ai jamais compris. Je n'ai jamais compris pourquoi des crétins me traitaient de nazi quand je prétendais que 4 ou 6 millions de morts, cela ne fait pas une grande différence dans mon évaluation finale. J'en ai vraiment eu marre de cette ambiance de blasphème en France à ce sujet.

Robert Marchenoir

Mes excuses à caroff, que j'ai confondu avec Giuseppe le bâtisseur : c'est ce dernier qui a cru bon de se raccrocher à la locomotive idiote du disjoncteur différentiel manquant, prétendue cause de l'incendie de Notre-Dame. (Nulle enquête policière ni journalistique n'a mentionné cet équipement depuis trois ans.)

Sans surprise, intervention vindicative, mesquine et totalement vide de contenu de hameau dans les nuages (19 août 2022 à 10:02), confirmant la nature purement provocatrice de sa négation de l'Holocauste, à laquelle il ne croit pas plus qu'au reste.

Oubliés, les "arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques". La cage de buts à roulettes est maintenant déplacée vers le "Covid post-vaccinal à répétition" de "son village". Vers "Zelensky", aussi, que je n'ai pas mentionné mais qui semble l'obséder.

Entretemps, les Juifs auront servi de paillasson au vaillant "travailleur" muni de sa "perceuse" -- mais ils ont l'habitude.

(Une perceuse ? électrique ? Qu'est-ce que c'est que ce consumérisme frénétique inspiré par le mondialisme cosmopolite de le finance internationale ? Moi, Monsieur, je perce mes trous à la sueur de mon front, à l'aide d'une chignole à manivelle.)

Exilé

@ Marcel | 19 août 2022 à 08:58
« Là, très clairement, vous faites de la politique. »

Si l'on y réfléchit bien, même boire un verre d'eau est un acte politique.

Au fait quand l'historien, appelons-le comme cela quoi que nous en pensions, M. Stora, sort son rapport sur les questions mémorielles à propos des relations entre la France et l'Algérie, intervient-il en tant qu'historien impartial ou bien en tant qu'agitateur politisé ? 

Achille

@ Tipaza | 19 août 2022 à 10:28
« Et si on ne trouve plus de peintures rupestres de Néandertal c'est parce que Cro-Magnon les a effacés. »

Et depuis l’apparition d'Homo sapiens, Neandertal et Cro-Magnon ont disparu de la planète. Encore qu’il semble qu’il y ait quelques Neandertal qui aient échappé au massacre. On en trouve quelques-uns dans certains partis politiques. Chez LFI notamment. Inutile de citer les noms, tous le monde les aura reconnus ! :)

Exilé

@ Marcel | 19 août 2022 à 08:58
« Vous avez un souci avec la République. »

Disons que c'est plutôt une allergie, comme d'autres en développent à l'époque des pollens.
Mais si je souffre d'un mal ou d'une nuisance, comme je ne suis pas masochiste il m'est difficile de prétendre que c'est un bien ou l'image du bonheur.

Tipaza

@ Achille | 19 août 2022 à 07:54
"L'Histoire est écrite par les vainqueurs"

C'est vieux comme le monde.
Je rappelle que sur les temples égyptiens, dans la liste des Pharaons gravée sur les parois, certains noms ont été martelés pour effacer leur mémoire.
Et si on ne trouve plus de peintures rupestres de Néandertal c'est parce que Cro-Magnon les a effacés.
Enfin, ça c'est ma théorie. Il m'arrive de faire du paléo-complotisme. ;-)

hameau dans les nuages

@ Robert Marchenoir | 19 août 2022 à 02:35

Ah ! Ouf ! Figurez-vous que je commençais sérieusement à m'inquiéter. La chaleur estivale, le Covid itou avec un vaccin facilitant (au village, on recense les rares gens vaccinés qui n'ont pas eu le Covid post-vaccinal à répétition alors qu'auparavant on recensait méchamment les non vaccinés). Où est Bob ? Tu n'as pas vu Bob ? Non, et toi ? Ne me dis pas que !...

Mais il est là Bob ! Flamboyant ! Nous faisant à 2 h 35 du matin un gloubi-boulga magistral mélangeant la confiture fruits rouges estampillée "Poutine" étalée généreusement sur la tartine Zelensky, le tout avec un rappel à la loi d'Ohm.

Rassuré, hameau dans les nuages s'en va au travail sifflotant l'échelle sur l'épaule et la perceuse dans une main alors que, encore cette nuit, de belles averses d'orage sont venues rafraîchir l'atmosphère brûlante. Double ouf.

https://www.youtube.com/watch?v=OOTMuy2AKJM&ab_channel=DisneyFR

Et pourtant elle tourne...

Marcel

@ Robert Marchenoir
"Le baratino-complotiste s'en tape, des Juifs, du Covid, de Poutine et de la cause de l'incendie de Notre-Dame de Paris. L'essentiel, pour lui, est d'affirmer systématiquement le contraire de ce qui vrai, juste pour faire ch... "

Je partage bien évidemment votre propos. J'ajoute que ce baratino-complotiste a quand même bien besoin des juifs et du protocole des Sages de Sion (finalement, les productions de la politique politique russe, ça servait hier autant qu'aujourd'hui) pour donner cohérence à cet ensemble.

-------------------------------------------------------------

@ hameau dans les nuages
"Mais il est des faits que, sans les nier, on ne peut réviser. Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques."

Seuls les négationnistes prétendent qu'il est interdit de chercher. L'histoire de la IIe guerre mondiale est régulièrement révisée par des recherches.

Arrêtons de tourner autour du pot, vous semblez très clairement vouloir réviser l'ampleur du génocide nazi sans oser le dire. D'autres ont déjà tenté la chose, comme l'ancien négationniste Jean-Claude Pressac, qui voulait prouver l'impossibilité matérielle de réaliser le génocide et dont les travaux sont arrivés à la conclusion inverse. Il suffit sinon d'écouter les propres déclarations d'Adolf Eichmann.

Vous voudriez discuter de l'ampleur du génocide comme si c'était essentiel ? À partir de combien de millions l'affaire serait grave selon vous ?

Ou alors tout ceci ne serait qu'une supercherie ? Nous vivrions donc un monde sous contrôle intégral d'une puissance occulte qui inventerait de tels faits (pour s'assurer de pouvoir vivre sur un lopin de terre contesté) ? Peut-être que le blog de Philippe Bilger serait animé par des agents du Mossad qui chercheraient à identifier les dangereux esprits rebelles ?

--------------------------------------------------------------

@ Exilé
"Et l'anniversaire forcé du 14-Juillet ? Que recouvre-t-il au juste, si ce n'est une apologie cynique du crime ?
Et le triptyque mensonger que vous savez qui figure sur tous les documents dits « officiels », sur les frontons des bâtiments publics dont les prisons (humour noir) mais pas sur les vespasiennes, on se demande pourquoi, de quoi cherche-t-il à nous persuader ?"

Il me semblait que nous parlions d'histoire.

En matière d'histoire, que les organisations civiques se donnent des fêtes, des devises, des moyens de se rassembler, ça ne fait guère débat, ça ne choque pas. Qu'il existe des mythes fondateurs, des références, cela coule de source. La chose est courante.

Là, très clairement, vous faites de la politique. Vous avez un souci avec la République.

Confondre cela avec un débat sur l'histoire, c'est aussi ridicule que lorsque Zemmour est attaqué lorsqu'il soutient le principe "nos ancêtres les Gaulois" parce que ce serait une aberration historique. Personne n'a jamais cru qu'un Africain avait des ancêtres gaulois, par contre il y avait un message symbolique fort dans cette ouverture (amusant qu'on s'en moque vu que l'Europe prend la forme d'un continent de population africaine).

"Quels systèmes politiques au monde à part les démocraties populaires - dont la France actuelle semble vouloir hélas s'inspirer - tombent-ils dans une telle débauche de propagande quotidienne insupportable, comme si les gens n'avaient pas suffisamment de soucis comme ça ?"

Il serait surtout intéressant que vous désigniez les systèmes politiques qui fonctionneraient sans références grégaires, sans fêtes, sans rites, sans symboles, sans mythes. Allez-y, éclairez-nous. S'il faut s'en choquer, vous devriez pouvoir nous désigner quelques contre-exemples.

Bill Noir

Macron va-t-il être ce chef d'Etat par lequel la France va être une nouvelle fois projetée dans la guerre ?
C'est pas gagné !
Une perspective qui ne donne guère l'envie de combattre. L'enthousiasme manque… c'est qu'après le pédalo on marche aujourd'hui au jet-ski !

En 40 le bipôle Pétain De Gaulle donna au moins de l'espérance aux uns… et aux autres.

Ceux de mon âge furent, plus tard, engagés dans un conflit poisseux qui ne nous évita nullement l'invasion ultérieure !

Alors !

Au printemps, j'avais, pour rire, demandé à la cantonade si le troisième « ine » de Russie n'avait pas attendu que notre petit Président soit chef d'Europe pour lancer son attaque… parfois les pitres sont des augures !
On nous apprend maintenant que les Américains savaient tout des projets moscovites ; ont-ils fait part de leur inquiétude à notre élyséen ? En ont-ils éprouvé le besoin ? En tout cas on n'en a rien su.

Ce qui est sûr c'est que Poutine, entre-temps, a joué gagnant en avançant « ses » deux pions jumeaux de la Nupes et du RN.

Achille

L’Histoire est écrite par les vainqueurs disait Robert Brasillach. Et sur ce point, difficile de lui donner tort.
Les innombrables livres consacrés au Général sont, pour leur très grande majorité, des hagiographies bourrées d’obséquiosité.
Certes, surtout depuis quelques années, certains auteurs osent lever le voile sur le côté sombre du personnage.
C’est ainsi que j’ai lu dernièrement "Le Sursaut", de Franz-Olivier Giesbert. Livre dans lequel il nous dresse un personnage assez éloigné de celui que l’on nous a décrit pendant un demi-siècle.
Il en est de même de Napoléon qui en France est lui aussi magnifié au-delà de toute mesure (notamment par Zemmour, bonapartiste inconditionnel), ceci malgré le fait qu’il a sacrifié toute une génération de jeunes hommes à ses ambitions.

Il est certain que les ouvrages consacrés à Philippe Pétain, le vainqueur de Verdun, sont bien moins élogieux. Mais il semble que depuis quelque temps, des historiens professionnels ou autodidactes osent nous offrir une image beaucoup plus sympathique que celle que nous avons pris l’habitude de nous représenter du Maréchal.
Pour plus d’informations sur le sujet, contactez Xavier NEBOUT. Il saura vous conseiller utilement sur les livres et documents à consulter. :)

Lodi

À force de nier les dangers, on les rend invincibles, à force de repousser les remèdes, on les rend inopérants.
Dans tous les domaines.

Danger musulman : plus on laisse s'établir d'immigrés de cette confession, plus ils risquent de nous soumettre.
Je ne comprends pas comment on peut le nier, car d’abord, tout groupe voire toute personne peut être soumis, et d'autre part, notre pays a été soumis plusieurs fois . Et ce n'est même pas lui qui a renversé les pouvoirs illégitimes que je vais citer : Napoléon l'oncle puis le neveu et l'occupant, ce n'est pas un grand mouvement national ou seulement Machiavel sur Seine qui les a dégagés.
Non !
Ce sont les armées étrangères.

Moi, je m'occupe de l'avant, du remède préventif : je ne veut ni immigration d'indésirables, ni tyran traditionnel de nos ressentiments indigènes.
D'abord parce que mieux vaut prévenir que guérir, ensuite, parce qu'il n'y aura, en principe, pas de guérison.
Plus de happy end.

Le salut par l'étranger, c'est has been ! On ne débarquera pas pour délivrer d’indécrottables soumis dont les maîtres seront dotés de l'arme atomique. Les moutons enragés contre les Américains et admirateurs à Poutine et autres gens de ce calibre, ne vont pas se délivrer de leurs chaînes.
La vertu, sans parler de la victoire, sont rares, et ça fait bien longtemps que nous ne les avons plus en magasin.
Nous vivons donc sur l'illusion et sur nos restes, comme tous les décadents. Et en récriminant contre ceux dont l'éclat jette une ombre sur la lumière mourante de nos gloires passées.

Pour ce qui concerne les épidémies, nous sommes aussi mal partis... Que de gens se croyant plus compétents que le consensus scientifique !
Et donc refusant le vaccin. Le problème de ne pas se vacciner, c'est qu'on entraîne les autres dans la mort. Tandis que si on ne se fait pas dépister d'un cancer, rien que soi. Drôle de monde où on relativise le devoir qu'on a envers les autres, et où on on tente d'en imposer envers soi !
Tant qu'il s'agissait d'imposer la vie au suicidant, la réalité au drogué, tout le monde ou presque trouvait cela super excitant... À présent, on voit que le devoir envers soi de l'antivax, c'est ne pas se vacciner, et qu'il impose ses virus aux autres.
À force de tout mélanger, voilà le résultat.

Tout ce dont les bases sont faibles tend à s'écrouler.
Et en plus, cela accélère : la peur fait qu'on mélange tout et qu'on voit des complots partout.
La vanité, je sais que mon pays ne peut pas se soumettre, le ressentiment, les élites, les Américains... Causes ou conséquences de la peur, empêchent de traiter le danger.
C'est humain, trop humain.

Pendant ce temps-là, les musulmans accroissent leur nombre et leurs exigences sur nos terres, et les virus survivent de nos atermoiements à les éradiquer. Il y aura bien un virus plus foudroyant que les autres, concocté par la gentille nature, à rejouer les pestes, il y aura bien des dhimmis contents de courber la tête.
Nous sommes ici chez les La liberté, c'est très relatif - on pourrait dire la vérité, aussi !
Et la liberté pour quoi faire ?

Par l'Histoire, ce que je constate hors du blog et ce que je lis ici, je dis, moi, que le pire est assez probable.
Comment tenter de réveiller les gens et comment se préparer une issue de secours par le suicide, qui peut servir aussi contre les maladies graves et incurables, éviter la maison de retraite et autres naufrages, telle est la question.

Robert Marchenoir

@ hameau dans les nuages | 18 août 2022 à 23:11
"Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques."

Ah, d'accord. Je ne prétends certes pas suivre religieusement les moindres éructations du sieur hameau dans les nuages, mais autant que je puisse en juger, il s'agit là de son coming-out négationniste.

Pas au sens de F68.10, hein : au sens habituel de personnes niant que l'Holocauste ait eu lieu, ou bien prétendant que les chambres à gaz n'ont pas existé, ou encore prétendant qu'il y a eu moins de victimes que les historiens ne l'ont établi.

C'est logique. Il y a une cohérence entre la négation du génocide nazi, et la négation du rôle et du fonctionnement d'un disjoncteur différentiel dans une installation électrique.

Sujet absolument insignifiant en soi, mais avec lequel l'intéressé a jugé bon de nous prendre le chou lors de l'incendie de Notre-Dame, en compagnie d'un Giuseppe en général mieux inspiré, et à l'instigation d'un commentateur de passage parti aussi vite qu'il était venu, lequel a prétendu que l'incendie en question pouvait avoir été causé par l'absence du bitonio en question.

Ce qui est impossible, car un disjoncteur différentiel ne sert pas à empêcher les incendies, mais à empêcher les électrocutions.

C'est pourquoi je me suis fait un malin plaisir, à l'époque, de pousser les intéressés dans leurs retranchements, jusqu'à ce qu'il soit devenu parfaitement clair qu'ils ne connaissaient rien au sujet, racontaient n'importe quoi, redoublaient de mauvaise foi devant chaque nouvelle explication, et faisaient preuve de... négationnisme. Doublé de complotisme, bien entendu.

Les négationnistes du Covid peuvent bourrer le mou de leurs compatriotes jusqu'à plus soif, l'épidémiologie et la pharmacologie étant des sciences complexes appliquées à une situation mouvante.

En revanche, le fonctionnement d'un disjoncteur différentiel, c'est à la fois très simple et facile à comprendre (je veux dire pour qui se donne la peine de se pencher sur cette technique).

Le négationnisme du disjoncteur différentiel est donc un détecteur infaillible de baratineur professionnel. N'importe quel hurluberlu peut affirmer qu'il y a un lien entre le ratage de la mayonnaise et le cycle menstruel féminin, mais lorsqu'il y a persistance du négationnisme, du disjoncteur différentiel à la Shoah en passant par le Covid, Poutine, la création de monnaie par la Banque de France et tout ce que vous pouvez imaginer, alors ils devient clair que ces sujets sont des prétextes.

Le baratino-complotiste s'en tape, des Juifs, du Covid, de Poutine et de la cause de l'incendie de Notre-Dame de Paris*.

L'essentiel, pour lui, est d'affirmer systématiquement le contraire de ce qui vrai, juste pour faire ch..., pour se faire remarquer, parce qu'il est rongé de ressentiment pour des raisons diverses et variées, parce que ses maux sont forcément la cause des autres, du gouvernement, des puissants, des élites qui complotent dans son dos.

Incapable d'apporter quelque contribution positive que ce soit, il ne lui reste que la provocation, soigneusement calibrée, sur le mode de l'insinuation : "Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques."

Je le dis... sans le dire... tout en le disant... enfin, vous voyez bien ce que je veux dire. Cette hypocrisie délibérée, que l'on retrouve dans les fausses questions d'Exilé, incapable de nous affirmer un truc de but en blanc, est essentielle dans la propagande du négationniste-complotiste.

Elle sert à attirer la réplique, à provoquer le polémique -- vieux schéma de la provokatsiya soviétique, truc de sale gosse cherchant sa baffe. Et elle sert à prouver la persécution dont l'auteur est victime. C'est bien parce que les Juifs sont si puissants que je suis contraint de vous parler à demi-mot. Et d'ailleurs, voyez, dès que j'ose braver le dogme, un garde-chiourme du Système surgit de derrière une porte et tente de me bâillonner : le complot est manifeste.

En fait, il est dommage que les complotistes manquent d'imagination : c'est toujours les Juifs, toujours Big Pharma, toujours les Américains... Ils pourraient au moins essayer de nous distraire, de temps en temps. Je ne sais pas, moi : dénoncer l'évidente conspiration contre l'Église catholique que constitue le commerce éhonté des rillettes de porc, par exemple.
_______

(*) La cause de l'incendie de Notre-Dame est toujours inconnue, au passage. On nous avait juré-promis, à l'époque, qu'on mettait le meilleur service de police de France sur l'affaire, des types habitués à poursuivre le grand banditisme, la crème de la crème. Trois ans après, ils n'ont rien trouvé.

On a appris, entretemps, l'extraordinaire incurie, quasi-poutinienne, qui avait entouré la conception et l'exploitation du système anti-incendie. Mais sur la cause de la catastrophe, on ne sait toujours rien.

F68.10

@ Exilé
"Mais désormais, il est très mal vu non seulement de se poser des questions mais encore d'être fidèle au doute scientifique cartésien, sous peine d'être qualifié de « complotiste »."

Non, Monsieur. Vous ne vous posez pas des questions. Vous feignez de vous poser des questions pour prétendre que vos thèses sont intellectuellement respectables. Vous utilisez le doute non pas pour vous ouvrir l'esprit mais pour fendre le crâne de vos adversaires puis le leur bourrer en pratiquant un chantage moral au doute qui n'a pas lieu d'être.

Vous cherchez à nous faire douter pendant que, vous, vous feignez de douter. Alors que vous avez des idées vraiment bien précises, qui sont elles très éloignées de la notion de doute.

Car ce sont bien des certitudes que vous tentez de faire passer pour du doute.

Et ce n'est pas là un comportement intellectuellement honnête.

Quant au terme "complotiste", vous avez une petite explication de sa signification ici. Ce terme ne signifie pas ce que vous feignez de croire qu'il signifie.

"L'historien partage avec le scientifique, l'enquêteur judiciaire et le philosophe le fait de se poser des questions devant toute situation inexpliquée, surprenante, illogique ou bizarre. Voir Newton et sa pomme. Du « pourquoi » peut naître une réflexion puis une explication."

Et c'est toujours le cas. La science continue d'avancer. Et d'accumuler des connaissances et du savoir qu'elle cherche à sortir du domaine du doute.

Le science sert à sortir du doute pour acquérir du savoir.

Vous, vous cherchez à détruire le savoir en promouvant un doute systématique qui est très loin du questionnement légitime qui a cours dans le travail scientifique.

Un scientifique cherche à réduire le doute. Vous cherchez, vous, à l'augmenter. C'est là toute la différence entre eux et vous.

Et n'insultez pas René Descartes en travestissant sa notion de doute, qui fut à mille lieux de ce que vous cherchez à légitimer. René Descartes déconseille d'ailleurs le doute à la majeure partie de la population pour la préserver de l'égarement. René Descartes répudie donc votre approche du doute. Catégoriquement.

"[Épistemon:] Je pense qu'il est très dangereux de s'avancer trop loin dans cette manière de raisonner: les doutes universels de ce genre nous conduisent droit à l'ignorance de Socrate, ou à l'incertitude des pyrrhoniens, qui est comme une eau profonde où l'on ne peut trouver pied. [Eudoxe:] J'avoue que ce n'est pas sans grand danger qu'on s'y hasarde sans guide, quand on n'en connoît pas le gué, et que beaucoup même s'y sont perdus." -- René Descartes, Recherche de la vérité par les lumières naturelles.

René Descartes vivait dans une société bien plus intolérante au doute que la société actuelle, où le droit de douter et de croire des âneries est depuis devenu un droit quasiment sacré. Vous pouvez en remercier les Lumières, que vous chonchiez pourtant, de vous protéger du bûcher pour vous punir de vos doutes. Car jamais nous ne vous laisserons être un véritable martyr de la liberté de conscience, Exilé. Vous n'êtes pas et ne serez jamais Menocchio le meunier.

————————————————-

@ hameau dans les nuages
"Mais il est des faits que, sans les nier, on ne peut réviser. Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques."

Oui. Il est en effet difficile de réviser le fait que le Soleil semble bien tourner autour la Terre et que la Terre semble aussi bien être plate. Chaque fois que je croise une rondiste trop prosélyte, je le lui dis.

hameau dans les nuages

@ F68.10 | 18 août 2022 à 21:27

J'ai bien compris le distinguo, merci.
Mais il est des faits que, sans les nier, on ne peut réviser. Je ne vais pas m'étendre plus dans ce domaine malgré des arguments matériels ou physico-chimiques prouvant l'impossibilité de la dimension que l'on a donnée à certains événements tragiques.

D'où ma boutade adressée à qui de droit. Ah ! À nouveau le téléphone sonne. :)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS