« Il préside, nous attendons... | Accueil | La pétitionnite, une grave maladie ? »

07 janvier 2024

Commentaires

Robert Marchenoir

@ Deviro | 20 janvier 2024 à 23:21

En rhétorique écrite, je ne sais pas, mais en bon français, ça s'appelle du f... de g...

En anglais, ça s'appelle "la marmite qui reproche à la théière d'avoir le cul tout noir".

Deviro

Requête à Patrice Charoulet.
En rhétorique écrite, comment peut-on qualifier, ou nommer, une calomnie ou une diffamation écrite intentionnellement au conditionnel par son auteur pour donner l'impression que ce n'est qu'une hypothèse, une question posée, une supposition, une rumeur ou un bruit qui court ?

Par exemple : "Gabriel Attal, il semblerait que ce soit le mignon du président ! Dommage car sans cela, ayant manifestement culture, intelligence et qualités humaines, il aurait pu faire son chemin" etc.

Et devant le tollé, ce conditionnel permet alors de botter en touche, l'auteur étant satisfait(e), l'allusion ne manquant pas de laisser des traces, c'est une loi du genre...
Sa réponse ?
"À ceux qui ne savent pas lire un commentaire sans l'interpréter en mauvaise part pour discréditer, voire salir son auteur en lui prêtant leurs propres travers et méchanceté, je tiens à préciser ce qui suit :
Primo : j'ai écrit mon post au conditionnel : "il semblerait" etc."

Ce conditionnel est-il : insidieux, sournois, allusif, vicelard, crado, dégueu, pourri, je ne sais, d'où ma requête pour trouver un nom à cette "figure de rhétorique" !

Si j'avais écrit "Axelle D semblerait atteinte de démence sénile", j'aurais pu répondre aux réactions scandalisées de la dame : "À ceux qui ne savent pas lire un commentaire sans l'interpréter en mauvaise part pour discréditer, voire salir son auteur en lui prêtant leurs propres travers et méchanceté, je tiens à préciser ce qui suit :
j'ai écrit mon post au conditionnel"... CQFD !

Je remercie Patrice Charoulet de bien vouloir s'infliger ce pensum !

Marcel P

@ revnonausujai
« Avec la dissolution de l'Assemblée, la démission de Narcisse Ier... »

Mais de quoi parlez-vous ? Le gouvernement a fait passer une réforme des retraites et une loi Immigration. Quel blocage ? On ne peut pas pleurer sur le 49.3 en se plaignant que ça bouge puis ensuite se plaindre que ça ne bouge pas.

« On aurait pu espérer que, une fois n'est pas coutume, Macron soit lucide ; la nomination d'une figurine, Ken ou Barbie au choix, ne résoudra rien. »

Et pourtant personne n'arrive réellement à proposer d'alternative crédible. Crédible de manière large, pas juste pour votre bande de potes.

-----------------------------------------------------------

@ hameau dans les nuages
« L'Elysée devenant la cage aux folles depuis 2018 relève de la provocation. Cela va mal finir, outre le fait que nous sommes la risée du monde. »

Ah qu'on était bien représentés du temps de François Hollande et Ségolène Royal. Nous n'étions pas du tout la risée du monde. Et le monde est si parfait tout autour de nous. Il y a beaucoup de pays qui peuvent se permettre de donner des leçons.

------------------------------------------------------------

@ Serge HIREL
« Pauvre France... Elle en est réduite à être gouverné par « le moins pire »... C’est très exactement ce qui n’est plus supportable »

Elle n'y est pas réduite, elle ne fait que cela depuis au moins les années 1980. C'est insupportable ? Et ensuite ? Vous allez décréter un changement ?

Je ne me suis jamais reconnu dans le courant représenté par Macron, je suis très critique de l'impact du macronisme sur la vie politique française.

Tant qu'il n'y aura pas moins pire, il faudra bien vous y faire.

« C'est le drame du RN d'avoir un électorat pareil
Vous n’insultez que 13 millions de citoyens français... »

Mon message est très explicitement adressé à anne-marie marson, dont j'ose espérer qu'on ne trouve pas 13 millions d'exemplaires en France. Rassurez-vous. Ancienne coco, toujours la larme à l'oeil en rêvant de l'Armée rouge, qui ne manque aucune occasion de faire l'ultra-droite la plus bête, au secours !

Relisez cette phrase. C'est le drame DU RN. C'est un drame POUR LE RN autrement dit. Il me semble que la phrase suivante explicitait le propos.

Le sujet n'est pas de définir l'électorat du RN mais de voir à quel point ceux qui s'en revendiquent très explicitement lui font une contre-publicité.

Pendant très longtemps, l'épouvantail, c'était Jean-Marie Le Pen. Logique, il ne voulait pas le pouvoir. Une part de son fan-club déplaisait, les gros bras néo-nazis oscillant entre FN et PNFE, aussi, même si dès les débuts ils étaient tenus à l'écart même en interne. Mais à quoi ça sert que Marine Le Pen fasse tout pour normaliser son parti, ce qui avait outragé une partie de la vieille garde moisie aux débuts, si c'est pour maintenant avoir une masse de supporters qui pavoisent en refaisant du Jean-Marie Le Pen plein gaz ?

Une fois encore : qui voudrait s'y associer - et donc avoir des représentants qui vont aussi devoir satisfaire ces gens-là ?

sylvain

"C'est le drame du RN d'avoir un électorat pareil" (Marcel P)
"Vous n’insultez que 13 millions de citoyens français..." (Serge HIREL)

Au contraire, moi qui suis au minimum RN, maxi ultra droite, je prends cela comme un compliment de voir que je gêne toutes cette racaillerie gauchiasse, c'est même une Légion d'honneur, la même que celle de Depardieu que je kif de ouf ! Seul inconvénient mais de taille XXXXL, comme je l'agrafe sur ma braguette, faut pas que je traverse mon slip sinon... aïe !

Au passage j'ai joui à donf quand j'ai vu à la (Allah) télé le salut fasciste géant en Italie, quel bonheur ! La gauchiasserie a déjà dû porter plainte contre la télé italienne pour apologie du fascisme racisme mussolinisme etcétérisme.

Merci cher Serge Hirel, vous êtes ma source d'inspiration quand je suis en panne d'idées.

hameau dans les nuages

@ Lodi | 11 janvier 2024 à 06:49
"Gardez votre chemin, se dérouter, ici, n'a rien de romantique ou de beau comme d'errer dans les forêts, fascinés par les chemins voire tout dénivelés de terrain les évoquant moins que les replis de la terre."

Je suis parfaitement d'accord avec vous. Depuis quarante années, par ma volonté, j'ai choisi d'avoir les pieds sur terre, dans la glaise même. Mais vous comprendrez que sentir les remugles jusqu'ici des écuries d'Augias commence sérieusement à énerver les gens. L'Elysée devenant la cage aux folles depuis 2018 relève de la provocation. Cela va mal finir, outre le fait que nous sommes la risée du monde.

revnonausujai

@ Marcel P | 10 janvier 2024 à 16:14
"Oui, c'est le principe. Vous pensiez que le président allait changer ? Et vu les tocards proposés en alternative, que vous soutenez, le choix du moins pire fait que cette situation risque de perdurer."

Avec la dissolution de l'Assemblée, la démission de Narcisse Ier serait l'une des rares solutions à la crise politique due à l'absence de majorité solide à l'AN. On aurait pu espérer que, une fois n'est pas coutume, Macron soit lucide ; la nomination d'une figurine, Ken ou Barbie au choix, ne résoudra rien.

Quant à faire pis au détriment de la France qu'un européiste fanatique, il n'y a que Merluche ou un échappé d'asile psychiatrique qui puisse y prétendre.

Lodi

@ hameau dans les nuages | 11 janvier 2024 à 00:00

Je ne vérifie pas, je finirais par tomber sur quelque confirmation médiatique si c'est vrai, c'est le plus souvent ainsi que je traite l'écume, seule celle qui arrive jusqu'à mon rivage me reste.
Je pense que si Gabriel Attal en dit autant, c'est pour trouver un peu de compréhension - peine perdue...

Et parce que je suppose qu'il sait qu'il y a un public pour ça : moi, personnellement, je ne connaissais pas les derniers développement, par contre, je n'ai pas pu ignorer qu'il y avait une affaire Delon.
Je me demande bien ce que feraient les médias et de quoi parleraient les gens si les célébrités se mettaient à être vertueuses, discrètes et heureuses.
De calomnies ? On aurait pu douter de l’attractivité de la fumée sans feu avant le développement des fake news, plus aujourd’hui.

Bref, les médias ne font que servir aux gens ce qu'ils désirent, à la merci de leur public.
Les célébrités aussi. Une offre rencontre une demande et ça devrait me choquer ? Il faudrait que je le sois par l'économie de marché. Tout cela est soporifique, mais il ne faut pas que je me rendorme.

Tiens, puisque je suis là, adressons-nous à notre nouveau Premier ministre ou tout autre responsable, pour inciter à se servir de son rang contre les lynchages et pour le relèvement du niveau des études, dans notre pays et tout autre problème, d'ailleurs, plutôt que de se perdre.

Il n'y a pas de dragon et vous n'êtes pas Ségurant !

Et puis, la véritable trace à laisser est de changer le monde en mieux, si je comprends que des besoins affectifs et/ou politiques puissent pousser à se servir de ses failles.
Vous savez sans doute que les failles, ténèbres et médias ont un côté fascinant, et qu'on peut s'y perdre.

Gardez votre chemin, se dérouter, ici, n'a rien de romantique ou de beau comme d'errer dans les forêts, fascinés par les chemins voire tout dénivelés de terrain les évoquant moins que les replis de la terre.

Achille

@ Axelle D | 10 janvier 2024 à 20:49
« Faites gaffe quand même : je me demande si à force d'adulation, d'encensement et d'adoration aveugle, vous n'allez pas finir par desservir et porter la poisse à vos idoles. »

Vous m’accordez beaucoup d’importance, ma chère Axelle. Sur ce blog où les opinions sont gravées dans le dur chez certains contributeurs, j’imagine mal réussir à faire basculer quiconque dans le camp macronien. Et d’ailleurs je ne le cherche pas.
Je me contente de donner mon avis avec la modestie et la simplicité qui me caractérisent. Rien de plus. Cela ne vous a sans doute pas échappé ! :)

Serge HIREL

@ Marcel P | 10 janvier 2024 à 16:14
« le choix du moins pire [Macron] fait que cette situation risque de perdurer. »

Pauvre France... Elle en est réduite à être gouverné par « le moins pire »... C’est très exactement ce qui n’est plus supportable. Et « le moins pire » ose appeler les Français au « réarmement civique » ! Nous avons atteint le royaume d’Ubu...

« C'est le drame du RN d'avoir un électorat pareil »

Vous n’insultez que 13 millions de citoyens français...

hameau dans les nuages

@ Lodi | 10 janvier 2024 à 23:13
"too much"!

Maintenant c'est la vidéo de ses confidences lorsqu'il annonce à son père sur son lit de mort qu'il est homosexuel... On va tout savoir.
Non, sérieux ! On rentre là dans le soap opera...

caroff

@Tipaza 17h04
"J'utilise le mot baraka, parce qu'il suppose plus que de la chance, il suppose une autre chose que la simple chance."

De toute évidence, il me semble possible d'évoquer Macron qui, lui aussi a bénéficié d'une certaine baraka avec l'affaire Fillon révélée par le Canard !
Attal a bénéficié du piètre bilan de Darmanin qui en outre ne fait pas dans la finesse, et de l'absence de charisme de B. Le Maire qui est une sorte d'éteignoir.

----------------------------------------------------------


@ Axelle D 16H16
"Voudriez-vous laisser entendre que pour le jeune Gabriel le vol d'Icare a déjà commencé ?"

Aura-t-il un bon parachute pour éviter la dislocation ?

Lodi

@ hameau dans les nuages
"Il ne me plaît pas que l'on se répande adulte via des vidéos sur les malheurs de la petite Cosette pour passer pour une victime d'hétérosexuels vulgaires et faire pleurer dans les chaumières du XVIe arrondissement."

Ce qu'on est enfant détermine ce qu'on sera adulte.
Si on n'a pas reçu de compassion alors, il se peut qu'on en cherche plus tard. Et je ne pense pas que la compassion soit réservée au XVIe. Pour ce qui concerne la vulgarité : je pense que quand les gens sont en meute, ils ne font pas vraiment dans la distinction, et cela quelle que soit leur arrondissement, mœurs ou autres caractéristiques.

"D'autant plus quand on se dit harcelé via des réseaux sociaux qui n'existaient pas encore à l'époque ou à l'état d'ébauche."

Il se trouve qu'on parle du harcèlement scolaire parce qu'il se prolonge sur Internet.
Notre pauvre pays ne réagit jamais qu'à une aggravation, s'étant depuis des lustres soumis à un phénomène que l'habitude tendait à faire accepter alors qu'il n'est pas acceptable.

Je suppose donc que notre Premier ministre se sert des prémices d'un phénomène lui étant arrivé pour tenter de le combattre dans le présent.

"Un peu de tenue que diable"

Ne manquent de tenue que les persécuteurs et ceux qui se soumettent à eux.
Je pense pour ma part que notre héros a manqué de prudence en dévoilant non pas une mais deux vulnérabilités : homosexuel dans un monde où cela infériorise encore, et persécuté dans l'enfance en en faisant état, de sorte que certains doivent être doublement tentés de le piétiner.

La question est : pourquoi ?
Affirmation de son identité, solidarité avec des gens partageant ses caractéristiques ? Il pourrait y avoir l'idée d'attirer la sympathie, mais alors, je vous le demande, pourquoi ?
N'a-t-il pas vu l'envers du décor, la nature humaine par les deux caractéristiques dont nous parlons, sans parler de la politique ? S'il comptait là-dessus, je vois un sacré manque de lucidité dans sa démarche, ce qui m’inquiète et pour eux, et pour la nation.
Espérons qu'il n'ait pas été si naïf.

Quoi qu'il en soit, il y avait en tout cas dans sa démarche l'idée d'aider les autres.
Moi, le manque de tenue, humain trop humain, ce serait s'il oubliait les malheureux, enivré par le pouvoir presque suprême !

En passant, je plains aussi bien des gens commettant des fautes morales... À force de faire honte pour des choses indifférentes, on ne doit pas se plaindre, par exemple, on oublie la justice, la compassion, la loyauté, enfin bref, mieux vaut la paille que la poutre, pour les gens.

Votre réaction aura du moins le mérite d'exemplifier ce que je dis toujours : il ne faut pas confier ses faiblesses, faire confiance à ses semblables et autres erreurs du même genre.
Ou du moins ne doit-on s'y hasarder qu'avec des confidents choisis. Et si possible, pas si on soupçonne que la conversation risque d'être surprise. Ce n'est pas la tenue qui manque à Gabriel Attal, mais la prudence, c'est évident, pour moi.

Notre hôte a écrit :

"Il n'a pas été épargné par des vilenies déversées sur son caractère et sa vie intime par un ennemi d'enfance, Juan Branco, qui le harcelait à l'école primaire et le poursuit encore aujourd'hui de sa haine maladive. Il s'en était remarquablement sorti avec une émotion non feinte en intervenant sur TF1 dans l'émission Sept à Huit."

Et moi je dis que même si personne n'a contredit directement notre hôte, il est facile de minorer, indirectement, ses dires.
Et dans tous les cas, signifier à Gabriel Attal de se taire en prétendant qu'il manque de tenue.

Non, de prudence.
Tous ceux qui ont persécuté d'autres enfants à l’école, tous ceux prêts à taper sur n'importe quel politicien par ressentiment contre les politiques en général, tous ceux qui en veulent à Macron, tous ceux qui n'apprécient pas trop les homos, surtout ceux qui ne rasent pas les murs...
Cela en fait des gens prêts à le dénigrer par principe.

C'est injuste pour lui. Et risque d'en impacter d'autres : si on fait ce qu'il faut pour rendre les gens amers, il ne faut surtout pas attendre d'eux qu'ils aident les autres. On aura donc les politiciens dont on critiquera les comportements auxquels on les aura poussé.

Le peuple est souverain, tout citoyen, roi, part de la souveraineté : il serait bon qu'il agisse avec le fameux noblesse oblige réclamé, à juste titre, en priorité, des chefs, mais qui échoie aussi à n'importe qui pourvu de cette éminente dignité.
Nous sommes des libres, des citoyens, soit des statuts loin d'être universels, dans le temps et dans l'espace. Tentons d'agir avec la noblesse qu'ils confèrent.
De la tenue !

Axelle D

@ Achille | 10 janvier 2024 à 18:10

Sacré Achille !
Tellement prévisible que dès les premières lignes on vous a reconnu sans avoir besoin de voir la signature.
Faites gaffe quand même : je me demande si à force d'adulation, d'encensement et d'adoration aveugle, vous n'allez pas finir par desservir et porter la poisse à vos idoles.

ram222

En bref : c'est Emmanuel Macron qui gouvernera !

hameau dans les nuages

@ Lodi | 10 janvier 2024 à 14:09

Il ne me plaît pas que l'on se répande adulte via des vidéos sur les malheurs de la petite Cosette pour passer pour une victime d'hétérosexuels vulgaires et faire pleurer dans les chaumières du XVIe arrondissement.

D'autant plus quand on se dit harcelé via des réseaux sociaux qui n'existaient pas encore à l'époque ou à l'état d'ébauche.

Un peu de tenue que diable.

https://www.youtube.com/watch?v=L1N3WXZ_1LM&ab_channel=LesInconnus

Achille

Amusant ces petites prédictions que l’on peut lire de la part de certains commentateurs.
Je crains que ces haruspices en herbe n’aillent au-devant d’une grande désillusion.
On se croirait sur le plateau de Pascal Praud avec Karim Zéribi, Nathan Devers, sans oublier Olivier Dartigolles.

Gabriel Attal est nommé depuis 24 h et déjà toutes les conjectures pleuvent sur lui, annonçant les pires tourments.
Heureusement comme dit un vieux dicton arabe : "Les chiens aboient, la caravane passe". :)

Ellen

@ Axelle D | 07 janvier 2024 à 02:28
"Gabriel Attal, il semblerait que ce soit le mignon du président !"

Brigitte surveille de près. Si trop tactile, Emmanuel se fera rappeler à l'ordre. À la maison c'est elle la cheffe et son petit chéri a intérêt à bien se tenir. (Juste pour rire.)

Tipaza

@ caroff | 10 janvier 2024 à 12:15
"Attal fera-t-il mieux que Fillon ou Raffarin ou même que le jeune Fabius... ?

Au risque de vous surprendre, je pense qu'il s'en sortira mieux.
Pourquoi ?
Parce que ce jeune homme a la baraka, c'est une évidence. Il a chaque fois esquivé les moments difficiles de la vie politique.
Un peu comme un Don Juan qui ne connaîtrait des femmes que les premiers instants d'abandon, et qui éviterait ensuite la réalité de la vie commune, qui est toujours moins rose dès que le ciel est moins bleu. ;-)

Je sais bien que parlant de baraka j'aborde un sujet largement irrationnel, mais la vie politique est irrationnelle, la vie normale et complète aussi d'ailleurs.

Il s'en sortira mieux au début, c'est le sort de ceux que la baraka protège.
Et puis au fil du temps, l'hybris des victoires faciles lui fera oublier que s'il est responsable de ses actes, il n'est pas entièrement responsable de ses succès qui dépendent… d'un je ne sais quoi, chacun y mettra ce que bon lui semble.

Il outrepassera ce que les dieux, les djinns et autres fées lui auront octroyé, et il trébuchera devant une réalité qui le dépassera ou un autre nouveau porteur de baraka.

C'est un peu ce qui se passe pour Macron qui quoi qu'on en dise cède le pas devant le jeune Gabriel, appelé en renfort pour éviter une déroute aux européennes.

J'utilise le mot baraka, parce qu'il suppose plus que de la chance, il suppose une autre chose que la simple chance.
Comme Mitterrand, je crois aux forces de l'esprit, c'est le seul point commun que j'avais avec lui.

Je ne me souviens plus qui a dit :
"Le hasard c'est ainsi qu'on appelle la logique divine".

Robert

Quelques observations complémentaires à mon précédent commentaire.

Ma première constatation est que, dans la nomination de monsieur Attal, nous sommes dans un trompe-l’œil habituel chez monsieur Macron. En effet, à l'inverse de monsieur Philippe et pareillement aux Premiers ministres qui lui ont succédé, monsieur Attal ne choisira pas son directeur de cabinet puisqu’il sera désigné par le Château. Dès lors les directives lui seront directement données par le vrai Premier ministre, celui de l'ombre, à savoir monsieur Kohler. C'est ainsi que monsieur Attal s'est vu contraint d'honorer les rendez-vous pris dans le Pas-de-Calais par madame Borne à la demande du président de la République, alors qu'à sa prise de fonction le nouvel impétrant est censé se consacrer à la constitution de son gouvernement conformément aux dispositions de l'article 8 de la Constitution.

Ma deuxième constatation est la goujaterie avec laquelle monsieur Macron a congédié madame Borne dans la mesure où il lui a demandé de lui transmettre sa lettre alors même que son successeur n'était pas encore nommément désigné. On ne saurait signifier autrement qu'elle était quantité négligeable.

Il me souvient d'un commentaire, me semble-t-il à la suite de l'adoption de la loi sur l'immigration, dans lequel j'évoquais, compte tenu de la manière dont monsieur Macron a exigé l'adoption de ce texte, qu'elle aurait alors dû en vraie politique démissionner aussitôt après, un peu à la manière d'un Jacques Chirac en 1976. Elle aurait alors évité l'affront qu'il lui a infligé. Mais sa loyauté d'ancien haut fonctionnaire l'en a sans doute dissuadée, affront qu'elle a tenté de laver par la rédaction qu'elle a adoptée pour sa lettre de démission par réminiscence de celle de monsieur Rocard en son temps.

Ma troisième observation se rapporte à ce que le Palmipède de ce jour a intitulé "La leçon du professeur Fabius". Comme suite à la transmission par le président de la République du texte de la loi Immigration, notamment en se référant à la déclaration présidentielle dans l'émission "C à vous", monsieur Fabius s'est ainsi exprimé : "Monsieur le Président, le Conseil constitutionnel n'est pas une chambre d'écho des tendances de l'opinion publique, il n'est pas non plus une chambre d'appel des choix du Parlement, il est le juge de la constitutionnalité des lois", déplorant encore "une certaine confusion, chez certains, entre le droit et la politique" et rappelant en outre la phrase de monsieur Badinter "Une loi inconstitutionnelle est nécessairement mauvaise, mais une loi mauvaise n'est pas nécessairement une loi inconstitutionnelle".

Par voie de conséquence, le torchon brûle entre les rues du Faubourg Saint-Honoré, de Varenne et de Montpensier. Le nouveau Premier ministre et surtout le président de la République, qui n'a pas hésité à instrumentaliser le Conseil constitutionnel comme le Conseil d’État, ne doivent pas s'attendre à une grande mansuétude du CC...

Ellen

En lisant certains commentaires sur G. Attal, on pourrait se croire chez Gala, Voici, Pure People, Closer. Vous voyez le genre ?
Dans le domaine des moqueries injustes, les Français sont champions. On n’a rien à envier aux Anglais.

Axelle D

@ caroff | 10 janvier 2024 à 12:15
"Il y laissera des plumes, il en sortira cramé !"

Voudriez-vous laisser entendre que pour le jeune Gabriel le vol d'Icare a déjà commencé ?

Marcel P

@ anne-marie marson
« Gabriel Attal n'est pas homosexuel. Il est juste marié à Stéphane Séjourné, homme politique français et député européen. C'est la nouvelle caste des hommes politiques, qui se reproduisent entre eux pour faire de la politique, payés par nos impôts. Comme dit MLP, cela devient un ballet puéril. »

D'où sort l'énarque Florian Philippot ? Ce qui est puéril, c'est d'avoir une vision politique aussi creuse. Mais soutenir nos ennemis étrangers et être ancien communiste, ça doit occuper l'esprit.

« Gabriel Attal, probable futur Premier ministre à 34 ans, c'est d'un ridicule éculé ! Moi je vote pour Jordan Bardella, beaucoup plus jeune et beaucoup plus doué. »

Décidément, constance dans la vacuité.
C'est le drame du RN d'avoir un électorat pareil. Qui voudrait s'y associer - et donc avoir des représentants qui vont aussi devoir satisfaire ces gens-là ?

————————————————————

@ revnonausujai
« Et toujours le même président. Pauvre France ! »

Oui, c'est le principe. Vous pensiez que le président allait changer ? Et vu les tocards proposés en alternative, que vous soutenez, le choix du moins pire fait que cette situation risque de perdurer.

————————————————————-

@ sylvain
« Tout le monde salue la très haute performance de GA à l’EN mais a-t-il empêché les LGBT de s’infiltrer dans les écoles pour prêcher leur bonne parole ? non, étant de la même paroisse, il ne peut s’y opposer, c‘est compréhensible sous peine de s’attirer les foudres de sa communauté. »

Bizarre qu'un Républicain admette que la France soit scindée en communautés. Et vous pensez que ses positions générales sont compatibles avec l'intersectionnelle LBGTAZERTYUIOP ?

« Il ne restera de son passage éclair que ses déclarations d’intention, du pipeau, du bidon, du gag, le mammouth islamogauchiste continuera en toute légalité de détruire les élèves et en faire de parfaits crétins de gauche, pléonasme, manipulables à volonté. »

Parlez-lui-en, au mammouth. Apparemment la position sur l'abaya, l'uniforme, le brevet, lui pose des problèmes durables.
Vous pensez qu'il va choisir un remplaçant allant à rebours ?

Lodi

@ hameau dans les nuages

Si son enfant est doué, ou si on veut lui mettre la pression pour réussir, mieux vaut l'inscrire dans le privé.
Et dans tous les cas, il aura un meilleur suivi.
Ce n'est pas rien...

https://www.pixpay.fr/ecole-publique-ou-privee/#:~:text=Les%20avantages%20de%20l'%C3%A9cole%20priv%C3%A9e,des%20enseignants%20qualifi%C3%A9s%20et%20exp%C3%A9riment%C3%A9s.

Bien sûr, il faut payer...
J'en reviens toujours à la même idée : si on n'a pas de quoi assumer l'avenir de ses enfants, pourquoi en faire ?
Ils auront la garderie scolaire, pas de réseau pour réussir si on n'a pas réussi soi-même, enfin, leur vie sera pavée de misère, en principe sans retour. Ce n'est peut-être pas bon pour la démographie, mais comme je ne souhaite pas le mal des enfants, comment ne pas en avertir ?

Sinon, il n'y a pas de solution magique, la persécution existe aussi en établissement privé.
Ce qui fait que son enfant a non seulement souffert, mais qu'on a payé pour ça, avec la tentation de le laisser croupir dans l'humiliation pour amortir le paiement de sa scolarité non remboursée :

https://www.senat.fr/questions/base/2023/qSEQ231008610.html

Aussi bien pour les enfants du public que du privé, pour les enfants et les parents, il faut que le harcèlement scolaire cesse.
Il est tellement dans la nature humaine de persécuter, et dans celle de notre pays d'agir d'autant moins qu'on ne discourt, que je ne peux que solliciter Attal ministre et Premier ministre pour cette juste cause.
Au cas où il me lirait.

Au cas où n'importe quel responsable, grand ou petit, me lise.
Bien sûr, je n'oublie pas le niveau scolaire...

Si Attal me lit, que lui dire encore ? Que j'espère que l'incompréhension de certains ne va pas l'aigrir ou le décourager.

Au concerné : je pense que vous auriez dû garder vos vulnérabilités pour vous, les gens sont petits, agressifs, et globalement, peu intéressants, c'est un fait.
Ce qui leur tient lieu d'intelligence, ils le gardent souvent contre des gens qui ne leur ont rien fait, ni à personne, d’ailleurs.
Bref...

Mais les enfants sont peut-être encore sauvables, et il serait bon que les avanies passées et présentes ne vous détournent pas de leur ouvrir la voie.
S'il vous plaît.
Ce sera, je pense, votre seule formule de politesse sur ce blog ! Alors en avant, preux chevalier !

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

Mon petit doigt me dit qu'au vu de l’impopularité du "en même temps" de Macron, Attal pourrait s'atteler à sa mission avec suffisamment de clairvoyance, de clarté, d’intelligence, de vision et de doigté pour s’émanciper du rôle de porte-parole où certains (dont peut-être Macron) voudraient paresseusement le confiner.

L'exemple Bardella (dont il n'est pas exclu qu'il supplante MLP en 2027) montre qu'en politique, comme dans la vie, rien n'est jamais inscrit.

caroff

Il était hors de question pour Macron de nommer à Matignon quelqu'un qui s'affranchisse de ses directives et qui lui fasse un semblant d'ombre.

Attal qui a passé son temps à se montrer sans jamais aller jusqu'au bout de son inaction (@Tipaza 11h13 "coït interrompu politicus") ou de ses velléités remplit fort bien ces conditions.
On s'est extasié sur son interdiction de l'abaya, seul acte d'autorité d'un Etat éducationnel aux fraises, mais cette décision bienvenue reste malgré tout dérisoire !

Pour lui il a le don de la parlotte, de la réplique et probablement un regard bienveillant de l'opinion lassée de ce sandwich au pain rassis sans beurre qu'était Borne.
Mais Matignon c'est une vraie lessiveuse avec 90 % de décisions à prendre sans pouvoir respirer. Attal fera-t-il mieux que Fillon ou Raffarin ou même que le jeune Fabius qui y laissa ses plumes et ses illusions ?

Tout indique qu'il en sortira cramé et que les successeurs potentiels de Macron ne pourront que s'en réjouir, eux qui apparaîtront des recours face à l'inexpérience prouvée de Foutriquet n° 2.

Tipaza

@ Julien WEINZAEPFLEN | 10 janvier 2024 à 06:44

Superbe évocation de la carrière politique de Gabriel Attal.

Comme scientifique et parce que j'ai tendance à tout rapporter à la brièveté des formules mathématiques, je dirais que la carrière de Gabriel Attal peut se résumer, partout où il est passé, par la formule du "coït interrompu politicus".

Honni soit qui mal y pense, évidemment, qui est d'ailleurs la devise de l'ordre de la Jarretière et non pas de la jaquette.

hameau dans les nuages

@ Lodi | 10 janvier 2024 à 06:49

"Persécuté" à l'Ecole alsacienne ! Mon Dieu quelle horreur ! Et ses parents masochistes de payer près de 6 000 euros par an pour sa scolarité ! Que devrais-je dire moi qui me faisait traiter de squelette ambulant par certains membres enseignants de l'école de la République. Oui à l'époque dans les années 50 les obèses morbides étaient plutôt rares, et pour ce qui est de l'orientation sexuelle, c'était le cadet de nos soucis.

Le pauvre chou a toujours ça dans son CV épais comme du papier à cigarettes ? Mais on peut continuer dans la discussion avec un autre personnage illustre ayant eu à souffrir mais pas à mourir d'aimer, dans des conditions beaucoup plus scabreuses. Allons-y, "open bar" ! On va bien rire entre ça et les farinades (je n'ai pas dit raffarinades).

Pauvre France. Encore un complot de Poutine…

Achille

Eh oui, les temps ont changé. Naguère encore quand on accédait à un poste de ministre à 40 ans, on passait pour un jeunot, pas forcément brillant, mais qui avait su faire le bon choix au bon moment. Certains sont passés dans le ciel ombrageux de la politique comme des météorites et on a déjà oublié leurs noms. D’autres ont réussi à faire leur chemin et occupent désormais un poste prestigieux (exemple : Laurent Fabius).

Aujourd’hui nous avons un Président qui a été élu à 39 ans, réélu à 44 ans et un Premier ministre de 34 ans (Juan Branco pourquoi tu tousses !). Cela nous change des quinquas bedonnants aux discours ampoulés des années 80, c’est sûr. Pas sûr que l'on ait perdu au change. :)

Lodi

J'ai peur que l'on ne s’inquiète plus du harcèlement scolaire et du niveau d'instruction des enfants à présent que Gabriel Attal monte d'un cran au-dessus du poste de ministre de l'Education nationale.
Bien sûr, il pourrait toujours tanner le ministre de l'Education pour que ce dernier en fasse autant à son administration, mais...

Cela fait des années qu'on laisse la situation s’envenimer. J'espérais qu'avec un dit tout le monde je crois brillant ministre, anciennement harcelé, résolu à empêcher cet abus et d'autres, les choses changeraient.
Comment persister dans cet optimisme avec des gens non personnellement impliqués ? Leurs pareils n'ont rien fait depuis des années.

Dans le cas bien improbable où Gabriel Attal lirait non seulement notre hôte mais aussi les commentateurs, je lui demande de trouver au plus vite un alter ego de valeur et motivé pour ce poste !
Tache prioritaire.

C'est d'ailleurs son intérêt politique aussi bien que celui de sa conscience : prouver qu'il n'a pas abandonné les plus faibles et l'avenir, qu'il sait déléguer et autres qualités dont l'énumération lasserait vite.

Certes, avoir fendu l'armure pour dire qu'il avait été persécuté peut donner de l'espoir aux gens dans sa situation, ce dont je le félicite.
Un compliment pour la route... Mais ce qui compte vraiment n'est-il pas de faire cesser leur malheur ?

Bonheur, malheur... Je me désolidarise de ceux qui critiquent la vie privée de gens dont rien ne laisse soupçonner qu'ils abusent de quiconque, et donc mes vœux de bonheur en début d'année.

Mais je le rappelle à Gabriel Attal : le plus important n'est-il pas qu'il fasse cesser les persécutions et favorise l'avenir des enfants et du pays en augmentant le niveau de l'Education de notre pays ?

Bref, ceci n'est pas une pétition mais, comment dire ? Un appel, un encouragement.

Julien WEINZAEPFLEN

De Gabriel Attal à l'Éducation nationale, si j'en avais eu le temps, j'aurais "demandé le programme" de son école, non pas de sa scolarité où, quand on jouait le Chat botté (ou fourré), il était le chat, mais de l'école de la République que souhaitait cet héritier indéfiniment promu (car Pierre Bourdieu est ringard, mais Emmanuel Macron n'en finit pas de le réanimer), aussi bien sur le plan médiatique, depuis sa première interview catastrophe sur la "gréviculture" jusqu'aujourd'hui, que sur un plan politique: le futur Premier ministre a vingt-trois ans quand il est nommé au cabinet de Marisol Touraine, démembreuse parmi d'autres (dont Jean Castex, un autre de ses mentors affectionnés auprès de qui il a beaucoup appris) de l'hôpital public. Il quitte Sciences Po (où il semble être resté cinq ans, c'est beaucoup) pour accepter cette nomination prématurée et ne fait valider qu'un an plus tard, en 2013, son master en affaires publiques.

Le vent tourne au macronisme et Gabriel Attal devient un compagnon de route de la première heure du tombeur de Hollande et fondateur d'"En marche". Élu dans la vague présidentielle, Gabriel Attal ne se montre pas un député remarquable bien que ses interventions soient nombreuses à l'Assemblée pour étriller "les oppositions", mais il sait se faire remarquer.

Nommé à 29 ans éphémère secrétaire d'Etat chargé du service civique universel, il n'a pas le temps d'aller au bout de cette réforme pour la jeunesse qui semblait lui tenir à coeur, drôle de mansuétude pour ses pairs plus jeunes de la part de quelqu'un qui n'a pas gravi le cursus honorum par les escaliers de la méritocratie républicaine ni par l'ascenseur social qu'il semble n'avoir jamais renvoyé à personne.

Il abandonne le service civique universel sans décider de le rendre obligatoire ou facultatif. La mascarade continue et le voilà nommé porte-parole des injonctions paradoxales du gouvernement covidique ("debout, assis, couché"). Comme cela ne pouvait durer indéfiniment, on fait tomber le masque aux Français et Gabriel Attal qui n'a jamais passé son CAP d'expert comptable devient ministre des Comptes publics, poste qu'il abandonne sans avoir eu le temps de rendre des comptes, notamment à propos de sa politique contre la fraude fiscale et sociale, pour être propulsé rue de Grenelle où il fait une entrée fracassante en promettant de délocaliser son ministère au moins trois jours par mois dans un établissement scolaire, mesure gadget qui va coûter bonbon, mais Gabriel Attal n'a décidément de comptes à rendre qu'au président de la République.

À ce poste, il veut que les jeunes filles qui portent d'amples robes longues s'habillent désormais en minijupe. Il parle également du trousseau de tous les élèves: il faudra faire du shopping pour en choisir un et les élèves iront à l'essayage pour choisir leur uniforme expérimental. Il déclare que "la France doit devenir une nation mathématique" et puis s'en va. Gabriel Attal à l'Education nationale, c'est le record de Benoît Hamon sans la chute finale de ce futur présidentiable LVMH aux idées très à gauche.

Ce CV retracé à la serpe ne laisse pas présager d'un Premier ministre de choc, mais un chef de gouvernement en toc. Je n'ose dire comme la naissance par PMA de cette "âme bien née dont la valeur n'atteint point le nombre des années". Gabriel Attal est un "homme artificiel" promu ès qualités par le macronisme, qui est le nom de la bourgeoisie décadente et non reproductive, ayant perdu toutes les valeurs philanthropiques du "noblesse oblige". Je n'ose le dire et presque le penser, mais c'est malheureusement ainsi que je le vois, en acceptant par avance les critiques de ceux qui diront que cette courte vue en dit plus long sur moi que sur Gabriel Attal, à qui je souhaite bonne chance et bonne réussite, non pas tellement par civilité républicaine que dans l'intérêt du pays.

Achille

@ anne-marie marson | 09 janvier 2024 à 13:55
« On pensait que G. Attal allait sérieusement s'occuper du problème de l'Education nationale et qu'il avait été nommé pour cela, en réalité pour lui c'était juste un tremplin de communication vers le poste de Premier ministre. C'est vrai qu'il n'a pas fait de boulettes. Finalement, l'Education nationale n'intéresse personne. »

Vous auriez dû écouter le discours du nouveau Premier ministre lors de se passation de pouvoir hier.
Il me semble qu’il a été clair concernant la cause de l’école qu'il continuera à gérer depuis Matignon.

On dit aussi que c’est l’arme anti-Bardella du gouvernement. Le combat des "beaux gosses" pour les prochaines élections européennes de juin prochain. Ça risque d’être très dur pour le Jordan car le nouveau Premier ministre est un redoutable orateur. :)

Ellen

Tous mes compliments à Gabriel Attal.
Je suis certaine qu'il gouvernera en son âme et conscience sans se faire dépasser et manipuler par des suggestions et commandements toxiques et nuisibles. La réussite passe par sa propre force, son savoir, son intégrité et son honnêteté. La France a besoin d'un homme fort et juste pour recréer l’union nationale et retrouver nos fondamentaux trop longtemps négligés. J'espère que ses conseillers sauront l'aider dans cette tâche qui est loin d'être facile mais si passionnante au demeurant.

Claude Luçon

Philippe doit être rassuré, il n'a plus besoin d'avoir peur pour Gabriel Attal !
C'est à notre tour d'avoir peur de Gabriel Attal !

Souvenons-nous, en 2007 Emmanuel Macron avait déclaré à Emile (Sciences Po) :
"Les générations plus âgées, qui ont largement contribué à cette situation, voudraient aujourd’hui nous dicter les grilles de lecture de nos vingt ou trente prochaines années."

C'est fait, il vient de "terminer" les générations plus âgées, son oeuvre complète seulement en exactement 20 ans !
À son départ il livrera une France toute rajeunie, pas très neuve toutefois, ce sont eux, avec son archange Gabriel, Bardella et Marion Maréchal !

Je vais prier pour ceux qui connaîtront 2027 quand l'intelligence ne sera qu'artificielle !

Robert

Quel théâtre ! Mieux que Corneille et nos classiques !

Acte I, scène 1 : lundi, à la demande du président de la République, madame Borne lui remet la lettre de démission de son gouvernement ;

Acte I, scène 2 : toute la planète médiatique bruisse pour savoir qui sera le prochain Premier ministre : MM. Attal, Lecornu, Denormandie ? Pourquoi pas le tireur de ficelles dans l'ombre Bayrou ?

Acte II, scène 1 : après un très long suspense bien organisé, mardi à 13 heures intervient l'annonce de la désignation de monsieur Attal comme Premier ministre !

Quant au contenu de la scène 2, si l'on en connaît les grandes lignes traditionnelles, d'ores et déjà la composition du nouveau gouvernement ne sera pas connue avant mercredi...

La suite à suivre dans nos médias !

Conclusions initiales à tirer :

- un brillant individu, nommé ministre de l’Éducation nationale le 20 juillet 2023, quitte son ministère à peine six mois après sa prise de fonction alors même qu'il n'a pas encore fait ses preuves au ministère (i.e. : il n'a pas eu à se confronter à la réalité de l'opposition à ses syndicats tout-puissants) ;

- sa biographie sur Wikipédia est particulièrement courte et son expérience politique, commencée à 17 ans au PS, se résume à quelques postes (élu municipal, conseiller de Marisol Touraine 2012 à 2016, député EM, puis Renaissance depuis 2017) et, à partir de 2018, et à des fonctions ministérielles dans les gouvernements Philippe, Castex et Borne, tout cela dans un périmètre limité à la petite couronne et à Paris.

Aussi brillant soit-il, sa connaissance de la France et des Français comme de l'administration de la France me semble ainsi assez limitée. Ne parlons pas des questions de Défense et de sécurité alors que l'article 21 de la Constitution prévoit que "le Premier ministre dirige l'action du Gouvernement. Il est responsable de la Défense nationale. Il assure l'exécution des lois. Sous réserve des dispositions de l'article 13, il exerce le pouvoir réglementaire et nomme aux emplois civils et militaires."
Mais il est vrai que nous sommes à l'heure de la start-up nation et que Rodrigue/Gabriel pourra sans nul doute déclamer : « Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées, La valeur n'attend point le nombre des années ». Le Cid, acte I, scène 5.

Tipaza

"«Le plus jeune président de l’histoire nomme le plus jeune premier ministre de l’histoire», salue Attal, louant «l’audace» de Macron" (Le Figaro)
https://www.lefigaro.fr/politique/remaniement-le-plus-jeune-president-de-l-histoire-nomme-le-plus-jeune-premier-ministre-de-l-histoire-salue-attal-louant-l-audace-de-macron-20240109

Ces Mozart de la politique nous jouent le grand air du Pipeau enchanté, nouvelle version de la Flûte enchantée.
La Reine de la nuit rejoint son banc à l'Assemblée,
Le tout sous les ovations de la foule en délire ? Hum !?

anne-marie marson

On pensait que G. Attal allait sérieusement s'occuper du problème de l'Education nationale et qu'il avait été nommé pour cela, en réalité pour lui c'était juste un tremplin de communication vers le poste de Premier ministre. C'est vrai qu'il n'a pas fait de boulettes. Finalement, l'Education nationale n'intéresse personne.

--

C'est la régénération voulue par E. Macron, par parthénogenèse.

Patrice Charoulet

Cher Philippe,

Depuis des jours, toute la presse disait que ce serait soit Lecornu soit Denormandie. Cela ne vous a pas ému : vous avez écrit sur... Attal. Bien vu !

anne-marie marson

@ Achille | 09 janvier 2024 à 08:25

Gabriel Attal n'est pas homosexuel. Il est juste marié à Stéphane Séjourné, homme politique français et député européen.
C'est la nouvelle caste des hommes politiques, qui se reproduisent entre eux pour faire de la politique, payés par nos impôts.

Comme dit MLP, cela devient un ballet puéril.

Jérôme

Gabriel Attal confirme tout le mal que l'on peut penser de lui.
L'Education ne l'intéresse pas. Seule sa carrière compte.
Un médiocre de plus. On espérait pouvoir en douter.

hameau dans les nuages

@ revnonausujai | 09 janvier 2024 à 10:36

Et LCI de nous apprendre que l'orientation sexuelle ferait partie des critères de sélection.

https://www.youtube.com/watch?v=sGaweQcAx8E&ab_channel=Fernandel-Topic

Pauvre France.

Achille

@ sylvain | 09 janvier 2024 à 10:28
« Ce gouvernement macronien se distingue par son wokisme provocateur à l’adresse des fachos réacs homophobes islamophobes de droite, d'extrême droite et d’ultradroite donc il nous impose de la couleur, du genre, de la diversité, du multivivrensemblisme ethnicislamiste. »

Il me semble que le wokisme se situe plutôt du côté de la Nupes avec ses écolos-féministes (Sandrine Rousseau et Marine Tondelier), ses indigénistes (Obono et Kéké) et consœurs. qui font de "l’homme blanc", surtout celui de plus de 50 ans, leur cible privilégiée.

Rien à voir avec la politique du gouvernement, quand bien même ce dernier aurait quelques homosexuels dans ses rangs, qui font leur travail avec application, sans que leur orientation sexuelle n’intervienne en quoi que ce soit.

revnonausujai

Du Charybde technobureaucratique au Scylla propagando-communicant.
Et toujours le même président.

https://www.youtube.com/watch?v=rjrn6ripP9I

Pauvre France !

sylvain

@ Achille
"Ainsi qu’il fallait s’y attendre, les petites allusions perfides sur l’homosexualité de Gabriel Attal commencent à se manifester."

Ce gouvernement macronien se distingue par son wokisme provocateur à l’adresse des fachos réacs homophobes islamophobes de droite, d'extrême droite et d’ultradroite donc il nous impose de la couleur, du genre, de la diversité, du multivivrensemblisme ethnicislamiste.

Bémol et de taille : il manque un(e) ministre transgenre transgénique transgénétique, nous sommes donc en retard sur d’autres pays plus évolués, la France va devoir encore se taper des amendes pour non respect des quotas sexuels, « ach franzoses gross filous ! ».

Tout le monde salue la très haute performance de GA à l’EN mais a-t-il empêché les LGBT de s’infiltrer dans les écoles pour prêcher leur bonne parole ? non, étant de la même paroisse, il ne peut s’y opposer, c‘est compréhensible sous peine de s’attirer les foudres de sa communauté.

Il ne restera de son passage éclair que ses déclarations d’intention, du pipeau, du bidon, du gag, le mammouth islamogauchiste continuera en toute légalité de détruire les élèves et en faire de parfaits crétins de gauche, pléonasme, manipulables à volonté.

Aliocha

"Postopinons" alors, puisque l'érudition, effectivement, peine à donner un sens autre que celui des coups, quand la main ouvre son poing pour accéder au geste doux, sous les huées de la meute et des loups, à tout jamais écartés de l'enceinte protégée.
Sera alors encore incompris ce qui ne peut être que ressenti et entendu uniquement comme ivresse illusoire du renoncement aux fanatismes, quand la vague violente se retire sur les ruines où encore l'enfant joue, autour de la pierre inéluctable et joyeuse de l'affection.

Achille

Vous aviez bien raison d'avoir peur, Philippe Bilger.
Ainsi qu’il fallait s’y attendre, les petites allusions perfides sur l’homosexualité de Gabriel Attal commencent à se manifester. Nous en avons l'exemple avec Guillaume Roquette aux manières si distinguées.
Espérons que le nouveau Premier ministre (*) saura supporter les petites perfidies et quolibets lourdingues qu’une certaine presse réactionnaire ne manquera pas de lui décocher pour le déstabiliser.

En attendant il va falloir trouver un nouveau ministre de l’Éducation nationale de la même trempe que GA…

(*) Sous réserve de sa nomination officielle.

genau

"érudition à coup de poing" c'est joli, quoiqu'un peu exagéré, pour l'érudition.
Coup de poing: archéologiquement, on connaît ben des cailloux faciles à prendre en main, plus grossiers que les percuteurs, mais corriger quelqu'un à coup de poing ne devrait-il pas être au pluriel, pour les coups mais pas pour les poings, ce qui est le cas. Le poing est générique, pas les coups.
Merci, cher préopinant, je ne méconnaissais pas ma déprime, mais j'ai quand même passé un bon moment.

anne-marie marson

Gabriel Attal, probable futur Premier ministre à 34 ans, c'est d'un ridicule éculé !
Moi je vote pour Jordan Bardella, beaucoup plus jeune et beaucoup plus doué.

Exilé

« D'abord sur un constat pris de plein fouet, tenant notamment au piètre classement de la France dans les évaluations internationales. » (PB)

Peut-être faudrait-il commencer par remettre la discipline au centre de l'école, sans laquelle tout enseignement est vain, ce qu'ont parfaitement compris les Chinois par exemple.

« Les écoles de Shanghai arrivent immanquablement en tête des tests scolaires internationaux. Quel est donc le secret des petits génies de l'éducation chinoise ? Entre discipline, professeurs attentionnés et patriotisme, plongée dans un établissement d'élite de la plus grande ville de Chine. »

https://www.capital.fr/economie-politique/a-shanghai-les-petits-chinois-a-lecole-de-lelite-1257907

Mais dans la France actuelle, seulement parler de discipline vous classe d'office à l'extrême droite voire jette sur vous un soupçon de sympathie pour le fascisme...

Aliocha

Au contraire, je suis pour une totale liberté d'expression et me souviens des motivations du vote d'Ellen pour Macron en 2017...
Mais qu'ai-je donc avalé petit pour avoir autant de mémoire, surtout avec tout ce que les commentateurs sans arguments me font ingurgiter ?

sylvain

"Qui sème le vent récolte la tempête"

Grâce à Attal, les enseignants, menacés, frappés vont pouvoir porter plainte ? Mais c'est un scandâââle !!!
Se rendent-ils compte qu'ils risquent de traumatiser leurs pauvres jeunes agresseurs si police et justice s'en mêlent ?
Faudrait savoir ce qu'ils veulent ; pendant des décennies ils ont conspué l'autorité, la morale, la discipline, qualifiés "de droite", ils ont érigé les dogmes de l'enfant-roi, du laxisme, nouvelles versions gauchisantes de la vie sociale issues de leur parano 68-tarde.
Ils ont aussi hurlé au fascisme à l’époque, quand Sarkozy voulait leur affecter un référent policier dans les écoles : "Sarko facho, pas de flics à l'école" ; Mmes et MM. les enseignants, vous récoltez ce que vous avez semé avec votre morgue et votre arrogance gauchiste habituelle ; et croyez bien que ce qui est écrit ici est partagé par la majorité des gens qui en ont ras le bol de vous voir en grève, dans la rue, passer plus de temps à faire de la politique, de gauche bien sûr, que d'éduquer les élèves.

Vos comportements tendancieux ont pourri l'éducation nationale et ça ne fait plus ni chaud ni froid à personne si l'un des vôtres se fait frapper.

Attal ne pourra rien faire pour changer vos mentalités pourries, il le sait, en bon opportuniste démago il joue son rôle de candidat en campagne pour 2027, votre institution il n’en a rien à battre.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS