« L'opposition qui s'appelle la vie : comme on est mal ! | Accueil | Nicolas Sarkozy peut avoir raison ! »

24 mai 2024

Commentaires

Lodi

@ Cyril Lafon | 02 juin 2024 à 18:05

Je m'avance peut-être, mais il me semble que vous ressentez plus que vous n'analysez une hostilité à la liberté d'expression en ce que le manque de filtre dans la communication peut provoquer de la souffrance dans le dialogue.
Mais sauf à ne fréquenter que des gens d'accord avec soi, il est difficile de trouver un consensus, une communion d'esprit et de sensibilité.

Sur la question de qui doit dire quoi.
Il me semble que chacun ferait mieux d'avancer des arguments, mais que le premier intervenant doit commencer à fournir de quoi rebondir sur ses dires, de même qu'un service peut être aussi fort qu'on veut, en tennis, mais doit tomber dans la place impartie.

Sur la question de la liberté, elle me paraît devoir être la règle, non l'exception, et ce devrait être aux réducteurs de cet espace, de ce bien qui est le plus grand des biens et permet de jouir des autres, comme écrit Montesquieu, de prouver, ou du moins, de donner quelque indice menant à prohiber quelque chose.

Si vous ne considérez pas les choses ainsi et êtes particulièrement sensible, vous avez sans doute d'autant plus de mérite à débattre.
Est-ce là une activité plus ou moins désirable pour vous ? À vous de voir, mais il est difficile d'éviter la souffrance.
Comme vous le savez :

« La naissance est souffrance, la vieillesse est souffrance, la maladie est souffrance, la mort est souffrance, être uni à ce que l'on n'aime pas est souffrance, être séparé de ce que l'on aime est souffrance, ne pas obtenir ce que l'on désire est aussi souffrance."

Bref, de nos jours des gens par hygiène mentale interdiraient Bouddha pour pessimisme, il ne faut pas déprimer les populations !

Je ne doute pas, que comme nous tous ici, stimulé par la prose de monsieur Bilger et qui sait, parfois par celle des commentateurs, voire par vos propres interventions, vous ne progressiez comme nous le faisons tous les uns par les autres.
Cependant, vous n'y êtes pas obligé. Ni tenu de sortir... Vous êtes libre, absolument libre, maître de votre temps comme de votre espace, dans votre domicile, dont nul ne doute qu'il réponde à votre désir d'harmonie.

Robert Marchenoir

@ Cyril Lafon | 02 juin 2024 à 18:05

On a bien compris : vous êtes vexé d'avoir subi, il y a fort longtemps, de ma part, une contradiction que vous ne pouviez réfuter. Et que vous n'êtes toujours pas en mesure de réfuter.

Vous êtes doté d'un narcissisme et d'une susceptibilité tellement exacerbés, que vous déterrez un échange datant d'il y a quatre ans, que tout le monde a oublié, ici, moi le premier, pour vous plaindre, à l'instar d'un voyou arabe ou noir prétendant qu'on lui aurait "manqué de respect", que je vous aurais traité de franchouillard, que je vous aurais accusé d'habiter dans une grotte, que vous seriez un bel enfant de ce siècle (ce qui paraît, à première vue, un compliment...), et même que j'aurais osé évoquer Pol Pot dans le même commentaire à vous adressé.

Il y a une seule chose que vous ne dites pas : à propos de quoi je vous aurais traité de franchouillard, évoqué quelque grotte, le siècle ou Pol Pot.

Vous avez simplement cité Angela Merkel, dans un précédent commentaire qui montre clairement... comme vous le dire sans froisser votre énorme vanité ? que vous êtes incapable de vous exprimer de façon claire et compréhensible, ne parlons pas de "débattre". Je n'ai rien compris à votre histoire d'Angela Merkel. Vous parlez d'arguments de fond, mais vous êtes bien incapable de nous dire en quoi vous seriez en désaccord avec moi.

Donc, je vous mets les points sur les i : traiter quelqu'un de franchouillard, l'accuser d'habiter dans une grotte, lui reprocher d'être un mouton adoptant sans discernement les fausses idées du temps, évoquer Pol Pot, Hitler ou le sapeur Camember à propos de quiconque y compris de Votre Majesté, Monsieur Cyril Lafon, ce sont les modalités normales du débat public.

Si vous avez l'épiderme trop sensible pour cela, abstenez-vous de partager des idées choquantes. Abstenez-vous de faire de la politique, laquelle consiste à vouloir imposer des règles à autrui, ce qui suppose d'admettre qu'autrui puisse réagir d'une façon qui ne soit pas entièrement flatteuse pour vous.

Comme disent les Anglais, si vous ne supportez pas la chaleur, ne vous aventurez pas dans la cuisine.

Et par exemple, n'insistez pas à l'envi sur votre aversion envers la liberté d'expression, pour ensuite vous prétendre "méprisé" sous prétexte qu'on aurait évoqué Pol Pot à votre lecture.

Cela me paraît prodigieusement hypocrite.

Cyril Lafon

@ Herman Kerhost

La cohérence va régner avec ce commentaire en vous démontrant que j'ai bien le cuir épais.

Tout d'abord, vous venez à la rescousse de Robert Marchenoir, c'est fort honorable de votre part.
Je m'attendais à sa réponse et pas du tout à la vôtre, ceci étant dit, il faut que vous soyez bien ami pour que vous le défendiez avec tant de perspicacité ! Vous avez recherché pour lui ces échanges de 2020 ! Il est de votre honneur de l'avoir comme ami. Que votre amitié dure !

Pour en revenir à notre opposition, effectivement je n'ai pas répondu, j'ai estimé que je n'avais pas à le faire, c'était à lui à se souvenir de ses malencontreux écrits sur ma personne qui ne furent rien d'autre que des attaques personnelles, et pas à moi à rappeler les incorrections commises.

Puisque vous avez lu les commentaires, ce que je n'ai pas supporté, ce sont les qualificatifs par lui employés.
J'ai écrit en 2020 que je n'étais pas un admirateur de la liberté d'expression, il n'était pas d'accord sur ce point. Ce n'est pas ceci qui me gêne, le fait de ne pas être d'accord avec moi ne me gêne absolument pas, le problème n'est pas là, je ne suis pas un prophète, un évangile ou le gourou d'une secte.
Ce que je n'ai pas supporté, ce sont les qualificatifs qu'il a employés, franchouillard, résident dans une grotte, bel enfant de ce siècle, il a évoqué Pol Pot, l'un des pires dictateurs de l'histoire de l'Asie du Sud-Est...

Si vous écrivez quelque chose qui intellectuellement m'incommode, je vous répondrai par une ou des idées, on combat une idée par une idée, certainement pas par des métaphores ou des faits irréels.
Jamais je ne ferai de vous, Monsieur, un sédentaire d'une grotte ou un imbécile heureux, jamais je ne vous considérerai comme un ridicule citoyen, je ne vous connais pas !
D'où tout ce que j'ai évoqué en 2020 lorsque je lui ai demandé où il m'avait vu, où il m'avait parlé...
Ne vous connaissant pas, je n'ai pas utilisé de concepts irréels qui traduirait votre personne pour ce qu'elle n'est pas !
Je le répète, on combat une argumentation par une contre-argumentation.

Albert Einstein s'est vu prouver la fausseté de son analyse du début du XXe siècle lorsqu'il avait évoqué à cette époque le caractère statique de l'Univers, il pensait que l'Univers était immobile, figé ad vitam aeterman.
Aux alentours de 1929 il a été prouvé qu'au contraire, l'Univers n'était pas statique mais en perpétuel mouvement, car il a été découvert que les galaxies s'éloignent les unes des autres à une vertigineuse vitesse.
Le raisonnement prouvant l'éloignement des galaxies annihile celui prouvant le statisme de l'Univers.
Einstein dut bien reconnaître, sans doute avec une très grosse amertume, des années après, qu'il avait bien tort de penser que l'Univers était immobile.

Je le répète, on annihile un raisonnement par un contre-raisonnement, j'aurais préféré que votre ami m'étale des arguments me laissant pantois, au lieu de me traduire en personne que je ne suis pas !
À la limite, j'aurais présenté des excuses sur ce blog.

Un dernier mot sur notre hôte, Monsieur Bilger, habitué des stations de radio et des plateaux de télévision.
Combien de fois l'a-t-on vu rabaisser un chroniqueur, lui demandant d'aller se rhabiller ou de remonter à son cocotier ou le traitant de franchouillard ? jamais, il est bien trop intelligent pour ça, bien trop correct ! Il étale ses arguments.

Ce blog devrait être un carrefour d'arguments, un foisonnement d'idées, de nature à ce que d'autres commentateurs, par d'autres idées, combattent les idées d'autres intervenants.
C'est bien mieux que d'en venir au rabaissement d'autrui, au discrédit d'autrui, et au dérapage sémantique.

Herman Kerhost

@ Cyril Lafon | 01 juin 2024 à 10:13

J'ai finalement décidé, voyant que vous ne répondiez pas, de me lancer dans la recherche de votre vieille discussion avec l'ami Robert Marchenoir.

C'était donc sous le billet consacré à Riss, de Charlie-Hebdo. Ce fut finalement facile, puisque votre échange se trouvait en fin de commentaires.

Je comprends pourquoi vous ne nous avez pas fourni plus de détails, puisqu'effectivement, le contexte explique bien des choses.

Vous aviez laissé entendre que Robert Marchenoir n'avait pas le droit de vous répondre, puisque, disiez-vous, il ne vous connaissait pas, ne vous avait pas vu, ne vous avait pas parlé. Voilà pourquoi le qualificatif "franchouillard" a fait son apparition. Et il ne vous était pas directement destiné, puisque Robert Marchenoir vous a rétorqué qu'il s'agissait là d'un "snobisme franchouillard (de quelqu'un qui) n'a pas compris qu'il est sur Internet".

Là où ça devient intéressant, c'est la façon dont vous aviez conclu la discussion:

"Quand je lis votre dernier commentaire, ma sidération est telle que je n'ai pas envie de développer une réponse cohérente. Je m'en tiens donc là." (Cyril Lafon | 12 janvier 2020 à 02:40)

Jusqu'à aujourd'hui. Mais vous n'avez toujours pas répondu de façon cohérente. On peut même dire que c'est l'incohérence qui règne.

Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée de venir commenter ici, Cyril Lafon. Il faut y avoir le cuir épais...

Herman Kerhost

@ Cyril Lafon | 01 juin 2024 à 10:13

Pourriez-vous nous donner un peu plus d'informations concernant votre mauvais souvenir de 2020 ?

Vous prétendez que vous n'avez pas inscrit la date "sur une pierre de marbre", mais dans ce cas, comment vous rappelez-vous de cette date, votre traumatisme a t-il été si important que vous aviez décidé de ne jamais l'oublier ?

Ou alors, plus probablement, vous avez fait une recherche pour pouvoir retrouver la date. Mais dans ce cas, pourquoi ne pas reproduire, ici, la discussion, afin que nous puissions juger sur pièce ?

Ce n'est pas que cette histoire soit passionnante, mais à quoi bon nous parler de vos tourments si c'est pour rester ainsi dans le vague ? Il y a quelque chose qui cloche dans votre histoire...

Par ailleurs, vous êtes complètement à côté de la plaque. Tant pis si je vais encore me faire traiter de lèche-bottes, je m'en fiche... mais Robert Marchenoir est sans aucun doute un débatteur sans pareil, d'une clarté rare, et d'une honnêteté intellectuelle exemplaire. Ses commentaires enrichissent la qualité de ce blog. Et je ne doute pas qu'une majorité de lecteurs (tout le monde ne commente pas...), ainsi que nos hôtes, soient ravis de sa présence dans ces pages...

Cyril Lafon

@ Robert Marchenoir

Monsieur Marchenoir, vous êtes littéralement inapte au débat, malencontreusement doté d'une inaptitude à la brillance en ce qui concerne vos écrits.

Je remarque avec une satisfaction interne que vous êtes discrédité par nombre de commentateurs, pas uniquement moi ou Axelle D, je m'en réjouis en mon for intérieur en ce sens que je ne suis pas le seul dans ce cas.

J'ai remarqué votre manière de fonctionner, vous lisez les commentaires en entier, puis dans votre réponse, vous sélectionnez des extraits, et vous poursuivez, la longueur de vos commentaires s'explique en partie parce que vous réintroduisez des extraits des commentaires des autres.

Il est bien évident que si vous me traitez de ce que vous avez écrit, j'aurai en pareille circonstance toute latitude pour vous traduire en justice.
Vous êtes, me semble-t-il, incapable d'étaler sur ce blog votre propre production intellectuelle, votre propre propension à s'exprimer sur tout sujet, vous vous calquez sur les autres, et vous répondez par des arguments totalement inappropriés, avec un vocabulaire péjoratif et donc méprisable.
Définition de "franchouillard" : caractéristique du Français moyen et de ses défauts.
Voilà, ça me fait très plaisir de me faire traiter de franchouillard !
Quant à mon logement, il ne s'agit pas d'une grotte mais d'une maison d'habitation avec eau, électricité, connexion à Internet, acquise devant notaire.
Je n'ai pas à démontrer ce qui m'oppose à vous, il suffit de relire mes anciens écrits vous concernant, notamment de ce 12 janvier 2020.
Ah, quelle date !

Vous inversez les arguments des autres de la manière suivante, en vous imitant ça donnerait ce qui suit :
- je n'aime pas les tomates
Vous y répondriez : en quoi les tomates ne sont pas bonnes ?
Auriez-vous un organisme allergique aux tomates ?
En quoi faudrait-il interdire la consommation de tomates ?

Autre exemple : quelqu'un dirait
- il m'est impossible de regarder un match de football, j'ai horreur du football.
Vous y répondriez : en quoi le football salit-il un individu ?
Est-ce que les footballeurs seraient des citoyens toxiques, à évincer du champ télévisuel ?

J'ai remarqué qu'à plusieurs reprises, vous preniez les phrases des autres et vous repartiez à l'envers.
Vous m'avez fait le coup avec les tremblements de corps d'Angela Merkel en Allemagne et l'assassinat du petit Grégory en 1984 !
En un mot, en quoi serait-il gênant de ne pas être choqué de voir une femme trembler de je ne sais quoi lors d'une cérémonie, alors que ces tremblements ont choqué toute l'Allemagne !
Vous êtes visiblement obsédé politiquement par la gauche, je rejoins le commentaire d'Axelle D publié hier.
Je vais me renseigner pour savoir s'il faut être de gauche pour consommer des tomates ou regarder un match de football.

Vous n'êtes visiblement pas fait pour la pensée, pour la pertinence d'analyse, pour des argumentations construites par une intensité intellectuelle.
Vous êtes dans l'adversité, il y a de la rudesse dans vos écrits, du mépris caché, voire de la salissure, il suffit de vous relire et de lire également des commentaires divers et variés d'intervenants sur ce blog, vous concernant.

Vous allez encore me dire que ce que je viens de vous dire est une attitude de gauchiste, de wokiste ou de je ne sais quoi.
Continuez à nous "enchanter" avec votre belle prose.

Robert Marchenoir

@ Cyril Lafon | 31 mai 2024 à 12:21
"Votre commentaire n'a ni queue ni tête, que de sottises étalées en pleine nuit !"

Mon commentaire a, au contraire, beaucoup de queue et beaucoup de tête, nulle sottise ne s'y trouve, et une vérité ne devient pas fausse lorsque le soleil est couché.

Vous échouez, en tout cas, à le réfuter. En fait, vous n'essayez même pas.

"Je me pose de sérieuses questions sur votre aptitude au débat, à la pertinence des analyses et à l'acceptation des opinions d'autrui qui ne sont pas les vôtres."

Non, en fait, ça, c'est vous. C'est vous qui m'accusez d'écrire des sottises, mais qui ne vous sentez même pas moralement obligé d'expliquer en quoi ce seraient des sottises.

C'est donc bien vous qui n'avez aucune aptitude au débat, ni aucune propension à accepter les opinions qui ne sont pas les vôtres.

"Dans votre billet, vous évoquez les prostituées. Sachez que nombre d'entre elles sont des mères. Les femmes qui s'adonnent à cette activité sont aussi respectables qu'une boulangère ou une employée de banque. J'espère que nous convenons tous deux qu'il vaut mieux avoir une mère, fille, soeur ou nièce boulangère, employée de banque, entre autres, que prostituée, mais quand bien même elles le seraient, elles auraient droit à toute sympathie, tout concours, tout amour, non pas pour leur activité, mais pour leur humanité, leur essence d'être humain."

Absolument aucun rapport avec la choucroute. J'ai expliqué que contrairement à vos égosillements scandalisés, je vous ai simplement traité de franchouillard, pas de fils de p... Vous me répondez que les prostituées sont des femmes tout aussi respectables que les boulangères.

J'en déduis que j'ai votre feu vert pour, la prochaine fois que vous exprimerez quelque opinion nocive et immorale, vous traiter de fils de p...

"J'ai toutefois la sagesse, moi qui n'admire pas la liberté d'expression, qui réfute en bloc vos écrits..."

Ah, vous avez de la sagesse. C'est merveilleux. Axelle D nous dit qu'elle est BCBG, vous vous vantez de votre sagesse, Charoulet explique qu'il ne fait jamais d'excès de vitesse. Nous vivons ici parmi des commentateurs plus vertueux les uns que les autres. Puisqu'ils le disent.

Vous ne réfutez pas en bloc mes écrits. Il est impossible de les réfuter en bloc. La seule façon de le faire serait en détail.

Réfuter ne signifie pas : j'aime pas, je crache dessus. Réfuter signifie démontrer que c'est faux. Vous n'essayez même pas.

En revanche, je note que vous répétez votre inquiétante et immorale déclaration selon laquelle vous êtes opposé à la liberté d'expression.

Sur un blog qui, au contraire, la défend mordicus.

Voilà qui serait intéressant à développer, malheureusement vous n'en faites rien. C'est dit hors contexte, hors sujet, ce n'est pas justifié, c'est un pet argumentatif.

Mais à part ça, c'est moi qui ne serais pas apte au débat.

Récapitulons, suite à votre dernier commentaire :

Vous vous vantez de votre moralité présumée supérieure (vous êtes sage, vous aimez les prostituées pour leur essence d'être humain) : comportement typiquement gauchiste.

Vous défendez les prétendus opprimés (les prostituées), vous prétendez qu'elles sont aussi respectables qu'une employée de banque : position typiquement gauchiste.

Vous êtes, vous insistez pour nous le redire, opposé à la liberté d'expression, comme ça, par principe et en bloc, sans restriction ou limitation : position typiquement gauchiste.

À part ça, il est insensé de vous placer à gauche, vous qui votez toujours à droite...

Axelle D

@ Cyril Lafon | 31 mai 2024 à 12:21

Marchenoir roule à fond pour la gauche, voit des gauchistes partout, des communistes à gogo qu'il connaît mieux qu'eux-mêmes et serait seul à démasquer ! Avec parfois des fachos en contrepoint !

C'est plus fort que lui, les rouges brun c'est son obsession, il en voit partout et il en rêve la nuit ! Faut pas trop lui en vouloir... Il a manifestement quelques défaillances du côté de l'hémisphère gauche (centre verbal et analytique du cerveau).

Cyril Lafon

@ Robert Marchenoir

Votre commentaire n'a ni queue ni tête, que de sottises étalées en pleine nuit !
J'aurais un comportement de gauche.
Vous ne voyez pas en quoi il faudrait être spécialement gentil avec moi.
Vous évoquez le wokisme.
Je coche les cases de l'être de gauche.
Les partis de droite seraient, en fait, de gauche.

Que de choses sidérantes lues sur ma personne !
Dois-je vous mépriser ? certainement pas, vous n'êtes pas méprisable, mais je me pose de sérieuses questions sur votre aptitude au débat, à la pertinence des analyses et à l'acceptation des opinions d'autrui qui ne sont pas les vôtres.

Dans votre billet, vous évoquez les prostituées.
Sachez que nombre d'entre elles sont des mères. Les femmes qui s'adonnent à cette activité sont aussi respectables qu'une boulangère ou une employée de banque.
J'espère que nous convenons tous deux qu'il vaut mieux avoir une mère, fille, soeur ou nièce boulangère, employée de banque, entre autres, que prostituée, mais quand bien même elles le seraient, elles auraient droit à toute sympathie, tout concours, tout amour, non pas pour leur activité, mais pour leur humanité, leur essence d'être humain.
Voilà une subtile nuance.

J'ai toutefois la sagesse, moi qui n'admire pas la liberté d'expression, qui réfute en bloc vos écrits, de vous souhaiter à l'heure qu'il est à l'écriture de ce billet, une bonne journée.

Robert Marchenoir

@ Cyril Lafon | 27 mai 2024 à 19:54
"Je n'ai pas inscrit la date du 12 janvier 2020 sur une pierre de marbre, pour se remémorer nos échanges de janvier 2020 il suffit de cliquer sur 'Rechercher' en haut à droite de ce blog, c'est tout simple !"

C'est à vous de le faire. C'est vous qui portez des accusations contre moi, c'est à vous de les étayer.

"Loin de moi de vouloir régler des comptes, je me souviens d'avoir été traité de franchouillard de ce siècle, vous m'aviez demandé depuis combien de temps je n'étais pas sorti de ma grotte sans eau ni électricité, vous aviez écrit que les dîners ne devaient pas être gais avec moi, bref et j'en passe. Vous avez été le seul à écrire toutes ces inepties."

Vous n'avez nullement établi en quoi ce seraient des inepties. Pour ce faire, il faudrait que vous restituiez ce que vous avez dit, et ce que je vous ai objecté. Il faudrait que vous rétablissiez le contexte de la discussion.

Vous ne l'avez pas fait, et vous vous abstenez toujours soigneusement de le faire.

Vous êtes donc bien un adepte de la dénonciation calomnieuse, de la culture de la plainte, du dolorisme systématique, de la victimisation à outrance, bref du wokisme.

A moins que vous ne vouliez dire : ce n'est pas très gentil de vous traiter de franchouillard. Mais je ne vois pas pourquoi il faudrait être spécialement gentil avec vous.

Que je sache, je ne vous ai pas traité de t... du c..., je n'ai pas accusé votre mère de se livrer à des activités tarifées que la morale ne réprouve plus depuis longtemps, pas plus que je ne vous ai accusé d'être un représentant de la "frociaggine", à l'instar du pape François.

Êtes-vous en train de nous dire que le franchouillardisme n'existe pas ? Qu'il est interdit de le critiquer ?

Encore quelqu'un qui fait la chasse aux mots plutôt que de défendre ses idées.

"En 2020, j'avais indiqué que je n'étais pas un admirateur de la liberté d'expression et c'est sur ceci que vous m'aviez attaqué. Ces propos sont hors de portée intellectuelle et sont tout simplement indignes d'un commentateur qui s'exprime sur un blog particulièrement pertinent comme celui-ci."

Ah tiens, comme c'est intéressant... Donc vous considérez qu'il est évident qu'on doive être contre la liberté d'expression, que cela ne supporte pas la contradiction et qu'il est "indigne" de vous critiquer pour ce motif ?

"Vous me situez à gauche, j'ai le déshonneur de vous informer que je ne peux pas voter à gauche."

Vous ne pouvez pas voter à gauche ? C'est à dire ? Vous êtes handicapé, atteint d'une maladie mystérieuse qui vous empêche de saisir un bulletin de gauche ? Vous habitez dans une région séparatiste dirigée par des fascistes qui interdisent le vote de gauche ?

Ou bien essayez-vous de nous dire que vous êtes viscéralement de droite ?

Dans ce cas, je suis au regret de vous dire que je maintiens mes propos : vous cochez de nombreuses cases de l'être-de-gauche.

Pour la millième fois, on peut voter à droite et être de gauche. La plupart des partis de droite, en France, sont d'ailleurs en grande partie de gauche.

Vous êtes opposé à la liberté d'expression : c'est indiscutablement une position de gauche. Ce sont les communistes qui ont le plus oeuvré contre la liberté d'expression, même si les fascistes ont fait leur part. C'est la gauche de toutes les nuances qui soutient les lois et les pratiques sociales visant à détruire la liberté d'expression, bien plus que la droite.

Vous affirmez qu'il est inaceptable de vous contredire, en particulier lorsque vous vous dites opposé à la liberté d'expression : c'est caractéristique de la gauche, qui estime détenir la vérité par essence et se montre scandalisée lorsqu'on ose la remettre en cause dans ses convictions les plus profondes.

Vous vous comportez comme si vous n'aviez pas à justifier vos accusations, et que c'était à vos adversaires de prouver leur innocence : encore une habitude de gauche.

Vous cultivez le dolorisme victimaire au lieu de défendre vos idées : encore un trait caractéristique de la gauche.

Et finalement, vous déclarez votre solidarité avec Axelle D, laquelle ne cesse de défendre ici des positions de gauche : idéologie "anti-raciste", soutien de la Russie qui réhabilite le stalinisme, penchant pour la dictature policière, intimidation systématique des adversaires par l'insulte, et narcissisme exacerbé se propageant sous le prétexte du débat politique.

"Gaulliste", aujourd'hui, c'est bien souvent un cache-sexe pour dire : communiste.

C'était d'ailleurs le cas du vivant de De Gaulle : les soi-disant "gaullistes de gauche" n'étaient autres que des communistes honteux.

Valéry

@ Achille

Vous savez très bien que ce n’était pas dans mes intentions de me moquer des inscriptions sur le mur des Justes, mais plutôt de me moquer de votre appétit pour le lavage de crâne.

À l'heure où la France, par son immobilisme politique et son parti pris médiatique flagrant et injuste sur le conflit à Gaza, s'est mis à dos deux milliards de musulmans - et cette religion a de la mémoire -, quand les manifestations anti-sionistes et les actes antisémites se multiplient, en France comme partout dans le monde, incriminer la Russie comme première hypothèse pour des inscriptions antisémites sur un mur en France, une Russie qui continue les relations commerciales et diplomatiques avec Israël, c'est marcher sur la tête. Le désespoir des médias qui cherchent à rallumer une flamme agonisante à n'importe quel prix. Soyons sérieux, vos neurones marchent bien mieux que ça.

----------------------------------------------------------------------

@ Axelle

Merci Madame, pour votre bienveillance.

Serge HIREL

@ Achille | 29 mai 2024 à 07:26@
« Ce qui est exact. On appelle ça l’effet Coriolis »

Dans le cas précis, ça s’appelle surtout avaler un bobard... et démontrer sans le vouloir que le sens critique est assez peu développé chez certains militants politiques qui sont toujours prêts à prendre pour argent comptant tout ce que raconte leur idole...

Axelle D

@ Valéry

Je viens de lire votre post adressé à Marcel P et je suis bluffée : finalement vous vous montrez par votre analyse et à bien des égards plus Français que bien d'autres donneurs de leçons ici, qui ne cessent de jouer les censeurs, à temps et surtout à contretemps !

En quelques mots, je pourrais dire paraphrasant le général de Gaulle que vous aimez "la vraie France, la seule France, la France éternelle" et non pas ce pays de zombis, d'assistés, de pétochards, de vaincus et de veaux promus à l'abattoir, qui semblent avoir renoncé définitivement à leur Histoire glorieuse et s'enfoncent irrémédiablement, par lâcheté, aveuglement et bêtise, dans le puits sans fond du déshonneur et de la décadence.

большое спасибо.

Achille

@ Valéry | 29 mai 2024 à 10:42
« Mais c'est terrible, trois taches rouges sur un mur et la France est déstabilisée à jamais, parole de tweet. »

Ben oui, quelques taches rouges sur le mur des Justes qui porte les noms de plus de 3 900 hommes et femmes qui, au péril de leur vie, ont contribué au sauvetage de Juifs en France pendant la Seconde Guerre mondiale, je suppose que pour vous il s’agit d’un "détail"…

Valéry

@ Achille

Mais c'est terrible, trois taches rouges sur un mur et la France est déstabilisée à jamais, parole de tweet.

Envoyons plus de Caesar pour rétablir la parité. Voyons ce que Poutine trouvera pour répliquer, maintenant qu'il s'est enfin débarrassé de ces sales punaises.

------------------------------------------------------------------------

@ Marcel P

Ma présence sur ce blog est due uniquement au fait que c'est un des derniers endroits sur le Net français ou on peut écrire ce qu'on pense - et par ricochet lire des propos sincères donc intéressants, et cela devrait vous inquiéter bien plus que mon statut d'"agent de l’étranger".

Laissez-moi vous faire le résumé : la France n’évite l'effondrement et la révolte que parce que chaque président, depuis 1980, sort la planche à billets, pour le plus grand bonheur des investisseurs étrangers, dont l'anonymat est protégé par le code du Commerce. C'est comique d'entendre les médias français chouiner sur des ingérences anecdotiques - et pour la majorité, inventées de toutes pièces -, telles que celles rapportées par Achille, alors que sur le fond, sur l'essentiel, la France est tenue par les coucougnettes. De l’étranger.

On le sait tous, emprunter c'est une manière de se remettre en selle, là ou il n'y a plus de solution. Payer les recettes, honorer les engagements en matière de dépenses, éviter une récession et des choses dans ce genre. Mais l’emprunt, par nature et par concept, doit pallier et fixer un problème temporaire, afin de permettre de repartir sur des bases saines, une croissance retrouvée.

Sauf que voilà, chaque quinquennat augmente l'ardoise à payer pour le suivant, la croissance, de 5,9 % en 1960, est tombée aujourd'hui à 0,9 %, malgré une dette qui a augmenté de façon exponentielle. C'est comme si vos parents empruntaient sans limites pour financer vos études, ensuite vous ratez votre diplôme et vous vous retrouvez sans emploi, et de plus vous devez régler l’intégralité de l'emprunt. C'est du suicide.

Et qu'est-ce qu'on fait quand on se retrouve dans des situations pareilles ? On jette de la poudre de perlimpinpin, pour que les naïfs et crédules de tout poil tournent leur regard vers des problèmes imaginaires, de préférence loin de nous, après avoir verrouillé toute possibilité de s'informer correctement. Cette fois la souris accouche d'une montagne.

Et l'heure de régler les comptes s'approche, il ne peut en être autrement. Moi, dans vingt ans, à l'âge de la retraite, je rentrerai en Russie, ce qui n’était pas dans mes plans initiaux. Pas par idéologie ou par indifférence de la France, mais parce que la France est devenue indifférente à elle-même pendant qu'elle continue à creuser une tombe qui bientôt, sera impossible à recouvrir. Et je n'ai aucune envie de payer pour l'amateurisme de ceux qui, invariablement, sont élus davantage pour leur oralité que sur leur capacité à inventer, à trouver une voie de sortie, alors que l'heure est grave. Et ce qui continue de me sidérer c'est cette apathie et ce renoncement, comme si les gens étaient littéralement drogués.

Macron l'a dit l'autre jour : réveillez-vous. Il n'a pas idée à quel point il a raison, et en même temps à quel point il devrait se méfier.

Achille

@ Serge HIREL | 28 mai 2024 à 13:53
« Les Russes n’en sont plus loin. Ils disent déjà que l’eau y tournoie à l’envers dans les toilettes des « métros »... et que le Prince est reparti sans avoir réglé ce douloureux problème. »

Ce qui est exact. On appelle ça l’effet Coriolis. Le Prince ne peut rien y faire, pas même Poutine, c'est tout dire. À moins de faire tourner la planète à l'envers...

Giuseppe

J'ai écouté Caroline Fourest, pourtant Attal a bien décalqué le FN/RN et celui qui portait beau mais qui s'est fait marcher dessus quand il s'est pris des rucks bien appuyés. En résumé disant tout et son contraire c'est bien un parti "attrape-tout"... Malgré les mensonges et les votes dans l'UE qui contredisent tout ce qu'ils avancent, ils se meuvent masqués, ils sont en passe de réaliser un excellent score, pour le pire mais sans aucun doute pas pour le meilleur.

Quand on voit les positions de Meloni en Italie qui n'ont plus rien à voir avec ce qu'elle prônait, on voit bien les limites de ces courants extrêmes bien que maintenant ils avancent cachés et policés dans les paroles.

De temps à autre un de leurs affidés se fait rattraper pour des propos nauséabonds mais rien n'y fait. Ils vont finir de dépecer le pays et le rendre encore plus équarri dans la composition sociale. Triste avenir. La misère au bout du chemin, Meloni a compris qu'elle avait besoin du pognon de l'Europe, les nôtres doivent passer en justice, ils ont une dette colossale pour emplois fictifs... Et pourtant...

Serge HIREL

@ Achille | 28 mai 2024 à 07:47
« Ce qui est factuel ce sont ces opérations de déstabilisation orchestrées par la Russie. (...) sans oublier, bien sûr, les fameuses punaises de lit »

Rejoignez Patrice Charoulet... Réfugiez-vous en Nouvelle-Calédonie... Il n’y pleut que des cailloux... Méfiez-vous néanmoins. Les Russes n’en sont plus loin. Ils disent déjà que l’eau y tournoie à l’envers dans les toilettes des « métros »... et que le Prince est reparti sans avoir réglé ce douloureux problème.

Achille

@ Valéry | 27 mai 2024 à 18:03
« En effet, c'est factuel. Sans les sanctions prises envers la Russie, qui se sont retournées comme un boomerang, le bien-être matériel du peuple français s'en trouverait amélioré, merci de le rappeler. »

Ce qui est factuel ce sont ces opérations de déstabilisation orchestrées par la Russie. Comme ces mains rouges sur le mur des justes , ou encore les étoiles de David bleues en région parisienne, sans oublier, bien sûr, les fameuses punaises de lit destinées à semer la panique chez les Parisiens qui ont déjà bien des soucis avec leur rats (ou surmulots si vous préférez).
Sans oublier les médias pilotés par les officines russes comme RT et Sputnik qui inondent les ondes de leur infox et des agents russes qui instillent sur les blogs leur propagande pro-poutinienne comme vous le démontrez très bien en ce moment.

Marcel P

@ Valéry
"En effet, c'est factuel. Sans les sanctions prises envers la Russie, qui se sont retournées comme un boomerang, le bien-être matériel du peuple français s'en trouverait amélioré, merci de le rappeler."

Merci de rappeler que c'est l'unique objet de vos interventions sur le blog. Nous faire croire que le timide soutien apporté par la France à un pays qui, à ses frontières, est envahi par un autre qui menace d'invasion au moins 5 alliés de la France via l'OTAN, bouleverserait les conditions d'existence des Français.
Bien malin est celui qui démontrera que cela coûte plus au Français que le Covid, l'immigration clandestine, l'immigration oisive, la CAF, j'en passe et des meilleures.

"Et la presse le protège à outrance. Le RN est tellement proche du pouvoir qu'ils ont le sentiment d'accomplir un devoir patriotique en cachant les torts de Macron sous le paillasson. Voilà."

Radio France protège Macron, alors même que le PS est d'extrême droite selon la majeure partie de ses intervenants ?
Soyez cohérent et lamentez-vous que les employés de la presse en France ne soient pas des fonctionnaires, de fait ou de principe, comme à Moscou ! À moins que ce qui est bon à Moscou ne soit pas bon en France. Ah oui, c'est vrai. Ça a toujours été comme ça. Le modèle idéal de Moscou ne se transpose qu'en opposé : on se masturbe sur l'homme fort de Moscou qui ne rigole pas, on se marre avec lui du concept de droits de l'homme, mais lorsqu'on tourne le regard vers l'Occident, tout est renversé et tout est dictature effroyable, même si les services secrets n'empoisonnent personne et qu'il n'y a pas de miliciens armés à côté des isoloirs.

Cyril Lafon

@ Robert Marchenoir

Je n'interviens pas ici pour représenter un courant d'idées, mais pour exprimer quand bon me semble une ou plusieurs opinions ; j'interviens de manière irrégulière, contrairement à d'autres commentateurs qui visiblement y interviennent quotidiennement et c'est pour leur honneur.
Je n'ai pas à défendre une idéologie ou je ne sais quel courant d'idées.

Vous me situez à gauche, j'ai le déshonneur de vous informer que je ne peux pas voter à gauche, à part peut-être aux élections municipales dans mon village de quelque 1 300 ou 1 400 habitants ; vous avez faux sur toute la ligne.

Je n'ai pas inscrit la date du 12 janvier 2020 sur une pierre de marbre, pour se remémorer nos échanges de janvier 2020 il suffit de cliquer sur "Rechercher" en haut à droite de ce blog, c'est tout simple !

J'ai très bien vécu, rassurez-vous, ces quatre dernières années, il est vrai que mon commentaire à Axelle D m'a rappelé cet épisode de 2020 que j'ai cru bon d'évoquer.
Loin de moi de vouloir régler des comptes, je me souviens d'avoir été traité de franchouillard de ce siècle, vous m'aviez demandé depuis combien de temps je n'étais pas sorti de ma grotte sans eau ni électricité, vous aviez écrit que les dîners ne devaient pas être gais avec moi, bref et j'en passe.
Vous avez été le seul à écrire toutes ces inepties, et vous continuez vu que vous me situez à gauche.

Et c'est de ceci dont je me souviens.
En 2020, j'avais indiqué que je n'étais pas un admirateur de la liberté d'expression et c'est sur ceci que vous m'aviez attaqué.
Ces propos sont hors de portée intellectuelle et sont tout simplement indignes d'un commentateur qui s'exprime sur un blog particulièrement pertinent comme celui-ci.

Valéry

@ Achille
"le bien-être du peuple s’en trouverait amélioré, c’est sûr !"

En effet, c'est factuel. Sans les sanctions prises envers la Russie, qui se sont retournées comme un boomerang, le bien-être matériel du peuple français s'en trouverait amélioré, merci de le rappeler.

Mais encore, ce n'est pas mon propos. Qu'un peuple veuille sacrifier une partie de son confort pour aider un autre, c'est tout à son honneur. Là ou on a un problème, c'est quand celui qui a pris la décision se défile et refuse toute responsabilité. "C'est pas moi, c'est Poutine, c'est le RN, c'est les populistes, c'est les Chinois". C'est jamais lui, alors que si, il est le seul responsable des choix politiques et des conséquences.

C'est le problème de fond avec Macron : d'un côté il fanfaronne tel un coq, "c'est moi qui prends toutes les décisions, et si on n'est pas d'accord qu'on vienne me chercher", puis de l'autre, à la moindre averse, "c'est pas moi, c'est l'autre, j'y suis pour rien". Et en même temps il lui est impossible de se rendre quelque part sans un bataillon de CRS pour le protéger et sans se faire huer de partout.

Et la presse le protège à outrance. Le RN est tellement proche du pouvoir qu'ils ont le sentiment d'accomplir un devoir patriotique en cachant les torts de Macron sous le paillasson. Voilà.

stephane

@ Achille

Avouez que ça vous faisait plaisir de remettre une pièce dans la machine.
J'aime assez, la preuve je relance.
De toutes façons il sera perçu comme un abus de faiblesse de répondre et comme un abus de faiblesse de ne pas répondre.
Disons que la personne concernée a parfois tendance à voler dans les plumes avec des arguments limités. Un côté Segolène Royal.

Axelle D

@ Achille | 27 mai 2024 à 11:37

Dans mon post initial, j'avais seulement fait remarquer avec, certes, une pointe d'ironie, votre manque d'objectivité, attesté d'ailleurs une fois de plus par votre réaction de ce jour, censée démontrer aux lecteurs le brave homme plein de délicatesse que vous êtes, y compris à l'égard d'une furie !

------------------------------------------------------------------

@ Robert Marchenoir | 27 mai 2024 à 00:41
"Axelle D passe son temps à insulter les commentateurs de ce blog, et ce à froid..."

En quelque sorte vous accusez Pascale Bilger de ne pas faire son travail de modératrice et du même coup Philippe Bilger de tolérer sur son blog (depuis 25 ou 50 ans selon vos divagations !) une personne qui n'aurait que l'injure à la bouche en guise d'arguments ?

Achille

@ Axelle D | 26 mai 2024 à 15:42
« Jolie mentalité ! Ou l'art de renverser les rôles ! »

Je vous ferai juste remarquer qu’en matière d’agressivité vous n’avez vraiment rien à envier à Robert Marchenoir.
J’ai eu plusieurs fois l’occasion de le constater à mes dépens, alors que moi, je suis tout en délicatesse quand je réponds à vos commentaires. :)


Giuseppe

"Les deux dernières fois qu'on les a joués (Leinster), on a pris 40 points (40-17 en 2022, 41-22 en 2023). Il y a deux ans, la défaite nous avait fait très très mal à la tête. Depuis, quelque part, on bosse un peu pour que ce jour arrive. Donc celui-là est tout en haut, forcément." (Laurent Thuéry)

Il me semble entendre mon grand-père dans son atelier. Un travailleur infatigable, il a quitté son poste quand la maladie l'a gagné, les valeurs d'abnégation même quand cela ne voulait pas le faire.

« Il n’y a qu’une réponse à la défaite, et c’est la victoire. » (Winston).

Et puis j'en viens à cette phrase: "Il a été insultant en une unique occasion, quand il a reproché au RN d'avoir été vendu à la Russie dans ses votes européens ou ses abstentions. JB a été mou dans sa réplique, presque inexistant, comme s'il était sonné alors qu'il était évident que cet argument serait proféré. Je regrette que le Premier ministre soit tombé dans cet extrémisme." (PB)

Presque tout le monde nous le vendait beau ce Jordan, il lui manque l'essentiel - à part répondre avec des phrases et poncifs habituels -, croire en lui et à ce parti coquille vide, pour l'instant c'est un récitant, rien qu'un récitant de parti.

Alors bien sûr ils font du chiffre, c'est un fait, mais compter les points depuis un banc de touche est tellement facile, et les voir arriver au pouvoir fait peur, ils n'ont rien à proposer, rien de rien, et il paraît que ce sont des cossards en plus. Loulou, monsieur ex, était connu pour cela, le Volatile l'avait un peu égratigné dans un portrait si mes souvenirs sont bons.

"Je regrette que le Premier ministre soit tombé dans cet extrémisme"...
Ce n'est pas grand-chose, il sentait que le match tournait en sa faveur, alors Gabriel a appuyé un peu plus les rucks qui de défensifs passaient offensifs...

Il va pas pleurnicher non plus le poulain à sa mère, quand elle va serrer la pogne du Cinglé c'est quand même un peu plus grave, elle touche un peu de sang quand même, et l'autre qui va en visite chez Bachar, il faudrait passer tout cela par pertes et profits sans que les citoyens le sachent ?

Robert Marchenoir

@ Cyril Lafon | 25 mai 2024 à 11:00 @ Axelle D
"J'ai été touché par vos écrits du 19 mai dernier avec Robert Marchenoir, ce dernier m'a également fortement dénigré, c'était le 12 janvier 2020, j'ai de la mémoire et je m'en souviens encore."

Fascinant. Absolument fascinant. Ouin, le monsieur, il a osé contredire ce que j'avais écrit le 12 janvier 2020, je m'en souviens encore. Et il a justifié son point de vue, en plus, le cochon. Avec des arguments. Voire peut-être des sources. Peut-on se montrer plus odieux et plus déloyal ?

Donc il y a des types, ils affichent sur le mur de leur cuisine, non pas leur date de mariage, non pas la date de l'invention de la sonnette de porte, non pas la date où ils ont sauvé un enfant de la noyade, mais la date où un inconnu total leur expliqué sur Internet pourquoi ils avaient tort.

Et quatre ans après, ils s'en souviennent encore.

Ce qu'ils ont oublié, en revanche (ou qu'ils omettent soigneusement de nous dire), c'est en quoi ils avaient tort ! Des fois qu'une conversation intéressante pourrait s'ensuivre, au lieu de ce dégoûtant étalage de victimisation pleurnicharde...

Pour qu'ils s'en souviennent quatre ans après, il faut au moins qu'il s'agisse de l'une des questions fondamentales qui agitent l'humanité : le Christ est-il vrai Dieu et vrai homme, est-il permis de mettre des chaussures marron avec un blazer bleu marine, etc.

Pas du tout ! L'idée qui était en débat à l'époque, ils l'ont complètement oubliée. Ce qui leur travaille les tripes, c'est que quelqu'un ait osé mettre le doigt sur leurs erreurs, leurs préjugés et leurs incohérences. Et ça, cela dévaste leur prodigieux ego et leur nombrilisme envahissant.

Vous vous imaginez bien, mon pauvre ami, que personne, ici, à commencer par moi, ne se souvient de la nature de l'échange que vous évoquez, et qui aurait marqué l'histoire de l'humanité le 12 janvier 2020.

La moindre des corrections, si vous tenez absolument à étaler ici une récrimination personnelle et hors sujet, serait que vous rappeliez de quoi il fut question.

Mais non : dissimuler la nature du désaccord est une tactique. Cela permet de se déclarer Victime, ce qui est le plus haut titre de gloire aujourd'hui et confère une cascade de drouâs.

C'est par le même procédé que les médias nous informent régulièrement que tel ou tel aurait tenu des propos "racistes", mais omettent soigneusement de nous en restituer la teneur, ce qui permettrait aux électeurs d'en juger par eux-mêmes.

C'est par le même procédé que les Soviétiques jadis, et l'État poutinien aujourd'hui, cachent la nature précise des imputations par lesquelles ils envoient les opposants au Goulag.

Je note que vous vous plaignez d'avoir été "dénigré". Dénigrer, cela veut dire chercher à nuire à la réputation de quelqu'un.

Je vais probablement marcher à nouveau sur votre gros ego, mais vous n'avez absolument aucune réputation ici. Vous intervenez fort rarement, et je suis au regret de vous dire que vos commentaires ne m'ont jamais marqué. Je serais, d'ailleurs, bien en peine de dire quel courant d'idées vous représentez ici.

Il faut une singulière arrogance pour assurer que je vous aurais contredit afin de nuire à votre réputation, et non afin de combattre les idées que vous auriez pu émettre.

Je suppose que vous êtes de gauche, puisque vous actionnez, ici, le levier de la chouinerie victimisatrice qui est au coeur du wokisme.

Vous émettez votre plainte sous un billet consacré à la plus haute expression de la démocratie, les élections. Des élections européennes, de surcroît, c'est à dire ce qui est le plus éloigné de l'intérêt individuel : non seulement l'élection est le moment où l'intérêt général le supplante, mais de plus c'est celui où l'intérêt général de la collectivité européenne entre en balance avec les intérêts nationaux de chacun des pays membres.

Et vous, vous en profitez pour faire entendre la voix, non pas même de vos intérêts individuels tels qu'ils pourraient légitimement être défendus dans un cadre politique, mais de vos émotions les plus instinctives, les plus égoïstes et les plus basses : le ressentiment vous ravage car vous avez été contredit, une fois, il y a quatre ans, sur Internet, par quelqu'un que vous ne rencontrerez jamais et qui n'a aucun rôle dans votre vie.

Que n'avez-vous répondu à l'époque, au lieu d'attendre quatre ans pour présenter une objection qui n'en est pas une !

Selon le mode opératoire bien connu du wokisme, vous tentez de rallier à vous une maigre coalition de personnages arborant des dispositions similaires.

La soi-disant gaulliste Axelle D, qui confirme ici ses orientations gauchistes sous une défroque de droite, en évoquant le "mépris de classe". Il s'agit toujours du mépris supposé des "dominants" vis-à-vis des "dominés", bien sûr, jamais l'inverse qui est pourtant omniprésent dans les commentaires de ce fil, sur ce blog comme dans la société en général.

Le soixante-huitard lepéniste hameau dans les nuages, qui hurle contre l'immigration mais passe son temps à exhiber sa nature supposée de prolétaire opprimé par le capitalisme.

Vous avez, en commun, ce trait propre aux gauchistes : il est absolument interdit de contredire vos idées, faute de quoi il s'agit d'une grave insulte, d'un "dénigrement", d'une micro-agression et je ne sais quoi encore.

En revanche, le gauchiste s'arroge la liberté d'insulter tout le monde, lui. Deux poids, deux mesures.

Vous venez de nous faire, en somme, un fort joli numéro de Me Too, #ContreditparRobertMarchenoir. Les élèves des écoles sont traumatisés à vie par la moindre exigence de rigueur, l'internaute de passage s'indigne de ne pouvoir diffuser des sottises impunément.

Si votre mentalité venait à prévaloir, la démocratie disparaîtrait. La seule façon de diriger un pays où des gens comme vous auraient le dessus, c'est la démagogie ou la dictature. Ne venez pas vous plaindre si, en effet, nous pouvons discerner des signes de l'un et de l'autre dans la façon dont la France est gouvernée. Ou soumise à "Bruxelles".
_____

@ Giuseppe | 26 mai 2024 à 22:22

J'ai, en effet, récemment traité Axelle D de vieille folle.

Elle avait jugé bon d'exhumer, elle, non pas un échange datant de quatre ans, mais un autre datant de vingt-cinq ou cinquante ans, sur ce blog, où je lui avais adressé ce qualificatif. En omettant, bien entendu, de mentionner les multiples provocations de sa part qui m'avaient conduit à cette appréciation.

Donc, je répète. La répétition fait partie de la pédagogie, et je n'ai nulle intention de céder au chantage doloriste.

D'autant qu'il s'agit, somme toute, d'un jugement fort modéré. Axelle D est vieille, c'est elle-même qui nous l'a appris. Quant à dire qu'elle est folle, c'est une courtoisie excessive de ma part. La folie suppose le dérangement mental, l'irresponsabilité.

De vous à moi, je la pense plutôt perverse.

J'ai d'ailleurs expliqué pourquoi, il y a fort longtemps. C'est cela qu'elle ne supporte pas.

Je n'ai pas spécialement l'intention de revenir là-dessus, mais il ne faut pas me chercher, non plus.

Axelle D passe son temps à insulter les commentateurs de ce blog, et ce à froid, sans la moindre provocation, de leur part, et sans le moindre argument, de la sienne. C'est antérieur à mon arrivée ici. Je me suis donné la peine de le démontrer, une fois, jadis. Il est pour le moins culotté qu'elle se plaigne d'un rare retour de bâton, ou déterre, sans rapport aucun avec la conversation en cours, un échange décontextualisé datant de Mathusalem.

Méthode de projection classique. La même qui est utilisée à outrance par l'État poutinien. Sans surprise, Axelle D fait partie de la petite brigade des poutinistes de ce blog... Il en faut plus pour m'impressionner.

Claude Luçon

@ Axelle D | 26 mai 2024 à 15:42

Mauvaise victime ce coup-ci !
Je pense être meilleur juge de caractère que vous. Vraiment ! Suis sûr en fait ! Si ! Si !

Où voyez-vous une différence de classe entre ces deux-là ? Quand la différence de classe sociale a-t-elle empêché un homme de démontrer sa classe personnelle ? Vous en êtes toujours à la "lutte des classes" ? Au titre et au diplôme ?
Comme disait et écrivait Fillon c'est le "Faire" qui compte !
À part draguer les gueuses, comme disait mon grand-père, qu'est-ce que Bardella a accompli jusqu'à ce soir même ? Italien en plus, latin lover typique !
Les femmes italiennes préfèrent un mari français, je peux l'attester :)

Axelle D

@ Giuseppe 26 mai 2024, 222:22

"Asinus asinum fricat"

Giuseppe

J'aime bien lire Robert Marchenoir, je me le coltine parfois, il use aussi de subterfuges pour étayer sa pensée mais il est toujours intéressant à lire. Il a affublé, me semble-t-il, une intervenante du quolibet de "vieille folle", elle le méritait sans aucun doute, mais que cela ne prête pas à confusion ni à plus d'égards, ni à en faire un fromage.

Quand il est dans la démonstration qu'il veut imparable, pour lui ce terme fait partie de la course auto, comme quand on touche la carrosserie de l'autre pour se frayer un passage. Marchenoir est un pilote de compétition qui connaît le pilotage aux instruments et aux sons.

Attal a menti effrontément l'autre soir, sur le nucléaire : quand enfin Macron s'aperçoit au fond qu'il aurait été folie de l'abandonner alors qu'il était sur les pas du Capitaine de pédalo cher à Méluche, il revoit donc sa doctrine.
Bientôt il reviendra sur la fracture hydraulique, faut pas rêver non plus, Total annonce qu'il va poursuivre ses recherches et forages pour les besoins en énergies fossiles qui ne cessent d'augmenter, c'est un fait mondial.

Je me fais plaisir de mon côté sans boîtier ni reprogrammation j'utilise l'éthanol, en fait je m'enlève un peu de culpabilité, le dernier contrôle technique m'a rassuré, 0 % au ralenti, 0 % au ralenti accéléré, c'est mon tri en plus des poubelles, pour sauver la planète.

Gabriel a été de mauvaise foi, Robert Ménard n'a pas manqué de le lui rappeler aussi, après avoir encensé FXB du LR, et soutenu par ailleurs la position fragile de Valérie Hayer. Position qu'il était facile de critiquer, soulignait-il, quand on est dans l'opposition à compter les points.

Pendant que le scooter de Pépère fait un tabac, Emmanuel va chercher un peu d'aide chez nos voisins, il a besoin de ce qui nous manque, le pognon cher à Nanard et la puissance dont ceux-ci sont en passe de se doter.
Difficile visite du riche au pauvre endetté : l’Allemagne est un acteur majeur du commerce international.

L’Allemagne est à la fois le troisième exportateur et importateur mondial.
En 2022, les principales exportations allemandes étaient les automobiles et leurs pièces (représentant 15,4 % des exportations), suivies des machines et des produits chimiques.

L’Allemagne a enregistré un excédent commercial de 79,7 milliards d’euros en 2022, le plus bas depuis 2000. Cela s’explique en partie par la hausse du coût des importations énergétiques. À nous faire pâlir d'envie.

L’Allemagne est l’économie la plus ouverte des pays du G7, avec un taux de commerce extérieur de 98,6 % (somme des importations et des exportations par rapport au PIB).

Emmanuel va souffrir dans cette visite, on va lui reprocher de parler un peu trop avec l'argent des autres, et que l'endettement de notre beau pays est quand même aussi too much.

Et en plus il doit se coltiner la Nouvelle-Calédonie, le nickel n'y vaut plus un clou tant il coûte cher à produire, quelle suite ? Un vrai casse-tête s'il veut garder ce bout de pays.
Il pourra fredonner à son retour ces quelques paroles juste pour le plaisir :

https://youtu.be/rpxGzLIghho?si=-IVPkp7aFvVNj0QP

Achille

@ Valéry | 26 mai 2024 à 12:29
« Macron a choisi de sacrifier le bien-être du peuple sous sa responsabilité directe, pour des considérations "éthiques et universelles" »

Évidemment si, au lieu de s’égarer dans des considérations "éthiques et universelles", Emmanuel Macron essayait de faire preuve d’un peu plus de compréhension envers les opérations menées par Vladimir Poutine en Ukraine, le bien-être du peuple s’en trouverait amélioré, c’est sûr ! :)

Claude Luçon

@ sylvain | 26 mai 2024 à 10:55
"Bravo, aujourd'hui les tribunaux islamogauchistes inquisiteurs woke progressistes antisémites pro-Hamas vous tendent les bras, allez-y, une brillante carrière vous attend"

Vous êtes sûr que c'est mon commentaire que vous avez lu ? Pas un des vôtres par erreur ?
Certes à mon âge dans le monde d'aujourd'hui où les puissants en activité, Chine, Russie, USA, Brésil passent tous la barre des 70 ans, je suis mieux que qualifié, je suis indispensable, c'est vrai !
Mon projet est simple : transformer l'ensemble de l'humanité en une vaste Suisse, plus d'ONU, une fédération mondiale de cantons ! Tous banquiers et fabricants de montres mécaniques de précision, pour être sûr de rester à l'heure !
À ce propos, achetez-en une d'urgence vous n'êtes pas à l'heure du temps !
Une mécanique, sans logiciel, celle qui permet de remettre sa vie à jour soi-même, pas une batterie et un logiciel sur circuit imprimé !
Regardez les jours passer, ne les subissez pas à la poursuite d'une vie smartphonisée.

C'est pourtant simple !

Lucile

@ Michel Deluré | 26 mai 2024 à 10:13
"L'enjeu des prochaines élections concernées ne valait-il en fait pas mieux qu'un duel-spectacle entre les deux jeunes coqs de la politique française ? Ce match a-t-il réellement contribué à servir la cause de l'Europe (...) ?"

D'accord avec vous, c'est un duel-spectacle. C'est aussi un duel-subterfuge.

Quand vous demandez à quoi il a servi, je répondrai qu'il a servi à faire croire qu'Emmanuel Macron existait encore. Et dans une moindre mesure qu'il y avait encore une vie politique en France ; qu'il y avait encore des débats ; que Macron représentait une moitié de la France et le FN l'autre moitié.

Je ne suis pas sûre que ça ait si bien marché que ça, sauf auprès des élites qui affectionnent le style d'Attal et épluchent ses commentaires comme s'ils avaient du sens pour le pays et pour ses habitants. Dans un pays autre que la France, l'arrogance, le détachement souverain d'Attal face à la réalité du pays, auraient donné envie de vomir à pas mal d'électeurs, y compris aux journalistes dignes de ce nom. Le tout enveloppé dans du papier de soie, ce qui le rend encore plus insultant.

Macron a été un des pires présidents que la France ait connus pour l'immigration illégale, l'économie, la dette, l'éducation, la sécurité ; le déclin n'est pas accidentel, ni réversible à volonté avec des mesurettes. Comme c'est parti, ça ne peut que continuer, en empirant.

Que le Premier ministre puisse se pavaner et éclabousser de sa supériorité avec une telle facilité un opposant politique, montre à quel point la classe politique aux commandes (et les médias qui la soutiennent) ne comprennent rien à la réalité du pays. Il ne s'agit pas de dossiers, comme a l'air de le croire Gabriel Attal, qui comme Emmanuel Macron est très fort pour montrer qu'il les connaît - on dirait un consultant, pas un homme d'État - mais il s'agit de décisions et de résultats. Sont-il indifférents au déclin historique auquel nous assistons, sont-ils incapables d'en voir les causes ? En sont-ils même conscients ? Ou bien cachent-ils leur anxiété sous une bonne humeur et une satisfaction de commande ? Le spectacle laisse une impression surréaliste. En tout cas bravo à Bellamy d'en avoir dénoncé la composition.

hameau dans les nuages

@ sylvain | 26 mai 2024 à 10:55
"Terrible commentaire".

Et encore il a oublié de mentionner que son père le faisait goûter le mercredi en lui offrant une glace en sus du repas de midi, ce qui change du tout au tout le rapport, qui s'approcherait alors plutôt du 4/7e. C'est pas donné les glaces.

Et moi de 0 à 5 ans dans le 14e et de 5 ans à 17 ans dans le 6e, j'ai dû avoir une éducation de bourgeois de gauche finalement ?
Je me sens plongé subitement dans une perplexité extrême. Maman ! Ah non elle n'est plus là.

Axelle D

@ Claude Luçon, 26 mai 01:37

Il me semble qu'un individu qui a réussi à s'élever dans la hiérarchie sociale, nonobstant certains handicaps du fait d'un milieu familial modeste, défavorisé ou déséquilibré (parents séparés, mère seule, faibles revenus etc.) n'en a que plus de mérite et ne devrait pas être dénigré méchamment comme vous le faites, laissant entendre en outre que Bardella ne serait qu'un petit profiteur, un calculateur minable, autrement dit un parasite accroché comme une sangsue à la caste des Le Pen et qui sans eux ne serait qu'un vulgaire grouillot !

Quel odieux mépris de classe !

———————————————————-

@ Achille, 26 mai 09:02

En quelque sorte vous venez au secours de Marchenoir l'agresseur qui n'a jamais eu le moindre mot de regret pour les personnes qu'il a copieusement insultées et vilipendées depuis des années en interminables commentaires sur ce blog, et ce serait à Cyril Lafon, l'une de ses nombreuses victimes, de s'excuser d'être rancunier ?
Jolie mentalité ! Ou l'art de renverser les rôles !

Giuseppe

180 000 € + 40 000 € pour voir passer un mirage... Je trouve Robert Ménard plein de bon sens, et puis après le scandale des rémunérations de Tony Estanguet et de ses autres affidés autant faire l'impasse, surtout qu'à Béziers les retombées économiques sont celles du ballon capricieux cher à Raoul Barrière et à son histoire glorieuse.

"Robert Ménard, maire de Béziers, a partagé ses priorités en matière d’investissement pour sa ville, mettant de côté le passage de la flamme olympique au profit du soutien au club de l’ASBH. Il y souligne avant tout l’importance des émotions durables qu’apporte le rugby à la communauté locale".

Il a raison, les retombées économiques sont pour les autres et le déficit pour tous, le responsable du budget des JO a expliqué comment il avait été floué et comment la vérité a été déformée.
Si l'on faisait un peu d'effort en mettant sur la balance les sacro-saintes retombées économiques et les vraies dépenses, il y aurait de quoi se mordre la queue. C'est de l'éphémère dans toute sa splendeur.

Le budget c'est pire que l'EPR de Flamanville, alors que l'on n'a pas un rouble vaillant en caisse, si ce n'est des dettes partout et à tous les coins de rue, "faire les Jeux c'est bien"... Ouais ouais... Pour tous ceux qui passent à la caisse, les autres c'est emm... et pognon en plus pour les taxes et le reste.

Hidalnouille était contre, aujourd'hui elle est pour, voyage et s'habille aux frais de la princesse, obligée de rembourser un peu quand même, cela fera oublier la saleté de la ville, les rats qui ont pris demeure, et la nullité crasse d'une capitale dont les citoyens quittent les lieux par milliers chaque année.

Emmanuel est un peu dispendieux mais il adore cela, il n’aime que la France qui brille et lui avec un peu, mais le problème est que l'on ne possède même plus les moyens pour se payer le Miror dont Jacques Anquetil était adepte. Il aimait avoir son vélo éclatant, les chromes de la fourche et des haubans pour l'oeil, et le peigne à l'arrivée pour se coiffer impeccablement, pour le bouquet et la photo... Nous n'avons plus les moyens du bouquet, on emprunte pour payer les fonctionnaires et finir l'année, que reste-t-il alors ?

Serge HIREL

Quatre jours après le combat de leurs hérauts, les « attalistes » et les « bardellistes » se disputent âprement la victoire alors que le résultat de la soirée a été proclamé dès le lendemain matin par Médiamétrie, qui contrôle les audiences. Et le vainqueur est... Audrey Fleurot, l’héroïne de la série « HPI », dont un épisode inédit était diffusé sur TF1 à l’heure où les deux « jeunes-politiciens-pleins-d’avenir » s’empoignaient sans résultat évident.

Les chiffres sont sans appel : de 21 h 12 à 22 h 14, 7 298 000 téléspectateurs ont regardé « HPI » ; de 20 h 14 à 21 h 36, 3 600 000 téléspectateurs étaient sur France 2. Une audience du simple au double... Encore faut-il préciser qu’il s’agit d’une audience moyenne, qui ne dit rien de la courbe d’audience minute par minute. Il va de soi que la déperdition est moindre pour un téléfilm que pour un débat...

Cela en dit long sur l’état d’esprit des Français vis-à-vis, non seulement du duel « popol », proposé, mais aussi du scrutin européen et, plus généralement, de la politique... Et cela est inquiétant : la majorité silencieuse et blasée se désintéresse du futur de notre démocratie, au risque que, demain, elle se découvre aux mains d’une Europe fédérale dont elle ne veut pas ou d’un État dirigé par des groupes minoritaires hostiles à l’art de vivre qui lui est cher... et à la liberté d’opinion.

Les chiffres de Médiamétrie apportent aussi de l’eau au moulin de FXB, qui a dénoncé vertement la décision du service public de favoriser deux listes européennes sur les trente-sept en lice. Décision totalement contraire aux règles de l’équité, pourtant en vigueur. L’Arcom, autorité indépendante prête à bondir à tout instant sur CNews, est restée étrangement silencieuse.

On peut admettre qu’une trentaine de ces listes ne cherchent qu’une exposition médiatique. Mais il n’en est pas de même de celles présentées par des partis qui, en permanence, participent à la formation de l’opinion. Repousser leur temps de parole en fin de soirée est une faute grave... mais le service public ne s’est pas contenté de celle-ci. La question de Caroline Roux ne portait pas sur le thème de la soirée (« Plus ou moins d’Europe ? ») qui leur aurait permis de présenter leurs programmes respectifs, mais sur leur opinion sur le débat Attal-Bardella...

Les chiffres de Médiamètrie : de 21 h 36 à 23 h 17, 1,16 million de téléspectateurs ont regardé France 2. Encore une fois, il s’agit de l’audience moyenne, ce qui laisse supposer que Marion Maréchal, en dernière position, ne s’est adressée qu’à quelques centaines de milliers de couche-tard...

P.-S. : dans mon précédent commentaire, j’ai oublié de mentionner qu’Attal, privé du Grand Prix par MM et FXB, est néanmoins reparti, lui aussi, avec un trophée. Qu’Achille veuille bien me pardonner cette faute involontaire... Attal, donc, a obtenu le Prix Spécial décerné par l’Almanach Vermot, pour son splendide calembour « Bardepalla », qui exprimait en quatre syllabes son opinion sur le travail de son adversaire au Parlement européen... Affligeant.

Robert

Je n'avais pas, Monsieur Bilger, envisagé initialement de commenter ce billet, n'ayant suivi que le premier quart d'heure de ce débat que j'ai quitté parce que je considérais qu'il était lassant. Et pourtant je viens apporter mon petit grain de sel (sable) dans les rouages bien rodés, du moins le croient-ils, de ceux qui nous gouvernent si mal.

Votre billet traduit effectivement votre sentiment et vous souhaitez donner à votre titre son sens premier, social, mais on peut donner aussi un second, scolaire et universitaire.

J'ai d'abord constaté la suffisance que je qualifierai de méprisante de monsieur Attal à l'endroit de son interlocuteur qui bénéficiait d'un parti pris favorable de l'animatrice (?).
Au plan technique, il est tout à fait logique qu'un homme formé à l'ENA, qui a exercé plusieurs fonctions ministérielles, dont actuellement la première, domine monsieur Bardella en termes de connaissance fine des dossiers. À vaincre sans risque, on triomphe sans gloire !

Cependant, monsieur Bardella a porté quelques coups sérieux aux certitudes de monsieur Attal, notamment dans ce qu'il a fait et dit en matière nucléaire puisqu'il a participé aux gouvernements et a été membre d'un parti qui avait voulu, pour complaire aux écologistes et pour des motifs exclusivement idéologiques, la disparition de notre industrie nucléaire. Monsieur Attal a donc "ramé dans les piscines" de nos centrales nucléaires pour tenter de se justifier par les choix présidentiels actuels de relance de cette filière.

Monsieur Bardella a aussi enfoncé un coin dans les déclarations de monsieur Attal quant au prix de l'énergie qui devrait baisser pour nos concitoyens du fait des nouvelles dispositions européennes. Or, il se trouve que je suis abonné auprès d'ENGIE par "contrat Gaz Passerelle" et que j'ai reçu récemment de ce fournisseur une lettre datée du 30 avril 2024 relative à la révision du prix par kWh, qui évoluera à la hausse de + 9,44 % hors indexation mensuelle, comme du prix de l'abonnement qui augmentera de 41,24 € par an, soit + 20,24 %.
Il me semble donc que sur ce point au moins l'on sait qui fait de la "com" et qui a dit vrai !

Plus récemment, Monsieur Attal, accompagné de monsieur Dupond-Moretti et de madame Belloubet, s'est déplacé à Valence pour parler de sa nouvelle politique de répression des mineurs délinquants de plus de seize ans.
Il a notamment lancé deux idées de réforme de la Justice des mineurs : une forme de comparution immédiate pour les mineurs de 16 à 18 ans, particulièrement dans les cas de violence aggravée et de récidive ; le placement en foyer pour de très courts séjours pour couper ces jeunes de leurs mauvaises fréquentations.

La réponse lui en est revenue en boomerang de la part de la présidente du Syndicat de la magistrature qui a remis les propositions du Premier ministre en perspective avec la pratique en déclarant : "Concernant la comparution immédiate, il y a déjà une procédure rapide prévue dans le CJPM (Code de la justice pénale des mineurs). Et il n’est pas établi que l’immédiateté du jugement soit un moyen de lutter contre la récidive. Ce qui marche, c’est le temps long. Et ce qui manque, ce sont les moyens".

Pour ce qui est du placement en foyer, elle a ajouté : "On peut déjà placer les mineurs en foyer. C’est complètement déconnecté de la réalité".
À peine prononcées, les paroles du Premier ministre sont parfaitement relativisées et l'on en reste au discours performatif que pratiquent allègrement monsieur Attal et le président de la République.

L'on peut traduire ceci en incapacité réelle de nos dirigeants à imposer à leurs administrations, tant de la Justice que de l’Éducation nationale, leurs politiques apparemment volontaristes. En réalité ce sont toujours les syndicats d'extrême gauche qui font la pluie et non pas le beau temps dans ces ministères régaliens !

Valéry

Je ne comprends pas l'utilité de ces "débats", à moins de départager celui qui a menti le plus, or les deux Pinocchio sont des champions dans cette matière.

J'ai du respect pour Macron et Attal, qui sont des garçons brillants et charismatiques, mais c'est du génie, de la vision et du courage allié au goût du risque qu'il faut pour améliorer le quotidien de 68 millions de Français, pas les qualités d'un conseiller en communication ou d'un trader. Or Macron est une catastrophe sur patte de ce côté-là car tous les enjeux majeurs pour lesquels il a été investi, il les a ratés, voire empirés.

Maîtrise de l'immigration, raté. Sécurité des personnes, raté. Pouvoir d'achat, raté. Déficit commercial, raté. Dette publique, raté. Éducation, raté. Gestion Covid, raté. Souveraineté énergétique (et pas que) de la France, raté. Diplomatie avec le Sud et l'Est, raté.

Et on est là à se demander qui a gagné le débat, entre un Attal qui déroule un tapis de bêtises alors que son bilan global est abyssal, puis un Bardella, qui à force d'arrondir les angles pour achever la "dédiabolisation", concept uniquement médiatique et dont tout le monde se fiche, ressemble à une barbe à papa, à constamment éviter de mettre Attal le nez dans ses résultats puants.

Mais, de quoi s’étonner, on a vu Macron lui-même raconter des sornettes aux deux journalistes, il y a peu, affirmant que si la France est dans une mauvaise passe, c'est "parce que la Russie"... Et personne pour le reprendre dans ses affabulations, et lui rappeler que si nos factures ont explosé, c'est parce que LUI, il a pris la décision de se rallier aux sanctions.

Qu'on soit d'accord avec sa décision ou pas, c'est une autre histoire. Macron a choisi de sacrifier le bien-être du peuple sous sa responsabilité directe, pour des considérations "éthiques et universelles". Aux journalistes de le rappeler, pour que le peuple sache et juge en conscience.

Sauf que macronie et presse sont aujourd'hui devenues des synonymes, voire des compléments.

Tipaza

@ stephane | 26 mai 2024 à 10:33
""Qui est-ce que je pourrais choisir comme Premier ministre ?", question que se pose chaque président de la République, qui décide en fonction de ses objectifs."

Il se dit qu'Emmanuel Macron est en contact avec Elon Musk pour accélérer un projet de scissiparité qui se développe dans les laboratoires dudit Elon Musk.

Dès que la procédure de scissiparité sera au point, Macron n'aura plus de souci pour choisir le SEUL Premier ministre qui soit de son niveau.

Je me demande quand même s'il ne s'agit pas d'une fake news. ;-)

Giuseppe

Je me permets une petite dernière, on nous a tellement gonflé avec Mbappé et Jordan de MLP, que cela en était indécent. Le premier et son pognon, un courtier du foot dans l'âme devenu, à courir après tous les contrats et de moins en moins derrière le ballon. Le second plus beau qu'il n'était en vérité, une mécanique débitant des éléments de langage, appris comme un Lego de la pensée pour tenter de s'adapter... Sauf quand un Gabriel des grands jours, comme Antoine, le fait vasciller et fait tomber les masques.

Le Sud-Ouest modeste, la France du Sud qui gagne, son aviation, et des travailleurs acharnés dans tous les domaines, loin des clichés Club Med dont certains voudraient nous affubler, mais surtout la puissance et la modestie qui va avec, loin des gonfleurs d'hélices et des manches à air:

"Rois suprêmes de l’Europe" : la presse britannique subjuguée par la prestation du "plus grand joueur du monde" Antoine Dupont et de Toulouse
(Article de Hélène Brasseur)
https://www.quinzemondial.com/champions-cup/rois-supremes-de-l-europe--la-presse-britannique-subjuguee-par-la-prestation-du--plus-grand-joueur-du-monde--antoine-dupont-et-de-toulouse-801252#
Sacrée Hélène !
L'abnégation, le courage, « Agissez comme s’il était impossible d’échouer » disait Winston, hier après-midi était l'illustration parfaite pendant que l'autre courait une dernière fois derrière un ballon rond qui semblait le fuir.

sylvain

De la lutte des classes à la (Allah) lutte des races, la distance se mesure en cercueils.

Beaucoup de monde sur les « rézossocios » s'étonne de l'attitude de Macron au sujet de l'hommage rendu aux deux agents de la pénitentiaire tués par les malfrats qui courent toujours, malgré que nous ayons « les-meilleurs-experts-en-renseignement-au-monde », malfrats qui,comme chacun sait, sont eux aussi les meilleurs experts en malfrateries narcos au monde.

J’ai lu beaucoup de messages dans ce genre :

« Quand je vois que Macron est revenu vite fait pour le match et qu’il n’était pas fichu de rester pour l’hommage à nos agents pénitentiaires, c’est une honte. »

Je réponds : « Non, il n’a pas honte, c’est dans sa nature, il se moque de ces deux agents pénitentiaires comme de son premier string, ils étaient blancs de souche, des noms bien gaulois, race qu’il déteste, par contre s’ils avaient été noirs, noms bien orientaux, ils auraient eu droit à une cérémonie aux Invalides pendant deux jours et des messages du monde entier ; sans oublier les marches blanches, bougies, fleurs, nounours etc. » 

Pourquoi se prendre la tête n’est-ce pas cher Attal, toute cette violence et ces crimes sont la conséquence du climat de haine, de racisme, de xénophobie et d’islamophobie, véhiculé par tous ces fachos d’SStrêêêmeuhh drouâââte : célepen, cézemmour, c’est Rhaine/ Fhaine, célénazis cépoutine, célecinglé, célébanquerusses.

Cépamacron, cépalislam ! cépagiuseppe.

Ben voyons !

sylvain

@ Claude Luçon | 26 mai 2024 à 01:37

Terrible commentaire, on se croirait retourné au temps des grands procès staliniens, j'ai pensé au film "l'Aveu" qui fait froid dans le dos.
Bravo, aujourd'hui les tribunaux islamogauchistes inquisiteurs woke progressistes antisémites pro-Hamas vous tendent les bras, allez-y, une brillante carrière vous attend.

stephane

@ Xavier NEBOUT

Vous semblez dérangé par la nomination d'un Premier ministre jeune et homosexuel.
Il faut se remettre dans le contexte.
Benalla n'est plus à l'Elysée, Séjourné (l'ex) est sous contrôle direct du chef de l'État et puis pas de risques de scandale, ses mains baladeuses ou autres gestes déplacés envers Prisca Thévenot par exemple ou autre députée pimbêche arriviste.
Donc remettez-vous dans le contexte décisionnel "Qui est-ce que je pourrais choisir comme Premier ministre ?", question que se pose chaque président de la République, qui décide en fonction de ses objectifs.

hameau dans les nuages

@ Achille | 26 mai 2024 à 09:02
"Ici pratiquement tout le monde s’est pris une volée de bois vert de Robert Marchenoir, sauf, bien sûr, Herman Kerhost, qui vole systématiquement à son secours dès qu’un esprit un peu revêche se permet de le contrarier. 😊"

Oui eh bien le bois vert on ne le laisse pas rentrer, on le laisse dehors aux intempéries pour lui diminuer la sève. Si vous voyez ce que je veux dire. :)

Michel Deluré

L'enjeu des prochaines élections concernées ne valait-il en fait pas mieux qu'un duel-spectacle entre les deux jeunes coqs de la politique française ? Ce match a-t-il réellement contribué à servir la cause de l'Europe, à donner aux électeurs des éléments d'information et de réflexion et à faire évoluer ainsi leur jugement ?

L'Europe se résume-t-elle à la seule vision qu'en présentent ces deux partis que sont Renaissance et le RN ? L'approche des autres principales listes en présence est-elle totalement dénuée d'intérêt, indigne d'être soumise au jugement de l'électorat, au point de considérer comme indécent de les inviter à débattre démocratiquement de leurs projets ?

L'espace politique français ne serait-il plus occupé que par le parti au pouvoir, hélas bien mal en point depuis les dernières législatives, et le RN, sans autre voie de salut ?

Savoir qui, de GA ou de JB, a remporté le duel-spectacle mis en scène pour faire de l'audience avec ces deux têtes d'affiche m'importe finalement peu. Les spectateurs ont peut-être été satisfaits sur le plan du spectacle, il n'est pas dit cependant qu'ils en aient eu pour leur compte sur le fond !

Achille

@ revnonausujai | 26 mai 2024 à 07:03

MLP ne vient pas quand on la siffle. Evidemment là, après deux mémorables "râteaux", il convient de prendre ses précautions. Les sifflets, elle commence à connaître !

Un pas en avant, un pas en arrière. En fait MLP veut bien y aller, mais elle pose ses conditions : démission du président (rien que ça !) ou dissolution de l’Assemblée nationale en cas de victoire de la liste du RN à l’élection européenne, ce qui dans les deux cas ne figure pas dans la Constitution et donc n’oblige absolument pas Emmanuel Macron à les accepter.
Bref une façon bien pitoyable de se défausser.

Giuseppe

@ Achille
"...si toutefois nous sommes encore là, ce dont je doute ! :)"

On y croit jusqu'au bout comme le Stade, malmené, secoué, bousculé, jamais il n'a rompu. La maison a tremblé mais jamais ne s'est écroulée, là tous y ont "mis la tête", parfois avec excès pour un emporté par l'abnégation de soutenir les fondations. Le soleil se lève, à midi ce sera rosé cuvée spéciale Sud-Ouest. :))

"Le joueur du siècle ? Antoine Dupont encore époustouflant.
Élu homme du match, Antoine Dupont a encore été fantastique lors de la victoire de Toulouse contre le Leinster (31-22 a.p.) en finale de la Champions Cup. Le jeu complet du demi de mêlée français fait halluciner les observateurs. Il y a décidément lui et les autres."
https://www.sports.fr/rugby/coupe-d-europe/le-joueur-du-siecle-antoine-dupont-encore-epoustouflant-834847.html

Quand on écoute Gabriel Antoine Attal on le sent bien à ce poste de demi de mêlée, il a cette fluidité dans le jeu et la défense, il a le courage, il y a lui et les autres, il a coupé court en deux accélérations à tous les débats sur le voile à l'école, là ou aucun politique n'avait jamais réussi par manque de courage et ce depuis des décennies.

Et puis pour rigoler un peu, le parti LR et ses vieilles badernes, qui n'en finit pas de dégringoler dans les sondages. FXB, soit il fait le ménage soit il va prendre l'air ailleurs avec un autre contrat.

Gégé forever...

Ça c’est Gérard Larcher (UNP)

"Gérard c’est la bourgeoisie de province, issu d’une famille aisée de l’Orne, son père était également maire d’une petite commune de la région.
Gérard c’est aussi une communion avec Dame Nature. Il aime chasser dès l’adolescence et s’oriente vers des études de vétérinaire, il se spécialisera dans le domaine des chevaux.

Gérard c’est également le mystère, il dément fermement être franc-maçon mais la rumeur continue de courir.
Gérard c’est la spiritualité, protestant, il rêve d’un courant « transchrétien ».

Gérard c’est l’engagement, en 1983, il est élu maire de Rambouillet, il créera des logements sociaux, et une zone d’activité consacrée aux cosmétiques.

Gérard c’est l’oligarque, élu sénateur en 1986, il ne cessera plus jusqu’à aujourd’hui de siéger, faisant de l’homme un millionnaire.

Gérard c’est également un art de vivre tourné vers l’épicurisme, il aime bien manger, bien boire, il est « triple-sauce », à vos frais.

Gérard c’est aussi la traîtrise, il appellera à voter pour Emmanuel Macron à deux reprises, fidèle à son idéologie chiraquienne du vide.

Gérard c’est le bourreau des travailleurs soutenant la réforme des retraites de façon inconditionnelle.

Gérard c’est également le fossoyeur des peuples, soutenant inconditionnellement Israël dans ses massacres de Palestiniens.

Gérard c’est le lobbying à tous les étages, grand ami des syndicats de chasse, il pèse de tout son poids pour limiter au maximum tout progrès sur le droit animal durant la chasse.

Gérard c’est également un sens aigu de ses intérêts, avec une retraite de 10 000 € mensuels, Gérard se mettra à l’abri du besoin pour ses vieux jours, à vos frais. Tout vieux a le droit à ses triples sauces, être à la retraite n’est pas une raison pour être réduit à la famine quand même.

Gérard c’est le bon parler à la française, quand cela chauffe au Sénat, au micro il calme les esprits avec trois mots : « Ferme ta gueule. »

Gérard c’est la République, ses vices et ses privilèges dans son essence la plus pure. Posez-vous les bonnes questions du maintien d’un tel régime. Il n’est ni libre, ni égalitaire, ni fraternel."
https://x.com/UnionNatioPop/status/1794290104606875910

Aliocha

@ Jérôme

Bien que d'ascendance des Bouches-du-Rhône, grand-père de Martigues et grand-mère d'Aubagne, j'habite en Haute-Savoie. Ceci pour le bon moment que nous passerions sûrement à échanger sur les idées, plutôt que sur les personnes et leur querelle sans fin dont l'Europe est une allégorie indispensable à l'existence des nations qui la composent, proue du navire humain désormais menacée dans sa traversée vers la liberté par incapacité à en assumer le vertige, ivresse collective qui n'est sûrement pas due aux leaders qui n'en sont que la victime, phénomène décrit avec grande précision dans la littérature, textes sacrés compris.

Saurons-nous assumer les révolutions qui ont successivement construit notre domination avant de s'y perdre et ne plus savoir que reproduire les métastases de la cour du roi, chacun pensant son élévation nobiliaire comme un accès aux privilèges alors que le corollaire en est l'abolition ?

La méprise est de taille et pousse les opinions aux vieux rituels de décollation sacrificielle, chacun individuellement réclamant ce qu'il est impossible de posséder à huit milliards d'individus, passant ses nerfs sur les leaders comme on brûle le bonhomme Hiver pour avoir tout loisir de cramer l'été suivant.

La mascarade des pouvoirs est partagée en démocratie et il serait bon de s'apercevoir que ce qui est pris pour fable depuis toutes les Mille et Une Nuits, est la réalité d'un souverain qui, après avoir dit la vérité, voit l'amour du prochain cloué comme chauve-souris au bois de la lutte des classes, et la liberté ravalée au rang d'un préjugé bourgeois dont il serait nécessaire de se débarrasser.

Votre froggisme alors n'est qu'une vieille identité nationaliste qui continue à vouloir déguiser la défaite des nations en victoire, cause de notre soumission aux vainqueurs qui ne savent que répéter l'ancienne erreur et courent à la réplique d'une défaite similaire, sourds et aveugles à l'enseignement de la survie par la réconciliation des débordements impériaux qui jamais ne trouvent leurs bornes raisonnables.

Macron a intégré cela, il ne lui manque qu'un peuple comme des leaders européens qui ensemble le traitent de Kadyrov pour mieux continuer à s'illusionner sur le pouvoir d'une identité non pas perdue, mais qui n'a jamais existé que dans le fantasme d'une puissance illusoire qui ne sait que creuser le fossé de ses échecs, manipulés par les répliques impériales qui cycliquement s'autodétruisent aux crises amnésiques de la réforme refusée.

Alors, et puisqu'il faut conclure sur une parole de sagesse mondaine qui n'est que folie devant les mannes du réel, Macron n'est qu'un fétu balayé aux vagues des tics toqués qui n'ont jamais appris que leur pensée est vaine, qu'aujourd'hui comme hier il ne sert à rien de mettre sa gloire dans les humains et, comme vous l'indiquiez dans vote délicieuse missive sur le précédent billet, mieux vaut renoncer à mettre des droites, même au leader détesté, pour mieux, et là à mon sens est la voie médiane européenne qui permet de renoncer à la barbarie, contempler la nature de notre humanité pour savoir en tirer juste enseignement et mieux préciser alors la vision du chemin indiqué par sa réalité.

Achille

@ Cyril Lafon | 25 mai 2024 à 11:00
« Je terminerai mon commentaire en vous disant que j'ai été touché par vos écrits du 19 mai dernier avec Robert Marchenoir, ce dernier m'a également fortement dénigré, c'était le 12 janvier 2020, j'ai de la mémoire et je m'en souviens encore. »

Ben dites donc, vous êtes bien rancunier. Revenir sur des propos qui datent de plus de quatre ans.
Ici pratiquement tout le monde s’est pris une volée de bois vert de Robert Marchenoir, sauf, bien sûr, Herman Kerhost, qui vole systématiquement à son secours dès qu’un esprit un peu revêche se permet de le contrarier. 😊

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

MA CHAINE YOUTUBE

PRESSE, RADIO, TELEVISION & INTERNET

INSTITUT DE LA PAROLE

  • Formation à l'Institut de la parole
    Renseignements et inscriptions : [email protected]
  • L'Institut de la Parole propose des formations dans tous les domaines de l'expression et pour tous, au profane comme au professionnel de la parole publique. L'apprentissage et le perfectionnement s'attachent à l'appréhension psychologique de la personnalité et aux aptitudes techniques à développer. L’Institut de la Parole dispense des formations sur mesure et aussi, dans l’urgence, des formations liées à des interventions ponctuelles, notamment médiatiques. Magistrat honoraire, Philippe Bilger propose également des consultations judiciaires : conseils en stratégie et psychologie judiciaires.

MENTIONS LEGALES

  • Directeur de la publication : Philippe Bilger
    SixApart SA 104, avenue du Président Kennedy 75116 PARIS