« Débureaucratiser aussi la Justice... | Accueil | Ce murmure juste avant la mort... »

08 février 2024

Commentaires

Serge HIREL

@ Robert 2 | 11 février 2024 à 18:18
« [Bonnefous,] on fait mieux comme figure de la droite... »

Mieux vaut rire de ce propos. Figurez-vous que l’UDSR, membre de l’Internationale libérale, a eu pour premier président le très gauchiste René Pleven, puis un certain Mitterrand, décoré de la francisque, dont l’armoire, à l’Assemblée nationale, était mitoyenne de celle du secrétaire général du parti, Jean-Paul David, fondateur du mouvement Paix et Liberté, proche du maccarthysme...

Quant à « Edouaaard » - sa voix était un peu nasillarde -, son penchant pour la gauche l’a conduit, au lendemain de la Libération, à fonder l’hebdomadaire « Toutes les Nouvelles de Versailles », que chaque famille de la ville la plus bourgeoise de France se devait d’exposer dans son salon...
Mieux vaut parfois ne pas se fier au nom d’un parti pour en déduire sa ligne politique...

caroff

@ Serge HIREL 13h00
"Le nom d’Edouard Bonnefous ne vous dit probablement rien. Président de la commission des finances du Sénat, plusieurs fois ministre de la IVe République, chancelier de l’Institut de France, il est l’auteur de deux ouvrages qui font autorité, « Réconcilier l’homme et la nature » et « L’environnement en péril »"

Bien sûr que si !!
Figurez-vous que je connais aussi l'administrateur civil qui a rédigé la loi Littoral...
Mais bon je ne vais pas la ramener !

Robert 2

@ Serge HIREL | 11 février 2024 à 13:00
"Le nom d’Edouard Bonnefous ne vous dit probablement rien. Président de la commission des finances du Sénat, plusieurs fois ministre de la IVe République, chancelier de l’Institut de France, il est l’auteur de deux ouvrages qui font autorité, « Réconcilier l’homme et la nature » et « L’environnement en péril ». C’est lui qui, dès les années 70, a initié l’idée de la création d’un Conservatoire du Littoral. Il était l’une des figures de la droite. On est loin, très loin des Rousseau, Duflot, Cosse, Tondelier et autres Bayou."

Monsieur Bonnefous "était l’une des figures de la droite"...

Ah bon !?
M. Bonnefous a été député UDSR de Seine-et-Oise de 1946 à 1958 et sénateur GD de 1959 à 1986...
Pour mémoire : UDSR : Union Démocratique et Socialiste de la Résistance
GD : Gauche démocratique

On fait mieux comme figure de la droite...

Françoise Boulanger

Bonjour Monsieur Bilger,

Pourriez-vous de nouveau intervenir pour expliquer (mieux qu’il ne le fait lui-même) l’indignation de François Bayrou au sujet de l’appel dont il est victime. Je viens d’écouter l’interview de France 3 enregistrée le 9 dernier au palais Beaumont de Pau par France 3 dans Dimanche en politique et je le crois dans son droit.
Cette fois-ci il parle des assistants (6 sur 131 en 15 ans) qui semblent être accusés eux aussi à tort.
Il va encore s’exprimer aujourd’hui à 18 h sur LCI et je compte l’écouter attentivement. Peut-être sera-t-il plus clair pour convaincre de sa parfaite innocence…
Un grand merci à l’avance.

Robert Marchenoir

@ Patrice Charoulet | 11 février 2024 à 07:54
"Il faut signaler une étrangeté. Le patron du PCF ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas communiste”. La candidate trotskiste de Lutte ouvrière ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas trotskiste”. M. Bayrou ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas centriste”. Depuis 1958, les dirigeants gaullistes n’ont pas proclamé : “Nous ne sommes pas gaullistes”.
Mais les dirigeants des deux principaux partis d’extrême droite, Mme Le Pen et M. Zemmour, répètent : “Nous ne sommes pas d’extrême droite”."

Vous oubliez un point fondamental. Le patron du PCF n'a pas besoin de se défendre d'être communiste, parce que personne ne l'accuse d'être communiste. Et personne ne l'accuse d'être communiste, parce que l'attitude générale vis-à-vis du communisme, en France, consiste à dire, soit qu'il n'existe plus, soit que ce n'est pas une mauvaise chose.

Même situation pour le gaullisme. Quand avez-vous vu quelqu'un, dans le débat politique, récuser le gaullisme, expliquer que c'est une idéologie nocive, qu'il faut la combattre sans cesse et l'éradiquer ? Jamais -- alors que c'est, en effet, ce qu'il conviendrait de dire.

En revanche, le qualificatif d'extrême droite n'est pas utilisé, à l'encontre de ce que vous dites, comme une simple classification scientifique établie par des professeurs. Il est employé comme une étiquette diabolisante qui n'a pas besoin d'être étayée ni argumentée.

Exactement comme vous le faites, vous, avec la notion mensongère de "racisme".

Dans ces conditions, il est parfaitement malhonnête, de votre part, d'affecter l'étonnement ou la réprobation, face à la réaction du RN ou de Reconquête! consistant à récuser leur appartenance à l'extrême droite.

Vous, et vos semblables, commencez par postuler que l'extrême droite est mauvaise par nature, sans vous donner la peine de le démontrer. Puis vous vous employez à provoquer la mort sociale, professionnelle, politique et financière de ceux que vous accusez ainsi. Et vous vous étonnez que les cibles de votre persécution récusent l'étiquette que vous tentez, obsessionnellement, de leur coller sur le dos ?

Vous ne manquez pas de toupet.

Jérôme

Je n'ai aucune affinité avec l'extrême droite.
Mais il est amusant d'entendre et de lire les imbécillités des membres du pouvoir et celles des gôôôchistes.
Le problème serait l'extrême droite. Qui profite de la pauvreté, de la misère pour avancer.
Celle-ci n'est que le symptôme. Les causes... quelles sont-elles ?
Je n'ai jamais vécu l'extrême droite au pouvoir.
Les responsables de cette misère et de cette pauvreté sur lesquelles elle progresse sont ceux qui nous abreuvent de leurs protestations de vierges effarouchées devant la montée d'une autre intolérance que la leur. Ils creusent les inégalités indues en se protégeant tant et plus par la loi. Ils se gobergent en essayant de faire croire à la normalité de la chose.

Macron, Sarkozy, Hollande, Chirac, Mitterrand, Giscard... et leurs affidés sont des canailles. Il est temps de leur rappeler les rapports de force naturels, eux qui pensent être des costauds.

Serge HIREL

@ Patrtice Charoulet | 11 février 2024 à 07:54
« C’est une catégorie politique dont les éléments constituants sont définis par les professeurs de science politique. Une foule de livres sont d’accord là-dessus. »

Auriez-vous la gentillesse de citer quelques titres, de nommer quelques-uns de ces professeurs ? Pourriez-vous aussi indiquer quels journaux, radios et télés promeuvent les idées du RN et de Reconquête! !? Evitez de citer CNews : vendredi soir, j’y ai vu le patron des « Jeunes communistes » (dont j’ai bien pris garde d’oublier le nom) dérouler tranquillement ses inepties...

Enfin, quelles sont les preuves dont vous disposez pour accuser Bolloré de « [faciliter] la tâche » de ces médias ? Est-ce lui qui est à l’autre bout de l’oreillette de l’animateur à l’antenne ?

Merci pour votre réponse. Dans un débat, il ne suffit pas d’affirmer, il faut aussi argumenter...

Jérôme

Il y a des simples d'esprit, si pour un peu ils souffrent dans leur chair ils peuvent montrer un peu d'espoir, qui pensent que Macron, Attal... représentent un renouveau.
Macron a utilisé tous les réseaux UMPRististes les plus sales pour arriver au pouvoir. C'est un menteur, manipulateur, peureux.
Il a fait montre d'une duplicité digne de tous les vieux barons qui grenouillent encore dans les assemblées. La crétinerie moyenne de l'électeur français est impressionnante.
Ah j'oubliais, l'abaya. L'Education nationale se résume au port d'un vêtement.
Faut-il être c*n !

Serge HIREL

@ caroff | 10 février 2024 à 18:05

Je n’exprime aucune opinion sur le talent d’écrivain de Sylvain Tesson. Je dis que ce livre n’est pas une étude sociale de la population rurale. Il n’est d’aucune utilité dans le débat politique autour de l’avenir de l’agriculture.

L’écologie n’est pas en soi « un vilain défaut », mais celle que nous font subir les hurluberlus d’aujourd’hui qui prétendent la représenter est à combattre pour atteinte généralisée au bon sens. Peut-être vaudrait-il mieux utiliser le terme « écologisme » pour qualifier leur comportement. « Ecologisme » comme « islamisme »...

Par ailleurs, la loi Littoral, qui a été promulguée en 1986 sous le gouvernement Fabius, n’est en rien un succès des « écolos », qui, politiquement, en étaient encore au biberon. Le parti Les Verts a vu le jour en 1984 et n’avait aucun représentant au Parlement. L’écologie s’appelait alors « l’environnement » et était une valeur commune à tous, pas un hochet que des tarés agitent autour des chantiers d’autoroute ou de bassines en agressant les forces de l’ordre.

Le nom d’Edouard Bonnefous ne vous dit probablement rien. Président de la commission des finances du Sénat, plusieurs fois ministre de la IVe République, chancelier de l’Institut de France, il est l’auteur de deux ouvrages qui font autorité, « Réconcilier l’homme et la nature » et « L’environnement en péril ». C’est lui qui, dès les années 70, a initié l’idée de la création d’un Conservatoire du Littoral. Il était l’une des figures de la droite. On est loin, très loin des Rousseau, Duflot, Cosse, Tondelier et autres Bayou.

Enfin, je ne comprends pas pourquoi vous souhaitez que Tesson ne s’intéresse pas aux banlieues. L’explorateur peut s’y risquer : il possède déjà une certaine expérience de telles contrées... Afghanistan, Pakistan... Toutefois, « Sur les chemins de béton vert » serait un titre plus juste. Vert comme l’emblème de l’islamisme et de l’islam.

Patrtice Charoulet

En 2024, en France, “extrême droite” ne veut dire ni hitlérisme ni fascisme mussolinien. C’est une catégorie politique dont les éléments constituants sont définis par les professeurs de science politique. Une foule de livres sont d’accord là-dessus. Il y a une extrême droite comme il y a une extrême gauche, une gauche, une droite, un centre.

Il faut signaler une étrangeté.
Le patron du PCF ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas communiste”. La candidate trotskiste de Lutte ouvrière ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas trotskiste”. M. Bayrou ne s’amuse pas à dire : “Je ne suis pas centriste”. Depuis 1958, les dirigeants gaullistes n’ont pas proclamé : “Nous ne sommes pas gaullistes”.

Mais les dirigeants des deux principaux partis d’extrême droite, Mme Le Pen et M. Zemmour, répètent :  “Nous ne sommes pas d’extrême droite”. Et, parfois: “Nous ne sommes pas fascistes”.
Ils ne sont certes pas fascistes, mais ils sont in-dis-cu-ta-ble-ment d’extrême droite. Et je le redis, extrême droite ne veut pas dire fascisme. Le fascisme (mussolinien) et l’hitlérisme (ou le nazisme) ont existé il y a quelques décennies. Ils avaient leurs caractéristiques propres. L’extrême droite française a les siennes. Le parti d’extrême droite le plus puissant est le Rassemblement national (nouveau nom du Front national) et le second parti, de création récente, moins puissant, est celui de M. Zemmour. Autour de ces deux partis, divers groupuscules s’agitent et, de temps en temps, se montrent dans les rues, avec quelques militants cagoulés.

Les thèses de ces deux partis sont promues par quelques journaux, quelques radios et quelques télés, de manière évidente, mais parfois niée par les journalistes de ces médias.
Il semble qu’un milliardaire, M. Bolloré, ait choisi de leur faciliter la tâche. C’est, parmi les milliardaires français, une originalité. D’autres milliardaires français se contentent de lutter contre l’extrême gauche et la gauche, sans vouloir faire la courte échelle à l’extrême droite, ce qui n’étonnera personne.

caroff

@ Serge HIREL 14h22
"Un chemin de Compostelle laïc, qui emprunte les chemins creux et évite les centres urbanisés... Strictement rien à voir avec une étude sociale de la ruralité et des banlieues. L’écologie est un vilain défaut."

Vous dites n'importe quoi: commencez par le lire pour comprendre ses talents d'écrivain et sa connaissance très fine de la ruralité française qui passe par les chemins creux.
L'écologie n'est pas un vilain défaut quand, par exemple, grâce à la loi Littoral, la France a pu préserver nos rivages de projets urbains délirants.
S'il avait écrit sur la banlieue ce qu'à Dieu ne plaise, il aurait intitulé son ouvrage "Sur les chemins de béton gris"...

Serge HIREL

@ caroff | 10 février 2024 à 10:53
« Sur les chemins noirs »

Un chemin de Compostelle laïc, qui emprunte les chemins creux et évite les centres urbanisés... Strictement rien à voir avec une étude sociale de la ruralité et des banlieues. L’écologie est un vilain défaut.

Giuseppe

Il faut faire le ménage, virer tous ces rentiers à vie de mandats, ils tuent la démocratie, ils tuent l'innovation car installés depuis des decennies le c*l dans la graisse.

C'est insupportable, il est temps enfin dans un environnement leste de compter les mandats au plus juste, un seul et une fois renouvelable.
On voit ce qui arrive sinon, des types goinfrés à vomir de routines et de prébendes qui ne sont là que pour enfiler des perles.

La procédure des mandats quels qu'ils soient doit être revue et quand j'entends que certains voudraient revenir à l'ancien monde avec maire/député pour être plus efficaces, c'est une fois de plus se moquer des citoyens.

Il faut les empêcher toutes ces sangsues de se représenter, le poste suprême présidentiel tolère deux quinquennats et l'on s'aperçoit que c'est bien suffisant, le pouvoir use, ceux qui s'incrustent dégoûtent les électeurs d'un changement qui n'arrive jamais, il suffit de lire les participations.

La nouveauté avec E. Macron a été du pain bénit, il a avancé quelques pions pour apprécier que le nouveau et jeune vaut largement le recuit et l'usé jusqu'à la trame, celui qui intrigue et rampe pour se glisser toujours un peu plus dans un cumul de mandats.

Tous ces rentiers n'ont même pas apporté au cours de toutes leurs années de mandats le moindre sel dans la soupe, le Rouge-Brun, Berger des Pyrénées, n'a vécu que de la politique, élu en dizaines d'années et on a vu pourquoi, amuser la galerie et en vivre confortablement.

Il n'est pas le seul, est-il justifiable dans une démocratie que l'Obèse du Sénat en ait fait sa demeure à vie ? Il ne représente rien dans les urnes nationales, tous ces partis confisquent la respiration politique et l'intelligence d'un pays.

Des Gabriel Attal qui doivent ronger leur frein, il en existe partout, mais dès qu'ils tentent de sortir la tête on la leur fauche comme les blés, tous ces vieux kroumirs s'incrustent pour le pire de notre beau pays, jamais pour le meilleur. Macron va s'en aller au moins il aura fait avancer qu'on pouvait avoir la confiance par deux fois et faire un président qui assure.

Attal en cinq minutes a réglé le problème de l'abaya sans coup férir et sans émeutes, c'était d'une évidence simple alors que tous les autres ne savaient et ne savent jamais comment faire, se perdant et faisant perdre le sens de la politique et de la décision rapide qui tranche.

https://www.mediapart.fr/journal/france/090224/proces-du-depute-perrut-la-fin-d-un-vieux-monde?utm_source=global&utm_medium=social&utm_campaign=SharingApp&xtor=CS3-5

Bernard Perrut, 35 ans de mandats, 35 ans de misère, un peu crapule, et les électeurs ont aussi leur part ils l'ont reconduit jusqu'à plus soif, la loi seule pourra interdire ces pratiques d'un autre monde, élu pour servir et pas pour se servir. Il est sûr que les habitudes se prennent, surtout les mauvaises quand on se sent élu à vie et jamais en concurrence.

Des usuriers, il plaide la "négligence"... Après 35 ans il nous ferait croire qu' il est le perdreau de l'année et de s'embourber près de 100 000€ en deux ans. Plus rien ne leur fait peur, rien ne les arrête ils en vivent nous en crevons.

caroff

@ Serge HIREL 20h14
"Quant à Sylvain Tesson, il serait souhaitable qu’il utilise son casque colonial pour franchir le périph’ et visiter la France plus que de lointaines contrées. Au retour dans son confort parisien, quand il aura vu nos déserts, ruraux et banlieusards, il ne parlera peut-être plus de « paradis » français."

Avez-vous lu les "Sur les chemins noirs" ? Vous devriez, pour éviter les poncifs...
https://www.babelio.com/livres/Tesson-Sur-les-chemins-noirs/881861

Aliocha

Le coup de sang du Béarnais, politiquement inepte et moralement dégradant selon le plus écouté de ses cadres, n'empêche pourtant pas à la parole libre de Bayrou, liberté qui lui a valu les accusations éternelles de traîtrise dont il a toujours fait l'objet, de bien décrire la faiblesse originelle de Macron.
L'absence d'implantation locale du président, comme la faiblesse du pays en son incapacité au compromis, retourne toujours à l'alternative entre la division des partis et une autocratie qui, chez le peuple révolutionnaire, n'aboutit qu'à la dissolution de l'autorité.

C'est ce qu'on observe depuis cinquante ans avec le résultat qu'on sait, une dégradation qui s'accélère, des institutions instrumentalisées qui nous font pencher dangereusement vers une démagogie qui, bientôt, n'aura plus que les yeux de son mensonge pour contempler sa jeunesse de plus en plus ignorante se vautrer aux fossés des sinistres recommencements, tiraillée entre la ratonnade et le pogrom universel, quand toujours ceux qui prônent la conciliation sont voués aux bûchers des traîtrises, quand on ne suggère pas de les piquer comme des bêtes malades pour éviter de soigner la pathologie partisane qui mine les démocraties.

Puisque les deux partis encore dominants dans l'architecture administrative n'ont péniblement réuni qu'à peine 7 % des suffrages, le jeune Premier ministre aura-t-il assez d'autorité pour enfin réunir, de Belloubet à Dati, les entités dont les chefs en sont encore à désespérer tous les honnêtes Giuseppe de France, réglant les vieux comptes des vieilles pratiques corrompues qui ne visaient qu'à s'entretuer ?

Le sort du pays en dépend, évitant de laisser au charivari des violences qui ne savent que proposer de tordre le bras à l'adversaire pour lui imposer des vues désormais incapables de réunir la moindre majorité sans tomber du tous contre un au tous contre tous que le "En même temps" a jusqu'ici, mais pour combien de temps, su éviter.

Sinon, le sort de la France comme de l'Europe pourra aller rigoler avec Poutine et l'oncle Xi au spectacle désolant de démocraties qui n'auront même plus eu besoin du coup de feu d'un ennemi pour disparaître, vautrée aux trumpismes favorisés par les nouveaux magnats des réseaux et de l'IA qui ne savent qu'imposer les retours aux lynchages universels pour imposer leur domination, suicide d'un Occident qui n'aura pas su inventer les nouvelles institutions nécessaires à la liberté dans l'égalité, qui n'aura pas su accéder à la seule solution viable pour l'humanité, la fraternité.

Alors, Messieurs Bayrou et Sarkozy, la jeunesse du monde vous attend, incarnée par un jeune et audacieux président et son encore plus jeune ministre premier, dont la survie ne dépend que de votre capacité, du fond de la prison des erreurs passées, à vous réconcilier et offrir au monde, plutôt que les funérailles des enfants de la liberté, l'exemple de ce qui lui manque pour accéder au souverain bien, la paix des braves qui auraient su se pardonner.

Claude Luçon

@ Serge HIREL | 09 février 2024 à 20:14

Merci, c'est bien ce je pensais mais je suis heureux de le voir confirmé !
J'apprécie vos commentaires mais je suis désolé de lire trop souvent l’anti-américanisme de certains de nos commentateurs et leurs propos parfois douteux sur Charles de Gaulle.
Dans un sens je compte les "amis", comme sur Facebook :)

J'ai vécu les bombardements américains sur notre bonne ville d'Orléans, j’étais un tantinet furieux quand, après avoir présidé le bureau de vote du référendum du 1er juillet 1962 à la "suggestion" de nos autorités dans notre coin sableux d'Algérie, CdG nous avait aussi oubliés en plus des pieds-noirs, mais je garde toujours toutefois un immense et saint respect pour les deux, CdG et les GIs, de Patton dans mon cas !

Serge HIREL

@ Achille | 09 février 2024 à 16:37

« C’est mieux qu’ailleurs », « C’est pas pire qu’avant », « Faut faire avec... » ne sont pas des arguments dont les Français peuvent se satisfaire. Tous les sondages, quel que soit le sujet abordé, constatent qu’une majorité d’entre eux sont inquiets du positionnement hors-sol de leurs dirigeants actuels, en fait de celui du Président et de lui seul, ses ministres ayant au mieux rang de « collaborateurs ».

En indiquant son désaccord « profond avec la politique suivie », Bayrou n’a pas dit autre chose. Même si le Béarnais n’est pas et n’a jamais été fiable, sur ce point, il a raison... et 76 % des Français l’approuvent (Le Figaro).

Quant à Sylvain Tesson, il serait souhaitable qu’il utilise son casque colonial pour franchir le périph’ et visiter la France plus que de lointaines contrées. Au retour dans son confort parisien, quand il aura vu nos déserts, ruraux et banlieusards, il ne parlera peut-être plus de « paradis » français.

---------------------------------------------------------------

@ Claude Luçon | 09 février 2024 à 19:25

Mon commentaire ne porte pas sur l’opinion que j’ai du Général et de ses combats, mais, comme vous semblez vouloir la connaître, je vous assure que je n’emploierai jamais le mot « usurpateur » à son égard. Le sujet du billet de notre hôte n’étant ni l’Homme du 18 juin, ni le tribun du balcon du Gouvernement général, encore moins le père de la Ve République, je n’en dirai pas plus.

hameau dans les nuages

@ Exilé | 09 février 2024 à 18:43

22.000 euros par mois c'est pas beaucoup pour tout ce qu'il fait ! Ah non pardon c'est Lestanguet. En béarnais, l'estanguet c'est souvent le nom donné aux auberges où on peut boire un pot.
C'est étonnant, j'aurais pensé que la gloire de s'être investi dans l'organisation des JO aurait déjà presque suffi, lui qui a gagné sa notoriété avec le stade d'eaux vives de Pau. L'argent doit sans doute couler aussi à flots. Misère...

https://www.youtube.com/watch?v=HA5TfAbsBiM&ab_channel=GuyB%C3%A9art-Topic

Claude Luçon

@ Achille | 09 février 2024 à 16:37

Pas de souci, les Américains peuvent se permettre un Trump, ils ont un système qui limitera ses excès si c'est lui qui est élu. C'est une fédération de 50 états dotée d'une Constitution sérieuse. Ce serait dangereux seulement s'ils avaient copié notre Ve, taillée sur mesure pour Charles de Gaulle.
La preuve, ils ont survécu à Carter qui a offert l'Iran à Khomeini puis s'est ridiculisé en essayant de récupérer ses diplomates.
Le danger pour nous est notre Trumpinette !

----------------------------------------------------------------

@ Serge HIREL | 09 février 2024 à 14:36

Vous vous dépassez de commentaire en commentaire, Serge, c'est du lyrisme !

Toutefois, aujourd'hui quelques remarques si je peux ?

"Qu’on le considère comme un héros ou un usurpateur, de Gaulle, au printemps 1958, a sauvé le pays. Cette fois, de Gaulle est mort et bien mort." (SH)

On ne remplace pas Charles de Gaulle, à la rigueur on essaye de suivre sa façon de gouverner... sans succès à ce jour.
Il a sauvé le pays trois fois : en juin 1940, en juin 1958 et en mai 1962. On a aimé ou pas la méthode mais il nous a sortis du pétrin trois fois ! Bien mort, oui, usurpateur, non !
Chaque fois ! Même en juin 1940 il faisait partie du gouvernement ou fut élu à la gouvernance, toujours à sa demande.
En juin 1940 il était sous-secrétaire d'État à la Guerre et à la Défense nationale de Paul Reynaud. Il a pris la tête des Forces Françaises Libres, pas du pays !

Suggérer qu'il fut un usurpateur est totalement indigne et démontre une méconnaissance de l'histoire par celui qui soutient cette thèse : laquelle je pense vous ne soutenez pas ?

Les Français pieds-noirs lui en veulent, c'est compréhensible, mais c'est oublier que le gouvernement Reynaud puis Pétain n'avait pas plus prévu la débâcle de 1940 et les millions de Français fuyant les panzers et stukas allemands.

Tout compte fait les pieds-noirs eurent un sort peu enviable mais au moins sans les stukas teutons mitraillant et bombardant les métropolitains sur les routes de France comme vingt ans plus tôt. Nous avons payé bien pire que les pieds-noirs, Serge, bien pire, et j'ai connu les deux, 1940 en métropole, et Algérie en 1961 !
Il reste quelques nonagénaires métropolitains en France !

Exilé

Mais qu'avons-nous à faire de monsieur Bayrou et des inutiles (nous ne dirons pas nuisibles par gentillesse) comme lui ?
Combien nous coûte-t-il à entretenir ?

Achille

@ Serge HIREL | 09 février 2024 à 14:36
« La France, aux mains d’un président assoiffé de pouvoir personnel et d’un gouvernement hétéroclite - comment Belloubet et Dati peuvent-elles cohabiter ? -, a fait un grand bond en arrière... »

Ne nous plaignons pas trop. Ayons une pensée émue pour nos amis américains qui cette année vont devoir choisir entre réélire un président cacochyme en exercice ou reprendre pour quatre années son prédécesseur un peu chtarbé.

La France, au moins, a deux jeunes chefs de l’Exécutif en pleine forme physique et intellectuelle.
Bon, tout n’est pas parfait, mais la perfection n’est pas de ce monde. Leurs prédécesseurs eux aussi, ont fait quelques bourdes. Et puis quand on est au bord du gouffre, comme vous le prétendez, mieux vaut faire un grand bond en arrière plutôt qu’en avant…
Comme l’a fort bien dit Sylvain Tesson : « La France est un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer. »

yves

François Bayrou retourne faire des plans qui auront peu de chances d'être adoptés par un gouvernement dont le commissaire rejette la politique.
Méprisé, humilié, oui, mais... prébendé !

Serge HIREL

Ouf ! Ça y est ! Nous y sommes ! Nous avons atteint le fond ! Un dernier coup de pelle hier soir... et nous voici revenus aux charmes trop longtemps oubliés de la IVe République, enfouis depuis 65 ans.

Le puisatier est un génie. En moins de six semaines, il a achevé son œuvre, entreprise dès 2016 grâce à une technologie inédite, le « en même temps ». Devinant qu’il était proche du but, ces dernières 48 heures il a décuplé ses forces : expulsion d’un revenant à qui il doit tout, coup tordu infligé à son jeune apprenti Premier ministre, limogeage sans appel d’une chef de service qui ne plaît pas au petit personnel et qui, de plus, pleurniche, et, l’apothéose, retour en grâce d’une égérie autrefois installée place Vendôme... Ce qui, cerise sur le gâteau, lui a permis de pratiquer son sport favori : la descente en zigzags.

Déjà, dès le début de cet hiver, le brillant artisan surdoué avait réalisé une prouesse digne de celles de nos illustres dirigeants qui, en moins de douze ans, avaient réussi l’exploit de tuer une République. Il avait roulé dans la farine un parti d’opposition qui se refusait à lui tout en l’aguichant de temps à autre. Certes, pour ce faire, il était un peu sorti des clous en utilisant une arme interdite, le Conseil constitutionnel... mais la fin justifie les moyens, n’est-ce pas ?

En janvier, il avait remarquablement récidivé en s’emparant manu militari de deux proies, dont l’une, tête de gondole appréciée de ce même parti, pourrait de surcroît, dans deux ans, lui offrir la Ville de Paris. Ce coup de main n’était pas une manœuvre nouvelle dans sa panoplie de détrousseur d’adversaires, mais, depuis ses conquêtes réussies de 2017, il avait multiplié les déboires...

Tout aurait été au zénith si, aussitôt son nouveau bail entamé, ces emme*deurs de Français n’avaient pas décidé, il ne sait pourquoi, de lui fournir une Chambre ingouvernable... Ingouvernable sauf à rééditer les conspirations éphémères et les ruses sournoises des ancêtres qui, sous la IVe, se maintenaient au pouvoir grâce à de savantes acrobaties.

Accuser le Président d’être le seul à envisager le retour des coalitions de papier serait malhonnête. Depuis 2022, les partis de droite, qui ne peuvent triompher que solidement unis, ont multiplié les escarmouches entre eux, quand ceux de gauche s’agglutinaient au sein d’un regroupement improbable, qui aujourd’hui, a volé en éclats sous les coups répétés d’un gourou devenu dangereux.

Bref, depuis dix-huit mois, pas à pas, coups de menton inutiles après mesures aberrantes, la France, abasourdie par la montée des cataclysmes (immigration, insécurité, émeutes, menaces de guerre, inflation, déserts médicaux, justice encalminée...), constate, impuissante à enrayer le mal, le retour d’une époque qui s’est achevée à la veille d’une guerre civile.

Nos pères, alors, disposaient d’un recours. Qu’on le considère comme un héros ou un usurpateur, de Gaulle, au printemps 1958, a sauvé le pays... Cette fois, de Gaulle est mort et bien mort. Il n’est pas remplacé. Même ses admirateurs d’aujourd’hui ne sont plus dignes de lui et les pires faussaires de sa démarche politique se réclament parfois de sa volonté et de sa résilience...

La France, aux mains d’un président assoiffé de pouvoir personnel et d’un gouvernement hétéroclite - comment Belloubet et Dati peuvent-elles cohabiter ? -, a fait un grand bond en arrière... mais nul Général ne viendra lui rendre la raison, nettoyer les écuries et rebâtir sa splendeur.

Le risque est immense qu’elle n’éprouve l’ivresse de se jeter dans les bras du premier venu qui saura lui faire croire qu’il sera un amant protecteur. L’un d’eux sévit déjà au 55, rue du Faubourg-Saint-Honoré, mais sa date de péremption approche... Les cavaliers d’un soir de bal sont nombreux, mais aucun n’est chevalier.

Jérôme

J'ai lu qu'Emmanuel "Kadyrov" Macron aimait bien le vin rouge. Comme quoi il peut y avoir un peu de bon en tout homme.

Exilé

@ Giuseppe | 09 février 2024 à 10:39
« Les citoyens se détournent des urnes, ils voudraient que ce monde change, ils ont écrit que cela allait très mal, Macron a tenté, mais depuis des décennies ces rentiers n'ont fait qu'enterrer le pays. On peut changer tous ces types au Sénat, un grand coup de balai, en fait les parlementaires bougent, les maires ne sont pas satisfaits et l'on retrouve toujours les mêmes rentiers au Sénat et ailleurs. »

En fait, la plupart des électeurs n'ont pas encore compris que les problèmes n'étaient pas seulement imputables aux seuls hommes politiques au pouvoir - ou du moins à ce qu'il en reste - mais au Régime lui-même, qui bloque à sa guise par l'intermédiaire de certains de ses rouages abusant de leur position tout ce qui le dérange, comme par exemple les résultats du référendum de 2005 ou plusieurs lois allant dans le sens de la liberté et de la sécurité des Français comme la loi immigration etc. pour ne pas parler de décisions judiciaires scandaleuses qu'il n'est même pas possible de dénoncer par une procédure indépendante de suspicion légitime (cela vaut aussi pour les divers conseils étatiques, particulièrement liberticides).

Il faut comprendre que la prétendue démocratie française n'est qu'une gigantesque arnaque et que ce ne sont pas les élections qui permettront d'y changer quelque chose, à moins d'une révolution si la pression finit par faire sauter le couvercle de la marmite.

Isabelle

Pendant que nous pérorons à propos du sieur Bayrou, l'islamisation de la France va crescendo.

"Toute guerre a un objectif, et celui de l’islamisme mondial est de faire régner partout l’ordre de la charia, de reconquérir tous les pays qui furent jadis musulmans (Balkans, Espagne, Sicile, Portugal, Inde, Israël, etc.), qu’il veut réunir à terme dans un califat, afin d’islamiser la planète entière. Mais, sachant que de nombreux pays sont militairement plus forts qu’eux, les islamistes doivent désarmer d’abord l’Occident grâce à l’interdiction de toute critique de l’islam sous couvert de lutte contre l’islamophobie."
“La Stratégie de l’Intimidation” Alexandre Del Valle

Pendant ce temps-là, en France, la macronie mélenchonniste poursuit sa tâche délétère !

Marie Guévenoux, nouvelle ministre déléguée aux Outre-mer disait en 2018 : « Enseigner l’arabe à l’école, pourquoi pas ? »

Nicole Belloubet remplace Gabriel Attal, de l’anti-Attal.
Quid du port de l’abaya dans les écoles ?

La macronie ne lutte pas contre l’islamisation de la France, au contraire.
Un pas en avant, deux pas en arrière.
Un gouvernement de girouettes ; affligeant !

Axelle D

@ hameau dans les nuages, 9 fév 09:55
"...lui (FB) ce sont les canassons. Le problème est qu'il se croit encore yearling. Je reconnais que lâcher la rampe peut être souvent difficile.

Quoique "on n'achève bien les chevaux !"
Mais on ne va pas le piquer non plus... Nous ne sommes pas des bêtes !
Enfin, pas tous !
Coucou BB !

Ugo

@ Ellen | 09 février 2024 à 00:49

Bonjour et bravo pour votre analyse critique de ce qui se passe.

Doit-on penser que Pinocchio fait la pluie et le beau temps en matière de justice comme jadis nos rois ? Tout cela est de l'enfantillage... que sommes-nous devenus... il a son mignon maintenant et l'on aurait pu croire que cela lui aurait suffi avec son ambassadeur LGBTQ monsieur Berton, non grata en Afrique... non, ses caprices n'ont pas de limites !

Ugo

Loin de nos petites affaires politichiennes minables françaises... l'interview de Tucker Carlson fait la une mondiale...

https://www.youtube.com/watch?v=QCJmV7WRYYs

Giuseppe

Hier j'ai regardé un documentaire fabuleux qui en disait long sur l'inutilité politique et le désastre permanent de l'évaluation de toutes les politiques:

"Les Doléances, documentaire d’Hélène Desplanques, est un puissant réquisitoire citoyen pour la restitution d’un bien public empreint de la colère des gilets jaunes : 19 899 cahiers de doléances, noircis de quelque 200 000 contributions."

https://www.la-croix.com/culture/les-doleances-un-bien-commun-a-rendre-public-20240208#:~:text=Les%20Dol%C3%A9ances%2C%20documentaire%20d'H%C3%A9l%C3%A8ne,de%20quelque%20200%20000%20contributions.

Commissaire Machinchose Bayrou est un homme politique du passé, il aurait été dans son rôle justement de répondre à cette attente monumentale des citoyens français, cela aurait été sans doute plus profitable aux citoyens:

"Des questions qui habitent Fabrice Dalongeville, le maire d’Auger-Saint-Vincent, petite commune de l’Oise, au cœur de ce documentaire citoyen signé Hélène Desplanques. « Je me sens trahi, car j’ai promis à mes administrés des choses qui n’ont pas été tenues… », confie le maire rural, touché par ces Français qui ont confié à la République « tout ce qu’ils avaient sur le cœur »."

Bayrou ne fut rien, un vulgaire chef de parti dont on voit ce qu'ils deviennent tous, et "les Doléances" auraient été un moyen de sentir la température ambiante, de corriger et prévenir et porter un projet futur de modernisation.

Bayrou, l'Obèse du Sénat, tous ces chefs de partis qui ont tué la fluidité d'un pays, l'inventivité, parce que vieux, sans âme et s'empiffrant de mandats à n'en plus finir.
Je veux bien qu'on critique les résultats de Total, mais heureusement encore que certains gagnent de l'argent, car pour les autres rentiers politiques en place depuis des décennies ils ne savent que dilapider.

La faute à l'électeur c'est sûr, la faute aux partis qui pensaient avoir une rente à vie, et la faute à ces nuls qui s'incrustent à vie dans la politique.
Les citoyens se détournent des urnes, ils voudraient que ce monde change, ils ont écrit que cela allait très mal, Macron a tenté, mais depuis des décennies ces rentiers n'ont fait qu'enterrer le pays.

On peut changer tous ces types au Sénat, un grand coup de balai, en fait les parlementaires bougent, les maires ne sont pas satisfaits et l'on retrouve toujours les mêmes rentiers au Sénat et ailleurs.
Et toujours de pleurnicher après LFI et le FN/RN pourtant élus démocratiquement. À qui la faute ?

L'électeur a peur du changement il se rassure de vieilles badernes et de vieilles recettes, on a mis sous le tapis ces cahiers de doléances, ce n'est pas qu'ils étaient dérangeants mais plus par fainéantise, manque de convictions et ronronnement de parlementaires qui nous parlent de tout sauf des vrais déchets de leur politique.

L'hôpital est une catastrophe, on n'a pas encore ouvert le numerus clausus, obligés de faire notre marché à l'étranger, la caste des mandarins qui protègent leur assiette et tout est ainsi, et il faudrait rattraper l'indigence passée de hâbleurs qui ont mis le pays en faillite et les comptes en cessation de paiement.

11 000 000 de pauvres dans le pays, une dette stratosphérique et toujours les mêmes, Le Maire qui nous explique jour après jour que le diable n'avait pas de queue. L'intérêt de la dette c'est 48 milliards, c'est de la mauvaise graisse, c'est juste parce que le pays et les élus ne comptent pas, c'est juste parce que nous élisons des nuls. Et toujours les mêmes qui nous racontent les mêmes histoires, les mêmes balivernes depuis des années.

Un pays qui a la Santé à la ramasse est un pays moribond, il ne reste plus qu'à appeler à nouveau les phénix de nos bois, Jacquattali, Botul, Ferry et tant d'autres chiromanciens devant l'éternel... J'oubliais Pépère et Ségo, cerises sur le gâteau, clients avisés de médias en mal de lucidité.

Ségo l'agronome qui envoie des âneries sur nos voisins dont le seul tort est de vendre des oranges au prix que les miséreux de notre pays peuvent seulement s'offrir. Si elle pouvait l'éteindre de temps en temps cela ferait des vacances, elle, la grande bourgeoise qui nous a coûté avec Pépère une ardoise colossale avec leurs portiques jetés à la poubelle. Nous sommes fichus.

hameau dans les nuages

@ Xavier NEBOUT | 09 février 2024 à 07:57

Non, lui ce sont les canassons. Le problème est qu'il se croit encore yearling. Je reconnais que lâcher la rampe peut être souvent difficile. Tenez, moi, quand je ne pourrai plus faire de bois... :)

Michel Deluré

@ Alpi 08/02/24 17:35

J'aurais dû faire preuve en effet de plus de prudence et préciser que l'épée de Damoclès n'était que "provisoirement écartée" ! Le Parquet m'a tout juste laissé le temps d'achever et d'envoyer mon commentaire. Et après, de mauvaises langues affirmeront que la justice n'est pas rapide ! En tout cas, sale semaine pour ce pauvre Bayrou.

glw

@ Ellen | 09 février 2024 à 00:49
"Vous avez dit bizarre ? comme c'est bizarre !"

Mais enfin, puisqu'on vous dit et répète que le temps judiciaire n'est pas le temps politique. Il ne s'agit là que d'une malheureuse concordance de temps. Ou alors, c'est une question d'horoscope, celui de Bayrou devait vraiment être mauvais. Allez savoir...

Xavier NEBOUT

Il y a deux types d'élus: ceux à qui on fait appel - "sois notre chef" - et ceux qui cherchent à l'être, inévitablement plus ou moins fripouilles et plus ou moins atteints d'un pète au casque.
Il semble que bien peu de Français en sont conscients faute de vouloir le savoir tant il est plus confortable d'être un veau qu'un insoumis. "Les Français sont des veaux", quelqu'un n'avait pas dit ça ?
Précisément, De Gaulle avait eu l'habileté de ne pas chercher à être élu, mais de faire en sorte qu'on vienne le chercher, et la nuance est de taille.

Alors Bayrou, il me fait penser à un éleveur de veaux qui a chaud au derrière avec le parquet qui a fait appel de sa relaxe.

stephane

Bayrou fut un très bon candidat à la présidentielle et a eu raison avant tout le monde sur la dérive déficitaire du pays.
Mais ça c'était avant.
Depuis il est devenu bien terne.
Ce jour il débute sa campagne pour 2027, Joe Biden sorti de l'Ehpad et tenu en permanence par deux infirmiers lui ayant donné des idées.
Mais Bayrou sera bien seul, ayant réussi à réduire l'ex-UDF à une troupe de scouts. On aurait aimé qu'il fît de même avec l'endettement du pays et la présence des islamistes.

Achille

Il semble vraiment qu’il y ait un conflit de génération entre les deux chefs de l’Exécutif et François Bayrou. Ils n’utilisent pas le même logiciel, comme on dit maintenant. Le maire de Pau en est resté à la version 3.1 de Windows, alors que le Président et le Premier ministre utilisent la dernière version de Linux.
J’imagine que ce doit être assez pénible de devoir écouter les conseils d’un personnage qui prend un air paternaliste pour vous prodiguer des conseils dont la date de péremption est dépassée depuis longtemps.

FB avait déconseillé au Président de prendre Élisabeth Borne comme Première ministre, trop psychorigide à son goût. Il lui a ensuite déconseillé de choisir Gabriel Attal, trop jeune, trop inexpérimenté. Finalement, sans vraiment le lui dire, mais en le faisant clairement comprendre, le meilleur pour Matignon c’était encore un vieux sage qui connaît bien la politique, en l’occurrence lui.
Eh ben bon, ça ne marche plus comme ça. D’autant que l’expérience de François Bayrou ne s’est jamais vraiment traduite par des résultats convaincants. D’ailleurs ses propres troupes du MoDem ne semblent pas le suivre dans sa démarche de "grand outragé" et entendent bien rester dans la majorité.
Et comme un malheur n’arrive jamais seul, voilà maintenant que le parquet fait appel de la relaxe du patron du MoDem.
Il y a des jours comme ça où rien ne va comme on le voudrait.

Claude Luçon

@ Robert Marchenoir | 08 février 2024 à 22:51
"François Bayrou... voyons voir. Il serait, nous dit-on, un homme politique. Qu'a-t-il fait, depuis les trois derniers siècles où il a exercé cette profession ?"

Étonnant ! Il paraît jeune pour son âge ?

Ellen

Le film n'est pas fini. François Bayrou de nouveau suspendu sur un fil de rasoir. Oh, la justice, si elle n'existait qu'est-ce qu'on s'ennuierait...

Y a quelque chose qui cloche...

- Lundi 5 février la justice prononce la relaxe pour FB.
- Mardi 6 février, RV avec E. Macron à l'Elysée. FB refuse de rentrer au gouvernement et décline 2 postes de ministre lui ayant été proposés.
- Jeudi 8 février, le Parquet annonce qu'il fait appel de la relaxe contre FB.

Mais à quoi ils jouent tous ?

Vous avez dit bizarre ? comme c'est bizarre !

Tipaza

Je m’interrogeais au sujet des convictions d’Emmanuel Macron sur l’Éducation nationale, constatant qu’il avait choisi alternativement des ministres aux convictions opposées.

Voilà qu’il vient de choisir Nicole Belloubet, pédagogiste affichée, aux convictions sur l'autorité et le respect de la laïcité dans l’école à l’opposé de celles de Gabriel Attal.

Femme de la gauche la plus pédagogique qui soit, et en même temps rectrice, elle aura le choix entre deux comportements.

Défendre le pédagogisme en niant les premières orientations restaurant un semblant d’autorité, d’ordre et aussi disons-le un certain élitisme, prises par GA lors de son bref passage au ministère.

Ou bien se comporter en rectrice qu’elle fut, et obéir aux ordres de celui qui avait déclaré emporter avec lui l’Éducation nationale à Matignon.

La femme de caractère qu’elle fut deviendra-t-elle une femme politique « soumise » ?
Nous le saurons bientôt en suivant le passionnant feuilleton du ministère de l’Éduc nat. ;-)

Robert Marchenoir

François Bayrou... voyons voir. Il serait, nous dit-on, un homme politique. Qu'a-t-il fait, depuis les trois derniers siècles où il a exercé cette profession ? À tout le moins, quelles sont ses positions ?

La vérification peut se faire rapidement. Quels sont les problèmes les plus critiques que la France doit affronter ?

1.- Au premier chef, la guerre. Plusieurs responsables militaires de haut niveau, en Europe, alertent sur un risque de conflit ouvert à court terme. Les menaces sont multiples : Russie, Chine, Iran...

2.- La conquête et la subversion musulmanes.

3.- L'immigration de masse.

4.- L'explosion de la délinquance.

5.- La tyrannie exercée par l'État et ses alliés : fonctionnaires, associations, agents du terrorisme intellectuel et social anti-blancs... Elle passe par la dépense publique délirante, des lois et normes oppressantes et des institutions anti-démocratiques.

6.- L'écologie, gigantesque menace contre notre civilisation, notre mode de vie et notre prospérité.

7.- La paresse généralisée, le refus du travail, le mépris de la production et des richesses (ce qui inclut la désinvolture éducative).

Je serais bien en peine de dire ce que François Bayrou pense sur l'un seulement de ces points. Ne parlons même pas d'actions à son actif.

Patrice Charoulet

Bayrou ne vient pas. Bonne nouvelle.

elektra

François Bayrou, 72 ans, haut commissaire au plan depuis 3 ans : et nul article de fond dans la presse sur son bilan à ce poste.
Pas juste, d'être coincé à ce portefeuille et "empêché" de poste prestigieux depuis 7 ans à cause de ces (ses ?) ennuis judiciaires.
Mais à n'en pas douter, il a dû faire de sacrées étincelles à ce poste pendant ces 3 ans et ce en toute modestie, car il n'en parle jamais.

Giuseppe

Il n'est pas encore sorti de l'auberge, il y a appel, Bayrou fera donc un autre tour de piste, il va passer au trapèze, au courant de rien, lui le ventre mou de la politique.
Commissaire d'un machin dont on se demande à quoi ça sert, et encore des ministres, toujours plus de ministres et d'élus pour une France en faillite.

Il va continuer à écumer les plateaux TV, Bayrou c'est le bon client, il n'a aucun résultat probant depuis qu'il hante les couloirs de tous les ministères, il a traversé toutes les époques, a fait croire qu'il était le recours, il représente la France des transis, de la petite bourgeoisie qui place son pognon dans l'assurance vie et les unités de compte. Le Joseph Fouché de la vie politique passée et à venir.

Serge HIREL

@ Achille | 08 février 2024 à 13:24
« Ministre des Armées était semble-t-il indigne de sa position de vieux sage (ou singe) de la politique. »

La Défense étant l’un des piliers du « domaine réservé », ministre des Armées, Bayrou n’aurait eu que deux options : ou il acceptait son rôle d’adjudant de compagnie aux ordres du commandant suprême - Lecornu fait ça admirablement - ou il se la jouait Chevènement... Problème : il aime le beau maroquin - il en a été sevré pendant sept ans - mais n’a jamais su ni obéir, ni se taire... De plus, il a coutume de trahir.

La bonne nouvelle : l’ex-prof, qui, en quarante-huit heures, a tout de même fait pas mal de dégâts, retourne au coin pour au moins un an, le conseil de discipline qui l’avait épinglé étant mécontent de la décision de relaxe... Et dire que, encore ce matin, en se rasant, le Seigneur de Pau ne pensait déjà plus qu’au tapis rouge de l’Elysée, un beau matin printanier de 2027... « Adiu » dit-on en béarnais.

------------------------------------------------------------------


@ Tipaza | 08 février 2024 à 12:03
« ...on peut quand même se poser la question de la façon dont le président choisit ses ministres de l’Éducation. Passer de Blanquer à Pap Ndiaye était déjà surprenant »

Il se dit dans les officines parisiennes que le zigzag du Prince va se poursuivre, qu’il pourrait nommer Nicole Belloubet à Grenelle... Les syndicats d’enseignants sablent déjà le champagne, ils vont retrouver les commandes qu’Attal leur avait chipées.
Premier commentaire : Pitié ! La France ne mérite pas ça... Mais, à la réflexion, le DRH élyséen a encore pire dans les placards... Taubira.

Alpi

Ben dites donc, cher Philippe ! Pas grand monde pour vous suivre dans la Bayroumania...

Pour être honnête, je ne l'ai jamais entendu proférer de grosses c... La parole est réfléchie, posée, mesurée, tout comme les idées, sans doute trop molles ? N'a-t-on pas toujours dit que le centre était le ventre mou de la droite et de la gauche modérées ?
Bayrou, c'est le mou du mou. Malgré son CV long comme le bras, rappelé par Giuseppe, il n'a jamais pu atteindre l’Élysée, ni même Matignon.
Pas assez de gnaque ? Un positionnement trop fluctuant ? Un discours trop policé ?
Ce qui est certain, c'est que maintenant il lui manque la jeunesse !
Trop tard l'ami...

---------------------------------------------------------------------

@ Michel Deluré
"L'épée de Damoclès judiciaire suspendue au-dessus de sa tête étant apparemment écartée, FB a très certainement mal accepté de n'être pas récompensé à la hauteur de ce qu'il espérait, lui, le faiseur de roi en 2017."

Pas de pot, le Parquet vient de faire appel...
On repart pour 7 ans ?

Jérôme

Les propos d'Amoindri Oudéa-Cassetoidla n'étaient pas maladroits mais mensongers.
Elle a une morgue, une suffisance, un mépris qui n'a rien à envier à son maître.
Affligeante.

anne-marie marson

Je n'ai pas d'avis sur François Bayrou.

Pourtant, vouloir être ministre des Armées à l'heure où la France se bat à coup de poulets congelés ukrainiens, ce n'est pas très honorable.

En ce qui concerne AOC, j'espère qu'elle ne démissionnera pas, pour avoir choisi le meilleur pour ses enfants, contre les oiseaux de mauvais augure de la nullissime et inutile Education nationale.
Surtout s'il est question pour lui succéder de Nicole Belloubet, ancienne calamité ambulante.

E. Macron est le premier président "nuage de points", qui ramasse tous les mots statistiquement les plus utilisés, pour en faire des discours.

Parmi ses déclarations les plus célèbres, on peut citer "il n'y a pas de culture française" et "la France est coupable de crimes contre l'humanité", discours reçu 5/5 par certains "déséquilibrés" qui se disent que désormais il est temps d'aller trucider quelques Français, blancs de préférence.

Florestan68

Cher Philippe Bilger,

On ne lui marchandera pas son courage et son honnêteté politiques.
Mais pour le reste…

D’abord il n’aura pas laissé un souvenir impérissable rue de Grenelle.
Ensuite, que de chemin parcouru depuis 91, lorsqu’il avait signé le Manifeste sur l’immigration de Villepinte, ce qui lui vaudrait aujourd’hui d’être classé à l’extrême droite !

On gardera de lui l’image d’un homme politique qui aura largement contribué (avec Juppé) au glissement général du monde politique vers la gauche, ce qui n’est en rien un compliment, car il aura ainsi participé au déni général du réel et partant au déclin de ce pays.

Si les trahisons se multiplient à droite, si la tentation du centre est devenue permanente, elles le doivent en partie à toute l’énergie qu’il a mise pour tirer la droite, dont il était jadis un compagnon de route, vers le centre, ce qui la rend inapte à s’attaquer avec vigueur aux maux dont souffre ce pays.

Bayrou aura passé sa vie politique à discréditer voire tuer la droite.

La lucidité devrait l'amener à se retirer de la vie politique nationale avant de connaître l'odeur du goudron et le goût des plumes. Mais comme il est plus ego que les autres...

P.-S.: personne ne relève cette incongruité : Bayrou découvre soudainement qu'il n'est pas d'accord avec la ligne Macron-Attal, ce qui justifie son refus d'entrer au gouvernement. Cela fait pourtant sept ans qu'il suit Macron dans son "en même temps", sans que cela ne lui pose problème, lui-même ayant fait sa carrière politique sur ce credo. On ne veut pas croire que le refus qu'il a essuyé d'être numéro 2 du gouvernement lui aurait miraculeusement ouvert les yeux...

Achille

@ Serge HIREL | 08 février 2024 à 12:18
« C’est le contraire qui est souhaitable ! Elle se portait et se porterait mieux sans lui...
Bon, pour l’instant, tout va bien : il a raté son atterrissage dans un ministère. »

Ministre des Armées était semble-t-il indigne de sa position de vieux sage (ou singe) de la politique.
Les militaires apprécieront…

Serge HIREL

@ Achille | 08 février 2024 à 11:08
« Il est temps qu’il [Bayrou] revienne sur Terre ! »

C’est le contraire qui est souhaitable ! Elle se portait et se porterait mieux sans lui...
Bon, pour l’instant, tout va bien : il a raté son atterrissage dans un ministère.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS