« Les séries en France : je les regarde... | Accueil | Bataille ne gagnera pas la guerre... »

03 décembre 2023

Commentaires

Ugo

@ Exilé | 05 décembre 2023 à 20:44

Voilà un avis qui mériterait d'être affiché dans tous les aéroports internationaux.

La France est un pays devenu dangereux et il est trop tard pour espérer quoi que ce soit qui puisse freiner cette folie organisée par les pouvoirs publics depuis plusieurs décennies.

Exilé

@ Marcel P | 06 décembre 2023 à 07:54
« On se souvient, ou devrions nous souvenir, de la farce pré-Charlie Hebdo/13 novembre/Nice où, notamment, des « aliénés » au volant de voiture fonçaient dans la foule, sans qu'on n'évoque jamais leurs motivations affichées ni le fait que ce soit un mode opératoire promu par l'Etat islamique. »

Très juste.
Sans oublier non plus la consigne de submerger l'Europe de hordes de centaines de milliers d'envahisseurs islamisés...
Ce que les gouvernements européens ne semblent pas encore avoir compris.

Exilé

« La déradicalisation est un leurre. » (PB)

Exactement.
Est-il possible de faire oublier les appels au meurtre de plusieurs sourates coraniques par des rencontres de football ou équivalent ?
Mais les désordres et les drames qui sont actuellement quotidiens en France ne sont que le produit de décisions de gens qui, dans le monde politique ou dans celui de la fonction publique, ignorent tout de l'Islam et de ce qu'il implique dans l'environnement, les mœurs, les mentalités, les comportements et parfois les haines et les ressentiments séculaires des peuples des pays où il a imposé sa loi.

Par exemple, comment ne pas reconnaître que nous devons à M. Giscard d'Estaing et à ses alter ego, qui se sont cru plus intelligents que tout le monde en dépit de leurs lacunes en matière de connaissance des civilisations, le fait d'avoir fait régresser l'Iran par ailleurs francophile vers l'Islam rigoriste, alors que c'était un pays sur la voie du développement économique et social, qui nous a retourné la monnaie de notre pièce avec des individus comme « Armand » ?

À titre de comparaison avec ce personnage animé par la haine d'un pays qui l'a pourtant accueilli, écoutons par exemple, sans nécessairement approuver toutes ses convictions politiques, Abnousse Shalmani, présidente du Jury du Prix de la laïcité 2023 et admirons la qualité d'une oralité nommant un chat un chat:

https://www.youtube.com/watch?v=2F3JoEqYKGw&t=699s

Marcel P

@ Robert
« Sur ce type d'attentat, rien ne change dans la manière de rapporter les faits [...] dit la Première ministre. »

Ce qui est terrible, c'est qu'ils ne l'ignorent pas. En somme, tout le monde, le public comme les politiques, identifie sans trop de difficulté le péril et sa source.

https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/rapports/cion_lois/l15b3116_rapport-fond#
https://www.la-croix.com/France/Terroristes-sortant-prison-lexecutif-veut-introduire-suivi-judiciaire-2021-06-02-1201158941

« les politiques gouvernent sans jamais se considérer comme responsables et encore moins coupables de ce que subissent leurs concitoyens. »

Tel qu'illustré par les exemples donnés en lien ci-dessus, tout le monde, en situation de responsabilité, mesure très bien le péril en cours et à venir. Ce qui est anormal, c'est qu'il soit impossible de dire des évidences.

« ...pour ce qui concerne cet assassin, il apparaît qu'en audition en garde à vue il revendique son acte, preuve qu'il a agi en toute conscience »

On se souvient, ou devrions nous souvenir, de la farce pré-Charlie Hebdo/13 novembre/Nice où, notamment, des « aliénés » au volant de voiture fonçaient dans la foule, sans qu'on n'évoque jamais leurs motivations affichées ni le fait que ce soit un mode opératoire promu par l'Etat islamique.

On pourrait tout aussi bien dire que pour aller se faire sauter sur un marché ou aller enlever et violer des adolescentes, massacrer des nourrissons, il faut être fou.

Mais ce qui importe en terme de sanction pénale, ce n'est pas le fait d'avoir ce qu'on qualifierait d'idées folles. Ce qui compte, c'est de savoir si on responsable de ses actes, même fous, car voulus. Ce qui justifie de ne pas incarcérer quelqu'un mais de le soigner en psychiatrie, ce n'est pas que son acte paraît dément, c'est le fait qu'on détermine que sa main est forcée par quelque chose qu'il ne maîtrise pas. Fallait-il sinon considérer les Adolf Eichmann, Einsatzgruppen et autres comme irresponsables pénalement vu la gravité de leur crime ? Non, bien sûr.

Dire qu'un terroriste est un dérangé, ce n'est pas le sujet.

Parfois, souvent, on entend dire que la prison regorge d'individus qui relèvent de la psychiatrie. C'est possible (à voir au cas par cas) mais c'est l'expression d'un malentendu. La prison, c'est le moyen ultime dans notre système judiciaire pour protéger les citoyens. Un sociopathe a peut-être une maladie mentale. Il est pourtant parfaitement responsable de ses actes, qu'il commet en toute lucidité. Que des prisonniers puissent suivre un traitement psychiatrique ne change rien au fait que le criminel dont la criminalité est rationnelle a sa place en prison.

Et les terroristes ont la criminalité rationnelle. Ils nous expliquent au nom de qui et pourquoi ils tuent. La revendication du 13 novembre de l'Etat islamique est parfaitement rationnelle, au point qu'elle séduise des intellectuels foireux façon Marc-Edouard Nabe. Il en va de même pour le Hamas, dont la criminalité est rationnalisée y compris ici en France, par leurs relais et soutiens type Ersilia Soudais (enseignante - on imagine le casse-tête qui devrait se poser si elle revenait à sa profession, le public étant en bon droit de s'interroger sur sa capacité d'exercice).

Exilé

Au train où vont les choses, déconseillons à toutes les personnes étrangères qui caresseraient l'idée saugrenue de venir en France pour assister aux J.O. en 2024 de renoncer à ce projet hautement risqué, l'endroit est peu sûr.

Les téméraires qui souhaiteraient passer outre seraient bien inspirés de prévoir un gilet pare-couteaux et de souscrire une assurance sur la vie.

Enfin, en cas de problème, que ces personnes sachent qu'il leur sera difficile de compter sur la police et sur la justice.

Aliocha

@ Axelle D

Cela ne vous sied point d'imiter Marchenoir.

Axelle D

@ Aliocha | 05 décembre 2023 à 16:48

Je vois que vous êtes un familier de la drogue du viol !
Pas très rassurant tout ça !

Robert

@ Michel Deluré | 05 décembre 2023 à 16:57

À cela deux raisons :
- l'une idéologique depuis les années 1980 (diversité, droit à la différence, non stigmatisation des naturalisés ou nés en France de parents étrangers, richesse pour la France, etc.) ;

- l'autre dans la logique de la communication tant présidentielle que gouvernementale ou des partis de gauche comme de l'extrême centre, la droite ex-de gouvernement ne brillant pas particulièrement dans ce domaine.

Michel Deluré

@ Robert 05/12/23 12:30

J'ai beaucoup de mal à comprendre ceux qui sont en charge du destin du pays et qui ne craignent pas le ridicule, sauf à ne pas en avoir conscience, ce qui serait grave, en nous ressassant invariablement lors de chaque drame du type de celui que nous venons de vivre toujours les mêmes propos alors que, les mêmes causes conduisant systématiquement aux mêmes drames, ces dirigeants semblent se refuser à voir la réalité et à combattre ces causes pourtant bien identifiées.

Faute d'action, combien d'innocents devront encore périr sous les coups de ces terroristes qui n'ont pas le moindre respect pour la vie humaine, qui se moquent bien de nos considérations éthiques, démocratiques et juridiques et qui rient de la bienveillance du pouvoir à leur égard qui ne fait que servir leurs funestes objectifs ?

Aliocha

@ Axelle D

Tout va bien, merci.
Vous par contre, ne cherchez pas à comprendre, à votre âge la kétamine n'est pas conseillée, mais vous pouvez en profiter pour dire à hameau que tout va bien, le tortionnaire est en prison, qu'il n'est pas encore l'heure du délassement de tous les déchaînements, qu'il est encore des tribunaux pour ceux qui penseraient se faire justice eux-mêmes, à Stockholm ou ailleurs.

Robert

Sur ce type d'attentat, rien ne change dans la manière de rapporter les faits comme sur la psychiatrisation de l'auteur. Toutes les réactions, notamment de nos politiciens au pouvoir, sont systématiquement les mêmes et donc ne surprennent aucunement. Des mots, des paroles qui se veulent définitives : "Nous ne cèderons rien" a dit la Première ministre.

Et pourtant les choses recommenceront, avec toujours les mêmes propos qui n'engagent en rien ceux qui les profèrent ! C'est ainsi : les politiques gouvernent sans jamais se considérer comme responsables et encore moins coupables de ce que subissent leurs concitoyens.
La forme suprême de leur mépris pour le "petit Français" dont maintenant on se préoccupe uniquement pour contrer par la loi les actions de nos bobos urbains qui se délocalisent dans les campagnes françaises sans en supporter les modes de vie et donc se croient légitimes à engager des actions en justice, laquelle ne se prive pas de condamner les ruraux...

On nous a longtemps bassinés avec des organismes de déradicalisation : on voit que ce n'était qu'illusion pour gogos. Qui plus est, pour ce qui concerne cet assassin, il apparaît qu'en audition en garde à vue il revendique son acte, preuve qu'il a agi en toute conscience. Inutile donc pour le ministre de l'Intérieur d'accuser les psychiatres pour s'exonérer de ses propres responsabilités et des ratés essentiellement liés au type de procédures imposées aux services de police et au maintien en France de tous ces auteurs d'attentats islamistes fichés S...

Quand on sait le nombre d'islamistes radicalisés qui arrivent en fin de peine et seront élargis dans les prochains mois, on ne peut que s'attendre, non seulement à la multiplication de ce genre d'actes isolés, mais aussi à des formes d'attentats bien plus graves et organisés.

Pour le reste, je rejoins le commentaire d'Exilé | 04 décembre 2023 à 16:48 et sa réponse à Michel Deluré Exilé | 04 décembre 2023 à 18:00.

Axelle D

@ Aliocha 5 déc 07:43
"On comprendrait ce qu'on dénie envers soi-même alors qu'on désire l'imposer aux autres, au risque sinon d'en France se retrouver au Rwanda, avec la ministre britannique démissionnaire d'avoir pour l'appliquer transgressé sa propre loi, n'exposant à l'air libre rien d'autre que la guerre civile de son propre cerveau qui risque effectivement, s'il ne sait pas résoudre sa propre contradiction, de finir aux bras de celui dont il pensait se prémunir, et dont il finira aux lendemains des sinistres défaites par s'apercevoir qu'il n'est autre que lui-même, piégé aux rets de sa propre liberté dont il aura usé pour l'offrir à ceux alors trop contents de n'avoir plus rien à faire pour la lui interdire."

Vous avez manifestement l'hippocampe en surchauffe et vos neurones en ont pris un coup... Reposez-vous sinon vous risquez la congestion cérébrale !

hameau dans les nuages

@ Aliocha | 05 décembre 2023 à 07:43
"Nous ne sommes pas encore en guerre civile"

Gêné hein ? Il nous faudra attendre de l'être pour réagir ? Vous ne seriez pas atteint du syndrome de Stockholm ?

Voilà une belle salade niçoise:
https://www.nicematin.com/justice/-la-victime-est-vulnerable-sous-une-emprise-totale-frappee-brulee-humiliee-elle-defend-son-bourreau-889315#

Michel Deluré

@ Exilé 04/12/23 18:00

La peur que vous mentionnez me semble indissociable du courage que j'évoquais. La peur paralyse là où le courage, qui permet de la surmonter, au contraire agit.
J'ai pour ma part du mal à discerner qui, de la peur ou du manque de courage, explique l'attitude de ceux qui nous gouvernent. Sans doute les deux mélangés.
Par contre, j'attends de nos gouvernants en particulier et des politiques en général qu'ils prennent conscience que le meilleur remède contre la peur n'est pas l'inertie, la naïveté, mais le courage qui seul permet l'action.

Exilé

« Ne jamais croire un terroriste sur parole ! » (PB)

Ces terroristes étant de nos jours dans la plupart des cas des adeptes de l'Islam, il faut savoir que selon le Beau Modèle lui-même, la « taqiya », une technique de dissimulation faisant appel au mensonge et à la ruse, est permise aux Musulmans, qu'ils soient terroristes ou même « modérés » face aux Infidèles.

sylvain

Macron aura fait mieux que tous ses prédécesseurs : détruire une nation millénaire en vingt ans est un exploit que les Français n’oublieront pas, c’est à couper le souffle.

Son but a été atteint : nous habituer à cette routine de crimes terroristes à répétition, les gens zappent les infos concernant ces sujets par lassitude, ils ont intégré les coups de couteau dans leur vie quotidienne comme un accident de voiture en allant faire leurs courses.

La vie continue : ce soir, comme tous les soirs, Darmanul, avant de se coucher, inspectera ses placards et le dessous de son lit pour vérifier s'il ne s'y trouve pas un membre d‘ultradroite.

Borne en toute élégance continuera à vapoter à l’AN en sanctionnant les dérapages éventuels des députés RN.

Véran et Dupond-Moretti poursuivront leur chasse à courre inquisition contre le RN.

Désormais il faudra rajouter allah longue liste des supporters anglais, allah suite des prénoms Matteo et Kevin, celui de "Armand", ben voyons !

Les chroniqueurs et journalistes, petit doigt sur la couture du pantalon, obéissent aux mots d'ordre du gouvernement : 

Il faut rester prudent, c'est un attentat terroriste… "présumé" !

Il faut attendre les décisions de justice, MDR ! Ben voyons !

Il a arrêté son traitement trop tôt, donc sera jugé irresponsable de ses actes, ben voyons !

Il était trop malheureux de voir ses frères musulmans attaqués et tués dans le monde, ben voyons !

Il s'appelle «  Armand » donc il est francéééé ! Ben voyons !

Une très bonne campagne médiatique efficace aux ordres de la macronie en soutien au terroriste est actuellement en cours : que ceux qui n’ont pas versé une larme même en cachette lors des récits du destin de ce malheureux «  Armand » lèvent le doigt ! Chapeau les artistes de la propagande !

Parallèlement, une autre campagne est lancée contre Zemmour, le RN, ces fachos racistes qui récupèrent honteusement odieusement ignoblement en bons vautours ces « faits divers », ben voyons !

Instaurer une routine, voilà la clé du succès de cette macronie criminelle esclavagiste immigrationniste islamiste.

Aliocha

Encore la contradiction qui mène le fantasme au bas de sa pente, non, nous ne sommes pas encore en guerre civile.
Ce qui n'est qu'un détail effectivement, bien que tout à fait déplorable, ne confirme que les excès de notre télé-maghreb à nous, "c'est niouze" la bien nommée, qui elle aussi rêverait de voir légalisés ses désirs d'en découdre, ceux-là dont il est bon de rappeler qu'ils n'ont strictement rien à voir avec le droit, tiens, ça rime avec charabia.

Il serait donc indiqué de ne pas user du racisme pour s'en prémunir, au risque sinon comme tant de fois souligné d'user de ce qui nous protège pour nous exposer à cette immigration dont nous avons besoin, qu'il suffirait pour cela d'enfin savoir appliquer nos lois, notamment à nous-même.
On comprendrait ce qu'on dénie envers soi-même alors qu'on désire l'imposer aux autres, au risque sinon d'en France se retrouver au Rwanda, avec la ministre britannique démissionnaire d'avoir pour l'appliquer transgressé sa propre loi, n'exposant à l'air libre rien d'autre que la guerre civile de son propre cerveau qui risque effectivement, s'il ne sait pas résoudre sa propre contradiction, de finir aux bras de celui dont il pensait se prémunir, et dont il finira aux lendemains des sinistres défaites par s'apercevoir qu'il n'est autre que lui-même, piégé aux rets de sa propre liberté dont il aura usé pour l'offrir à ceux alors trop contents de n'avoir plus rien à faire pour la lui interdire.

La mouche du coche alors devra, le neuroleptique ne suffisant plus à calmer sa dépression terminale, passer à la kétamine pour anesthésier sa fièvre de cheval redescendu sans fin aux pentes de Sysiphe, désormais incapable de remonter la pierre devenue trop lourde de sa contradiction.

Robert Marchenoir

Il n'y a pas grand'chose à dire sur cet incident, qui n'est qu'un détail de la guerre menée par l'islam à l'Occident, comme dirait l'immense Jean-Marie Le Pen.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les habitants des pays occupés passaient-ils leur temps à déblatérer à perte de vue sur chaque civil tué ? Les Israéliens passent-ils leur temps à se tordre les mains sur chaque Juif assassiné par un terroriste "palestinien" ?

Non : ils discutent de la stratégie générale à adopter pour mettre fin à la menace génocidaire arabo-musulmane. Nous devrions en faire autant.

L'autre jour, j'écoutais, sur Radio Courtoisie, une émission consacrée à l'attentat. On allait y apprendre, affirma l'animateur, ce qui s'était "réellement" passé.

Comme si une radio d'opinion dépourvue de la moindre capacité d'enquête journalistique avait le pouvoir de faire des découvertes à ce sujet. Comme si l'on allait apprendre que le camarade Rajabpour-Létuétous était un apprenti cuisinier, qui tentait d'aiguiser son couteau en public à l'aide d'un marteau, lorsqu'un immigré philippin s'est bêtement interposé sur la trajectoire de l'ustensile.

Un obscur avocat "défenseur des victimes du terrorisme" avait été invité pour la circonstance. Ce fut l'occasion de vérifier à quel point le niveau a baissé dans toutes les professions un tant soit peu qualifiées.

À part bramer que c'était un scandâl, dâl, dâl (merci de m'indiquer quelqu'un qui trouverait que cet attentat est une bonne chose), la seule mesure concrète que ce "Maître" a proposée, ce fut la démission de Gérald Darmanin.

T'as raison, bonhomme. On est en pleine guerre (car la "guerre civile" ne va pas venir, elle est déclenchée depuis longtemps), et le mieux que tu trouves à proposer, c'est que le ministre de la Guerre démissionne au premier passant tué. Peut-on être plus bête ?

Même en Israël, les opposants à Benyamin Netanyahou (et ils sont nombreux) ne songent pas à réclamer son départ avant la fin de l'offensive en cours.

En fait, les "fachos" devraient porter Darmanin au pinacle. Il vient de réaliser l'un de leurs principaux fantasmes : s'assoir vigoureusement sur les décisions de la Cour européenne des droits de l'homme. Il a renvoyé un islamiste ouzbek dans son pays, en violation de l'opposition de la CEDH, et sans attendre la décision du tribunal administratif.

Commentaire du ministère de l'Intérieur : "La CEDH n'interdit rien de manière générale et absolue". Tiens donc ! Intéressante découverte... L'intérêt supérieur de la nation pourrait donc prévaloir sur les sentences idéologiques d'une bande de juges gauchistes internationaux sous le contrôle de personne ?

Et il suffirait de le... décider, sans même se donner la peine de répudier formellement la Convention européenne des droits de l'homme, comme l'a proposé l'ancien ministre de l'Intérieur britannique, tandis que d'autres hauts responsables de ce pays ont exprimé leur résolution à ne pas laisser la CEDH saboter la lutte contre l'immigration ?

De même que l'Afrique du Sud, ce pays dirigé par des Noirs qui ont inscrit la discrimination anti-Blancs dans la loi, s'apprête à répudier la Convention des Nations unies sur les réfugiés, afin de lutter contre... l'insupportable immigration illégale des Noirs ?

Un autre monde serait donc possible, un monde merveilleux de "fachos" et de "racistes", et nous l'ignorerions ? Même dans les organes de réinformation de l'esstrêm'drouâte ?

Je sais pas vous, mais moi, je le trouve à "l'ultra-droite", le camarade Gérald Moussa, fils de femme de ménage.

Serge HIREL

Qu’il s’agisse d’une conversation, d’une discussion, d’une dispute, d’un entretien, d’un interrogatoire, souvent, ce sont plus les silences que les paroles qui disent si l’interlocuteur ment ou non, s’il pense ce qu’il affirme, si l’on peut le croire sur parole, au moins lui accorder le bénéfice du doute. L’instant le plus révélateur est le « blanc » entre la fin de la question et le premier son de la réponse. Cela va du tac au tac à une suspension du temps de plusieurs secondes. Il est rare que celui qui cherche ses mots ne tente pas de trahir sa vérité. Il faut aussi parfois se méfier de la répartie trop rapide...

En revanche, le doute n’est plus permis lorsque, les yeux ailleurs ou vous fixant sans vous voir, votre partenaire ou victime, c’est selon, gagne du temps... « Vous posez une bonne question... ». Il panique ! Il faut alors porter l’estocade, achever de le stabiliser... « Je vous remercie... mais, dites-moi... ». Rares sont ceux qui, alors, ne gaffent pas. Les meilleurs vous opposent le hors-sujet, tentent une pirouette ou, se raclant la gorge, l’air un rien agacé, essaient sans broncher de reprendre le fil de leur discours, ignorant superbement votre impertinence.

Détecter ainsi le mensonge peut paraître rudimentaire. La méthode n’est certes pas scientifique, mais, pour qui est observateur, elle assure un premier tri, qui permet d’attendre les preuves. Néanmoins, loin s’en faut, je ne jure pas de son efficacité face à des bandits chevronnés, encore moins face à un terroriste qui, pour atteindre son objectif, doit d’abord savoir dissimuler. Chez les islamistes, la taqiya est une seconde peau... Et, que cela plaise ou non à nos psychiatres, psychologues, psychanalystes et autres praticiens experts ou prétendus tels, des méandres du cerveau, au fil des drames qui endeuillent la France, il est clair que leurs pratiques d’examen comportent de nombreux trous dans la raquette.

Ce n’est pas un reproche, c’est un constat... bien qu’il soit permis, me semble-t-il, de s’irriter des innombrables expertises, pas seulement médicales, qui se contredisent et, surtout, des conséquences de ces combats qui, trop souvent, révèlent des ego démesurés ou de minables crocs-en-jambe. Combien de juges d’instruction qui, après avoir ordonné expertise sur expertise, se trouvent encore plus dubitatifs lorsqu’ils les ont reçues et n’ont rien de plus qu’auparavant pour forger leur intime conviction ?

Le peu que l’on sache du parcours de l’auteur (bien réel et non « présumé ») de l’attentat du pont de Bir-Hakeim indique que la justice et la police, coincées entre l’obligation absolue de respecter la liberté du citoyen et les rapports d’expertise contradictoires, affaiblies aussi par le manque d’effectifs face à l’immensité de la tâche que représente le contrôle des fichés S radicalisés, ne pouvaient apporter qu’une mauvaise réponse au cas de ce djihadiste, qui, aujourd’hui, compte tenu de la cohérence de ses actes, paraît beaucoup plus manipulateur que malade mental.

Des dizaines, voire des centaines d’individus identiques traînent dans nos rues... Que faire pour qu’eux aussi ne bénéficient pas des carences des instances régaliennes de l’Etat, mais, surtout, de cette impossibilité de détecter médicalement leur vraie ou fausse démence, encore plus l’instant où ils passeront à l’acte ? Notre société n’a pas d’autre solution que d’appliquer le principe de précaution, qu’elle a inscrit dans sa Constitution.

Le projet de Darmanin de permettre aux préfets d’ordonner la poursuite de force des prescriptions médicales pour des individus ayant déjà fait preuve de signes de démence et de radicalité, donc d’ordonner leur enfermement au sein d’unités spécialisées, est un minimum. Il faudra probablement aller plus loin et protéger physiquement les Français des quelque 2 000 fichés S radicalisés et « fous ».
La rétention administrative bousculera un peu les droits de l’homme, mais beaucoup moins que la multiplication des scènes comme celle du pont de Bir-Hakeim.

Claude Luçon

@ Axelle D | 04 décembre 2023 à 17:26
"À moins que ce soit l'inverse !"

Axelle, qui a jamais cru la parole des curés ?
Il suffisait d'écouter les leçons de catéchisme et penser à Clochemerle dont parlaient nos parents ! Les curés on les "bouffait" alors ! Il faut avoir grandi en écoutant Edouard Herriot. Voilà quelqu'un qui savait utiliser la parole !
Encore que, il a écouté la parole (l'absolution) d'un curé lors de sa mort !

Solon

"L'état de droit classique ne les concerne pas." (PB)

Deux remarques:
- pourquoi une majuscule à "état" ? Ce n'est pas une institution mais une notion évolutive, fort heureusement.
- puisque le droit ne les concerne pas, pourquoi vouloir leur appliquer à tout prix (et à grands frais) des procédures et des garanties dont on sait qu'elles sont inefficaces ?

Il y a les Droits de l'Homme, de l'individu. Et les droits de tous les hommes à la paix et à la sécurité. Il faut choisir.

hameau dans les nuages

Je vous vois tous vous inquiéter, vous affoler et finalement monter dans les tours.
Pas de panique ! Monsieur Darmanin a tout prévu. Les camps de vacances pour migrants avec voyage en car vont débuter. Vous allez avoir le car pour Caen qui part à 7 et celui de Sète à 19, avec le chauffeur ce sera 20.

Nous allons vivre une époque formidable dans les campagnes.

Exilé

@ Michel Deluré | 04 décembre 2023 à 16:19
« On a le sentiment d'une incapacité chronique de la part de ceux qui nous dirigent à tirer les leçons des épisodes passés, à prendre les décisions courageuses qu'imposent cette menace terroriste pour éviter que ne se déroulent de nouveaux épisodes, pourtant inévitables s'ils n'agissent pas. »

L'explication est simple : ils ont peur.

Peur de leurs « petits protégés » en dépit de tous les cadeaux qu'ils leur font, des passe-droits qu'ils leurs dispensent, des indulgences imméritées qu'ils leur accordent, des peines judiciaires qu'ils leur épargnent, des offenses qu'ils feignent de ne pas voir, des caresses dans le sens du poil qu'ils leur prodiguent généreusement et des coups de bâton qu'ils font tomber sur le dos des Français historiques plutôt que sur le leur, pour leur prouver de quel côté ils se trouvent.

Peur aussi des Français sans histoires qui depuis les Gilets jaunes grondent de plus en plus à force d'être considérés comme des moins que rien taillables et corvéables à merci pour entretenir les précédents, réparer sans cesse les destructions qu'ils ont causées, et juste bons à subir sans mot dire le racisme dont ils font preuve et à surtout pleurer en silence les morts et autres victimes qu'ils ont entraînées chez eux, mais dont la patience remarquable aura bien une limite un jour ou l'autre.

Marcel P

@ Ugo

Belle prouesse. Sur un sujet sur les terroristes qu'il faudrait ne pas croire, vous nous proposez la défense des terroristes du Hamas qu'il faudrait croire sur parole, via l'avis d'une infirmière de l'association belge Médecins sans frontières, la même qui défend par ailleurs l'immigration clandestine en Europe en contestant le droit pour l'Europe de s'en prémunir.

MSF, vous savez, l'ONG qui s'est récemment fait le porte-voix de l'intoxication du Hamas sur le tir sur l'hôpital Al-Ahli Arabi.

L'ONG qui d'ailleurs est tellement occupée à condamner les frappes de l'armée israélienne qu'elle n'a pas un mot à dire sur les enfants kidnappés, violés et abattus par le Hamas.

Ci-dessous une tribune d'Alain Destexhe, ex-secrétaire général de Médecins sans Frontières qui accuse l'association de participer à la manipulation du Hamas
https://www.causeur.fr/a-gaza-medecins-sans-frontieres-participe-helas-a-la-manipulation-du-hamas-268079

Vous nous parlez aussi de l'avocat Gilles Devers. Là encore, un joyeux camarade d'ONG qui a travaillé mandaté par l'Autorité palestinienne. Avocat du Hamas selon le Monde. C'est donc un entretien à ne pas ignorer dites-vous. Et pourquoi pas ?

Michelle D-LEROY

"La déradicalisation est un leurre.
La folie est souvent un masque." (PB)

Bien sûr que tout cela est un habillage pour masquer la réalité du fanatisme islamique.
Et il y a les affaires qui défrayent la chronique comme on a l'habitude de dire, mais il y a presque quotidiennement des crimes dont on parle moins. Samedi, à Nantes, un supporter nantais a été tué au couteau par un chauffeur de VTC par exemple.

Mais tant qu'on dissimulera la réalité pour ne vexer ni l'U.E., ni nos créanciers du Golfe, ni les Français qui ferment les yeux, ces exaltés continueront d'agir.

Pourtant les J.O. approchent et tout reste à craindre.

------------------------------------------------------------------

@ Axelle D le 4 décembre à 00.17 h

Entièrement d'accord avec tout votre commentaire. Rien à ajouter ou à retrancher.

Axelle D

@ Claude Luçon | 04 décembre 2023 à 17:03
"Même les curés ne croient plus leurs dévots lors de la confession !"

À moins que ce soit l'inverse !

Claude Luçon

"Les troubles psychiatriques et neurologiques dont le mis en cause a paru souffrir ont fait l'objet d'un traitement médicamenteux arrêté au mois de mars 2022 en accord avec le médecin, puis au mois d'août d'un suivi psychologique et d'une injonction de soins" (PB)

Nous avons maintenant les détails du parcours et du pedigree de cet assassin.
Le parcours systématique, logique, qu'il a suivi montre qu'il n'est pas plus fou que nous !

Le premier rapport du Procureur indiquait qu'il communiquait en arabe or il est de souche iranienne, où l'on parle farsi. Il a donc dû apprendre l'arabe, en France ?

Il y avait là un plan et une méthode parfaitement pensés.
Et nos bavards persistent à le croire !

"Surtout, ne jamais, jamais, les croire sur parole. (PB)

Même les curés ne croient plus leurs dévots lors de la confession !

Exilé

Avec ces innombrables néo-Français naturalisés comme on baptiserait une armée de païens à la lance à incendie mais qui haïssent la France et les Français en finissant par se comporter comme un peuple étranger envahisseur partageant avec les habitants historiques un pays qui est d'abord celui de ces derniers, l'avenir s'annonce plutôt sombre.

Au lieu d'empiler des générations de plus en plus agressives d'ayants droit dénués de devoirs envers ce qui est sur le papier leur pays quand ils ne le combattent pas, ne conviendrait-il pas de créer une nationalité « à points » destinée à éviter les risques de conflagration générale, en facilitant les expulsions en cas de crimes et délits ?

Michel Deluré

Nouvel épisode tragique d'une série que nous ne connaissons malheureusement que trop bien avec un scénario dont les ingrédients sont hélas toujours les mêmes ! Il nous faut supporter à intervalles réguliers la litanie des mêmes causes (radicalisation, fiché S suivi par les services concernés, ex-détenu, objet d'une OQTF non exécutée, troubles psychiatriques...) qui produisent systématiquement les mêmes drames et détruisent des vies innocentes. Alors suivent la compassion, les belles paroles, les promesses... en attendant que demain, après-demain, lors des prochains JO, s'écrive dans le sang l'épisode suivant.

On a le sentiment d'une incapacité chronique de la part de ceux qui nous dirigent à tirer les leçons des épisodes passés, à prendre les décisions courageuses qu'imposent cette menace terroriste pour éviter que ne se déroulent de nouveaux épisodes, pourtant inévitables s'ils n'agissent pas.

Que ceux qui sont en charge de notre sécurité, que tous les politiques, ouvrent enfin les yeux, qu'ils ne soient pas victimes des leurres dont usent si habilement les islamistes, qu'ils mettent de côté leur angélisme pour faire enfin preuve de lucidité afin d'éradiquer ce mal qui a pour nom terrorisme.

Ugo

Vaste sujet monsieur Philippe Bilger mais vous avez raison il ne faut pas les croire. Mais il n'y a pas qu'eux. Nouvelles de Palestine :

À Gaza, les hôpitaux se transforment en morgues et en ruines. Cela doit cesser selon Médecins sans Frontières :

https://www.lalibre.be/debats/opinions/2023/12/04/a-gaza-les-hopitaux-se-transforment-en-morgues-et-en-ruines-cela-doit-cesser-6FQDEGF2IJHURG2V7BIOZSCWEE/

Il y a aussi un entretien, à ne pas ignorer, avec l’avocat Gilles Devers qui a déposé, avec un groupement d'avocats internationaux, une plainte auprès de la CPI :

https://www.youtube.com/watch?v=XRwwWkCrr3g

lucas

Quelle tristesse pour ce touriste allemand et pour les blessés.

Dans les capitales européennes, même les paisibles visiteurs ne sont pas à l'abri de radicalisés.

Nous verrons bien ce que disent les experts psy lors du procès. Au moins aurons-nous des informations actualisées sur l'état mental d'Arman Rajabpour-Miyandoab.

Enfin, on peut se bercer d'illusions en écoutant naïvement les donneurs de leçons: lorsque Marine Le Pen sera à l'Elysée et Bardella à Matignon, ce type d'attaques n'aura plus lieu en France !

Reguin

Peine de mort pour les terroristes.

glw

"Darmanin et les terroristes maboules"
Voilà une série bien française qui dure depuis quelques saisons, malheureusement les épisodes se suivent et se ressemblent. On devine déjà les dialogues et la seule incertitude reste le nombre de participants à la marche blanche.
Tout a déjà était dit et redit sur ce genre d'événement, tout va bien. Dormez tranquilles braves gens !

PAUL

À terme nous n’échapperons pas à une législation sur le mensonge. Trahir sa parole est puni par les tribunaux américains et je ne vois pas pourquoi les laudateurs de la pensée américano-européiste s'y opposeraient. Un menteur ment à tout le monde et un traître trahit tout le monde, nos politiques devraient retenir cette leçon !

PITE

L’annonce de ce énième assassinat a été un modèle dans sa présentation par les médias. D’abord il est français, il se prénomme Armand ! Sans préciser bien sûr son patronyme, assez éloigné de Martin/Dupont/Durand tout de même ; et il est ou avait eu un suivi psy...
Ouf ! Pas de référence Maghreb Sahel islam et c’est un irresponsable, le suivi psy l’innocente car il ne se rendait pas compte de son acte.

Bref, dès qu’une de ces barbaries se réalise, automatiquement apparaît sur les écrans les experts encartés camp du bien qui nous expliquent qu’au stade de l’enquête, on ne peut attribuer l’horreur commise aux habituels adeptes du couteau que tout le monde soupçonne à juste titre. Et que bien sûr, l’extrême droite va récupérer l’affaire.

L’assassinat de Thomas fut un modèle du genre pour dédouaner de suite les suspects arrêtés.
Je ne comprends pas comment tous ces aveugles volontaires de la réalité ne se rendent pas compte que leur démarche est contre-productive.

Achille

« Arman Rajabpour-Miyandoab, Franco-Iranien âgé de 26 ans, fiché S pour islamisme radical, armé d'un couteau et d'un marteau, a tué à Paris dans la soirée du 2 décembre un touriste allemand et blessé deux autres personnes. » (PB)

Armand c’est un beau prénom français ça, me semble-t-il ?
Si maintenant les terroristes se mettent à se cacher derrière des prénoms bien de chez nous, cela va devenir difficile de les repérer.

En fait, en allant sur Twitter (X) j’ai lu qu’il ne se prénommait pas Armand, mais Imam contrairement à ce qu’affirment certains médias. À vérifier !

revnonausujai

Eh bien, moi j'y crois au problème psychiatrique !
Il est tellement évident qu'il faut en avoir un sacré grain pour croire aux sornettes à Momo pour arriérés et les prendre au pied de la lettre jusqu'à passer à l'acte...

Conséquence : tout islamiste sous camisole ; bonus, compte tenu de l'ampleur du besoin en équipements, ça relancerait la filière textile !

Vamonos

Paroles et paroles et paroles et paroles
Paroles et encore des paroles que tu sèmes au vent.
Dalida

Les terroristes et leurs alliés de circonstances sèment des paroles au vent de l’histoire.
Pour le touriste allemand condamné à mort et exécuté, Paris n’a pas été une fête mais son tombeau.

Pour rappel, une majorité de Français est pour le rétablissement de la peine de mort.

Ellen

Une source policière de haut rang confirme que le prénom de naissance de l'assaillant terroriste islamiste qui a tué un touriste allemand et blessé deux autres personnes samedi 2 novembre près de la tour Eiffel était bien Iman Rajabpour-Miyandoab, né en mars 1997 de parents Iraniens, et non Armand comme présenté par la presse française.
https://www.valeursactuelles.com/societe/attaque-a-paris-le-terroriste-franco-iranien-armand-rajabpour-miyandoab-sappelait-iman-jusquen-2003

Axelle D

Cet individu aurait dû être déchu de la nationalité française et expulsé de longue date en Iran.

Mais qu'attend ce gouvernement pour faire le ménage et virer toute cette racaille islamiste à la première condamnation, à la première alerte ? Sachant qu'ils sont des centaines comme lui bien connus de la DGSI, qui, hélas ne peut que les suivre et les contrôler en attendant le passage à l'acte.

On les chouchoute en prison, on les soigne, on tente de les réhabiliter alors qu'ils sont tous en contact, semant leur poison, prêchant leur culture de mort, faisant de plus en plus d'adeptes prêts à prendre le relais pour tuer aveuglément, égorger, détruire...

Alors qu'il faudrait leur retirer illico la nationalité française et les virer au lieu de dépenser un pognon de dingue pour ces racailles terroristes irrécupérables qui n'ont pas leur place chez nous...

Mais sans une volonté politique ferme, constante et intransigeante pour mettre un terme à cette situation hallucinante d'inconscience et de laxisme, on n'en sortira pas !

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Une fois de plus, on noie le poison islamiste dans l'amère mais apaisante psychiatrisation de rigueur.

À l'insu de notre plein gré, on fourre donc tous paresseusement la tête dans le sable jusqu'à l'effondrement du château de cartes.

Ellen

La mère de ce terroriste fiché S avait signalé son fils aux autorités fin octobre 2023. Rien n'y a fait, Darmanin l'a laissé libre mais sous surveillance jusqu'à ce qu'il tue une personne et en blesse deux autres. En effet, ça pose un problème de suivi psychiatrique, de suivi par les renseignements généraux sur les islamistes radicalisés et ceux qui prêtent allégeance aux djihadistes.
Combien sont-ils à prospérer en silence jusqu'au passage à l'acte ? Personne ne le sait.
L'ampleur des menaces terroristes sur notre sol est en évolution constante.

Une fois de plus, ce ministre de l'Intérieur n'a toujours rien compris. Gérald Darmanin réclame aux autorités une injonction de soins ; ça suffit !

Exilé

« Armand Rajabpour-Miyandoab, Franco-Iranien »

Il y avait longtemps qu'on ne nous avait pas fait le coup !
Nous reconnaissons ici l'obsession de l'impayable M. Darmanin qui cherche absolument à nous persuader - ou du moins les benêts s'il en reste - que tous les as du maniement du couteau qui multiplient leurs exploits en France portent en grande majorité des prénoms français et sont accessoirement français, mais tout le monde l'est désormais, n'est-ce pas ?

Il serait plus logique que cet « Armand » soit plutôt un « Arman » (prononcer Armane) qui est un prénom persan ou turc.

Puisque ce blog évoque parfois la chanson, ici dans le genre réaliste, voici Pierre Vassiliu dans "Armand" (live officiel). Archive INA :

https://www.youtube.com/watch?v=tqnJJP3-qEA

Que c'est beau la culture...

Claude Luçon

LE BLOG DE PHILIPPE BILGER - MAGISTRAT HONORAIRE - PRÉSIDENT DE L'INSTITUT DE LA PAROLE

"Surtout, ne jamais, jamais, les croire sur parole." (PB)

Clairement il y a "parole" et "PAROLE" !

Il ne faut jamais croire qui que ce soit sur parole, nous en avons des exemples fréquents sur ce blog !
Au mieux faire semblant de croire mais vérifier... la parole !

Ou alors il faut légiférer sur le mensonge, comme aux USA !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS