« Pourquoi les promesses sont-elles si rarement tenues ? | Accueil | Un Garde qui ne protège pas... »

20 mars 2024

Commentaires

Robert Marchenoir

@ caroff | 29 mars 2024 à 00:12

Merci. Cependant...

Aliocha

@ Robert Marchenoir

Indices, on soupçonne une mentalité arabe, où comment détruire l'interminable logorrhée précédente en une simple phrase de suprémaciste qui peine à reconnaître que l'Occident n'est plus en position dominante, et se vautre à l'habitude en son sophisme réitéré, propagande inconsciente des méthodes russes.

Aveu, vous ne connaissez pas l'Angleterre, et encore moins LSE, ce qui explique que vous soyez victime des démagogues de toute couleur, race, religion, classe sociale, qui instrumentalisent vos pulsions immatures.
Caroff pourra témoigner, s'il est honnête, de ses contradictions passées à votre endroit sur les statistiques erronées et autres tests de QI qui ont indiqué votre soumission déjà à de multiples reprises à l'idéologie suprémaciste.

Aliocha

Toute mon admiration pour le courage et l'abnégation à tous ceux qui refusent l'instrumentation pourvoyeuse d'arguments de dénazification, opérée par les démagogues sur des populations vieillissantes qui peinent à canaliser leurs pulsions, imitent en ceci les méthodes de propagande russe, à son exemple traitent de nazis ceux qui contredisent leur propos délirant.

https://www.publicsenat.fr/actualites/international/italie-les-paradoxes-de-la-politique-migratoire-de-giorgia-meloni

https://www.publicsenat.fr/actualites/international/immigration-record-au-royaume-uni-les-mensonges-du-brexit

Il ne s'agit pas ici, comme la propagande en question voudrait le faire croire, de ne pas contrôler le phénomène migratoire, mais de cesser d'en faire le bouc émissaire des dysfonctionnements démocratiques instrumentalisés par les ennemis de la démocratie, qui entretiennent les passions morbides aux fins de la détruire de l'intérieur.
Il n'est pas interdit de cesser d'être stupide.

caroff

@ Robert Marchenoir 18h53

Toute mon admiration pour le courage et l'abnégation que vous mettez à renvoyer Aliocha et sa prose absconse dans le néant de ses arguments.

Quand il assène "J'ai déjà dit et je répète, depuis dix ans maintenant environ, que s'il existe chez nous un phénomène migratoire, c'est parce que nous en avons besoin, mais cela ne vous intéresse pas", je revis la merveilleuse époque des années 1980 avec Bernard Stasi (un tel nom ne peut s'inventer...) fier de son bouquin "L'Immigration: une chance pour la France".

Exactement 40 ans après cette affirmation qui sera une des plus grandes inepties du siècle dernier (qui pourtant n'en manque pas), et 263 morts dont deux enseignants décapités plus tard, on ne peut que rester béats devant tant de clairvoyance.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 27 mars 2024 à 09:56
"Robert Marchenoir, suprémaciste blanc qui nous ressort cycliquement ses sophismes de hiérarchisation par la race."

Ah, voilà. Nous franchissons maintenant un degré supplémentaire dans l'insulte et l'intimidation. Osez vous opposer à l'immigration, et vous êtes un "suprématiste blanc".

Ce qui est très mal, naturellement. Les Blancs doivent rester à leur place : tout en bas de l'échelle, à la niche, sans cesse en train de s'excuser d'exister. En versant des "réparations" à des Noirs qui n'ont jamais été réduits en esclavage, extorquées à des gens qui n'ont jamais réduit personne en esclavage.

Toujours rien sur Suella Braverman, Rishi Sunak, Ben Habib et tous les autres, qui ont fait jaillir de sa boîte, à l'origine, sur ce fil, le kaguébiste local Aliocha, brandissant son bâton à corriger le crime-pensée contre les piliers de l'orthodoxie de gauche : l'immigration de masse, la suprématie de toutes les races du monde par rapport aux Blancs (sauf les Asiatiques du Sud-Est et les Juifs, là c'est moins clair), la tolérance face à la criminalité, l'économie dirigée, l'assistanat et la mise sous tutelle des nations européennes par l'organisation bruxelloise.

Inscrivez-vous un tant soit peu contre cette religion de gauche, et vous êtes un "suprématiste blanc".

Curieusement, le membre de la Stasi putatif qui porte ces accusations ne reproche pas à Suella Braverman, ex-ministre de l'Intérieur britannique, Rishi Sunak, Premier ministre, Ben Habib, chef adjoint du parti Reform UK, d'être des "suprématistes marron".

Ce sont pourtant bien des "personnes de couleur", comme disent les gauchistes, et ce sont bien leurs violentes accusations contre l'immigration sans limite qui ont incité le secrétaire de la cellule du parti communiste des commentateurs de Philippe Bilger à tenter, sans grand succès jusqu'à présent, de me mordre les mollets une fois de plus, selon ses sales habitudes.

Celui qui a rêvé toute sa vie d'entrer au KGB, mais n'a réussi pour l'instant qu'à lire la Bible à l'envers, ne peut pas, non plus, accuser Braverman, Sunak et Habib d'être des "racistes", puisqu'ils appartiennent à une race, contrairement aux Blancs, et que par définition les non-blancs ne peuvent pas être racistes (sauf les Juifs, curieusement ; la mentalité gauchiste a de ces détours...).

Braverman, Sunak et Habib, ou leurs familles, ont fait des pieds et des mains pour émigrer en Angleterre, pays peuplé de sales Blancs racistes, ce qui tend à démontrer une certaine "suprématie", en effet, de la civilisation blanche dont ce pays est un bâtisseur éminent.

Bizarrement, on voit fort peu de Britanniques risquer leur vie pour émigrer au Kenya, à l'île Maurice, en Inde ou au Pakistan. Mais c'est sûrement parce que tous ces peuples sont tellement "supérieurs" à nous...

Crime suprême, ces éminentes personnalités d'origine étrangère, une fois installées dans la place, se mêlent de défendre la civilisation blanche qui les a attirées à l'origine. Elles tendent même à la défendre bien plus vigoureusement, et courageusement, que les Blancs persécutés par le harcèlement "anti-raciste" de la gauche. Elles vont bien plus loin qu'un Jordan Bardella, une Marine Le Pen ou un Nicolas Dupont-Aignan.

Le garde des sceaux communistes Aliocha percute ici de plein fouet l'absurdité de ses idées imbéciles. Il n'a aucun moyen rationnel de traiter ce fait incontestable.

Il le passe donc entièrement sous silence, et tente de détourner l'attention par quelques insultes idiotes. Le quotidien The Telegraph, que j'ai cité, et qui rapporte les déclarations des personnes en question, serait un "tabloïd".

Le mensonge est énorme, et quand bien même il n'en serait pas un, on ne voit pas ce que cela changerait. Que nous dit le néo-marxiste Aliocha ? Que le Telegraph a inventé des propos que Braverman, Sunak ou Habib n'ont jamais prononcés ? Bien sûr que non. Même lui n'ose pas énoncer une allégation aussi grotesque.

Vous noterez que l'accusation de "tabloïd" a maintenant complètement disparu de la logorrhée aliochesque. Aucune explication, aucune justification. Je n'ai rien dit, vous n'avez rien entendu.

Si cet argument alacon ne convient pas, j'en ai d'autres dans ma culotte. Par exemple, le type qui s'est contenté de rapporter les propos imprimés dans le Telegraph est un "raciste" (ça, c'est moi). Voilà qui devrait le terroriser définitivement et me permettre de remporter aisément cette joute verbale.

Hélas, le drôle continue (il a toujours continué). On va donc utiliser des munitions de calibre supérieur : il est un "suprématiste blanc".

Mais l'homme qui dissimule ses banales convictions socialistes derrière une pulvérisation incessante de pschitt-pschitt "culturel" (une giclée de Proust, une giclée de Baudelaire...) n'a toujours pas compris que l'insulte stalinienne ne fonctionne plus.

Cela fait longtemps que les Français (ou les Anglais, ou les Italiens, ou les Danois, ou les Polonais, bref une part croissante de l'Europe et de l'Occident) ont démasqué les trucs misérables de ceux qui tentent de ressusciter l'idéologie communiste sous des formes nouvelles.

Le niveau de la criminalité, de la dépense publique, du génocide culturel infligé par l'immigration est tel, désormais, que de moins en moins de gens sont prêts à se faire bien voir auprès des gauchistes en échange de leur silence sur le sujet. Le rapport coût/bénéfices s'est inversé. Il s'agit tout simplement d'une question de survie.

Le chihuahua Aliocha ne peut que japper faiblement à mes pieds, en avouant (ce qui est faux) qu'il aurait toujours dit que le "phénomène migratoire" est un besoin pour l'Occident.

— Tu vas bien, mon chéri ?

— Je pète le feu, poulette adorée. Seul un léger phénomène maladif m'afflige.

— Gnééé, mon roudoudou d'amour ?...

— Ce n'est rien, un banal cancer au cerveau.

Mais on note. Aliocha est sorti du placard, et nous a dit noir sur blanc qu'il était favorable à l'immigration de masse. Maintenant, une tâche surhumaine l'attend : démouler un semblant d'argument rationnel à cet effet, et nous dire pourquoi.

Vous avez demandé la police, ne quittez pas. J'attends toujours. Rien dans ce sens dans la dernière dégoulinade fournie.

En revanche, on y trouve cet amusant couteau Opinel du débatteur Internet totalement dépourvu d'arguments :

"Du derrière de son écran, a-t-il seulement mis les pieds une fois en Angleterre ?"

Il y a là, non pas un, mais deux consternants clichés qui feraient honte à un enfant de douze ans.

L'argument touristique : il faudrait "avoir mis les pieds" dans un pays pour être autorisé à en parler. À l'inverse, quelqu'un qui aurait "mis les pieds" dans un pays, "seulement une fois", aurait raison sur tous les autres.

À cette aune, Poutine, Mao et Hitler ont raison quant à la politique de leur pays respectif.

Vous noterez que seuls sont "derrière leur écran" les commentateurs qui ne rendent pas un culte à l'idéologie de gauche. Aliocha, lui, est en communication directe avec Dieu, qui transcrit directement sa pensée sur le blog à Bilger. Il est bien trop occupé à "mettre les pieds" en Angleterre, d'où il nous gratifie de sa science exclusive.

Laquelle est, surprise, surprise ! un banal concentré des préjugés socialistes et anti-libéraux : l'Angleterre, c'est mal, parce que le logement est cher à Londres, donc les étudiants y font de la co-location.

Ben... un peu comme à Paris, donc ? Ou dans toutes les villes du monde où les Aliocha d'ici et d'ailleurs envoient leurs enfants, parce que les universités y sont réputées, et que donc ils espèrent un salaire croquignolet à la sortie, ce qui fait, bien sûr, monter les prix du logement, toutes choses égales par ailleurs ?

Martine découvre l'économie. Aliocha n'en est même pas à ce point.

Bien sûr, si le logement est cher à Londres et en Angleterre en général, ça n'a strictement rien à voir avec l'immigration ! C'est parce que l'Angleterre n'est pas suffisamment socialiste !

Quand on ajoute 745 000 personnes en une seule année à la population (immigration nette en 2023), il faut bien les loger quelque part. C'est l'équivalent de la ville de Lyon, plus celle de Rennes !

Aliocha a sûrement "mis les pieds", une fois, en Angleterre, mais cela ne lui a pas permis de comprendre que si le logement y est cher, c'est, comme en France, d'une part à cause de l'immigration, d'autre part à cause de la régulation excessive qui entrave ou interdit la construction de logements.

Soit exactement le contraire des préjugés imbéciles des gauchistes, mais ceux-ci ont toujours été étanches aux faits.

Remarquer les trucs, c'est de droite.

D'ailleurs, je remarque que James Cleverly, le nouveau ministre de l'Intérieur britannique, qui vient de présenter un plan pour réduire l'immigration de 25 %, est... comment le dire sans infliger une crise cardiaque au lectorat gauchiste de ce blog ?... de race noire.

Vraiment désolé. Je n'y peux rien. Mais Aliocha va sûrement nous le traiter de "raciste" et de "suprématiste blanc", lui aussi...

Une fois de plus, on observera que l'homme qui passe son temps à donner des leçons de morale à tout le monde, en s'abritant derrière le petit Jésus, se comporte comme un gougnafier.

Je vomis sur l'Angleterre pour des raisons idéologiques, mais je lui reproche néanmoins d'avoir quitté l'Union européenne qui est mon Vatican à moi. Vous êtes de sales imbéciles, mais nous tenons à vous garder prisonniers au sein de l'Union en tant "qu'alliés".

C'est exactement la démarche de l'impérialisme russe, au passage, qui prétend que les Ukrainiens sont des frères, mais que s'ils s'avisent de s'éloigner de la Russie, ils seront envahis, torturés, violés et massacrés. Parce qu'on les aime.

J'obtiens de la Grande-Bretagne qu'elle accueille mon fils dans l'une de ses grandes écoles les plus prestigieuses, mais cela ne m'incite pas à mettre en sourdine mon mépris de ce pays.

À aucun moment, je n'envisage que si la London School of Economics possède des mérites tels que je fasse des pieds et des mains pour y envoyer mon fils, au point que je ne résiste pas à m'en vanter sur Internet, c'est peut-être, en partie, en raison des vertus du système millénaire britannique, sur lequel je vomis à l'instant même où je m'approprie tous ses mérites.

Voilà, précisément, la détestable mentalité d'un trop grand nombre d'immigrés, qui justifierait à elle seule le coup d'arrêt à l'immigration de masse que réclament les esprits les plus justes, comme Suella Braverman, Rishi Sunak, Ben Habib ou James Cleverly. Ainsi que la totalité des gouvernements britanniques depuis des décennies – ce point semble vous avoir échappé, malgré vos escapades touristiques en Grande-Bretagne.

On leur donne la main, ils nous prennent le bras. De-hors.
______

@ Tipaza | 27 mars 2024 à 07:15

Merci. Vos compliments excessivement flatteurs me conviennent parfaitement.

Je soupçonne pour ma part une mentalité arabe. Beaucoup d'indices.

Aliocha

Robert Marchenoir, suprémaciste blanc qui nous ressort cycliquement ses sophismes de hiérarchisation par la race, retourne cycliquement en son obsession démentie par les faits à ses accusations dont il ne sort jamais.
Du derrière de son écran, a-t-il seulement mis les pieds une fois en Angleterre ?
On peut se poser la question.
Il aurait pu sinon, plutôt que de se déchaîner sur un garçon dont il ne connaît rien mais qui lui donne une occasion supplémentaire de passer ses nerfs totalitaires, observer le mode de vie soviétique mais à prix d'or des classes moyennes britanniques qui se voient obligées de partager leur logis plus ou moins délabré pour en payer le crédit insensé, exemple parmi d'autres de systèmes à la ramasse qui voudraient encore démontrer leur supériorité dégradée.

Nous aurions pu, s'il était moins agressif et moins tendancieux à vouloir démontrer ses théories pourtant parfaitement dépassées, discuter des systèmes de sélection de l'éducation libérale qui, expérience effectuée, ne démontrent leur supériorité que par la constatation qu'ils ne savent que reproduire les atavismes de caste qui mènent l'Occident au point où il en est.

Tipaza comprendrait alors que l'expérience en cours pourrait partager avec lui l'année prochaine l'observation américaine après l'anglaise, mesurant à quel point le vase brisé par le prince dans le salon polonais n'a su que reproduire les désastres mondains dont il témoigne jour après jour qu'il en est la victime hypocrite, et à part invectiver son prochain, n'a que bien peu d'arguments à lui opposer quand, après avoir douté de l'efficacité de l'éducation d'un père qui a choisi de renoncer à tout pour éduquer son petit, il vient reprocher de témoigner du succès éclatant, jusqu'à maintenant restons prudent, de l'entreprise.

Tous deux, si critiques sur mes manquements grammairiens, prennent néanmoins la peine de me traiter, l'un de nazi, l'autre d'intégriste, signifiant ainsi qu'ils m'ont parfaitement entendu et, ne sachant me répondre, corroborant ma démonstration qui décrit leur contradiction, avouent benoîtement alors qu'ils ne savent tous deux que copier les woke qu'ils dénoncent plutôt que de reconnaître la vérité de mes propos, et me vouer aux gémonies de leur désir totalitaire dont ils réclament l'expression au nom de la liberté qu'ils voudraient m'enlever.

Ils ne savent donc, mimes aveugles de ce qu'ils dénoncent, ni ce qu'ils disent, ni ce qu'ils font, sont donc sélectionnables aux bontés du pardon, leur laissant par mon entremise la porte ouverte à toutes discussions, qui nécessitera cependant un certain apprentissage de la contrition dont on peut douter qu'ils y soient aptes, convaincus au-delà de toutes les évidences des supériorités d'une position dont tout témoigne qu'elle est fausse, donc intenable et qu'ils ne savent, pour séduire la maîtresse de maison, que briser le vase qui pourtant fait l'orgueil tout à fait pitoyable de son salon.

En conclusion, on ne peut que se demander qui, de Robert Marchenoir ou de Tipaza, est la poire à lavement et qui le courant d'air...

Tipaza

@ Robert Marchenoir | 27 mars 2024 à 03:20 (@ Aliocha)
"Aboyer sans cesse, comme un chien enfermé dans un appartement, ouah ! ouah ! ouaciste ! ouaciste !"

Vous avez parfois des fulgurances littéraires dignes des plus grands, Dali, Prévert, Desnos et autres surréalistes n'auraient pas fait mieux.
Lire cette phrase au petit matin, et la politique s'éclaire d'une lueur nouvelle ! ;-)

J'ai longtemps pensé qu'Aliocha était un troll soufi pratiquant une forme de taqiya, mais depuis qu'il s'est répandu sur la carrière de son fils, sans qu'on ne lui demande rien, je m'interroge, il y a tant de personnages chez Dostoïevski, dont un certain Prince Mychkine, qu'il s'est peut-être trompé de pseudo.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 24 mars 2024 à 22:12
"J'ai déjà dit et je répète, depuis dix ans maintenant environ, que s'il existe chez nous un phénomène migratoire, c'est parce que nous en avons besoin, mais cela ne vous intéresse pas."

Ah, enfin ! vous avouez : vous êtes pour l'immigration de masse. Eh bien, dites-moi, il vous en aura fallu, du temps... j'ai bien fait de vous marquer à la culotte.

Non, vous ne l'avez jamais dit jusqu'à présent. Vous vous êtes toujours défilé. Y compris sur cette page, où j'ai dû vous poser la question plusieurs fois. Vous vous êtes toujours abrité derrière une énorme couche d'hypocrisie et de lâcheté.

Aboyer sans cesse, comme un chien enfermé dans un appartement, ouah ! ouah ! ouaciste ! ouaciste !, voilà quel était le mode d'expression le plus rationnel sortant de votre bouche à ce sujet.

On en déduit que vous confirmez ce que j'ai toujours dit : être raciste, pour vous comme pour la gauche, c'est tout simplement s'opposer à l'immigration de masse. Car cette accusation, qui se veut infamante et que vous me crachez sans cesse à la figure, survient précisément lorsqu'on s'oppose à l'immigration.

Rien que sur ce fil, c'est bien ma recension des titres du quotidien The Telegraph, opposés à l'immigration, qui a déclenché votre aboiement automatique.

Énorme aveu qui est le vôtre : comme vous êtes incapable de faire interdire l'opposition à l'immigration, qui est une opinion politique parfaitement légitime, rationnelle et étayée sur des faits incontestables, vous empruntez les moyens des dictatures communistes, à savoir le harcèlement, la menace et la diffamation.

Ce en quoi consiste l'accusation de racisme, puisqu'elle met en danger de mort sociale et de condamnation judiciaire.

Et que, de surcroît, elle ne peut être ni prouvée ni réfutée, puisqu'il s'agit d'un crime-pensée. Contrairement aux méfaits de l'immigration, qui, eux, sont parfaitement démontrables, et démontrés.

J'attends maintenant que vous traitiez de racistes Suella Braverman, immigrée venue d'Afrique, Rishi Sunak, immigré venu d'Inde, Ben Habib, immigré venu du Pakistan, et bien d'autres.

Car c'est eux qui ont déclenché votre ire. Bien sûr, vous n'êtes pas assez courageux pour les accuser de racisme, eux. Votre escroquerie intellectuelle et morale serait un peu trop visible. C'est pourtant eux qui sont opposés à l'immigration de masse.

Maintenant, il vous reste à nous dire pourquoi nous aurions "besoin" d'immigrés qui violent nos lois par le seul fait de poser le pied sur notre territoire, qui nous haïssent, qui nous insultent, qui nous attaquent, qui nous volent, qui violent nos femmes, qui nous assassinent, qui se livrent à des massacres de masse contre nous au nom de leur religion barbare, qui siphonnent nos finances publiques par l'assistanat, le logement, l'éducation, la santé, les destructions en tout genre auxquelles ils se livrent, les émeutes périodiques qu'ils pratiquent, qui s'attaquent jusqu'à nos morts, qui cherchent à remplacer notre civilisation par leur culture arriérée et hostile à la nôtre, qui détruisent la beauté, l'excellence et la vie même, comme l'écrit la formidable chercheuse américaine Heather Mac Donald.

Allez-y. Expliquez-nous. Et ne faites pas comme si nous étions des oisillons tombés du nid. Ne faites pas semblant d'ignorer que tous ces méfaits sont amplement documentés.

"Vous avez besoin de justifier vos transgressions par l'agression [...]"

Votre interlude de rationalité n'aura pas duré longtemps. Vous retombez dans votre misérable jargon de petit cureton gauchiste, tellement arrogant qu'il s'imagine qu'avoir d'autres idées que les siennes est une "transgression", et que les exposer est une "agression".

"...constater l'échec du Brexit..."

Vous ne constatez rien du tout. Vous postulez de façon péremptoire.

"...la déception naturelle des Anglais..."

Toujours cette extraordinaire arrogance du gauchiste qui parle à la place des autres. Il n'y a aucune déception. Les Anglais ont décidé, ils sont partis, ils ne reviendront pas. Il va falloir vous y faire.

"...en leur environnement soviétique..."

Un Français gauchiste qui traite les Anglais de soviétiques... votre culot ne connaît décidément pas de bornes.

"...leur névrose de dominants..."

Là, vous faites très fort. Sottises marxistes + sottises freudiennes dans la même phrase. Vous savez que ce jargon est démodé depuis un bon demi-siècle ?

"Prétendre que ces propos soient hitlériens n'est même pas d'extrême droite, c'est juste faux et stupide [...]"

C'est parfaitement exact. J'ai expliqué pourquoi. Vous ne vous donnez même pas la peine de me réfuter. Je ne comprends pas très bien : vous vous prenez pour qui ?

Je renonce à m'attaquer au reste. Ce que vous écrivez est, comme à l'habitude, une offense à la grammaire, au bon goût, à la langue française, à tout ce qui fait l'éclat de notre civilisation. Je m'en voudrais de le reproduire. Que ces lignes soient publiées une fois est déjà un crime incommensurable.

Jove

@ Aliocha | 24 mars 2024 à 22:12
"J'ai déjà dit et je répète, depuis dix ans maintenant environ, que s'il existe chez nous un phénomène migratoire, c'est parce que nous en avons besoin, mais cela ne vous intéresse pas."

Définissez ce que vous entendez par "phénomène migratoire". Si vous l'entendez par importer des compétences (comme le font de nombreux pays à commencer par les USA), on peut être d'accord. Si vous l'entendez par importer massivement et hors contrôle des hordes de va-nu-pieds, on ne sera pas d'accord.

La politique migratoire de l'UE est une folie à plus d'un titre. C'est la politique de l'open-bar ou du "venez comme vous êtes", c'est selon. On détruit la civilisation, on plombe les comptes sociaux, on augmente l'insécurité, bref, on fait payer à ceux qui n'ont rien demandé les délires d'une caste hors-sol qui n'aura jamais à rendre de comptes à la hauteur de leur malfaisance.

Aliocha

@ Robert Marchenoir

Votre argument tellement répété n'a pas plus de sens que votre obsession qui tourne en rond.
J'ai déjà dit et je répète, depuis dix ans maintenant environ, que s'il existe chez nous un phénomène migratoire, c'est parce que nous en avons besoin, mais cela ne vous intéresse pas.
Vous avez besoin de justifier vos transgressions par l'agression, ce toxique qui lubrifie votre manie à défaut de la soigner, et vous rend vulnérable aux propagandes diverses, qui l'utilisent à leur fin démagogue.

Vos délires sur les éventuelles réactions de mon fils n'empêchent en rien de constater l'échec du Brexit et la déception naturelle des Anglais qui continuent à vivre en leur environnement soviétique excessivement onéreux à Londres comme à Newcastle, trompés comme vous l'êtes, confortés dans leur névrose de dominants qu'ils ne sont plus plutôt qu'invités à faire courageusement face à la réalité, et prendre leurs responsabilités, de quelque race, opinion politique ou religion qu'on soit.

Prétendre que ces propos soient hitlériens n'est même pas d'extrême droite, c'est juste faux et stupide, de l'ordre de la propagande totalitaire qui inspire tous les aveuglés qui cèdent aux pulsions des logiques de leur frustration, revendiquent d'en être les esclaves, bien entendu au nom de la même liberté partagée avec ceux qu'ils désignent comme leur ennemi, ce rival si nécessaire et fantasmé sans lequel ils ne pourraient plus transgresser et contribuer à détruire toute tentative de conciliation qui leur ôterait la médecine qui rend leur vie vivable, la haine en seul curatif de leur incapacité à l'émancipation.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 22 mars 2024 à 17:40
"L'hospitalité des Anglais, notre raciste invétéré pourvoyeur d'argument poutinien nous démontre en ces longues leçons de morale inversée qu'il n'y connaît rien, notamment du coût de la vie de nos ultra-libéraux dont le Brexit fait vivre sa classe moyenne dans un environnement soviétique, mais particulièrement onéreux. Qu'il continue à lire le Telegraph, et à nous arroser de ses contradictions, il ne sait que massacrer son talent, je le regrette sincèrement."

Mon talent vous emme*de. Il se porte fort bien, merci, et il n'a nul besoin de vous.

Il est pathétique de voir l'outrecuidance de la gauche, qui s'est toujours crue propriétaire exclusive du talent. Quand il ne marche pas sous sa férule, nous dit-elle, il va au "massacre". Ce n'est pas la tolérance et l'ouverture à l'Autre qui vous étouffent.

Une fois de plus, vous refusez de dire un mot, un seul, contre l'immigration de masse : c'est que vous la soutenez, tout en étant trop lâche pour le dire franchement. Une fois de plus, on voit que pour vous, est "raciste" quiconque s'y oppose. Une fois de plus, on voit que votre engeance a complètement détourné le sens de ce mot, pour lui faire dire le contraire de ce qu'il signifie.

Le racisme, cela a consisté, pour Hitler, à envahir des nations étrangères en y massacrant des gens pour le seul fait de leur race. Parce que le conquérant se prévalait de sa suprématie raciale.

Le racisme, sous votre plume et celle des gauchistes, cela consiste à refuser de se faire envahir par des peuplades étrangères. Cela consiste à refuser de se faire voler, attaquer, violer, massacrer, saigner à blanc, génocider culturellement par ces peuplades auxquelles vous nous interdisez de résister, au motif de leur suprématie raciale.

C'est vous, le raciste. Vous êtes le nouvel Hitler. Et comme l'ancien, vous êtes socialiste et vous prétendez soumettre l'Europe entière à votre volonté, au travers d'institutions imposées par la force à des peuples qui n'en veulent pas.

Comme l'ancien, vous serez balayé. Les peuples ont commencé à se soulever contre vous et vos misérables manipulateurs. Je comprends que le Brexit vous mette en rage : c'est l'un des premiers pas vers cette libération.

Il n'y a pas qu'en Angleterre que les immigrés les plus éclairés se dressent contre l'immigration : en France, Malika Sorel, fille d'immigrés algériens, ex-membre du Haut conseil à l'intégration, vient de devenir numéro deux de la liste du Rassemblement national aux élections européennes. Un par un, les gens au nom desquels vous prétendez parler vous démentent de façon éclatante – mais il en faudrait davantage pour stopper votre moulin à prières gauchiste.

Et voilà que vous vous livrez à un nouvel aveu : vous n'en avez rien à faire, de l'intérêt général. Vous n'en avez rien à faire, des intérêts des Anglais. Tout ce que vous retenez de ce pays, c'est que votre fiston, qui y fait ses études, vous a dit : rhôô, papa, Londres, c'est hors de prix.

Évidemment que Londres est hors de prix. Comme Paris, New York ou Singapour. Vous ne croyiez tout de même pas que votre petit fiston chéri allait pouvoir faire ses études à la Londonneuh Schooleuh of Zeconomix, pour le prix d'une toile de tente dans un camping de l'Aveyron ?

Vous n'étiez pas au courant, peut-être, avant de l'y envoyer ? Aucun rapport avec le Brexit. Aucun rapport avec l'URSS. Aucun rapport avec l'opposition des Anglais à l'immigration.

Non seulement il faudrait que la Grande-Bretagne vous ouvre les bras par descendance interposée, mais il faudrait en plus que ça ne vous coûte rien. Vous avez l'arrogance d'un Afghan tout juste débarqué de son canot pneumatique, et qui se plaint déjà que l'hôtel quatre étoiles gratuit ne soit pas à son goût (littéralement).

Après cinq minutes de discussion politique avec un gauchiste, le type va toujours finir par vous dire : moi, moi je, ma petite situation à moi, mes intérêts particuliers, c'est de mes fesses que je cause, il n'y a que ça qui m'intéresse.

Heureusement que vous êtes les rois de l'altruisme, vous les "anti-racistes" !

-------------------------------------------------------------------

@ Ugo | 22 mars 2024 à 18:23
"Vous avez fait des progrès c'est indéniable, vous n'insultez plus à tout-va."

Mettons que je n'ai pas eu besoin de vous remettre à votre place. De façon tout à fait exceptionnelle, vous vous êtes adressé à moi de façon normale. Je vous ai donc répondu normalement. Je vous encourage à tirer les leçons de cette extraordinaire expérimentation sociale en grandeur nature.

"Le fond est toujours le même."

Bien évidemment. Comme les faits sur lesquels je me base sont exacts, que je leur applique une argumentation rationnelle et que l'analyse que j'en tire, je l'espère, est juste, "le fond est toujours le même".

Vous préféreriez peut-être que je dise blanc un jour et noir le lendemain, en fonction de la température ambiante et du sens d'où vient le vent ?

La vérité est toujours la même. Il n'y a que le mensonge qui peut se renouveler à l'infini.

"La critique bien souvent cynique est votre raison de vivre."

Mêlez-vous de ce qui vous regarde. Je ne crois pas avoir partagé ici "mes raisons de vivre", et je ne vois pas en quoi elles vous concernent.

Je critique ce qui mérite d'être critiqué. Je viens de vous le dire, mais c'est comme si je pissais dans un violon. Je critique vos opinions, et vous faites comme si elles étaient les seules au monde, comme si elles étaient incritiquables.

Je viens de vous rappeler les nombreux éloges auxquels je me suis livré au fil des ans. Ceux-là, une fois de plus, vous ne les voyez pas. Seuls votre nombril, vous-même et vos amis politiques existent. Si l'on vous critique, on critique le monde entier.

"Ceux-là vous les trouvez trop antisémites, complotistes et/ou communistes."

Car ils le sont. Et je l'ai montré. Vous n'avez toujours pas démontré le contraire. Êtes-vous en train de nous dire que les antisémites, les complotistes et les communistes n'existent pas ? Êtes-vous en train de nous dire que c'est bien d'être l'un ou l'autre ?

"Pourtant vous pourriez mettre à profit votre pugnacité en la valorisant avec des propos et des actes constructifs."

Oui, c'est d'ailleurs ce que je ne cesse de faire. Je viens de vous le rappeler, je viens de vous citer des exemples précis, et pourtant vous vous obstinez à ne pas les voir. Ah ! évidemment, ceux-là, ils ne correspondent pas à votre doxa rouge-brune.

Être à ce point enfermé dans sa bulle, c'est assez exceptionnel.

Vous ne manquez pas de culot, d'ailleurs, de m'accuser de critiquer sans cesse. Tout le monde, ici, me semble-t-il, critique sans cesse. Nous sommes sur un blog politique, pas dans le journal des Jeunesses hitlériennes où chacun passerait son temps à vanter les mérites du Führer.

Vous-même, il me semble, vous ne tenez pas particulièrement, ici, le rôle du centriste mou content de tout et indifférent à chacun.

En fait, c'est vous qui passez votre temps à critiquer tout le monde, sans jamais un propos constructif, et distribuant les insultes à la volée.

Votre attitude est assez proche de la maladie mentale. Vous êtes atteint de ce syndrome qui affecte particulièrement Vladimir Poutine, et qui consiste à accuser systématiquement autrui des travers qui sont les siens.

"Inutile aussi de couper en quatre mes propos, ils ne le méritent pas."

Si je comprends bien, vous avez le droit de me répondre, mais vous exigez d'avoir le dernier mot. Désolé, on n'est pas chez Poutine, ici.

Serge HIREL

@ Achille | 23 mars 2024 à 11:38
« et voilà le travail ! »

Puis-je vous proposer une légende pour cette magnifique photo d’un corps de rêve pour midinette (ou cauchemardesque pour qui le muscle ne l’emporte pas sur les neurones) ? La voici :
WANTED Récompense : 3 200 milliards d’euros... Si vous le repérez, ne l’approchez pas... appelez les électeurs... Ils s’occuperont de lui le 9 juin.

Jérôme

Les photos d'E"K"M boxant sont à l'évidence retouchées. Il est ridicule. Il n'a ni cette forme de muscle, on l'a déjà vu bras nus, ni ce type de veines.
Quel bravache de comptoir ! Admiré par ses pairs, bravaches de comptoir.
Il est de plus en plus pitoyable dans la communication. Perdu dans son narcissisme, son egotisme. Probablement encouragé par sa maman, pardon, son épouse.
Dire qu'il y en a qui votent pour ça. On est mal barré.

Achille

@ Serge HIREL | 22 mars 2024 à 20:24

Les sports de combat sont les meilleures thérapies pour éliminer le stress. Et Dieu sait si un président de la République en a H24.
Je le sais car j’ai fait du karaté dans ma jeunesse. La boxe est certainement le plus exigeant.

Un peu de culturisme là-dessus et voilà le travail !

Giuseppe

Flanby c'était ça, il me semble que Davet et Lhomme ont encore de la matière non publiée.

"J'ai fait des réformes, il en restera quelques-unes. Le pire, c'est de partir avec un bilan où rien ne reste. Moi, je pense qu'on pourra retenir des choses."

Il se pensait malin, il se pensait intelligent, il se pensait plus fin que tous, il se pensait président de la République, il se pense grand commentateur de l'actualité, chez nous dans le Sud-Ouest on dirait "qu'il est..." enfin ça se termine avec "comme la lune".

Le pire de tout, il est tombé sans combattre, il a abandonné, capitulé avant même d'esquisser la moindre envie, nous avions à la tête du pays un pusillanime.
Il est d'une jalousie tellement puante et rentrée envers Macron, qu'elle transpire.

L'Histoire retiendra de lui ses blagounettes pouries, une élection par hasard, un quinquennat de "gadouille" comme on dit chez nous. Et dire qu'il nous ferait croire qu'il compte se représenter. Il a la popularité aujourd'hui inversement proportionnelle à ce que furent ses qualités de combattant de deuxième quinquennat...

Serge HIREL

@ Giuseppe | 22 mars 2024 à 12:51
« Macron d'un simple cadrage-débord... »

Houlà Giuseppe ! Forcez l’allure ! Vous avez un tour de retard ! Macron n’est plus rugbyman ! Il pratique désormais le noble art. C’est un sport qui lui va comme un gant... on y parle de gauche, de droite et de coups en dessous de la ceinture... Et puis, il a fini par admettre qu’au niveau tonnage, il ne fait pas le poids... alors qu’en boxe, il pourra briller en catégorie poids plume.

----------------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 22 mars 2024 à 13:59

À la fin de la tirade, ne vous sentez-vous pas un peu seul sur scène ?
Il ne me semble pas que l’ultra-libéralisme dont vous vous réclamez incite nécessairement au patriotisme... pas plus qu’il n’interdit de serrer la main à quiconque vous semble fréquentable... Ce qui était le cas de Poutine lorsque Marine Le Pen l’a rencontré. Je crois même qu’un dirigeant politique qui avait été auparavant au service d’un libéralisme financier et économique échevelé, l’a reçu à Versailles et à Brégançon quelque temps plus tard...

Serge HIREL

@ sylvain | 21 mars 2024 à 20:55

Comme vous, je considère que Piotr Tolstoï est « un grand monsieur ». Mais pas pour les mêmes raisons russophiles que vous, que je ne partage pas. D’abord parce que son français est remarquable, mais aussi parce qu’il pense en français... ce qui est plus rare. Ses propos ont été qualifiés de « glaçants ». De prime abord, c’est exact, mais ils sont aussi provocateurs... avec un je ne sais quoi d’exagération qui laisse supposer que l’homme a voulu faire preuve d’une stature de « grand méchant loup » plus vraie que nature.

À cet instant, il convient de souligner que le journaliste qu’il a accepté de rencontrer, Jérémy Marchand, a posé les bonnes questions, pertinentes, agressives, et a fait preuve de répartie, bref a fait du bon boulot (clin d’œil réprobateur à son confrère qui, une fois de plus, cette semaine, s’est vautré devant le Président).
Le fait que l’entretien a été réalisé en français, avec un interlocuteur qui en connaît, en comprend et en pratique toutes les nuances, est important. Ce n’est pas une simple « gueulante » de plus. Il mérite une plus fine analyse, d’autant que Tolstoï est un personnage qui compte dans l’entourage de Poutine. On doit espérer que Macron et ses va-t-en-guerre en ont conscience et le décortiquent.

On remarque par exemple que son propos sous-entend que l’Etat ukrainien existera encore après la fin du conflit, que la Russie n’acceptera pas de retirer ses troupes des territoires déjà conquis, que le but de guerre est que la Russie ne soit pas menacée par des missiles de l’OTAN installés en Ukraine et que les « 20 millions de Russes vivant en Ukraine » soient respectés par le pouvoir ukrainien. À noter aussi un point précis : il qualifie Odessa de « ville russe », alors que, pour l’heure, Moscou ne l’a pas officiellement « annexée », comme cela est le cas des oblasts du Donbass, y compris la partie de leurs territoires « occupée » par l’armée ukrainienne.

Tout diplomate normalement constitué, c’est-à-dire sachant faire abstraction des injures et des effets de manche masquant l’essentiel dans un discours apparemment belliqueux, verra dans celui de Tolstoï une base de négociations. Il s’apercevra même que, dans l’inadmissible, il a omis de citer le maintien au pouvoir de Zelensky, mais a récusé Macron en tant que négociateur possible.

Il remarquera aussi qu’au détour d’une phrase, le vice-président de la Douma a indiqué le moment auquel une négociation officielle deviendra possible. Quand Poutine décidera d’arrêter « l’opération spéciale », a-t-il dit. C’est là que se situe le point le plus sensible. Tolstoï ne laisse aucun doute : pour Moscou, la fin de la guerre ne pourra intervenir que quand Odessa sera conquise. Odessa qui lui assurerait un règne sans partage sur la mer Noire.

Cette situation serait inacceptable pour l’Occident, qui y perdrait une liberté de manœuvre dans une région du monde ultra-sensible. Insupportable aussi pour l’Union européenne qui perdrait le principal port commercial de sa façade orientale. Cette impasse ne disparaîtra que si, a minima, Moscou obtient l’assurance de la totale neutralité de la future Ukraine et de son libre accès militaire, reconnu internationalement, à l’axe maritime vers la Méditerranée... ce qui implique l’accord de la Turquie, membre de l’OTAN.

La négociation d’un tel accord s’annonce d’autant plus ardue que Moscou, profitant de la faiblesse actuelle des troupes de Kiev et de l’arrivée du printemps, sera probablement en mesure de lancer une offensive contre Odessa dans les prochaines semaines. En cas de victoire, la ville serait illico « annexée » et donc son statut de « territoire russe » la rendrait non négociable...

Il serait peut-être temps que l’Occident et, plus particulièrement les États européens qui procurent des armes à l’Ukraine, s’intéressent de près aux qualités de stratège de Zelensky, qui, après deux ans de conflit, ne paraissent pas évidentes, et l’incitent fermement à défendre Odessa coûte que coûte.

Ugo

@ Robert Marchenoir | 22 mars 2024 à 13:59

Vous avez fait des progrès c'est indéniable, vous n'insultez plus à tout-va mais le fond est toujours le même... vous ne vous extériorisez qu'en critiquant sans cesse... la critique bien souvent cynique est votre raison de vivre...

Voilà ce que je perçois et je ne dois pas être le seul. Pourtant vous pourriez mettre à profit votre pugnacité en la valorisant avec des propos et des actes constructifs sans pour autant être un pion comme vous le reprochez à ceux qui s'engagent... mais ceux-là vous les trouvez trop "antisémites, complotistes et/ou communistes" (je vous répète).

Ce que je viens d'écrire n'a rien de désobligeant... inutile aussi de couper en quatre mes propos, ils ne le méritent pas.

Aliocha

L'hospitalité des Anglais, notre raciste invétéré pourvoyeur d'argument poutinien nous démontre en ces longues leçons de morale inversée qu'il n'y connaît rien, notamment du coût de la vie de nos ultra-libéraux dont le Brexit fait vivre sa classe moyenne dans un environnement soviétique, mais particulièrement onéreux.
Qu'il continue à lire le Telegraph, et à nous arroser de ses contradictions, il ne sait que massacrer son talent, je le regrette sincèrement.

Robert Marchenoir

@ Aliocha | 21 mars 2024 à 22:01
"Quelle rage, quel gauchisme, quel racisme ? Je constate froidement que les opinions occidentales radicalisées par les démagogues de tous bords, de toutes couleurs et de toute religions, alimentent la propagande russe sans même s'en apercevoir, manipulés qu'ils sont en leurs névroses forcenées. Vous en êtes l'exemple éminent."

Vous ne constatez rien du tout. Vous dites que puisqu'il pleut, c'est la preuve qu'il fait beau.

Le reste du temps, quand un semblant de soupçon de trace infinitésimale de rationalité émane de vos propos, vous pulvérisez une version imbitable de la doctrine gauchiste dans ses différentes variantes : prétendu "anti-racisme", fanatisme pro-Union européenne et catholicisme de gauche.

Jamais, jamais, jamais, vous n'avez écrit ces simples mots : il faut mettre fin à l'immigration de masse.

En revanche, à chaque fois que quelqu'un dit cela, et explique pourquoi, vous hurlez au "racisme", vous vidangez une couche répugnante de moraline sur l'assistance en expliquant que vous êtes plus vertueux que tout le monde – et, comme ici, puisque la vérité n'a aucune importance pour vous, vous m'accusez, moi, de favoriser Poutine.

À rebours de l'évidence, des faits et sans le moindre argument, bien entendu, puisque vous êtes Jésus-Christ en personne.

Je serais curieux que vous nous expliquiez en quoi un éventuel coup d'arrêt à l'immigration en Angleterre favoriserait la victoire de la Russie sur l'Occident. En fait, c'est le contraire. Le pognon qu'on dépense pour nourrir vos petits protégés de toutes les couleurs, on ne peut pas le consacrer à l'achat d'obus de 155 mm pour l'Ukraine.

Vous n'êtes pas plus vertueux que tout le monde : vous êtes profondément immoral. Vous êtes le problème. Ce sont des gens comme vous qui nous ont mis dans la m...

Vous n'avez même pas la décence de la reconnaissance du ventre, en plus : vous n'avez pas résisté à la vanité paternelle de nous faire savoir que votre fils avait été admis à la (très gauchiste) London School of Economics.

La moindre des choses, pour quelqu'un qui a bénéficié de l'hospitalité des Anglais, serait de ne pas manifester l'arrogance qui est la vôtre en leur expliquant qu'ils ont tort de vouloir ce qu'il veulent, que leurs médias les plus éminents sont des "tabloïds", et ainsi de suite.

Mais ce n'est ni la modestie ni la correction qui vous étouffent. Vous adoptez ici les mœurs de la racaille africano-musulmane qui, après avoir été inondée de bienfaits par la France qui l'a accueillie, commence par nous expliquer que le papier peint n'est pas à son goût, que les indigènes sont "racistes" et qu'elle sait, elle, comment il conviendrait de rebâtir la baraque (à nos frais) afin qu'elle lui agrée.

De-hors.
______

@ Ugo | 21 mars 2024 à 20:19
"C'est très intéressant ce que vous nous proposez comme lecture... Il s'agit de ce qui se passe en Angleterre et qui ressemble étrangement à la situation dans laquelle se trouve la France."

Bien évidemment. La plupart des pays occidentaux sont dans une situation similaire relativement à l'immigration, à l'islamisation et à la délinquance. Il y a, certes, des nuances d'un pays à l'autre. C'est mieux en Angleterre que chez nous sur certains points, pire sur d'autres. Mais la tendance est mondiale. On ne peut la combattre si l'on n'en tient pas compte. Observer ce qui se passe à l'étranger est essentiel.

"Sauf que ce sont les personnalités qui sont au pouvoir qui dénoncent la situation morbide dans laquelle se trouve leur pays... Notons au passage que parmi ces hommes courageux se trouvent de nombreux ex-ressortissants de l'Inde... comme quoi une immigration choisie est toujours profitable."

Telle n'est pas la raison. L'immigration en Angleterre n'est pas plus choisie que chez nous. S'il y a davantage d'immigrés loyaux aux postes de commande, c'est dû à la longue tradition libérale et conservatrice du pays, qui s'oppose à la tradition socialiste, étatique voire dictatoriale qui est la nôtre.

J'entends libéralisme dans son double sens : économique, et démocratique.

Le libéralisme fait qu'il est plus facile à des gens comme Suella Braverman d'occuper des postes de direction conformes à leurs capacités. Par conséquent, ces gens auront plus tendance à défendre le système qui leur a permis cette réussite.

"Pourquoi monsieur Marchenoir ne valorisez-vous pas les mêmes propos lorsqu'ils sont tenus par des Français ? Vous êtes, d'après vous, à la droite de l'extrême droite française... alors prouvez-le au lieu de critiquer constamment ceux qui se battent pour que nous conservions notre souveraineté, notre culture, notre patrimoine."

D'abord parce que je n'ai nullement besoin de valoriser les propos de quiconque. Je tiens les miens, et cela est bien suffisant. Je recommande à chacun l'indépendance d'esprit.

Ensuite parce que je les valorise, à l'occasion. Mais ce n'est pas ce que vous me reprochez. Vous me reprochez de "critiquer constamment ceux qui se battent pour que nous conservions notre souveraineté, notre culture, notre patrimoine".

En somme, vous me reprochez de ne pas être un fanatique, un sectaire, un militant, un bon petit soldat du parti X ou du mouvement Y. Ce que je vous confirme pleinement.

Je critique ces gens lorsqu'ils sont critiquables. Ce qui, hélas, est fréquent.

Je les critique lorsqu'ils soutiennent le régime russe, ce en quoi, bien loin de "se battre pour que nous conservions notre souveraineté", ils se montrent des traîtres à la France.

Je les critique lorsqu'ils sont antisémites, ce en quoi, bien loin de "se battre pour que nous conservions notre culture", ils se rangent aux côtés des musulmans qui veulent l'éradiquer.

Je les critique lorsqu'ils sont complotistes, lorsqu'ils nient la réalité et la science, lorsqu'ils mettent en danger la vie de leur prochain en niant la gravité de l'épidémie de coronavirus et l'efficacité des moyens adoptés pour la combattre. Je vois mal comment on peut "se battre pour notre souveraineté", et, en même temps, tout faire pour tuer des Français.

Je les critique lorsqu'ils sont de gauche, socialistes, communistes, étatistes, dirigistes, fascistes, anti-libéraux, lorsqu'ils crachent leur ethnomasochisme, leur haine de l'Occident, sous le prétexte fallacieux de lutter contre les dérives à ses principes. Je vois mal comment on peut "défendre notre patrimoine" tout en s'employant à diffamer ce qui est à la racine même de l'Occident.

J'aimerais bien pouvoir "valoriser" les propos d'hommes politiques qui n'auraient pas des positions aussi justes sur certains points et aussi funestes sur d'autres. Si vous en connaissez, n'hésitez pas à nous les signaler.

En revanche, je ne me prive pas de "valoriser" les propos de personnalités qui échappent à ce travers (intellectuels, hommes politiques étrangers...).

Seulement, ces valorisations-là, vous ne les voyez pas. Quand je fais l'éloge de Thomas Sowell, de Philippe Nemo, de Xavier Milei ou du centre de réflexion libéral nommé IREF, qui est aussi opposé à l'immigration, à la délinquance et au wokisme que le RN ou Reconquête! – mais qui a, lui, une position véritablement patriotique sur la Russie –, il semble que cela ne compte pas, pour vous. Je ne peux que vous engager à me lire de plus près.

Giuseppe

Il faut aller chercher 50 milliards€ pour commencer à croire en tous ces paniers percés, pas seulement 20 !
Le service de la dette dépasse le budget de l'Éducation nationale et de l'armée... Nous sommes devenus fous ! Fous de gaspillages, dopés à l'emprunt, dopés aux dettes... Et pourtant tout le régalien en lambeaux, nous sommes esclaves de la dette, on nous parle d'industrie de guerre, les industriels veulent du trébuchant sur au moins dix ans ! Les banques se déroberont sinon.

Nous sommes gouvernés par des personnages gavés, en surpoids de tous les côtés, il faut avoir une faim de loup pour être Sugar Ray Leonard...

"Non ce n'est pas étrange !... y a que les "crève-la-faim" qui sont réveillés, les autres dorment... tous les gens sûrs du lendemain dorment... on les voit partout, en auto, au bureau, à la campagne, en ville, dans le monde, en croisière... ils se font balader beaucoup, ils ont l'air de faire quelque chose, ils font rien, ils dorment..."

Extraordinaire Louis Ferdinand Destouches, toujours plus que jamais contemporain, visionnaire de l'écrit, des sons et de l'acier trempé dont on fait les meilleures lames.

En attendant, l'Obèse du Sénat soigne ses troupes, à force ils vont faire de la mauvaise graisse et du mauvais cholestérol... L'Obèse a un excellent médecin, soit il lui cache tout, soit l'autre s'en fiche, soit il a une santé de fer.
En fait les politiques ont en général une santé de fer, et dès qu'on leur parle pognon cher à Nanard ils ont la tension qui baisse et le portefeuille qui enfle de plaisir.

Pays de cocagne la France avec ses élus, les pays nordiques en font de simples passagers de leur vie, nous sommes fous de leur accorder des viagers aussi léonins, c'est ainsi que Flanby perdure à nous raconter des sornettes, ne rions pas c'est avec notre pognon de dingue. Le premier qui supprimera cette crème fraîche aura ma considération éternelle. Ils en vivent nous en crevons.

@FrancoisDucrocq
"Les sénateurs, qui viennent de s’augmenter de 700 € mensuels, vont tenter, à travers une commission d'enquête, de comprendre les causes du dérapage des finances publiques.
Pour mémoire : le Sénat compte 82 jardiniers qui démarrent à 3000 € brut par mois avec 9 semaines de congés payés.
Tout est comme cela en France, jusque dans les mairies qui distribuent des subventions à tout-va et des cartes essence aux adjoints."

Je n'irai pas au combat tant que des types comme l'Obèse seront aux commandes, ils ne pèsent plus rien en tant que nombre d'électeurs, et nous avons soupé de la Grande Bourgeoise qui n'atteint même pas les qualifications pour les séries.
Mauvaise image, je ne me sens pas représenté par ces nuls, ils ne sont plus à leur place, cumulant défaites et déficits, je ne parle même pas de l'autre Hidalgo, qui d'après les faits habite une des villes les plus sales du monde.

La faim pour ascenseur social, moteur de la réussite et de la transparence, et toujours l'équité, car dans les combats on n'oublie jamais d'où l'on vient.

—-

"Guerre en Ukraine : les propos d'Emmanuel Macron "pourraient contribuer à une guerre frontale avec la Russie", s'alarme Jordan Bardella"

En voilà un de plus de ces zozos qui nous inciterait à capituler, moralement, sémantiquement, à baisser le froc devant le Cinglé. Il est comme les autres, insidieusement il infecte lui et ses copains le discours de Munich pour une fin annoncée de Débâcle. Ce sont des pétainistes de la pire espèce, ils ont promis juré qu'ils avaient changé. Comme l'a dit Bruno Comby à propos du Cinglé, même s'il a un discours bien rodé, quelques mots trahissent le fond de sa vraie pensée. FN/RN c'est le pire des mauvais choix, ils vont nous vendre à la découpe avec toute une troupe en Europe du même tonneau...

MLP a serré chaleureusement la main du Cinglé, lui, parfait l'ouvrage en hissant le drapeau blanc de l'infâmie.
Tu parles d'une "guerre frontale" ! Avec un frappadingue incapable de prendre Kiev, embourbé en Ukraine et chassé de la mer Noire. C'est juste un Mussolini au petit pied, malheureusement pour le saigner il va falloir payer le prix fort, pour les plus courageux Ukrainiens c'est le prix du sang, pour les autres ce ne sera que faire des promesses ou faire pleurer le porte-monnaie... Du deuxième choix on s'en remettra.

Ugo

@ Aliocha | 21 mars 2024 à 22:01

Quand donc vous rendrez-vous compte que vous êtes ridicule ?
D'ailleurs vous aurez exploité Jésus et la Bible toute votre vie pour en arriver à quoi ? Vous valoriser ? Dans peu de temps vous aurez des comptes à rendre là-haut à moins que vous ne vous aperceviez subitement qu'il n'existe pas !
Les temps bibliques, entrave à l'évolution de l'humanité, sont révolus et souhaitons qu'un être nouveau apparaisse sur notre terre dans peu de temps par la force des choses.

Exilé

@ Michel Deluré | 22 mars 2024 à 10:06
« mais vous accepterez bien après la lecture de votre commentaire que je m'accorde un indispensable temps de repos »

Je vous en prie, mais j'ose espérer que ce genre d'exercice, qui se veut un tantinet moqueur, vous aura été moins pénible à supporter que ceux doctement infligés dans la vie courante par des gens qui se font passer pour des experts.
Pensez par exemple au personnel de l'Ednat qui est gavé avec ce style de prose depuis des années.

Giuseppe

@ Achille | 22 mars 2024 à 07:59

Xavier Bertrand, battu aux primaires LR gagnées par la Grande Bourgeoise incapable de franchir la barre des 5 %, se poserait en successeur de Macron !? Quelle franche rigolade, LR parti de rentiers de la politique, de vieux qui ne veulent pas s'écarter, juste bons à s'acoquiner avec les cinglés du FN/RN adorateurs soumis du Cinglé ou comme Mariani et le Berger des Pyrénées de Bachar:
"Bachar el-Assad, dictateur sanguinaire au pays des terroristes ». Bachar el-Assad ne cédera pas. C'est en substance ce qu'il a..." (Jeune Afrique).
Et c'est avec ces types qu'il faudrait construire une Europe de collabos, une France de l'avenir ?

Bon, on se prépare ferme pour les Jeux d'Antoine chez nous, cela nous changera de tous ces nuls que Macron d'un simple cadrage-débord efface de son chemin comme s'ils n'existaient pas, certains ici le pleureront mais en silence.

sylvain

@ Xavier NEBOUT | 21 mars 2024 à 23:09
"J'ai dû mal m'exprimer."

Désolé mais ce n'était pas destiné à vous, je me suis juste servi de votre message pour signifier aux crétins cinglés qui pensent qu’être extrême droite c’est un péché ; au contraire c’est un honneur vu l’état mental épouvantable de tous ces charlots anti RN.

Parfois je manque d'inspiration, je lis les messages et découvre un sujet qui illumine mes neurones ; merci pour le vôtre.

Michel Deluré

@ Ugo 21/03/24 11:44

Je n'avais apparemment pas trop forcé sur la dose de somnifères puisque vous avez non seulement pu parvenir au terme de la lecture de mon commentaire mais que ce dernier a suscité en outre une réaction de votre part !

---------------------------------------------------------------------

@ Exilé 21/03/24 19:53

Bel exercice je l'avoue à la pratique duquel vous avez pris, je l'espère, beaucoup de plaisir mais vous accepterez bien après la lecture de votre commentaire que je m'accorde un indispensable temps de repos, ne serait-ce que pour trouver la distanciation nécessaire à laquelle m'invite votre conclusion.

Giuseppe

« Avec le temps, le quinquennat de François Hollande n’était pas si nul que ça ! »
(Jean-Marc Ayrault)

Il aurait mieux fait de se taire, le dire ainsi c'est aussi constater qu'il a été bien nul. Si enfin tous ces types du passé pouvaient se la jouer discrets.
Sarko, Pépère, tous des bras cassés depuis Mitterrand, ils ont passé leur tour, ils se pensent toujours indispensables.

Bons clients des plateaux TV, le premier pour ses affaires judiciaires, le second pour son ego exploité et retourné pour amuser la galerie.
Avec ces types, le pays a été laminé, on peut comprendre le boulot de Macron à leur suite, deux quinquennats au compteur sans avoir été élu, et un jeu verbal pour faire mourir de jalousie ces deux compères d'un passé désormais révolu.

Il ne manquait plus que le jeune espoir Xavier Bertrand, toujours nominé jamais récompensé. Et de penser qu'aujourd'hui, avec son look de courtier replet avec son carnet à souche issu du règne de Sarko, il serait capable de vendre de l'assurance-vie aux Français ? Une époque du passé, un personnage du vingtième siècle.

hameau dans les nuages

@ sylvain | 21 mars 2024 à 20:55

Oui c'est très drôle. cela me fait penser à la publicité "on ne choisit pas ses voisins". L'appartement haussmannien avec ses doubles rideaux et volets intérieurs en bois, le parquet qui craque, les meubles voltairiens et la bibliothèque montant jusqu'au plafond. Madame prenant son thé sur le canapé sur un fond de musique classique, le chat sur les genoux et monsieur s'approchant de la baie vitrée en entendant un type vociférant dans la rue.

"Charles-Hubert ne vous approchez pas, cet homme est fou !"

Ah la guerre en dentelles !

Achille

@ Savonarole | 21 mars 2024 à 19:00

Bonjour Savonarole,

Ben dites donc, vous êtes très demandé sur ce blog. Zonzon, Ugo, Axelle D… que du beau monde !

Xavier Bertrand c’est bien lui qui a dit un jour "Je suis le seul capable de battre Macron !". On connaît la suite.
Bon, il a réussi à enlever les Hauts-de-France et il semble bien décidé à enlever aussi le bas en 2027. 😊

Zonzon

Mitterrand est mort...
Moi, je l'aimais bien.
Il a fait de bonnes choses dans l’athélé, dans le cinéma et même dans la littérature et l'Opéra.
Je reverrai avec grand plaisir sa série sur les Grandes familles.
Pas la sienne...

Xavier NEBOUT

@ sylvain

J'ai dû mal m'exprimer.
Les LR, ne voulant pas passer pour extrême droite, ont choisi de se vautrer dans la doxa anti-russe, et malheureusement, le RN et surtout Marion à qui tout était promis n'a pas fait mieux.
La vérité s'impose davantage au fil des jours, et notamment grâce à Sud Radio et dans une moindre mesure, CNews. Espérons que notre psychopathe international ne va pas nous entraîner dans une catastrophe.
L'incroyable, c'est qu'il n'y a en somme que l'extrême gauche qui se sortira honorablement de ce fiasco.

Aliocha

@ Robert Marchenoir | 21 mars 2024 à 11:44

Quelle rage, quel gauchisme, quel racisme ?
Je constate froidement que les opinions occidentales radicalisées par les démagogues de tous bords, de toutes couleurs et de toute religions, alimentent la propagande russe sans même s'en apercevoir, manipulés qu'ils sont en leurs névroses forcenées.
Vous en êtes l'exemple éminent.

Axelle D

@ Savonarole le Molière du blog...
"vendeur d’assurances, un métier qui consiste à dire aux pigeons "donne-moi ta montre, je te dirai l’heure"…

Ah ! Qu'en termes désopilants ces choses-là sont mises !

sylvain

https://www.youtube.com/watch?v=KCm8V1eVD58

Eh ben mon colon, nos cinglés en ont pris plein leur calbuts ! Un grand monsieur ce Tolstoï, très bonnes analyses, tout ce qu'il dit sur nos pervers dégénérés cinglés au pouvoir est tellement vrai, chapeau monsieur !
Je bois du petit lait, je la diffuse à tous mes potes, je la regarde en boucle, quel bonheur !

Ugo

@ Robert Marchenoir | 20 mars 2024 à 17:11

C'est très intéressant ce que vous nous proposez comme lecture... Il s'agit de ce qui se passe en Angleterre et qui ressemble étrangement à la situation dans laquelle se trouve la France. Sauf que ce sont les personnalités qui sont au pouvoir qui dénoncent la situation morbide dans laquelle se trouve leur pays...
Notons au passage que parmi ces hommes courageux se trouvent de nombreux ex-ressortissants de l'Inde... comme quoi une immigration choisie est toujours profitable.

Pourquoi monsieur Marchenoir ne valorisez-vous pas les mêmes propos lorsqu'ils sont tenus par des Français ? Vous êtes, d'après vous, à la droite de l'extrême droite française... alors prouvez-le au lieu de critiquer constamment ceux qui se battent pour que nous conservions notre souveraineté, notre culture, notre patrimoine.

------------------------------------------------------------------

@ Ellen | 21 mars 2024 à 18:25

Vous nous proposez un reportage fait par un petit m*rdeux de journaliste bien franchouillard... il fait l'interview d'un responsable politique russe qui parle correctement le français avec le Kremlin en toile de fond... Mais cette interview méritait une fessée... et elle nous a été donnée... comment ose-t-on réclamer l'amitié du peuple russe alors que notre presse (pour faire plaisir à notre cinglé) ne fait que le maudire, alors que Macron met de l'huile sur le feu et provoque la Russie en menaçant d'envoyer nos militaires en Ukraine...

Nous sommes des minables et nous ne méritons plus l'amitié de la plupart des habitants normaux de cette planète.

--------------------------------------------------------------------

@ Savonarole | 21 mars 2024 à 19:00

Un retour fracassant comme seul Savonarole en a le secret.
Revenez plus souvent, les anti-Nécron ont besoin de vous !

Zonzon

Bonjour Savonarole,

Heureux de vous relire.
Mais remontez les bretelles de Xavier Bertrand c'est perdre un jour de vacances.
Pas plus.

Exilé

@ Michel Deluré | 21 mars 2024 à 11:06
« voilà qui confirme que tout ne va pas, loin s'en faut, pour le mieux dans notre Hexagone »

Ah, l'hexagonal, quelle belle langue !

Exercice : développer en hexagonal la proposition suivante : « Le président de « A droite ! » est sûrement sincère ».

Tant que pèsera sur cette tête de liste virtuelle une suspicion sur son aptitude à pallier un déficit de cohérence entre le dit et le non-dit, entre le penser et l'agir, sa volonté affichée de projection dans l'avenir sera pénalisée par la perception négative induite sur sa cible électorale potentielle, diversifiée et topologiquement axée sur le plan latéral droit du référentiel politique, ce qui n'est pas sans soulever par ailleurs une problématique de discordance spatiale au regard des thèmes et des axiomes développés de façon récurrente dans sa rhétorique, portant principalement sur ses concepts prévisionnels anticipés de gestion de l'Hexagone sous un angle d'attaque publiquement affiché droit-centre droit.

Les échantillons de population susceptibles d'être sensibilisés par une sollicitation médiatico-politique forte de la part de cette source ne répondent plus toutefois aussi facilement à ce type de conditionnement pavlovien, en rétroaction négative subséquente à un dépassement erroné de la dose de stimuli appliquée à l'occasion d'une expérimentation antérieure conduite par un autre praticien et ils se montrent de plus en plus hermétiques à l'impact de messages stéréotypés dont la lisibilité leur semble dégradée, de plus non suivis de renforcements de leur système de récompense.

Tant qu'une action corrective volontariste n'aura pas été implémentée en direction de cette partie du spectre électoral, en tenant exactement compte des spécificités de cette cohorte et de ses aspirations, aucun retour favorable de sa part ne pourra être positivement envisagé, pis encore une désinhibition des mécanismes de rejet pourrait se déployer de façon imprévisible et incontrôlable par l'initiateur de la stratégie mise en œuvre.
Cum grano salis...

Ellen

@ Robert Marchenoir - 11:44
"Avez-vous pu lire les articles en entier ?"

Oui, intégralement, en anglais et en français.

Savonarole

Xavier Bertrand mesure 169 centimètres. J’invente rien, c’est public.
Dès lors, on suppose qu’il a été réformé pour le service militaire, sa fiche Wikipédia, qui le fait passer pour un Jules César des Républicains, élude cet aspect.
Sa nouvelle fiche Wikipédia a été remaniée, on passe sous silence qu’il n’était qu’un vendeur d’assurances, un métier qui consiste à dire aux pigeons "donne-moi ta montre, je te dirai l’heure"…
XB est déjà vieux avant l’âge, comme dans les films des années 50, son ton péremptoire nous renvoie aux tirades de Gabin en juge d’instruction, une calamité cinématographique.
Comme dit la chanson, "t’es ben trop petit mon ami".

Ellen

Peur de l'ombre de RN et pas de Poutine ? Quel courage !
Xavier Bertrand osera-t-il rentrer dans l'arène en 2027 sachant que l'ours russe Vladimir Poutine sera aux commandes jusqu'en 2036 ?

Déclarations glaçantes et menaçantes de Piotr Tolstoï sur E. Macron et son gouvernement décadent...

https://www.youtube.com/watch?v=KCm8V1eVD58

Jérôme

Vous pensez que XB y croit ? Si c'est le cas il est très c*n. Remarquez Macron a été élu. Il y a de l'espoir pour les mal-comprenants.

Exilé

« À l'intention de Xavier Bertrand, un ami qui lui veut du bien... » (PB)

Cher monsieur Bilger, puisque vous vous réclamez de l'amitié de monsieur Bertrand, je préfère ne rien en dire pour éviter de me montrer injuste à son encontre.

Giuseppe

Le vice-président de la Douma, Piotr Tolstoï, a évoqué dans un entretien à BFMTV la possibilité d'envoyer une bombe nucléaire sur Paris.
Macron et ses alliés leur promettent des lendemains douloureux à ces cinglés. Et comme ils n'ont pas plus envie que nous de se faire hara-kiri et laisser leurs fortunes colossales volée et pillées à leurs citoyens, ils ne sont comme d'habitude que dans le Potemkine pour imbéciles heureux.
Et de plus Biden leur a promis des larmes: "Biden to Putin on nuclear war: "Don't. Don't. Don't. Don't. You..."
Pas de quartier pour ces cinglés qui nous pourrissent la vie, il est temps que l'Europe enfin tienne tout ce qu'elle a promis, parce que ce n'est pas avec le FN/RN que le sort de notre merveilleux pays va prospérer.
C'est un signe du destin au fond, l'Amiral nous rappelle ce qu'est le courage, les Ukrainiens en ont en revendre, à nous de nous monter à la hauteur de ceux qui ont montré l'exemple.
Ce n'est pas le drapeau blanc du pape qu'il faut hisser c'est celui de la croix de Lorraine sur fond bleu, blanc, rouge.

Robert Marchenoir

@ Ellen | 21 mars 2024 à 01:53
"Merci pour votre travail et vos recherches très instructives. J'ai pris mon temps pour lire avec soin vos 19 liens, profitant du calme et de la disponibilité pendant que tout le monde dort."

Je vous en prie. Petite curiosité de ma part : avez-vous pu lire les articles en entier ? La lecture complète est normalement réservée aux abonnés, mais des astuces techniques existent... ça dépend un peu du bouzin employé par chacun pour les consulter.
______

@ Aliocha | 21 mars 2024 à 07:57
"Votre litanie démontre que le Telegraph est tombé dans le caniveau des tabloïds pour dissimuler l'erreur fondamentale du Brexit [...]"

Ben voyons. Quand les Anglais ne sont pas d'accord avec vous, c'est la faute de leurs journaux et c'est la preuve qu'ils sont devenus des "tabloïds".

Tabloïd, mot magique qui ne veut rien dire, employé par les Français quand ils sont pris en flagrant délit d'ignorance et de mépris envers ce pays auquel il ne comprennent rien.

Tabloïd, ça ne veut rien dire de plus que "caca vilain pas beau", de même que "raciste", "n'importe-quoi-phobe", "haineux" et ainsi de suite.

Tabloïd, ça veut dire "pas vraiment de gauche". Je vous le confirme : le Telegraph est un journal de droite.

Quand vous serez capable d'écrire vingt lignes dix fois moins informées et moins lucides que ce qu'écrit le "tabloïd" The Telegraph, faites-nous signe que nous jugions sur pièces.

Il semble vous échapper que ce qui se voit au travers des articles que j'ai indiqués, ce n'est pas seulement l'opinion du Telegraph : c'est l'opinion des Britanniques.

J'ai cité le Premier ministre Rishi Sunak : je suis au regret de vous informer qu'il a été élu par le peuple britannique.

J'ai cité l'ancien ministre de l'Intérieur Suella Braverman : elle a fait partie du gouvernement de Rishi Sunak. Ce qu'elle pense, c'est ce que pense le peuple britannique.

J'ai cité Ben Habib, immigré pakistanais, chef du parti Reform UK qui a milité pour le Brexit.

Alors évidemment, ça pulvérise votre misérable idéologie gauchiste et "anti-raciste". Voilà d'éminents personnages issus de l'immigration qui sont opposés à l'immigration, qui sont largement plus "racistes" que la prétendue "extrême droite" française qui vous fait déjà baver de rage.

On comprend que votre petit moulin à prières gauchiste se retrouve complètement tourneboulé.

Je dois aussi attirer votre attention sur le fait que les Britanniques ont voté en faveur du Brexit. Même Keir Starmer, le dirigeant du parti travailliste, fait campagne en promettant de mettre en œuvre le Brexit mieux que les conservateurs !

On se demande par quelle arrogance vous vous permettez d'asséner aux Anglais que le Brexit fut une "erreur". Si je comprends bien, vous êtes démocrate quand le résultat tombe à gauche, à défaut de quoi c'est vous qui dictez aux étrangers ce qu'ils doivent faire ?

Je vous trouve bien xénophobe, sur ce coup. Disons-le tout de go : vous êtes un gros raciste.

"Un Xavier Bertrand, qui lui a au moins le mérite de ne pas en appeler aux arguments qui justifient la dénazification fantasmée."

Donc si la Russie a envahi l'Ukraine, c'est la faute des Anglais qui ont voté pour le Brexit, dans une large mesure par opposition à l'immigration de masse ? Vous êtes un grand malade.

Ugo

@ Michel Deluré | 21 mars 2024 à 11:06

Belle démonstration somnifère... mais en réalité :

- Macron est le fruit d'un complot contre notre démocratie, complot organisé par les oligarchies financiers occidentaux qui ont pour alliés la franc-maçonnerie et le CRIF (rappelez-vous, il a été déniché par Minc, pris sous tutelle par Attali puis formaté par Rothschild, l'argent de sa campagne lui a été offert lors d'une réunion de gens bien intentionnés en Angleterre).

- il travaille depuis pour cette organisation détruisant en secret notre patrimoine industriel et financier.

- c'est lui qui a signé le pacte de Marrakech qui nous vaut 400 000 immigrés légaux chaque année.

- c'est lui qui a coagulé dans ses ministères des foutrions de LR n'ayant rien de plus minable à se mettre sous la dent.

- c'est lui le chef d'orchestre du 49-3 réduisant ainsi notre Assemblée nationale à une réunion de chômeurs bien payés.

- c'est lui qui nous a fait en 7 ans plus de 1 000 milliards de dettes supplémentaires.

- c'est lui qui nous a ridiculisés au Proche-Orient et en Afrique à tel point que nous n'y avons été chassés (y compris son ambassadeur Berton LGBTQ).

- c'est lui qui nous a fait la honte de son voyage aux Antilles et aux fêtes de la musique en nous révélant sa véritable nature malsaine.

- c'est lui qui pousse à la guerre contre la Russie avec son "copain-coquin" Zelensky.

- c'est un grand malade* exploité par les ennemis de notre peuple.

S'il reste quelque chose de positif à faire dans ce pays ce n'est pas avec lui et sa bande.

*que nous a expliqué un psychiatre italien connu maintenant par toute la planète.

sylvain

@ Xavier NEBOUT | 20 mars 2024 à 21:05
« …le risque d'être taxé d'extrême droite…»

Risque ? quel risque ? Au contraire c'est un honneur, une décoration, un compliment.

Sachez cher môôôsieur que toutes ces expressions diabolisant le RN et autres extrêmes droites ont vécu, c‘est du relou, du recuit, du has been, les masques de toutes ces ordures collabos islamistes anti-Le Pen sont tombés, le RN ainsi que celui de Reconquête! représentent la vraie France, celle de l'honneur, des patriotes fiers de leur pays, de son histoire, de sa culture, de sa religion, les seuls qui résistent au fascisme islamiste et sa charia criminelle propagée par Macron et soutenue par toutes ces ligues islamonazies complices collabos traîtres : Renaissance, LR, PS, PCF, EELV, LFI, anti-France, pro-islam, trafiquants esclavagistes de migrants.

Continuez à nous taxer d'extrême droite, bande de charlots, nous vous enverrons des bisous.

Exilé

@ Patrice Charoulet | 20 mars 2024 à 20:07
« L'intention est la suivante : affirmer que le nouveau nom est un déguisement, qui a pour but de s'embellir, de s'adoucir, de se respectabiliser, puis d'accéder au pouvoir, ce qui, je le redis, me semble, mille fois hélas, inéluctable »

J'ai l'impression que vous vous trompez de cible en confondant des gens pas très recommandables et leurs victimes.
Voilà par exemple ce que savent faire les nervis du Régime :

https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/faits-divers/toulouse-un-etudiant-agresse-par-des-antifas-en-marge-dun-tractage

Michel Deluré

En ayant dynamité le paysage politique français en 2017, EM a mis un terme à une bipartition qui assurait une alternance crédible de gouvernement pour lui substituer une tripartition ne laissant en fait le pouvoir en place avec pour opposants que les seuls partis extrêmes, qu'ils soient de droite ou de gauche, alors même que ce pouvoir ne repose sur aucune idéologie, sur aucune colonne vertébrale, sur aucun relais. EM a gagné finalement seul en 2017 et il n'a par la suite ni compris la nécessité ni su créer les conditions de son enracinement, se satisfaisant d'attirer autour de lui, venant d'horizons divers, nombre d'opportunistes.

Dans ce contexte, et alors que nombre de domaines lui en offraient l'opportunité, comme le mentionne fort bien Lucile dans son commentaire du 20/03 14:42, LR n'a pas su s'emparer de ces sujets et faire valoir ses propres convictions et valeurs. Aucune personnalité, y compris XB, n'a à ce jour su émerger pour s'imposer et acquérir l'indispensable envergure nationale lui permettant d'offrir à l'électorat déboussolé une voie autre que les seules offertes actuellement au pays et de faire naître une nouvelle espérance.

Lorsque l'on nous affirme que tout va très bien et que nous apprenons par ailleurs qu'EM a dû tenir une réunion de crise avec certains de ses ministres pour plancher sur l'état plus qu'inquiétant de nos finances publiques - ce qui n'est hélas pas une découverte ! -, voilà qui confirme que tout ne va pas, loin s'en faut, pour le mieux dans notre Hexagone et qu'il y a du grain à moudre pour ceux qui veulent s'atteler à la tâche. Il y a assurément entre le chemin emprunté par l'exécutif et celui investi par les extrêmes d'autres voies sur lesquelles embarquer le pays. Faut-il encore, plus que de s'attarder sur l'adversaire, se préoccuper avant tout des problèmes concrets et des défis à relever et proposer des solutions pour y parvenir.

Vamonos

Certes les Républicains ne courent pas après l’extrême droite, mais ils trottent vers la gauche. La Renaissance des Républicains n’est pas qu’une formule ironique. Je ne compte plus les personnalités qui ont quitté les Républicains pour rejoindre les bancs occupés par les sympathisants de Macron.
Pendant ce genre de défection, il est de bon ton d’opiner aux sirènes qui affirment n’être ni de droite ni de gauche. Mais les postes clés sont fermement occupés par des personnes de gauche et d’extrême gauche.

Xavier Bertrand est un grand diseur mais aussi un petit faiseur. Il a surtout laissé faire pendant toutes les années passées en Picardie. Il aurait pu bloquer, agir, confronter ; mais il a laissé faire. Comme les autres, il estime qu’il est urgent d’attendre.

sylvain

Bravo au RN le premier parti de France face aux chiens de meutes diaboliques qui ont fomenté une inquisition fasciste odieuse contre lui ; ce résultat était facile à prévoir mais quel parti aurait tenu face à cette charia lancée par le pouvoir et tous les autres partis alliés corrompus ?

Ils ont les reins solides au RN !

Seuls, ils ont tenu bon contre cette mafia macronienne collabo traître anti-France LREM-LR et tous ces islamogauchistes PS PCF EELV LFI - Hamas.

Chapeau les gars !

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS